Keiji

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
fo_cube
Messages : 88
Enregistré le : 16 mai 2007, 02:36

Re: Keiji

Message non lu par fo_cube » 01 oct. 2009, 20:24

Carlos : rien que pour se personnage hallucinant direct sorti des meilleurs passages de ken, la lecture de Keiji vaut le coup :D
Imaginé un mix entre Rei et Raoh, mais avec comme unique but d'apporter la bonne parole de l'évangile à ses barbares d'asiatiques, dans le sang et les découpages aux poings s'il le faut :lol: du grand art !!!
*KARAKURI NEVER DIES*

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6391
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Keiji

Message non lu par Erkael » 16 janv. 2010, 18:41

Vol 15: C’est dans ce tome que Ken va retrouver Yuria…heu pardon, que Keiji va retrouver Lisa !

Keiji se retrouve seul en terre inconnu, et diminué qui plus est, il a perdu la vue suite à son naufrage, mais il reste toujours aussi puissant et invincible…à tel point que cela agace presque. Les auteurs continuent de glorifier leur personnage et ne lui impose aucun challenge, rien qui ne puisse le mettre en danger, au contraire, même aveugle c’est lui qui inspire la terreur. Alors certes, il est joueur, amusant, il verse des larmes, il est humain oui, mais ce manque de faiblesse et sa clairvoyance poussé à l’extrême finissent par le rendre inintéressant.
A trois volumes de la fin on commence à se lasser de cette domination écrasante, et on espérait un défi à sa hauteur sur la fin. Il reste donc encore trois tomes, mais on aurait aimé que cela arrive maintenant.

Concernant le fil de l’histoire, le hasard fait bien les choses, et le fait que Keiji se retrouve sous le toit de la personne qu’il recherche tout en l’ignorant à cause de sa cécité, bien que déjà vu, reste assez sympathique, d’autant plus que cela ne dure pas et qu’on nous épargne la frustration de la séparation sans jamais avoir su qui ils étaient …
Malgré les défauts précités, on ne s’ennuie pas non plus, les situations restent bien amenés, et l’auteur introduit encore un personnage charismatique et surtout introduit une entrée en matière qui apparaît plus intéressante pour le final avec l’apparition de guerriers qui pourraient enfin s’avérer être un défi pour Keiji…il serait temps.

Encore un tome plutôt mitigé pour une série qui l’est depuis le début…
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6391
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Keiji

Message non lu par Erkael » 30 mai 2010, 22:03

Vol 16: A peine a t’il trouvé Lisa que cette dernière se fait enlever par les hommes du roi de Naha, Keiji va donc une nouvelle fois partir à sa recherche, et en chemin il va retrouver ses camarades.

Les aventures de Keiji se suivent et se ressemblent toutes un peu, il rencontre de nombreux hommes forts, ils se défient et finissent par se respecter mutuellement, notamment grâce à la simplicité du kabuki-mono, et souvent cela se termine autour d’une coupe de saké. Il faut reconnaître que l’on se lasse un peu d’assister toujours aux mêmes fonctionnements, les auteurs ayant toujours recours aux mêmes ficelles. Bien que l’on voit ça partout ailleurs, après un bon combat, deux adversaires finissent souvent amis (ficelle du shonen), mais ici les auteurs usent des mêmes procédés jusqu’à la corde, cela en devient pénible. Les personnages que rencontre Keiji se ressemblent tous, tant physiquement que psychologiquement et nous sortir deux fois coup sur coup « la belle princesse à aller libérer », ne participe pas à rendre le tout passionnant. Cependant dans ce tome, Keiji et sa petite troupe (qui commence à devenir assez importante) se ballade dans un pays nouveau, l’occasion de rencontrer de nouveaux personnages, de découvrir de nouvelles coutumes, nouveaux décors…etc. Cela apporterait presque un peu de changement.

Un tome sympathique mais qui n’a rien de transcendant, la série ayant sans doute montré ses limites il y a déjà un moment.
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6391
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Keiji

Message non lu par Erkael » 19 sept. 2010, 14:49

Vol 17: Keiji et ses compagnons sont en bien mauvaise posture mais cela n’effraie nullement le géant qui garde le sourire : il affronte des hommes forts et cela lui convient !

Le problème de ce tome vient de là : on nous présente des guerriers comme quasi invincible et pourtant Keiji se régale face à eux, on sait depuis le début que l’exubérance est de mise, que Keiji est un monstre de puissance et de facilité mais là l’auteur en fait trop, il acquiert quasiment un statut surhumain, et vu que ce titre est ancré dans la réalité, dans une époque charnière de l’histoire du Japon, pour le coup cela ne passe pas…cela ne passe plus !
Pourtant il y a bien un homme qui lui tient tête, présenté comme le pire des salaud, on tient enfin un « bad guy » à la mesure du héros de l’histoire, et pourtant il ne fera pas long feu…alors que l’on pensait que l’on aurait droit à une opposition qui nous tiendrait jusqu’à la fin de la série, à savoir dans le prochain tome, et bien non, il disparaît aussi vite qu’il est apparu. D’ailleurs la fin de ce tome aurait très bien pu constituer une conclusion à la série…cela aurait été peut être un peu abrupte mais cela aurait été totalement convenable. Pour le coup, vu que l’arc que l’on suivait depuis maintenant pas mal de temps est terminé, on se demande en quoi va consister le dernier tome…

Tout le long de la série on aura cherché des ressemblances à Hokuto no ken, en particulier sur les personnages secondaires, mais ce tome vient confirmer que c’est bel et bien peine perdu. Les personnages secondaires sont ici très mal exploités, il font tous de la figuration, et même les proches de notre héros ne servent finalement à rien…à quoi bon le faire suivre de tout une petite troupe si c’est pour en faire des spectateurs des exploits de Keiji ? Et pire encore, les pires salauds, au moment de leur mort deviennent subitement de valeureux guerriers dignes de respect ! Ce qui pouvait passer dans Ken est ici maladroitement réalisé !

Pourtant ce tome se laisse lire, il est même plutôt plaisant, dommage que ces défauts viennent alourdir le récit !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6391
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Keiji

Message non lu par Erkael » 24 oct. 2010, 11:41

Vol 18: Voilà le dernier tome de Keiji est arrivé, il est temps de conclure cette série à la qualité en dent de scie, nous ayant fait vivre tantôt de très bons moments, tantôt de forts moments d'ennuis, il faut le reconnaître.

Mais ce dernier tome apparaît vraiment à part dans la série. Si celle ci débute avec la mort de Nobunaga, elle se conclue avec la mort de Hideyoshi Toyotomi et ses conséquences. Ce volume, plus encore que l’ensemble de la série, nous plonge véritablement dans l’histoire du Japon, faisant intervenir et revenir de nombreux et réelles personnages ayant participé au conflit de cette époque troublée. Entre autre, on trouve Tokugawa, Mitsunari, Uesugi, Date Masamune et de nombreux autres. Bien entendu l’auteur prendra de nombreuses libertés, certaines prises de positions mais l’ensemble de ce tome en est réellement passionnant. On plonge dans les intrigues de l’époque dont l’enjeu est la succession de Toyotomi et donc le contrôle du Japon. On espérait avoir une vision de la bataille de Sekigahara mais il n’en sera rien, elle sera juste évoqué, d’ailleurs paradoxalement on trouve assez peu d’affrontements dans ce volume qui traite d’une période où les conflits éclataient partout.

Il est amusant de voir le fils de Tokugawa avec les traits de Fudo de la montagne, emblématique personnage de Ken, par contre avec ce tome faisant intervenir un grand nombre de personnages on se rend compte mieux que jamais que l’auteur avait vraiment du mal à varier les visages de ceux ci, ils sont trop nombreux à se ressembler et forcément cela nui à la lecture.
Si se plonger dans cette partie de l’histoire du Japon est passionnant on pourrait également reprocher aux auteurs de survoler trop rapidement de nombreux évènements, et par conséquent de faire intervenir un grand nombre de personnages uniquement pour les citer, pour qu’au final ils n’apparaissent que sur deux, voir une seul case.

Un tome où tout va très vite donc, les ellipses sont nombreuses, les bond en avant également, on saute plusieurs années en une fois à plusieurs reprises, mais au final cela ne dérange pas à la lecture, cela reste maîtrisé (malgré que l’on regrette que certains évènements ne soient pas davantage traité en profondeur).

Un tome passionnant pour conclure cette série qui s’avèrera moyenne dans son ensemble mais qui nous aura fait passer de bons moments malgré tout.
On regrettera peut être le manque de panache de la fin.
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Répondre