To Love / To Love Darkness

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Otaku62
Messages : 1256
Enregistré le : 01 mars 2009, 14:48

Re: To Love

Message non lu par Otaku62 » 26 août 2009, 10:53

Apparemment,cela serait par un manque de respect du contrat de Saki Hasemi qui a réalisé en plus de l'histoire du manga celle du jeu vidéo et c'est ce qui a conduit la Shueisha a arrêté le manga...

Agito
Messages : 29
Enregistré le : 01 avr. 2008, 02:23

Re: To Love

Message non lu par Agito » 26 août 2009, 11:11

Il y aura 18 tomes pas 16 :wink:

Avatar du membre
ney
Messages : 81
Enregistré le : 11 juil. 2008, 01:54

Re: To Love

Message non lu par ney » 26 août 2009, 11:35

Otaku62 a écrit :Apparemment,cela serait par un manque de respect du contrat de Saki Hasemi qui a réalisé en plus de l'histoire du manga celle du jeu vidéo et c'est ce qui a conduit la Shueisha a arrêté le manga...
Selon ma source
While the magazine has said that the decision to end the series was planned by the creators, it is rumoured that the real reason was the lack of fresh storyline, in turn leading to plummeting ratings.
Ensuite , les raisons peuvent être multiples :|
Il y aura 18 tomes pas 16
Effectivement , j'ai omis de compter les volumes en cours de brochage , je mérite le fouet :mrgreen:
Modifié en dernier par ney le 26 août 2009, 17:23, modifié 2 fois.

Otaku62
Messages : 1256
Enregistré le : 01 mars 2009, 14:48

Re: To Love

Message non lu par Otaku62 » 26 août 2009, 11:51

voilà la mienne
La série devait semble t'il se terminer dans le Jump #42. Mais il semblerait que suite à une violation de contrat de la scénariste (Violation aurait un rapport avec le scénario du Jeux Video de To Love), le contrat de celle-ci a été rompu. Et donc la fin de la série précipitée.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10219
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: To Love

Message non lu par Koiwai » 30 août 2009, 01:46

Tome 6:

Tandis que nos héros passent en première, ce sixième volume voit l'apparition de deux nouveaux personnages: premièrement, une élève, anciennement déléguée en seconde, bien décidée à faire disparaître de sa classe toute trace de vice. Dans son collimateur: Lala et Rito, bien entendu. Deuxièmement, un camarade de collège de Rito, souhaitant prendre des leçons de drague auprès de notre héros, qu'il prend pour un tombeur. Mais surtout, notons l'arrivée sur Terre du père de Lala, dont la mentalité (perverse, cela va de soi) et le physique sont pour le moins particuliers pour un roi de la galaxie. Enfin, cela fait à présent un an que Lala vit sur Terre, et la jolie princesse extraterrestre affirme plus que jamais son amour pour Rito, qu'elle est toujours aussi décidée à conquérir.
Tous ces évènements auraient dû relancer l'histoire... Je dis bien "auraient dû", car il n'en est rien. Malgré tout ces "rebondissements", le scénario reste au point mort. Au lieu de faire évoluer, ne serait-ce qu'un peu, la situation entre les divers protagonistes, Saki Asemi et Kentaro Yabuki se contentent de réaffirmer l'amour de Lala pour Rito et d'accumuler à nouveau des scènes bourrées de fan-service, qui n'ont pas d'autre but que de nous montrer des culottes, des poitrines et des demoiselles dans des positions compromettantes. Alors, certes, de ce point de vue là, le coup de crayon de Yabuki fait toujours des merveilles, mais la lassitude commence à pointer le bout de son nez.
Si, pour le moment, To love reste plaisant à suivre et s'en sort largement mieux que la moyenne dans son genre, de plus en plus de doutes apparaissent quant à l'intérêt des prochains volumes.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10219
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: To Love

Message non lu par Koiwai » 28 oct. 2009, 20:09

Tome 7:

Quasiment la moitié de ce volume est occupée par une histoire reprenant le coup classique de la maison hantée sans y apporter le moindre soupçon d'originalité. Notons également d'autres chapitres fortement propices à l'habituel fan-service, comme une séance d'essayage de vêtements terriens pour Ombre Dorée, ou encore l'accueil particulier que Rito, Lala et Mikan réservent chez eux au professeur de cette dernière.
Enfin, ce volume voit également apparaître, le temps d'un chapitre, la mère de Rito et Mikan (qui a elle aussi des tendances un peu vicieuses, cela va de soi), voit Saki Tenjoin tomber amoureuse d'un bel inconnu... que le lecteur connaît déjà, et s'intéresse, dans son premier chapitre, à Haruna, lorsque Rito, poussé par le nouveau venu du volume précédent, se voit obligé de lui demander si elle est amoureuse... On espérait que ces trois évènements parviennent à décanter un peu l'histoire, mais au contraire, ils ne font que ressortir encore plus les défauts du titre. Car au final, les trois passages en question ne servent à rien. La mère de Rito et Mikan disparaît aussi vite qu'elle est apparue. Quant aux deux autres passages, les auteurs choisissent de les mettre en suspens juste au moment où ils pourraient devenir intéressants. Ce n'est pas la première fois qu'ils nous font le coup...

Ce septième volume exploite plus que jamais des ficelles complètement usées (une fois de plus), met en retrait les quelques bonnes idées de la série (comme les inventions farfelues de Lala), ne fait pas avancer d'un pouce l'histoire (une fois de plus), et quand des évènements apparaissent pour la relancer, les auteurs semblent ne pas vouloir aller au bout de leur idée... Si bien qu'au final, To Love tourne de plus en plus en rond et se contente plus que jamais de nous offrir une avalanche de fan-service, certes toujours aussi bien mis en valeur par les dessins de Kentaro Yabuki. Mais même sur ce point, on se lasse... Avons-nous ici le véritable début de la déchéance du manga ?
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10219
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: To Love

Message non lu par Koiwai » 19 déc. 2009, 16:19

Tome 8:

Un moment passé dans une fête estivale, Haruna possédée par le fantôme d'Ochizu, Run tentant de jouer des mauvais tours à Lala, nos héros se retrouvant coincés sur une île déserte sur une autre planète... Autant d'histoires indépendantes qui ne présentent pas le moindre soupçon d'originalité, ne voient pas les personnages évoluer d'un seul pouce, et qui nous confirment que oui, To Love tourne désespérément en rond et peine à se renouveler, les auteurs se contentant une fois de plus d'accumuler les clichés pour inonder leur titre de fan-service. Et on a à présent bien du mal à trouver un autre intérêt au titre que le fan-service, justement, ce qui est somme toute très maigre. En guise de consolation, on pourra se dire que ce point est toujours aussi bien mis en valeur par les dessins précis et expressifs de Kentaro Yabuki. Et si l'on veut à tout prix tenter de trouver d'autres qualités au titre, on pourra signaler que la personnalité trop sérieuse de la dernière arrivée, Yui, continue de rendre le récit plus plaisant, ainsi que le petit retour des inventions de Lala même s'il n'y a rien de bien novateur sur ce point, et aussi que le passage sur l'île déserte nous permet de voir vaguement une Haruna plus courageuse qu'il n'y paraît... Vaguement.

Globalement, ce huitième volume continue d'enfoncer petit à petit la série dans la médiocrité. To Love tourne en rond, et les auteurs ne semblent pas décidés à changer leur recette... Quand on sait qu'il reste encore 10 tomes, on craint le pire.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10219
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: To Love

Message non lu par Koiwai » 19 févr. 2010, 00:09

Tome 9:

La recette de To Love ne change pas d'un gramme: au programme de ce neuvième volume, encore des histoires indépendantes de un ou deux chapitres laissant à nouveau la part belle à un fan service parfaitement servi par le coup de crayon de Kentaro Yabuki.
Toutefois, le tome ici présent s'avère un peu plus sympathique que ses deux prédécesseurs, et cela est principalement dû au fait que tous les principaux personnages féminins rencontrés depuis le début de la série y sont présents, et que chacune de ces jolies demoiselles a droit à son moment.

Ainsi, lorsque Run et Saki uniront leur force pour tenter de jouer un tour à leur rivale Lala, leur piège se retournera contre elles et elles décideront d'embaucher Ombre Dorée pour lui donner une bonne leçon. Un face à face a lieu entre la tueuse à gages et la princesse de Deviluke, qui, toute insouciante qu'elle est, voit ça comme un jeu...
Puis c'est au tour de Mikan, la petite soeur de Rito, d'être sur le devant de la scène. Notre héros, s'apercevant qu'elle est d'humeur maussade et prenant conscience qu'il l'a négligée ces derniers temps, décide de passer la journée à se promener avec elle. Un sympathique passage qui permet de remettre un peu en avant un personnage qui a tendance à être un peu effacé par rapport aux autres.
Dans le chapitre suivant, on retrouve une Yui toujours aussi décidée à faire régner la bonne morale dans l'école, et qui met en place un système de réglementation à points tout à fait ridicule. Si, comme savent si bien le faire les auteurs, le chapitre se termine alors même que la suite aurait pu proposer quelque chose d'intéressant, il a le mérite de laisser entrevoir d'éventuels sentiments de la déléguée de classe pour notre héros. Rien d'inattendu, donc, n'oublions que nous avons affaire à un manga harem.
Puis c'est le fantôme Oshizu qui revient sur le devant de la scène, celle-ci souhaitant faciliter une déclaration entre Haruna et Rito. mais comme toujours, Rito et Haruna n'arrivent pas à franchir le pas... Quand on vous dit que rien ne change...
Dans les deux chapitres qui suivent, Lala, Haruna, Ombre Dorée, Mikan et Rito passent ensemble une soirée sukiyaki, lorsque Lala proposent aux deux invitées de rester dormir. Après un bain mouvementé (on vous laisse deviner pourquoi...), l'heure de se coucher arrive, mais lorsqu'ils entendent ce qu'ils pensent être un voleur, Haruna et Rito se cachent ensemble dans un endroit pour le moins étroit...
Quant à la fin du tome, c'est au professeur Mikado qu'elle s'intéresse, celle-ci devant faire face à des extra-terrestres sans scrupules ennemis de Deviluke, voulant engager la belle infirmière dans leurs rangs par n'importe quel moyen, y compris en prenant en otage Haruna et Yui...

Une nouvelle fois, il n'y a donc rien de spécialement original dans ce qui nous est proposé, et comme toujours, chaque chapitre se finit brutalement sur une note d'humour avant de laisser place à la suite, mais il faut avouer qu'il est sympathique de voir quasiment tous les principaux personnages avoir un beau rôle dans un même tome, mais aussi de voir que les inventions farfelues de Lala ne sont pas oubliées, mêmes si elles en reviennent toujours à la même chose. Enfin, notons un petit plus qui fait également la différence par rapport aux quelques précédents tomes: l'espace de quelques cases, certaines héroïnes se dévoilent (au niveau de leur psychologie, pour une fois) un peu plus. Ainsi, tandis que Mikan montre un peu de mélancolie en se remémorant le passé, et qu'Ombre Dorée semble voir ses pouvoirs comme un handicap, Haruna avoue que c'est l'amitié qu'elle a pour Lala qui l'empêche de se déclarer à Rito. Tout ceci est largement survolé, mais a le mérite d'être présent.

Meilleur que les tomes 7 et 8, ce neuvième opus de To Love parvient à regrouper plus ou moins les éléments qui faisaient le charme des premiers volumes de la série, le capital sympathie des débuts en moins. Preuve que la série peut encore nous réserver quelques bons moments.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10219
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: To Love

Message non lu par Koiwai » 03 mai 2010, 00:18

Tome 10:

Au programme de ce dixième volume de To Love, un Rito transformé en véritable dragueur suite à l'absorption d'un médicament d'une autre planète, une Lala tentant de se rapprocher de lui en suivant à la lettre les instructions d'un guide pratique pour séduire les hommes, une Saki tentant toujours en vain de séduire Zastin, une Run essayant toujours en vain d'humilier Lala, une fête du sport propice à un rapprochement entre notre héros et Haruna (rapprochement qui se révèlera finalement inexistant, comme toujours), une Yui de plus en plus intriguée par Rito, et une Ombre Dorée en danger aux bains publics face à des chasseurs de primes plus pervers qu'autre chose... Une nouvelle fois, nous avons donc là un volume qui voit la majorité des personnages mis en avant les uns après les autres, mais qui ne voit pas pour autant la moindre parcelle d'évolution, chaque chapitre se finissant une nouvelle fois en queue de poisson, comme toujours.

De plus, une question nous titille, arrivés à ce dixième tome: quid des extra-terrestres censés débarquer régulièrement sur Terre pour tenter de conquérir Lala en éliminant Rito ? Présenté au départ comme l'un des principaux éléments du scénario, ce point est à présent totalement absent, et ce depuis plusieurs tomes. Preuve que les auteurs n'ont que faire de leur semblant d'histoire et préfèrent se contenter de continuer à enchaîner les chapitres indépendants bourrés de fan-service. Un peu, ça va, mais au bout de dix tomes, voir que l'on tourne totalement en rond commence sérieusement à agacer, encore plus lorsque Saki Hasemi, la scénariste, avoue elle-même avoir du mal à trouver des idées...

Quoiqu'il en soit, ce dixième volume marque tout de même quelques points, avec un travail un peu plus poussé sur les raisons poussant Rin et Aya à être si attachées et fidèles envers Saki, la brève apparition, à peine exploitée, du grand frère de Yui, et la lente ouverture d'Ombre Dorée au sens du mot "amitié" au contact de Mikan.

To Love tourne plus que jamais en rond, c'est un fait, et si ce dixième tome parvient encore à se faire plaisant dans une moindre mesure, on émet de plus en plus de craintes quant à la suite.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10219
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: To Love

Message non lu par Koiwai » 07 juil. 2010, 14:19

Tome 11:

La première moitié de ce volume ne change pas la donne de la série. Au programme, une Oshizu se retrouvant dotée d'un nouveau corps humain (ou presque), une chasse à la méduse copieuse qui a tendance à faire de nos héroïnes de véritables débauchées, et le retour d'un Zastin toujours bien décidé à protéger Lala avec sa maladresse habituelle, le tout n'étant toujours qu'un prétexte pour mettre nos jeunes héroïnes dans des positions indécentes ou pour les revêtir de vêtements ô combien sexy, ce que réalise à merveille Kentaro Yabuki.
La deuxième moitié du tome, sans surprises, poursuit la série dans cette direction, mais cette fois-ci, les auteurs ont la bonne idée de nous proposer une histoire plus longue que la normale (elle n'est guère terminée à la fin de ce volume), dans laquelle Rito et sa bande se retrouvent catapultés dans un monde basé sur les règles d'un RPG, et au sein duquel ils devront faire face à une petite sorcière un brin vicieuse pour sauver une princesse... qui n'est autre que Lala ! Les règles du RPG, utilisées de manière simple mais cohérente, apportent un petit (tout petit) vent de fraîcheur dans la série, et permettent enfin d'amorcer un semblant d'évolution dans la relation entre Rito et Lala: pour vaincre la sorcière, notre héros se voit contraint de déclarer son amour à la princesse extraterrestre... Cela aura-t-il un influence sur la suite du manga ? On en doute fortement au vu de la manière dont est amenée la chose, mais on ne demande qu'à être surpris. Enfin, la fin du tome voit apparaître deux nouveaux personnages que l'on a plutôt hâte de découvrir.

Continuant d'accumuler sans surprises les scènes où les jeunes demoiselles se retrouvent vêtues d'habits sexy ou sont simplement dévêtues, ce onzième tome évite la note en dessous de 10 grâce à une deuxième partie de volume qui laisse place à une histoire plus longue que la normale, sympathique mais sans véritable originalité. En attendant de voir si la suite continuera de maintenir ce minimum syndical qui permet à la série de rester tout juste sympathique.
Image

Répondre