Zelda

Pour nous faire découvrir un jeux vidéo ou donner des informations relatives à cet univers.
Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Zelda

Message non lu par Glass Heart » 29 juil. 2013, 16:56

Sinon, reste à savoir les liens entre les personnages des Link et Zelda des différents opus. Les seuls liens de parenté confirmés sont:

[spoiler]-Tetra qui est la grand-mère de la Zelda de Spirit Tracks.

-Link de Twilight Princess est le fils (ou le descendant direct) du Link d'Ocarina of Time et de Majora's Mask. Ce lien de parenté est subtilement évoqué par l'apparition du Chevalier-Squelette devant Link dans Twilight Princess. Quelques indices sous-entendent également (sans confirmer directement) qu'il serait lié à Malon du Ranch Lon Lon.[/spoiler]

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Zelda

Message non lu par Glass Heart » 30 juil. 2013, 16:12

The Legend of Zelda

Image

Console: NES.
Année: 1986.


L'Histoire (d'après le livret du jeu)

Le royaume d'Hyrule sombre dans le chaos après qu'une armée menée par le méchant Ganon, le prince des ténèbres, l'ait envahi. Ganon a dérobé le Triforce de la Force, un artefact magique d'une grande puissance, et il projette désormais de s'emparer du Triforce de la Sagesse en possession de la princesse d'Hyrule, la douce et belle Zelda. Zelda brise alors son Triforce en huit fragments qu'elle dissémine dans des donjons à travers Hyrule afin d'empêcher Ganon de s'en emparer. Avant d'être capturée, elle envoie sa nourrice, Impa, chercher un héros courageux qui parviendra à sauver le royaume. Alors qu'elle était attaquée à son tour par les sbires de Ganon, Impa est sauvée par un jeune homme appelé Link. Elle lui confie le sort de la princesse et du royaume tout entier, mais Link doit tout d'abord explorer les donjons afin de récupérer les huit fragments et reconstituer le Triforce, seule arme pouvant lui permettre de lutter à armes égales contre le terrible Ganon et de sauver ainsi Zelda.

Avis

Jeu pionnier de la franchise éponyme, The Legend of Zelda est sorti sur la console NES en 1986. Issu de l'imaginaire de Shigeru Miyamoto (Donkey Kong, Super Mario Bros), Zelda propose pour la première fois au joueur une expérience de jeu où il est libre d'explorer librement tout un monde.

Comme la plupart des jeux de l'époque, Zelda ne met pas encore en avant de véritable scénario durant l'aventure mais il est toutefois accompagné d'une petite histoire pour définir le contexte. Le monde d'Hyrule est menacé. Le méchant Ganon s'est emparé du Triforce de la Force. Il kidnappe à présent la princesse Zelda pour s'emparer de son Triforce de la Sagesse. Mais celle-ci l'a brisé en huit fragments disséminés à travers huit donjons. Link, un jeune chevalier, doit réunir les huit fragments afin de reconstruire le Triforce, vaincre le terrible Ganon dans le montagne de la mort et enfin sauver la princesse Zelda. En gros, un jeune héros qui doit secourir une jolie demoiselle kidnappée par un gros monstre (ici un cochon tout laid, après un gorille gigantesque et une tortue mutante), on ne change pas une formule qui gagne dans l'univers de Miyamoto (et pourquoi le ferait-on quand c'est aussi efficace ?).

Vous commencez donc l'aventure dans la peau de Link et vous vous rendez rapidement compte que le héros qui doit sauver Hyrule n'a initialement rien d'un guerrier. Aucune arme, un bouclier qui ne protège pas et trois malheureux coeurs de vie que les monstres qui entourent les environs auront tôt fait de grapiller. Link est donc un novice complet et ça, le jeu arrive à nous le faire ressentir, de même que la nécessité de s'aguerrir très vite pour devenir progressivement un guerrier digne de ce nom, une évolution que l'on ressent là-aussi. Avant de partir à l'assaut des temples, il est donc urgent de commencer par se construire un inventaire (à commencer par une épée) et de chercher les premiers réceptacles de coeur disséminés à travers Hyrule (cinq en tout). C'est ainsi que commence l'exploration du joueur à travers le vaste monde d'Hyrule (128 écrans, un exploit pour l'époque !) et, en l'absence totale de narration dans le jeu pour vous guider, c'est une tâche qui s'annonce loin d'être facile.

Si vous avez joué aux opus 2D de la franchise, vous vous en doutez certainement mais Hyrule est parsemé de monstres qui sortent de tous les côtés de l'écran et qui sont de plus en plus redoutables à mesure que vous vous éloignez de votre point de départ. Heureusement, deux fontaines de fées vous aideront en soignant vos blessures gratuitement (un rendez-vous quasi-quotidien). Vous trouverez aussi des grottes disséminées un peu partout dans le vaste monde, certaines étant visibles et d'autres étant cachées et demandant le plus souvent de faire exploser un mur ou de brûler un buisson pour être mises à jour (le problème étant qu'il n'y a jamais d'indice visible pouvant indiquer qu'une grotte se cache à cet endroit). C'est dans ces grottes que vous croiserez les hyliens, lesquels sont étrangement revenus à l'âge des cavernes et semblent avoir subi les effets d'un véritable papy-boom. On peut comprendre pourquoi Link tient tellement à sauver la jeune et pure Zelda quand on voit à quoi ressemble la population d'Hyrule: des vieillards, des petites grands-mères et des gros barbus. Ces derniers sont heureusement assez utiles puisque certains vous offriront des objets pour votre inventaire (parfois sous conditions, comme de choisir entre une potion ou un fragment de coeur) tandis que d'autres tiennent des boutiques vous vendant des armes ou des potions. D'autres vous vendront aussi des informations utiles si vous y mettez le juste prix tandis que certains, plus joueurs, vous proposeront de parier à des jeux de hasard pour gagner des rubis (la monnaie d'Hyrule) ou en perdre. Et puis, il y a aussi ceux qui vous dépouilleront de vos précieux rubis prétextant les frais de réparations de leur porte que vous aurez soigneusement fait exploser ou brûler. Enfin, quelques cochons pacifistes se cachent parfois dans ces grottes et sont prêts à vous acheter votre silence pour avoir la tranquillité.

Cette recherche de la population pour se constituer un inventaire compose la moitié de la phase d'exploration, l'autre moitié consistant à repérer les donjons (neuf en tout) et, en vaillant guerrier amateur que vous êtes, à les explorer. Pas de grande énigme ici, la plupart du temps il s'agit de vaincre les adversaires pour pouvoir récupérer des clés et avancer, mais il n'est pas rare que le jeu vous propose plusieurs itinéraires possibles (parfois en faisant exploser des murs avec vos bombes). Relativement difficiles, il est impératif d'améliorer régulièrement votre inventaire et vos réserves de vie avant de penser à les explorer, leur difficulté allant croissante. Pour autant, la progression reste assez simple (du moment que vous vainquiez les ennemis) et souvent assez rapide, même si les derniers donjons deviennent plus labyrinthesques. Les boss sont assez faciles, ce sont plutôt les ennemis communs qui posent des problèmes tant qu'on ne possède pas les meilleures armes. Mais même dans la dernière ligne droite du jeu, certains ennemis restent assez difficiles à battre, surtout en nombre (et quand ils sont présents dans la plupart des pièces), ce qui rend la difficulté assez corsée. Petit point noir toutefois: les boss d'anciens palais ont tendance à être repris, soit en tant que sous-boss de mi-parcours, soit parfois en tant que boss tout court. C'est triste de devoir combattre à nouveau le boss du premier donjon à la fin de l'un des derniers sans grosse différence notable. Un manque d'inspiration pour créer de nouveaux monstres ?

Véritable exploit pour l'époque, Zelda affiche une durée de vie d'environ quinze heures pour boucler l'aventure, avec un très bon degré de rejouabilité puisque le jeu nous propose ensuite une seconde quête où les neuf donjons ont été complètement modifiés avec une difficulté encore plus prononcée (la mauvaise nouvelle étant que la seconde quête remplace automatiquement la sauvegarde de la première). Seuls les plus persévérants parviendront donc à bout de ce qui est l'un des jeux les plus difficiles de la franchise (même s'il l'est certainement moins que Zelda II, réputé pour sa difficulté insurmontable).

Pour l'époque et la console, les graphismes de Zelda sont d'un bon niveau. Les designs des personnages sont assez réussis, on reconnait les monstres de la saga sans problème. Les décors, bien que vastes, sont en revanche assez vides (certainement dû aux limitations techniques de l'époque) et les donjons se ressemblent tous esthétiquement, seule la couleur des couloirs étant changée. L'exploit technique repose donc surtout sur le vaste monde que le jeu nous propose de découvrir. On note pour la première fois l'apparition d'une option de sauvegarde (Zelda est le premier jeu à inclure une pile de sauvegarde) vous permettant d'enregistrer votre progression, une véritable révolution pour l'époque. Malheureusement, le concept même restait encore à inventer et, au lieu d'une simple option accessible dans le menu, on se retrouve à exécuter une manip grand guignolesque. Beaucoup auront renoncé et préférer tuer leur perso pour sauvegarder à l'écran de game over (petite particularité trahissant son époque, on retrouve un compteur de game over). Mais le véritable cauchemar vient surtout du fait qu'on reprend toujours à l'écran de départ du jeu avec trois malheureux coeurs de vie, et ce même si vous aviez sauvegardé à l'intérieur d'un donjon. Un exploit technique donc, mais un concept qui restait encore très largement à inventer pour devenir le système fluide et agréable que l'on connait aujourd'hui.

Au niveau des musiques, deux ou trois thèmes principaux vous accompagneront durant votre quête, notamment le thème principal de la série sur la carte du monde et un thème plus inquiétant pour l'exploration des donjons. On pouvait craindre de s'en lasser vite, mais la réussite est telle que ce n'est pas le cas. Au contraire, le joueur est plongé directement dans l'ambiance du jeu, qu'elle soit épique ou intimidante. Les bruitages, assez nombreux quant à eux, contribuent eux aussi à l'ambiance.

The Legend of Zelda est donc un titre qui a marqué son époque à bien des niveaux. C'est clairement le jeu qui a posé les bases du jeu d'aventure, créant le genre, même si on sent que le concept était encore rudimentaire et loin d'être vraiment abouti. Déjà, l'absence de narration crée un titre où le joueur est vite dépassé par la liberté d'action qui lui est offerte au début, ne sachant pas trop quoi faire. Il faudra attendre A Link to the Past en 1992 sur SNES pour voir l'émergence d'une histoire afin de guider l'exploration du joueur. Surtout, si les idées sont là (les habitants, l'inventaire à collecter, les boutiques, les donjons), le monde de Zelda est un joyeux foutoir où tout est balancé un peu en vrac à travers la carte. Il n'y a pas encore à proprement parler de PNJ pour vous donner des informations pour vous guider dans votre quête, ni de personnage mémorable à rencontrer, et encore moins de village. Les habitants peuvent se situer n'importe où et il faut les chercher, tout comme les donjons puisque vous pouvez tomber dessus dans le désordre (et il est vivement déconseillé de le faire). Le concept du jeu d'aventure en est donc encore à ses bases et, si l'expérience de jeu reste prenante, on en ressent néanmoins les nombreux manques, surtout quand on est habitué aux jeux ultérieurs de la franchise. D'ailleurs, Miyamoto lui-même reverra en quelque sorte sa copie pour l'améliorer plus tard avec A Link to the Past, l'opus qui aura vraiment défini la direction de la saga, tout en intégrant directement l'histoire à l'expérience de jeu.

Au final, The Legend of Zelda est typiquement un jeu qui plaira aux hardcores gamers et aux fanas du rétrogaming. C'est à eux principalement que se destine aujourd'hui ce jeu. Les autres, qui veulent découvrir un bon jeu d'aventure 2D, auront tôt fait de se tourner vers les jeux plus récents et plus aboutis comme A Link to the Past, sa suite Zelda DX ou les deux jeux Oracle, ou même des Zelda-like comme Landstalker ou Alundra, tous d'excellents jeux. Reste que Zelda est clairement l'un des meilleurs jeux de la NES, fondateur de cette excellente franchise, et que cela vaut peut-être à lui seul le fait de s'y consacrer pour bien des joueurs.

Verdict: Bon (13/20).

Image

PS: Vous vous en doutez peut-être, mais c'est sur l'univers de ce jeu qu'a été basée la tristement célèbre série animée du même nom qui lui fait suite, d'où l'absence de nombreux éléments ultérieurs de la saga.

9ZMtJhFM-do

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Zelda

Message non lu par Glass Heart » 15 nov. 2013, 19:09

Test de A Link Between World sur 3DS (bien que le jeu ne sorte que le 22 Novembre):

http://www.jeuxvideo.com/articles/0001/ ... s-test.htm

Ca donne envie tout ça ! :)

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1153
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Zelda

Message non lu par Luciole21 » 16 nov. 2013, 10:53

Ca donne effectivement très envie, à un détail près. Le même chroniqueur s'était chargé des critiques des deux épisodes sur DS, qui avaient tout deux obtenus des 18/20, et ces deux épisodes sont assez loin d'être mes préférés. Avec ce 17/20, on pourrait penser qu'il considère cet opus comme moins bon. À voir.
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Zelda

Message non lu par Glass Heart » 16 nov. 2013, 14:06

Luciole21 a écrit :Ca donne effectivement très envie, à un détail près. Le même chroniqueur s'était chargé des critiques des deux épisodes sur DS, qui avaient tout deux obtenus des 18/20, et ces deux épisodes sont assez loin d'être mes préférés. Avec ce 17/20, on pourrait penser qu'il considère cet opus comme moins bon. À voir.
Je crois surtout qu'elle l'a trouvé un peu trop facile.

Après, ça reste très relatif les goûts. Je ne pense pas qu'il soit vraiment utile de faire des comparaisons, plus de voir ce qui est retenu du jeu en question. Et la chroniqueuse a le mérite d'avoir fait la plupart des opus donc elle connait théoriquement bien l'univers de la série et ses rouages.

PS: Personnellement, je trouve les Zelda DS loin d'être mauvais, mais pas parmi mes préférés non plus.

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1153
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Zelda

Message non lu par Luciole21 » 30 nov. 2013, 10:14

Je l'ai fini à 100%, et comme j'ai un peu la flemme, je vais donner mon avis en détaillant les points positifs/négatifs :

Points positifs :
-Très beaux graphiquement
-Une bonne bande son
-On retrouve vraiment l'univers de A Link To The Past
-Un boss final qui en jette
-La possibilité de se changer en peinture murale intéressante
-L'interaction entre les deux mondes

Points négatif :
-Trop facile
-Trop court
-L'univers de ALTTP certes bien remit au goût du jour, mais de là à reprendre exactement les mêmes boss par moment, c'est trop
-Un scénario encore plus banal que d'habitude
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Zelda

Message non lu par Glass Heart » 30 nov. 2013, 14:23

-Un scénario encore plus banal que d'habitude
C'est possible de faire encore plus banal que A Link to the Past côté histoire ? Tu me fais peur là ! :?

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1153
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Zelda

Message non lu par Luciole21 » 30 nov. 2013, 20:17

Ah non quand même pas ^^" mais par rapports aux jeux récents.
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Zelda

Message non lu par Glass Heart » 30 nov. 2013, 22:09

Luciole21 a écrit :Ah non quand même pas ^^" mais par rapports aux jeux récents.
Bon, cela dit, c'est peut-être aussi l'esprit rétro qui veut ça. A Link Between Worlds se veut comme un hommage.

Personnellement, je suis plutôt dans la génération moderne qui a découvert la série avec Ocarina of Time (même si en réalité, je l'ai découverte bien avant avec Link's Awakening). J'attends plus un remake de Majora's Mask ou un troisième opus à cette période en terme de nostalgie.

Glass Heart
Messages : 2448
Enregistré le : 29 sept. 2010, 17:51

Re: Zelda

Message non lu par Glass Heart » 18 déc. 2013, 17:16

Quand The Legend of Zelda rencontre Dynasty Warriors, ça donne... Hyrule Warriors. :shock:

http://www.jeuxvideo.com/news/2013/0006 ... .htm#infos

Nintendo se met au beat them all ! :lol:

Répondre