Koko

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9883
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Koko

Message non lu par Koiwai » 27 mars 2010, 23:26

Koko
Image
La fiche sur Manga-news


Après les excellents Le Pays des Cerisiers et Pour Sanpei dans la collection Made In de Kana, c'est aux éditions Glénat que nous revient en France la talentueuse Fumiyo Kono, avec Koko, one-shot inaugurant, en compagnie du Heidi de Yumiko Igarashi, la toute nouvelle collection Kids de l'éditeur grenoblois, dédiée au plus jeune public.

Koko, c'est le nom que décide de donner la jeune Yayoï, 10 ans, au coq qu'elle rencontre un jour par hasard et qu'elle décide d'adopter. Mais la petite fille va vite découvrir qu'élever un coq n'est pas de tout repos !

L'ouvrage se découpe en 17 chapitres d'une longueur tournant toujours autour de la dizaine de pages. Pendant chacune de ces petites histoires, la mangaka développe un petit récit de vie quotidienne somme toute assez normale pour une enfant de 10 ans... à ceci près que ce cher Koko y sème régulièrement le désordre. Ainsi, les célèbres cocoricos assourdissants du matin, les coups de bec, le gigantesque appétit de l'animal, tout ceci agrémenté du sale caractère de Koko, sont autant d'éléments qui viennent apporter une forte touche humoristique à l'oeuvre. Un humour bien servi par le style de l'auteur. On connaissait le style de Fumiyo Kono sur des titres aux fonds assez mâtures, on la découvre ici dans une trame plus enfantine qu'elle maîtrise plutôt bien. Il faut dire que son trait enfantin et expressif se prête bien à l'exercice: le style graphique rend la petite héroïne attachante, et le côté colérique du coq ressort fort bien.

Mais Kono ne s'arrête bien évidemment pas à l'humour: comme dit plus haut, l'aspect tranche de vie est ici omniprésent et ressort bien, avec la douceur que l'on connaît déjà chez l'auteure. Ainsi, au détour d'instants paisibles où, par exemple, Yayoi construit une maison pour Koko avec son père, décide de garder des larves destinées à devenir de ravissantes libellules ou se met à rédiger un devoir d'école sur les coqs, le petit monde de l'enfant et du coq s'enrichit petit à petit, et quelques personnages secondaires apparaissent, à l'image de l'amusante Chikura, camarade de classe de notre héroïne et rapporteuse de premier ordre, ou de la grande soeur de Yayoï.

Finalement, le seul vrai problème qui pourrait se poser dans Koko, c'est la grande brièveté des chapitres, et ceux-ci se voulant plus ou moins indépendants, Kono ne peut pas se permettre de développer dans le détail l'univers qu'elle met en place. Mais n'oublions pas que le titre est destiné avant tout aux plus jeunes, et à ce titre, le format se révèle idéal: quoi de mieux, quand on apprend à lire, que de s'exercer sur des petites histoires courtes fraîches et amusantes ?

Au final, Koko inaugure de plutôt bonne manière la collection Kids de Glénat. Sympathique à suivre pour des adultes n'étant pas allergiques aux récits enfantins, l'oeuvre est intelligemment conçue pour plaire aux plus jeunes. Reste à voir si ceux-ci se sentiront concernés par l'histoire d'une jeune fille élevant un coq... Ca vaut le coup d'essayer !

Glénat nous offre une édition de bonne facture. Couverture un peu tape-à-l'oeil et pas de jaquette, mais un grand format appréciable, et une conception globale satisfaisante. Seul petit bémol: l'autocollant publicitaire sur la première de couverture, très difficile à retirer sans donner le moindre coup d'ongle dans le livre.
Image

Répondre