Où achetez-vous vos mangas ?

Pour débattre, partager des idées ou discuter sur un thème lié à l'univers du manga.
Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Où achetez-vous vos mangas ?

Message non lu par Einah » 08 févr. 2015, 14:33

Takato a écrit :Euh... J'avoue ne pas du tout comprendre ton tout dernier argument, Einah... Le livre est quand même un milieu très différent car il s'agit d'un bien culturel qui engendre les passions, encore même plus que l'industrie du disque ou du cinéma d'un point de vue commerce. Le secteur du livre est très encadré et on cherche à le protéger depuis quelques décennies (cf loi Lang). Après, Amazon ou Album vendront le même ouvrage, le même produit, là où entre supermarché et bouché/traiteur tu auras une différence qualitative.
Pas dans tous les domaines nécessairement. Ce que je voulais dire globalement, qu'il ne faut pas voir que le secteur du livre, et critiquer ceux qui passent par Amazon. Ce sont tous les commerçants de tous les secteurs qui sont concernés. Et quand on donne des leçons de bonne conduite à tenir j'espère que l'on fait également pour les autres commerçants. (Edit : le ton que j'emploie n'est pas du tout agressif, je fais juste un constat)
Takato a écrit : Ensuite Einah, si tu n'as pas envie de repasser tous les quatre matins pour voir si ton ouvrage est arrivé, il existe la commande client avec, en général, réception de mail, sms ou coup de fil dès que ton livre est en magasin. J'en convient qu'il faille encore bouger mais c'est un peu notre cas à tous. Parfois, je finis aussi tard mais quand je suis vraiment pressé de lire un titre, je prends le temps et mon courage pour aller le chercher à une de mes librairies.
Alors la fois où j'attendais une sortie d'un livre, je suis passée 3 fois au magasin leur demandant s'ils l'avaient. Pas une seule fois ils m'ont proposé de me rappeler ou de me contacter par mail. J'ai même plusieurs fois appelé et à aucun moment ils m'ont dit qu'ils me rappelleraient. Ils en ont rien à faire dans cette librairie, de toute manière c'est plus la bd qui les bottent. Je ne vais donc pas dépenser mon argent et mon temps pour des gens comme ca.
Takato a écrit : Après, comme l'a dit Rai, il faut que les libraires innovent pour se démarquer d'Amazon et donner de nouveau envie aux gens de venir jusqu'à eux, mais c'est pas forcément facile. BD Fugue organise énormément de rencontres avec des auteurs mais ce n'est pas forcément possible pour toutes les enseignes.
Ca marche dans les grandes villes pour la venue d'auteur dans les petites villes c'est compliqué je pense. Après chez nous, il y a une boutique de jeux de société qui organise par exemple des soirées autour d'un ou plusieurs jeux pour faire découvrir et eux ils sont de bons conseils. Je ne sais pas s'ils arrivent à s'en sortir mais ils sont d'excellents conseils.
Takato a écrit : Il faut en tout cas prendre conscience que la librairie est un secteur en danger à cause de cette tendance internet. Privilégier le confort du non-déplacement, c'est malheureusement soutenir inconsciemment la disparition des enseignes indépendantes, donc à la supression de posts nés de la passion et de la culture.
Hélas avec la vie que l'on mène dans la vie active, gagner du temps pour pouvoir s'occuper de la maison, des enfants, de son mari et de soi n'est pas négligeable. Déjà moi je trouve que j'ai peu de temps alors que j'ai pas d'enfants et que je rentre chez moi à 18h30 donc ceux qui rentre passé 20h, c'est plus facile d'aller sur le net pour commander. On voit bien comment c'est bien développer le drive pour les courses. Mais par contre, je le redis, si je sais que dans une boutique ils s'y connaissent j'irai mais peut être pas toutes les semaines.
Image

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Où achetez-vous vos mangas ?

Message non lu par Luciole21 » 08 févr. 2015, 15:54

Raimaru a écrit : Mais pour être très honnête, même si je m'entends très bien avec mes libraires, internet est la personne qui me conseille le mieux. Les libraires n'ont pas l'historique complet de tes goûts (il m'est arrivé qu'ils se gourent complètement en me conseillant).
Bien sûr, internet est un excellent prescripteur. Après si la demande que tu fait à ton libraire est suffisamment précise, et si il s'y connait, tu as peu de chance de te retrouver un livre qui ne te plait pas (ça arrive bien , sûr, mais c'est pareil avec les achats prescrits sur internet).
Raimaru a écrit :Je ne crois pas que le "tout tout-de-suite" soit le véritable point de différence avec Amazon. Au contraire, j'ai tendance à penser qu'entre ce qui est à disposition en magasin et ce que tu peux commander chez lui, tu y gagnes.
Tu te trompe sur ce point, cf mes cours et mon expériences, ainsi que les commentaires de nombreux collègues. Les gens ne veulent pas attendre ni se bouger, et les délais d'Amazon sont vraiment rapides.
Raimaru a écrit :Il faut inventer de nouvelles choses qui vous rend indispensables. Par exemple, la librairie Album à Nancy a créé une forme d'abonnement aux comics en kiosque, c'est sacrément malin et pratique.
Clairement oui. Les libraires n'ont pas su s'adapter au changement (du moins une grande partie d'entre eux). Il n'est pas trop tard, et ça commence à se bouger, notamment avec des initiatives comme celle que tu évoque.
Einah a écrit :- les mangas sont mis à même le sol donc abimés et désolé mais je n'achète pas quelque chose d'abimé,
- ils n'ont pas tout et donc pas envie de revenir tous les 4 matins pour savoir s'ils ont le livre ou les livres ou pas. Car oui j'ai une vie, je termine mon taf à 18h passé et je n'ai pas que ca à faire d'aller en ville, payer le parking, utiliser de l'essence... et tout ferme à 19h donc je me vois mal courir comme une dingue pour 1 ou 2 livres,
- ils ne me sont d'aucun conseil, ils ne connaissent rien en manga et sont plus spécialiste en bd,
- et je ne parle pas de leur amabilité de porte de prison.
Si ces gens sont des c**, c'est un autre problème.
Takato a écrit :Je vais toutefois nuancer mon propos : Amazon peut avoir de bons côtés, par exemple des coffrets DVD à prix record ou des restes de stocks là où la concurrence est épuisée et ne peut plus se fournir auprès du distributeur et de l'éditeur. Par exemple, je me souviens du tome 6 de Golden Wind, avant la réimpression de Tonkam, uniquement dispo sur Amazon Canada.
Bien sur, Amazon à des bons côtés, parce qu'on y trouve certains ouvrages moins cher. Après, ça reste minoritaire, et c'est uniquement dans le cas de l'occasion (ou de la vente neuve d'un livre en rupture), puisque comme tu le sais, le prix du livre neuf est réglementé.
Einah a écrit :Pas dans tous les domaines nécessairement. Ce que je voulais dire globalement, qu'il ne faut pas voir que le secteur du livre, et critiquer ceux qui passent par Amazon. Ce sont tous les commerçants de tous les secteurs qui sont concernés. Et quand on donne des leçons de bonne conduite à tenir j'espère que l'on fait également pour les autres commerçants. (Edit : le ton que j'emploie n'est pas du tout agressif, je fais juste un constat)
Comme le dit Takato, l'exemple de l'alimentaire n'est pas pertinent (ne serait-ce que parce que tu demande rarement des conseils à ton boucher). Pour ce qui est du produit culturel, et à moins que le prix soit vraiment moins cher sur internet (ou que ce soit un objet introuvable en France), j'achète dans les boutiques.
Einah a écrit :Hélas avec la vie que l'on mène dans la vie active, gagner du temps pour pouvoir s'occuper de la maison, des enfants, de son mari et de soi n'est pas négligeable. Déjà moi je trouve que j'ai peu de temps alors que j'ai pas d'enfants et que je rentre chez moi à 18h30 donc ceux qui rentre passé 20h, c'est plus facile d'aller sur le net pour commander. On voit bien comment c'est bien développer le drive pour les courses. Mais par contre, je le redis, si je sais que dans une boutique ils s'y connaissent j'irai mais peut être pas toutes les semaines.
Et c'est pour convaincre les personne qui, comme toi, voient énormément d'avantage à la vente par internet, que les libraires se doivent de se rendre indispensable, en sympathisant avec leurs clients (j'ai des clients qui viennent à la libraire uniquement pour me voir, qu'ils achète quelque chose ou pas), en étant évidemment poli et en montrant qu'ils sont capable de répondre à la quasi-totalité des demandes. Je pense que ce contacte humain est important, et le libraire a souvent une culture littéraire importante qui lui permet de rebondir d'un ouvrage à l'autre pour satisfaire toute les demandes.
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

shinob

Re: Où achetez-vous vos mangas ?

Message non lu par shinob » 10 févr. 2015, 22:06

Je partage totalement l'avis d'Einah.

J'effectue tous mes achats sur internet, principalement sur Amazon. Pas besoin d'aller voir un libraire. Et ça ne fait pas de moi un fainéant, je sais me bouger quand il le faut : pour travailler premièrement, mais aussi pour faire des activités diverses (du sport notamment). C'est juste que je priorise mes activités, et mes priorités (et celles d'Einah) ne sont sans doute pas les mêmes que les vôtres.
Une journée, c'est 24h. Je dors en moyenne 8h par jour, j'en travaille 9. Il me reste 7h pour mes autres activités. Alors non, pas le temps d'aller chez un libraire. Et ça fait certainement pas de moi une feignasse.

Ensuite, libraire, boucher, boulanger... C'est tout pareil : c'est du business. Il y a les grandes entreprises, et les petits commerçants. Reporter sur le dos des clients la délicate situation des librairies indépendantes, c'est un peu du foutage du geule. Les faire culpabiliser, encore plus. Chacun est libre de consommer où il veut, sans qu'on le juge.

Si la fermeture d'une librairie entraînera irrémédiablement des licenciements, celle d'un entrepôt amazon en occasionnera aussi. Je ne pense pas que ton travail, Luciole, ait plus de valeur que celui d'une magasinier amazon.
L'état a quand même créé la loi lang pour permettre aux petites librairies de résister aux géants du commerce. C'est déjà pas mal, non ?
Amazon n'est pas devenu un géant du jour au lendemain. Les libraires ont eu du temps pour se moderniser, et répondre aux nouvelles attentes des clients, ainsi qu'aux évolutions d'un marché en constante mutation. Certains ont réussi et subsistent (cf exemples donnés par d'autres précédemment), d'autres ont loupé le coche et ont fermé leurs portes. Tant pis pour eux. Ça ne me réjouit pas, mais ça ne m'attriste pas non plus.
Euh... J'avoue ne pas du tout comprendre ton tout dernier argument, Einah... Le livre est quand même un milieu très différent car il s'agit d'un bien culturel qui engendre les passions, encore même plus que l'industrie du disque ou du cinéma d'un point de vue commerce.
Ça, c'est un jugement d'otak', pas une vérité. Un disquaire ou un ouvreur de cinéma n'aura sans doute pas le même avis que toi. :wink:
De nombreuses entreprises ouvrent et ferment chaque jour... Et culturelle ou non, une entreprise est avant tout une entreprise, avec des hommes et femmes qui en vivent derrière.
Moi quand je travaille dans ma boulangerie, c'est "avec passion" que je dispose mes pâtisseries dans la vitrine, pour donner envie aux clients. Et c'est également avec passion que je les conseille afin qu'ils choisissent le meilleur gâteau pour l'anniversaire de leur gosse.
Et le boucher qui sélectionne les plus belles pièces de viande pour ses clients, il le fait aussi avec passion. C'est pareil que Luciole. On fait du commerce, on vend juste pas le même produit.

Il n'y a pas que dans le culturel qu'on travaille avec passion, ou qu'on engendre les passions : certains éprouvent plus de plaisir à déguster une pâtisserie fondante et sucrée ou un pavé de bœuf bien juteux qu'à lire un livre.
Et c'est pour convaincre les personne qui, comme toi, voient énormément d'avantage à la vente par internet, que les libraires se doivent de se rendre indispensable, en sympathisant avec leurs clients (j'ai des clients qui viennent à la libraire uniquement pour me voir, qu'ils achète quelque chose ou pas), en étant évidemment poli et en montrant qu'ils sont capable de répondre à la quasi-totalité des demandes. Je pense que ce contacte humain est important, et le libraire a souvent une culture littéraire importante qui lui permet de rebondir d'un ouvrage à l'autre pour satisfaire toute les demandes.
Pour le contact humain, j'ai ma famille et mes amis. Pas besoin d'un libraire. :mrgreen:
Je pourrais généraliser un peu comme tu l'a fais précédemment, Luciole, en écrivant que les clients qui ont le temps de se déplacer dans ta librairie juste pour te voir, sont sûrement des chômeurs ou des glandeurs qui n'ont absolument rien à foutre de leur journée (bref, des feignasses)... Mais je le ferai pas, car ça serait juste un jugement de valeur à la mords-moi-le-noeud... :mrgreen:

Avatar du membre
Raimaru
Space Cowboy
Messages : 1689
Enregistré le : 16 janv. 2010, 16:37
Localisation : Fensch Vallée

Re: Où achetez-vous vos mangas ?

Message non lu par Raimaru » 10 févr. 2015, 22:26

Je pourrais généraliser un peu comme tu l'a fais précédemment, Luciole, en écrivant que les clients qui ont le temps de se déplacer dans ta librairie juste pour te voir, sont sûrement des chômeurs ou des glandeurs qui n'ont absolument rien à foutre de leur journée (bref, des feignasses)... Mais je le ferai pas, car ça serait juste un jugement de valeur à la mords-moi-le-noeud... :mrgreen:
Ça c'est un peu exagérer dans l'autre sens, tu ne crois pas :mrgreen:
Je suis globalement d'accord avec toi pour le choix du mode de distribution : chacun fait ce qui l'arrange le mieux. Je ne vais pas râler contre ceux qui achètent sur Amazon s'ils préfèrent. Je le ferais d'avantage pour ceux qui vont à la Fnac, car ils ne sont pas malins (carte de fidélité payante + rayons limités + vendeurs très souvent incompétents, alors qu'une petite librairie vaut largement mieux quitte à se déplacer).

Mais d'un autre côté, la BD est une passion, et à titre d'exemple, je me sens particulièrement bien dans une librairie BD, entouré de tous ces récits et ces dessins. Parmi les heures qu'il me reste pour mes activités, je peux en inclure certaines dans ces lieux, et crois-moi, ça me décompresse bien après les études et le boulot (précision : je fais les 2). Et il y a un autre argument, qui me parait indispensable : tu peux voir la came avant de l'acheter. Et je parle surtout de l'édition et des dégâts éventuels, auquel cas tu peux reposer l'exemplaire, chose qui devient tout de suite un barouf pas possible avec Amazon.
Image

shinob

Re: Où achetez-vous vos mangas ?

Message non lu par shinob » 10 févr. 2015, 22:45

Raimaru a écrit :
Je pourrais généraliser un peu comme tu l'a fais précédemment, Luciole, en écrivant que les clients qui ont le temps de se déplacer dans ta librairie juste pour te voir, sont sûrement des chômeurs ou des glandeurs qui n'ont absolument rien à foutre de leur journée (bref, des feignasses)... Mais je le ferai pas, car ça serait juste un jugement de valeur à la mords-moi-le-noeud... :mrgreen:
Ça c'est un peu exagérer dans l'autre sens, tu ne crois pas :mrgreen:
:mrgreen: Tout à fait XD

Je suis globalement d'accord avec toi pour le choix du mode de distribution : chacun fait ce qui l'arrange le mieux. Je ne vais pas râler contre ceux qui achètent sur Amazon s'ils préfèrent. Je le ferais d'avantage pour ceux qui vont à la Fnac, car ils ne sont pas malins (carte de fidélité payante + rayons limités + vendeurs très souvent incompétents, alors qu'une petite librairie vaut largement mieux quitte à se déplacer).
Le problème de la fnac, c'est que les vendeurs sont sous-payés et ont beaucoup de pression. Ils bossent pas dans de bonnes conditions. Après, j'imagine quand même que certains font bien leur travail.
Mais d'un autre côté, la BD est une passion, et à titre d'exemple, je me sens particulièrement bien dans une librairie BD, entouré de tous ces récits et ces dessins. Parmi les heures qu'il me reste pour mes activités, je peux en inclure certaines dans ces lieux, et crois-moi, ça me décompresse bien après les études et le boulot (précision : je fais les 2).
Mais moi aussi ! Quand je me balade en ville, j'aime aller flâner dans les librairies. Quand je suis arrivé à Pittsburgh, l'une des premières choses que j'ai faite, c'est aller visiter les librairies de la ville. Et je ne m'interdis pas des achats coup de cœur en librairie. Mais avant, j'ai toujours le réflexe d'aller sur amazon pour comparer les prix. Un geste indispensable aux USA où il n'y a pas la loi lang (le prix de certains bouquins peut aller du simple au double).
Après c'est le côté pratique qui va primer chez moi : pour me détendre c'est souvent plus commode de mater une série TV sur mon pc ou jouer à un jeu-vidéo que de prendre ma bagnole pour aller dans une librairie. Tout est question de degré d'otakisme...
Et il y a un autre argument, qui me parait indispensable : tu peux voir la came avant de l'acheter. Et je parle surtout de l'édition et des dégâts éventuels, auquel cas tu peux reposer l'exemplaire, chose qui devient tout de suite un barouf pas possible avec Amazon.
Tu as tout à fait raison sur ce point.
Quand j'étais en France il y a quelques jours, j'ai reçu le 15ème tome de Kurosagi - livraison de cadavres, expédié par Amazon. Et ces couillons avaient oublié de me mettre le bandeau détachable présent au dessus de la jaquette, qui fait pourtant partie intégrante du livre. Comme les retours, c'est un peu pénible chez Amazon, je suis passé dans la fnac la plus proche pour "subtiliser" le bandeau sur un tome en rayon (il faut bien que la Fnac serve à quelque chose... :twisted: :twisted: :twisted:).

Mais c'était mon premier souci de livre avec Amazon en plus de deux ans d'achat régulier et quasi-exclusif.

Avatar du membre
Raimaru
Space Cowboy
Messages : 1689
Enregistré le : 16 janv. 2010, 16:37
Localisation : Fensch Vallée

Re: Où achetez-vous vos mangas ?

Message non lu par Raimaru » 10 févr. 2015, 22:59

Le problème de la fnac, c'est que les vendeurs sont sous-payés et ont beaucoup de pression. Ils bossent pas dans de bonnes conditions. Après, j'imagine quand même que certains font bien leur travail.
Je me suis quand même souvent mordu les doigts en leur posant une question. Quand je leur cite leur site pour leur parler d'un produit qu'ils sont sensés avoir un stock, ils me répondent "je peux vous le commander mais vous l'aurez pas de tout de suite, je sais pas ce que c'est vot' site". C'est vraiment du mépris. La palme, je l'ai pas vécue, mais je l'ai lue sur Internet (*kof kof* chez la concurrence *kof kof*) : l'histoire d'un vendeur de la Fnac qui dit que l'erreur d'impression sur le fameux tome 8 de Happy, c'est une décision artistique voulue par l'auteur parce que c'est un génie, et ça n'a pas besoin d'être retourné. Ça c'est pas des mauvaises conditions de travail, c'est la connerie comme j'en ai rarement vu.
Mais avant, j'ai toujours le réflexe d'aller sur amazon pour comparer les prix. Un geste indispensable aux USA où il n'y a pas la loi lang (le prix de certains bouquins peut aller du simple au double).
Ça je le conçois parfaitement, d'autant plus que la BD m'a l'air très chère aux États-Unis (j'ai d'ailleurs rapidement abandonné l'idée de perfectionner mon Anglais avec les comics pour cette raison).
Après c'est le côté pratique qui va primer chez moi : c'est souvent plus commode de mater une série TV sur mon pc ou jouer à un jeu-vidéo que de prendre ma bagnole pour aller me détendre en librairie. Tout est question de degré d'otakisme...
Pas forcément, ça dépend des conditions de vie : j'habite, je travaille et j'étudie au centre-ville de Nancy. Tout est à ma portée à 10 minutes à pied. Si je devais sortir la voiture à chaque fois, j'imagine que j'irais beaucoup moins en librairie.
Tu as tout à fait raison sur ce point.
Quand j'étais en France il y a quelques jours, j'ai reçu le 15ème tome de Kurosagi - livraison de cadavres, expédié par Amazon. Et ces couillons avaient oublié de me mettre le bandeau détachable présent au dessus de la jaquette, qui fait pourtant partie intégrante du livre. Comme les retours, c'est un peu pénible chez Amazon, je suis passé dans la fnac la plus proche pour "subtiliser" le bandeau sur un tome en rayon (il faut bien que la Fnac serve à quelque chose... :twisted: :twisted: :twisted:).
Mais c'était mon premier souci de livre avec Amazon en plus de deux ans d'achat régulier et quasi-exclusif.
En fait, j'ai pas trop à me plaindre d'Amazon pour ça : ils empactent très bien leurs paquets (totalement l'inverse d'Hachette). Le souci peut plutôt venir des Gaston Lagaffe qui portent le colis entre la sortie de la centrale Amazon et chez toi. J'ai reçu une fois un colis assez abimé à l'intérieur. Ça m'a fait chier, même si c'est pas souvent. (Après, je me débrouille aussi pour pas voir quand un bouquin est abîmé en librairie, ou pire : l'abîmer moi-même en route.)
Image

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Où achetez-vous vos mangas ?

Message non lu par Luciole21 » 10 févr. 2015, 23:12

shinob a écrit :Je partage totalement l'avis d'Einah.

J'effectue tous mes achats sur internet, principalement sur Amazon. Pas besoin d'aller voir un libraire. Et ça ne fait pas de moi un fainéant, je sais me bouger quand il le faut : pour travailler premièrement, mais aussi pour faire des activités diverses (du sport notamment). C'est juste que je priorise mes activités, et mes priorités (et celles d'Einah) ne sont sans doute pas les mêmes que les vôtres.
Une journée, c'est 24h. Je dors en moyenne 8h par jour, j'en travaille 9. Il me reste 7h pour mes autres activités. Alors non, pas le temps d'aller chez un libraire. Et ça fait certainement pas de moi une feignasse.

Ensuite, libraire, boucher, boulanger... C'est tout pareil : c'est du business. Il y a les grandes entreprises, et les petits commerçants. Reporter sur le dos des clients la délicate situation des librairies indépendantes, c'est un peu du foutage du geule. Les faire culpabiliser, encore plus. Chacun est libre de consommer où il veut, sans qu'on le juge.

Si la fermeture d'une librairie entraînera irrémédiablement des licenciements, celle d'un entrepôt amazon en occasionnera aussi. Je ne pense pas que ton travail, Luciole, ait plus de valeur que celui d'une magasinier amazon.
L'état a quand même créé la loi lang pour permettre aux petites librairies de résister aux géants du commerce. C'est déjà pas mal, non ?
Amazon n'est pas devenu un géant du jour au lendemain. Les libraires ont eu du temps pour se moderniser, et répondre aux nouvelles attentes des clients, ainsi qu'aux évolutions d'un marché en constante mutation. Certains ont réussi et subsistent (cf exemples donnés par d'autres précédemment), d'autres ont loupé le coche et ont fermé leurs portes. Tant pis pour eux. Ça ne me réjouit pas, mais ça ne m'attriste pas non plus.
Euh... J'avoue ne pas du tout comprendre ton tout dernier argument, Einah... Le livre est quand même un milieu très différent car il s'agit d'un bien culturel qui engendre les passions, encore même plus que l'industrie du disque ou du cinéma d'un point de vue commerce.
Ça, c'est un jugement d'otak', pas une vérité. Un disquaire ou un ouvreur de cinéma n'aura sans doute pas le même avis que toi. :wink:
De nombreuses entreprises ouvrent et ferment chaque jour... Et culturelle ou non, une entreprise est avant tout une entreprise, avec des hommes et femmes qui en vivent derrière.
Moi quand je travaille dans ma boulangerie, c'est "avec passion" que je dispose mes pâtisseries dans la vitrine, pour donner envie aux clients. Et c'est également avec passion que je les conseille afin qu'ils choisissent le meilleur gâteau pour l'anniversaire de leur gosse.
Et le boucher qui sélectionne les plus belles pièces de viande pour ses clients, il le fait aussi avec passion. C'est pareil que Luciole. On fait du commerce, on vend juste pas le même produit.

Il n'y a pas que dans le culturel qu'on travaille avec passion, ou qu'on engendre les passions : certains éprouvent plus de plaisir à déguster une pâtisserie fondante et sucrée ou un pavé de bœuf bien juteux qu'à lire un livre.
Et c'est pour convaincre les personne qui, comme toi, voient énormément d'avantage à la vente par internet, que les libraires se doivent de se rendre indispensable, en sympathisant avec leurs clients (j'ai des clients qui viennent à la libraire uniquement pour me voir, qu'ils achète quelque chose ou pas), en étant évidemment poli et en montrant qu'ils sont capable de répondre à la quasi-totalité des demandes. Je pense que ce contacte humain est important, et le libraire a souvent une culture littéraire importante qui lui permet de rebondir d'un ouvrage à l'autre pour satisfaire toute les demandes.
Pour le contact humain, j'ai ma famille et mes amis. Pas besoin d'un libraire. :mrgreen:
Je pourrais généraliser un peu comme tu l'a fais précédemment, Luciole, en écrivant que les clients qui ont le temps de se déplacer dans ta librairie juste pour te voir, sont sûrement des chômeurs ou des glandeurs qui n'ont absolument rien à foutre de leur journée (bref, des feignasses)... Mais je le ferai pas, car ça serait juste un jugement de valeur à la mords-moi-le-noeud... :mrgreen:
Aujourd’hui tout est plus facile, et au premier abord, ça semble être pour le mieux. Pas besoin de sortir de chez soit, pas la peine de privilégier le petit commercent à la grosse multinationale. Je vais donner un exemple qui va te sembler absolument hors-sujet : l'éleveur de coton du Bénin, il fait ce qu'il peut pour vendre sa came, mais pour une multitude de raison, le consommateur n'achète pas son produit, car c'est plus contraignant que de se procurer le coton d'une quelconque multinationale américaine. J'essai pas de tomber dans le pathos pour plaider ma cause, et je porte le débat à un niveau plus général. Evidemment que mon exemple est extrême, mais le principe est le même : pourquoi faire un effort pour les autres ? Je te pointe même pas du doigt d'ailleurs, je pointe du doigt des travers au-quels on est habitués, et au-quels on pense ne rien pouvoir, mais c'est faux. Avec mon salaire minable d'apprenti, je trouve quand même le moyen de me nourrir en privilégiant les entreprise locales (et ça a un coût), et je donne également un peu d'argent à un ONG. Je dis pas ça pour m'ériger en héros et justifier un discourt moralisateur, je dis ça pour montrer que chacun peut faire un effort à plusieurs niveaux sans que ça lui coût grand chose. Il s'agit pas de tout quitter pour allez faire de l'humanitaire en Afghanistan, seulement de faire de petits efforts pour rendre ce monde meilleur (v'la le discourt niait, mais j'assume, parce que j'y crois). Au risque de tenir un discourt techno-pessimiste rarement prit au sérieux, je craint que l'on se dirige vers une société proche des scénarii de SF les plus catastrophiques. Même si je trouve que tes arguments sont, pour la plupart, ceux que l'on a facilement quand on est pas directement concerné, il est vrai que les miens sont ce qu'ils sont parce que je suis concerné, mais ca ne doit pas empêcher de faire preuve d'empathie. L'autre problème d'amazon, c'est que c'est du pur business, aucune passion, le livre n'est plus une oeuvre, c'est une marchandise (chez le libraire aussi bien sûr, mais la différence est quand même flagrante), et je trouve ça dommage. Comme expliqué précédemment, il y a également le problème de la mise en avant de titres plus confidentiels. Amazon c'est le méchant quand ça nous arrange, et un simple commerçant à grande échelle quand on veut pas se sentir concerné, et qu'une parcelle de notre confort est menacé, "et qu'on aille surtout pas dire qu'on y est pour quelque chose hein, on essaye juste de vivre décemment nous", alors on est passif. Cette passivité à un impact.
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Où achetez-vous vos mangas ?

Message non lu par Einah » 10 févr. 2015, 23:15

Je n'ai jamais eu aucun soucis avec Amazon et je peux dire que j'en fait des retours. Le moindre accroc c'est retour à l'envoyeur. Encore un dernier en date, le pire c'était de ma faute. Je me suis gourrée en commandant un livre par erreur (à force d'en commander ca devait arriver lol). J'ai voulu leur retourner quitte même à payer des frais de port, de toute manière je n'en avais pas besoin, soit je perdais 7 € soit 5€ si je renvoyé vu que les frais de port auraient été à ma charge. Et là, oh surprise, lors de ma procédure de retour, ils m'offrent le livre. Pas besoin de le retourner et mon compte a bien été recrédité du montant du livre. Ce n'est pas beau ca ? Moi ca m'a :shock:
Image

shinob

Re: Où achetez-vous vos mangas ?

Message non lu par shinob » 10 févr. 2015, 23:58

Luciole21 a écrit :Aujourd’hui tout est plus facile, et au premier abord, ça semble être pour le mieux. Pas besoin de sortir de chez soit, pas la peine de privilégier le petit commercent à la grosse multinationale. Je vais donner un exemple qui va te sembler absolument hors-sujet : l'éleveur de coton du Bénin, il fait ce qu'il peut pour vendre sa came, mais pour une multitude de raison, le consommateur n'achète pas son produit, car c'est plus contraignant que de se procurer le coton d'une quelconque multinationale américaine. J'essai pas de tomber dans le pathos pour plaider ma cause, et je porte le débat à un niveau plus général. Evidemment que mon exemple est extrême, mais le principe est le même : pourquoi faire un effort pour les autres ? Je te pointe même pas du doigt d'ailleurs, je pointe du doigt des travers au-quels on est habitués, et au-quels on pense ne rien pouvoir, mais c'est faux. Avec mon salaire minable d'apprenti, je trouve quand même le moyen de me nourrir en privilégiant les entreprise locales (et ça a un coût), et je donne également un peu d'argent à un ONG. Je dis pas ça pour m'ériger en héros et justifier un discourt moralisateur, je dis ça pour montrer que chacun peut faire un effort à plusieurs niveaux sans que ça lui coût grand chose. Il s'agit pas de tout quitter pour allez faire de l'humanitaire en Afghanistan, seulement de faire de petits efforts pour rendre ce monde meilleur (v'la le discourt niait, mais j'assume, parce que j'y crois). Au risque de tenir un discourt techno-pessimiste rarement prit au sérieux, je craint que l'on se dirige vers une société proche des scénarii de SF les plus catastrophiques. Même si je trouve que tes arguments sont, pour la plupart, ceux que l'on a facilement quand on est pas directement concerné, il est vrai que les miens sont ce qu'ils sont parce que je suis concerné, mais ca ne doit pas empêcher de faire preuve d'empathie. L'autre problème d'amazon, c'est que c'est du pur business, aucune passion, le livre n'est plus une oeuvre, c'est une marchandise (chez le libraire aussi bien sûr, mais la différence est quand même flagrante), et je trouve ça dommage. Comme expliqué précédemment, il y a également le problème de la mise en avant de titres plus confidentiels. Amazon c'est le méchant quand ça nous arrange, et un simple commerçant à grande échelle quand on veut pas se sentir concerné, et qu'une parcelle de notre confort est menacé, "et qu'on aille surtout pas dire qu'on y est pour quelque chose hein, on essaye juste de vivre décemment nous", alors on est passif. Cette passivité à un impact.
Voilà un joli discours humaniste et écologique.

Laissons de côté le berger béninois et continuons avec un raisonnement similaire, mais avec un exemple qui t'arrange moins : j'imagine que malgré le papier issu des forêts gérées durablement, la majorité des livres que tu vends dans ta librairie sont créés avec un papier qui induit une déforestation sauvage. La déforestation, notamment en Amérique du sud, entraîne un déplacement, voire même une disparition, de certaines populations autochtones.
As-tu conscience que ta profession, d'une certaine façon, est au bout d'une chaine qui participe à l'effondrement de certains écosystèmes et à l'extinction de certaines cultures ?

Comment toi, qui est apparemment doté d'une conscience humaniste et écologique, peux-tu cautionner cela ?

Dans le fond, le message que j'essaie de faire passer, c'est qu'on vit dans un monde qui nous pousse à la consommation et à l'individualisme. Refuser de consommer, c'est refuser de vivre. Et si l'on peut (et doit) penser aux autres, on vit avant tout pour soi-même. Désolé Luciole, mais ma vie est trop courte pour que je me permettes de penser toute la journée à la vie difficile de ton berger béninois.

Peu de gens ont les moyens ou la volonté de vivre de façon totalement humaniste et écologique. Mais beaucoup essaient, à petite échelle, de faire des efforts : le tri sélectif, le non-gaspillage (de la bouffe, de l'eau...). C'est pas grand chose, mais c'est déjà pas mal.

Moi, perso, je me garde de faire la morale aux autres sur de telles questions : pour moi, l'éveil écologique ne viendra pas des peuples, mais des gouvernements. Quant à l'humanisme, c'est une chimère : à la toute fin, malgré les beaux discours, dans une situation périlleuse ou délicate (quelque soit la nature de la situation), 99% des gens sont individualistes et ne pensent qu'à leur gueule (moi le premier).
Peut-on blâmer les gens pour ça ? Je ne pense pas. Pour moi, individualisme et instinct de survie, c'est un peu la même chose.
(ça devient vachement philosophique dis-donc) :mrgreen:

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Où achetez-vous vos mangas ?

Message non lu par Luciole21 » 11 févr. 2015, 10:42

shinob a écrit :Voilà un joli discours humaniste et écologique.
Dommage que tu commence le tiens avec une remarque moqueuse.
shinob a écrit :Laissons de côté le berger béninois et continuons avec un raisonnement similaire, mais avec un exemple qui t'arrange moins : j'imagine que malgré le papier issu des forêts gérées durablement, la majorité des livres que tu vends dans ta librairie sont créés avec un papier qui induit une déforestation sauvage. La déforestation, notamment en Amérique du sud, entraîne un déplacement, voire même une disparition, de certaines populations autochtones.
As-tu conscience que ta profession, d'une certaine façon, est au bout d'une chaine qui participe à l'effondrement de certains écosystèmes et à l'extinction de certaines cultures ?

Comment toi, qui est apparemment doté d'une conscience humaniste et écologique, peux-tu cautionner cela ?
C'est un fait, et je me pose effectivement la question. De ce côté là je peux pas faire grand chose, à part remarquer qu'une grande partie des ouvrages publiés contiennent le logo "PEFC", qui certifie que le papier utilisé provient de "forêts gérée durablement et de source contrôlé".
shinob a écrit :ans le fond, le message que j'essaie de faire passer, c'est qu'on vit dans un monde qui nous pousse à la consommation et à l'individualisme. Refuser de consommer, c'est refuser de vivre. Et si l'on peut (et doit) penser aux autres, on vit avant tout pour soi-même. Désolé Luciole, mais ma vie est trop courte pour que je me permettes de penser toute la journée à la vie difficile de ton berger béninois.

Peu de gens ont les moyens ou la volonté de vivre de façon totalement humaniste et écologique. Mais beaucoup essaient, à petite échelle, de faire des efforts : le tri sélectif, le non-gaspillage (de la bouffe, de l'eau...). C'est pas grand chose, mais c'est déjà pas mal.
Rien à ajouter, il y a là une différence de point de vue courante, et je me contenterais de rappeler que contrairement à ce que tu pense, tu peux faire quelque chose, plus que tu ne le crois. Tu ne peux pas vivre sans consommer, mais tu peux consommer de façon responsable :)
shinob a écrit :Moi, perso, je me garde de faire la morale aux autres sur de telles questions
Là on touche à mon grand dilemme (et pas que le miens). Depuis que j'essaie de délivrer des messages humains et écologiques (et encore, je vous ai épargné le discourt sur la conscience animale :mrgreen: ), je passe, au mieux pour un jeune idéaliste qui finira par abandonner toute ces chimères, au pire pour un type vraiment chiant. À la seconde ou je m'exprime sur des sujets comme ceux-là, les gens ont des tics nerveux qui expriment la lassitude, souvent parce qu'ils ont l'impression que je leur fait la morale. Et le problème, c'est que c'est en partie le cas, et je déteste ça. J'ai des idéaux qui me semblent extrêmement importants et j'aimerais aider à leur réalisation à mon échelle, mais comment faire réagir les gens sans qu'ils aient l'impression que je les culpabilise ? Est-ce que je peux me permettre de critiquer certaines de leurs façon de faire, même si je suis persuadé que c'est pour leur bien ? C'est compliqué.
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Répondre