Rinne

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9827
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Rinne

Message non lu par Koiwai » 09 juil. 2010, 22:27

Rinne
Image Image
La fiche sur Manga-news


Tome 1:

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Rumiko Takahashi, la célèbre mangaka auteure d'oeuvres incontournables telles que Maison Ikkoku et Urusei Yatsura/Lamu, ne chôme pas. A peine son Inu Yasha terminé après 56 très longs (trop longs) volumes, qu'elle enchaîne avec une nouvelle série, Rinne, au rythme tout aussi soutenu, puisqu'au Japon, quatre volumes sont déjà parus en à peine un an.

Lorsqu'elle était petite, Sakura Mamiya a disparu dans la forêt située près de la maison de sa grand-mère. Depuis, elle a grandi et est maintenant lycéenne, mais elle a conservé depuis cette disparition un étrange pouvoir: celui de voir les fantômes ! La jeune fille s'est à présent habituée à cet état de fait, même si elle aimerait beaucoup s'en débarrasser. Mais ce ne sera pas encore pour tout de suite, puisqu'elle va se retrouver mêlée aux affaires de Rinne Rokudo, un camarade de classe roux qu'elle n'avait encore jamais rencontré, et qu'elle est la seule à pouvoir voir parmi ses camarades de classe s'il ne revêt pas une veste spéciale... et pour cause: Rinne est un fantôme ! Ou plus précisément, il s'avèrera être une sorte de shinigami, étudiant sans le sou à ses heures perdues, mais avant tout chargé d'amener les âmes récalcitrantes jusqu'à la roue de la réincarnation, où les attend leur prochaine vie.

Un shinigami roux, voilà qui a de quoi rappeler le héros d'un certain shônen fleuve à succès... et pourtant, ne vous y trompez pas: c'est avant tout à Inu Yasha que fait penser ce premier tome de Rinne, qui débute la série un peu de la même manière: une jeune héroïne dotée d'un certain caractère et d'un don particulier se voit immiscée dans la vie d'un garçon mi-humain mi autre chose, dans l'ensemble assez profiteur. Sur ces bases se déroulent quelques petites histoires courtes servant à planter le décor général de la série. Pour le coup, on ne peut vraiment pas dire que Rumiko Takahashi ait cherché à se renouveler.

Et pourtant, la sauce prend assez bien. Le tout se suit sans déplaisir, porté par le style inimitable de Takahashi, par ce coup de crayon un brin désuet mais ne manquant pas de charme, fidèle à lui-même depuis ses origines, et par ce savant mélange de rebondissements, de folklore et d'humour porté par des personnages aux caractères assez marqués. Cela dit, marqués, les protagonistes le sont sans doute un peu moins que dans les autres séries de l'auteure dans ce premier tome.
De plus, pour appâter un peu plus le lecteur, la mangaka a la bonne idée de faire apparaître rapidement des personnages secondaires qui s'annoncent eux aussi sympathiques sans être foncièrement originaux, et de nous offrir quelques révélations dès ce premier tome. On en apprendra notamment plus, dès ce volume, sur le passé de la grand-mère de Rinne, sur les origines de notre shinigami, et sur le fonctionnement de cette fameuse roue de la réincarnation.

Avec ce premier tome de Rinne, les fans de Rumiko Takahashi seront en terrain conquis. La mangaka ne cherche aucunement à se renouveler, ce qui pourra plaire autant que déplaire. La lecture est plutôt sympathique, et c'est bien là l'essentiel, mais on émet d'ores et déjà quelques réserves: à la fin de ce premier volume, aucun fil rouge ne semble destiné à pointer le bout de son nez, et aucun véritable mystère ne vient nous titiller. Dans la façon de narrer les choses, on pense facilement à Inu Yasha, et on espère juste que cette nouvelle série n'en suivra pas le même chemin et que Rumiko Takahashi saura s'arrêter à temps.

Du côté de l'édition, Kazé Manga nous offre un travail convenable: bonne qualité d'impression, traduction correcte malgré quelques petites coquilles, et adaptation satisfaisante.
Image

Avatar du membre
shun
Messages : 918
Enregistré le : 23 sept. 2004, 21:43

Re: Rinne

Message non lu par shun » 09 juil. 2010, 23:04

une énorme déception !!!
l'humour a totalement disparu ou alors il accroche pas, les personnages sont fades, l'histoire est moyenne et s'annonce répétitive mais bon ça, c'est la marque de fabrique de l'auteur.
non franchement y'a rien a sauvé pour l'instant dans ces 2 premiers tomes, là ou inu yasha avait quand même des perso charismatique et un peu d'humour + un background intéressant sur son début, ici c'est vide et ennuyant.
Groupe facebook de vente manga en Belgique : https://www.facebook.com/groups/1024308 ... 6/?fref=ts

Avatar du membre
Kakunoshin Niitsu
Maître potier
Messages : 548
Enregistré le : 23 sept. 2009, 15:55
Localisation : Aoiya

Re: Rinne

Message non lu par Kakunoshin Niitsu » 13 juil. 2010, 21:06

Deux premiers volumes sympathique.L'humour prête à sourire à défaut de prêter à rire.Le personnage de Sakura est encore peu développé et pour l'instant c'est plus une suite d'histoire courte qu'un réel récit avec un fil rouge, mais le tout se laisse bien lire.Rinne étant mon premier Takahashi impossible pour moi de comparer avec ses oeuvres précédentes.J'espère cependant que la suite se révélera plus ambitieuse.
Image
Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots.

Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Re: Rinne

Message non lu par Sorrow » 16 juil. 2010, 11:57

Une petite déception aussi de mon côté, en tant que grand fan de Takahashi.
Je trouve qu'elle a perdu beaucoup du dynamisme de ses histoires, en les délayant inutilement. Je pense notamment à l'histoire de la jeune fille morte dans la piscine, qui aurait gagné à tenir en un seul chapitre, et du combat contre le démon, où j'étais à la limite de l'ennui...
En fait, elle insère tellement d'éléments nouveaux à expliquer et à insérer qu'elle en perd en fluidité. C'était déjà net avec Inu-Yasha, et ça apparait dès le début comme un gros défaut dans Rinne.

Maintenant, on est fan ou on ne l'est pas, j'aime tout de même bien l'ambiance de l'histoire et la narration propre et efficace, certaines mimiques typiques qu'on retrouve dans nombre des personnages de Rumiko T., les personnages en eux-même aussi et je m'amuse à retrouver desquels ils descendent dans la chronologie de ses oeuvres. Je trouve aussi que son trait est plus beau que dans Inu-Yasha (mais je préférais celui d'Urusei Yatsura/Maison Ikkoku malgré tout), plus détaillé et avec beaucoup plus de décors (ce qui faisait cruellement défaut dans sa précédente oeuvre). Et l'humour est malheureusement un rien moins efficace, malgré de bons moments. On est à des années-lumières d'un Urusei ou d'un Ranma, même si il ne s'agit pas du même type de narration.
À voir comment cela évolue, mais je n'attends pas impatiemment la suite, dommage.
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9827
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Rinne

Message non lu par Koiwai » 25 juil. 2010, 22:38

Tome 2:

Le début de ce deuxième volume voit se succéder deux histoires (dont celle commencée à la fin du premier tome) dans lesquelles Rinne, Sakura et Rokumon auront fort à faire pour permettre à deux fantômes de pouvoir enfin partir se réincarner l'esprit serein, sans laisser de regrets derrière eux. On se retrouve donc avec deux courtes intrigues rendues plaisantes par le style inimitable de Rumiko Takahashi, qui exploite de manière simple (voire simpliste) mais distrayante le thème de la mort, en y intégrant, par exemple, quelques nouveaux objets magiques qui seront un des ressorts de l'évolution de ces courtes histoires, mais également de quelques scènes loufoques et absurdes bien trouvées. A ce titre, on reste plutôt conquis après les conclusions de ces deux histoires, qui nous offrent, alors que le sujet semble plus ou moins grave (il s'agit de la mort, après tout), un dénouement doté d'un humour fortement tourné vers l'absurde ou le cocasse, le tout sans que les différents protagonistes ne s'en offusquent ou ne soient étonnés plus que cela, tout du moins visuellement.

C'est peut-être d'ailleurs ce qui rend les deux premiers tomes de Rinne si sympathiques: malgré un sujet assez "grave", des personnages jamais exagérés dans leurs expressions, et une narration simple qui ne tente jamais d'esbroufe, Rumiko Takahashi parsème sans cesse son récit de cet humour tantôt loufoque, tantôt absurde, qui a déjà fait sa renommée. Cet humour est moins poussé et mis en avant que dans Lamu ou Ranma 1/2, plus présent que dans Inu Yasha. On aurait presque envie de parler d'humour pince-sans-rire, voire d'humour noir par instants. Tout cela suffit pour offrir à ce début de série une certaine unicité, et suffit pour divertir de manière convenable, à défaut de passionner totalement.

La suite du volume ne viendra pas contredire cet état de fait. En faisant apparaître un nouveau personnage et un premier véritable ennemi pour Rinne et Sakura, la mangaka continue d'enrichir le background de sa série en présentant un peu plus le monde des enfers. Toujours avec cette narration simple, et surtout, avec cet humour souvent présent, qui reste discret mais est bel et bien là, ne serait-ce qu'à travers la profonde stupidité de l'ennemi en question.

Au final, ce deuxième volume est dans la continuité du premier, mais convainc un peu plus, de par le fait que les bases sont à présent posées. A défaut de passionner, l'ensemble sait se faire divertissant, et c'est bien là l'essentiel. Espérons que cela dure, et que la mangaka évite de retomber dans les travers qu'elle a longtemps connus sur sa précédente série.
Image

Avatar du membre
baldoud
Messages : 6
Enregistré le : 28 juil. 2010, 15:02

Re: Rinne

Message non lu par baldoud » 28 juil. 2010, 15:10

J'ai été assez déçu par ces deux tomes aussi, c'est gentil mais ça a rien de bien fou, l'histoire m'a pas paru plus intéressante que ça, pareil pour les personnages, les dessins c'est un style mais personnellement j'accroche pas trop, en clair pour moi ça casse pas trois pattes à un canard (l'expression à l'ancienne qui donne du rêve^^!)!C'est dommage il y avait du potentiel!

Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Re: Rinne

Message non lu par Sorrow » 03 oct. 2010, 22:15

Rinne 3

Une chose est fascinante chez R. Takahashi : Elle a beau constamment réutiliser les mêmes ficelles, elle parvient toujours à nous accrocher. Dans ce troisième tome de Rinne, comme dans chacun de ses titres ou presque, on a droit à la classique histoire du fantôme et son dernier rendez-vous avant de rejoindre les cieux et reposer en paix. Et croyez-le ou pas, c’est toujours aussi efficace et bien raconté. L’émotion est palpable, le rythme bien mené, tout en faisant évoluer les relations entre les personnages, et en nous permettant d’assister à l’éveil de leurs sentiments. Ici, point de mélodrame à la Inu-Yasha, ou de relations amour-haine entre les deux tourtereaux. Chacun prend petit à petit conscience de la présence de l’un de l’autre, sans pour autant en faire toute une histoire ou créer des quiproquos qui, il faut bien le dire, commencent à se faire vieux dans le microcosme de l’auteure. Et il faut l’avouer, c’est très reposant et agréable à suivre.

Le changement dans sa narration est aussi palpable dans le reste du tome. Rinne, c’est un peu le mélange de Inu-Yasha pour sa narration plus posée et son histoire plus suivie, et Urusei Yatsura pour l’inventivité de l’univers et les tocs des personnages, toujours plus stupides et fous les uns que les autres (les masculins du moins). Quelque part, on peu dire que l’auteure a atteint sa maturité, nous proposant la quintessence de ce qu’elle a fait précédemment. Reste à déterminer encore vers quels horizons Rinne nous emmènera, vu qu’il ne s’agit ni d’une grande quête à la Inu-Yasha, ni une comédie pure à la Urusei Yatsura. Pour cette raison, l’histoire a encore du mal à décoller, et le lecteur ne sait donc au final pas trop quoi en penser. Le plaisir de lecture est là, mais vers quelle fin ? Difficile de dire quelque part à qui s’adresse cette œuvre. Les fans n’y trouveront pas grand-chose de neuf par rapport aux œuvres précédentes, mais les nouveaux lecteurs ne verront sans doute pas tous les clins d’œil qui parsèment les tomes.

Cependant, le titre sait faire marcher sa magie, indéniablement, pour peu que les fans de la première heure restent ouverts d’esprit et s’amusent des références qui parsèment les tomes, et pour peu que les nouveaux lecteurs prennent le temps de se pencher éventuellement sur les titres plus anciens qui ont fait la renommée de R. Takahashi. Mais tout le monde en tout cas peut y prendre du plaisir, et c’est là le plus important. Un bon titre, qui ne demande qu’à montrer tout son potentiel. À suivre, donc.
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9827
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Rinne

Message non lu par Koiwai » 16 avr. 2011, 16:01

Tome 5: Encore une succession de petites histoires qui serait d'ores et déjà lassante si Rumiko Takahashi ne conservait pas ce talent pour y balancer des gags (notamment autour de l'argent) et situations ridicules assez délicieuses, à l'image du démon-poulpe géant, ou de l'accident de banane. A côté de ça, les personnages restent finalement assez classiques, l'auteure reprenant, comme souvent, quelques archétypes de ses précédentes oeuvres, mais je dois dire que je me suis plutôt bien attaché à ce petit monde. J'aime beaucoup Ageha et ses trips :) Toutefois, j'attends quand même un peu d'évolution par la suite.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9827
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Rinne

Message non lu par Koiwai » 16 janv. 2014, 16:54

Déterrage de topic pour une série qui, mine de rien, continue de divertir efficacement, pourtant sans montrer la moindre trace d'ambition :)


Tome 11 :

La première question qui se pose en ayant ce onzième tome de Rinne entre les mains concerne la couverture. Pourquoi, subitement, celle-ci devient-elle brillante alors que toutes les précédentes étaient mat ? Le tome 12 revenant au mat, voila qui n'est pas très harmonieux dans une collection...

Mais cela ne suffit évidemment pas à ternir le plaisir de lecture, une nouvelle fois bien présent ici. Oh, bien sûr, Rumiko Takahashi ne sort pas de ses habitudes, et propose ce qu'elle sait faire de mieux : du pur Rumiko Takahashi. Du gag manga léger, sans prétention, qui fait passer de bons petits moments de plaisir au gré de petites histoires qui ont toujours ce qu'il faut d'idées loufoques (exorciser une pastèque, une dame des neiges vivant dans un frigo ou l'esprit d'un chien...), d'accessoires shinigami simples mais bien trouvés et bien utilisés, de personnages récurrents bien campés (entre les habitués Tamako, Ageha et Tsubasa, le retour du jeune Shima ou les froussardes amies de Sakura, chacun est là pour agir comme il le fait toujours et apporter ce qu'il faut d'amusement sans forcer), de nouvelles têtes que l'on aime déjà (que ce soit le chien complètement idiot le temps d'une seule histoire, ou Kurosu et ses tours de magie, que l'on reverra sûrement à l'occasion)... mais aussi de brefs instants où les sentiments de Rinne et Sakura s'entrevoient sans jamais éclater vraiment, et de jolies notes d'émotion portées par l'humanité simple de certains petits problèmes que n'importe qui peut connaître (le souvenir coupable du garçon au chien, la petite fille dans le dernier chapitre...).

On peut toutefois noter la particularité de la première histoire, s'étalant sur trois chapitres et s'écartant un tout petit peu des habitudes de la série : grâce à Tamako, Sakura obtient temporairement le pouvoir de ne plus voir les esprits. Elle semble heureuse de redevenir une fille normale, au grand dam de Rinne, qui doit en plus la protéger d'une horde de mauvais esprits sans qu'elle ne s'en rende compte. Voici une histoire qui exploite habilement le fait que Sakura ne discerne plus les fantômes pour interroger la jeune fille et Rinne dans leur relation mutuelle... Peuvent-ils encore se passer l'un de l'autre ? Rumiko Takahashi nous laisse comprendre la réponse sans jamais rien dire clairement, ce qui est franchement habile. D'autant plus que l'humour est toujours là, ne serait-ce que via la gueule des monstres ou les frasques de Tsubasa.

Bref, Difficile de parler de ce tome sans répéter ce qui a déjà été dit sur les précédents, la mangaka se contentant encore et toujours d'exploiter au mieux les personnages et l'univers qu'elle a mis en place pour offrir un gag manga qui na pas d'autre fonction que celle de divertir avec légèreté, ce qu'il réussit largement.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9827
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Rinne

Message non lu par Koiwai » 30 janv. 2014, 13:49

Tome 12 :

Exorciser un fantôme en bikini dans une piscine puis une lycéenne pleine de remords envers son prof, résoudre l'énigme d'un bracelet légendaire qui affirme pouvoir exaucer les voeux, se confronter à Rokumon au sujet de champignons de l'au-delà... Telles sont les missions qui attendent Rinne dans ce nouveau tome. Ces petites histoires sont classiques, comme souvent, mais Rumiko Takahashi y conserve ses talents narratifs, son don pour exploiter à merveille le caractère de ses personnages, et sa façon unique d'enchaîner les notes d'humour bien senties. Ici, par exemple, on s'amusera devant les conclusions loufoques des histoires sur le bracelet et le champignon, en découvrant la mort idiote de la lycéenne par rapport à tout ce qu'elle a enduré juste avant, ou face au caractère du fantôme en bikini, le tout pour un résultat toujours aussi rafraichissant.

Toutefois, c'est une autre partie du tome qui attire surtout notre attention. Une partie s'étalant sur la moitié du volume, où Rumiko Takahashi sort un peu du schéma habituel de sa série en nous invitant à suivre le test de niveau des chats noirs de l'au-delà, auquel Rokumon, Oboro et Suzu vont participer, accompagnés de leur shinigami Rinne, Ageha et Kaïn. Au programme, 4 examens : connaissances, concentration, travail en équipe et combat... pour autant d'épreuves que la mangaka exploite parfaitement ! Il faut dire qu'elle y enchaîne comme jamais les gags, en exploitant parfaitement le caractère souvent idiot de ses personnages. Ainsi, Rinne se montre toujours aussi intéresser par les économies et l'argent, Kaïn est toujours aussi hautain. Retrouver la petite Suzu est un plaisir, tant elle n'en fait qu'à sa tête et est incapable de rester concentrée plus de deux secondes. De même, les poisses d'Oboro sont un régal. Et voir leurs maîtres dépités est un délice. Tous ces caractères sont exacerbés par les obstacles des différentes épreuves, souvent cocasses (à l'image des jouets pour chats qui vont avoir raison de bon nombre de participants), et qui permettent également de revoir d'autres personnages comme Kurosu, qui, malgré son flegme, a toujours autant de mal à contrôler les farces de son jeune maître Shôma.

On s'amuse beaucoup, donc, en suivant ce test qui permet de revoir des personnages que Rumiko Takahashi exploite toujours aussi bien, et qui enchaîne les gags absurdes et loufoque avec beaucoup de réussite. Un très bon moment de lecture.
Image

Répondre