Saint Seiya Lost Canvas

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6385
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Saint Seiya Lost Canvas

Message non lu par Erkael » 20 juin 2008, 23:37

Image Image Image
Auteurs: KURUMADA Masami / TESHIROGI Shiori
Nombre de volumes au Japon: 25 (terminé)
Nombre de volumes en France: 23 (en cours)
Edité chez Kurokawa


Voilà un petit événement dans le monde du manga voir un gros événement pour les fans de Saint Seiya, c’est à dire la plupart des gens : Lost Canvas arrive dans nos vertes contrées grâce à Kurokawa, ce qui est en soi une surprise ; les droits de cette série ce n’est ni Kana (éditeur de Saint Seiya), ni Panini (éditeur de l’épisode G), c’est bel et bien Kurokawa qui les a acquis…et personne ne s’en plaindra !

Lost Canvas est une collaboration du père fondateur de Saint Seiya, Masami Kurumada avec une jeune mangaka bourrée de talent : Shiori Teshirogi. Une femme qui dessine Saint Seiya, ça ne peut pas faire de mal à cette série tellement masculine !
Puisqu’on y est, autant aborder le sujet de suite : son dessin est vraiment très beau, assez simple certes, mais précis et surtout accessible ce qui contraste avec les dessins controversés de Kurumada lui même et de Megumu Okada (auteur de Saint Seiya G)…avec ça, plus d’excuses pour ne pas lire Saint Seiya !

Tout ça c’est bien beau, mais ça raconte quoi Lost Canvas ? Et bien on reprend les célèbres chevaliers d’Athéna mais cette fois l’histoire se situe deux siècles auparavant, on découvre l’ancienne générations de chevaliers, celle qui est bien sur évoqué dans l’arc « Hades » de la première série ; tout simplement parce que cette générations de chevaliers va devoir lutter contre Hades et ses spectres, 200 ans avant les héros que l’on connaît. A partir de là, plusieurs choses viennent à l’esprit : on va enfin pouvoir découvrir de nouveaux chevaliers autres que les cinq bronzes dont on n’a plus grand chose à apprendre, on va découvrir les précédents chevaliers d’or, et surtout apprendre bien des choses sur cette bataille déjà évoqué dont on ne connaît que l’issue sans avoir aucun autre détails. Ceux qui connaissent la première série savent déjà que seulement deux chevaliers ont réchapperont…je n’en dis pas plus !
Et bien à la lecture de premier volume, il faut être honnête, on pourrait être déçu ! Le héros est une nouvelle fois le Chevalier de Pégase, comme si on ne l’avait pas suffisamment déjà vu, Tenma, le chevalier en question à l’air d’avoir à peu prés le même caractère que Seiya (prions pour qu’il ne soit pas aussi agaçant)…Ca à la limite ça peut passer car on sait que dans la première série, Hadès a un compte à régler avec le porteur de l’armure de Pégase !
Mais pourquoi faut-il que les chevaliers d’or (qui apparaissent déjà tous dans ce premier volume pour notre plus grand plaisir) aient la même tête que leurs successeurs dans deux siècles ? Et les quelques spectres qui apparaissent sont également des spectres que l’on connaît déjà… Tout cela fait penser que l’auteur n’a pas sans doute pas osé prendre suffisamment de distance avec la première œuvre (qui serait son manga préféré)…ce qui peut être compréhensible, elle est relativement jeune et inexpérimentée et Kurumada lui demande de dessiner une suite/préquelle de son titre favori !
Image Image Image
Bon allez, je vous rassure de suite, ces quelques défauts ne font durer longtemps, très vite, des chevaliers originaux vont faire leur apparitions, les chevaliers d’or vont se montrer sous un autre jour que ceux que l’on connaît déjà…il ne s’agit que d’un premier volume qui comporte certes quelque défauts mais qui vont vite être gommés…il faut laissé une chance à cette série qui le mérite largement ! Car malgré les petits défauts précités, pour le reste c’est du tout bon : le dessin donc, qui est claire, joli, accessible, et qui permet de reconnaître immédiatement les armures que l’on connaît, à ce niveau il faut tirer notre chapeau à l’auteur ; mai sil n’y a pas que ça…l’entrée en matière, tout en respectant l’univers de Saint Seiya, se montre créative, et on sent un potentiel scénaristique bien plus grand et plus étoffé que dans l’épisode G par exemple (ce que les volumes suivants vont confirmer !). Le ton s’annonce un poil plus sombre que dans les autres séries, dés le début on voit des innocents tués par les hordes d’Hadès, sans pour autant tomber dans le malsain…

En bref, malgré des défauts inhérents aux premiers tomes, mais qui ne gâche pas le plaisir de lecture, on se retrouve avec un excellent premier tome pour une série qui s’annonce toute aussi excellente !

Mais par la suite plusieurs points se dégagent : Athéna ne sera sans doute pas une cruche, mais bel et bien un leader qui mènera ses troupes au combat ; on ne sera pas obligé de suivre les mêmes chevaliers que dans la première série…ici une place importante est accordé à Yato de la Licorne, et enfin, et pas la moindre des choses, l’auteur, dont le dessin est vraiment très plaisant, tout en respectant l’univers de l’œuvre original (Jamir, lieu de réparation des armures, le puits des âmes lié au Cancer…), finit par prendre un minimum de distance et se permet de créer des personnages avec des armures inédites et ne se contente plus de récupérer celles introduites dans la première série !
Si on retrouve normalement Minos du Griffon, on découvre Kagaho du Bénou et Fyodor de la Mandragore, dont les armures sont tout simplement remarquables ! Un vrai plaisir !

Kurokawa, qui fait décidément du très bon boulot, nous propose une excellente édition : traduction impeccable, réaliste, les attaques sont traduites mais le nom original est laissé en dessous pour les puristes qui auraient trouvés quelque chose à redire ; l’encrage est nickel, la couverture tout autant…bref, on ne pouvait espérer meilleure adaptation !
Image Image Image
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

samizo kouhei
Messages : 1873
Enregistré le : 11 juin 2004, 08:50
Contact :

Re: Saint Seiya Lost Canvas

Message non lu par samizo kouhei » 25 juin 2008, 19:06

Incroyable mais vrai, je vais PEUT ETRE me laisser tenter par ce titre, qui a au moins le mérite de ne pas être dessiné par ce vieux kroumir de Kuramada ! :lol:

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6385
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Saint Seiya Lost Canvas

Message non lu par Erkael » 25 juin 2008, 20:53

samizo kouhei a écrit :Incroyable mais vrai, je vais PEUT ETRE me laisser tenter par ce titre, qui a au moins le mérite de ne pas être dessiné par ce vieux kroumir de Kuramada ! :lol:
C'est sur que c'est pas du tout pareil! Il suffit de voir les couvs, c'est autrement plus joli et plus clair!

Et bien comme ça se passe 200 ans avant la première série, pas besoin de l'avoir lu! (mais bon, qui ne connait pas Saint Seiya?!)
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Ohzora
Messages : 30
Enregistré le : 01 févr. 2008, 00:43
Localisation : Vogue Merry.

Re: Saint Seiya Lost Canvas

Message non lu par Ohzora » 26 juin 2008, 14:24

Acheté les deux, avec le premier volume et sa couv' collector.
Ca sent le (très) grand après midi. :)

EDIT après la lecture des deux premiers tomes

Je dois l'avouer, j'avais peur. Même si j'avais lu partout que The Lost Canvas était une réussite, il subsistait au fond de moi une véritable crainte. Saint Seiya est pour moi un véritable mythe, une série que j'ai adulé et que j'adulerais probablement toujours, il était pour moi inconcevable de massacrer la série. Pourtant, après la deception de l'Episode G, je me suis mis à fuir comme la peste tous ces spin off estampillé Kurumada. Il subiste pourtant un paradoxe : j'attendais The Lost Canvas de pied ferme car même si l'on pense (/sait) que l'on court droit vers la deception, on a toujours une petite voix qui nous souffle au plus profond de nous : "Mais non, ne t'inquiète pas. Cette fois, c'est la bonne".

Et cette voix avait raison.

J'aurai aimé pouvoir dire : "Enfin, St Seiya is back !" mais non. The Lost Canvas est différent, il propose une autre approche du mythe et semble avoir ce qui manquait cruellement à l'Episode G : une âme. Il se dégage quelque chose de Lost Canvas, une atmosphère envoûtante qui vous droguerait presque.

Bon pour revenir sur un point de vue plus technique, c'est une réussite. Graphiquement, j'avais un peu peur au vue de l'inexpérience de la mangaka. Non pas que les débutants me rebutent - Fly était bien le premier manga d'Inada et Sanjo - mais le fait que l'auteur se soit fait la main avec des doujins me posait des problèmes. Je sais très bien que certains doujins valent le coup mais je trouve ça à chaque fois d'une banalité monstre.

Mais non. Il se ressort de Lost Canvas une identité propre qui, malgrès tout, semble parfaitement s'inscrire dans la lignée de St Seiya. Et si certains crient au scandale ("Oh Scandale !") parce que les héros ont les mêmes têtes que ceux de l'original, j'en ai personnellement rien à foutre.

Mais ce que je craignais par dessus tout, ce qui me faisait le plus peur (encore plus peur que de voir l'Italie gagner l'Euro) c'était le côté fan girl que l'auteur allait nous semer ici et là. Mais voilà que, je ne sais pas quel miracle, il n'y a presque rien. Bien sûr, il y a bien un ou deux moments qui trahissent l'identité du mangaka (on sent que c'est une fille aux commandes) mais je pensais quand même que ça allait être CENT FOIS PIRE.

Côté scénario 1) ça à l'air d'être du St Seiya et 2) ça va déchirer. C'est simple : la Guerre Sainte, j'en rêvais. L'idée d'introduire la peinture me botte aussi pas mal.

Après seulement deux volumes, Lost Canvas semble déjà avoir répondu à mes attentes. J'attends la suite avec impatience... et non plus avec appréhension. :)
"Ça, c'est du sexisme. Donner des trucs de filles aux gens, juste parce que c'est des filles."
Terry Pratchett, Nell Gaiman : De bons présages. Culte.

Avatar du membre
Tenma
Messages : 1
Enregistré le : 29 juin 2008, 01:07

Re: Saint Seiya Lost Canvas

Message non lu par Tenma » 29 juin 2008, 02:21

Tout comme Ohzora, je me suis procuré les deux premiers tomes de Saint Seiya : The Lost Canvas avec une certaine appréhension liée à la déception engendrée par la lecture du fameux Episode G. Une appréhension qui s'est évaporée dès les premières pages feuilletées tant on se laisse immerger par la trame développée au travers du manga, mais aussi par l'aspect graphique.

Les dessins sont beaux, clairs et ne versent pas dans le brouillon faussement clinquant que nous avait servi Okada. Pour tacler une dernière fois G, l'action est ici bien découpée. L'ambiance rappelle vraiment le manga l'original. A titre personnel, le trait des personnages emprunté à Kurumada ne me dérange pas tout, au contraire.

Dommage qu'il faille attendre octobre pour la sortie du tome 3.

samizo kouhei
Messages : 1873
Enregistré le : 11 juin 2004, 08:50
Contact :

Re: Saint Seiya Lost Canvas

Message non lu par samizo kouhei » 29 juin 2008, 13:33

Lost Canvas 1 & 2 : Pas mal du tout, je dois dire, même s'il se passe beaucoup de choses dans ces 2 premiers tomes. Du coup, on a l'impression que le nombre de volumes était au départ défini, et que l'auteur a dû compresser l'action.

Avatar du membre
né un11septembre
Messages : 2939
Enregistré le : 06 août 2006, 12:38
Localisation : Quelque part en Belgique civilisée

Re: Saint Seiya Lost Canvas

Message non lu par né un11septembre » 30 juin 2008, 11:27

juste a l'avoir feuilleté, c'est le premier saint seiya que je ne trouve pas mal dessiné.
maintenant, je suis toujours pas interessé par des mecs en armure qui se balancent des cosmo energies a la tronche.
si c'est plus profond que ça j'y viendrai
Image

Avatar du membre
shun
Messages : 918
Enregistré le : 23 sept. 2004, 21:43

Re: Saint Seiya Lost Canvas

Message non lu par shun » 30 juin 2008, 15:25

2 tomes sympathique, on retrouve l'univers avec un graphisme plus accessible.
mais pour ma part je n'ai pas encore ressenti un quelconque frisson, les combat sont trop rapide et la montée du cosmos se fait en 1 éclair d'où l'absence d'émotion.
pour l'instant c'est sympa sans plus, j'attends d'avoir de vrai duel.

on a beau critiqué kurumada mais il arrivait a transmettre l'aura du cosmos a la lecture.
Groupe facebook de vente manga en Belgique : https://www.facebook.com/groups/1024308 ... 6/?fref=ts

Avatar du membre
skieff
Messages : 197
Enregistré le : 08 févr. 2008, 21:12
Localisation : no man's land

Re: Saint Seiya Lost Canvas

Message non lu par skieff » 30 juin 2008, 18:44

Deux bon premier volume bourrés d'action.Il ne s'attarde pas une eternité sur la presentation des personnages.Moi qui suis qu'aux sanctuaire en anime(episode 72)je m'y retrouve parfaitement.Les dessins sont pas lais mais pas magnifique non plus.Je ne sais pas ce que donne la bataille d'Hades de Saint Seiya mais celle de Lost Canvas par sur de bon pied.

Avatar du membre
WamuU
Messages : 264
Enregistré le : 26 avr. 2007, 15:44
Localisation : Dans un pilier !

Re: Saint Seiya Lost Canvas

Message non lu par WamuU » 03 juil. 2008, 17:52

Tomes 1 et 2 : Après l'énorme déception de l'épisode G, je me méfiais de cette nouvelle série.

Bon point, le dessin : rien de transcendent, mais très lisible (pas comme dans G) et en phase avec la série originale.
L'atmosphère générale aussi reste fidèle a ce que Kurumada avait fait sur Saint-Seiya, la seule chose qui m'a déçue, c'est la ressemblance entre les ascendants et les chevaliers que l'on connait de Saint-Seiya, y compris pour les spectres.
Maintenant, j'espère que les autres chevaliers de bronze vont avoir un rôle a jouer dans cette histoire ...

Deux tomes assez denses et qui offrent une entrée en matière honorable.
Image
Image
Image

Répondre