Sayonara Monsieur Désespoir

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
ney
Messages : 81
Enregistré le : 11 juil. 2008, 01:54

Re: Sayonara Monsieur Désespoir

Message non lu par ney » 25 mai 2009, 14:09

c'est qu'il y a systématiquement une case qui énumère les "exemples" de la situation qui pourraient être traités, comme si l'auteur disait "regardez, j'en ai encore sous le coude" !
Ou juste qu'il applique sa critique sur plusieurs faits de sociétés au lieu de se limiter à un seul exemple ( qui serait contredit aussitôt par Fuuka )
Sans compter qu'encore une fois les exemples abordés font souvent références à des faits ou des stars de l'archipel nippon, et donc on doit revenir au lexique
La faute à l'auteur ? Non.Pika a fait le pari de sortir cet ovni en dehors des contrées japonaises , c'est donc normal dans un sens de faire des aller-retour au lexique.On pourrait regretter juste que le lexique est trop succinct.
Peu de nouveaux personages présentés ici, l'auteur essaie surtout de jongler entre les divers protagonistes du premier tome. Le problème vient quand on commence à les confondre, surtout que le trait minimaliste de l'auteur n'arrange rien (tout se joue à la coupe de cheveux en gros).
Il en manque environ 5-6 à présenter mais il n'y a aucun intêret à les introduire maintenant.Par contre , je ne suis pas vraiment d'accord avec toi , il est facile de les reconnaitre notamment en fonction de leur mimique.Bon ok , le style graphique n'égale pas celui de Clamp mais il reste plutôt intéressant et surtout beaucoup plus frais que les shonens/seinens classiques qu'on se tape depuis des années.

Otaku62
Messages : 1256
Enregistré le : 01 mars 2009, 14:48

Re: Sayonara Monsieur Désespoir

Message non lu par Otaku62 » 28 mai 2009, 10:24

voL.2:Alors pour moi,j'ai de nouveau aimé.j'ai bien aimé les références à dragon ball et touch.notamment le message sur l'arbre de seconde vie:"faites que je gagne contre Goku dans une autre vie.Vegeta." :lol: Le chapitre sur Perry avec sa manie d'ouvrir tout ce qu'il trouve était quand même hilarant... :lol:
le chapitre sur la concierge est aussi énorme vu qu'elle connaît tout sur tout mais les secrets de l'univers... :lol: :lol:
La découverte de la famille de Nozomu était aussi un grand moment.Bref pour l'instant je continue les aventures de notre monsieur désespoir...
Le seul bémol étant le lexique qui a beaucoup grossit.dommage que pika n'est pas soit adapté les références japonaises soit avoir mis un petit lexique à chaque fin de chapitre.Mais cela ne m'a pas gâché mon plaisir pour autant...

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Sayonara Monsieur Désespoir

Message non lu par Wang Tianjun » 10 juil. 2009, 16:45

Tome 3 :
Après une ultime épreuve d’écoeurement pour clôturer le séjour chez la famille Itoshiki, le professeur et son groupe d’élèves toujours aussi déjantés reviennent au lycée, où les évènements s’enchainent, entre la fête culturelle et la préparation d’un voyage scolaire à Kyoto… La classe n’a jamais été aussi active, mais bien entendu, les choses vont prendre un tour inattendu !

Dans ce troisième tome, l’auteur commence à diversifier les situations, en nous invitant à découvrir quelques coutumes japonaises au fil des saisons, comme les festivités automnales ou l’arrivée de l’hiver. Deux nouveaux élèves nous sont également présentés : un adulte "pistonné" reprenant ses études ainsi qu’un rat de bibliothèque, excellent «conteur d’histoire » qui apporte un peu de vie dans cette classe.
Il est cependant dommage que le fil narratif soit toujours le même, à savoir des variations énumératives d’exemples autour d’un même thème, rendant parfois la lecture assez redondante. Le tout peut devenir indigeste lorsque les références japonaises se multiplient, et ce malgré un lexique de référence plutôt bien fourni par Pika, comme à l’accoutumée.
Dans les bonus de fin, soulignons toutefois la présence d’une rubrique « courrier des lecteurs » originalement mise en scène par l’auteur, sans compter que les questions sélectionnées ne sont pas forcément des plus sympathiques pour lui !

Toujours aussi déroutante, la série garde son style et son humour véritablement inclassables, sans jamais essayer de se remettre en question. Les fans de la première heure seront servis, tandis que les autres auront toujours du mal à accrocher à ce manga atypique.
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Gwen
Messages : 303
Enregistré le : 20 nov. 2007, 17:21
Localisation : Naoned

Re: Sayonara Monsieur Désespoir

Message non lu par Gwen » 10 juil. 2009, 20:56

1er tome testé et approuvé! Moi qui adore tout ce qui est cynique, je n'ai pas été déçu et je me suis vraiment marré! Par contre, pas évident de tout suivre vu que c'est très réferenciel à la culture japonaise. Heureusement que le lexique est là. En tout cas, le prof dépressif qui provoque le contraire de ce qu'il souhaite et fini malgré lui en héros, c'est plutôt pas mal.

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Sayonara Monsieur Désespoir

Message non lu par Wang Tianjun » 30 sept. 2009, 20:29

Sayonara Monsieur Désespoir 4

Les oubliés des fêtes d’anniversaires, les espaces vides, les déchets… Ce quatrième opus des aventures du héros le plus désespérant de la sphère manga semble se focaliser sur la voie des laissés pour comptes. Parfois, des anecdotes insignifiantes (comme les gens nés un 4 novembre, et donc conçus le jour de Noel), pourront donner lieu a des extrapolations farfelues dont l’auteur a le secret. Oui mais voilà, les délires sont vraiment de plus en plus difficiles à suivre.

Certes, on peut apprécier le recul qu’à l’auteur sur la série, critiquant même ouvertement le système d’édition japonais, les diverses sociétés en prenant pour leur grade, ou jouant avec la structure même du manga. Par exemple, une double page presque vide ou le héros parle des espaces perdus et inutilisables de ce monde ! Oui mais voilà, trop vouloir faire des « privates jokes », le lecteur est de plus en plus perdu… surtout quand il s’agit d’un occidental moyen peu au fait de la culture japonaise ! Les références sont toujours aussi nombreuses, et à défaut d’avoir passé 10 ans sur l’archipel nippon, il faudra une nouvelle fois revenir au lexique très souvent pour tout comprendre. Lexique qui est d’ailleurs toujours aussi fourni, cependant… à quoi sert de référencer par numéros de page, lorsque cette même numérotation n’est seulement présente que sur 11 pages parmi les 144 qui composent le récit ? Vu le nombre d’allers-retours au lexique, espérons que Pika corrige le tir pour les prochains opus, car on est suffisamment perdus comme ça !

Une nouvelle fois, on ne change pas une équipe qui gagne, et la structure narrative est toujours la même. Malheureusement, la plupart des moments humoristiques passent à la trappe, à cause du clivage entre les deux cultures, et les références intraduisibles. Or, dans le comique de répétition, si l’on enlève le « comique », il ne reste que la « répétition »… Ainsi, si vous n’avez pas ri lors de la lecture des précédents tomes, vous ne rirez pas non plus ici, et serez gagné par la lassitude, voire l’assoupissement... Sayonara Monsieur Désespoir, mais Bonjour l’Ennui ! En revanche, pour terminer sur une note positive, le manga saura ravir ses fidèles admirateurs, ainsi que ceux qui auraient soif d’une connaissance japonaise poussée jusqu’au moindre détail. A vous de juger !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Sayonara Monsieur Désespoir

Message non lu par Wang Tianjun » 20 nov. 2009, 19:44

Sayonara Monsieur Désespoir 5

Les mensonges bienfaisants, la désintoxication des défauts par une source thermale, la prévention de catastrophes, ou le dégel de situations désespérées… Une fois n’est pas coutume, ce cinquième opus des aventures d’Itoshiki Nozomu, alias le professeur Désespoir, sont empreintes d’un certain positivisme ! Y aurait-il une petite lueur d’espoir au bout du tunnel ?

Je dois bien avouer qu’il m’est de plus en plus difficile de critiquer cette série sans sombrer dans la redondance, tant cette dernière use de ce stratagème routinier et usant. En effet, la recette consiste toujours à tourner autour d’un thème pendant un chapitre, à l’essorer au maximum, et à passer au suivant sans autre forme de procès. Et pourtant, alors que je pensais plonger une nouvelle fois dans l’ennui et la somnolence… j’ai ri ! Ce tome a quelque chose d’un peu plus plaisant que les précédents, sans pouvoir mettre véritablement le doigt dessus. Est-ce parce que les références à la culture nippone sont moins nombreuses qu’à l’accoutumé ? Le lexique parait plus léger qu’à l’accoutumé. Chose nouvelle, des références sur des stars internationales, plus accessibles pour les pauvres occidentaux que nous sommes, apparaissent dans ce tome. Et on sera même surpris d’y voir évoquée… la rivalité entre Sarkozy et Chirac ! Les traducteurs auraient-ils fait un effort inespéré pour oser des références compréhensibles, ou bien les liens entre nos deux derniers présidents dépassent à ce point les frontières ? Mystère…

Mais l’autre point fort du volume est de voir apparaître les personnages dans un contre-emploi des plus absolus, alors que depuis le temps on a appris à les connaître dans leurs registres distincts. D’autres personnages font leur apparition, la famille d’Itoshiki s’agrandit… mais il devient difficile de s’y retrouver devant cette surpopulation, d’autant que le style minimaliste de l’auteur n’arrange pas grand-chose.

Bref, le tome apporte quelque chose d’intéressant, de plaisant, sans non plus révolutionner la série, qui subira surtout l’inégalité de l’appréciation indépendante de chaque épisode. Quant à l’adaptation, elle hésite entre références en fin de tome ou sous les cases. Quelques coquilles laissent également penser que les traducteurs se mélangent un peu les pinceaux… mais il y a de quoi !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Sayonara Monsieur Désespoir

Message non lu par Wang Tianjun » 30 janv. 2010, 18:06

Sayonara Monsieur Désespoir 6

Le professeur le plus désespéré du monde revient pour critiquer de nouveaux travers de notre société, et de notre quotidien. Ici, il est surtout question de réactions de personnes face à un évènement. Certains vont à contre courant, ou se réfugient dans des excuses toutes trouvées, quand ils ne s’exilent pas totalement. D’autres sauront se manifester dans le bon timing, avant d’être en phase terminale, tout en arrivant à profiter du cours du temps ! Vous ne comprenez rien ? C’est normal !

On ne change pas une équipe qui gagne, dit-on. Mais Kohji Kumeta ne souhaite pas en changer tout court, qu’elle gagne ou qu’elle perde, à l’instar de l’équipe de football japonaise, souvent critiquée dans ce tome. Si l’on se recadre dans l’esprit de la dernière coupe du monde, cet acharnement est assez justifié. Profitons-en, pour une fois que l’on peut comprendre les références de l’auteur, sans passer par l’épreuve du lexique ! Pour le reste, il faudra toujours subir quelques allers et retour incessants. Cependant, leur nombre a tendance à se réduire quand les situations deviennent plus imagées. En effet, le thème de base de chaque chapitre, reposant sur une idée toujours abstraite, est imagé par une allégorie qui permet de concrétiser les choses. Prenons par exemple l’épisode où les excuses classiques pour se sortir de situations pénibles deviennent des issues de secours, ou encore un carrefour où tous les gens atteint du complexe de culpabilité se réunissent.

Les références pointues diminuent, au profit de situations sociales plus classiques, même si la culture nippone comporte de nombreuses divergences. Toutefois l’auteur pêche un peu par redondance dans les idées en tapant toujours sur les mêmes doigts à tour de rôle. Le caractère de ses élèves est également assez effacé dans ce tome. Néanmoins, l’auteur semble avoir pris un certain rythme de croisière et s’y tient. Il ne devrait alors plus décevoir ses premiers fans. Il reste à espérer que l’on ne perde pas au passage l’effet de surprise.
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10224
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sayonara Monsieur Désespoir

Message non lu par Koiwai » 31 janv. 2010, 02:42

Pour ma part, je n'ai pas réussir à tenir pour cette série.
L'excellente surprise du tout début passée, je me suis surpris à m'ennuyer de plus en plus face au schéma très répétitif de tous les chapitres. Après 5 tomes, j'avais déjà l'impression que la série tournait en rond. Je l'aurais sans doute continuée si la série était finie au Japon, mais là... 20 tomes, toujours en cours avec un nouveau volume tous les 2-3 mois, et ce n'est apparemment pas prêt de se finir... Bref, 5 tomes revendus, une série de moins à suivre, ça va faire du bien.
Image

Avatar du membre
Kakunoshin Niitsu
Maître potier
Messages : 548
Enregistré le : 23 sept. 2009, 15:55
Localisation : Aoiya

Re: Sayonara Monsieur Désespoir

Message non lu par Kakunoshin Niitsu » 14 févr. 2010, 23:48

Koiwai a écrit :Pour ma part, je n'ai pas réussir à tenir pour cette série.
L'excellente surprise du tout début passée, je me suis surpris à m'ennuyer de plus en plus face au schéma très répétitif de tous les chapitres. Après 5 tomes, j'avais déjà l'impression que la série tournait en rond.
J'ai tenu 2 volumes... pourtant je ne suis pas hermétique à ce genre d'humour mais n'étant pas très renseigné sur les nombreuses références Japonaise, bon nombres de gags me sont passé au dessus.Les explications en fin de tomes sont louables mais tout ça était trop laborieux pour moi...
Bref dommage pour moi d'autant plus que j'aime beaucoup le style graphique de ce manga.
Image
Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots.

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Sayonara Monsieur Désespoir

Message non lu par Wang Tianjun » 27 avr. 2010, 06:58

Sayonara Monsieur Désespoir 7

Itoshiki Nozomu est toujours à la recherche des petits travers de notre monde : la dépendance aux machines, les priorités à respecter, l'union qui fait la force où les titres de livres qui ne veulent rien dire ! Le voilà même étrangement motivé pour organiser des actions, comme une fête culturo-sportive. Mais tout se passera-t-il comme prévu ?

La recette, vous devez commencer à la connaître, mais comme il n'y a pas grand-chose de nouveau à dire, rappelons-la : le professeur essore un thème défini en début de chapitre, en y trouvant tous les exemples possibles, avant de se faire contredire par l'un de ses élèves, et c'est reparti pour un tour, et ainsi de suite... jusqu'à ce que l'auteur se rende compte qu'il a atteint la fin de l'épisode, et qu'il doit alors pondre une chute, tombant généralement à plat. Si nous n'avons pas eu de surprises sur les tomes précédents sur la structure narrative, nous n'en aurons pas non plus ici ! Mais la série s'arme également d'une nouvelle redondance, autour des sujets employés ! En effet, à bien regarder, les thèmes abordés tournent généralement autour du désordre du monde, des choses qui ne sont pas à leur place,... et le professeur décide de remettre de l'ordre. Un complexe maniaque qui fait parfois passer son élève Kitsu Chiri, spécialiste du genre, pour une petite joueuse. Et ainsi, il n'est pas rare de la voir arriver en fin de chapitre pour apporter son extrémisme. L'effet de surprise frôle le néant.

Si certaines idées peuvent sembler amusante, elles sont rapidement plombés par l'accumulation d'exemples japonais. Prenons le cas des livres dont le professeur veut changer les titres : l'auteur n'a pris quasiment que des ouvrages nippons ! Pour esquisser un sourire, il faudrait donc avoir lu tous ces ouvrages... et on se demande toujours ce qui a pris à Pika d'éditer ce titre intraduisible chez nous. Au final, il faut se rabattre sur les bonus de fin pour trouver quelque chose d'accrocheur !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Répondre