Détective Conan

Pour nous faire découvrir un animé, un film asiatique ou donner des informations relatives à ces univers.
Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Détective Conan

Message non lu par Glass Heart » 24 déc. 2012, 15:29

Détective Conan Film 3 - Le Magicien de la Fin du Siècle

Image

Studio: TMS.
Editeur: Kaze.
Année de production: 1999.
Durée: 1h40.


Casting: Minami Takayama (Conan Edogawa), Kappei Yamaguchi (Shinichi Kudo et Kaito Kid), Wakana Yamazaki (Ran Mouri), Akira Kamiya (Kogoro Mouri), Kaneto Shiozawa (Inspecteur Ninzaburo Shiratori),
Megumi Hayashibara (Ai Haibara), Ryo Horikawa (Heiji Hattori), Yuko Miyamura (Kazuha Toyama), Kenichi Ogata (Professeur Hiroshi Agasa), Wataru Takagi (Genta Kojima et Inspecteur Wataru Takagi),
Ikue Ohtani (Mitsuhiko Tsuburaya), Yukiko Iwai (Ayumi Yoshida), Naoko Matsui (Sonoko Suzuki), Chafurin (Inspecteur Juzo Megure), Unsho Ishizuka (Inspecteur Ginzo Nakamori), Fumio Matsuoka (Shiro Suzuki),
Emi Shinohara (Natsumi Kosaka), Eisuke Oda (Sawabe Kuranosuke), Haruhiko Jo (Sergei Ovchinikov), Chikao Ohtsuka (Shoichi Inui), Toshiko Fujita (Seiran Hoshi), Hochu Otsuka (Ryu Sagawa)
et Mitsuru Miyamoto (Masato Nishino).


XGCLedZXbHQ BgyRr9u6Lv8

L'Histoire

Le magicien-voleur Kaito Kid a annoncé sa prochaine cible: l'Oeuf des Souvenirs. Ce trésor perdu de la dynastie des Romanov est actuellement en possession de la famille Suzuki. La police s'organise pour tenter une nouvelle fois d'arrêter le Kid. A la demande de Shiro Suzuki, le célèbre détective Kogoro Mouri prend part aux investigations. A cette occasion, Conan Edogawa retrouve son ami et rival de longue date Heiji Hattori: les détectives lycéens de l'Est et de l'Ouest, à nouveau réunis, tentent de déjouer les plans du Kid de leur côté. Mais à l'heure annoncée, dans un tour de force impressionnant, Kaito Kid parvient à dérober l'oeuf et à s'enfuir par les airs, poursuivi par Conan et Heiji. Ces derniers assistent alors impuissants à la mort de leur vieil adversaire, abattu en plein vol par un tireur inconnu.

L'oeuf de Fabergé, relique d'une page sombre de l'histoire de la Russie, cache encore bien des secrets et attire toutes les convoitises: un diplomate de l'ambassade de Russie, une historienne de la dynastie des Romanov, un marchand d'art et un caméraman. Parmi eux, quelqu'un serait prêt à tuer pour s'en emparer. Tous décident d'être du voyage quand la jeune Natsumi Kosaka, la descendante d'un des artisans à l'origine de l'oeuf, propose de le ramener dans le château familial pour tenter d'en percer le secret à partir des données laissées par son ancêtre. Après une rapide enquête, Conan est en mesure d'identifier la personne qui a tiré sur le Kid: Scorpion, un tueur professionnel recherché dans le monde entier par Interpol. Aucune image, aucune donnée, c'est un véritable fantôme. Et il se trouve parmi eux. Mais Conan a un autre problème majeur à gérer quand une remarque innocente fait ressurgir les doutes longtemps enfouis de Ran sur sa véritable identité. Celle-ci n'hésite plus, elle sait désormais où se trouve la vérité. Mais elle n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi Conan continue à lui mentir alors qu'ils sont finalement devenus si proches. Le moment est peut-être venue pour le jeune détective de tout lui dire.

Pour découvrir la sombre vérité cachée derrière cette affaire, Conan va devoir démêler les fils du passé et faire toute la lumière sur l'un des plus grands mystères de l'histoire. Mais les secrets devraient-ils tous être révélés ?


Commentaires

Sorti en 1999, Le Magicien de la Fin du Siècle est le troisième film des aventures de Détective Conan sur grand écran. Le film est produit par le studio TMS et sa durée avoisine les 1h40.

Kaito Kid le magicien fantôme vient d'annoncer sa prochaine cible: l'Oeuf des Souvenirs de Fabergé, un trésor de la dynastie des Romanov. L'oeuf est actuellement en possession de la Suzuki Corporation qui compte l'exposer prochainement dans leur musée d'Osaka. Shiro Suzuki, le PDG de la corporation, décide de faire appel au détective Kogoro Mouri pour seconder la police dans l'arrestation de Kaito Kid. Sa fille Sonoko Suzuki en profite pour inviter sa meilleure amie Ran Mouri, la fille de Kogoro, et le jeune Conan Edogawa à venir les rejoindre.

Dès leur arrivée à Osaka, Conan a la surprise de voir débarquer Heiji Hattori, le détective lycéen de l'Ouest, et son amie d'enfance Kazuha Toyama. Ils sont venus eux aussi prendre part au duel entre Kaito Kid et la police. L'oeuf au centre des enjeux est un artefact très prisé et de nombreuses personnes autres que le magicien fantôme rêvent de s'en emparer. C'est ce que Conan et Heiji découvrent lorsque, après être parvenu à le dérober, Kaito Kid est abattu en plein vol au cours de sa fuite par un sniper inconnu. Conan finit par découvrir que Scorpion, un assassin spécialisé dans le vol d'artefacts de la dynastie des Romanov, s'intéresse de très près à l'oeuf de Fabergé et que c'est probablement lui qui a tiré sur Kaito Kid pour l'empêcher de s'en emparer.

Natsumi Kosaka, la descendante d'un des artisans de Fabergé, dévoile alors que l'Oeuf des Souvenirs découvert ne correspond pas vraiment à la description des plans laissés par son ancêtre. Pour percer ce mystère, elle propose de ramener l'oeuf dans le château familial en compagnie du détective Kogoro Mouri et des différentes personnes intéressées par son acquisition afin de découvrir ensemble la vérité sur cet artefact. Conan soupçonne fortement Scorpion de faire partie des personnes présentes lors du voyage. Et Kaito Kid n'est pas forcément loin non plus, s'il a survécu...

Ce troisième film de Détective Conan est donc un cross-over avec la série Magic Kaito du même auteur. Après diverses confrontations dans le manga et dans la série animée, c'est à présent sur le grand écran que le Sherlock Holmes modèle réduit et l'Arsène Lupin des temps modernes vont s'affronter une nouvelle fois. Inutile donc de préciser que ce film comporte un quota important de fan-service avec l'apparition de la quasi-totalité des personnages récurrents introduits dans la série (Ai Haibara, Heiji Hattori, Kazuha Toyama...). Mais là où on pouvait redouter un fan-service assez gratuit, le film s'en tire actuellement plutôt bien, réussissant à le gérer intelligemment pour que chaque personnage soit employé dans un rôle qui lui corresponde par rapport à cette histoire. La seule exception est la bande des jeunes détectives qui ne sert franchement à rien dans ce film et qui a probablement été rajoutée simplement pour compléter le casting.

La confrontation entre Conan Edogawa et Kaito Kid demandait bien évidemment à ce qu'une relique de grande valeur se trouve au centre des enjeux du film. Dans le cas présent, les scénaristes ont choisi un artefact qui possède un lourd passé et qui continue encore aujourd'hui à être entouré d'une aura de mystère: l'un des fameux oeufs de Fabergé, chef d'oeuvre artisanal du début du siècle dernier. Cet objet évoque bien sûr la chute de l'empire des Romanov et les nombreuses énigmes historiques qui en ont émané. L'oeuf renferme un secret qui pourrait donner bien des réponses au plus grand mystère de l'histoire de la Russie (si on se replace dans le contexte de la sortie du film en 1999, parce qu'il n'y a plus vraiment de mystère aujourd'hui).

Le film se compose de deux grandes parties. La première tourne autour des efforts de la police pour déchiffrer l'énigme laissée par Kaito Kid les informant de l'heure et du lieu où il fera son apparition. Pour contrecarrer les plans du magicien fantôme, on assiste à une nouvelle alliance des détectives lycéens de l'Est et de l'Ouest, Shinichi Kudo (devenu un modèle réduit depuis peu) et Heiji Hattori. Heiji fait partie des cinq personnes au courant de la véritable identité de Conan Edogawa, aussi les deux rivaux partagent-ils une vraie relation de confiance et un lien quasi-fraternel en dépit de l'esprit de compétition. Mais le vrai rival de Conan reste Kaito Kid, ce grand maître de l'illusion. Les deux personnages sont thématiquement opposés, le magicien fantôme étant un voleur qui joue sur la mise en scène et les subterfuges pour nous faire croire à une illusion, tandis que le détective tente de percer à jour les stratagèmes des criminels pour voir la vérité derrière chaque affaire qu'on tente toujours de lui cacher, tel un enfant dont les yeux parviendraient à voir derrière un tour de magie. Ils sont les deux facettes d'une même pièce, mises en opposition mais complémentaires, et la ressemblance physique intrigante entre Kaito Kid et Shinichi Kudo accentue encore cette mise en parallèle. C'est cette relation ambigu qui se trouve au centre de cette première partie, alors que Conan et Heiji tentent de résoudre l'énigme laissée par le magicien fantôme pour l'empêcher de s'emparer de l'oeuf de Fabergé. Une partie qui s'achève sur une étonnante course-poursuite entre les trois adolescents surdoués.

La deuxième partie, quant à elle, prend les airs d'une chasse au trésor dans un château. On se retrouve davantage dans l'esprit de certaines intrigues du manga où Conan tente de comprendre un mécanisme particulier pour élucider le mystère d'une demeure étrange. Ici, l'ambiance est aventureuse et Conan va devoir déjouer divers mécanismes pour découvrir le secret caché en ces lieux. Parmi la troupe qui l'accompagne se trouvent diverses personnes intéressées par l'Oeuf des Souvenirs dont l'une d'elles n'est autre que l'assassin Scorpion. Tout en progressant dans la découverte des mystères de l'oeuf, il doit aussi veiller à rester sur ses gardes pour démasquer le tueur avant qu'il ne s'en prenne au reste du groupe.

Une autre intrigue se superpose à l'histoire principale durant laquelle la véritable identité de Conan risque d'être percée à jour par l'inspecteur Shiratori et par Ran. Cette intrigue est très peu exploitée par l'intrigue du film mais elle reste néanmoins plutôt intéressante car elle nous montre que le personnage de Ran a bien évolué depuis ses premières tentatives pour forcer Conan à avouer son identité dans le manga. Ici, le personnage fait preuve d'une plus grande maturité que par le passé, gardant ses doutes pour elle et l'observant minutieusement en attendant le moment de le confronter sur sa découverte. Si elle exprime très peu le fil de ses pensées, ses expressions trahissent les tourments qui envahissent son esprit. Alors qu'ils n'avaient jamais été aussi proches qu'ils ne le sont désormais, pourquoi Shinichi continue t-il de maintenir cette distance qui les tient séparés ? Pourquoi continue t-il à prétendre de n'être que Conan Edogawa alors qu'il connait à présent la nature de ses sentiments et sa douleur due à son absence ? Pourquoi ce silence ?

Le film suit ainsi ces différentes intrigues jusqu'à son grand dénouement, un face à face très attendu entre Conan et Scorpion. Pourquoi le tueur aspire t-il tant à s'emparer de l'Oeuf des Souvenirs ? Quels secrets renferme t-il ? La vérité éclate au grand jour durant cette confrontation très réussie au cours de laquelle aucun des deux pourrait n'en sortir vivant. Les réponses apportées ne sont pas forcément celles attendues et elles ne manqueront pas de surprendre tant les enjeux réels de l'intrigue s'avèrent plus importants qu'on ne les imaginait. Le film s'achève enfin sur une note romantique avec une autre grande scène très attendue: celle où Conan doit faire face aux soupçons de Ran sur son identité, laquelle réclame la vérité les larmes aux yeux. Le jeune détective va t-il se laisser amadouer ou continuera t-il à préserver le mensonge ? Le fan-service est bien présent, mais il est à nouveau employé avec brio: la scène est vraiment magnifique, portée par une belle poésie et elle apporte une conclusion des plus satisfaisantes à cette histoire.

La réalisation est généralement d'un très bon niveau et l'animation s'avère nettement supérieure à celle des deux films précédents. Les character-designs ont été revus et améliorés depuis les deux films précédents et les personnages sont plus détaillés qu'auparavant, avec des traits beaucoup moins grossiers et caricaturaux. Les musiques ne sont pas en reste non plus puisqu'on a ici droit à une ost magnifique comportant un certain nombre de thèmes inédits, plusieurs d'entre eux ayant été repris plus tard par la série animée (le thème de la confrontation finale avec Scorpion deviendra notamment celui des hommes en noir).

Concernant les doublages, on nous laisse à nouveau le choix entre la version française et la version japonaise sous-titrée. La version japonaise est toujours d'un excellent niveau et c'est un véritable plaisir de voir que des seiyus reconnus comme Megumi Hayashibara (Ai Haibara), Ryo Horikawa (Heiji Hattori) et Yuko Miyamura (Kazuha Toyama) ont rejoint le casting de la série entretemps. Ils ont également eu la très bonne idée de confier le rôle de Kaito Kid à Kappei Yamaguchi, le seiyu qui fait la voix de Shinichi (Kappei Yamaguchi), renforçant ainsi encore la mise en parallèle entre les deux personnages. La version française n'est quant à elle vraiment pas terrible, toujours aussi plate (et je n'aime pas du tout la voix qu'ils ont collé à Haibara, ça casse complètement le personnage).

L'édition de Kazé reste dans la lignée des films précédents. Le film nous est proposé au format 16/9 et les deux pistes audio sont en 2.0. L'image comme le son sont de bonne qualité et les menus sont toujours assez agréables à naviguer, même si on regrettera simplement que le menu principal se contente cette fois d'un simple fond bleu pas spécialement joli. Le tout est accompagné de la musique du générique de fin qui est plutôt entraînante quant à elle.

Un nouveau livret d'une vingtaine de pages accompagne cette édition. Compte-tenu du nombre de nouveaux personnages qui apparaissent dans ce film, il était important de faire une petite mise au point pour ceux qui ne connaissent pas encore trop l'univers du manga et on a ainsi droit à des présentations de Kaito Kid, Ai Haibara, Heiji Hattori, Kazuha Toyama, l'inspecteur Nakamori, Shiro Suzuki et l'inspecteur Wataru Takagi. Les personnages exclusifs au film y ont également droit bien entendu. Enfin, les dernières pages comportent des informations sur le manga Magic Kaito dont est originaire le personnage de Kaito Kid et sur les oeufs de Fabergé, ainsi que des explications complémentaires sur la culture japonaise et sur la langue afin de mieux comprendre certains éléments du film. Dans l'ensemble, on se retrouve donc avec un petit livret assez intéressant qui constitue un bon complément au film. Une initiative appréciable.

Le Magicien de la Fin du Siècle est donc dans l'ensemble un film très réussi. Véritable célébration du mythe Détective Conan, il fait intervenir de nombreux personnages issus de la mythologie pour les mettre au service d'une intrigue saisissante qui oppose une nouvelle fois le jeune Conan Edogawa à son plus grand rival Kaito Kid, le voleur insaisissable. L'histoire est ambitieuse et intéressante, l'esprit d'aventure est des plus sympathiques et on se retrouve donc avec un excellent long-métrage. Tout simplement l'un des meilleurs films de Détective Conan et un véritable incontournable pour les fans de la série !

Verdict: Excellent (17/20).
Modifié en dernier par Glass Heart le 01 févr. 2013, 03:14, modifié 2 fois.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Détective Conan

Message non lu par Glass Heart » 29 déc. 2012, 18:38

Détective Conan Film 4 - Mémoire Assassine

Image

Studio: TMS.
Editeur: Kaze.
Année de production: 2000.
Durée: 1h40.


Casting: Minami Takayama (Conan Edogawa), Kappei Yamaguchi (Shinichi Kudo), Wakana Yamazaki (Ran Mouri), Akira Kamiya (Kogoro Mouri), Gara Takashima (Eri Kisaki), Naoko Matsui (Sonoko Suzuki),
Chafurin (Inspecteur Juzo Megure), Kaneto Shiozawa (Inspecteur Ninzaburo Shiratori), Wataru Takagi (Inspecteur Wataru Takagi et Genta Kojima), Atsuko Yuya (Inspectrice Miwako Sato), Isshin Chiba (Détective Chiba),
Ikue Ohtani (Mitsuhiko Tsuburaya), Yukiko Iwai (Ayumi Yoshida), Megumi Hayashibara (Ai Haibara), Kenichi Ogata (Professeur Hiroshi Agasa), Asoko Dodo (Midori Kuriyama), Kouji Nakata (Préfet Toshiro Odagiri),
Kazuhiko Inoue (Kyosuke Kazato), Rica Fukami (Tamaki Jinno), Hisao Egawa (Toshiya Odagiri), Toshiyuki Morikawa (Makoto Tomonari), Yutaka Shimaka (Inspecteur Osamu Narasawa),Takao Ohyama (Commissaire Tomonari),
Ijin Yamano (Inspecteur Yoichiro Shiba), Naoya Uchida (Tamotsu Jinno) et Sayaka Ohara (Sara Shiratori).


Kpq5SRHFBMo

L'Histoire

Ran Mouri commence à se lasser d'attendre le retour de Shinichi, absent depuis plusieurs mois déjà. Les coups de fil envoyés par Conan en déguisant sa voix ne lui suffisent plus et elle espère qu'il acceptera de retourner avec elle au parc d'attractions Tropical Land, lieu de leur dernier rendez-vous. Pour Conan, c'est surtout le lieu où les hommes en noir l'ont agressé et où ils lui ont fait avaler ce mystérieux poison responsable de son état actuel.

Peu de temps après, Conan et les jeunes détectives assistent au meurtre d'un officier de police. Celui-ci décède sur place sans que l'assassin n'ait pu être arrêté. Une seconde victime du tueur est retrouvée le soir même dans le parking de son immeuble, lui aussi officier de police. L'affaire fait les gros titres de la presse et le commissariat de police commence à sombrer dans la paranoïa. Malgré les demandes insistantes du détective Kogoro Mouri, l'inspecteur Megure refuse de lui divulguer quoi que ce soit concernant cette affaire.

A l'occasion du mariage de la soeur de l'inspecteur Shiratori, Kogoro tente à nouveau d'en savoir davantage pour se voir répondre un simple "Need not to know", une expression du jargon policier pour désigner une sale affaire impliquant des membres de la hiérarchie. Au cours de la cérémonie, l'inspectrice Sato est agressée dans les toilettes par le tueur qui vide son chargeur sur elle. Ayant assisté à toute la scène Ran se retrouve tout à coup avec le corps ensanglanté de l'inspectrice entre les bras. Profondément choquée, elle perd connaissance. A son réveil, elle a perdu la mémoire, n'ayant aucun souvenir de l'incident ou même de sa vie avant cela, ayant oublié jusqu'à sa propre identité.


Commentaires

Sorti en 2000, Mémoire Assassine est le quatrième volet des aventures cinématographiques de Détective Conan. Le film est produit par le studio TMS auquel on doit également la série animée et sa durée est de 1h40.

Deux officiers de police de Tokyo sont brutalement assassinés. L'affaire fait grand bruit dans les journaux. Les forces de police sont inquiètes de cette série de meurtres les visant directement. La tension monte encore d'un cran lorsque leur hiérarchie tente d'étouffer l'affaire, beaucoup commençant à soupçonner leurs supérieurs d'être plus ou moins impliqués dans ces tueries et de vouloir éviter qu'un scandale n'éclate. La troisième victime du tueur n'est autre que l'inspectrice Sato, lors d'une réception réunissant de nombreuses figures de la police. Alors qu'elle lutte entre la vie et la mort, Ran, qui a vu le tueur, est en état de choc et perd connaissance. A son réveil, elle a oublié tous les souvenirs de cet incident, et même de sa vie avant cela. Ca n'empêche pas le tueur de vouloir la réduire au silence, craignant qu'elle ne retrouve un jour la mémoire. Avec la vie de Ran en jeu, Conan doit à tout prix résoudre cette affaire le plus rapidement et démasquer le coupable avant qu'il ne parvienne à ses fins.

Mémoire Assassine est assez différent des autres films de Détective Conan. Très sombre et assez violent, il nous présente une intrigue plus réaliste et plus sérieuse que la plupart des films. Ca commence très fort quand, quelques minutes à peine après le début, on assiste très vite au meurtre d'un premier officier juste sous les yeux de Conan et des jeunes détectives et, contrairement au deuxième film, tout nous est montré cette fois de manière "brut". Le ton est ainsi donné d'entrée de jeu et ça ne s'arrête pas avec une plongée progressive dans un environnement policier où règne la méfiance et la paranoïa. Plus personne ne fait confiance à personne au sein des forces de l'ordre et tout le monde pourrait très bien être le meurtrier ou l'une de ses prochaines victimes. Pour combler le tout, l'inspecteur Megure, chargé de l'enquête, soupçonne lui-même fortement le préfet de police d'être derrière cette série de meurtres ou, tout du moins, de tout faire pour éviter que la vérité ne soit découverte. Un tel scandale entacherait considérablement l'image de la police auprès des médias et des citoyens.

L'autre grande intrigue du film touche plus directement les personnages principaux: Ran a été témoin de l'agression de l'inspectrice Sato et le choc provoqué a été si violent qu'il l'a rendue amnésique au point d'en oublier sa propre identité. L'ensemble du casting principal se réunit alors pour veiller sur elle et la jeune fille est amenée à redécouvrir progressivement l'ensemble de ses relations qui ne sont malheureusement pour l'heure que des visages inconnus et des énigmes de plus à gérer pour son esprit fragile. Certains éléments évoqués plus tôt dans le film, tels que la relation passée entre Kogoro Mouri et Eri Kisagi ou celle entre Shinichi et Ran, prennent alors une certaine importance: Eri décide de retourner habiter avec son bon à rien de mari pour veiller sur sa fille, créant ainsi un climat familial plutôt chaleureux où l'ancien couple est lui-même amené à repenser à leurs différents passés avec recul et dérision. Mais plus encore, ce sont les souvenirs de ce mystérieux garçon fantôme appelé Shinichi qui sont placés au centre de cette intrigue. Alors que de nombreux proches se réunissent pour soutenir Ran, Shinichi est le seul à ne pas être à ses côtés alors qu'il devrait être le premier à son chevet, provoquant l'incompréhension. Toutefois, Ran ressent le lien particulier et fort qui les unit et son inconscient l'encourage à partir à la recherche de ses souvenirs de ce garçon mystérieux. Cela exprime bien sûr son désir profond de "retrouver" Shinichi et cette quête a donc une connotation très métaphorique, d'autant qu'elle amène le personnage à revenir au point de départ de la série: Tropical Land, le parc d'attractions où Ran a vu Shinichi pour la dernière fois avant sa disparition. Et c'est précisément dans ce lieu que se tiendra le grand dénouement du film où "Shinichi" va devoir voler au secours de sa bien-aimée pour la protéger du tueur dont elle est devenue la nouvelle cible.

La dimension enquête n'est pas non plus en reste puisque, durant une bonne partie du film, le tueur s'en était déjà pris à Ran, poussant Conan à prendre l'affaire très au sérieux pour pouvoir la protéger. Le seul moyen de sauver Ran est de mettre le tueur hors d'état de nuire une bonne fois pour toutes, mais cette affaire est plutôt compliquée et, pour en découvrir la vérité cachée, il va lui falloir revenir sur une vieille affaire qui concernait tous les protagonistes, tout autant les victimes que les suspects. Cela lui est d'autant plus difficile que, pendant qu'il enquête, l'assassin pourrait justement s'en prendre à nouveau à Ran sans qu'il ne puisse plus la protéger. Tout cela nous mène jusqu'au grand dénouement où, la vérité enfin découverte, Conan doit protéger une nouvelle fois Ran du tueur quand la jeune fille n'a plus personne vers qui se tourner. Seul "Shinichi" est encore en mesure de la sauver.

Ce dernier acte à Tropical Land concentre quasiment à lui seul toutes les scènes d'action présentes dans le film, le parc d'attractions se transformant en véritable safari où le tueur peut les attaquer à n'importe quel moment. La tension y est permanente et le suspense est à son comble tout du long alors que nos deux héros tentent vainement d'échapper à l'assassin. De manière plus générale, c'est aussi dans ce lieu significatif pour les deux héros que les différentes intrigues du film trouvent leur dénouement, que ce soit la mémoire de Ran, sa relation avec "Shinichi" ou la vérité derrière l'affaire des meurtres en série. La révélation de l'identité de l'assassin est à la hauteur de ce qu'on attendait, aussi surprenante que brillamment mise en scène. Vu que le coupable avait réussi à mettre la police en ébullition et à semer le chaos, on s'attendait à quelqu'un de particulièrement redoutable et manipulateur, et on n'est pas déçu par la belle pourriture qui se dévoile. On doit aussi saluer l'exécution de cette longue séquence qui arrive à traiter brillamment toute cette multitude d'éléments tout en parvenant à maintenir un ensemble cohérent.

La réalisation du film est dans l'ensemble excellente, arrivant à créer magistralement cette atmosphère oppressante et cette tension permanente nécessaire à l'histoire. L'ambiance de thriller est magnifiquement réussie et on peut vraiment dire que c'est le film le plus sombre et le plus "trippant" de la saga entière. La qualité de l'animation est par ailleurs excellente pour l'époque, notamment lors des scènes d'action qui sont vraiment superbes. Les character-designs ont aussi été retravaillés depuis le film précédent et on s'éloigne cette fois radicalement des designs un peu cartoons du début de la série pour un résultat autrement plus convaincant.

Les musiques, quant à elles, sont assez différentes de ce qu'on entend habituellement dans la série. Dû au ton particulièrement sombre du film, les musiques ont pour la plupart une tonalité de thriller. On se retrouve donc avec une bande originale qui colle plus que jamais à l'ambiance de son film et dont quelques thèmes ont été plus tard repris par la série.

Le film nous est proposé en version française et en version japonaise sous-titrée. Là, je conseille vraiment d'éviter le doublage français assez raté qui sabote complètement l'atmosphère sombre et tendue du film et de privilégier à la place la version originale qui est autrement plus réussie. Je tiens aussi à saluer la prestation Wakana Yamazaki, l'interprète de Ran, qui s'en tire admirablement dans son rôle, arrivant à nous faire ressentir la tristesse et la confusion de son personnage. Sa prestation est vraiment au coeur du film et elle la maîtrise vraiment bien.

L'édition de Kazé est toujours de qualité très satisfaisante. Le film nous est proposé en 16/9 et les deux pistes audio sont en 2.0. Les menus sont quant à eux assez réussis, avec la bonne idée de varier un peu plus les musiques entre chaque écran et de coller le thème phare de la série au menu principal.

Le livret accompagnant le film continue de nous présenter les nouveaux personnages y apparaissant qui sont cette fois essentiellement des inspecteurs de police (Miwako Sato, Wataru Takagi et le détective Chiba), ainsi que les personnages crées spécialement pour le film. On trouve également une présentation relativement longue de l'univers de la série animée, très complète, mais il apparait un peu étrange qu'elle ne soit amenée que maintenant, dans le livret du quatrième film.

Mémoire Assassine est au final une vraie réussite. Plus sombre, plus réaliste et plus violent que la plupart des autres films, ce quatrième opus est tout d'abord porté par son ambiance magistrale qui ne laisse aucun temps mort à la narration et aucun répit aux personnages. L'histoire en elle-même est très convaincante et si l'idée de rendre Ran amnésique parait un peu simple de prime abord, elle a été traitée remarquablement par la suite. Loin de tout cliché, les scénaristes ont vraiment pris le temps de développer son personnage et de s'intéresser à son monde et à ses relations. C'est un personnage qui a traversé beaucoup d'épreuves dans sa vie mais qui a la chance d'être entourée de personnes formidables parmi sa famille et ses amis. Un beau moyen de l'amener à réaliser que la vie dont elle rêvait n'était pas si éloignée d'elle qu'elle ne l'imaginait. De plus, la réalisation est excellente à tous les niveaux et porte brillamment cette histoire. On se retrouve donc avec un film d'exception, souvent magistral et proche du chef d'oeuvre. Très clairement l'un des films les plus aboutis de cette saga et possiblement le meilleur de tous ! C'est un vrai bonheur que ce film en particulier soit disponible en France car ça aurait vraiment été une perte immense pour les fans du détective lycéen modèle réduit le plus célèbre de l'univers manga.

Verdict: Excellent (18/20).
Modifié en dernier par Glass Heart le 01 févr. 2013, 03:14, modifié 1 fois.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Détective Conan

Message non lu par Glass Heart » 09 janv. 2013, 04:43

Détective Conan Film 5 - Décompte aux Cieux

Image

Studio: TMS.
Editeur: Kaze.
Année de production: 2001.
Durée: 1h40.


Casting: Minami Takayama (Conan Edogawa), Kappei Yamaguchi (Shinichi Kudo), Megumi Hayashibara (Ai Haibara), Wataru Takagi (Genta Kojima et Inspecteur Wataru Takagi), Ikue Ohtani (Mitsuhiko Tsuburaya),
Yukiko Iwai (Ayumi Yoshida), Wakana Yamazaki (Ran Mouri), Akira Kamiya (Kogoro Mouri), Kenichi Ogata (Professeur Hiroshi Agasa), Naoko Matsui (Sonoko Suzuki), Chafurin (Inspecteur Juzo Megure),
Kazuhiko Inoue * (Inspecteur Ninzaburo Shiratori), Isshin Chiba (Détective Chiba), Yukitoshi Hori (Gin), Fumihiko Tachiki (Vodka), Sakiko Tamagawa (Akemi Miyano), Toshihiko Nakajima (M. Tome),
Toshiko Fujita (Mio Tokiwa), Aya Hisakawa (Chinami Sawaguchi), Kouichi Hashimoto (Yoshiaki Hara), Ichiro Nagai (Hosui Kisaragi), Juurouta Kosugi (Hidehiko Kazama) et Takeshi Watabe (Iwamatsu Oki).


* Kazuhiko Inoue reprend le rôle de Shiratori, précédemment tenu par le regretté Kaneto Shiozawa.

mif2ug7XftA

L'Histoire

Conan et ses amis visitent les tours jumelles Tokiwa qui servent de nouveau siège social à l'entreprise d'informatique tenue par Mio Tokiwa, une ancienne camarade de classe du détective Kogoro Mouri. L'inauguration des tours aura lieu une semaine après, au cours d'une cérémonie officielle, et ce sera alors tout un centre commercial avec hôtel et piscine qui sera ouvert au public. Mais au cours de la visite, Conan repère la présence des hommes en noir responsables de son état. Que peuvent-ils bien venir faire là ?

Durant les jours qui suivent, des personnes travaillant dans les tours ou associées à leur construction sont retrouvées mortes assassinées. L'enquête se dirige vers les personnes travaillant pour la corporation Tokiwa, mais Conan soupçonne l'organisation des hommes en noir d'être impliquée. La bande des jeunes détectives décide de mener sa propre enquête.

Pendant ce temps, Ai Haibara plonge dans une dépression violente. Toujours traquée par les hommes en noir, elle désespère d'arriver à leur échapper indéfiniment et elle n'en peut plus de continuer à vivre ainsi dans la peur. Plus le temps passe et plus l'étau se resserre autour d'elle, jusqu'au jour où ils finiront par la retrouver. Et alors elle et toutes les personnes qu'elle aura impliqué dans ses affaires paieront le prix de sa trahison...


Commentaires

Sorti en 2001, Décompte aux Cieux est le cinquième film de Détective Conan et le dernier à avoir été édité en France par Kazé. Produit par le studio TMS, le film affiche une durée d'1h40.

Tout commence au cours d'une visite de Conan et ses amis aux tours jumelles Tokiwa, nouveau siège social de l'entreprise d'informatique dirigée par Mio Tokiwa, une ancienne camarade de classe de Kogoro Mouri. Les tours doivent officiellement être inaugurées au cours d'une cérémonie qui aura lieu la semaine suivante. Kogoro et ses proches sont invités à prendre part aux festivités.

Mais au cours de la visite, Conan s'aperçoit de la présence des hommes en noir Gin et Vodka sur les lieux. Ces individus font partie d'une mystérieuse organisation criminelle trempant dans de multiples activités douteuses. Il s'y était déjà trouvé confronté du temps où il était le détective lycéen Shinichi Kudo et ce sont eux qui sont responsables de son état actuel, lui ayant fait avaler le poison expérimental qui l'a rajeuni, pensant qu'il allait le tuer. L'intérêt que les hommes en noir portent aux tours Tokiwa intrigue Conan mais Ai Haibara, leur ancienne complice, ne verrait rien d'étonnant à ce qu'un de leurs agents soit infiltré parmi les employés de la corporation, leur organisation repérant de jeunes talents issus de différents secteurs professionnels afin de les recruter. Sauf qu'une fois entré dans l'organisation, il est bien difficile de la quitter. Elle le sait mieux que quiconque, elle qui les a trahi et qui doit désormais les fuir en se dissimulant sous l'identité d'une simple écolière.

Depuis que l'organisation a ordonné l'exécution de sa soeur Akemi, les événements se sont précipités pour celle qu'on appelait autrefois Sherry. De son vrai nom Shiho Miyano, elle était une brillante scientifique travaillant pour l'organisation des hommes en noir et c'est notamment elle qui a conçu notamment le fameux poison expérimental responsable du rajeunissement de Shinichi, devenu le jeune Conan Edogawa depuis ce jour. Trahissant ses anciens complices, elle tenta de mettre fin à ses jours en avalant son propre poison mais elle rajeunit à son tour. Cela lui permit de leur échapper et elle trouva refuge chez le professeur Agasa, un ami proche et allié inestimable de Conan dans son combat contre les hommes en noir.

Tous ces événements se sont enchaînés très vite. Devenant la camarade de classe de Conan, elle commença à mener la vie d'une écolière et elle se lia d'amitié avec les jeunes détectives, devenant le cinquième membre du groupe. La vie dont elle avait toujours rêvée, l'enfance dont on l'avait privée. Mais quelque part, l'organisation continue de la poursuivre et elle est consciente que ce bonheur ne durera pas éternellement. En proie au doute, elle préfère prendre ses distances, convaincue qu'elle ne peut pas avoir réellement d'avenir après avoir trahi l'organisation. En proie à la solitude, son seul réconfort est d'écouter la voix de sa soeur Akemi, enregistrée sur son ancien répondeur, mais cette mauvaise habitude risque de compromettre tôt ou tard sa couverture en permettant aux hommes en noir de la localiser.

C'est ainsi que ces derniers découvrent que "Sherry" sera présente à la cérémonie d'inauguration des tours Tokiwa. Entretemps, une affaire de meurtres touche des employés de la corporation et des personnes impliquées dans la construction des tours jumelles. Les indices laissent penser à l'existence d'un tueur en série, mais certains éléments de l'affaire sont déroutants. Les hommes en noir sont-ils impliqués ?

La police craint que le tueur ne tente de saboter la cérémonie d'inauguration des tours Tokiwa. Malgré leur insistance, Mio Tokiwa refuse de la reporter. Accompagnant Kogoro et les autres, Conan attend de voir si les hommes en noir vont tenter quelque chose durant la soirée. Mais les événements qui vont s'y dérouler sont bien plus terrifiants qu'il ne l'imaginait. Les hommes en noir ne reculeront devant rien pour s'assurer d'expédier la traîtresse Sherry dans l'autre monde...

Décompte aux Cieux prend place dans le contexte de l'arc Vermouth du manga original et de la série animée dérivée, quelques temps après les événements du tome 24. Cet arc met à l'honneur le personnage d'Ai Haibara, l'un des plus énigmatiques, des plus ambigus et des plus torturés de la série. Possédant un lourd passif au sein de l'organisation criminelle que combat Shinichi, la jeune fille est à présent traquée par ses anciens complices qui veulent éliminer la menace qu'elle représente désormais en tant qu'agent renégat. La vie d'Haibara se résume dorénavant à fuir cette organisation qui la terrifie et à se cacher sous les traits d'une écolière, mais le tournant qu'a pris sa vie a été si brutal que son esprit fragilisé par la mort de sa soeur et sa récente tentative de suicide en a gardé de profondes séquelles qui remontent à présent à la surface. La jeune fille traverse une période de dépression où elle réalise que personne ne peut véritablement la comprendre, l'obligeant à faire face seule à la culpabilité de ses actions passées et à la punition qu'elle vit actuellement.

En parallèle, les jeunes détectives décident d'enquêter sur l'affaire de meurtres liées aux tours Tokiwa, voulant l'élucider avant la police. Remettant en doute sa place au sein du groupe, Haibara ne prend pas part aux investigations et ce sont donc les quatre membres fondateurs qui rencontrent les suspects pour les interroger. Mais les enfants réalisent le danger que leur amie traverse actuellement, s'enfonçant de plus en plus dans la dépression, et ils sont prêts à tout pour la persuader qu'elle a véritablement sa place dans leur groupe et qu'elle n'a pas à se replier dans sa solitude.

Le film présente donc deux intrigues qui évoluent en parallèle et l'un des problèmes majeurs du film se situe justement à ce niveau: ces deux lignes directrices ne font que se croiser tout le long du film mais il n'y a jamais vraiment de moment où elles convergent réellement pour permettre au film de trouver toute sa cohérence et son unicité. Du coup, on peut s'interroger sur les raisons qui font que ces deux intrigues sont associées au sein du même film si elles ne sont pas vraiment complémentaires. Très franchement, on peut penser que l'affaire des meurtres a surtout été intégrée au film pour justifier le titre Détective Conan, cette intrigue ayant clairement été bâclée. L'affaire n'est vraiment pas intéressante, peu travaillée et son dénouement sort un peu de nulle part. Tout cela est un prétexte pour mettre en scène les jeunes détectives dans des pseudo-scènes d'enquête qui mettent surtout l'accent sur l'humour. Il apparait clair que les scénaristes ne s'intéressaient pas du tout à cet aspect du film et qu'ils l'ont complètement bâclé. A l'inverse, le véritable intérêt du film se situe de manière évidente sur l'intrigue concernant Ai Haibara et les hommes en noir, laquelle est nettement plus travaillée et aboutie. Certes, on n'apprend rien de bien nouveau concernant Haibara, qui est et restera toujours l'un des personnages les plus profonds et complexes de la série, mais il est cependant appréciable de voir un personnage avec une psychologie aussi riche se retrouver au centre des enjeux d'un film.

Ne nous leurrons pas toutefois, cette intrigue, aussi intéressante soit-elle, est avant tout un prétexte à amener la dimension catastrophe sur laquelle est vendu le film: un remake du grand classique "La Tour Infernale" se déroulant dans l'univers de Détective Conan. Quand celle-ci démarre, l'intrigue sur les meurtres s'interrompt subitement (preuve que les scénaristes n'en avaient décidément rien à cirer) et les personnages ne pensent alors plus qu'à sortir des tours avant que l'incendie ne leur coupe toute retraite. Cette évacuation tourne au parcours du combattant et l'équipe en charge du film n'a pas hésiter à mettre en scène des passages spectaculaires pour enjoliver le tout. On peut même dire que c'est là le véritable point de départ d'une tendance que suivront ensuite plusieurs des autres films de Détective Conan à se focaliser davantage sur l'action et sur la dimension catastrophe affichée, parfois au détriment des intrigues policières à proprement parler.

Un autre élément qui marque aussi inévitablement dans ce film, c'est l'omniprésence et l'importance majeure des personnages des jeunes détectives. Jusque là, ils étaient surtout présents dans les films comme des personnages secondaires, intégrés pour le fan-service et pour apporter un peu d'humour à destination du jeune public dans des intrigues particulièrement sombres, mais ici ils sont davantage mis en avant par l'histoire au lieu des traditionnels Ran et Kogoro. Cela s'explique principalement par l'intrigue liée à Haibara, son évolution au cours du film se traduisant en partie (surtout dans la seconde moitié) par sa place au sein de leur groupe. Alors que l'évacuation progresse, les enfants finissent par se retrouver seuls dans les étages supérieurs avec l'assassin et il leur faut alors associer leurs efforts pour arriver à se sortir d'affaire au moment où tout espoir semblait déjà perdu.

Et dans tout ça, quelle place tiennent les hommes en noir ? Cela décevra peut-être ceux qui attendaient une véritable confrontation entre Conan et l'organisation, mais ils restent principalement dans l'ombre des événements du film comme c'est souvent le cas dans les intrigues du manga les impliquant. Personne ne sait qu'ils étaient là, ils ne laissent aucune trace derrière eux, mais la menace qu'ils incarnent est bien réelle et ils font bien sentir à Haibara qu'elle vient de tomber dans leur piège et qu'ils ne lui laissent plus la moindre chance de s'en tirer. La bataille est donc plutôt d'ordre métaphorique en réalité. Bien avant d'entrer dans les tours, Haibara a toujours été prise au piège par les hommes en noir, plongée dans une terreur permanente. Alors que cette menace prend forme, la question est de savoir si l'amitié de ses jeunes camarades sera en mesure de se montrer suffisamment forte pour la sortir d'affaire et s'opposer ainsi à l'emprise de l'organisation sur son existence. C'est par ce biais seulement que Haibara pourra enfin sortir de sa dépression, sans que ses amis aient la moindre idée du miracle qu'ils auront secrètement accompli aux yeux de la jeune fille.

En définitive, il y a vraiment du bon et du moins bon dans ce film. Le principal intérêt réside clairement dans le traitement remarquable du personnage d'Ai Haibara et dans toute la dimension catastrophe qui en découle. Pour la dimension enquête en elle-même, on y repassera, les scénaristes n'ont pas daigné travailler suffisamment cette intrigue pour arriver à la rendre intéressante aux yeux du spectateur et l'absence de véritable cohérence entre ces deux intrigues fait que le film laisse malgré tout un arrière-goût de travail inabouti.

Du côté de la réalisation, on sent que c'est davantage là que les efforts ont été investis. L'animation est vraiment devenue très belle et c'est le grand spectacle qui domine toute la seconde partie du film avec une succession de scènes d'action. Le problème toutefois, c'est que le film a la fâcheuse tendance de succomber à la tentation de nombreux blockbusters de vouloir un peu trop en mettre plein la vue au spectateur, histoire qu'il en ait pour son argent, mais d'oublier de créer une vraie tension dramatique derrière. Les personnages se retrouvent dans une situation particulièrement périlleuse où ils risquent leur peau, et tout particulièrement Haibara, mais on ne le ressent jamais vraiment dans l'exécution. C'est principalement un déluge de flammes et d'explosions. On est très loin à ce niveau de la réussite totale de Mémoire Assassine qui arrivait à créer avec une tension oppressante qui ne laissait jamais aucun répit au spectateur, assumant pleinement son ambiance de thriller. Ici, difficile de prendre peur pour les personnages tant l'impression générale qui s'en dégage est d'assister à... un spectacle.

Concernant les musiques, la bande originale de ce film est probablement l'une des plus réussies avec des thèmes entraînants qui mettent en valeur les séquences d'action de manière diablement efficace, tout en restant trèsfidèles à l'ambiance musicale traditionnelle de la série. On a par ailleurs droit à une excellente reprise du thème principal et ça en est sûrement l'une des meilleures versions à ce jour. De ce côté-là, c'est une vraie réussite !

L'édition de Kazé, quant à elle, ne change pas trop de celle des précédents films. L'image est toujours au format 16/9 et le son est en 2.0. Les deux pistes qui nous sont proposées sont toujours la version française et la version japonaise sous-titrée. Le doublage japonais est excellent, tandis que le doublage français n'est vraiment pas terrible. Un exemple précise qui me vient à l'esprit est le doublage du personnage d'Ai Haibara: si, dans la version originale, Megumi Hayashibara a vraiment accompli un travail magistral, mettant brillamment en lumière toute la complexité et toute la dimension torturée de son personnage, sa voix française est en revanche totalement inappropriée et elle décrédibilise assez son personnage. Cet exemple résume bien le problème que j'ai par rapport à la vf sur l'ensemble des films: elle ne ressemble à rien, elle n'a aucune saveur et elle ne fait qu'encourager le choix de la version japonaise.

Pour en terminer avec l'édition, les menus sont toujours impeccables avec un bon choix d'illustrations et un thème musical agréable (le générique de fin). Je noterais aussi que, sur ce film, les chapitres du dvd sont moins espacés entre eux sur la durée ce qui constitue un confort supplémentaire appréciable pour la navigation.

Quant au livret qui accompagne l'ensemble, il continue d'introduire les nouveaux personnages apparaissant dans le film, à savoir les hommes en noir Gin et Vodka, Akemi Miyano (la soeur décédée de Haibara) et M. Tome de la police scientifique. Les personnages exclusifs au film ont également droits à une présentation rapide. Le reste du livret est consacré à une comparaison entre le manga original et l'adaptation animée sur certaines différences majeures (et c'est d'autant plus pertinent qu'elles concernent justement des intrigues impliquant les hommes en noir) et à des explications complémentaires sur la culture japonaise en lien avec certains éléments abordés dans le film.

Pour conclure, Décompte aux Cieux n'est pas vraiment l'un des meilleurs films de Détective Conan, surtout au regard de la qualité des trois longs-métrages qui l'ont directement précédé. Toutefois, ses liens par rapport à la mythologie du manga et la mise en avant de la psychologie d'Ai Haibara, un personnage très apprécié des fans et particulièrement intéressant, valent le détour pour les passionnés de l'univers de Détective Conan. Mais ceux qui ne le connaissent pas encore suffisamment bien auront probablement plus de mal à accrocher, même si le traitement du personnage de Haibara dans le film pourrait les pousser justement à s'intéresser à son histoire et à se plonger dans la lecture du manga. Car c'est là que réside plus ou moins le coeur même de ce film: un appel de détresse d'une jeune fille plongée dans le désespoir le plus noir qu'on puisse imaginer. Pour la comprendre, rien de tel que de découvrir son drame personnel et de réaliser qu'on tient vraiment là un personnage d'une richesse et d'une complexité exceptionnelles. Quant à savoir si cette tragédie prendra fin un jour, cette histoire évolue continuellement sous le crayon de l'auteur Gosho Aoyama à mesure que son intrigue principale progresse. Un jour viendra où toutes ces intrigues saisissantes qui ont fait vivre cette série pendant tant d'années trouveront leur conclusion. D'ici là, chaque nouveau tome du manga se dévore sans modération à mesure que de nouvelles pièces viennent s'ajouter au puzzle de cette gigantesque intrigue dont les nombreux mystères continuent de passionner les fans. C'est peut-être bien là la plus belle conclusion que l'on puisse tirer de cette saga cinématographique: l'envie de profiter pleinement de toute la richesse que cette série a à nous offrir et de tous ces personnages attachants que l'on aura vu évoluer au fil des années. C'est là aussi toute la magie de Détective Conan.

Verdict: Bon (14/20).
Modifié en dernier par Glass Heart le 01 févr. 2013, 03:14, modifié 2 fois.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Détective Conan

Message non lu par Glass Heart » 10 janv. 2013, 00:08

Lupin III VS Détective Conan

Image

Studio: TMS.
Année de production: 2009.
Durée: 1h45.


Casting: Minami Takayama (Conan Edogawa), Kappei Yamaguchi (Shinichi Kudo), Wakana Yamazaki (Ran Mouri), Akira Kamiya (Kogoro Mouri), Wataru Takagi (Inspecteur Wataru Takagi),
Chafurin (Inspecteur Juzo Megure), Naoko Matsui (Sonoko Suzuki), Kanichi Kurita (Arsène Lupin III), Kiyoshi Kobayashi (Daisuke Jigen), Eiko Masuyama (Fujiko Mine), Goro Naya (Inspecteur Koichi Zenigata),
Makio Inoue (Goemon Ishikawa XIII), Yui Horie (Princesse Mira Julietta Vespania), Hikaru Midorikawa (Comte Keith Dan Stinger), Taiten Kusunoki (Sir Kyle), Yusaku Yara (Duc Gerard Musca Vespania),
Hiroko Suzuki (Reine Sakura Aludia Vespania) et Jun Fukuyama (Prince Gill Cowell Vespania).


r2ZEbfF5aXs

L'Histoire

Le royaume de Vespania est récemment entré dans tous les regards suite à la découverte d'un nouveau minerai d'une valeur inestimable sur ses terres. Nombreux sont ceux qui aimeraient exploiter les richesses du territoire, mais la reine s'y oppose fermement.

La reine est accidentellement tuée au cours d'une partie de chasse par son fils le prince héritier, lequel se donne ensuite la mort, envahi par la culpabilité. Le trône doit à présent revenir à la princesse Mira, une jeune femme à peine sortie de l'adolescence, ce qui soulève un mouvement d'insurrection dans le pays. De nombreuses factions se font entendre pour exprimer leur désapprobation et demander à la princesse de renoncer au droit de succession. En réalité, plus que tout autre, Mira n'a pas la moindre envie de monter sur le trône. Elle n'a jamais voulu gouverner le pays et ces nouvelles responsabilités qui lui tombent sur les épaules si vite après la mort des derniers membres de sa famille la répugnent.

Embarqué dans un premier voyage officiel au Japon avant son couronnement, la princesse Mira est victime d'une tentative d'assassinat déjouée de justesse par Conan Edogawa et Kogoro Mouri. Découvrant que Ran Mouri est son sosie parfait, Mira décide d'échanger leurs places afin de se libérer définitivement de la vie qui l'attend à son retour à Vespania. Ran est ainsi amenée à repartir au pays avec les gardes du corps de la princesse, malgré les protestations de son père. Pour la sauver, Conan tente de rattraper la princesse Mira mais celle-ci parvient à le semer grâce à l'aide d'une voleuse professionnelle appelée Fujiko Mine.

Alors que Mira découvre les plaisirs d'une vie normale, Ran Mouri est emmenée de force dans le vol de retour vers Vespania, suivie par Conan qui parvient à monter à bord. Pour pouvoir entrer sur le territoire vespanien, Kogoro Mouri se propose à assister l'inspecteur Zenigata dans sa nouvelle affaire: empêcher le célèbre voleur Lupin III de s'emparer de la couronne de Vespania. Lupin et son complice Jigen ont en réalité déjà infiltré le palais. Il ne leur reste qu'à trouver un moyen de détourner l'impressionnant système de sécurité pour parvenir à leurs fins...


Commentaires

Lupin III VS Détective Conan est un TV Special dérivé de la série animée Lupin III, cross-over entre les deux séries phares du studio TMS. Ce téléfilm fait donc se rencontrer les personnages, les ambiances, les graphismes et les musiques des deux univers autour d'une même histoire et autant dire que le résultat n'est franchement pas mal du tout.

Le film part sur la bonne idée de créer une histoire qui soit indépendante des deux univers et de faire graviter ensuite les personnages autour. Partant sur une idée similaire au conte Le Prince et le Pauvre de Mark Twain, l'histoire tourne ainsi autour d'une jeune princesse qui rêve de vivre une vie normale et qui échange sa place avec celle d'une femme du peuple, et il fallait évidemment que ça tombe sur Ran Mouri. Mais, suite à la mort de la souveraine et du prince héritier, le pays traverse une période de crise et, pour sauver son royaume, la jeune femme devra prendre en main son destin et revendiquer le trône. A cela s'ajoute un sinistre complot visant les membres de la famille royale et dont elle devient la nouvelle cible. Pour découvrir la vérité sur ce complot et pour la protéger, elle bénéficie de l'appui inattendu d'étranges individus en tête desquels figurent la voleuse Fujiko Mine, ses complices Lupin III et Jigen, le détective Kogoro Mouri et le jeune Conan Edogawa.

L'histoire a tendance à aborder diverses intrigues au sein de la même histoire et c'est l'occasion pour faire se rencontrer les personnages des deux univers et de les faire interagir par binômes, qu'ils soient alliés ou dans des camps opposés. Mais contre toute attente, à défaut d'être confuse et de s'embrouiller, l'histoire arrive à rester simple et à bien traiter ses éléments si bien que le téléfilm s'en tire vraiment bien dans l'ensemble. On peut éventuellement reprocher que les deux univers n'aient pas tout à fait la même équité dans le traitement de leurs personnages, ceux issus de Détective Conan étant plus directement concernés par les enjeux de l'intrigue que ceux de Lupin III (qui arrivent toujours un peu par hasard). Mais le véritable personnage au coeur du film, c'est bien celui de la princesse Mira qui apparait initialement comme une jeune femme capricieuse et franchement insupportable mais qui dévoilera par la suite une nature plus sensible et plus sincère à mesure qu'elle s'épanouira. Tous les événements qui surviennent dans le film servent son évolution, si bien qu'entre le début et la fin le personnage a réellement changé, prête à présent à assumer le destin qui est le sien.

Mais là où le téléfilm s'en sort le mieux, c'est bien en arrivant à faire cohabiter les deux univers. L'ambiance aventureuse et l'humour déjanté (vraiment énorme celui-là ! :mrgreen: ) de Lupin III et l'ambiance policière et plus sérieuse de Détective Conan arrivent à coexister parfaitement au sein du même univers (même si, pour l'ambiance policière, c'est plus le complot qui est mis en avant que l'enquête elle-même), de même pour les styles graphiques de Monkey Punch et de Gosho Aoyama (ce qui n'apparaissait pas forcément évident de prime abord). Idem pour les musiques reprises des deux univers, j'ai ainsi reconnu plusieurs thèmes issus des films de Détective Conan et pas des moindres puisqu'ils faisaient partie des plus mémorables. Une belle sélection donc qui a en plus le mérite de coller aux contextes dans lesquels ces musiques sont utilisées. Une vraie réussite !

La réalisation et l'animation sont en tout point similaires à celles des épisodes modernes de Détective Conan, à savoir d'un très bon niveau dans l'ensemble. Maintenant, c'est sûr qu'il ne faut pas trop les comparer à celles des films qui sont d'un tout autre niveau (et avec des moyens beaucoup plus importants).

Bref au final, cette rencontre entre les univers de Lupin III et de Détective Conan a donné le jour à un téléfilm bien sympathique qui arrive à se montrer d'une originalité appréciable dans ses idées (j'ai notamment adoré l'humour) tout en restant suffisamment simple et efficace dans son histoire. Un très bon divertissement !

Verdict: Très bon (15/20).
Modifié en dernier par Glass Heart le 19 mars 2013, 19:04, modifié 4 fois.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Détective Conan

Message non lu par Glass Heart » 18 janv. 2013, 19:32

Détective Conan Film 6 - Le Fantôme de Baker Street

Image

Studio: TMS.
Année de production: 2002.
Durée: 1h50.


Casting: Minami Takayama (Conan Edogawa), Kappei Yamaguchi (Shinichi Kudo), Wakana Yamazaki (Ran Mouri), Megumi Hayashibara (Ai Haibara), Wataru Takagi (Genta Kojima), Ikue Ohtani (Mitsuhiko Tsuburaya),
Yukiko Iwai (Ayumi Yoshida), Hideyuki Tanaka (Yusaku Kudo et Sherlock Holmes), Akira Kamiya (Kogoro Mouri), Kenichi Ogata (Professeur Hiroshi Agasa), Naoko Matsui (Sonoko Suzuki), Chafurin (Inspecteur Juzo Megure),
Kazuhiko Inoue (Inspecteur Ninzaburo Shiratori), Isshin Chiba (Détective Chiba), Sumi Shimamoto (Yukiko Kudo et Irène Adler), Masane Tsukayama (Thomas Schindler), Ai Orikasa (Hiroki Sawada et L'Arche de Noë),
Megumi Ogata (Hideki Moroboshi), Mitsuki Saigo (Seiichiro Kikugawa), Urara Takano (Shinya Takizawa), Rikako Aikawa (Akira Emori), Hiroaki Hirata (Tadaaki Kashimura), Sho Hayami (Jack l'Eventreur),
Kiyoshi Kobayashi (Professeur James Moriarty), Yuzuru Fujimoto (Colonel Sebastian Moran) et Kei Hayami (Mrs Hudson).


TBUipUQRXhQ 15FZv9hZySE

L'Histoire

Hiroki Sawada, un jeune génie de l'informatique, a dû quitter très jeune son Japon natal pour émigrer vers les Etats-Unis, la société japonaise n'accordant aucune structure particulière pour les jeunes prodiges comme lui dans l'éducation. Là-bas, il est recueilli par Thomas Schindler, le tsar de l'industrie informatique, qui exploite les talents du jeune garçon traité comme un esclave. Plein de rancoeur et de dégoût envers la société japonaise corrompue, Hiroki se suicide à l'âge de 10 ans. Il laisse derrière lui le programme "L'Arche de Noë", une intelligence artificielle qu'il envoie naviguer sur le net en attendant l'heure de sa vengeance.

Deux ans plus tard. L'entreprise de Schindler dévoile son nouveau prototype de jeu vidéo de réalité virtuelle au cours d'une grande conférence. Le professeur Agasa ayant collaboré à la conception du jeu, Conan et ses amis sont invités. Conan retrouve sur place son père Yusaku Kudo, écrivain renommé, qui a participé à l'élaboration de certains niveaux. Les enfants invités à tester le jeu ont tous été sélectionnés à partir de l'élite de la société et leur attitude égoïste et entièrement tournée sur leurs petites personnes laisse entrevoir un avenir bien sombre pour le Japon, condamné à répéter ses erreurs d'antan de générations en générations.

Pendant ce temps, en coulisses, Thomas Schindler rencontre Tadaaki Kashimura, le développeur du jeu et le père de Hiroki. Celui-ci a découvert que son fils avait pris connaissance d'un terrible secret concernant Schindler et menace de tout dévoiler à moins que son patron ne confesse avoir poussé Hiroki au suicide afin de le faire taire. Craignant de voir son empire s'effondrer si la vérité était découverte, Schindler assassine Kashimura. La victime laisse derrière elle un dernier message: "JTR".

Apprenant qu'un des niveaux du jeu se déroule dans l'Angleterre victorienne et comprenant le sens du message posthume, Conan arrive à se procurer une place parmi les privilégiés qui monteront dans les capsules de réalité virtuelle. Les jeunes détectives, Ai Haibara et Ran Mouri parviennent aussi à se procurer des places. Mais lors de la mise en route du jeu, le programme "L'Arche de Noë" refait son apparition et prend le contrôle du jeu. Le fantôme d'Hiroki tient désormais entre ses mains le sort de la prochaine génération de dirigeants et d'hommes influents du Japon, l'occasion pour lui de renverser le système politique mis en place pour les générations à venir et d'assouvir enfin sa vengeance contre cette société qui a anéanti sa vie et qui l'a entraîné vers la mort.

Il y a 50 joueurs en tout. Chaque joueur doit se rendre dans l'un des cinq mondes proposés. Si tous les joueurs meurent au cours de la partie, L'Arche de Noë enverra un signal à leurs esprits qui les tuera aussitôt et l'avenir du Japon sera assuré par la purge de tous ces éléments nuisibles. Si par contre, ne serait-ce qu'un joueur arrive au terme de sa partie, c'est toute la collectivité qui sera sauvée. Ayant conscience des enjeux, Conan et ses amis se lancent alors dans le niveau de l'Angleterre victorienne. Leur objectif est de démasquer et de capturer le célèbre criminel Jack l'Eventreur avec l'aide du détective Sherlock Holmes. Mais L'Arche de Noë a modifié la partie et le personnage de Holmes a tout simplement disparu du jeu. En l'absence de Sherlock Holmes pour les guider vers la vérité, Conan va devoir se surpasser et montrer qu'il est bien à la hauteur de son illustre modèle. C'est là l'infime espoir qu'il ait encore de sauver les enfants et de résoudre cette affaire.


Commentaires

Le film "Le Fantôme de Baker Street" est l'un des plus populaires auprès des fans de Détective Conan. En effet, c'est au cours de cette aventure que le jeune détective est amené à rencontrer des personnages illustres du romantisme de l'Angleterre victorienne de la fin du 19ème siècle comme Sherlock Holmes et Jack l'Eventreur.

L'une des grandes questions qui se posaient était de savoir comment cette rencontre allait avoir lieu. Au choix, on pouvait trouver l'explication du rêve (maintes fois employée dans la fiction), celle du voyage dans le temps (mais la science-fiction de Détective Conan reste plus ancrée dans un certain réalisme que celle de Retour vers le Futur) ou bien celle du jeu vidéo de réalité virtuelle. C'est pas le top, certes, mais ça reste la moins pire des trois, même si du coup il faut accepter le côté complètement "nawak" du film.

Après, c'est une chose d'organiser une telle rencontre mais l'élément le plus important reste de raconter une bonne histoire. Là-dessus, le film nous raconte une double-enquête menée en parallèle par Conan et son père Yusaku Kudo, l'un dans le jeu et l'autre dans la réalité, afin de découvrir ensemble la vérité derrière cette étrange affaire. On pouvait craindre le pire mais finalement le film ne s'en tire pas trop mal en grande partie grâce à la dimension aventure de la Londres victorienne qui est vraiment réussie. Dès les premiers instants, on est plongé dans cet univers morbide à l'atmosphère inquiétante et les rencontres avec les personnages "mythologiques" sont remarquablement amenées dans des contextes qui les mettent bien en valeur.

L'enquête sur Jack l'Eventreur est en elle-même plutôt réussie. Si la dimension aventure est mise en avant, les moments d'investigations ne sont pas en reste et c'est tout naturellement que l'enquête progresse jusqu'à son dénouement. Toutefois, l'affaire n'est pas très compliquée et les indices sont assez évidents, si bien que l'on peut arriver à anticiper certaines révélations. En fait, le gros point noir du film, c'est plutôt l'enquête dans le monde réel qui repose sur de grosses ficelles que tout le monde voit venir à des kilomètres et qui sont franchement très... ridicules et poussives. Là-dessus, on peut regretter qu'ils aient voulu lier les deux affaires en une seule grosse car c'est franchement très lourd comme ultime révélation.

Mais la vraie surprise du film, c'est surtout sa critique sociale qui dénonce le système d'hérédité, les enfants étant amenés à occuper les postes tenus par leurs parents et à répéter leurs erreurs, si bien que le cycle de corruption qui touche le Japon ne connaîtra pas de fin. C'est là la raison d'être du programme L'Arche de Noë: effectuer une purge sur la prochaine génération, sacrifier une cinquantaine d'héritiers à l'avenir tout tracé pour renverser le système établi et sauver ainsi le pays pour les deux ou trois générations à venir. Là-dessus, le film se montre assez osé avec des critiques assez acides contre le système d'hérédité. Pour l'anecdote, la Chine a récemment utilisé l'un de ces extraits pour illustrer un reportage dénonçant les résultats d'élections japonaises.

Etonnamment, c'est bien à travers cette thématique sociale que le film finit par trouver sa cohérence propre, la question de l'hérédité se trouvant au centre de tous les enjeux du film. Est-ce le destin des enfants de répéter les erreurs de leurs parents ou peuvent-ils lutter dans l'espoir de devenir des êtres meilleurs ? L'individu peut-il parvenir à s'affirmer dans une société qui ne tolère pas l'individualité mais la collectivité ? Une personne seule peut-elle faire la différence et changer la face du monde là où tout condamne la société à sa perte ? Et toutes les hérédités sont-elles forcément un mal, n'y a t-il pas aussi des héritiers qui perdurent les valeurs nobles inculquées par leurs parents ? Alors que l'intrigue assume complètement son côté nawak (le jeu vidéo de réalité virtuelle), tous ses aspects gravitent finalement autour de cette grande thématique qui les fait entrer en résonance parfaite (le parallèle entre la Londres victorienne et le monde moderne est plutôt bien vu, la société d'antan et ses problèmes se reflétant toujours d'une certaine manière dans le monde moderne). Au final, on peut vraiment parler de cohérence de l'oeuvre puisque c'est bien l'association de tous ces éléments qui finit par lui donner tout son sens. C'est peut-être là la plus grande réussite inattendue de ce film, à des lieux de ses apparences de simple divertissement.

Pour terminer, "Le Fantôme de Baker Street" est un film de Détective Conan assez surprenant, assez éloigné de ce qu'on peut attendre généralement d'un film de cette saga (au point qu'on pourrait se demander si cette histoire avait vraiment sa place dans cet univers), mais qui reste néanmoins un divertissement très appréciable. La grosse surprise vient de sa dimension de critique sociale qu'on n'attendait vraiment pas mais qui se montre suffisamment pertinente dans le contexte du film pour y avoir vraiment sa raison d'être.

Verdict: Bon (14/20).


PS: Par rapport au reportage chinois reprenant un extrait du film pour critiquer les élections japonaises, pour ceux que ça intéresse, un article qui en parle:

http://www.animenewsnetwork.com/news/20 ... cize-japan

L'extrait incriminé (ceux qui jetteront un oeil au reportage à partir de l'article noteront qu'ils ont bien pris soin de censurer les notes d'humour révélant la part d'autocritique derrière ce discours pessimiste :roll: ):

http://www.youtube.com/watch?v=4ArnaTgINX4
Modifié en dernier par Glass Heart le 19 mars 2013, 19:01, modifié 1 fois.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Détective Conan

Message non lu par Glass Heart » 19 janv. 2013, 16:36

Détective Conan Film 7 - Croisement dans l'Ancienne Capitale

Image

Studio: TMS.
Année de production: 2003.
Durée: 1h50.


Casting: Minami Takayama (Conan Edogawa), Kappei Yamaguchi (Shinichi Kudo), Ryo Horikawa (Heiji Hattori), Yuko Miyamura (Kazuha Toyama), Wakana Yamazaki (Ran Mouri),
Akira Kamiya (Kogoro Mouri), Naoko Matsui (Sonoko Suzuki), Kazuhiko Inoue (Inspecteur Ninzaburo Shiratori), Megumi Hayashibara (Ai Haibara), Kenichi Ogata (Professeur Hiroshi Agasa),
Wataru Takagi (Genta Kojima et Inspecteur Wataru Takagi), Ikue Ohtani (Mitsuhiko Tsuburaya), Yukiko Iwai (Ayumi Yoshida), Chafurin (Inspecteur Juzo Megure), Atsuko Yuya (Inspectrice Miwako Sato),
Norio Wakamoto (Inspecteur Goro Otaki), Ryotaro Okiayu (Inspecteur Fumimaro Ayanokoji), Mari Adachi (Suzu Chika), Hiroko Suzuki (Tae Yamakura), Daiki Nakamura (Ryuhen), Keisuke Ihara (Enkai),
Saburo Kamei (Shozo Sakura), Hirotaka Suzuoki (Taiga Saijo) et Koji Yusa (Shuntaro Mizuo).


D7gsd5XL39k

L'Histoire

Une nouvelle affaire criminelle d'envergure touche les préfectures de police de Tokyo, d'Osaka et de Kyoto. Cinq personnes ont été assassinées par un mystérieux samurai masqué. Toutes les victimes appartenaient autrefois à une bande de voleurs connue sous le nom de Genjibotaru qui oeuvrait durant les années 90. Tous les membres portaient des pseudonymes inspirés par les personnages des "Chroniques de Yoshitsune" et des exemplaires de cet ouvrage sont retrouvés auprès des victimes, prouvant leur affiliation à ce gang. Pour l'heure, il ne reste plus que trois membres activement recherchés dont les véritables identités demeurent toujours inconnues, parmi lesquels le chef de la bande et son bras droit. L'inspecteur Shiratori de la préfecture de Tokyo est envoyé à Kyoto collaborer avec son homologue l'inspecteur Fumimaro Ayanokoji, une vieille connaissance de l'école de police.

Pendant ce temps, le temple Sanno de la ville de Kyoto fait appel au célèbre détective Kogoro Mouri pour élucider une affaire vieille de dix ans: la disparition du Bouddha Guérisseur, une statue qui doit être exposée au public dans les prochains jours. Les ravisseurs ont récemment envoyé une lettre au temple les informant de la localisation de la statue sous la forme d'une énigme. Il revient au détective Mouri de la déchiffrer.

Pendant ce temps, le détective lycéen de l'Ouest Heiji Hattori arrive à son tour d'Osaka en compagnie de son amie Kazuha Toyama pour élucider le mystère autour de ces meurtres. L'une des victimes était une connaissance à lui, bien qu'il ignorait son passé criminel, et il est décidé à traîner son meurtrier devant la justice. Kyoto est également la ville où Heiji avait rencontré son premier amour une dizaine d'années auparavant et il espère arriver à la retrouver un jour, une perspective qui effraie Kazuha.

Alors que Kazuha rejoint Ran Mouri et son amie Sonoko Suzuki pour visiter la ville, Heiji Hattori retrouve Conan Edogawa, le jeune garçon à la charge de Kogoro Mouri mais qui, derrière ces apparences, est en réalité le détective lycéen de l'Est Shinichi Kudo, son grand rival et ami. Pensant que l'énigme pourrait receler des indices sur le meurtrier, Conan et Heiji décident d'enquêter ensemble. C'est alors que le samurai masqué tente de tuer Heiji pour une raison qu'il ignore totalement.


Commentaires

Alors là, je vais le dire franchement, j'ai eu une très grosse surprise en revoyant ce film car je ne me rappelais tout simplement pas qu'il était aussi EXCELLENT. J'ai eu de très bonnes surprises jusque là en revoyant certains films qui étaient bien meilleurs que dans mes souvenirs, mais celui-là est vraiment un cas d'exception. Et le plus surprenant, c'est que je réalise pourquoi il ne m'avait pas plus marqué que ça la première fois et pourquoi le second visionnage a été aussi transcendant.

Tout d'abord, pour commencer, il est important de noter le statut un peu particulier de ce film au sein de la saga. Après les six premiers opus réalisés de manière traditionnelle, c'est le premier film à avoir été réalisé par ordinateur ce qui marque un tournant décisif dans la saga. La réalisation par ordinateur fonctionne magnifiquement bien avec cet univers, appuyée par une animation de qualité irréprochable (l'image est juste magnifique de bout en bout et c'est un monde plus vivant que jamais qui s'étale sous nos yeux), et lui permet ainsi de prendre toute son étendue.

L'autre grande particularité de ce film, et c'est là un peu l'épée de Damoclès, c'est que son intrigue est une pure merveille, je crois qu'on n'a jamais fait mieux dans la saga à ce niveau, mais qu'elle repose entièrement sur une connaissance de la langue japonaise et de ses mythes folkloriques que les spectateurs occidentaux n'ont pas dans leur grande majorité. Tout est correctement expliqué dans le film, mais du coup ce qui parle certainement pas mal au public japonais aura difficilement le même impact sur le public occidental. Je dois préciser que ce genre d'intrigues n'est pas si rare dans le manga et qu'elles figurent naturellement parmi les moins accessibles au public occidental. C'est peut-être ce qui explique pourquoi mon avis sur le film a tant changé entre le premier visionnage (qui avait eu lieu avant que je ne me plonge pleinement dans la lecture du manga) et le second (où je m'étais davantage imprégné de ce genre d'intrigues à force de les lire, d'où peut-être une plus grande tolérance lorsque j'ai revu le film).

Car, pour être honnête, l'histoire de ce film magistrale. Je parle bien entendu de l'affaire qui est extrêmement complexe, fascinante et vraiment bien ficelée (même si, malheureusement, elle est impossible à résoudre pour la plupart des spectateurs occidentaux), mais aussi bien évidemment de tout ce qu'il y a à côté. Durant le film, nos personnages parcourent ainsi la ville de Kyoto afin de résoudre l'énigme tandis que le tueur est à leurs trousses. La raison leur échappe bien qu'il pourrait y avoir un lien avec le passé de Heiji qui l'a justement amené à revenir dans cette ville. Un passé tourné de manière romantique avec la recherche d'un mystérieux premier amour qui pourrait se trouver parmi les personnes rencontrées au cours de cette aventure de laquelle se dégage une vraie poésie et un charme traditionnel exotique (la ville de Kyoto avec son folklore local, les temples traditionnels, les fleurs de cerisiers, les geishas, les samurais...).

Pour faire plaisir aux fans des couples Shinichi/Ran et Heiji/Kazuha, le film s'attarde aussi à explorer leurs relations. Heiji est donc porté par un coup de coeur, profitant de son passage à Osaka pour rechercher son premier amour dans le seul but de trouver enfin une certaine paix de l'esprit à ce sujet, mais son "amie d'enfance" Kazuha appréhende pas mal ce voyage et, dans son angoisse, elle se rapproche de Ran qui, elle, est séparée de Shinichi depuis plusieurs mois maintenant et qui attend toujours le moment de leurs retrouvailles (ignorant qu'il n'a jamais cessé d'être à ses côtés). Le film s'intéresse donc à ces deux relations mais, loin du fan-service gratuit, il les tourne de telle manière qu'elles servent la poésie du film. Les personnages sont en proie à une quête intérieure ou ils souffrent parfois, mais leur passage dans cette ville "magique" de Kyoto va leur laisser une vraie satisfaction au bout du compte, réalisant leurs "rêves" même de manière très éphémère.

Le film mène ainsi son histoire brillamment, maîtrisant parfaitement l'alternance entre l'avancée de l'enquête (très présente) et le développement de ses personnages dans un environnement au charme envoûtant, jusqu'à arriver à son grand final. Comme chaque film de Détective Conan, "Croisement dans l'Ancienne Capitale" s'inspire d'un thème et il s'agit ici du film de samurai. La grande bataille finale qui occupe tout le dernier acte est donc un hommage magnifique à ce genre et ce n'est pas forcément hors de propos vu qu'il est bien connu que le personnage de Heiji, en plus d'être un détective lycéen, est un expert au kendo. Cela s'ajoutant aux autres domaines sportifs des personnages: le karaté pour Ran, le judo pour Kogoro, l'aikido pour Kazuha et... le football pour Conan qui sont tous exploités face à des adversaires passés maîtres au kendo et au tir à l'arc.

Enfin, pour terminer en beauté, le générique de fin est lui-même une vraie petite merveille, entre son thème magnifique et surtout la beauté de ses images et de sa mise en scène qui véhicule une vraie poésie. Une réussite jusqu'au boutiste !

Au final, un excellent film et assurément l'un des meilleurs de la série, dont le principal problème est vraiment le manque d'accessibilité de son intrigue au public occidental, d'autant que ses mystères sont très complexes et que ça aurait été un vrai plaisir de pouvoir réfléchir dessus. Malheureusement, ce n'est pas le cas mais cela n'empêche assurément pas ce film d'être une vraie réussite en soi et, j'oserais même le dire, un bijou. Détective Conan à son meilleur niveau pour peu que l'on se laisse porter par son intrigue !

Verdict: Excellent (19/20).
Modifié en dernier par Glass Heart le 19 mars 2013, 19:02, modifié 1 fois.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Détective Conan

Message non lu par Glass Heart » 30 janv. 2013, 10:56

Détective Conan Film 8 - Le Magicien du Ciel Argenté

Image

Studio: TMS.
Année de production: 2004.
Durée: 1h50.


Casting: Minami Takayama (Conan Edogawa), Kappei Yamaguchi (Shinichi Kudo et Kaito Kid), Wakana Yamazaki (Ran Mouri), Akira Kamiya (Kogoro Mouri), Naoko Matsui (Sonoko Suzuki),
Megumi Hayashibara (Ai Haibara), Kenichi Ogata (Professeur Hiroshi Agasa), Wataru Takagi (Genta Kojima et Inspecteur Wataru Takagi), Ikue Ohtani (Mitsuhiko Tsuburaya), Yukiko Iwai (Ayumi Yoshida),
Unsho Ishizuka (Inspecteur Ginzo Nakamori), Gara Takashima (Eri Kisaki), Chafurin (Inspecteur Juzo Megure), Kazuhiko Inoue (Inspecteur Ninzaburo Shiratori), Keiko Toda (Juri Maki),
Shinichiro Miki (Isao Shinjo), Katsuji Mori (Bunjiro Narusawa), Hidekatsu Shibata (Toru Ban), Kyoko Hikami (Natsuki Sakai), Saeko Shimazu (Tenko Tajima) et Aya Hisakawa (Masayo Yaguchi).


Cdh2GpgvkDc

L'Histoire

Kaito Kid est de retour et il annonce son intention de s'emparer d'un saphir étoilé porté par la célèbre actrice Juri Maki dans l'opéra "Joséphine". Celle-ci fait alors appel aux services du détective Kogoro Mouri pour déchiffrer le message codé laissé par Kid afin de protéger le joyau. Kogoro détermine que le magicien-voleur a l'intention de dérober le joyau au cours de la dernière représentation de Joséphine qui aura lieu le soir même. Il se retrouve alors à devoir collaborer avec l'inspecteur Nakamori, l'ennemi juré de Kid, pour sa capture. Mais, sur place, une autre aide inattendue vient épauler la police: le célèbre détective lycéen Shinichi Kudo, dont la rumeur laissait entendre depuis peu qu'il serait mort. Très remonté face à cette provocation, Conan est bien déterminé à faire de cet opéra le théâtre de l'arrestation de son rival.

Après que Kaito Kid ait réussi à s'enfuir sans le saphir, Conan et ses proches sont invités à accompagner les comédiens de l'opéra à un séjour qu'ils ont organisé pour fêter la fin de leur tournée, le magicien pouvant encore tenter de s'emparer de la pierre durant le voyage en avion. Ran s'est entretemps arrangée pour que sa mère, l'avocate Eri Kisaki, prenne le même vol qu'eux, voulant forcer ses parents à se rencontrer. Mais ce stratagème aboutit à l'effet inverse de celui escompté: Kogoro et Eri se disputent en public, ne laissant aucun espoir à une éventuelle réconciliation. Alors que tous les passagers ont pris place et que le vol a déjà pris les airs, le drame survient: l'actrice Juri Maki décède dans des souffrances abominables, victime d'un empoisonnement au cyanure. Un meurtre qui aura des conséquences bien plus catastrophiques que prévu...


Commentaires

Ce huitième film de Détective Conan marque donc la seconde confrontation cinématographique entre Conan Edogawa et Kaito Kid, le héros du manga Magic Kaito. Se situant dans la continuité des événements du film "Le Magicien de la Fin du Siècle", le magicien-voleur est désormais au courant que Conan Edogawa est en réalité le détective lycéen Shinichi Kudo rajeuni. Une connaissance qui n'est jamais directement évoquée dans le manga et la série animée (Gosho Aoyama restant délibérément ambigu sur la question afin de ne pas contredire les événements du troisième film) mais qui est largement exploitée dans les films où Kaito Kid apparait, comme c'est le cas ici. Son arrogance naturelle le pousse à apparaître sous les traits de Shinichi Kudo afin de provoquer son adversaire. Mais c'est aussi et surtout une private joke, Shinichi et Kaito Kid partageant de nombreuses similitudes et étant tout deux doublés par Kappei Yamaguchi.

Le film en lui-même n'est franchement pas très bon. Certes, il garde certaines qualités propres à la saga comme une réalisation irréprochable, une très bonne animation et des musiques fidèles à l'esprit de la série, mais le scénario est bidon et ça se ressent nettement, privilégiant l'action et le fan-service à l'histoire même. Tout commence par une énième confrontation entre Conan et Kaito Kid avec une première partie centrée autour de l'opéra. Autant le dire, c'est de très loin la meilleure partie du film, la seule qui présente un réel intérêt en dépit d'un fan-service outrancier. Les événements qui mènent à la confrontation sont bien menés et le climax se révèle particulièrement réussi, avec un joli hommage à la première rencontre entre les deux rivaux dans le manga. Mais ensuite, le film se perd complètement avec une affaire de meurtre dans un avion sans intérêt qui sert juste de prétexte à la dimension catastrophe. Les indices et le dénouement sont amenés précipitamment et n'importe comment et les conclusions de Conan sont purement arbitraires. Il y a un certain nombre de possibilités sur la manière avec laquelle la victime aurait pu être empoisonnée et, au lieu de toutes les exploiter une à une, il finit par s'attacher à l'une d'elles en particulier et pas forcément la plus crédible. Le personnage n'aurait jamais agi comme ça dans le manga, mais bon l'intérêt des scénaristes était visiblement de trouver simplement un prétexte à la dimension catastrophe.

Parlons de cette dernière justement. Elle compose la troisième et dernière partie du film et c'est franchement de très loin la pire (alors que paradoxalement toute la promo du film a été axée dessus). Malgré sa dimension scientifique et réaliste, l'univers de Détective Conan a toujours eu une part de science-fiction et de situations improbables, mais là ça va trop loin, beaucoup trop loin. Un gosse qui se voit confier le siège de co-pilote ? Des adolescentes qui n'ont jamais piloté un avion de leur vie et qui tentent un atterrissage en catastrophe ? A part pour le sixième film avec le jeu vidéo (mais c'était en partie justifié par le scénario), la franchise n'était jamais allée aussi loin dans l'improbable et l'histoire en perd toute crédibilité. Et puis surtout, on trouve là l'un des grands travers qui touche certains films de la saga: privilégier l'action et le grand spectacle au détriment de l'histoire (parfois ennuyante) et de la dimension policière à proprement parler (reléguée au second plan). Si encore cette dimension "film d'action" était réussie, mais même pas. A la manière des blockbusters hollywoodiens, le film en met plein la vue au spectateur, certes, mais il en perd de vue l'essentiel: arriver à créer une véritable tension dramatique et un suspense qui saisisse le spectateur. Or à aucun moment du film on ne prend réellement peur pour les personnages, en dépit de la situation périlleuse dans laquelle ils peuvent se trouver. Le film est tout simplement fade.

Pour palier à ça, et tenter de plaire quand même au spectateur, le film tente de se rattraper en accumulant le fan-service et là il fait très fort, entre les moments longuement fantasmés par les fans (Kaito Kid qui prend l'identité de Shinichi, Conan qui endort Eri Kisaki pour lui faire résoudre l'affaire, Kid qui drague Ran, une scène entre Kid et Sonoko...) et les personnages qui sortent de nulle part et qui servent quasiment à rien (les inspecteurs Megure, Takagi et Shiratori qui tombent littéralement comme un cheveu dans la soupe à la fin du film, Eri Kisaki qui sort aussi un peu de nulle part et dont la présence était parfaitement dispensable au-delà du cota de fan-service...). Du fan-service dans sa forme la plus gratuite malheureusement.

Pour en terminer, on trouve dans "Le Magicien du Ciel Argenté" presque tous les aspects les plus négatifs que l'on puisse trouver dans un film de Détective Conan. Ce n'est pas encore la catastrophe absolue (le film se laisse même regarder), mais tous les signes annonciateurs de ce qui deviendra plus tard "L'Arche du Ciel" (le 14ème film) sont déjà présents ici. C'est assurément l'un des plus mauvais films de Détective Conan (heureusement qu'il n'y en a pas beaucoup), mais ça reste néanmoins un bon film de divertissement plutôt sympathique si on ne se montre pas trop exigeant.

Verdict: Bon (12/20).
Modifié en dernier par Glass Heart le 30 mai 2013, 14:33, modifié 1 fois.

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Détective Conan

Message non lu par Glass Heart » 31 janv. 2013, 15:38

Détective Conan Film 9 - Stratégie en Profondeur

Image

Studio: TMS.
Année de production: 2005.
Durée: 1h50.


Casting: Minami Takayama (Conan Edogawa), Kappei Yamaguchi (Shinichi Kudo), Akira Kamiya (Kogoro Mouri), Wakana Yamazaki (Ran Mouri), Naoko Matsui (Sonoko Suzuki),
Chafurin (Inspecteur Juzo Megure), Wataru Takagi (Inspecteur Wataru Takagi et Genta Kojima), Kazuhiko Inoue (Inspecteur Ninzaburo Shiratori), Ikue Ohtani (Mitsuhiko Tsuburaya),
Yukiko Iwai (Ayumi Yoshida), Megumi Hayashibara (Ai Haibara), Kenichi Ogata (Professeur Hiroshi Agasa), Atsuko Yuya (Inspectrice Miwako Sato), Isshin Chiba (Détective Chiba),
Toshihiko Nakajima (M. Tome), Koichi Yamadera (Hironari Kusaka), Yoshiko Sakakibara (Minako Akiyoshi), Chinami Nishimura (Natsuho Tsujimoto), Kouji Nakata (Wataru Kaido),
Toru Ookawa (Yousuke Izawa), Shinichiro Oota (Naoya Misaki), Keisuke Ihara (Kubo Mizu), Kouji Yusa (Katsuhiko Shiomi), Masaki Okabe (Entaro Yashiro) et Yoshino Ohtori (Takae Yashiro).


5nJHhLozY2Q

L'Histoire

Il y a 15 ans, le navire Yashiromaru du groupe Yashiro coule après avoir percuté un iceberg. Le personnel d'équipage parvient à fuir, à l'exception du capitaine, retrouvé mort dans sa cabine, et du membre d'équipage ayant retrouvé le corps.

De nos jours, le groupe Yashiro inaugure leur nouveau navire de croisière, le Saint-Aphrodite. Sonoko Suzuki, la fille du PDG des entreprises Suzuki, invite son amie Ran Mouri et ses compagnons à prendre part à la croisière. Parmi les invités, le groupe sympathise avec le scénariste Hironari Kusaka, qui s'intéresse de près au Saint-Aphrodite pour la rédaction d'un scénario sur un navire de croisière, et Minako Akiyoshi, l'architecte du navire. Bien que Kogoro craque facilement pour les belles femmes, il se sent mal à l'aise auprès de Mlle Akiyoshi qui lui rappelle sa femme Eri Kisaki dont il vit séparé.

Le voyage commence dans le calme et la bonne humeur, mais une série d'événements mystérieux vont vite troublés cette quiétude: Sonoko disparait mystérieusement et les dirigeants des entreprises Yashiro sont brutalement assassinés. Ces actes sont le fait de Kusaka qui entend se venger pour les événements survenus quinze ans plus tôt. Tandis que l'enquête commence et que la police arrive sur les lieux, Conan soupçonne rapidement Kusaka d'être l'assassin mais il reste encore à démontrer comment il aurait pu commettre ces meurtres, d'autant que de nombreuses zones d'ombre demeurent sur le déroulé exact des événements.


Commentaires

Après une catastrophe aérienne, ce nouveau film de Détective Conan met en scène cette fois une catastrophe maritime. L'influence avouée est bien entendu le film "Titanic" de James Cameron, d'autant que ce ne sont pas les clins d'oeil qui manquent.

Le film présente la particularité de tourner autour d'une intrigue policière dont le spectateur connait déjà l'identité du coupable et son mobile et le voit commettre ces meurtres. Plutôt que de tenter d'élucider le mystère avec les personnages, nous les voyons ici plutôt se rapprocher progressivement de la vérité à mesure qu'ils élucident les mystères. Le coup de génie, c'est que la mise en scène et le montage du film donnent l'impression au spectateur de tout lui montrer alors que, tout le long du film, les enquêteurs tombent sur des éléments dont lui-même ignorait l'existence. Du coup, le spectateur réalise qu'on lui a surtout montré une mise en scène et l'intérêt du film réside alors à en comprendre les artifices pour déduire ce qui a vraiment pu se passer au cours de chacun des meurtres.

Contrairement au film précédent, l'intrigue policière est cette fois bien au centre de tout et la dimension catastrophe sert ses intérêts avant tout au lieu de s'y substituer, un très net progrès dans la gestion de ce style d'intrigue donc. D'autant que la dimension catastrophe est cette fois nettement plus réussie, avec un réel péril que l'on ressent pour les personnages. Il ne s'agit plus tellement d'en mettre plein la vue au spectateur, il s'agit surtout d'exposer les personnages à un péril certain et d'arriver à faire douter le spectateur sur leur survie. Et cette fois, c'est une réussite, les personnages risquant réellement d'y passer alors que les événements prennent une tournure cauchemardesque.

En parallèle de tout ça, on trouve également une dimension plus poétique tournant autour du personnage de Ran. Ca parait très fleur bleue sur l'instant (bien que touchant), mais il ne faut pas s'y fier car la cohérence parfaite de ce scénario fait que tout ce qui s'y déroule a son importance et aucun élément ne doit être négligé. Dans le cas présent, les scénaristes sont arrivés à utiliser cette dimension poétique pour servir le drame au moment voulu. Un tour de force remarquable !

Si le film est remarquablement maîtrisé de bout en bout, l'ensemble culmine lors des 45 dernières minutes qui constituent un final d'anthologie, certainement l'un des plus beaux et des plus intenses qu'on puisse espérer trouver dans un film de Détective Conan. C'est là que la vérité éclate sur cette affaire sous une forme assez inattendue, mais aussi là que tous les enjeux humains de l'intrigue se croisent. Le film présente un sous-texte assez intéressant sur les sentiments humains qui peuvent changer une personne, non pas qu'il soit très original mais il est surtout très bien employé dans l'intrigue. Et c'est sur une ultime confrontation entre des personnes qui ont pris des chemins différents que l'intrigue s'achève, avec la lutte que mène les gens de bien pour éviter qu'un drame ne noircisse leurs nobles intentions.

Que dire ? Alors que je m'attendais à revoir un très bon film de Détective Conan, je m'aperçois qu'il était encore meilleur que le souvenir que j'en avais et que c'est certainement l'un des tout meilleurs films de la saga. Ce film est virtuellement parfait avec une réelle maîtrise de son histoire et de sa mise en scène. Quand une intrigue policière et une dimension catastrophe se marient à la perfection, ça donne un film de cette envergure. Un petit chef d'oeuvre en son genre ! :)

Verdict: Excellent (18/20).
Modifié en dernier par Glass Heart le 19 mars 2013, 19:03, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1906
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: Détective Conan

Message non lu par Takato » 31 janv. 2013, 16:06

Étrangement, j'ai adulé les films 5,6 et 8 et ai trouvé très moyen le film 9 ! Mais mes visionnages remontent, il faudrait que je prenne une séance de révisions. :mrgreen:

Après, je n'ai pas vu tous les films, seulement les 1, 5, 6, 8, 9 et 10... !
Image
Image

Glass Heart
Messages : 2446
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Détective Conan

Message non lu par Glass Heart » 31 janv. 2013, 16:32

Takato a écrit :Étrangement, j'ai adulé les films 5,6 et 8 et ai trouvé très moyen le film 9 ! Mais mes visionnages remontent, il faudrait que je prenne une séance de révisions. :mrgreen:

Après, je n'ai pas vu tous les films, seulement les 1, 5, 6, 8, 9 et 10... !
J'ai vu les 16 films, mais je n'avais plus revu la plupart depuis plus de trois ans et, en les revoyant, j'ai eu certaines grosses surprises. Dans l'ensemble, c'est une excellente saga, mais je me suis surpris à trouver certains films encore meilleurs que dans mes souvenirs. Je pense aussi que c'est dû au fait que je ne regarde plus tout à fait les films de la même manière qu'auparavant, notamment parce que je me suis pleinement plongé dans la lecture du manga depuis.

Pour l'heure, de mes nouveaux visionnages, ça donne:

Croisement dans l'Ancienne Capitale (Film 7): 19/20
Mémoire Assassine (Film 4): 18/20
Stratégie en Profondeur (Film 9): 18/20
Le Magicien de la Fin du Siècle (Film 3): 17/20
La Quatorzième Cible (Film 2): 16/20
Lupin III VS Détective Conan (TV Special): 15/20
Le Fantôme de Baker Street (Film 6): 14/20
Décompte aux Cieux (Film 5): 14/20
Le Gratte-Ciel Infernal (Film 1): 12/20
Le Magicien du Ciel Argenté (Film 8 ): 12/20
Modifié en dernier par Glass Heart le 16 nov. 2014, 15:35, modifié 3 fois.

Répondre