Blazer Drive

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6383
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Blazer Drive

Message non lu par Erkael » 27 mars 2010, 23:53

Image
Auteur: Seishi Kishimoto
Nombre de volumes au Japon: 8
Nombre de volumes ne France: 5
Edité en France chez Kurokawa


Après le très controversé Satan 666, Seishi Kishimoto et Kurokawa reviennent main dans la main pour nous proposer la dernière série de l’auteur, toujours en cours actuellement au Japon, à savoir Blazer Drive !

Aucun suspens dans le style du titre, il s’agit bien évidemment d’un shonen ! Et si l’affaire était courue d’avance avant même d’en voir la couleur, la simple vision de la couverture de ce premier tome le confirme très rapidement. Et ce qu’on trouve à l’intérieur du tome nous le rappel avec encore plus de force.

On découvre un univers futuriste où pour lutter contre la pollution, une nouvelle forme d’énergie est apparue : les mystickers ! Tout simplement des stickers que l’on applique sur diverses choses et qui lui confèrent un certain pouvoir, de feu, de glace… Mais il se trouve que certaines personnes peuvent utiliser de toute autre manière ces mystickers : les blazers ! Voilà notre jeune héros, Daichi, embarqué dans une histoire qui le dépasse totalement.

Le titre commence exactement de la même manière que Satan 666, une « voix off » nous explique ce que sont les mystickers, sans doute la même qui nous avait expliqué ce qu’étaient les o-parts…l’auteur ne souhaitant visiblement pas que les lecteurs découvrent tout cela au fil des événement, il souhaite poser de suite ce qu’il en est. Si le choix est tout à fait louable, on regrette que la narration, et ce dés le début, s’annonce identique à ce qu’on a déjà connu.

Déjà, dés les premiers chapitres, on pourrait faire à Kishimoto les mêmes reproches qu’on lui faisait avec Satan 666 : utilisation sans finesse, sans nuance des clichés du shonen, personnages peu originaux (pas du tout ?), narration approximative et précipitée….
On retrouve donc un héros sur de lui mais qui cache en lui une profonde blessure, qui se réfère à un aîné surpuissant (son frère)…tellement puissant qu’il est vaincu en deux temps trois mouvements par un adversaire qui ne semble pas bien dangereux vu ce qu’un novice lui réserve après coup…mais peu importe, on attend déjà le retour triomphant et en grande pompe de ce frère qui disparaît déjà…c’est bon Daichi à une motivation, un objectif à atteindre et un modèle…et tout ça cristallisé sur la seule personne de son frère.
Le terme « mystickers » doit être répéter un nombre incalculable de fois, l’auteur semblant visiblement fier de son concept original qui s’apparente grandement aux cartes de Yu-Gi-Ho déjà inspiré des Stands de Jojo. Mais à l’instar des séries utilisant le même principe (qu’il s’agisse de cartes, d’o-parts, de fruits du démon, de dark bring, de nen…ou de stickers, le principe reste le même) ce genre d’idée permet malgré tout à l’auteur une liberté suffisamment grande pour qu’il puisse s’exprimer pleinement par la suite.

Si le début est d’un classicisme effrayant et presque décourageant, l’auteur commence déjà à ouvrir des pistes, comme si il savait où il voulait aller. On retrouve cet humour qui marche une fois sur deux, un humour entre comique et ridicule. Et on regrette aussi le ridicule de certaines situations…bref un début assez maladroit.
Les personnages sont assez réussis dans l’ensemble, mais on a là aussi l’impression de tous les avoir déjà vu auparavant. Après tout, on ne peut pas reprocher à l’auteur d’être fidèle à son style graphique, des grands auteurs tels que Hojo, Hara, Kurumada et tant d’autres font aussi des personnages qui se ressemblent d’un titre à l’autre.

Justement, puisqu’on parle du graphisme, on reconnaît immédiatement le trait de la famille Kishimoto (est il besoin de rappeler que Seishi est le frère de Masashi, l’auteur de la série du plus célèbre ninja en pyjama orange ?). Donc dés ce premier tome, l’auteur nous propose un graphisme réussi et une mise en scène dynamique (mais parfois un peu bancale).

On trouve en fin de tome, l’histoire qui a précédé la création du titre, possédant points communs et différences, ce genre de chose est toujours très sympathique à lire pour savourer l’évolution de la création d’une histoire.

Un premier tome qui ne séduit pas plus que ça, on en sort assez sceptique, mais ce n’est aussi qu’un premier tome, peut être la suite sera t’elle meilleure. Doit on se baser sur Satan 666 ? Le début était léger, mais la série avait connue une nette amélioration (mais une fin baclée)…On sait l’auteur capable de mieux que ça, même si on attend encore qu’il nous prouve qu’il peut encore faire mieux…peut être cela viendra t-il avec cette Blazer Drive ?
Les plus jeunes apprécieront forcément, mais les habitués des shonens risquent de na pas être emballé du tout.
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9864
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Blazer Drive

Message non lu par Koiwai » 28 mars 2010, 00:20

Par curiosité, j'ai lu le début... Je n'irai pas plus loin tant j'ai été rebuté par ce que j'ai lu. L'auteur introduit son histoire en rabâchant les mêmes choses comme si ses lecteurs étaient des neuneus, ça débute de manière complètement conventionnelle, les ficelles du scénario sont présentées de manière totalement insipide, les dialogues rivalisent de médiocrité (le coup de la mère à la kermesse ou un truc du genre, c'est censé être de l'humour ?), les dessins que je trouve sans âme, sans personnalité, sont à l'opposé de ce que j'aime... Pour ne rien arranger, les mots de l'auteur sur les encoches des tomes sont affligeants, à se demander quel âge il a...
Complètement abrutissant. Une lecture de nouveauté ne m'avait pas paru aussi minable depuis le tome 1 de Ha-Gun.

A mon avis, à réserver à un très très jeune public, à un public débutant, ou un un public aimant lire du largement déjà-vu tant le tout manque d'originalité (et encore, il y a bien plus sympathique dans le genre).
Image

Otaku62
Messages : 1256
Enregistré le : 01 mars 2009, 14:48

Re: Blazer Drive

Message non lu par Otaku62 » 29 mars 2010, 16:40

Tout à fait d'accord avec Koiwai.J'avais fini Satan666 du même auteur avec beaucoup de mal mais qui avait quand même un certains charmes.Cela étant peut être du au fait que c'était la première œuvre de l'auteur...Le dessin était bon mais le scénario a été en dents de scie tout du long...
Là où Satan666 pouvait attirer dans son sillage les nostalgiques de Dragon Ball,ce manga ne s'adresse pas du tout à la même cible de lecteurs.Je réserverais ce manga plutôt à des jeunes garçons entre 10 et 14 ans que ceux qui ont déjà des années de lectures de mangas derrière eux...

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6383
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Blazer Drive

Message non lu par Erkael » 30 mars 2010, 00:30

Vol 2: Après une entame laissant perplexe sur la qualité du titre, le second volume reste dans la même veine, reproduisant les mêmes maladresses et avec les mêmes qualités !

On commence par ces dernières (cela ira peut être plus vite) : le dessin est toujours aussi réussi, certains pourraient le trouver manquant de personnalité, mais on reconnaît la touche Kishimoto (l’un ou l’autre d’ailleurs), et l’auteur a visiblement fait un effort sur le design des personnages…c’était déjà le cas dans Satan 666, même si ils apparaissent clichés, il n’en reste pas moins réussis visuellement.
Ensuite on a droit à pas mal d’action, et celle ci est plutôt réussie, lisible et dynamique. Et déjà l’auteur nous lance dans une aventure qui pourrait l’occuper un bon moment, il commence à placer ses pions en présentant une organisation dont l’un des cinq piliers apparaît déjà…

Mais tout ceci peut aussi apparaître comme des défauts : cela va trop vite, alors que l’auteur aurait pu développer un peu son univers, pour éviter des comparaisons obligatoires avec d’autres titres, il se jette de suite dans l’action sans s’attarder sur les personnages, sans développer plus que ça leurs capacités…il semble vouloir, en moins de deux tomes, nous présenter un organigramme complexe de deux organisations rivales.
Ensuite si le design des personnages est réussi, ils n’en restent pas moins terriblement clichés : un nouvel allié apparaît, et bien évidemment l’auteur ne nous épargne pas la rivalité poussive et ridicule entre lui et son héros…sans parler du fait que physiquement ils soient tous deux beaucoup trop ressemblant.
Ajoutez à cela d’autre clichés du genre, un manque de profondeur (c’est peut être destiné à changer) faisant qu’on a l’impression d’assister à un duel tiré de Yu-Gi-Ho, et surtout un humour pipi-caca absolument ridicule (et le pire c’est que l’auteur insiste lourdement avec ça dans les pages bonus…là ça tient de la perversion !)…tout cela tant à réduire ce titre à un manga destiné aux plus jeunes…alors qu’à priori ce n’était pas le but à l’origine !

Si vous rajoutez des coquilles de l’éditeur, qui pourtant dans l’ensemble fait du bon travail, on sort du tome, loin d’être rassuré, encore plus perplexe.
Ce titre nous fera t’il la surprise comme pour Rave de se dévoiler avec le temps ou restera t’il dans les profondeurs du genre ? Il est difficile de répondre pour un shonen étant donné que le style veut que souvent les séries soient longues…encore faut-il que le public suive !

Un mieux mais ce n’est pas encore ça
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
EdenA
Messages : 73
Enregistré le : 09 janv. 2008, 19:10

Re: Blazer Drive

Message non lu par EdenA » 31 mars 2010, 22:34

En l'état très mauvais, et cristallisant tout les défauts de notre ami, avec un vaste recyclage des poncifs du shonen, qu'on a juste 42.235, cela en devient insupportable. Mais aussi de l'auto-recyclage, reprenant le concept d'à peu près tout les persos lui ayant plu dans 666 Satan, et ratant les quelques (rares, très rares) autres. Type la supérieure du héros, une hérésie en terme de charac-design, tellement elle semble peu recherchée.
Et pour couronner le tout, les planches de recherches des personnages apparaissant en fin de volumes montrent qu'il s'est plus préoccupé des bestioles débiles apparaissant trois secondes que de ses héros, clichés sur patte du mauvais shônen, encore une fois, et de ses productions passées (et ça c'est insupportable et constant, même dans le tome 2 !). Je passerais également l'histoire sous silence, avec son groupuscule de méchants, les motifs habituels, le minable background développé et certains cadrages et enchaînements de séquences ou de plans réellement foireux, ou simplement peu compréhensibles.
Déplorable, un sacré retour en arrière après un 666 Satan passable, et par moment plus sympathique.

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6383
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Blazer Drive

Message non lu par Erkael » 20 mai 2010, 01:02

Vol 3: Alors que les deux premiers tomes n’étaient pas réellement convaincants, le troisième ne vas pas venir faire changer d’avis les détracteurs…

Si d’un coté on a une petite avancée du scénario (qui se limite en fait à mettre en place de nombreux combats dont on ignore encore le sens), avec présentation (en partie) de « l’organisation ennemie » découpée logiquement de façon hiérarchique, dont le premier des cinq piliers apparaît, de l’autre c’est la foire des clichés…mais tellement mal exploités !
C’est malheureusement devenue un passage obligé du shonen d’action : l’entraînement ! Si bien souvent cette phase laborieuse est plus pénible qu’autre chose, ici cela ne sera pas le cas car c’est plié en un chapitre…au moins ça c’est fait ! Mais c’est fait de manière tellement ridicule ! Concrètement nos héros jouent à une version un peu modifié de la gamelle, ça part mal mais après avoir vu un faucon chasser un pauvre petit étourneau, c’est la révélation, et voilà l’entraînement qui devient de l’histoire ancienne…avec ça si on n’a pas des héros beaucoup plus fort qu’avant, j’arrête le shonen !
Faut il parler des personnages qui prodiguent savamment ce brillant entraînement ? Une gamine (avec un pouvoir bien pourri) et un hérisson pervers !! Non vous ne rêvez pas, il s’agit bien d’un hérisson ! Mais pas n’importe quel hérisson puisqu’il s’agit d’un Blazer…tout va bien alors. L’auteur semble se prendre pour Mashima en nous pondant des petites bestioles mignonnes (qui a dit ridicule ?) pour accompagner les héros.

Enfin, c’est bien triste, il faut mentionner le complexe que semble connaître Kishimoto Seishi face à Kishimoto Masashi, auteur de Naruto et accessoirement son jumeau : dans ce volume on trouve un clone de Jiraya le maître pervers de Naruto ressemblant à un acteur de Kabuki), possédant de surcroît les pouvoirs de Shino (contrôle des insectes), ainsi qu’une version trash de Kyubi (le méchant démon renard)…un manque d’originalité flagrant, débouchant sur du recopiage (comme à l’école, quoi de plus normale entre des jumeaux), une mise en scène scénaristique affligeante, et des personnages sans l’ombre d’un début de charisme. Le combat terminant le tome est simplement une plaisanterie, une femme chat aux seins énormes affronte une gamine armée d’une fourchette géante et ce pauvre hérisson incapable de réagir devant cette opulente poitrine…après avoir lu ça, on aura qu’une envie, repartir se plonger dans les affrontements cérébraux de Jojo ou ceux beaucoup plus puissants et symboliques de Ken !
Reste uniquement un dessin maîtrisé, mais là aussi tellement commun.

Rien de positif dans tout ça alors qu’il fallait vraiment redressez la barre !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6383
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Blazer Drive

Message non lu par Erkael » 21 août 2010, 13:51

Vol 4: Après un début loin d’être convaincant l’auteur nous offre ici un tome entièrement accès sur le combat avec pas moins de trois affrontements suivis d’une lutte contre une menace encore plus grande.
Le premier affrontement est de loin le plus ridicule, l’auteur nous propose ici un combat sans grand intérêt avec des pouvoirs pathétiques, des grandes phrases et des motivations qui le sont tout autant avec une issue à avoir honte.
Les deux autres affrontements sont déjà plus intéressants même si ils n’ont rien non plus de transcendant. Si les personnages sont réussis graphiquement, il n’en demeurent pas moins clichés avec des personnalité sans grand intérêt.

Mais au milieu de tout ça, l’auteur arrive malgré tout à faire avancer son histoire : un des cinq leaders de la Kirinkai est vaincu, un autre se présente, on devine déjà le changement de camp d’un des adversaires du moment…
Mais le principal défaut de son auteur reste son manque d’originalité, on a vraiment l’impression qu’il vit dans l’ombre de son frère, la plupart des évènements ayant déjà été vu dans Naruto : sans parler du personnage ressemblant à Jiraya avec les pouvoirs de Shino, l’opposition Daichi / Kaine rappelle beaucoup trop Naruto / Gaara…d’ailleurs Kaine va même jusqu’à rappeler Gaara dans son design…

Cela ne s’arrange pas et on ne se fait toujours pas d’illusion sur l’évolution de cette série.
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6383
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Blazer Drive

Message non lu par Erkael » 23 nov. 2010, 01:15

Vol 5: Après deux premiers tomes très moyens qui ne laissaient présager rien de bon pour la série, et deux autres tomes catastrophiques qui avaient rangé celle ci dans les bas fonds du shonen, ce cinquième tome se lit sans grande conviction…
Mais il apporte quelque chose de rafraîchissant, peut être parce que justement on n’attendait plus grand chose de cette série et de son auteur.

Nos héros, comme leurs adversaires gèrent chacun de leurs cotés l’après combat et Daichi doit faire réparer son mysticker abîmé on ne sait trop comment (futur clé de l’histoire ?). Il va alors à la rencontre d’un guardian légendaire capable de tout réparer.

Après de lourds combats, peut être arrivés un peu trop tôt dans la série, on souffle un peu avec une petite histoire en parallèle de la guerre opposant les guardians à la Kirinkai. L’auteur nous sort les violons pour l’occasion avec une tragédie un peu trop larmoyante pour être crédible, mais qui n’est pas catastrophique non plus. On a droit à de jolis moments entre une mère pleurant son fils disparu et un orphelin qui retrouve une mère de substitution. Cela aurait pu être un moment fort si l’auteur avait été moins maladroit, mais cela reste convenable.
Tout ceci débouche sur une course plutôt mal mise en scène mais qui permet d’introduire un nouveau personnage plutôt réussi graphiquement. Sa personnalité à l’air amusante, mais il est encore un peu tôt pour se prononcer à ce niveau.
On conclut alors cette parenthèse justement par le passage maladroit de l’auteur qui rate son effet…pourquoi venir rajouter de l’humour ici ? Daichi arrive au chevet de sa « nouvelle mère » et se vautre lamentablement ! Merci Kishimoto pour ce pur moment de grande rigolade en plein milieu d’un deuil ! Ça peut ne pas paraître important, mais ce tout petit moment qui pourrait presque passer inaperçu est révélateur de la maladresse de l’auteur (de son manque de talent ?). Réussir à allier un ton dramatique et l’humour est un art que l’auteur ne maîtrise pas ! Qu’il apprenne d’abord à utiliser l’un et l’autre séparément correctement, et après on verra pour les entremêler !

La suite nous replonge dans l’affrontement contre la Kirinkai avec un adversaire surprenant, on s’attendait à retrouver l’homme en costard, mais ce sera un autre. Ici l’affrontement est plutôt bien mené, les quelques retournements de situations, avant et pendant le combat, sont intéressants.
On a l’impression que l’auteur pose les bases d’une future équipe de personnages qui lutteront ensemble par la suite, cela peut s’avérer intéressant…à voir.

Un tome déjà plus sympathique que les deux précédents, mais à ce stade ce sont encore de petits détails qui viennent tout gâcher.
On est encore loin du chef d’œuvre du shonen, mais c’est déjà mieux (en même temps c’était difficile de faire pire)…mais à ce stade de la série, il ne doit plus rester que les inconditionnels, déjà acquis à la cause du titre, qui lisent sans remettre en question ce qu’ils voient.
Mais pourquoi ne pas y croire ? Après tout, Satan 666, la précédente série de l’auteur est montée en puissance avec le temps ; ça c’est plutôt mal terminé…ou plutôt trop vite, mais il y avait de bonnes choses à en tirer.
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Otaku62
Messages : 1256
Enregistré le : 01 mars 2009, 14:48

Re: Blazer Drive

Message non lu par Otaku62 » 23 nov. 2010, 12:49

Erkael a écrit :Mais pourquoi ne pas y croire ? Après tout, Satan 666, la précédente série de l’auteur est montée en puissance avec le temps ; ça c’est plutôt mal terminé…ou plutôt trop vite, mais il y avait de bonnes choses à en tirer.
Franchement, Satan666 avait quand même intrigué dés le départ! Alors qu'ici...

Avatar du membre
Kakunoshin Niitsu
Maître potier
Messages : 548
Enregistré le : 23 sept. 2009, 15:55
Localisation : Aoiya

Re: Blazer Drive

Message non lu par Kakunoshin Niitsu » 23 nov. 2010, 13:42

Otaku62 a écrit :
Erkael a écrit :Mais pourquoi ne pas y croire ? Après tout, Satan 666, la précédente série de l’auteur est montée en puissance avec le temps ; ça c’est plutôt mal terminé…ou plutôt trop vite, mais il y avait de bonnes choses à en tirer.
Franchement, Satan666 avait quand même intrigué dés le départ! Alors qu'ici...
J'avais arrêté le précédent manga de l'auteur après seulement deux volumes.Alors si ce dernier est encore plus mauvais...
Image
Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots.

Répondre