La saga Digimon

Pour nous faire découvrir un animé, un film asiatique ou donner des informations relatives à ces univers.

Et si Digimon faisait un jour son retour en France, vous souhaiteriez...

L'intégrale des trois premières saisons dans leur version originale.
5
24%
L'intégrale des trois premières saisons dans une nouvelle version française plus fidèle à l'originale.
4
19%
La diffusion de Digimon Frontier (la saison 4).
2
10%
La diffusion de Digimon Savers (la saison 5).
2
10%
La diffusion de Digimon Xros Wars (les saisons 6 et 7).
2
10%
Les mangas (Digimon Adventure V-Tamer, Digimon Next, etc...).
1
5%
Les jeux vidéos, le nouveau Digimon World sur PSP en tête !
1
5%
Les autres produits dérivés (jeux de cartes, etc...).
0
Aucun vote
Digimon, c'était sympa à l'époque, mais je ne pense pas que ça m'intéresserait encore.
4
19%
 
Nombre total de votes : 21

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

La saga Digimon

Message non lu par Glass Heart » 20 mars 2011, 17:50

Digimon. Ce nom vous évoque certainement quelque chose. Présenté comme le grand rival des Pokémon à l'époque, aujourd'hui complètement oublié, certains ont probablement connu les premières séries animées dans leur enfance avant de les trouver trop puériles et de se tourner vers autre chose.

Alors que les Pokémon restent toujours aussi attractifs auprès des enfants (et même des adultes pour les jeux), Digimon a eu bien du mal à se faire une place et n'a jamais vraiment réussi à s'imposer en France. Au final, on connait surtout cet univers par les séries animées.

La version de la série diffusée en France est celle retravaillée par Saban pour la diffusion américaine. On connait la réputation de Saban qui, achetant les droits de Super Sentai pour la diffusion aux Etats-Unis, a transformé la série en Power Rangers, gardant les scènes de combat et virant tout le reste pour tout retourner avec des comédiens américains sur de nouvelles histoires destinées à un public très jeune.

En achetant les droits de Digimon à la Toei, Saban a entrepris le même travail: la noirceur des intrigues a été virée autant que possible, la violence a été supprimée (montages censurés, images retravaillées...), de nombreux dialogues ont été retouchés (et très souvent ajoutés aussi) pour devenir humoristiques et amuser les jeunes enfants, et les musiques de la version originale, jolies et variées, ont été complètement virées pour être remplacées par le thème ridicule que l'on connait tous.

En France, les trois premières séries, Digimon Adventure, Digimon Adventure 02 et Digimon Tamers, ont toutes trois été diffusées comme une seule série nommée simplement Digimon. Ces trois séries sont éditées en coffrets DVD (sans délimitation là non plus entre les trois séries) dans leur version censurée et uniquement en VF. Au total, sept coffrets pour les 155 épisodes qui composent ces trois séries.

Contrairement à mon habitude, je ne mettrais pas les génériques originaux pour accompagner les images, pour la simple raison que les openings japonais sont quasiment introuvables sur Youtube (on raconte que Saban les ferait supprimer au fur et à mesure pour effacer toute trace de la version originale :lol: ).


Présentation des différentes séries:

Digimon Adventure (1999-2000). 54 épisodes et 2 films.

Image

Août 1999. Alors que des catastrophes climatiques surviennent aux quatre coins du globe, signes annonciateurs de la fin du monde prochaine, sept enfants sont aspirés dans une étrange dimension parallèles. Se retrouvant soudainement livrés à eux-mêmes dans un monde hostile et sans échappatoires, ils rencontrent d'étranges créatures, les Digimon. La plupart leur sont hostiles, mais certains d'entre eux se donnent pour mission de les protéger jusqu'à ce qu'ils trouvent un moyen de rentrer chez eux et établissent avec les enfants un lien très particulier: quand ces derniers démontrent de grandes qualités de courage et d'espoir et mûrissent ainsi, les jeunes Digimon se font l'écho de cette évolution et deviennent plus puissants.

Taichi Yagami, jeune garçon courageux et impulsif. Yamato Ishida, grand frère introverti et protecteur de Takeru Takaishi (parents divorcés), le benjamin du groupe. Sora Takenouchi, sportive et garçon manqué en mauvais termes avec sa mère. Koushiro Izumi, passionné d'informatique à la limite parfois de l'autisme. Mimi Tachikawa, jeune fille coquette. Et Jou Kido, jeune garçon rationnel mais peureux. Ces sept enfants n'ont rien en commun, mais ils se retrouvent à lutter ensemble pour survivre à ce cauchemar.

Pourtant, à mesure que les enfants cherchent un moyen de quitter ce monde étrange et de rejoindre leurs proches, ils découvrent un complot menaçant la paix des deux mondes.

Une série donc qui est un bon compromis entre accessibilité au jeune public et thèmes plus matures, les enfants étant pour la plupart soumis à des difficultés familiales et relationnelles (deux frères séparés par le divorce de leurs parents, une fille qui entretient une relation très tendue avec sa mère, un garçon adopté qui s'interroge sur sa place dans la famille, un garçon angoissé qui subit la pression de ses parents sur ses études...), bien que l'on puisse "remercier" Saban pour avoir tenté de protéger la sensibilité de nos jeunes têtes blondes en édulcorant pas mal le tout (bien que ça n'ait pas totalement disparu non plus, mais la série perd énormément en tension et, malheureusement, en cohérence pour devenir une série jeunesse très formatée, sans réelle identité et aux dialogues stupides).


Digimon Adventure 02 (2000-2001). 50 épisodes et 2 films.

Image

2002. Voilà trois ans que les huit enfants ont quitté le monde digital, laissant derrière eux leurs compagnons. La vie a repris son cours normal et la plupart d'entre eux sont désormais au collège.

Sans crier gare, Taichi Yagami est rappelé dans le monde digital pour le sauver de l'Empereur, un cruel enfant surdoué qui esclavagise et endoctrine les Digimon et qui a trouvé le moyen de les empêcher d'évoluer afin de mieux les écraser.

Accompagnant Taichi, sa soeur Hikari et Takeru Takaishi retrouvent leurs anciens partenaires Tailmon et Patamon, luttant contre l'oppresseur. Et un jeune garçon nommé Daisuke Motomiya, ressemblant en de nombreux points à Taichi, se joint à eux et rencontre son propre partenaire Digimon, V-mon.

Très bientôt, un nouveau groupe, supervisé par Koushiro Izumi, fera régulièrement l'aller-retour entre les deux mondes pour lutter contre l'Empereur. Ce groupe est composé de Daisuke, Takeru, Hikari et de deux autres nouveaux venus, Miyako Inoue et Iori Hida. Ces cinq enfants ont la particularité de posséder des reliques spéciales permettant à leurs Digimon de dériver de leurs évolutions naturelles, pouvant ainsi passer outre le système de contrôle des évolutions installé par l'Empereur.

Mais les cinq jeunes sont loin de se douter que l'Empereur est en réalité Ken Ichijouji, un jeune génie surdoué et sadique qui fait régulièrement la une des médias pour ses découvertes. L'adversaire étant humain, ont-ils une chance de l'arrêter sans avoir à le tuer ?


Digimon Tamers (2001-2002). 51 épisodes et 2 films.

Image

Digimon Tamers raconte l'histoire de Takato Matsuki, un jeune garçon rêveur et souvent absent qui possède un véritable talent pour le dessin et pour l'imagination. Un jour où il jouait au jeu de cartes Digimon avec ses amis, il découvre dans son deck la mystérieuse carte bleue qui transforme son lecteur de carte en D-Arc. Son désir de voir Guilmon, une de ses créations, prendre vie se réalise alors, mais Takato et son nouveau partenaire deviennent automatiquement les cibles d'Hypnos, une organisation gouvernementale secrète qui surveille de près les interférences du monde digital dans le monde réel (notamment les apparitions de monstres) et qui cherche à éliminer cette menace en détruisant ce monde parallèle.

Takato découvre qu'il n'est pas le seul être humain à être devenu un tamer le jour où il rencontre Li Jenrya, chinois d'origine, et son partenaire Terriermon, ainsi que la jeune Rika Makino et sa partenaire Renamon.

Tout trois ont des manières bien différentes d'appréhender la situation: Takato voit Guilmon comme son ami et comme un nouveau-né qu'il tente d'élever et n'est pas intéressé par le fait de faire combattre Guilmon, Li interdit formellement à Terriermon de combattre (tentant ainsi d'entraver la nature même des Digimon), et à l'inverse Rika est une férue de combat, ne pensant qu'à éliminer tout Digimon se trouvant sur son chemin pour que sa partenaire devienne plus forte.

D'autres tamers se joignent à eux plus tard, la plupart ne le devenant qu'au cours de la série. Toutefois, tous possèdent leurs propres problèmes: Takato et Jun se laissent immerger dans cette existence "imaginaire" (les Digimon n'étant pas "réels"). Rika, quant à elle, souffre d'un grave complexe de supériorité qui la pousse sans cesse à vouloir être la meilleure et qui résulte d'une enfance difficile. Enfin, Juri Katou (qui devient tamer durant la série), jeune fille sympathique, cache de profonds traumatismes et une frustration refoulée derrière son visage souriant (elle va jusqu'à se créer un compagnon imaginaire en la personne de sa marionnette, élément qui apparait naïf dans un premier temps et qui se révèle plus tard être un signal d'alarme en vue du drame qui s'annonce vers la fin de la série), et sombre dans une dépression violente qui la pousse, malgré elle, à couper tout contact avec la réalité et à vouloir la destruction de ce monde qui la fait tant souffrir.

Evoluant cette fois principalement dans le monde réel, cette nouvelle génération d'enfants vivent une sorte de double vie qui les pousse à se déconnecter progressivement de la réalité pour une sorte de "trip" commun entre eux. Mais, lorsqu'ils réalisent brutalement que le "jeu" en question met leurs vies en danger et qu'ils luttent désormais désespérément pour retourner dans leur monde alors que tout est devenu confus (complètement piégés dans cette "réalité" où ils sont des héros et qui leur paraissait initialement plus facile à accepter que le monde réel), trouveront-ils en eux la force de retrouver et d'accepter le monde réel, difficile et solitaire ?

Digimon Tamers est, sur bien des points, très différente des autres séries. Basée sur un scénario de Chiaki Konaka (Serial Experiments Lain), la série ne cache plus ses thématiques et affiche une ambiance nettement plus sombre et un ton nettement plus dur que le reste de la saga. Les personnages sont aussi bien moins stéréotypés et plus ambigus qu'à l'accoutumée, et cela se ressent notamment sur le personnage de Takato qui n'a rien du garçon agaçant et sûr de lui que sont généralement les leaders dans les autres séries.

En France, cette troisième série a marqué le déclin de la saga (bien qu'étant nettement la plus populaire auprès des fans plus âgés et des critiques), n'étant pas spécialement destiné à un public enfantin, et les tentatives de Saban pour l'édulcorer (sans grand succès, ils ont juste réussi à atténuer un peu la dureté de l'univers et la violence) faisant qu'elle n'arrive pas à toucher non plus le public plus mature auquel s'adresse la version originale.


Digimon Frontier (2002-2003). 50 épisodes et 1 film.

Image

Un peu partout dans le monde, des jeunes garçons et des jeunes filles reçoivent sur leur téléphone portable un message les invitant à se rendre dans un gare pour prendre un train qui les mènera dans le monde digital.

Takuya Kanbara, jeune garçon courageux et impulsif. Koji Minamoto, jeune garçon réservé. Junpei Shibayama, garçon sympathique et réfléchi. Izumi Orimoto, jolie jeune fille populaire d'origine italienne. Et Tomoki Himi, le benjamin du groupe, s'efforçant d'être digne de ses aînés et très mature pour son âge.

Entre tous, ces cinq enfants obtiennent le pouvoir de se transformer en Digimon légendaires (la grosse particularité de la série: ce sont les enfants qui se transforment). La personne les ayant contacté leur révèle alors la vraie nature de leur mission: sauver le monde digital en protégeant ses trois divinités. Pour cela, ils devront emprunter les voies ferroviaires pour voyager à travers ce nouveau monde.

Après une série à l'ambiance plus dure et davantage destinée vers un public plus mature, Digimon Frontier tente un retour aux sources: de jeunes adolescents piégés dans un monde hostile et qui doivent lutter par eux-mêmes pour survivre. On retrouve ainsi des caractérisations de personnages proches de la première série, et cette quatrième série est assez clairement celle qui se destine le plus vers un jeune public dans sa version originale, n'ayant pas des personnages particulièrement troublés (sans aller jusqu'aux personnages très troublés psychologiquement de Digimon Tamers, on ne retrouve pas non plus les enfants aux difficultés familiales et relationnelles des deux premières séries, aux seules exceptions de Koji et d'un sixième enfant qui apparait un peu plus tard).


Digimon Savers (2006-2007). 48 épisodes et 1 film.

Image

Dans la veine de Digimon Tamers, une organisation appelée la DATS (mais pas glauque celle-là) surveille les activités entre les deux mondes et dissimule l'existence du monde digital au grand public.

Agent de la DATS, autorisée à posséder un partenaire Digimon (Raramon), Yoshino Fujieda est un jour chargée d'intervenir suite à l'apparition de "Raptor One". Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle découvre ce dernier, Agumon, en plein affrontement avec Masaru Daimon, un jeune garçon violent adepte des combats de rues. Très vite, il apparait que Masaru est parfaitement compatible avec Agumon, lui permettant de le faire évoluer rapidement, poussant ainsi la DATS à l'encourager/harceler/pousser à bout pour le recruter dans leurs rangs et menaçant d'arrêter Agumon et de le reconduire à la "frontière" s'il refuse.

C'est ainsi que Masaru et Agumon rejoignent, presque malgré eux, les rangs de la DATS (en fait, ils sont surtout envie de se battre contre des adversaires puissants). Très vite, un troisième membre de la DATS fait son apparition, Touma H. Norstein, jeune universitaire surdoué, issu d'une famille aisée originaire d'Australie, et partenaire de Gaomon.

Entre les teigneux et bagarreurs Masaru et Agumon, les introvertis et orgueilleux Touma et Gaomon, et la colérique Yoshino, le groupe semble mal barré. Pourtant, pour assurer la sécurité nationale, les agents de la DATS vont vite devoir devenir une équipe soudée.

Plus de trois ans après la précédente série, Digimon Savers affiche un graphisme différent et un ton nettement plus humoristique que les anciennes séries, avec ses personnages caricaturaux (Masaru et Agumon, en parfaits idiots qui ne pensent qu'à se battre et à manger, sont hilarants :mrgreen: ) et son second degré permanent, parfois même parodique. Reprenant des éléments de Digimon Adventure 02 et Digimon Tamers, il ne tente pas de revenir à des personnages très caractérisés et aux thématiques travaillées sur l'enfance et joue davantage la carte de l'immédiateté, avec un certain succès (la série remplit parfaitement sa fonction de divertissement).

Cette série est probablement aussi celle qui fut le moins censurée lors de son passage en Amérique, seuls la violence et quelques passages "sexy" étant censurés cette fois.


Digimon Xros Wars (2010-2011). 54 épisodes.

Image

Il aura à nouveau fallu attendre plus de trois ans avant que la sixième série, Digimon Xros Wars, voit le jour.

Ne l'ayant pas vu (elle est en cours de diffusion), je ne peux pas encore en faire la description.


Pour les sorties françaises, les coffrets DVD avec les épisodes censurés et la VF. A eux sept, ils contiennent l'intégrale des 155 épisodes qui composent les séries Digimon Adventure, Digimon Adventure 02 et Digimon Tamers (ne faites pas attention aux illustrations, ils n'ont pas délimité les trois séries, aussi bien dans la répartition des épisodes dans les coffrets que sur leurs visuels):

ImageImageImage
ImageImageImage
Image

Un DVD appelé "Digimon: le film" était aussi sorti en France à l'époque (après une courte exploitation invisible au cinéma, contrastant totalement avec le succès colossal en salle des Pokémon à la même époque). Il s'agit en fait d'un montage des deux films de Digimon Adventure et du premier film de Digimon Adventure 02 les uns à la suite des autres, avec énormément de coupes, des dialogues humoristiques stupides ou complètement réécrits pour cacher les coupes du montage (l'histoire du dernier film a carrément changé et ça a été tellement mal foutu qu'elle est complètement incompréhensible), et des musiques complètement retravaillées pour faire moins "classiques" et plus pop-culture (bon, de ce côté-là, les musiques des trois films en question étaient déjà catastrophiques à l'origine de toute façon, les mêmes musiques étant réutilisées sans cesse durant tout un film, et souvent sans lien réel avec l'action).

Pour avoir vu les films de la saga, honnêtement, les seuls qui sont vraiment intéressants et qui ont une histoire satisfaisante, ce sont les deux films de Digimon Tamers (très bons, surtout le premier) et le film de Digimon Frontier (correct).
Les autres films de la saga sont tous vraiment très mauvais (avec des intrigues bidons. Les films de Digimon Adventure et de Digimon Adventure 02 sont aussi très mal réalisés en prime), bien en deça de la qualité des séries, même avant le passage de Saban, alors de toute façon...

Image
Modifié en dernier par Glass Heart le 03 janv. 2012, 19:56, modifié 13 fois.

Avatar du membre
Raimaru
Space Cowboy
Messages : 1671
Enregistré le : 16 janv. 2010, 16:37
Localisation : Fensch Vallée

Re: La saga Digimon

Message non lu par Raimaru » 23 mars 2011, 18:22

Il y a quatre licences qui m'ont amené à la passion pour la pop culture japonaise : Pokémon d'abord avec le JV et l'animé, Digimon ensuite, puis Yu-Gi-Oh ! avec lequel j'ai commencé à acheter des mangas papier et enfin Dragon Ball sur le tard. Parmi toutes ces séries, celle qui m'a le plus marquée et pour laquelle je garde le meilleur souvenir, c'est Digimon.

Remettons-nous dans le contexte : Pokémon sort en JV fin 1999 (c'est mon premier jeu d'ailleurs). Véritable phénomène, les cartes et l'animé ne tardent pas à venir début 2000, faisant les plus beaux jours de l'enfance de ma génération. Et septembre 2000 débarque une "copie" de Pokémon. Mais alors, c'est une copie qui prend une toute autre dimension que l'originale.

Premièrement, les "dresseurs" sont moins aventuriers que dans Pokémon, mais surtout plus intéressants. À l'époque, je n'avais pas analysé la dimension sociale des protagonistes, comme tu l'as fait Glass Heart, mais instinctivement, je préférais de loin les héros de Digimon à Sasha de Pokémon (qu'il est lisse celui-là).
Deuxièmement, les "monstres de compagnies" parlent, et ça, ça change tout. C'est bien moins abrutissant que les "Pika Pika !" ou les "Sala Sala Salamèche !" et ça donne un vrai caractère aux Digimons. À noté que dans le jeu Pokémon, les Pokémon balancent des cris et ne répètent pas leur nom, et c'est bien plus intelligent.
Enfin, l'animé Digimon contient un véritable scénario, qui surpasse la notion de battre des maitres d'arènes pour devenir champion (ce qui en soit convient très bien à un JV). Les héros se battent et se surpassent pour vaincre un adversaire, et pour cela ils développent des qualités humaines incarnées dans les différents symboles digivolutifs (courage, amitié, amour, connaissance, responsabilité, espoir, sincérité et gentillesse et le symbole de Kari, j'avoue ne plus m'en rappeler ><). En gros, je pense que Digimon est la passerelle parfaite entre le kodomo et le shônen et a dû marqué beaucoup de petits Japonais comme quelques Français dont je fais partie.
À coté de cela, les séquences de Digivolutions, surtout au niveau ultime et mega, rajoutent une vraie intensité visuelle, et ça plait forcément aux enfants.

Concernant le film, il est totalement incohérent, mais étant entièrement axé sur le fan-service, ça plait forcément aux gosses =3

Bref, pour les parents qui veulent transmettre leur passion à leurs enfants et qui hésitent entre les DVD de Pokémon ou Candy, je leur conseille Digimon. Après ce n'est que mon avis, mais un avis d'ancien enfant de cette génération.
Image

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: La saga Digimon

Message non lu par Glass Heart » 23 mars 2011, 22:57

Il y a quatre licences qui m'ont amené à la passion pour la pop culture japonaise : Pokémon d'abord avec le JV et l'animé, Digimon ensuite, puis Yu-Gi-Oh ! avec lequel j'ai commencé à acheter des mangas papier et enfin Dragon Ball sur le tard. Parmi toutes ces séries, celle qui m'a le plus marquée et pour laquelle je garde le meilleur souvenir, c'est Digimon.

Remettons-nous dans le contexte : Pokémon sort en JV fin 1999 (c'est mon premier jeu d'ailleurs). Véritable phénomène, les cartes et l'animé ne tardent pas à venir début 2000, faisant les plus beaux jours de l'enfance de ma génération. Et septembre 2000 débarque une "copie" de Pokémon. Mais alors, c'est une copie qui prend une toute autre dimension que l'originale.

Premièrement, les "dresseurs" sont moins aventuriers que dans Pokémon, mais surtout plus intéressants. À l'époque, je n'avais pas analysé la dimension sociale des protagonistes, comme tu l'as fait Glass Heart, mais instinctivement, je préférais de loin les héros de Digimon à Sasha de Pokémon (qu'il est lisse celui-là).
Deuxièmement, les "monstres de compagnies" parlent, et ça, ça change tout. C'est bien moins abrutissant que les "Pika Pika !" ou les "Sala Sala Salamèche !" et ça donne un vrai caractère aux Digimons. À noté que dans le jeu Pokémon, les Pokémon balancent des cris et ne répètent pas leur nom, et c'est bien plus intelligent.
Enfin, l'animé Digimon contient un véritable scénario, qui surpasse la notion de battre des maitres d'arènes pour devenir champion (ce qui en soit convient très bien à un JV). Les héros se battent et se surpassent pour vaincre un adversaire, et pour cela ils développent des qualités humaines incarnées dans les différents symboles digivolutifs (courage, amitié, amour, connaissance, responsabilité, espoir, sincérité et gentillesse et le symbole de Kari, j'avoue ne plus m'en rappeler ><). En gros, je pense que Digimon est la passerelle parfaite entre le kodomo et le shônen et a dû marqué beaucoup de petits Japonais comme quelques Français dont je fais partie.
À coté de cela, les séquences de Digivolutions, surtout au niveau ultime et mega, rajoutent une vraie intensité visuelle, et ça plait forcément aux enfants.

Concernant le film, il est totalement incohérent, mais étant entièrement axé sur le fan-service, ça plait forcément aux gosses =3

Bref, pour les parents qui veulent transmettre leur passion à leurs enfants et qui hésitent entre les DVD de Pokémon ou Candy, je leur conseille Digimon. Après ce n'est que mon avis, mais un avis d'ancien enfant de cette génération.
Ca, pas de doute, censure ou pas, ça restait clairement la série la plus intelligente du genre "combats de monstres". Il y a une histoire, il y a des thèmes sur l'enfance/adolescence et il y a un propos sur la relation entre l'être et la réalité (beaucoup plus clair et développé dans Digimon Tamers que dans les autres, mais présent sur toutes les séries malgré tout).

Maintenant, ce que je trouve vraiment dommage, c'est l'énorme censure que Saban a opéré sur ces séries pour les infantiliser (et quand je dis énorme, je crois que je n'ai rien vu de tel à part sur Hokuto No Ken, sauf que ça faisait rire sur Ken). Pour Digimon Tamers, ça n'a pas trop marché parce que la série est trop sombre dans sa nature même (même s'ils ont quand même atténué la noirceur). Mais concernant les deux premières séries par exemple, tout en restant sympathiques et portées sur l'action, elles n'ont absolument rien à voir avec la tension présente dans la version japonaise.

Dès qu'il y a un minimum de tension, des moments de silence, ou une réplique mature, Saban nous colle des dialogues débiles pour casser l'ambiance (que les persos parlent ou non dans la VO d'ailleurs). Sans compter les éléments plus matures (les villes sinistrées ou le lolicom qui accepte de prendre les enfants à bord de sa voiture avec des arrières-pensées évidentes sur Sora et Mimi) qui sont totalement réinventés (les villes sont englouties "par des flots de chocolat", et Sora arrête la première voiture qui passe: c'est son cousin qui accepte de les emmener pour la dépanner).


Après, effectivement, quelque soit la série et avec ou sans censure (encore heureux !), ça reste l'histoire d'enfants qui fuient le monde réel avec tout ses problèmes pour un monde imaginaire où ils sont appelés à développer ensemble des qualités qui les amènent ultimement à surpasser les difficultés de la vie et à accepter leur existence pour ce qu'elle est: imparfaite, avec ses joies et ses peines.

Le monde digital peut être vu de plusieurs manières: un monde hostile où les enfants doivent évoluer pour survivre, ça c'est clair; mais c'est aussi un monde presque introspectif, où chacun explore son propre être et se découvre, découvre sa place dans le monde.

Dans Digimon Adventure, c'est présenté de manière un peu brutale car les héros sont à la base des enfants catapultés dans le monde digital malgré eux, dont la principale motivation est de rentrer chez eux, et qui ont bien du mal à revenir dans le monde réel, mais qui "choisissent" plus tard d'y retourner pour achever leur évolution en tant que personnes.


Mais dans Digimon Tamers, il y a une progression nettement plus fluide en différentes "phases" qui forment les différentes parties de la série:

Les jeunes ont tous des prédispositions à l'imaginaire à la base. La première phase, c'est lorsque le "jeu" Digimon devient réel pour eux et qu'ils trouvent ainsi des "compagnons imaginaires" dans le monde réel. A ce stade, ils commencent à basculer peu à peu dans leur "trip", avec des affrontements contre des Digimon sauvages apparaissant dans le monde réel qui deviennent de plus en plus fréquents et qui les confortent dans leur rôle de tamers (ça se ressent notamment sur le personnage de Takato, tamer débutant à la base, qui se forme au fur et à mesure de la série et prend peu à peu confiance en lui).

La seconde phase, c'est lorsqu'après s'être vraiment impliqués dans leur rôle de tamers, ils se rendent dans le monde digital, coupant ainsi le lien avec la réalité et se trouvant dans leur "monde à eux". Un monde qui leur est idéal, sans les difficultés de la vie et où ils sont des héros, avant de réaliser brutalement qu'ils ne jouent plus et que le "jeu" est devenu sérieux, que leurs vies sont en danger.

La troisième phase, c'est le difficile retour à la réalité qui n'est pas évident pour tout le monde: certains enfants ont plus de mal que d'autres, et l'une d'entre eux sombre dans une dépression violente et est incapable de revenir à un monde qui la fait atrocement souffrir, cherchant à se couper définitivement de toute réalité pour ne plus avoir à souffrir. A cause de la volonté de destruction de Juri, impuissante face à son propre mal-être intense, les deux mondes commencent à se confondre, ce qui se traduit par l'ultime menace de la série, et le rôle des autres tamers est alors d'aider leur amie à accepter la réalité, et de ce faire renoncer à leur monde imaginaire (qui tente pour sa part de se défendre contre eux).

Ce genre de thématiques est présent dans toutes les séries, mais Digimon Tamers est probablement celle qui a le propos le plus clair et le plus travaillé, au prix d'une atmosphère mature et sombre qui, au début, contraste avec la naïveté initiale des protagonistes (enfants au début de la série, jeunes "adultes" à la fin, après nombre d'épreuves et de sacrifices).


Maintenant, ce que je regrette vraiment dans l'histoire, c'est qu'on n'ait pas de coffrets DVD avec les épisodes non-censurés et la VO (parce que le doublage français est vraiment irrécupérable là !). Vu le soin particulier apporté au scénario (ce qui est rare pour ce genre de séries), ces séries méritent d'être découvertes pour ce qu'elles sont "vraiment" (des séries jeunesse avec une vraie profondeur et des thèmes matures derrière), mais je doute que Saban modifie un jour sa politique de diffusion dans les pays où ils possèdent les droits sur la série (à savoir faire barrage aux oeuvres originales pour que leur version soit la seule sur le marché).

Bon, et puis "Agumon Shinka..." qui devient "Agumon ! Digivolve toi en...", moyen quoi ! Un terme un peu idiot inventé par Saban pour faire style, quand il aurait très bien pu leur faire dire tout simplement "Agumon ! Evolution...". Sans parler du thème agaçant qu'il colle derrière à chaque fois (je préfère nettement les thèmes japonais qui varient selon les différents types d'évolutions).

Avatar du membre
Loli-pamplo
Bisho blond addict
Messages : 440
Enregistré le : 21 janv. 2009, 16:19
Localisation : Sur ce drôle de caillou perdu dans l'espace...
Contact :

Re: La saga Digimon

Message non lu par Loli-pamplo » 24 mars 2011, 22:17

Ouah ça rigole pas cette présentation de la série est géniale O.o
Parce que moi aussi j'ai regardé quand j'étais gamine et idem que Raimaru, je l'ai vite préféré à Pokemon (Et pourtant Dieu sait que je jouais aux jeux vidéos) c'était simple Pokemon on pouvait rater trois épisodes, c'était pas grave, Digimon, un peu plus, surtout pour moi à l'époque parce qu'il y avait une vraie avancée, un vrai scénario et des vrais méchants. Des vrais caractères et des digimon qui parlent et donnent leur avis, ont des sentiments qu'on peut comprendre.

Ainsi il est vrai que j'ai énormément aimé cette série qui m'a accroché un certain temps, que j'ai revu d'ailleurs presque en entier il y a deux ou trois ans je crois. Mais je n'ai vu que Adventure, et Adventure 2, donc mon avis ne peut que s'arrêter à eux. Car à l'instar de ce que tu as dit, à l'époque où Digimon Taner est sorti, je n'ai pas réussi à accrocher. Moi je ne voulais que récupérer mes bons vieux personnages et Digimon que j'adorais, ainsi il m'a été impossible de regarder cette nouvelle saison, j'étais un peu bête à l'époque quoi XD Mais après la description que tu en fais, ça me donne bien envie de me pencher dessus. Un Digimon qui en prime est plus sombre, ça me botte bien, par contre pour les regarder, ça risque de pas être simple, idem pour les suivants. Mais Tai Matt Mimi Joe Kairi Izzy T.K seront toujours mes préférés >.<
~ Ne fait pas demain ce que tu peux faire après demain ~


Image

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: La saga Digimon

Message non lu par Glass Heart » 24 mars 2011, 23:53

Oui, Digimon Tamers a rebuté non seulement pour son ambiance plus sombre et plus mature, mais aussi effectivement par le fait que, après deux séries qui se suivaient, Tamers a marqué le moment où chaque nouvelle série devenait indépendante des précédentes (ce qui permettait aussi de réinventer sans cesse le concept).

En fait, dans Tamers, Digimon est une marque marketing déclinée en jeux vidéo, cartes à jouer (qui ont une certaine importance dans la série car c'est ce "jeu" qui devient "réel" pour eux) et série télé (les deux premières séries justement :mrgreen: ).

Bien sûr, présenter un univers pareil, même si ça lui donne un certain réalisme, ça attire bien sûr les critiques sur l'auto-promotion si on le prend dans son apparence directe.

Mais en réalité, quand on commence à bien saisir les thèmes, on réalise que le scénariste a en fait détourné la contrainte marketing pour en faire une auto-critique: c'est l'histoire de jeunes qui coupent contact avec la réalité au profit d'un jeu qui devient progressivement leur nouvel univers (jusqu'à le devenir totalement lorsqu'ils entrent dans le monde digital), et le véritable propos de la série quelque part c'est justement aussi une certaine critique des otakus qui laissent les jeux vidéo, jeux de cartes et autres prendre le pas sur leur vie sociale (ne pas les condamner, mais prévenir des dangers que peuvent entraîner les excès pour les personnes passionnées par ces loisirs, de manière à vivre leur passion sans que cela ne nuise à leur vie sociale).
Un Digimon qui en prime est plus sombre, ça me botte bien, par contre pour les regarder, ça risque de pas être simple, idem pour les suivants. Mais Tai Matt Mimi Joe Kairi Izzy T.K seront toujours mes préférés >.<
A la base, leur intention sur Digimon Tamers, c'était de penser aux fans des deux premières séries qui avaient grandi et de leur parler avec une série plus mature. Mais du coup, en changeant d'univers et d'ambiance, et bien que ce soit la série préférée des fans et des critiques, elle a rebuté une certaine partie des fans des deux premières séries qui ne retrouvaient plus leurs repères.

Lorsque, après trois ans de préparation, ils ont lancé Digimon Savers (renommée Digimon Data Squad pour la version censurée de Saban), ils ont compris qu'ils avaient besoin de reprendre un des Digimon phares de la première série pour tenter de retrouver le public d'origine, et ils ont choisi Agumon.


Après, ayant vu les cinq premières séries, il est clair que pour moi Digimon Tamers (la meilleure et la plus sombre selon moi) et Digimon Savers (très drôle, mais aussi épique) sortent nettement du lot.

Les deux séries Digimon Adventure étaient aussi très bonnes mais un peu plus tournées vers le jeune public (sans pour autant rejeter le public plus âgé, d'où la caractérisation psychologique intéressante des persos et les thèmes matures), et les enjeux commerciaux se sentaient aussi davantage à mon goût (la première série devait lancer les produits dérivés: jeux vidéos, cartes à jouer, digivices... Mais, chez nous, la version censurée par Saban et l'image "clone de Pokémon" ont fait que ça n'a pas vraiment marché, du moins pas longtemps).

Digimon Frontier, je la trouve davantage tournée vers un jeune public que les autres, il y a quelque chose de plus bon enfant. Pour autant, elle reste cependant très bonnes et, pour nuancer ce que j'ai dit auparavant sur les caractérisations moins développées des persos, elles sont souvent moins fortes que celles des autres séries, mais elles ne sont pas absentes pour autant, juste moins graves (à part pour deux persos). Mais les enfants ont malgré tout certains obstacles internes (des défauts) à dépasser, et donc une évolution à opérer dans la série pour devenir de jeunes "adultes".

Avatar du membre
jojo81
The Doctor
Messages : 1170
Enregistré le : 19 févr. 2010, 23:17
Localisation : Albi
Contact :

Re: La saga Digimon

Message non lu par jojo81 » 25 mars 2011, 00:59

Pareil, même en bon fan de Pokemon je préférais Digimon. D'ailleurs la série nous aura laissé au moins deux jeux géniaux sur Ps: Digimon World et Digimon Rumble Arena !
Nostroblog: des copains et du goût !
Image
Don't turn your back. Don't look away. And don't blink.
Image

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: La saga Digimon

Message non lu par Glass Heart » 28 mars 2011, 15:50

Quelques explications sur les éléments des différentes séries (+ le film indépendant Digimon X-Evolution). Bien que chacune ait sa propre identité et un concept sans cesse réinventé, ça reste souvent grosso-modo la même histoire racontée différemment et de nombreux éléments reviennent donc, l'occasion pour la plupart d'entre eux de réellement se développer au fur et à mesure des séries.


Les niveaux d'évolution: Ils sont au nombre de six, montant graduellement: Bébé, Bébé 2, Enfant, Adulte, Parfait et Ultime. Les évolutions peuvent se dérouler de plusieurs manières: de manière naturelle, en ayant recours à des objets spéciaux (reliques, cartes), par la fusion entre deux (voire plus) Digimon pour atteindre ensemble le niveau supérieur, ou par la fusion entre un Digimon et son tamer.

Le niveau par défaut est l'Enfant: il reviennent généralement vers cette forme après la fin de leurs évolutions supérieurs (même s'il y a des exceptions). Cependant, pour les formes particulièrement puissantes, ils reviennent généralement au niveau Bébé 2 à la fin de leurs évolutions.

A noter que, si le niveau Ultime est le dernier, certains Digimon sont capables de poursuivre leur évolution vers des formes supérieures, mais elles restent cataloguée de niveau Ultime officiellement.


Les tamers: Les tamers sont des enfants qui possèdent un certain potentiel leur permettant de créer un lien fort avec un Digimon et de permettre leur évolution. Plus le coeur du dompteur est fort, plus le Digimon devient puissant et sa résolution grande, mais cela passe par des moments de remise en question difficile où les deux partenaires doivent arriver à évoluer ensemble. Cela est plus évident dans Digimon Tamers où, à mesure des évolutions, le tamer entre en symbiose avec son partenaire Digimon, jusqu'à la forme finale qui est la fusion des deux partenaires.


Les enfants élus: C'est un autre terme utilisé pour désigner les personnages principaux dans plusieurs des séries. Ce sont des tamers évoqués dans des prophéties et dont le rôle est de devenir les sauveurs du monde digital. Dans la perception des Digimon, ces enfants sont des sauveurs. Mais dans la perception des enfants en question, ils sont en fait piégés dans un monde inconnu et hostile dont ils essaient de sortir grâce au soutien de leurs partenaires Digimon, avant d'accepter progressivement le rôle qu'ils sont censés jouer dans ce monde parallèle au leur.


Les empereurs: Les empereurs Digimon (niveau Ultime) sont l'une des dernières menaces de la série Digimon Adventure, sorte d'équivalent maléfiques des dieux Digimon de Digimon Adventure 02. A eux quatre, ils règnent sur le monde digital corrompu avant d'être vaincu au fur et à mesure par les enfants élus de la première série.

Digimon Adventure 02, elle en revanche, présente un empereur humain, le Digimon Kaiser (Ken Ichijouji), qui est le nemesis des cinq héros principaux, l'ombre des enfants élus. La différence étant que Kaiser ne reconnaît pas les Digimon comme une forme de vie et estime donc qu'il est légitime de les soumettre en esclavage et de contrôler leur volonté. C'est lorsqu'il reconnait l'infinie tristesse de son partenaire Wormmon et son sacrifice que Kaiser "meurt" tandis que Ken Ichijouji doit se remettre en question pour trouver son rôle définitif dans la suite du conflit (évoluant finalement).


Les dieux Digimon: Quatre Digimon divins (niveau Ultime), représentant le dragon, le phénix, la tortue et le tigre. Je pense que vous avez compris à quoi cela fait allusion. Ils apparaissent dans les séries Digimon Adventure 02 pour l'un d'eux et Digimon Tamers pour les trois autres. Cet aspect de la mythologie n'existe plus depuis Digimon Frontier au profit d'une mythologie différente.

Une version alternative existe dans Digimon Frontier où il s'agit de trois divinités protectrices (niveau Ultime aussi), l'une d'entre elles étant corrompue et les deux autres étant à l'origine des nouveaux enfants élus pour protéger leur monde de la destruction. Les trois divinités finissent par mourir et se réincarner au niveau Enfant.


D-Reaper: Le D-Reaper est la menace finale de Digimon Tamers, une "entité" informatique détruisant progressivement le monde digital et, par la connexion entre les deux mondes, le monde réel.

A l'origine, "Reaper" est un programme de défense du Pentagone qui fut crée afin de détruire le virus Creeper qui avait infecté leur système Arpanet. Lorsque le monde digital, crée par les humains, endossa un nombre exponentiel de données, le programme s'est réactivé pour affecter également ce dernier, devenant cette fois une menace.

Thématiquement, le D-Reaper représente les sentiments négatifs de Juri Katou, en pleine dépression à ce moment et extériorisant finalement son mal-être et son désir de voir le monde l'entourant détruit pour ne plus avoir à souffrir, forçant les autres tamers à affronter cette manifestation physique des troubles mentaux de Juri et à essayer de l'aider à reprendre le dessus sur son dégoût de la vie et de sa propre existence (ultimement, elle est la seule à pouvoir se sauver, les sentiments des autres essayant surtout de l'atteindre, de traverser la barrière dont s'est entourée son âme, pour l'aider à trouver cette force en elle).


Lucemon: Avant que les séries n'intègrent Yggdrasil à la mythologie (Yggdrasil en est un peu l'évolution thématique), l'ennemi final de Digimon Frontier est Lucemon. Initialement une divinité bienveillante guidée par une philosophie plus ambigu (qu'une personne ayant la connaissance ultime doit gérer à elle seule le monde digital avec des règles sacrées, sous peine de le voir courir à sa perte), il finit par se laisser corrompre par ses propres convictions et devenir un tyran. Dans la mythologie de Digimon Frontier, les chevaliers royaux (deux chevaliers clairement corrompus) affrontent les héros pour permettre sa réincarnation.


Yggdrasil: Yggdrasil est l'ordinateur à l'origine du monde digital et qui régit entièrement ce dernier. Perçu par les Digimon comme un dieu, il a développé une conscience avec le temps qui finit par le pousser à vouloir détruire le monde digital, imparfait, pour en rebâtir un autre ("sauvant" ainsi le monde digital de sa propre corruption). Il est l'ennemi final de la série Digimon Savers et du film Digimon X-Evolution.


Les chevaliers royaux: Au nombre de 13, les chevaliers royaux sont des héros légendaires et les protecteurs du monde digital. Ils assurent le maintien de la paix et de l'ordre sur ce dernier et servent directement Yggdrasil. Avec le temps et la corruption d'Yggdrasil, l'ordre des chevaliers a commencé à sombrer: la plupart ont une confiance aveugle en Yggdrasil, le dieu "infaillible" et sont devenus des tyrans oppressant leur monde (tout en croyant toujours être des héros), d'autres ont commencé à questionner les motivations de leur dieu créateur et à se rebeller progressivement contre ce dernier, devenant des traîtres, et les derniers se sont laissés eux-mêmes corrompre.

On entend pour la première fois parler d'eux dans Digimon Frontier, avec deux chevaliers clairement corrompus faisant office d'antagonistes, mais cet aspect de l'histoire n'était pas encore développé. C'est vraiment avec la série Digimon Savers et le film Digimon X-Evolution que cet élément trouve son rôle définitif: un groupe de 13 Digimon de niveau Ultime (les plus puissants), dont plusieurs sont les évolutions finales des Digimon principaux des séries précédentes (amplifiant le côté "héros déchus"), et qui servent ultimement d'antagonistes ambigus.
Dans la plupart des séries où ils apparaissent (Digimon Frontier faisant exception), ils sont censés apparaître comme des modèles de bravoure pour les nouveaux héros, mais la force des choses les poussent systématiquement à devenir leurs adversaires (en même temps que leur ombre, du fait qu'ils représentent eux-mêmes les héros des séries précédentes), forçant ainsi les "renégats" de niveau Enfant (et leurs partenaires humains) à se surpasser pour triompher de leurs aînés de niveau Ultime avant d'affronter Yggdrasil.

Les chevaliers restent les mêmes dans toutes les versions mais ils ont souvent des caractères différents d'une version à l'autre. S'il ne s'agit donc pas vraiment des "mêmes" personnages entre Digimon Frontier, Digimon Savers et Digimon X-Evolution, c'est un élément qui progresse cependant d'une version à l'autre, chacune complétant la liste des chevaliers (dont on connait aujourd'hui 11 membres sur les 13).
Modifié en dernier par Glass Heart le 01 avr. 2011, 23:02, modifié 1 fois.

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: La saga Digimon

Message non lu par Glass Heart » 01 avr. 2011, 12:11

Quelques courtes scènes pour illustrer un peu la censure infantilisante qu'a connu la série dans la version Saban (qui a servi de base à la version française et qui a la fâcheuse tendance à tuer l'ambiance en rajoutant des blagues idiotes ou en édulcorant les propos sérieux).

Sur cet extrait de Digimon Tamers, on sent à quel point la noirceur de la situation (des jeunes qui partent avec une naïveté touchante pour leur monde imaginaire, sans réaliser ce qu'il en est réellement et que la prof réalise immédiatement mais trop tard pour les arrêter) devient une situation amusante.

http://www.youtube.com/watch?v=q5Opw4EjzY0

Et sur les deux extraits de Digimon Adventure 02, la personnalité du Digimon Kaiser est carrément changée: d'un garçon qui retient sa frustration à la limite d'exploser intérieurement, il devient un génie arrogant qui balance des vannes à tout va. Et du coup, l'impact de la seconde scène, où il se voit jeter à la figure ses quatre vérités, est complètement modifié.

http://www.youtube.com/watch?v=tS6CuWxP ... re=related

http://www.youtube.com/watch?v=ubYp7m7U ... re=related

Après, la version Saban n'a pas pu non plus tout supprimé de la profondeur de la série (même si beaucoup de choses sautent au passage ou sont pas mal édulcorées dans l'esprit), mais dans la traduction ou même dans le traitement des voix et des musiques (différentes de l'original), l'impact a perdu beaucoup de sa tension dramatique originelle. Du beau gâchis !

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: La saga Digimon

Message non lu par Glass Heart » 01 sept. 2011, 12:39

Bon, c'est confirmé: alors que Digimon Xros Wars devait s'achever fin Septembre à l'issue des 54 épisodes initialement prévus, le succès de la nouvelle franchise est tel que la Toei a décidé d'enchaîner directement sur une deuxième saison.

La deuxième saison commencera donc dès la semaine suivant l'arrêt de la première, sans interruption. Il semblerait que la longue période de passage à vide de la franchise soit révolue et qu'elle soit de nouveau sur les rails.

http://www.animenewsnetwork.com/news/20 ... is-october

Débutant comme une série assez light dans son premier arc, Digimon Xros Wars s'était ensuite démarqué par un second arc nettement plus sombre et intéressant avec des personnages beaucoup plus complexes et une violence accrue. Bandai avait su rebondir sur le succès de la franchise en lançant deux jeux sur DS basés sur le concept de la série.

fZ9VVq3r5pE

La nouvelle saison introduira un nouveau personnage, mais le héros Taiki Kudo (Minami Takayama) sera toujours de la partie.

Répondre