Brave story

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6385
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Brave story

Message non lu par Erkael » 20 oct. 2010, 22:51

Vol 18: Nos pauvres héros de Brave Story n’en finissent plus de trouver des menaces toujours plus importantes que les précédentes… Et cette fois il s’agit d’un homme tout ce qu’il y a de plus normal…enfin presque.
Cette menace, elle est personnifiée dans la personne de Ken…non pardon, Chan, maître du Feng Shui option maître du monde, ou comment devenir invincible avec n’importe quoi ! Nous voilà avec un personnage charismatique, que l’on attendait de voir en action et qui devient ridicule à cause d’un effet « too much » de l’auteur. Grâce à son pouvoir à peine compréhensible, il est insensible à la magie et d’une puissance écrasante au point qu’aucun être, démons compris, ne puisse l’arrêter. A partir de là pourquoi s’allier à une organisation qui n’était déjà pas de son niveau à la base ? Surtout qu’il se présente comme terriblement individualiste, donc autant dire que ce personnage est une incohérence à la base. Et faut il parler de sa motivation ? Réunir les cinq sphères pour fusionner les mondes afin de pouvoir affronter les créatures des enfers parce que le monsieur aime se battre…si ça c’est pas de la motivation recherchée !
Evidemment pour l’affronter on va avoir droit à tous les clichés du shonen : alliance d’anciens ennemis, dépassement de soi à outrance (pourquoi d’un coup comme ça la puissance du héros augmente t-elle subitement ?), et bien évidemment on se remémore les amis perdus pour aller puiser les dernières forces…

Tout dans ce tome vient gâcher le plaisir de lecture, voir même ternir l’ensemble de la série tant on tombe dans le n’importe quoi ! Comment avec de si bonnes bases a t-on pu en arriver là ? On était parti sur un conflit opposant deux nations et voilà qu’un homme à lui seul devient l’ennemi du monde et peut écraser des armées entière en clignant des yeux ou comment passe t-on du volume 1 de Dragon Ball au volume 42 (en terme de puissance des personnages) en quelques chapitres dans Brave Story ! D’ailleurs Chan le dit lui même, il était déjà terriblement fort dans le monde des humains, mais à Vision il est 300 fois plus puissant…et puis quoi encore ? Toujours plus !

Il y aurait bien d’autre chose à retenir dans ce tome, comme l’intervention remarqué de Ronmel, comme l’union des personnages (qui fait son petit effet malgré tout)…tous ces clichés du genre donc mais qui demeurent efficaces ; mais cette escalade tourne au ridicule et on décroche tout simplement. Chan aurait été un personnage exceptionnel dans de nombreuses séries, de par son charisme et sa puissance, mais là, il ne colle tout simplement pas du tout (sans parler qu’il tombe un peu comme un cheveux sur la soupe, sorti de nulle part).

Si Brave Story était resté une série passionnante et réussie, elle a cependant perdue sa magie depuis quelques tomes déjà, mais là on subit tout de même une grosse déception qui nous ferait presque attendre la fin comme un soulagement avant de tomber encore plus dans le n’importe quoi…presque, car heureusement on n’en est pas encore là…
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6385
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Brave story

Message non lu par Erkael » 10 déc. 2010, 02:23

Vol 19: Le volume précédent était sans aucun doute le plus décevant, le fait de voir rappliquer sans cesse de nouveaux ennemis toujours plus dangereux et menaçant que les précédents commençait à lasser… Les retournements de situations c’est bien, en abuser cela devient ridicule ! Et bien à ce niveau on n’est pas déçus ! Dans la première moitié du volume pas moins de quatre nouvelles menaces sous la formes d’ennemis qui paraissent bien entendu plus inaccessibles que les précédents entrent en scène…on tombe dans le ridicule. Mitsuru n’en finit plus de retourner sa veste et ça surprend encore du monde ! Pas le lecteur en tout cas qui lui commence à se lasser.
C’est d’autant plus dommage qu’utilisées avec parcimonie ou plus diluées dans le temps, toutes ses révélations / surprises / interventions auraient eu un effet incroyable, mais là, on a décroché depuis un moment, l’auteur tire beaucoup trop sur la corde pour continuer à nous tenir en haleine, elle nous a perdu depuis un moment.

A coté de ça, la seconde partie est d’une toute autre facture : on retrouve le coté sombre des premiers tomes, on est confrontés à des sentiments violents, à une profonde détresse, tout ce qui faisait le charme de cette série, qui en faisait un shonen hors norme avant qu’elle ne plonge dans les clichés du genre et s’y noie.
C’est triste à admettre, mais cette série de si grande qualité a perdu peu à peu son intérêt pour arriver à une conclusion qui nous pousse à espérer vite voir la fin…quel dommage d’en arriver là !

On sort donc de la lecture de ce tome avec un sentiment ambivalent : il est mieux que le précédent, mais il est encore bien en dessous du niveau de qualité qu’on a connu plus tôt avec la série. Seulement la seconde partie du volume est la meilleure, du coup on reste sur un avis plus positif qu’en début de lecture, et on ose espérer une fin qui rendra hommage à ce qu’à pu être la série.

Une nouvelle fois les pages couleurs de la version Japonaise passent à la trappe et encore une fois le résultat est horrible : on a du noir et blanc sans nuances, trop sombre pour être lisible. Ce qui doit être les pages les belles du volume sont ici les plus horribles. L’éditeur fait ici un travail très décevant.
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Heiji-sama
Messages : 98
Enregistré le : 31 mai 2009, 03:40

Re: Brave story

Message non lu par Heiji-sama » 11 déc. 2010, 13:04

Une nouvelle fois les pages couleurs de la version Japonaise passent à la trappe et encore une fois le résultat est horribl
Il n'y a pas de pages couleurs dans la version japonaises.
Image Image Image
Même dans les profondeurs de l'enfer
La fleur de l'amitié peut toujours s'épanouir
Laissant derrière elle, ses pétales comme souvenir
Elle se balance au gré des vagues
Puisse-t-elle un jour...s'épanouir de nouveau

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6385
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Brave story

Message non lu par Erkael » 13 févr. 2011, 17:21

Vol 20: Après plusieurs tomes plus que ratés qui avaient fait perdre beaucoup d’intérêt à cette série, tellement marquante dans ses premiers tomes, on attendait presque ce dernier volume comme une libération…difficile à admettre tant les premiers volumes étaient réussis et prometteurs, un véritable crève cœur ! C’est bien simple on n’y croyait plus ! Et pourtant contre toute attente ce dernier volume vient nous réconcilier avec la série et de la plus belle des manière, en nous proposant une fin vraiment touchante et réussie !

Alors que les combats se multipliaient suite à des retournements de situation toujours plus improbables et tirés par les cheveux et l’apparition de nouveaux adversaires toujours plus redoutables, en dépit de la cohérence globale du titre, ce dernier tome repart sur des bases saines, tout en mettant en scènes les différents personnages intervenues au fil de la série. Ce volume se centre sur le face entre Wataru et Mitsuru, les deux personnages principaux, présents depuis le départ, et raison d’être du titre ! La boucle est bouclée, comme si tout ce qui avait eu lieu précédemment n’étaient que des évènements superflus pour aboutir à un résultat qui était inévitable dés le départ. Mais ces évènements n’étaient pas si superflus que cela puisqu’ils auront permis à ces deux personnages d’évoluer profondément pour nous amener cette fin vraiment travaillée et idéale.
Le face à face est symbolique, ils sont les deux faces d’une même pièce, ils sont complémentaires, ils sont identiques tout en étant différents. Les choses auraient sans doute étaient beaucoup plus efficaces, beaucoup plus parlantes si justement l’auteur ne nous avait pas abreuvé de ces longs discours parfois trop clichés pour faire mouche, mais malgré tout on reste absorbé par cet ultime affrontement si lourd de sens.

On trouve encore un retournement de situation qui paraît de trop avec le réveil (encore une fois) de Onba, mais au final cela modifiera totalement la fin que l’on attendait déjà et pour une fois cela se révèlera vraiment approprié. La fin n’aurait pas été aussi réussie si elle avait été différente.

L’épilogue est superbe et les toutes dernières pages sont véritablement touchantes !
Une fin à la hauteur de ce qu’aurait du être l’ensemble de la série, de ce qu’elle aurait été si cette conclusion était arrivée quelques tomes plus tôt !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Répondre