CounTrouble

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

CounTrouble

Message non lu par Koiwai » 03 mars 2016, 16:44

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Kôta est un lycéen comme les autres. Banal au possible, sans histoires, et secrètement amoureux d'Akino Yoshizawa, la plus belle et plus intelligente fille de sa classe, que toutefois personne n'ose approcher tant elle est froide et pas bavarde.
Mais son quotidien de jeune lycéen est soudainement bousculé quand débarque à l'improviste chez lui une étrange gamine. Elle s'appelle Sasara, se présente comme étant un Ange, et a décidé unilatéralement d'aider le jeune garçon à trouver l'amour. Pour cela, elle applique sur lui son étrange pouvoir, consistant en un compte à rebours de 10 dont les conséquences seront plus souvent catastrophiques que bénéfiques...

Déjà connu en France pour les dessins de Psycho Busters et Trinity Seven, Akinari Nao nous revient avec CounTrouble, une oeuvre en sept tomes dont il signe cette fois-ci le scénario, et qui s'inscrit dans la grande lignée des comédies romantiques, avec en petit supplément une pointe de fantastique qui pourrait bien faire la différence.

En effet, concrètement, on ne peut pas dire que le déroulement de ce premier volume soit spécialement surprenant dans ce qu'il présente l'essentiel se résumant à mettre en place les principaux visages tournant autour de Kôta, à commencer par Meiko, son amie d'enfance d'apparence épanouie et qui va tenter de soutenir notre héros dans son amour, alors qu'elle-même cache un secret totalement prévisible car classique du genre. Un peu plus discret pour l'instant, Masato est un camarade de classe à la réputation de loubard et faisant un peu bande à part, mais ayant un certain sens de l'observation. Quant à Akino, prototype de la beauté froide qui a tout pour elle sauf la sociabilité, elle est on ne peut plus classique, mais la façon dont Kôta s'intéresse à elle au fil du tome et se rapproche d'elle lui permet peu à peu de changer et de montrer des facettes de sa personnalité moins froides et distantes.
A cela, il faut ajouter un schéma qui, pour l'instant, s'avère un brin redondant : Kôta se retrouve affublé du pouvoir de Sasara jusqu'à ce que le compte à rebours inscrit sur son corps arrive à zéro, avec diverses conséquences... Sur un tome ça passe, mais ilf aut espérer que le concept varie un peu plus par la suite.
Enfin, le volume est parsemé de petites facilités qui, si elles pourront amuser certains lecteurs de par leur absurdité ou leur loufoquerie, agaceront les autres, à commencer par le manque d'étonnement du monde entier entendant les pensées de Kôta à la fin du premier compte à rebours, et il ne s'agit là que d'un exemple, car il y en a d'autres tout au long du volume.

Le background ne va donc pas chercher très loin et se base sur des poncifs et facilités inhérente au genre. Cela suffit-il à en terrer la série ? Hé bien, pas du tout ! Car dès le début, la série a pour elle un réel atout : une petite héroïne fichtrement bien campé et délirante. Car c'est bien Sasara qui fait le sel de la lecture, évidemment de par son pouvoir au concept de compte à rebours assez original, mais également via son caractère franchement rigolo. La petite miss, en effet, possède un tempérament un peu je m'en foutiste du plus bel effet, que le mangaka n'hésite jamais à utiliser pour des gags bien sentis, à l'image de sa façon de n'en faire qu'à sa tête au détriment de Kôta, de s'incruster chez lui, de laver le cerveau de ses parents... sans oublier la raison débile et sans fondement valable qui l'a poussée à jeter son dévolu sur Kôta. Dans le genre incruste, cette gamine est puissante et fait beaucoup rire, encore plus quand Kôta décide d'utiliser son point faible, à savoir son chapeau, pour la taquiner en modifiant complètement sa personnalité.

Et finalement, il n'en faut pas plus pour passer un bon moment. A défaut de proposer un contexte et des personnages originaux (hormis Sasara qui permet de détourner de façon comique certains poncifs), Akinari Nao délivre une entrée en matière qui prête beaucoup à sourire ou à rire : l'essentiel est assuré ! A cela, il faut ajouter son coup de crayon globalement très agréable : les bouilles de Sasara ou de Kôta sont souvent très amusantes, Akino et Meiko sont très loin de manquer de charmer quand elles se montrent plus joyeuses ou touchées... C'est une copie visuellement claire et plaisante.

Sur son premier tome, CounTrouble peut donc compter sur son humour ravageur, pour une comédie légère et idiote qui se lit avec plaisir même si l'on attend clairement un peu plus de la suite.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre