Red Eyes Sword - Akame ga Kill !

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1869
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Red Eyes Sword - Akame ga Kill !

Message non lu par Takato » 11 sept. 2014, 20:42

Image
Auteurs : Takahiro / Tetsuya Tashiro
Éditeur : Kurokawa
Pré-publication : Gekkan Gangan Joker

Synopsis :
Dans un monde médiéval-fantastique où l'injustice fait partie du quotidien, le jeune Tatsumi décide de quitter son village natal afin d'intégrer la grande armée de l'empire. Il espère ainsi gagner suffisamment bien sa vie pour subvenir aux besoins de son village. Il rencontre quelqu'un qui pourrait lui permettre d'intégrer le prestigieux corps armé.

Fiche Manga News


Tome 1 :

Dans un monde fictif où la Capitale Impériale est le cœur d’un pays où sévissent monstres et créatures hostiles, Tatsumi est un voyageur maniant l’épée à la perfection, au moins de pouvoir tuer un monstre en quelques secondes. Son objectif est d’intégrer l’armée de la Capitale et ainsi faire fortune, fortune qui lui permettrait de sauver son village, victime de la pauvreté grandissante. Seulement, il va rapidement découvrir l’autre facette de la Capitale, celle d’une ville corrompue où les riches dévorent les pauvres et projetant la misère sur les contrées avoisinantes. Paré à éradiquer le mal à sa source, Tatsumi intègre le groupe des assassins du Night Raid dont les missions consistent à éliminer ceux qui contribuent au bienêtre de ce pouvoir perverti.

En cette rentrée 2014, les différents éditeurs dévoilent leurs cartes maitresses afin de frapper un grand coup. Pour Kurokawa, le nouveau bijou s’appelle Red Eyes Sword, un titre réalisé en binôme par Takahiro et Tetsuya Tashiro qui a récemment dépassé la dizaine de tomes au Japon. Le titre gagnait en notoriété au fil des mois et nombres de lecteurs ont dû en entendre parler sous son nom « Akame ga Kill », titre original du récit. De plus, une adaptation animée a démarrée il y a peu et est même proposée chez nous, en V.O.D, par AnimeDigitalNetwork.

Red Eyes Sword nous propose un univers teinté de fantaisie comme il est courant d’en trouver : Contrées peuplées de monstres, univers né de l’alchimie entre un style féodal et d’avantage de modernité… Mais le point d’orgue de la série est bien un récit politique s’appuyant sur les inégalités au sein d’un empire dirigé par des tyrans propageant leurs idéaux corrompus. Les plus faibles et les pauvres se plient à la suprématie des riches et puissants, mais une escouade d’assassins d’élites fait justice elle-même en éliminant les ennemis de la paix. C’est sur ce contexte intéressant que se forge la série qui propose une amorce très intéressante, mais qui est pour l’instant surtout un prétexte pour nous proposer différentes histoires d’action et d’assassinat mettant en scène le Night Raid.
Le récit se construit alors sur le schéma un chapitre = une histoire, une recette très classique mais au véritable intérêt scénaristique. Pour le moment, chaque aventure est l’occasion pour Tatsumi de faire équipe avec un membre du Night Raid, et permet alors de présenter et creuser les différents personnages de la série pour leur donner des objectifs et de la consistance. Les personnages sont ainsi l’une des forces de ce premier tome puisque plus que des assassins, c’est une vraie bande de compagnons que nous découvrons au fil des chapitres.

Mais ce premier opus de Red Eyes Sword, c’est aussi un shônen décomplexé. Entendez par là que le titre n’hésite jamais à présenter des scènes sanguinolentes à souhait et à partir dans la surenchère de gore. A ce titre, le premier chapitre du tome est celui qui met le plus mal à l’aise, et c’est pourquoi le manga, bien que shônen d’action, n’est pas à mettre entre toutes les mains. Mais plus que de proposer de la violence à outrance, la recette du titre lui permet d’éviter nombre de clichés. Ainsi, nous n’avons pas à subir un héros indécis prônant la paix tant il n’hésite pas à tuer, voir même ce héros parfait pouvant empêcher la mort de ses compagnons. Red Eyes Sword est cru, parfois dur, tel est son atout.

Du côté du style graphique, c’est assez irrégulier. Tetsuya Tashiro oscille entre un trait plutôt simple puis propose parfois un travail plus fouillé, de même que les scènes d’action qu’il dépeint sont extrêmement dynamiques et réussies. On sent que le mangaka a une marge d’amélioration conséquente, aussi c’est avec intérêt que nous suivrons sa progression.

Pour son nouveau shônen, Kurokawa propose un livre assez épais mais de qualité, incluant deux pages couleur sur papier glacé. La traduction de l’éditeur est aussi de qualité tant le tome est dénué d’erreurs et de coquille. On ressent alors l’implication du groupe sur son shônen phare de la rentrée.

Au final, ce premier tome de Red Eyes Sword est une très bonne série. Le titre prouve qu’il possède un scénario intéressant, desservi par des personnages attachants et des séquences d’action assez crues qui permettent d’éviter les clichés en plus de servir le style graphique de l’auteur. Nous voici donc avec une bonne surprise shônen, une de plus pour cette rentrée, et on ne manquera pas de suivre les prochains volets avec intérêt.
Image
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1869
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: Red Eyes Sword - Akame ga Kill !

Message non lu par Takato » 19 janv. 2015, 10:21

Tome 3 :

La mort de Sheele bouleverse le Night Raid qui tente, tant bien que mal, de panser ses blessures. Mais une nouvelle menace rôde sur la troupe, à savoir la venue d’Esdeath dans la capitale, une Générale aussi belle que redoutable suivie trois manieurs d’armes impériales. Tatsumi et Bulat partent alors à la rencontre de ces nouveaux ennemis…

Choquant, l’évènement qui concluait le tome précédent, à savoir la mort de l’attachante Sheele, ne pouvait que bouleverser la série, le Night Raid mais aussi le lecteur. L’impact est bien présent puisque que notre troupe de héros s’en trouve profondément meurtrie, notamment Tatsumi et Akame, tandis que le lecteur sait qu’aucun personnage n’est à l’abri d’une mort soudaine et violente au court d’un combat.
D’un point de vue émotionnel, la décès de Sheele donne à Tatsumi davantage de motivation et lui permet même de se rapprocher d’Akame. Petit à petit, le protagoniste trouve sa place dans le groupe du Night Raid bien que le fait qu’il ne possède pas (encore) d’arme impériale joue en sa défaveur et le force à être relégué au second plan, permettant alors de faire briller les autres personnages.

Ainsi, bien que Leone soit à l’honneur par la couverture du tome, c’est Bulat qui est la vedette de cet opus. Le rude gaillard, déjà très attachant pour ce qu’on a vu de lui, s’impose un peu plus et brille même au combat dans ce volume. Une fois n’est pas coutume, Tatsumi n’a qu’un rôle très secondaire, sauf peut-être à la fin du combat, puisque c’est Bulat qui montre toutes ses prouesses et celles de son arme impériale. De l’autre côté, ce volume présente de nouveaux ennemis et continue d’affirmer Esdeath comme un grand adversaire. C’est bien elle que nous retenons et qui donnera vraisemblablement du fil à retordre aux membres du Night Raid. Toutefois, nous attendons d’elle d’être un adversaire au-delà du simple petit ennemi et de bénéficier d’un traitement fouillé.

Ce troisième tome narre une seule et unique bataille dont la mise en place peut s’avérer assez confuse, on sent que l’objectif des auteurs était d’aller rapidement à l’essentiel. Et lorsque le combat commence, difficile d’être déçu tant nous retrouvons les qualités des précédents combats avec un soupçon de développement de personnage, du côté des alliés comme dans celui des ennemis. L’issue réserve elle aussi quelques surprises dont une qui chamboulera une fois encore le lecteur, ainsi qu’une autre qui pourrait se révéler cruciale pour le personnage de Tatsumi. Peut-être que le temps que le héros serve juste de support est révolu, c’est du moins ce que l’on espère.

Le scénario global de la série est ainsi mis de côté pour un volume qui développe un Night Raid déstabilisé ainsi qu’un nouveau combat aussi spectaculaire et sanglant que de coutume, mais qui brille cette fois des relations entre personnages. La série reste passionnante et sans scrupule, confirmant toutes les bonnes impressions que nous avons pu avoir jusqu’ici. Gageons que maintenant, l’effet de surprise n’est plus et la noirceur des évènements nous chamboulera un peu moins, un effort devra donc être fait pour nous dérouter à chaque fait tragique.
Image
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1869
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: Red Eyes Sword - Akame ga Kill !

Message non lu par Takato » 14 juin 2015, 19:14

Tome 5 :

Mise enceinte par son compagnon qui l’a ensuite abandonné, la jolie Fantine est livrée à elle-même, une situation qui ne s’arrange pas après qu’elle ait accouché de la petite Cosette. Sa rencontre avec la famille Thénardier va changer son destin, et provoquer doucement sa chute… Au même moment, Jean Valjean est devenu un honnête homme et la personne la plus respectée de Montreuil-sur-mer, mais est-ce que cette nouvelle vie est faite pour durer ?

Après la présentation dense et riche en relief de Jean Valjean, c’est au tour de Fantine d’entrer en scène. Ce second opus propose ainsi deux chemins parallèles, celui de la mère de Cosette et la manière dont elle va tomber dans la misère alors qu’elle était pourvue d’un avenir radieux, et au contraire la vie nouvelle de Jean, devenu « Père Madeleine » qui est enfin devenu l’homme de bien auquel il aspirait. Le parallèle est d’autant plus efficace par le contraste de la vie de ces deux personnages : Tandis que l’un tombe dans le désarroi, l’autre s’est forge une vie pleine d’espoir.

Fantine donne son nom à la première partie du récit imaginé par Victor Hugo, raison pour laquelle l’accent est mis sur elle dès le début du tome afin de donner de l’épaisseur à sa descente aux enfers. Takahiro Arai maîtrise ainsi parfaitement le découpage de ses opus : Le début présente ainsi une Fantine qui parvient tant bien que mal à s’en sortir, quitte à confier sa fille Cosette aux vils Thénardier qui ne sont présentés rapidement que par leur malveillance et par l’impact qu’ils auront sur la vie de la jeune mère dépourvue de toutes richesses, jusqu’à aboutir sur une chute décadente et terrifiante pour le personnage, très bien décrite par l’évolution physique du personnage. « Les Misérables » se ressentent ainsi parfaitement à travers le portrait du personnage qui nous fait vivre d’une toute autre manière les difficultés de vie post Révolution française.

Nous n’oublions pas pour autant Jean Valjean qui est devenu une toute autre personne et attire de manière inédite l’entière sympathie du lecteur, voir notre admiration pour la bonté dont il fait preuve et ce même s’il doit être confronté aux fantômes de son passé. L’évolution faite au volume précédent prend donc tout son sens et est d’autant plus palpable que le mangaka présente physiquement un homme propre et digne qui ne cherche jamais à jouer de sa richesse pour son plaisir personnel.

Par la vie de ces deux individus, cette suite passionne tant elle fait évoluer, de manière heureuse ou malheureuse, la vie de personnages attachants qu’on se satisfait de voir sortir de l’embarras ou, au contraire, nous émeut par le tragique destin qui les frappe. On n’oublie pas non plus Javert, personnage qui fait davantage office de spectateur ici et qui influera la suite de l’œuvre comme nous le montre le climax de ce tome. Au-delà des personnages, le contexte d’époque attire évidemment notre curiosité, chose que Takahiro Arai parvient à dépeindre avec brio grâce aux architectures et aux esthétiques d’époque, sans oublier l’adaptation de Kurokawa qui retranscrit très bien le parler du XIXè siècle.

Ceux qui n’ont jamais connu l’histoire des Misérables ont donc toujours l’occasion de découvrir le chef d’œuvre de Victor Hugo dont le récit est décortiqué minutieusement par le mangaka qui prend son temps et ne se presse pas pour conclure son œuvre. Cela permet un développement judicieux des personnages et une présentation des différents éléments contextuels pour ne jamais nous perdre, mais aussi pour ne pas décontenancer les grands passionnés de l’œuvre d’origine. A ce rythme, « Les Misérables » de Takahiro Arai est destiné à se hisser sur le haut du podium des adaptations manga d’œuvres littéraires occidentales.
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9841
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Red Eyes Sword - Akame ga Kill !

Message non lu par Koiwai » 15 juin 2015, 17:49

Y a comme un problème de série, nan ? :mrgreen:
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1869
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: Red Eyes Sword - Akame ga Kill !

Message non lu par Takato » 16 juin 2015, 17:59

Houla, j'ai mal maitrisé mon copier coller moi... Je corrige ça tout à l'heure. :mrgreen:
Image
Image

Répondre