Kekkaishi

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!

Votre Avis

Un manga comme on en voit qu'un tous les dix ans
24
36%
Indispensable dans toute mangathèque digne de ce nom
21
32%
Un titre bien sympathique, mais j'ai vu mieux
14
21%
J'accroche pas vraiment, peu importe les éloges
5
8%
Tout juste bon à caler une table
2
3%
 
Nombre total de votes : 66

Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Kekkaishi

Message non lu par Sorrow » 01 mai 2007, 13:58

Kekk[/color]aishi
[/size][/i]

ImageImageImageImage
Auteur : Yellow Tanabe
Éditeur : Pika
Nombre de volumes au Japon : 35 (terminée, snif)
Nombre de volumes en francophonie : 30 (en cours)
Rythme de parution : ??? Bonne question
Traducteur : Sylvain Chollet (tome 1 à 23), Basile Krasnopolsky (tome 24 à 27), Emmanuel Bonavita (tomes 28 -)


Sumimura Yoshimori et sa voisine Yukimura Tokine sont en cours la journée et chasseurs de créatures surnaturelles la nuit. Une rivalité ancestrale déchire leur famille. L'héritage de la lignée de Kekkaishi est en jeu. Les dignes héritiers sont tenus de protéger le château des seigneurs Karasumori.


Deux possibilités : soit lire le dossier qui reprend de façon plus ou moins exhaustive les points forts de la série, soit lire le résumé qui se trouve juste en dessous du lien du dossier. Dans les deux cas, la force de Kekkaishi y est apparent, c'est le principal.


Image


Il est difficile de complètement réinventer le genre shônen-baston. Certains tirent leur épingle du jeu en proposant un monde gigantesque et inédit, afin de faire rêver le lecteur. D’autres proposent des combats incessants, ce qui créent une sorte de chantage, parce qu’on veut quand même savoir comment ça finit, même si ça devient super nul et que ça se prend super au sérieux. Certains essayent de nous faire miroiter une grande intrigue, afin de cacher les énormes ficelles du genre. Et d’autres n’essayent pas d’innover, nous mettent une bonne couche de combat, mais font ça avec tellement de sincérité et de passions qu’on ne peut que trouver ça prenant.

Kekkaishi, lui, prend une voie peu explorée, voire quasi-absente. Et peut ainsi passer plus facilement inaperçu face aux grands qui roulent des mécaniques et essayent d’aveugler le lecteur à grands renforts de paillettes et de promesses.
Image

Un concept carré

Kekkaishi, c’est certes de la baston, mais de la baston comme on en a rarement vu.
Yellow Tanabe, l’auteure, part d’un concept simple, un cube, pour nous proposer des combats intelligents, passionnants, tactiques, et plein de possibilités divers. D’un seul geste, un kekkaishi est capable d’enserrer sa proie à l’intérieur d’un cube, pour soit l’emprisonner, soit l’exterminer. Il peut également servir de plateforme de soutien aux kekkaishis pour s’élever dans les airs, ou pour éjecter l’ennemi, de défense contre les projectiles ou les attaques directes… Un concept qui peut sembler peu attrayant, mais qui renferme une foule de possibilités une fois en action.
Les kekkaishis peuvent aussi compter sur : leurs shikigamis, leurs serviteurs de papier auxquelles ils peuvent donner la forme qu’ils veulent, et même une partie de leur propre pouvoir ; les nenshis, des liens spirituels qu’ils tissent à partir de leurs paumes ; et certains kekkaishis sont si puissants qu’ils sont capables de s’entourer d’une énergie qui désintègre tout ce qui entre à son contact à l’exception de son utilisateur, et d’ouvrir des portails vers d’autres dimensions.
Pouvoir original, ok, ça s’est fait. Ca commence bien.
Image

La vie est un combat

Combien de héros de shônen ont vraiment le temps d’aller à l’école, de faire de la pâtisserie, une petite sieste dès que possible, ou de boire du café au lait ? Yoshimori, lui, a le temps de faire tout ça. Son boulot, c’est de protéger le domaine la nuit. La journée, les monstres dorment ou sont affaiblis, donc il a le loisir d’avoir une vie comme tout le monde. Son pouvoir ne lui est pas monté à la tête ; il cherche, comme beaucoup (tous ?) de héros de shônens à devenir fort, certes, mais il le fait uniquement pour la fille qu’il aime, sa tendre Tokine. Enfin, tendre, ça dépend. La demoiselle est son égal complet, dans le sens où elle est aussi une kekkaishi talentueuse (même si elle a moins de puissance brut que son collègue) et a été élue par le domaine lui-même. Elle n’a pas besoin de lui en permanence pour se tirer d’embarras, et sait se débrouiller seule. Et qui plus est, en plus d’être mignonne, elle est aussi bien plus intelligente et maîtrise mieux ses pouvoirs que notre ami Yoshimori. Pas une bombe sexuelle, pas une gourde qu'il faut sauver sans arrêt, Tokine est, comme Yoshimori, une jeune fille normale, avec des responsabilités pas banales. Une héroïne de shônen parmi les mieux traitées, une de mes préférées, qui garde toujours sa place dans l'histoire, et qui est au même niveau que les autres. Une fille vraiment bien, et Il faudra du temps à Yoshimori avant d’être un homme suffisamment méritant pour une fille pareille.
Image
Bref, on suit à intervalles réguliers, entre deux combats, la vie de tous les jours de nos deux kekkaishis (en se concentrant sur Yoshi, normal pour une série s’adressant aux garçons). Une respiration qui non seulement fait du bien, mais permet de vraiment s’attacher à nos héros. L’empathie est ainsi bien plus forte, et c’est vraiment un grand plaisir de voir les personnages principaux évoluer en-dehors de la tension des combats. Et de plus, Yoshimori est un personnage vraiment particulier dans le microcosme des héros de shônen. Pas vraiment charismatique au niveau physique, pas particulièrement classe, ni intelligent, Yoshimori est simplement un personnage « vrai ». Tanabe n’a pas cherché à en faire un parangon de virilité (c'est le moins qu'on puisse dire), mais un garçon normal, voire banal, qui aurait des responsabilités qui ne le sont pas. Ce n’est pas un justicier épris de justice, c’est un gardien de la nuit, qui fait son devoir, pour protéger la population. Il ne cherche pas à être plus haut qu’il ne l’est, il essaye juste de faire en sorte que plus personne ne soit blessé à cause du domaine. Un héros disposant d’un capital sympathie juste énorme, même s'il n’en met pas plein la vue. Et son amour pour Tokine est assez drôle et touchant, et vrai. Un de mes héros de shônen préféré, et celui sans doute qui est le plus proche de nous.

Héros original, c’est fait aussi.
Image
Une histoire de famille, d'héritage, et de pouvoirs

Mais au-delà de son aspect quotidien, de ses héros « normaux », de ses combats inventifs, Kekkaishi nous propose un scénario qui tient la route et se révèle plein de mystères et de thèmes intéressants. Sans en dévoiler de trop, le domaine Karasumori fait partie d’un tout qui pourrait causer de profonds bouleversements dans le monde. En effet, il n’est pas le seul de cette nature dans le pays, même s’il a une place spéciale parmi ceux-ci. Que ce soit du fait d’un mystérieux groupe de yôkai, ou d’une guilde regroupant des utilisateurs de pouvoirs particulièrement puissants, nos kekkaishis auront affaire à forte partie pour empêcher une catastrophe qui s'annonce imminente.
Alors certes, ils ne peuvent voyager à loisir, et explorer le monde. Mais il se passe suffisamment de choses dans ce seul lieu pour que le risque de répétition ou de lassitude soit proche de zéro. Kekkaishi est un titre conçu pour nous proposer une approche différente de nos habitudes, et pour cette raison, ne sera pas parfois jugé à sa juste valeur. Le tout est de savoir à quoi s’attendre, pour ne pas risquer d’être déçu.
Image
S’il n’y avait que ça…

Autant le dire tout de suite, Kekkaishi est un manga sur lequel je peux m’étendre, et m’étendre encore. Aucun volume inutile, aucun personnage introduit juste pour combler un vide, un rythme parfaitement balancé, un dessin juste excellent et avec une vraie personnalité tout en restant très accessible, des thèmes matures et profonds et sur lesquels il y a beaucoup à dire… tout ça fait de ce titre un manga comme on en voit peu. On ne peut pas le classer comme un simple divertissement de pure baston comme peut l’être Fairy Tail ou Zatch bell, mais il lui manque cette ampleur et cet esprit de voyage et de grands horizons pour pouvoir être comparé à One Piece ou FMA. Mais dans un genre différent, il est sans conteste leur égal.

Kekkaishi est un manga à part, dans le sens où malgré son statut de shônen, il est difficile de le comparer à un autre, créant à lui seul une sorte de nouveau genre et standard. Même si je n’ai encore vu aucun titre proposant le même genre de formule.
Image
Pour tout fan de shônen manga, il me semble nécessaire d’au moins s’essayer à ce titre. Il est évident qu’il ne plaira pas à tout le monde, mais quel que soit l’angle abordé, je ne lui trouve aucun défaut majeur, aucune longueur, aucunes fausses notes… Chaque lecture est un plaisir, et chaque nouveau tome une découverte, même après autant de volumes.

Une série comme on en voit trop peu et parmi les meilleurs éditées en francophonie, mais qui souffre d’une image trop banale et pas assez dépaysante pour le lecteur lambda. Mais il ne faut jamais se fier aux apparences, c’est le cœur et ce que le titre a réellement à proposer qui reste le plus important. Une leçon qui dépasse de beaucoup le seul monde du manga.

À découvrir, à posséder, à emprunter, à acheter d’occaz., ce que vous voulez ( sauf à voler évidemment) mais à lire, tout simplement.
Image
Modifié en dernier par Sorrow le 06 févr. 2013, 13:45, modifié 28 fois.
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6386
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Message non lu par Erkael » 01 mai 2007, 14:56

J'hésite à m'y mettre depuis un moment à ce titre, en gros consommateur de shonen, cependant j'ai toujours peur de tomber sur un "Black cat lik", c'est à dire un shonen repompé sur ses collegues, n'apportant aucun originalité ou personnalité...
Je vais peut etre l'essayer celui là!
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

Message non lu par Floo D Ace » 01 mai 2007, 17:14

nan franchement Erky tu devrais...perso j'trouve que c'est pas un "Black Cat Like" lol....moi trouve que ce manga a pas le succés qu'il mérite et c'est dommage..

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

Message non lu par Floo D Ace » 30 oct. 2007, 22:04

Vol.9 & 10 : A la lecture de ce manga on comprend directement pourquoi il a été élu meilleur shonen Shogakukan 2007 au Japon. L'intrigue ce dévoile de plus en plus et le plan des Kokuboro prend forme d'ailleurs le personnage de Gagin après transformation est plutôt surprenant. La fin du tome 10 lâche un suspense de dingue
► Afficher le texte
. Ce manga est une perle il faut le lire les gens :twisted:

Avatar du membre
fo_cube
Messages : 88
Enregistré le : 16 mai 2007, 02:36

Message non lu par fo_cube » 30 oct. 2007, 23:06

c'est prévu que je m'achéte la suite (j'ai décroché au tome 3) apparement c'est le méga succés au japon.
*KARAKURI NEVER DIES*

Avatar du membre
Blacksheep
Messages : 1787
Enregistré le : 08 avr. 2007, 09:27
Contact :

Message non lu par Blacksheep » 31 oct. 2007, 21:13

Je me suis procuré les 7premiers après avoir lu le premier chez un pote. Le tome 1 est très plaisant à lire et joliment dessiné.
C'est le mélange de 2 genre : le shonen "narutesque" et le style "yokai".
"Dès qu’on tombe amoureux, on devient des menteurs" Harlan Ellison
"Tout homme normal est tenté à un moment de sa vie de cracher dans ses mains, de hisser le drapeau noir et se mettre à trancher des gorges." H. L. Mencken
Image

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

Message non lu par Floo D Ace » 31 oct. 2007, 21:23

Blacksheep a écrit :Je me suis procuré les 7premiers après avoir lu le premier chez un pote. Le tome 1 est très plaisant à lire et joliment dessiné.
C'est le mélange de 2 genre : le shonen "narutesque" et le style "yokai".
"Bleachesque" alors plutot non ?

Avatar du membre
Blacksheep
Messages : 1787
Enregistré le : 08 avr. 2007, 09:27
Contact :

Message non lu par Blacksheep » 31 oct. 2007, 22:13

Floo D Ace a écrit :
Blacksheep a écrit :Je me suis procuré les 7premiers après avoir lu le premier chez un pote. Le tome 1 est très plaisant à lire et joliment dessiné.
C'est le mélange de 2 genre : le shonen "narutesque" et le style "yokai".
"Bleachesque" alors plutot non ?
Euh peut etre :lol: c'est le dessin tout en rondeur qui m'a fait dire ça mais on verra dans quelques tomes (à la lecture du 1 on peut dire "yakitakeste" aussi :lol: )
"Dès qu’on tombe amoureux, on devient des menteurs" Harlan Ellison
"Tout homme normal est tenté à un moment de sa vie de cracher dans ses mains, de hisser le drapeau noir et se mettre à trancher des gorges." H. L. Mencken
Image

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

Message non lu par Floo D Ace » 31 oct. 2007, 22:15

:lol: j'avoue...nan mais vraiment je trouve ce manga magnifique je ne suis pas étonner qu'il est été élu meilleur shonen 2007.

Avatar du membre
Blacksheep
Messages : 1787
Enregistré le : 08 avr. 2007, 09:27
Contact :

Message non lu par Blacksheep » 22 nov. 2007, 10:28

Kekkaishi 1à7:
Mais quel bon shonen, vraiment dommage qu'il soit noyé dans la masse.
Pour être franc au bout de quelques volumes je me suis dit : "c'est mieux que naruto quand même". Et je m'explique.

D'abord on trouve dans ce manga le folklore yokaï que j'affectionne. Le coté shonen est réussi, servi par une dame (qui une fois de plus confirme mon avis qu'une femme sur un shonen fait toujours mieux qu'un mec : shimizu, arakawa...; même araki reconnait n'etre bluffé plus que par des oeuvres "féminines") qui fait tout pour sortir du moule commercial qui lui est totalement imposé par l'éditeur, comme elle aime à se confesser dans les bonus (avec notamment son refus de l'héroine potiche!).

L'histoire est mise en place dès le premier tome par petites touches laissant entrevoir un "complot" qui se précise au fil des tomes, tout en laissant l'histoire se poursuivre entre les moments de vie de nos héros et leurs aventures nocturnes, sans temps mort.

Là où j'ai été le plus bluffé c'est sur le fait que l'unité de lieu soit quasi circonscrite à l'ecole, ce qui pourrait conduire à des répétitions, et bien non :shock: , ça fonctionne très bien.

Vraiment un titre à essayer pour ceux qui aiment les yokaï et le shonen qui sort du lot.

Par contre Floo, tu DOIS modifier ton article :twisted: : il ne s'agit pas de shiNigami (dieux de la mort) mais de shiKigami (esprits gardiens en gros). Il n'y donc pas de comparaison avec bleach, sauf peut être la tenue :lol: . Tu as pu voir le terme de shikigami dans un autre manga yokai comme inuyasha ou otogi matsuri.
"Dès qu’on tombe amoureux, on devient des menteurs" Harlan Ellison
"Tout homme normal est tenté à un moment de sa vie de cracher dans ses mains, de hisser le drapeau noir et se mettre à trancher des gorges." H. L. Mencken
Image

Répondre