I's

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!

Que pensez vous de cette série?

Excellent!
7
58%
Une bonne série
2
17%
Sympathique, à la rigueur
1
8%
Bof
1
8%
D'une niaiserie incroyable
1
8%
 
Nombre total de votes : 12

Avatar du membre
oyooooo
Messages : 1318
Enregistré le : 17 janv. 2005, 14:05
Localisation : Lille!

Re: I's

Message non lu par oyooooo » 02 juin 2008, 14:32

Je ne trouve pas que coté sf dans Vidéo Girl soit une futilité.. Bien au contraire ça ajoute de la dimension au manga, plus de danger, Ai qui risque de disparaitre à jamais, ce qui fait pour moi que le manga est bien plus poignant. Et oui c'est Ai qui donne toute son émotion au manga, donc dans I's on ne retrouve plus tout ça, même si à la fin il y a quand même des passages émouvants. Mais bon après ce n'est que mon avis et je pense que ça dépend de chacun.
Ma collection.
"Etre heureux, c'est savoir se contenter de peu, mais 15 fois c'est encore mieux"
Epicure
^^ わたしは いつまでも こいする です, しのび ^^

Avatar du membre
korzag
Messages : 24
Enregistré le : 22 juin 2007, 22:04

Re: I's

Message non lu par korzag » 02 juin 2008, 19:33

Dans I''s, il faut voir que les personnages ont totalement reprit de ceux de VGA, aussi bien psychologiquement que physiquement, donc dire qu'il n y a pas de Aï dans I''s n'est pas totalement vraie de mont point de vue. Itsuki en est la copie parfaite en tout point. La différence réside dans le personnage principal qui possède beaucoup plus de défaut que dans VGA, et dans les choix qui sont fait par ces mêmes personnages ( et essentiellement le héro ).
J'ai vu beaucoup de critiques sur Iori dans la plupart des forums, et la encore je ne suis pas vraiment d'accord, car si ces critiques sont fondés, elles le sont également pour Moémi ( je crois que c'est bien le nom :p ). Iori n'est pas tant une fille sans personnalité que ce qu'on peut lui reprochée, mais il est vrai que son caractère ne se révèle que vers la fin ( hormis le début ou elle n'hésite pas a faire la tête au héro. )

Enfin pour moi I''s est une sorte de version améliorée de VGA, perdant de l'intêret si on a lus VGA avant ( mais restant tout de même interessant, on ne peut nier le talent évident que possède Katsura pour nous faire suivre les relations entre personnages. ) mais qui est le manga référence du genre ( toujours d'après moi ) .

Avatar du membre
né un11septembre
Messages : 2939
Enregistré le : 06 août 2006, 12:38
Localisation : Quelque part en Belgique civilisée

Re: I's

Message non lu par né un11septembre » 05 juin 2008, 08:39

j'aurais du mal a donner un avis constructif sur cette série, 15 ans apres la lecture de la série, je reste sur l'impression d'une grande valse-hesitations des personnages qui horripile autant qu'elle passionne et sur les superbes dessins de Katsura qui valent bien ceux d'un Hojo ou d'un Inoue.
Image

Avatar du membre
Luffy_76
Messages : 19
Enregistré le : 05 juin 2008, 19:00
Localisation : Rouen

Re: I's

Message non lu par Luffy_76 » 05 juin 2008, 19:34

C'est vraiment un super manga !

Une fusion de Suzuka et de Love hina mais en mille fois mieux !
Pour moi le meilleur manga "love" du siècle :o
J'aime bien l'ambiance jap, écolière et toussa. Un scénario plutôt banal mais qui au final déchire : un trio amoureux.
Un humour qui "oh putain de ça race y fouette le claquot" (cf les nuls) et très raffraichissant. On démord pas des petites culottes et des scènes à ambiance 8)

Avatar du membre
Gwen
Messages : 303
Enregistré le : 20 nov. 2007, 17:21
Localisation : Naoned

Re: I's

Message non lu par Gwen » 27 mars 2009, 17:06

J'hésite à me lancer dans cette série car j'ai peur de me lasser des histoires d'amourettes adolescentes. Je l'ai vaguement feuilleté et ça m'a l'air plus axée sur l'humour que Video Girl Aï. Est-ce le cas? Merci.

Otaku62
Messages : 1256
Enregistré le : 01 mars 2009, 14:48

Re: I's

Message non lu par Otaku62 » 28 mars 2009, 21:05

Disons que l'ambiance est beaucoup plus légère que vidéo girl aï mais si tu as aimé ce dernier tu ne pourras qu'apprécier I"s

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1871
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: I's

Message non lu par Takato » 01 mai 2014, 22:26

Déterrage de topic, sachant que j'entame mes chroniques de la série. :)

Tome 1 :

Est-il nécessaire de présenter Masakazu Katsura, auteur important de la Shueisha dans les années 80 et 90 ? En France, il s’agit de l’un des mangaka phares de Tonkam qui a publié une grande partie de son œuvre. C’est ainsi qu’entre 2000 et 2002, l’un des pionniers du manga dans l’hexagone a proposé I’’s (prononcez « Aïze »), l’un des grands succès de l’auteur.

Seto Ichitaka est un lycéen de 16 ans qui a vécu un traumatisme durant son enfance. Autrefois très démonstratif envers la fille qu’il aimait, celle-ci l’a rejeté de manière violente, poussant le jeune homme à désormais se comporter comme un rustre devant l’élue de son cœur. Et cette demoiselle, c’est Iori Yoshizuki, l’une des plus jolies filles de l’établissement qui a récemment posé pour un magazine de photo. Lorsque les deux individus sont choisis pour mettre au point un numéro pour la kermesse du lycée, c’est l’occasion idéale pour Seto de corriger son comportement envers sa dulcinée…

Sur ce premier volume, I"s se présente comme une comédie sentimentale dans la pure tradition du Shônen Jump, pas très loin des œuvres de Mizuki Kawashita. Seulement, I"s est une série antérieure et bien différente de l’épopée des culottes à fraises, la seule similitude étant pour l’heure le contexte scolaire. En tout cas, si inspiration il y avait, Masakazu Katsura reste le maître en la matière et nous le prouve avec ce premier opus.
Durant sept chapitres, nous découvrons les principaux protagonistes du récit, à savoir la jolie Iori, l’ambigu Ichitaka ainsi que son camarade coureur de jupon mais prêt à tout pour pousser son ami dans les bras de sa dulcinée. De prime abord, nous avons ici des personnages très classiques mais qui ne manquent pas de personnalité. Ichitaka n’est pas le héros quelconque puisque son comportement inversé tend à le faire passer pour un rustre, Iori n’est pas la simple potiche de base et fait preuve d’un véritable caractère tandis que l’ami du héros, Teratani, n’est pas un vulgaire comique et a bien un rôle d’appui et de soutient morale pour le protagoniste de l’histoire. Trois premiers personnages très classiques dans un premier temps, mais qui ne manquent pas de charme !

Ce premier volume s’amuse à planter le décor, à savoir les premières relations entre Ichitaka et Iori, les sentiments présents chez chacun d’eux, et la manière dont le héros va tenter de se débarrasser de ses tocs comportementaux pour ne pas repousser l’élue de son cœur. Le tout se forge à base de quiproquos en tout genre, mettant du piment dans la relation entre les deux individus. Pour un lecteur qui découvrirait à l’heure actuelle le récit, la recette peut sembler surfaite mais gageons qu’à l’époque, nous étions en 1997, date où Love Hina et autre œuvres de Kawashita n’existaient pas encore. Pourtant, même à l’heure actuelle, Masakazu Katsura fait preuve d’un talent indéniable qui propulse ce premier opus au-dessus d’œuvres plus actuelles, aux sommets de la comédie sentimentale. Outre les personnages vraiment attachants et tenant la route, on remarque d’ores et déjà une grande maitrise du récit. La relation entre les deux protagonistes ne manque pas d’évoluer sans compter que la série ne s’embarrasse pas d’un fan-service vulgaire et trop gratuit. Evidemment, décolletés et petites culottes sont présents, mais servent généralement le récit, que ce soit les fantasmes d’un Ichitaka un peu paumé ou encore les noirs desseins de certains lycéens. Pour l’instant, il n’est pas question de demoiselle chauffant le protagoniste simplement pour créer une dose de fan-service.
Du côté de l’intrigue, ce premier tome de I’’s est donc une véritable surprise et démarre l’histoire sur les chapeaux de roue. La série tenant sur quinze volumes, elle est promise à de nombreuses évolutions et le talent narratif de l’auteur permet d’espérer une suite toute aussi bonne et, globalement, une excellente comédie sentimentale.

Graphiquement, Masakazu Katsura n’en était pas à ses débuts au moment de dessiner I"s, ce qui se ressent sur la maîtrise du design des personnages, leurs proportions et leurs expressions, ou encore le superbe travail graphique sur les couvertures. Le fan-service ayant sa place dans le titre, il est à souligner que les demoiselles sont à croquer et que l’auteur n’est pas toujours avare lorsqu’il s’agit de détailler les poitrines féminines.

Pour l’édition, nous avons là une publication de Tonkam plutôt ancienne, qui n’est d’ailleurs plus d’actualité sous ce format poche. La traduction est d’époque, le papier un poil rigide et qui a tendance à jaunir mais étant donné l’âge de ces volumes, il est difficile de blâmer l’éditeur.

Au final, cette introduction d’I"s est plus que satisfaisante. Si certains thèmes peuvent s’avérer surfaits à l’heure actuelle, on reconnaît dans ce premier tome une grande maîtrise du récit et des personnages de la part de l’auteur. On ne doute pas que l’intrigue s’étoffera au fils des volumes, que de nouvelles demoiselles viendront s’ajouter à l’histoire, et on a d’ores et déjà hâte. Autant dire que se procurer les 15 volumes d’une traite ne semble pas être une mauvaise idée !
Image
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1871
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: I's

Message non lu par Takato » 01 mai 2014, 22:27

Tome 2 :

Alors qu’Ichitaka est parvenu à se rapprocher d’Iori, voilà qu’une entremetteuse entre en scène. Itsuki, celle qui était amoureuse d’Ichitaka dans le passé, est revenue et se montre plutôt explicite dans l’expression de ses sentiments. Le plus embêtant, c’est qu’Iori voit en Itsuki la petite amie d’ichikata, ou « Ichy »…

Ça n’aura pas tardé, mais voilà qu’une deuxième demoiselle vient s’introduire dans la romance de l’histoire. Survenue dans les dernières pages du premier opus, Itsuki se précise d’avantage dans cette suite. Nous avons donc la formation du classique triangle amoureux, ce qui n’est pas forcément gênant puisque ce nouveau personnage et les situations qui en découlent sont plutôt maitrisés et Masakazu Katsura n’insistant jamais trop longtemps sur des quiproquos sans intérêt.

Itsuki se présente donc comme une rivale pour Iori, du moins sur le principe. Ce tome insiste ainsi énormément sur la relation entre notre héros et la demoiselle, comment il considère son retour et l’impact sur sa relation avec Iori. Au fil des pages, les sentiments du héros sont tourmentés mais le récit ne vire jamais dans le « too-much ». L’embarras d’Ichitaka est justifié par l’ancienneté de son amitié avec Itsuki. Toutefois, le revirement du jeune homme n’en est pas vraiment un et il serait exagéré de parler d’amour envers son amie d’enfance à ce stade du récit. Katsura développe ainsi le ressenti d’Ichitaka pour Itsuki, doucement, sans jamais mettre au second plan l’amour que le héros éprouve pour Iori, preuve que le mangaka manie correctement son récit.

En tant que personnage, Itsuki surprendra les lecteurs d’Ichigo 100% de par sa ressemblance avec Yui. Comme cette dernière, il s’agit d’une amie d’enfance du héros vivant dans un premier temps sous son toit. Mais rappelons une fois encore qu’I"s est un titre plus ancien qu’Ichigo 100%, preuve que Katsura a véritablement inspiré les générations de mangaka futures.
Itsuki aurait pu se présenter comme l’entremetteuse de base au caractère désinvolte et enfantin, mais il n’en est rien. Si le personnage peut apparaître agaçant dans un premier temps, il s’avère très attachant grâce à son traitement. Rapidement, Itsuki montre une facette plus émotive et un souci pour Ichitaka qui fait d’elle autre-chose qu’une pimbêche amoureuse. D’un point de vue graphique, la demoiselle fait preuve de scénettes fan-service dévoilant ses atouts coquins et accentuant son côté féminin. Pour représenter de jolies demoiselles, Katsura a un talent indéniable et comme pour le premier, tome, le mangaka n’en fait ni trop, ni trop peu !

Ce second tome d’I"s est, une fois encore, un très bon moment de lecture. Nous retrouvons une seconde fois des éléments très classiques de la comédie sentimentale, mais maniés d’une main de main par un auteur qui écrit correctement son intrigue et ses personnages. Pour les amateurs du genre, I"s se présente d’ores et déjà comme un incontournable !
Image
Image

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1871
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: I's

Message non lu par Takato » 22 mai 2014, 21:31

Tome 5 :

En proposant à Iori de franchir les trois arches de l’Enmusubi, Seto est déterminé à faire sa déclaration à l’élue de son cœur. Mais le voyage scolaire de notre héros et interrompu par une nouvelle inquiétante : L’appartement d’Itsuki a pris feu, et celle-ci est portée disparue…

Comme on pouvait l’imaginer, la déclaration de Seto tombe rapidement à l’eau, chose peu étonnante car cet aveu des sentiments du héros aurait tout simplement signifié la formation d’un couple, et il n’était pas question pour Masakazu Katsura d’en arriver là au cinquième volume seulement. Le voyage scolaire tourne court pour le héros qui va devoir s’assurer qu’Itsuki, son amie d’enfance, va bien.
Ce volume prend une tournure véritablement étonnante. Jusqu’ici, l’intrigue s’est focalisée sur les sentiments de Seto pour Iori, et inversement, mais pas vraiment pour la romance entre le héros et Itsuki tant la jeune fille faisait d’avantage office d’entremetteuse. Dans ce tome, la demoiselle occupe un rôle très important, et ses rapports avec son ami d’enfance vont même grandement évoluer. Passée la moitié du volume, nous en arrivons à un constat étonnant des sentiments de Seto, qui pourtant s’avèrent très logiques. En cinq tomes, le mangaka s’est concentré uniquement sur ce triangle amoureux, sans ajouter d’autres protagonistes, ce qui a permis d’appuyer longuement les points de vue des uns et des autres et de faire évoluer les rapports entre chacun. Si on se doute que tout finira par rentrer dans l’ordre entre le héros et Iori, il n’est pas dit qu’une marche arrière soit possible vis-à-vis d’Itsuki. L’intrigue se révèle ainsi très surprenante, bien loin de ce à quoi on s’imaginait à la fin du volume 4.

Iori est donc en retrait dans ce volume, ce qui est quelque peu dommage. En effet, le tome se concentrant surtout sur la relation entre Seto et Itsuki, Iori n’est que peu mise en avant. Bien que ses sentiments envers Seto soient explicitent, son ressenti par rapport à la situation l’est nettement moins, un point qui mériterait d’être développé dans le prochain opus, afin de gagner en crédibilité et de faire monter la tension dramatique entre les personnages.
Nous noterons aussi l’apparition d’un nouveau personnage dont les aveux de fin de tome sont intéressants. Selon les intentions de Katsura concernant cet individu, l’intrigue prendra une tournure vraiment intéressante.

Classique dans sa forme, I"s se présente toujours comme une comédie sentimentale passionnante et réussie. Pour l’heure, Katsura privilégie le traitement de son petit cercle de personnages plutôt que d’introduire de nouvelles héroïnes à tout va, un choix qui fait la force du récit. L’intrigue pourrait prendre une tournure encore plus remarquable, selon les choix de l’auteur pour le volume suivant. On a hâte !
Image
Image

Avatar du membre
Blaz
Messages : 66
Enregistré le : 12 févr. 2014, 22:14

Re: I's

Message non lu par Blaz » 24 mai 2014, 20:07

Katsura dessine les filles mieux que personne à l' exception de Toru Fujisawa (si,si). Malheureusement j' ai vendu je crois la collection complète à l' époque. Mais ma passion l' emporte toujours et racheter d' autre pour mes collections (gloups).

Pour revenir à I's, je trouve fort sympathique comme histoire avec le trio Itsuki,Ichitaka et Iori (les trois i), d' ou le titre. Je prends plaisir à lire cette série et malgré quelques scènes par ci par là, cela reste convaincant. Cela rappelle à Kimagure Orange Road ou Good Ending et j' en passe. Un trio d' ou le héros tombe sous le charme de deux belles demoiselles, même parfois par inadvertance pour le premier nommer (y' a qu' à voir entre Hikaru/Paméla et Madoka/ Sabrina) quand l' une ou l' autre tombe nez à nez au mauvais moment, comme par hasard avec sa rivale. Oui, c' est fun, c' est simple même si le scénario sent le déjà vu c' est toujours surprenant que ça marche encore de nos jours, alors que tout le monde devine comment ça va se finir.

Bref, un conseil : ne bouder pas sur l' œuvre de Katsura, il vaut le détour, mais pas pour autant d' entrer au panthéon des séries mangas papier inoubliable.

Répondre