Kimengumi

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9526
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Kimengumi

Message non lu par Koiwai » 28 avr. 2015, 18:55

Les premières années 5 :

Après un premier chapitre marquant de la plus loufoque des manières un nouveau trimestre avec les bronzages particuliers de nos héros, la suite du tome est placée sous le signe des festivals !
Pendant 6 chapitres, Motoei Shinzawa nous offre un nouveau festival sportif où tout le collège est divisé en deux équipes. Les épreuves s'enchaînent, et si elles ne sont foncièrement pas originales (on retrouve les épreuves classiques), elles sont animées par les nombreuses bandes qui se donnent toutes à fond... à leur manière ! Que ce soit les Kimengumi, les Rebelles, les Gros bras, les Beaux gosses, ou tout simplement Yui et Chie, chaque groupe est savamment utilisé par Shinzawa pour apporter le lot habituel de gags sans queue ni tête, le clou du spectacle étant la rivalité entre Rei et Kai Undô, le chef des Dieux du stade, qui explose dans une dernière épreuve plus folle qu'aucune autre. Soulignons également les apparitions de certaines familles que l'on prend plaisir à revoir, ainsi que les brèves alliances qui se créent puisque les bandes se retrouvent divisées en deux groupes et doivent donc coopérer un peu.
Le festival suivant est culturel, et dure moins longtemps : 2 chapitres. Il est notamment l'occasion d'apprécier le (non) talent de nos héros en dessin... à moins que Rei n'ait un talent caché ? C'est du moins ce que pense le père de Yui dans un passage porté par un amusant quiproquo.

Les derniers chapitres du volume, quant à eux, mettent d'abord en avant une Chie qui est enfin l'héroïne d'un chapitre pour un imbroglio amoureux rigolo, avant que n'entre enfin en scène un nouveau personnage que les habitués de Kimengumi connaissent déjà bien : le fameux Ichirô, qui n'a d'autre but que de draguer Yui, mais qui devra faire face non seulement au je m'en foutisme de la mignonne jeune fille, mais aussi et surtout aux frasques des membres du Kimengumi pendant une partie de bowling qui n'a absolument rien de banal, comme vous pouvez vous en douter !

Si certaines idées comme celle du festival sportif ont au départ un petit goût de déjà vu, Motoei Shinzawa dévoile à nouveau, très vite, toute son inventivité dès qu'il s'agit d'utiliser les caractéristiques loufoques et absurdes de ses nombreux personnages. Le mise en avant de CHie pour un chapitre puis l'arrivée d'Ichirô sont d'autres éléments apportant un petit plus à ce gag manga qui reste toujours aussi drôle et rafraichissant, encore plus quand on le lit à petites doses.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9526
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Kimengumi

Message non lu par Koiwai » 13 mai 2015, 14:08

Kimengumi - Les premières années 6 :

Pour son sixième et dernier volume, Kimengumi - Les premières années reprend sur les chapeaux de roue avec un récit hautement improbable : une histoire de dimension parallèle qui vous permettra de découvrir les héros de la série avec un caractère radicalement différent ! Un Rei intello, une Yui racaille et terreur du lycée, une Jako prude et gentille... L'idée est finalement plutôt simple, mais entre les mains de Motoei Shinzawa et avec de tels personnages, le résultat est forcément décapant !

Puis l'hiver, dernière saison de nos héros au collège, arrive. Et après une bataille de boules de neige forcément improbables et une rixe contre des loubards qui semblent physiquement venus d'ailleurs, c'est un séjour au ski de plusieurs chapitres qui occupe les pages, non sans que l'auteur y déballe son habituel lot de gags en tous genres, allant des frasques du Kimengumi aux rivalités idiotes entre bandes, en passant par des personnages secondaires bien campés tel l'oncle au physique d'ours d'Ikari.

On s'amuse toujours autant à la lecture, le mangaka ne se privant d'aucun délire, que ce soit en enchainant les situations sans queue ni tête ou en se mettant plus que jamais en scène dans son récit. Et la dernière ligne droite, avec les examens et la séparation annoncée des bandes lors de l'entrée au lycée, a beau offrir quelques très légères notes d'émotion (Yui prend conscience que Rei et les autres vont lui manquer), celles-ci ne durent pas longtemps face à l'habituelle déferlante de gags, et surtout face à un auteur qui arrange son histoire comme il veut pour poursuivre l'aventure et surtout nous faire rire (la petite lettre annonçant joyeusement la fusion des deux lycées est formidable). Shinzawa fait ce qu'il veut, et c'est pour ça que Kimengumi c'est si fun !

A cela, on appréciera aussi la découverte de nouvelles facettes absurdes de nos héros (dont les réactions que provoquent chez eux leur phobie des manuels scolaires), ainsi que les deux derniers chapitres préparant en grandes pompes les années lycée... Rendez-vous est pris dans quelques mois avec la réédition de la série-phare autrefois éditée par Tonkam !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9526
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Kimengumi

Message non lu par Koiwai » 18 nov. 2015, 15:21

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Qui aurait cru, il y a encore quelque temps, que nous aurions un jour toutes les séries de Kimengumi - Le collège fou, fou, fou en France ? C'est pourtant ce que les éditions Black Box ont réalisé, et l'éditeur ne s'arrête pas en si bon chemin en proposant désormais la dernière série Kimengumi qui manquait à son catalogue, celle se déroulant durant les années lycée des personnages. Plus longue série de la saga avec 20 tomes, elle est aussi la plus connue en France et a connu une première édition française en 14 tomes chez Tonkam au début des années 2000.

Cette réédition comporte un réel intérêt, en ceci que sa traduction se veut beaucoup plus fidèle que celle de Tonkam qui prenait le parti de beaucoup franciser les choses avec des références d'époque typiquement françaises, afin de pallier des gags typiquement japonais qui pouvaient paraître intraduisibles.
Aujourd'hui, la traduction de Tonkam semble très dépassée dans ses références, et il était temps que la série nous revienne dans une traduction plus fidèle et plus intemporelle. Et celle-ci, sur le premier tome, s'en sort honorablement en restant dans la même ligne que les autres mangas Kimengumi sortis chez Black Box : c'est parfois un tout petit peu décousu ou poussif dans certains jeux de mots typiquement nippons donc intraduisibles, mais les choix effectués sont assez vivants et véhiculent sans problème l'ambiance loufoque typique de la saga.
Pour le reste, l'édition part elle aussi sur les bases habituelles de Black Box. On notera tout de même quelques fautes d'inattention et surtout quelques inversions de bulles malheureuses (p22, p98...), mais rien qui ne vienne ruiner le plaisir de lecture.

On retrouve donc Rei et les autres dans les débuts de leur vie lycéenne, qui suit exactement le même chemin que les années collège : celui de l'absurdité, de la loufoquerie et de l'amusement permanent. Et pour cela, tous les personnages habituels seront au rendez-vous ! Le Kimengumi, Yui et Chie, la prof Ikari, les dieux du stade, les beaux gosses, les gros bras, les rebelle... Ils reviennent les uns après les autres au fil d'un tome qui sert avant tout à remettre en place chaque bande. Cela se fait de façon plus ou moins longue : la plupart des personnages secondaires nous sont (re)présentés le temps d'un chapitre, tandis qu'une autre bande, celle des dieux du stade, et largement plus mise en avant au fil d'un match de baseball occupant la moitié du volume.
Mais à ceux-la vient s'ajouter un peu de sang neuf avec quelques nouveaux visages qui s'annoncent hauts en couleur : la très hautaine Oda, la dénommée Shumi Monozuki qui adore tout ce qui est bizarre (donc autant dire que le Kimengumi risque fort de l'intéresser !), la jolie Ran WaKato qui s'annonce très amusante en nouvelle prof élevée comme une princesse et ne connaissant rien de la vie... sans oublier les quelques apparitions étranges de "Papy Jeunesse", homme à tout faire du lycée.

La lecture donne le ton dès les premières pages et l'énorme première bourde de Rei, pour ensuite ne jamais baisser dans sa succession de gags sans queue ni tête. Et cela malgré la trop importante longueur d'un match de baseball qui finit par lasse un peu. Celles et ceux qui connaissent déjà l'oeuvre de Shinzawa ne seront pas dépaysés et retrouveront avec bonheur l'ambiance résolument drôle et positive de ce manga "bonne humeur" qui fait forcément du bien par les temps actuels. Ce premier volet est assez classique dans son déroulement mais est efficace (surtout lu à petites doses pour éviter un éventuel sentiment de lassitude) et annonce un retour gagnant... Il y a encore 19 volumes des frasques de Rei et des autres qui nous attendent !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9526
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Kimengumi

Message non lu par Koiwai » 23 nov. 2015, 14:15

Kimengumi 2 :

Ce second tome de High School Kimengumi s'ouvre sur l'impensable : Chie et Yui se sont disputées ! Pourquoi ? Pour quelle raison ? Nous le découvrirons rapidement au fil d'un chapitre qui initie doucement la possibilité d'une... euh... relation entre Chie et Gô, mais où tout se finit forcément bien et est surtout l'occasion pour nos chers membres du Kimengumi de s'adonner à leurs frasques habituelles. Entre des parodies des deux jeunes filles avec des marionnettes et la faculté de Rei à se retrouver dans les pattes de Chie, nos héros font-ils exprès de faire tourner leurs amies en bourriques, ou cherchent-ils à les rapprocher à leur manière ?

En dehors de cet événement, la vie scolaire dans ce tome est marquée par l'apparition de deux nouveaux personnages. Le premier est Menichi Nikaidô, un kendoka faisant craquer les filles de par son côté sportif et son visage impassible en toutes circonstances (ou presque, car il ne faudrait pas sous-estimer la capacité de Rei à faire rire les gens !), mais se faisant également vite d'Ichirô un rival ! La deuxième se nomme Nancy, vient de l'étranger, et dès son arrivée aura à se confronter à nos chez héros loufoques... Ces deux nouvelles têtes sont plutôt bien mises en place.

Cela dit, l'essentiel du volume est occupé par des activités extra-scolaires ou n'ayant rien à voir avec le lycée.
Pendant une bonne partie du tome, c'est un séjour en camping qui attend le Kimengumi, Yui, Chie, Mlle Wakato et quelques autres personnages, pour un résultat qui part joyeusement en vrille au gré d'une traversée de pont très aventureuse (ou pas), d'histoires effrayantes, de batailles de scarabées...
Puis entre en scène le grand-père de Rei et de Kiri, qui peut s'avérer tout aussi farfelu que son petit-fils...
Enfin, Motoei Shinzawa nous propose un hors-sujet complet où il propulse ses personnages dans une parodie d'enquête policière. Les membres du Kimengumi en policiers, Yui et Chie en fliquettes, Mlle Wakato en victime, Kiri en témoin (parmi d'autres), plusieurs autres personnages en suspects... On sent que l'auteur se fait plaisir en virant vite dans le n'importe quoi habituel.

Le résultat est un volume assez varié, porté par quelques nouvelles têtes, mais s'appuyant toujours sur l'humour sans queue ni tête de l'auteur. Pour qui aime Kimengumi, on a ici du bon !

Et pourtant, difficile d'être totalement satisfait, la faute à quelques couacs d'édition. Il y a toujours, entre autres, quelques bulles inversées (p170 par exemple), mais aussi quelques erreurs de nom le temps d'une page : Kiri qui devient Mari, Chie qui devient Chi... Toutefois, le problème le plus embêtant vient de changements de noms sur la longueur. Ran Wakato devient maintenant Lan, et, surtout, Gô, qui est tout de même l'un des personnages principaux, est désormais appelé Kô... Pour ce dernier, c'est réellement incompréhensible. Pourquoi un tel changement, alors que l'on a toujours connu l'écriture "Gô" depuis le début de la publication de la saga Kimengumi ? On ne peut s'empêcher de se dire qu'une simple relecture attentive aurait pu permettre d'éviter tous ces petits couacs qui, cumulés, font beaucoup. Venant d'un éditeur critiquant régulièrement la qualité du travail de ses congénères, c'est embarrassant... Et c'est d'autant plus dommage qu'à côté de ça la traduction en elle-même parvient suffisamment bien à restituer l'humour de la série.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9526
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Kimengumi

Message non lu par Koiwai » 25 nov. 2015, 15:54

Kimengumi 3 :

Le quotidien du Kimengumi reste grandement rythmé par leur passages dans les clubs du lycée !
En venant voir Yui et Chie au club de volley féminin, Rei et les autres finissent par participer à un match contre la redoutable équipe d'un autre lycée, pour un résultat forcément voué à partir en vrille ! Que ce soit dans le déroulement improbable du match, dans la nature des adversaires, dans les techniques insolites de nos héros ou évidemment dans l'obligation pour eux de se déguiser en filles pour jouer, Motoei Shinzawa livre une partie en trois chapitres rythmée et très amusante, qui est aussi l'occasion de faire la connaissance de Mei Undô, soeur du "dieu du stade" Kai.
Un peu plus tard, c'est au club de boxe que nos héros se retrouvent, sur la piste d'un mystérieux bagarreur qui sème la zizanie au point de provoquer une rixe entre le club et le "gros bras" Nihiruda. Là aussi, l'auteur se fait plaisir dans un passage de quelques chapitres sans queue ni tête, où l'on apprécie les frasques invraisemblables du Kimengumi (que ce soit sur le ring ou en dehors), l'opposition stupide entre le club et Nihiruda, et plus encore l'issue burlesque de ce passage porté par une amusante petite parodie d'Ashita no Joe.

Entre ces deux passages un peu plus longs, d'autres événements viennent rythmer le tome en exploitant assez bien plusieurs personnages. Le chapitre de la peinture exploite joliment Nancy et le père de Yui, celui de la cuisine nous laisse entrevoir les talents très divers de Monozuki ou d'Oda, le chapitre des bains offre quelques quiproquos rigolos tout en permettant de retrouver un peu le père de Kiyoshi, l'entrainement aux situations d'urgence part joyeusement en cacahuète, le dernier chapitre sur Noël laisse entrevoir une facette totalement inattendue de Jako...

Bref, il y a ici tout ce qu'il faut pour s'amuser, au gré des petits chapitres indépendant ou des passages en club qui ont cette fois le mérite d'être ni trop longuets ni trop courts.

Côté édition, on regrette toujours quelques changements de nom étranges (Kiri devenue Mari, Ran devenue Lan), par contre Gô a retrouvé son nom correct (rappelons que dans le tome 2, il était devenu Kô). Ce problème restera une énigme...
Pour le reste, la traduction s'en sort toujours aussi honorablement dans l'humour, même si elle ne peut évidemment pas retranscrire tous les jeux de mots et que l'on sent bien quand on passe à côté de certains.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9526
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Kimengumi

Message non lu par Koiwai » 02 déc. 2015, 14:39

Kimengumi 4 :

La nouvelle année annonce un surplus d'étrangeté, d'absurdité et d'humour sans queue ni tête pour les garçons du Kimengumi et leur entourage ! Après une vielle de Jour de l'An où les membres de bandes font des leurs, l'année démarre pour Rei par un rêve on ne peut plus bizarre où ses amis sont radicalement différents de d'habitude. Puis c'est un passage à la patinoire où ses trouvent les beaux gosses que nos héros se retoruvent mis à mal... à moins qu'ils ne s'en sortent à leur manière ?

Voici un début de tome mouvementé, qui nous prépare alors au mieux à la suite qui se divise essentiellement en trois parties.

Tout d'abord, l'entrée en scène de Jidai, le professeur à la dégaine quelque peu... dépassée, nous amuse dans sa façon de se tourner en ridicule et de subir les frasques du Kimengumi, pour un résultat qui prête fortement à sourire.
Puis c'est le marathon du lycée qui arrive, et celui-ci s'annonce mouvementé ! En effet, tandis que Rei connaît quelques gros problèmes dès le début de la course, la lutte s'annonce acharnée dans les premières places entre les leaders des dieux du stade et des gros bras et un nouveau visage... A moins qu'un "invité" de dernière minute ne vienne semer la zizanie ?
Enfin, les quatre derniers chapitres proposent un petit retour sur chacun des 4 fous accompagnant Rei au sein du Kimengumi, le tout à travers leur principal trait de caractère. Ainsi, on peut apprécier tout l'aspect libidineux de Kiyoshi à travers les histoires douteuses qu'il raconte à sa petite soeur (nouveau personnage amusant dans son caractère plutôt franc et joyeux), s'éclater devant les stratagèmes du gourmand Dai pour récupérer la nourriture de ses camarades de classe, s'étonner devant une improbable conquête amoureuse de l'homosexuel Dai (l'occasion de revoir un personnage qu'on n'avait pas vu depuis plusieurs chapitres), et découvrir certains aspects du "broyeur" Gô. Un schéma certes assez linéaire, mais qui exploite au mieux ces quatre compères qui sont parfois un peu trop dans l'ombre de Rei !

A cela, il faut ajouter les quelques habituelles références, mais aussi quelques bons délires dans l'utilisation des cases, pour une succession non-stop de gags où Motoei Shinzawa se montre inspiré. Un moment de lecture parfait pour se vider le cerveau, d'autant que cette fois les quelques coquilles éditoriales (changements de nom, inversions de bulles...) sont absentes.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9526
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Kimengumi

Message non lu par Koiwai » 18 févr. 2016, 09:20

Kimengumi 5 :

Quand il ne s'agit pas d'accueillir de nouveaux élèves, le Kimengumi se relance dans les défis sportifs avec un match de football qui va forcément dégénérer. Sans parler du test physique qui deviendra surtout un test de débilité, ou de la découverte d'un étrange créature qui pourrait bien être un extraterrestre !

La première partie de ce volume ne repose pas sur des idées très originales, Motoei Shinzawa continuant sur l'arrivée de nouveaux personnages et sur les défis sportifs. Cela dit, on connaît tout le talent de l'auteur pour faire partir les choses en vrille, et c'est toujours le cas ici !
Le match de football contre l'équipe du lycée Eleven, censée être la meilleure de la région, voit nos joyeux loufoques enchainer les techniques improbables et les coups un peu sournois, à l'image de ces jeux sur les dimensions pour duper l'adversaire, mais les autres personnages, comme le capitaine du club de foot d'Ichio, ne sont pas en reste !
Quant aux premiers chapitres voyant arriver quelques nouvelles têtes, ils sont réussis grâce au caractère des nouveaux venus comme cette fille amnésique et un peu théâtrale dans ses gestes, ou grâce à des situations complètement abracadabrantesques, à l'image de la pièce de théâtre mélangeant les contes et n'ayant aucun sens. Mais ce que l'on retient surtout de tout cela, c'est l'arrivée d'un nouveau personnage important : Harumage Don (on vous laisse apprécier le jeu de mots qu'est son nom), considéré depuis l'enfance comme l'ennemi juré de Rei... mais qu'en est-il exactement ? Réponse tout au long du tome, où Don se présente beaucoup moins comme un ennemi que comme un alter ego de Rei dans la débilité et la bizarrerie ! Enchainant les frasques aux côtés d'un Rei avec lequel il est finalement complémentaire, et voyant son aspect comique renforcé par son parler, Don s'avère très présent au premier plan dans ce volume, y compris durant cette histoire d'extraterrestre rigolote et offrant un clin d'oeil malicieux à E.T.

Une nouvelle fois, Le collège fou, fou, fou amusera donc sans problème ses fans, sans forcément montrer le meilleur de son inventivité, mais en pouvant compter sur l'absence de prise de tête de Shinzawa et sur l'arrivée réussie de Don qui vient pimenter encore un peu plus les choses.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9526
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Kimengumi

Message non lu par Koiwai » 18 févr. 2016, 09:21

Kimengumi 6 :

Les classes de première du lycée Ichio partent pour un séjour à la mer ! Evidemment, en plus de leurs enseignants, toutes les bandes du lycée en font partie, ce qui promet nombre de péripéties, d'autant que le petit seconde Don trouve le moyen de s'incruster !
Entre la découverte des chambres et des propriétaires de l'hôtel à physique de statues traditionnelles, les malheurs de Jako, la découverte de coquillages de plus en plus étranges, des baignades ponctuées d'épreuves, deux jeux de plage qui partent en vrille, des façons de couper la pastèque originales, une épreuve de natation aussi insoutenable qu'improbable dans son déroulement... En quelques chapitres pour une grosse moitié du tome, Motoei Shinzawa parvient à offrir un séjour aux gags variés et en constant renouvellement, qui a aussi le mérite d'exploiter une assez large palette des nombreux personnages de la série !

La fin de tome, elle, propose quelques passages plus courts, mais tout aussi savoureux, entre l'arrivée pour un mois dans le lycée d'une jeune fille aux étranges pouvoirs, un passage canin où le chien de Rei montrera qu'il n'a pas grand chose à envier à son maître niveau débilité, ou un saut en hauteur délicat pour une jeune lycéenne... Là aussi, l'auteur offre des passages qui s'avèrent diversifiés et poussent assez loin le délire.

Finalement, la seule déception vient du passage qui arrive juste après le séjour à la mer, à savoir l'arrivée du Kimengumi et de Kiri chez le grand-père maternel de Rei, en pleine campagne. Rei y retrouve un vieil ami, tandis que les autres garçons du Kimengumi découvre pour la première fois la campagne, pour un résultat certes sympathique mais qui paraît beaucoup trop bref puisqu'il ne fait que deux chapitres. Le nouveau personnage qu'est Shû s'avère plutôt sous-exploité, idem pour les grands-parents, et la découverte des contrastes entre ville et campagne ne repose que sur quelques gags peu recherchés. Dommage, car il y avait sans doute mieux à faire... peut-être que ce sera pour plus tard !

Reste qu'en dehors de ce petit passage moins inspiré, l'auteur délivre un très bon tome, varié et assez inspiré !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9526
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Kimengumi

Message non lu par Koiwai » 18 févr. 2016, 09:21

Kimengumi 7 :

Depuis quelque temps, Mlle Ikari et Mr Sessa paraissent bizarres. Tandis que l'une ne cesse de rêvasser bêtement ou de rire sans raison en cours, l'autre est plus en forme que jamais durant ses cours de sport, accomplissant même d'impossibles exploits. Il n'en faut pas plus à Chie et Yui pour comprendre ce qui les met dans cet état... Mariage en vue !
Hé oui ! Ils se tournaient autour depuis le début de la série, et l'heure est venue pour Motoei Shinzawa de concrétiser leurs sentiments ! Les deux enseignants vont enfin s'unir... mais Kimengumi oblige, la romance du passage fera très pâle figure face à l'humour ! Entre les ragots déformés du début, les prédictions sur les groupes sanguins et les signes du zodiaque, la façon dont les deux jeunes adultes ne cessent de se montrer gaga l'un envers l'autre, ou une cérémonie de mariage qui partira forcément en vrille avec des témoins eux-même assez spéciaux et l'incruste du Kimengumi, Shinzawa délivre un début de volume mené tambour battant, au fil de trois premiers chapitres inspirés et où ce beau moment qu'est censé être le mariage menace de partir en cacahuète à chaque instant !

Un tel début de tome donne forcément de bons espoirs pour la suite, et on peut dire que l'auteur on déçoit pas : on retrouve d'abord le chien Lassie pour des frasques toujours plus drôles dès qu'il s'agit d'avoir à manger, puis on assiste au retour attendu d'un personnage, ce cher Jidai, chargé de reprendre le poste de Sessa, pour un résultat radicalement différent de son prédécesseur.
Et ce retour déclenche de nouvelles péripéties de clubs : reprenant en main le faiblard club de judo d'Ichio, le nouveau prof de sport titulaire, entre deux entrainements improbables où s'incrustent Rei et les autres, organise un tournoi intelrycées contre un autre club autrement plus coriace... et c'est forcément le Kimengumi qui devra y participer !Toute la deuxième moitié du tome se consacre à ce nouveau match sportif, et le résultat s'avère excellent tant l'imagination du mangaka est efficace. Les dégaines des adversaires sont très fun et amènent quelques clins d'oeil rigolos à Dr Slump ou Hokuto no Ken, chaque combattant (que ce soit côté Kimengumi ou côté adverse) voit son duel suffisamment exploité, les points faibles et techniques de chacun sont assez bien trouvés et amènent forcément de drôles de situations... et une chose est sûre, on assiste ici à tout sauf à du judo, pour un résultat très amusant !

Inspiré, ce septième volume de Kimengumi ne déçoit à aucun moment, et a en plus le mérite d'apporter quelques évolutions dans ce petit monde, entre le mariage d'Ikari et Sessa et la titularisation de Jidai. Cela fait plaisir de voir qu'au-delà de la déferlante de gags, l'univers de Kimengumi ne reste pas trop statique avec ces quelques nouvelles donnes.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9526
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Kimengumi

Message non lu par Koiwai » 18 févr. 2016, 09:21

Kimengumi 8 :

Le temps suit son cours au sein du lycée Ichio. Voici déjà le Nouvel An avec un concours de cerf-volant, puis la Saint-Valentin et ses chocolats. Des événements que les garçons du Kimengumi vivent à leur manière, avant de connaître diverses petites péripéties : Rei qui échange sa place avec son sosie issu d'une famille richissime, nos héros s'imaginant en triand e vivre à la Préhistoire en même temps que les dinosaures, une filature pour un rendez-vous intrigant entre Ran Wakato et Jidai,un quiproquo autour du déménagement de Gô, Don qui voit s'incruster chez lui de bon matin son cher voisin et son chien... En dehors du passage sur l'échange de familles qui dure trois chapitres et de la filature du couple Wakato/Jidai qui s'étire sur deux chapitres, Motoei Shinzawa délivre ici des récits qui ne dure qu'un petit chapitre. En somme, une succession de petits récits qui s'avèrent plus ou moins inspirés. Par exemple, celui sur la Préhistoire regorge de petites idées, tandis que celui sur le déménagement de Gô s'étire sur quelque chose d'assez basique, et que les deux premiers chapitres sur le Nouvel An et la Saint-Valentin méritaient sans doute d'être un peu moins brefs.

Néanmoins, il y a bel et bien un petit fil conducteur qui se dégage dans ce tome : l'approche inexorable de la fin d'année, qui finit par arriver, avec ce que cela implique de départs et de nouvelles têtes. Ainsi, l'heure est venue de dire au revoir aux terminales, et Shinzawa ne s'attarde pas vraiment là-dessus : celles et ceux qui quittent le lycée sont tous des personnages très secondaires, et le mangaka ne cherche aucunement l'émotion et offre plutôt l'humour dont il a le secret. Et il faut attendre le dernier chapitre pour voir entrée en scène une nouvelle venue assez prometteuse dans son genre.

Sans être le tome le plus marquant de la série avec ses petits récits qui ne vont généralement pas chercher très loin, ce huitième volume offre comme souvent de bons moments, et est surtout intéressant en ceci qu'il marque l'entrée de nos héros dans leur dernière année de lycée (à moins qu'ils ne redoublent, évidemment !).
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre