Nisekoi - Amours, mensonges et yakuzas !

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1399
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Nisekoi - Amours, mensonges et yakuzas !

Message non lu par Takato » 14 juin 2015, 19:03

Image
Auteur : Naoshi Komi
Editeur : Kazé
Pré-publication : Shônen Jump

Synopsis :
Lorsqu'il était enfant, Raku Ichijô a promis à celle qu'il aimait alors de conserver précieusement un cadenas dont elle seule possède la clef jusqu'à ce qu'ils se retrouvent tous deux, une fois adultes, pour se marier.
Dix années se sont écoulées, Raku, bien que fils d’un chef de clan yakuza, tente d'être un lycéen comme les autres. Son quotidien est bouleversé par sa rencontre avec Chitoge Kirisaki, une nouvelle élève très querelleuse, qui va rapidement devenir sa pire ennemie. La situation tourne au cauchemar quand Raku apprend qu'il s'agit en réalité de la fille d'une famille de gangsters et qu'il va devoir simuler de sortir avec elle... pour éviter une guerre des gangs ! Leurs familles vont-elles s'apercevoir qu'ils ne font que jouer la comédie ? Mais surtout, retrouvera-t-il son amour d'enfance ?

Fiche Manga News


Tome 12 :

Tsugumi privée de sa force physique, Chitoge décidée à dévoiler sa flamme à son bien-aimé, la famille d’Onodera victime de concurrence dans leur commerce de pâtisserie… L’entourage de Raku est mis à mal, et il n’est jamais rare que le jeune homme soit impliqué indirectement !

Tome particulier que ce douzième opus puisque Kazé a choisi deux offre pour ce volet : Le volume seul ou un coffret regroupant les tomes 12 et 13, le coffret pouvant servir de cadre illustré. L’éditeur justifie ce choix très sympathique par l’importance des tomes dans l’intrigue, mais ne nous voilons pas plus longtemps la face : Cet opus est, une fois encore, très anecdotique puisqu’il ne fait pas avancer l’intrigue d’un iota, et la complémentarité des couvertures des deux volets justifie leur assemblage. Qu’à cela ne tienne, l’initiative de Kazé reste des plus originales.

Une fois encore, ce sont différentes histoires indépendantes qui ponctuent ce volume bien que celles-ci essaient de cibler tour à tour les différents personnages qui composent le casting féminin de l’œuvre. Onodera, Tsugumi et Chitoge y passent, mais aussi des demoiselles plus en retrait telles que Haru et Paula. Pour ceci, la démarche de l’auteure est plaisante puisque cela permet de renouveler les sketchs et de développer un tant soit peu les différents personnages, même si l’intrigue globale ne va pas de l’avant. Quelques scénarios sont même sympathiques, notamment celui centre sur Chitoge cherchant à révéler ses sentiments à Raku, ainsi que l’histoire de la perte de son ruban.

Pourtant, il reste encore et toujours cette question quant à la lassitude vis-à-vis de la série. On aimerait vraiment voir des avancées au niveau de l’histoire de la promesse, ou du moins au niveau des relations entre les personnages. C’est en cela que l’ultime chapitre de ce volet intervient et fera ainsi écho au tome 13, à condition que cela ne soit pas un nouveau pétard mouillé comme a pu l’être l’arc narratif sur l’amnésie de Raku.

Des histoires tantôt sympathiques et tantôt moyennes, des personnages attachants… Nisekoi poursuit son bonhomme de chemin en évitant la prise de risque et se contente de divertir le lecteur. Le coffret proposé par Kazé apporte néanmoins une plus-value, sans compter que le volume suivant pourrait changer certaines choses dans les rapports entre certains personnages. On reste curieux de voir la suite, mais aussi méfiant. Fort heureusement, le tome 13 est proposé en simultanée à cet opus !


Tome 13 :

Haru apprend malgré elle que Raku et Chitoge forment un faux couple, ce qui explique le comportement du jeune homme qui regagne l’estime de la petite-sœur d’Onodera… bouleversant ainsi ses sentiments. En parallèle, Ruri apprend que son arrière-grand-père est mourant et que ce dernier souhaite la revoir en compagnie de son petit-ami. Et bien entendu, c’est Raku qui va devoir jouer le rôle du compagnon factice !

Avec la conclusion du précédent tome, on attendait de pieds fermes ce treizième volet qui nous est proposé simultanément, soit individuellement soit par le biais du joli coffret made in Kazé. Et en effet, les évènements ont une certaine influence sur l’histoire puisque c’est le personnage de Haru Onodera, la petite-sœur de Kirisaki, qui change radicalement après la découverte. Il est ainsi appréciable que l’auteur ose éclaircir le malentendu développé depuis quelques tomes déjà et faire évoluer le personnage dont les rapports avec le héros changent alors du tout au tout. Ce changement est peut-être un brun brutal mais les sentiments qu’elle éprouve sont intéressants et correctement traités : L’amour qu’elle ressent peut-il être un frein dans la relation de sa sœur ? Certes, l’intrigue n’a absolument pas évolué, mais le développement de personnages est bien présent, ce qui permet de casser la routine que nous impose la série sur certains opus.

On pensait ensuite repartir sur des histoires indépendantes sur la suite du tome, ce qui est en partie vrai jusqu’à ce qu’un court arc narratif long de trois chapitres nous soit narré, avec Ruri comme personnage central. Le personnage, insipide jusqu’à présent, prend de plus en plus d’ampleur et on attendait justement un arc qui toucherait le personnage de manière plus personnel. On regrette bien-sûr l’astuce facile et redondante d’utiliser Raku comme « faux amoureux » dans le sens où donner ce rôle à Maiko aurait été drôle et original, mais cette trilogie de chapitres dégage bien des qualités, à commencer l’approche émotionnelle de Ruri et son rapport à son arrière-grand-père des plus touchant, vieillard qui ne manque d’ailleurs pas de couleurs et constitue un bon dosage entre le comique pervers de service et la figure familiale. La conclusion proposée est ainsi touchante, assez triste même, mais permet d’apprécier le personnage de Ruri sous un angle différent.

Au cours de ce treizième tome, nous avons bien-sûr affaire à des chapitres indépendants, amusants mais redondants, que nous oublions heureusement grâce aux très bons côtés de ce tome qui nous redonne quelques élans d’espoir sur la série. A défaut de traiter l’histoire de la promesse, l’auteur insiste sur le développement des personnages et des relations entre eux. Et quand il le fait, cela peut se révéler touchant et réussi, preuve que Naoshi Komi peut faire trainer son intrigue tout en apportant d’excellents points à son œuvre. Il est bien dommage que chaque tome ne soit pas de cette qualité.
Image
Image

Avatar du membre
tilou
Messages : 5
Enregistré le : 11 mai 2016, 16:10

Re: Nisekoi - Amours, mensonges et yakuzas !

Message non lu par tilou » 11 mai 2016, 17:01

I"s qui est aussi un excellent manga de romance mais moin célèbre
Image

Avatar du membre
Quesney
Messages : 1
Enregistré le : 10 déc. 2016, 20:54

Re: Nisekoi - Amours, mensonges et yakuzas !

Message non lu par Quesney » 10 déc. 2016, 21:46

Wow! Ce manga a l'air vraiment bien! Je pense commencer à le regarder très prochainement.
Il faut profiter de l'instant présent. :arrow:

Répondre