Shin Shunkaden

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9842
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Shin Shunkaden

Message non lu par Koiwai » 23 juin 2008, 03:11

Shin Shunkaden
Image
La fiche sur Manga-news

Edité chez Glénat, le one-shot Shin Shunkaden est sans doute l’une des oeuvres les plus méconnues du célèbre studio Clamp.

Le manga ayant été réalisé au début des années 90, on y retrouve des dessins rappelant beaucoup ceux de RG Veda. Le souci du détail est là et l’ensemble est convaincant, certaines pages étant particulièrement jolies. On notera tout de même quelques irrégularités par moments, mais rien de bien méchant.

Le scénario, quant à lui, s’inspire d’une légende coréenne. Le Shunkaden, qui signifie «La Légende de Chu Nyan » nous plonge au cœur de la Corée, il y a plusieurs siècles. Pour chaque ville du pays, le gouvernement central a élu un ryanban, chargé de régir la cité. Mais il arrive que certains d’entre eux se mettent à persécuter et à exploiter le peuple pour leur propre compte. Pour punir ces derniers au nom du gouvernement, il existe l’aménosa, un homme qui vagabonde à travers le pays. Chu Nyan, fille de la grande prêtresse d’une ville où règne un ryanban tyrannique, et dotée d’un caractère bien trempé, va être amenée à rencontrer cet homme et, par la force des choses, va le suivre dans son voyage.
Voilà pour le premier chapitre. Le deuxième chapitre, quant à lui, va opposer nos deux héros à un autre ryanban qui a fait sombrer sa ville dans une terrible sécheresse. Enfin, le troisième chapitre revient un peu sur l’enfance de Chu Nyan.

Et c’est tout.

Seulement trois chapitres ? Hé bien oui. Et c’est d’autant plus frustrant quand on constate, en plus du bon aspect visuel, toutes les qualités scénaristiques de Shin Shunkaden. La mise en scène est assez dynamique et nous permet de plonger facilement dans cet univers. Le mélange mythologique/fantastique est bien mené, et les personnages sympathiques, entre Chu Nyan qui possède un fort caractère et est un peu garçon manqué sur les bords, et notre aménosa qui a deux passions dans la vie : la nourriture et les femmes. A cause de ça, les colères de la première contre le deuxième sont régulières et apportent un peu d’humour à l’ensemble. Le mélange est plutôt agréable.
Pour revenir au scénario, il est donc regrettable que la courte durée du manga l’empêche d’être plus approfondi, laissant même quelques questions en suspens. Ainsi, il est question d’un homme qui souhaiterait rencontrer Chu Nyan. Même si on se doute un peu de son identité, on ne saura finalement jamais de qui il s’agit.

Hormis ceci, si l’histoire vous rappelle quelque chose, c’est tout à fait normal : les bases de l’histoire sont les même que celles du Nouvel Angyo Onshi, manga édité chez Pika. A ce sujet, Glénat nous propose en fin de tome un commentaire de Youn In-Wan, qui n’est autre que le scénariste coréen du Nouvel Angyo Onshi. Une sorte de postface plutôt intéressante, où Youn In-Wan félicite les Clamp, qui, selon lui, ont parfaitement étudié leur sujet pour offrir une très bonne relecture du Shunkaden.

En conclusion, Shin Shunkaden ne manque pas de rappeler RG Veda par ses dessins assez aboutis et ses inspirations mythologiques, et s’avère être un très bon manga. De ce fait, on en vient à regretter fortement qu’il ne s’agisse que d’un one-shot se terminant sur une non-fin. Il y avait encore énormément de potentiel à exploiter.

Possédant une traduction et une impression satisfaisantes, l’édition de Glénat ne comporte pas de défauts majeurs, si ce n’est peut-être le fait que son format bunko nous empêche un peu de profiter pleinement des dessins de Clamp.
Image

Répondre