Jojo's Bizarre Adventure : The Animation

Pour nous faire découvrir un animé, un film asiatique ou donner des informations relatives à ces univers.
Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1399
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Jojo's Bizarre Adventure : The Animation

Message non lu par Takato » 11 avr. 2014, 22:44

(Avant toute chose, ce poste est parallèle à celui concernant les OAV disponible à cette adresse : post104907.html?hilit=jojo#p104907)
Image
Titre : Jojo's Bizarre Adventure / Jojo's Bizarre Adventure : Stardust Crusaders
Année : 2012 (part. 1 et 2) / 2014 (part.3)
Nombre d'épisodes : 9 (part.1) / 17 (part.2) / 2 x 24 (48) (part.3)
Studio : David Production
Editeur fr : Crunchyroll (simulcast / VOD)
Jojo's Bizarre adventure, œuvre phare de Hirohiko Araki, a marqué le monde du shônen et s'inscrit comme précurseur de certains concepts. Débuté en 1986 dans le Shônen Jump (avant de passer dans l'Ultra Jump en 2005), le titre dénombre 8 parties à l'heure actuelle, chacune mettant en scène sa bande de héros, son adversaire, son concept... En France, J'ai Lu publia les parties 1 à 4 entre janvier 2002 et décembre 2005. En avril 2007, la série est reprise par Tonkam qui publie la partie 5. Juin 2010, c'est la partie 6 qui débute, toujours chez Tonkam. Puis, janvier 2013, l'éditeur entame le septième partie de la saga en plus de rééditer le troisième arc. Tonkam a choisit d'éditer chaque partie de manière indépendante avec une numérotation originale, en utilisant le titre de chaque arc. Juillet 2014, ce sera au tour de la première partie d'avoir sa réédition tandis que la seconde devrait avoir lieu en 2015.

Jojo's Bizarre Adventure, en parallèle au manga, a eu droit à quelques adaptations animées. La première est une série de 6 OAV, réalisée par le studio A.P.P.P, retraçant la fin de la partie 3 et diffusées entre 1993 et 1994. Entre 2000 et 2002, ces OAV gagnent une préquelle en 7 épisodes qui adaptent les débuts de la partie 3 avec quelques libertés. Les 13 OAV sont souvent considérées comme un tout et sont distribuées en France de manière intégrale par Declic & Images.
En 2007, le studio A.P.P.P remet le couvert avec un film d'animation cinéma qui adapte la première partie du manga. Le film s'intitule sobrement Jojo's Bizarre Adventure : Phantom Blood. Seulement, le long métrage est un échec complet, pointé du doigt par les fans, notamment à cause de l'absence de Speedwagon du scénario, remettant sérieusement en question un éventuel deuxième film sur Battle Tendency. Le film n'est jamais sorti en DVD au Japon, aussi une diffusion à l'internationale semble chose impossible.
Finalement, la bonne nouvelle a lieu l'été 2012, à l'occasion des 25 ans de la saga. Jojo's Bizarre Adventure allait avoir droit à une véritable adaptation animée, en bonne et due forme, couvrant l'intégrale de l'histoire ! Le messie est le studio David Production, créé par deux anciens du studio Gonzo. La première série formant l'adaptation débute en octobre 2012 au Japon et couvre la première partie du manga avec 9 épisodes, puis la seconde partie avec les 17 épisodes suivants. La série connaît un succès commercial conséquent, et le 26ème et dernier épisode s'achève sur la repêche du cercueil de Dio, ainsi qu'un Jotaro emprisonné...
Image
Nous sommes en octobre 2013 quand l'annonce est officialisée. L'anime Jojo connaitra une suite couvrant la troisième partie du manga et reprendra exactement son titre, à savoir Jojo's Bizarre Adventure : Stardust Crusaders. La série n'a pas de nombre d'épisodes fixe mais est planifiée pour avril 2014. Néanmoins, la longue durée de cet arc (16 tomes contre 12 pour les parties 1 et 2 cumulées) laissent présager une série un peu plus longue que la première.
Un peu plus d'un mois avant la diffusion de la série, David Production met en ligne cinq trailers au rythme d'un par semaine, chacun étant centré sur l'un des héros de cette partie. Quelques jours avant la diffusion du premier épisode, le groupe Crunchyroll émet une double annonce : Stardust Crusaders dera diffusé en simulcast en même temps que le Japon, chaque vendredi à 18h30 pour les membres prénium, tandis que la première saison rejoindra le catalogue ultérieurement.

Après cette petite présentation de Jojo et de ses adaptations animées, je vais revenir sur les deux premiers épisodes de Stardust Crusaders. Je suis un énorme fan de Jojo, il s'agit d'ailleurs de mon manga favori derrière Dragon Ball. Autant dire que j'attendais l'adaptation de pieds fermes. :) Le bilan est excellent pour ma part tant les choix d'adaptation des Studio David sont très bien pensés ! L'animation est très correcte mais pas non plus exceptionnelle. Aussi, certains éléments intègrent du dynamisme à l'action, comme l'introduction des onomatopées dans la série qui fait vraiment le lien entre l'anime et le manga. Certains jeux de caméras sont très plaisants et apportent une profondeur, un relief que je n'avais jamais vu avant dans une série animée. Quant aux Stand, leur mise en scène est impeccable en mon sens : fidèles à l'esprit du manga, apparaissant bien comme des esprits plus que des soldats physiques, bonne animation de leurs pouvoirs... Aucun reproche à faire à ce niveau là.

La bonne surprise, c'est aussi le respect du chara-design d'Araki qui rend justice à l'esthétique du manga. Plus précisément, j'ai l'impression que le character designer a effectué une refonte des personnages de la partie 3 en prenant le trait de l'auteur aux alentours de la partie 7, ce qui est très plaisant et apporte une fluidité générale à l'ensemble des personnages. Bien-sûr, pas question d'avoir un Jotaro androgyne, on retrouve la masse de muscles connue dans les tomes 12 à 28 du manga.
Ceux qui ont lu la version papier ne seront pas dépaysés tant tout est conforme au support d'origine, dans le moindre détail. Le rythme est assez rapide puisque ces deux premiers épisodes ont couvert les 6 premiers chapitres, on peut en déduire que le troisième épisode achèvera le premier tome de cette partie 3. Néanmoins, les spécificités techniques et de réalisation permettent à l'anime d'avoir sa propre identité.

Je dirai que l'unique point faible de cette adaptation, à l'heure actuelle, c'est sa musique qui manque de relief. Néanmoins, certains thèmes utilisés dans les trailers sont épiques, aussi il me tarde qu'ils soient utilisés dans la série. Ah, aussi, j'ai été très déçu par l'absence d'un véritable ending. Le générique de fin, pour le moment, est une simple utilisation du "main theme" sur des crédit qui défilent sur fond noir... Dommage, l'ending de la première saison est juste excellent.

Le fan de Jojo que je suis est donc comblé à l'heure actuelle ! Les premiers épisode de Stardust Crusaders sont excellents, aussi j'ai hâte de constater les choix d'adaptation sur des combats plus emblématiques (par exemple contre J-Gail, d'Arby the gambler, et bien entendu contre Dio et Vanilla Ice). Pas déçu du tout pour le moment, c'est avec une grande joie que je regarderai mon épisode, chaque vendredi !

Petit bonus pour la fin, les trois opening (à l'heure actuelle) de l'anime que je juge extraordinaires, ni plus ni moins. Design type 3D intéressant, musique qui semble sortir des années 90... excellent ! (Pardonnez moi les sous titres espagnols sur l'opening, j'ai pas trouvé mieux ^^' )

Part. 3 : Stardust Crusaders
http://www.youtube.com/watch?v=j64JegzWf3c
J'essaierai de poster semaine après semaine mes impressions sur les épisodes avant de rédiger un avis global à la fin de la "saison 2". :)
Modifié en dernier par Takato le 20 juin 2015, 21:34, modifié 1 fois.
Image
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1399
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: Jojo's Bizarre Adventure : The Animation

Message non lu par Takato » 18 avr. 2014, 21:20

Épisode 3 : Le maléfice de Dio

Un épisode plus calme cette fois et pour cause, il retrace toute la fin de l'introduction, autrement dit la destruction du germe de chair de Kakyoin, le malaise d'Holly et la découverte du repaire de Dio. Pas d'action pour apprécier la qualité d'animation et les combats de Stand donc, mais une avancée de l'histoire notable. La véritable croisade commence dès le prochain épisode !
Question fidélité, elle est présente à 100%. L'anime prend d'avantage son temps que la première saison puisque avec ce troisième épisode, nous n'avons pas encore conclu le premier tome. Je suppose qu'on aura un anime atypique dans son format, je parierai sur une quarantaine d'épisodes. Mais 40 épisode de cette qualité, je dis oui !

Le choc, c'est aussi l'ending, finalement révélé sur cet épisode 3. David Productions avait fait le pari audacieux de Roundabout du groupe Yes pour la première saison, c'est cette fois Walk Like an Egyptian qui conclut les épisodes de cette partie 3. Vraiment un choix judicieux et très cohérent étant donné le thème de cet arc !

Pour l'ending : https://www.youtube.com/watch?v=HG9REIyFeQs
Image
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1399
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: Jojo's Bizarre Adventure : The Animation

Message non lu par Takato » 14 juin 2015, 19:18

Jojo's Bizarre Adventure : Stardust Crusaders - Avis général de la série :

A l’automne 2012, les studios David Production se lançaient dans l’audacieux pari d’adapter le manga Jojo’s Bizarre Adventure depuis le début, une tentative jusque-là réussie puisque la première saison de 26 épisodes a su condenser habilement les deux premières parties du manga. Le succès ayant été au rendez-vous, c’est tout naturellement qu’une « saison 2 » a vu le jour un an après la fin de la première. Jojo’s Bizarre Adventure : Stardust Crusaders est donc formel, il adapte le troisième arc du manga, et l’un des plus importants aux yeux des fans. La première partie construite sur 24 épisode reprend ainsi la moitié du nouveau périple des Joestar, de nouveaux confrontés à leur premier ennemi…

Des décennies après la victoire de Joseph Joestar sur les hommes du pilier, ce dernier a désormais un petit-fils répondant au nom de Jotaro Kujô. Mais celui-ci s’est volontairement fait emprisonné après avoir décrété être habité par un « esprit malveillant ». En réalité, Jotaro a développé en lui un « Stand », un double psychique aux étonnantes facultés et qui agit presque instinctivement. Joseph apprend à son petit-fils que cette apparition résonne avec le retour de Dio, l’ennemi juré des Joestar qui a survécu en prenant le corps de Jonathan il y a bien longtemps. Le retour de Dio provoque aussi une forte fièvre chez Holly, mère de Jotaro et fille de Joseph, qui n’a plus très longtemps à vivre. Le seul moyen de la soigner est d’éradiquer le mal à sa source : Dio. Mais celui-ci se terre en Egypte et envoie les manieurs de Stand à ses ordres pour venir à bout des Joestar et de leurs compagnons.

Exit l’Onde et bonjour les Stand ! Voici la mécanique nouvelle de cette seconde série de l’aventure Jojo, directement reprise du manga d’Araki et qui a apporté un renouveau dans le manga nekketsu dans les années 90. La nouvelle formule va même de pair avec le format de la série qui entretien un rythme de feuilleton par une linéarité qui consiste à opposer à chaque fois, dans des épisodes en une ou deux parties, les protagonistes aux manieurs de Stand envoyés par Dio. Il n’est ainsi pas très grave de rater un ou deux épisodes, ce qui en soit montre un manque scénaristique qui peut rebuter. Qu’à cela ne tienne, la nouvelle aventure se rattrape sur deux éléments : Le voyage dépaysant et l’inventivité des combats.

L’adaptation animée est alors un très bon moyen de dépeindre les différentes cultures auxquelles sont exposées Jotaro et les siens, par les couleurs présentes sur l’image et par la richesse des plans qui cherchent à reprendre chaque destination sous ses aspects les plus traditionnels dans la culture et l’architecture des pays en question. Après l’affrontement horrifique face aux vampires et le road-movie pour la gemme rouge d’Asia, nous sommes plongé dans un grand voyage mais aussi un choc des cultures qui se ressent dans la composition du casting principal : Si Jotaro et Kakyôin sont japonais, Joseph reste américain, Avdol égyptien et Polnareff français, des origines qui traduisent souvent la personnalité de chaque personnage, les rend attachants et aboutit sans mal à quelques séquences d’humour qui permettent à Jojo de conserver son ton décalé.

L’autre nouveauté de la série est bien entendu les Stand qui aboutissent à des combats toujours très tactiques, mais d’une manière différentes. Chaque duel consiste à découvrir la faille de l’entité de l’ennemi, ce qui passe par une sorte d’enquête durant laquelle les héros doivent analyser le cadre où ils se trouvent mais aussi les possibilités octroyées par leur propre Stand. Voilà ainsi l’élément permettant de faire abstraction de la linéarité de l’œuvre : Les pouvoirs ennemis étant très variés, chaque affrontement propose sa tonalité et ses particularités, de quoi renouveler à chaque fois l’expérience de visionnage.

Le début de l’anime Stardust Crusaders est marqué à quelques semaines prêt par le rachat par le groupe Fuji TV, ce qui peut être un facteur pour expliquer la qualité technique un tantinet accrue de cette suite. On note ainsi une animation un peu meilleure, des plans plus larges avec l’utilisation de certaines plans séquences pour apporter de la dimension aux scènes, mais surtout une matérialisation intéressante des Stand qui, sans paraître pour se simple fantômes, conservent des caractéristiques visuelles d’entités psychiques.
Les choix d’adaptation du troisième arc du manga diffèrent aussi des OAV sortis dans les années 90/2000 étant donné que la carte de la fidélité a été jouée à fond. On reste ainsi sur une intrigue au ton très « jojoesque » plutôt que le sérieux dont a fait preuve l’adaptation précédente, ce qui passe évidemment par une adaptation minutieuse de chaque combat puisqu’aucun adversaire ne manque à l’appel. Ainsi, ceux qui ont déjà vu les OAV d’époque auront affaire à une série bien différente sur bien des points tandis que les amateurs du manga retrouveront sans mal l’ambiance du manga.

Parmi les autres points techniques, on peut soulever l’efficacité des génériques. Pour l’opening, un nouveau venu apporte sa touche à l’aventure Jojo. Jin Hashimoto signe avec Stand Proud une composition enragée en conservant par son chant une touche de rétro pour un tout très efficace et entrainant. Visuellement, on conserve une sorte de modélisation 3D des personnages très efficace avec notamment une grande richesse de symboles liés à la série et son scénario. Du côté de l’ending, c’est la grande surprise et peut-être l’un des génériques de fin les plus marquants qui soient puisque la célèbre chanson pop « Walk like an egyptian » du groupe The Bangles est utilisée et donne toute une symbolique à cette saison. En revanche, on regrettera une bande origine qui manque de panache mis à part quelque thèmes marquants, notamment celui des « Stardust Crusaders » ou encore celui de Kakyôin.

Stardust Crusaders apportent ainsi un renouveau complet de Jojo’s Bizarre Adventure par le biais des Stand et d’une aventure plus linéaire qui ne quitteront jamais la série. Pourtant, l’inventivité des combats et la nature du voyage de Jotaro et ses compagnons font de cette épopée une aventure aussi palpitante que dépaysante. Gageons toutefois que cette nouvelle saison ne couvre que la moitié du troisième arc du manga, il faut donc se tourner vers une troisième partie de l’anime pour découvrir le fin mot de la bataille contre Dio et ses sbires : Jojo’s Bizarre Adventure : Stardust Crusaders – Battle in Egypt.

Rendez-vous la semaine prochaine pour l'ultime épisode de Stardust Crusaders. :cry:
Image
Image

Avatar du membre
Raimaru
Space Cowboy
Messages : 1671
Enregistré le : 16 janv. 2010, 16:37
Localisation : Fensch Vallée

Re: Jojo's Bizarre Adventure : The Animation

Message non lu par Raimaru » 14 juin 2015, 21:40

J'ai pensé me mettre à l'anime, mais j'ai vite été refroidi par ce qu'ils ont décidé de faire pour Stadust : plus de cinquante épisodes pour une saison de JoJo, ça me parait beaucoup trop. Qu'est-ce qu'ils comptent faire, s'ils veulent continuer, avec des arcs comme Diamond is Unbreakable et Steel Ball Run ? Du coup, le manga me suffit largement... En plus, je retrouve pas dans le chara-design et l'animation ce qui fait l'originalité du style d'Araki (j'ai quand même vu le 1er épisode de Phantom Blood).
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1399
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: Jojo's Bizarre Adventure : The Animation

Message non lu par Takato » 14 juin 2015, 22:06

En réalité, Stardust fera 48 épisodes au total, et c'est tout à fait correct pour 16 tomes puisque ça donne 3 épisodes par volume. D'autant plus que l'anime parvient à aller vite sur certains duels sans les dénaturer (je pense à d'Arby the player) et à apporter une ambiance excellente sur d'autres affrontements (mon dieu que j'ai frissoné sur le combat contre Vanilla Ice).

Si l'anime se poursuit, il sera en effet très long mais il peut difficilement en être autrement pour Jojo. ^^' (Avec un petit calcul, j'arrive à 218 épisodes pour les 80 premiers tomes, autant dire que c'est vraiment un bon score contrairement aux autres anime fleuve).
Image
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1399
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: Jojo's Bizarre Adventure : The Animation

Message non lu par Takato » 20 juin 2015, 21:33

Voila. Après 48 épisodes de bons et loyaux services, Stardust Crusaders s'est achevé. Je prie pour qu'ils continuent d'adapter le manga. :cry:
Image
Jojo's Bizarre Adventure : Stardust Crusaders - Battle in Egypt :

Adapter la troisième partie de Jojo’s Bizarre Adventure dans une série fidèle n’aura pu être possible à travers seulement 24 épisodes. Le temps d’une saison, l’adaptation animée de Stardust Crusaders s’est ainsi octroyé une petite pause, ce qui correspond aussi à la période de rachat des studios David Production par le groupe Fuji TV. Ces simples semaines auront été rudes pour les fans qui attendaient de voir comment les derniers affrontements de cet arc allaient être retranscrits à l’écran, une impatience compréhensible tant ces 24 nouveaux épisodes nous offrent un spectacle encore plus incroyable que la saison précédente.

L’histoire reprend donc là où nous l’avions laissée. Après un long périple, Jotaro et ses compagnons atteignent enfin l’Egypte où une surprise de taille les attend. La Fondation Speedwagon leur a amené un sixième compagnons : Iggy, un boston terrier dont le Stand, « The Fool », est capable de manipuler le sable et s’avère très dangereux. Ce sont aussi des adversaires plus redoutables qui entre en scène. Sentant que l’équipe des Joestar s’approche doucement de lui, Dio envoie de nouveaux sbires pour les arrêter, des manieurs de Stand placés sous les augures des dieux égyptiens.

La recette de cette nouvelle saison ne change pas d’un iota. Le voyage de nos héros continue et se construit autour d’une succession d’adversaire à affronter jusqu’à atteindre leur ennemi juré en la personne de Dio Brando. Pourtant, il est toujours difficile de s’ennuyer et ce malgré le schéma très répétitif de l’œuvre. Les Stand s’avèrent toujours plus inventifs, de même pour les affrontements qui changent en permanence de forme. Cette nouvelle salve d’épisodes alterne alors les résolutions d’énigmes, les affrontements purs et les joutes psychologiques, permettant de renouveler le visionnage à chaque fois et ne jamais lasser le spectateur.
L’autre changement réside dans la dimension culturelle de cette nouvelle saison. Cette fois, plus de voyage autour du monde puisque le cadre central est l’Egypte. L’intrigue permet alors moins de découvertes et ne cherche plus forcément à dépayser le spectateur, bien que la présentation des différents cadres de l’Egypte a sans aucun doute été très travaillée par Hirohiko Araki avant qu’il ne commence à dessiner l’histoire dont est adaptée la série animée.

Le résultat qui se dégage de cette suite est donc très similaire à la première saison. Et pourtant, « Battle in Egypt » va au-delà des épisodes précédents, notamment grâce à une montée en puissance permanente de l’œuvre d’une manière générale. Les combats entre Stand sont d’abord plus inventifs, plus osés, si bien que le premier duel contre N’Doul présente déjà une rixe où le danger est incessant. On peut bien-sûr regretter la surenchère d’épisodes absurdes, pourtant très amusants, où les frères Oingo et Boingo ainsi que Hol Horse entrent en action, mais ils ne font office que de passage moins stimulants entre quelques combats d’exception. Les frères d’Arby, Vanilla Ice et bien entendu Dio sont des noms qui font frémir les fans de Jojo à leur simple mention, de manière justifiée tant ces duels ont donné à cette partie 3 ses lettres de noblesse dans la monture manga. L’anime leur fait parfaitement honneur et sait adapter sa mise en scène à la tonalité de chaque affrontement. Sans spoil aucun, il faut même au spectateur une certaine endurance pour les tout derniers épisodes qui font monter la tension d’un cran. Les deux derniers duels sont particulièrement brillants en adrénaline et rebondissements en tout genre, le tout pour aboutir à une fin classique, sans prétention mais qui s’ancre dans les ambitions de la série : Un voyage dépaysant et éprouvant mené par des personnages attachants, aux forts caractères, qu’il est bien difficile de quitter après tous ces dangers.

Du côté technique, la série a légèrement gagné en qualité mais cela se ressent davantage sur les derniers épisodes. La mise en scène reste assez classique bien que grandiloquente sur la fin, mais nous retenons surtout des choix de représentation qui parviennent à faire ressentir la montée en puissance des combats sans pour autant abuser de surenchère technique. A titre d’exemple, le pouvoir du Stand de Dio bénéficie d’un effet particulier, extrêmement soigné et cohérent et qui donne beaucoup d’allure au combat. Evidemment, nous n’en dirons pas plus en ces lignes. Gageons toutefois un gros point négatif qui existait déjà sans la saison précédente mais qui demeure ici extrêmement agaçant : la censure. Il n’est pas rare que des effusions de sang soit camouflées, bien qu’elles restent très présentes et souvent choquantes pour le jeune spectateur. En revanche, là où il est permis de voir une tête coupée (mais dont la base est camouflée par une ombre histoire d’épargner aux spectateurs les détails d’un rendu si macabre), hors de question de voir Jotaro, la clope au bec, qui se retrouve affublé d’un rectangle noir sur la bouche. La censure devient d’un coup ridicule, on ne peut alors qu’espérer pour nos amis japonais que la version DVD saura s’affranchir de cette coupure gênante.

La bande originale de la série ne change pas mais s’enrichit de quelques thèmes. Par exemple, celui d’Iggy se révèle très prenant par ses accords de guitare tandis que les autres se font plus discrets. Plus visible (ou audible) pour les spectateurs, la série gagne deux nouveaux générique. L’opening, intitulé « Jojo, sono chi no kioku ~end of The World » a pour audace d’être interprété par les trois chanteurs des précédents thèmes d’ouverture et nous gratifie d’une chanson entraînante et d’un clip truffé de symboles et d’indices sur le déroulement de la série, le spectateur les comprenant nettement mieux une fois les épisodes visionnés. Du côté de l’ending, nouveau coup de génie pour David Production. Le studio puise une nouvelle fois dans la pop musique des années 70-80 en utilisant la chanson « Last Train Home » de l’artiste Pat Metheny qui aboutit à une générique de fin où la mélancolie règne et où le spectateur ne manquera pas de verser une larmichette sur les derniers épisodes…

Après 24 premiers très bons épisodes, Jojo’s Bizarre Adventure – Stardust Crusaders parvient à faire encore mieux grâce à des combats plus inventifs et variés ainsi qu’une montée en puissance constante jusqu’au grandiose affrontement final contre Dio, le tout en se permettant quelques bonnes trouvailles du côté de la réalisation. Si l’absence de réelle intrigue ainsi que la redondance de quelques épisodes burlesques agaceront, la globalité n’en demeure pas moins excellente dans la catégorie où elle joue : Un anime purement divertissant qui fait honneur à la fresque shônen de Hirohiko Araki. Gageons que cette fois-ci, la conclusion ne nous offre pas de teasing de la quatrième partie de la saga. L’avenir de l’anime Jojo reste alors incertain, et il est impossible de dire si l’adaptation s’achève sur la fin de Stardust Crusaders. Croisons alors les doigts pour que les studios David Production n’abandonnent pas le projet !
Image
Image

Répondre