The Testament of Sister New Devil

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1874
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

The Testament of Sister New Devil

Message non lu par Takato » 28 juin 2015, 18:20

Image

Synopsis :
Après le remariage de son père, Basara est contraint à cohabiter avec Mio et Maria, ses deux belles-soeurs. Mais le jeune lycéen découvre rapidement leur vrai visage : Mio est en réalité la fille de l’ancien roi des démons et Maria un succube avec pour seul but d’extirper la maison de pauvres humains.
Malheureusement pour elles, elles sont loin de se douter à quelle famille elles se sont attaquées…

[urlhttp://www.manga-news.com/index.php/serie/The- ... -new-devil]La fiche sur le site[/url]


Tome 1 :

Après l’anime éponyme proposé par Crunchyroll, Delcourt propose la version manga de l’adaptation du light novel Tetsuto Ueso et Nekosuke Okuma. Au dessin, nous découvrons Miyako Kasiwa qui présente ainsi sa première œuvre. Décrit volontairement par le mangaka comme une œuvre d’action érotique, The Testament of Sister New Devil est un choix étonnant dans la politique éditoriale de l’éditeur, d’autant plus qu’il s’ancre dans le label shônen. On s’attend alors à du divertissement pur à la lecture de ces pages et en effet, c’est l’effet ressenti.

Le père de Basara Tôjô s’est trouvé une nouvelle compagne, c’est pourquoi Mio et Maria deviennent automatiquement les demi-sœurs du jeune homme. Seulement, l’une est en réalité la reine des démons et l’autre un succube, toutes deux en pleine guerre entre démons et cherchant un toit où se cacher. En manipulant le père de Basara, les demoiselles espéraient ainsi voler leur demeure, sauf que les Tôjô sont une famille de héros, des humains dotés de pouvoirs pour lutter contre les forces démoniaques. Et pourtant, Basara promet à ses demi-sœurs sa protection et ce à travers un rituel particulier qui… échoue. Lui devient le maître de Moi alors que l’inverse aurait dû se produire, et c’est alors une relation toute particulière qui va unir les deux jeunes gens au milieu de ce conflit entre forces surnaturelle.

Miyako Kasiwa nous promettait un récit d’action érotique, et c’est le cas. Prenons-le même au pied de la lettre, The Testament of Sister New Devil se présente même comme un divertissement pur qui se contente de proposer moult ingrédients classiques de la fiction visuelle nippone, le tout en jouant sur un érotisme marqué par les fantasmes que l’on connait bien au pays du Soleil Levant.

Mais tout d’abord, parlons de l’histoire qui s’avère classique mais plaisante. Celle-ci nous conte le destin de Basara Tôjô qui s’est promis de protéger ses « demi-sœurs », deux puissantes forces démoniaques dans un conflit visiblement de grande envergure. Le tout est évidemment vague et ce premier opus nous présente les différents camps, des factions bien distinctes tant au niveau des gentils que des ennemis, le tout pour permettre différents affrontements que la série fera survenir à sa guise dans les événements à venir. Rien de mirobolant donc mais gageons que si le titre parvient à proposer une histoire maîtrisée à partir de ce contexte, le scénario ne pourra qu’être agréable.

Sauf que le scénario, mis à part pour une micro scène d’action ainsi que pour planter les personnages, il n’est que rarement traité dans ce tome. Retenez alors les maîtres mots de cet ouvrage : Fan-service ! Ah oui, l’auteur de cette adaptation manga n’a en rien menti, et tout est voué à satisfaire les lecteurs les plus coquins. Ainsi, insister sur la présentation de Basara et Mio n’a absolument rien d’anodin puisque ce n’est autre qu’un moyen d’insister sur la fausse relation frère/sœur entre les deux individus. Vous comprendrez alors que le délire d’inceste factice est ensuite souvent présent puisque le pacte reliant Basara à Mio va l’obliger à… malaxer les seins de cette dernière. Oui, c’est grotesque, c’est nanar et franchement hilarant d’absurdité, sans oublier que le titre proposera très certainement d’autres séquences de ce type par la suite. Pour se consoler, la patte graphique de Miyako Kasiwa est là, et fort heureusement puisque son dessin est riche et maitrisé sans compter qu’un gros travail a été fait sur les personnages (en particulier Mio) pour les rendre beaux. Bon, on se doute qu’un auteur si talentueux a été choisi pour son talent des séquences torrides qui, effectivement, ressembleraient presque à un hentai. Drôle d’idée de Delcourt de catégoriser un tel titre en tant que shônen.

Du côté traduction/édition, l’éditeur rend une bonne copie. L’adaptation semble pertinente et sans réelle bévue et le format du titre ainsi que la qualité correcte d’impression participent au plaisir de lecture.

Amateurs du bon goût, de l’originalité et de la subtilité, passez votre chemin. Ce premier tome de The Testament of Sister New Devil est un joli concentré d’idées classiques, de personnages peu novateurs et de fantasmes beaufs typiquement japonais. La lecture peut toutefois plaisir grâce à une intrigue qui, mine de rien, pourra apporter de bonnes choses selon son évolution et surtout le superbe coup de crayon du mangaka. C’est toutefois un titre étrange que nous propose Delcourt. On de lire le second volet mais jusque-là, on reste méfiants.
Image
Image

Répondre