Niji-Iro Tohgarashi

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9889
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Niji-Iro Tohgarashi

Message non lu par Koiwai » 26 sept. 2010, 20:31

Niji-Iro Tohgarashi
Image
La fiche sur Manga-news


Tome 1:

Première série longue de Mitsuru Adachi sortie dans nos contrées, Niji-Iro Tohgarashi se place également comme l'une des oeuvres les plus atypiques de la carrière de cet incontournable mangaka. Ici, pas de compétition sportive sur fond de romance ancrée dans un quotidien contemporain, mais un titre puisant ses sources dans l'histoire du Japon.

Pour être plus précis, le manga se déroule sur une autre planète semblable à la Terre, dans un futur rappelant quasiment en tous points l'époque d'Edo. C'est dans ce contexte que le jeune Shichimi, après la mort de sa mère, apprend qu'il a 6 demi-frères et soeur. Tous ont une mère différente, mais le même père inconnu. Après être parti à leur recherche, Shichimi ne tarde pas à les retrouver, puisqu'ils habitent tous ensemble. Mais quel est le mystère unissant ces 7 jeunes gens ? Sont-ils vraiment tous les enfants du même père ? Et qui est donc le père en question ?

En ce qui concerne cette dernière interrogation, le voile est très vite levé quant à l'identité du père, qui n'est autre que le Shôgun. Voile levé pour le lecteur, mais pas pour les 7 enfants, et l'on devine donc que l'un des principaux axes du récit sera la découverte de ce père.
Pour le reste, on n'a encore que très peu d'informations et de pistes pour la suite de l'histoire, ce premier tome ayant pour principale vocation de nous présenter les principaux personnages, dont les 7 frères et soeur, ayant tous une personnalité propre. Et si la plupart d'entre eux restent encore au second plan, certains tirent déjà leur épingle du jeu, comme le plus jeune frère qui passe son temps à jouer avec des Shuriken, ou Nakane, la seule soeur de la bande, au caractère bien trempé et déjà en conflit avec Shichimi.
A côté de cela, on devine que quelque chose se trame en fond, et que des ennemis préparent un plan encore totalement mystérieux.

On a donc un premier volume qui met tranquillement en place les choses, parfois de manière un peu confuse en ceci que l'on ne retient pas forcément tout de suite tous les noms des d'ores et déjà nombreux protagonistes, mais qui reste très plaisant, notamment grâce à l'humour du titre. Si l'on a déjà pu observer chez Adachi un goût pour l'humour cocasse et absurde dans d'autres de ses oeuvres, cet humour est ici plus présent que jamais, le mangaka enchaînant volontiers passages loufoques, scènes absurdes et pur anachronismes, rythmant ainsi fort bien le récit. On sourit donc volontiers face à des gags qui, par instants, rappellent l'humour de Rumiko Takahashi sur Urusei Yatsura ou Ranma1/2. Ajoutons à cela pléthore de clins d'oeil du mangaka envers la culture japonaise, et l'on obtient un résultat en lequel nous avons pleinement confiance pour la suite.

Un premier volume pas encore passionnant au niveau de son intrigue qui reste trop vague, mais qui se révèle plaisant et amusant. Une série qui devrait beaucoup gagner en intérêt par la suite.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9889
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Niji-Iro Tohgarashi

Message non lu par Koiwai » 03 oct. 2010, 21:43

Tome 2:

Rien ne va plus ! Natane a été emmenée par les gens d'armes, et risque d'être exécutée pour un crime dont elle ignore tout ! Fort heureusement, une puissance inconnue va jouer en la faveur de la jeune fille, qui va être libérée sans en savoir plus, bien que le lecteur devine que son père le Shôgun est derrière cette libération. En vérité, ce petit rebondissement est surtout intéressant en ceci qu'il voit Shichimi courir à la rescousse de sa soeur, qui ne le remerciera pas, d'autant que notre héros a fait tout cela en vain puisque Natane sera libérée rapidement. Ainsi, ce tome laisse entrevoir un début de relation tumultueux entre Shichimi et Natane, cette dernière restant enfermée dans sa dépréciation de notre héros. On retrouve ici une recette appréciée par Adachi, et que nous avons pu voir, plus récemment, dans Cross Game à travers le couple Kou/Aoba. A présent, on se demande si les choses évolueront entre Shichimi et Natane.

La suite du tome voit nos héros menacés par un mystérieux groupe, le Sekikôsen, volant les plus riches fortunes d'Edo. Une affaire qui permet d'insister un peu plus sur certains personnages, comme l'énigmatique Furon, et à préciser un peu plus le fil rouge du manga. Ainsi, il semblerait que les deux étrangers ici présents cachent de sombres desseins.

A côté de ça, Adachi reste fidèle à son style, fort agréable. L'ensemble suit tranquillement son cours, les personnages continuent de gagner petit à petit en charme tandis que leur caractère respectif continue de se dévoiler, et l'humour reste bien présent, entre anachronismes, gags loufoques et comique de répétition.

Ce deuxième volume confirme que l'on tient là une série qui ne se classera probablement pas parmi les incontournables de l'auteur, mais qui s'avère fort agréable.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9889
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Niji-Iro Tohgarashi

Message non lu par Koiwai » 08 oct. 2010, 23:53

Tome 3:

Shichimi et les autres prennent conscience que les deux étrangers cachent de sombres desseins, mais à l'heure actuelle, ils ne peuvent rien faire. Pendant ce temps, les membres du Sekikôsen sont retrouvés morts... Pour quelles raisons ? Quel sombre complot est en train de se mettre en place ?

Puis Natane invite Shichimi à un spectacle dans lequel figure son comédien préféré, qui est aussi l'un des comédiens les plus populaires de la région. Après le spectacle, elle est invitée, en compagnie de deux autres jeunes filles, à dîner avec le comédien. Mais les apparences sont trompeuses, et les intentions du comédien sont bien moins gentilles qu'il n'y paraît... Comment Natane s'en sortira-t-elle ? Shichimi viendra-t-il la sauver ?
A travers cette petite histoire dans le fond assez classique, Adachi développe, non sans humour, encore un peu plus la relation entre Natane et Shichimi, deux personnages décidément délicieux. Ainsi, alors que la jeune fille continue de traiter son frère comme si elle le détestait, elle sait très bien qu'elle pourra toujours compter sur ce frangin protecteur. Ce passage voit également réapparaître l'énigmatique Furon, apparaissant pour la première fois devant une Natane qui en reste abasourdie, comme si elle avait déjà vu cet homme... Décidément, voici un personnage bien mystérieux.

Une Natane décidément à l'honneur, puisque le début du volume revient vaguement sur des souvenirs enfouis au plus profonds de sa mémoire, et que l'on a hâte de voir clairement dévoilés.

La quête du souvenir, ce sera probablement l'un des éléments moteurs de la suite du récit, qui voit nos six héros décider de faire ensemble un long voyage ayant pour but de visiter les tombes de leurs mères, pour qu'ils apprennent à mieux se connaître. Un voyage qui commence non sans rebondissements, pour l'instant plutôt amusants, mais on sent que le récit pourrait s'assombrir à un moment ou à un autre.

Avec ce départ en voyage, l'histoire de Niji-Iro Tohgarashi semble enfin bel et bien lancée, et l'on a hâte de voir ce que nous réserve la suite, d'autant que l'humour de l'auteur fait toujours mouche, et qu'il continue de dépeindre avec une agréable légèreté et une certaine délicatesse les portraits de ces héros, qui, petit à petit, se font de plus en plus attachants.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9889
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Niji-Iro Tohgarashi

Message non lu par Koiwai » 24 janv. 2011, 01:04

Tome 4:

Nos héros poursuivent leur voyage, sur les chemins devant les mener successivement sur les tombes des mères de chacun d'entre eux. Ainsi, le début de ce volume fait la part belle à Chinpi, qui retrouve son maître, as dans les constructions mécaniques. Un passage plutôt sympathique, développant vaguement les background du personnage, mais qui vaut surtout le coup pour le délicieux décalage que Mitsuru Adachi crée une nouvelle fois, à travers des anachronismes voyant débarquer des machines mécaniques comme des hélicoptères téléguidés au sein d'un monde inspiré de la période Edo.

Finalement, c'est surtout la suite du tome qui attire le plus l'attention, puisque, tandis que le personnage d'Asajiro y fait enfin son apparition, des doutes planent de plus en plus au sujet des origines exactes de la délicieuse Natane: est-elle réellement, elle aussi, la fille du Shôgun ? La rumeur selon laquelle l'un des sept frères et soeur n'aurait pas le même père que les autres serait-elle donc fondée ? Et qui est donc le mystérieux demi-frère de Natane ?

On devine aisément à l'avance la réponse à toutes ces questions, mais on ne demande qu'à être surpris. En attendant d'en savoir plus, ce quatrième volume reste un moment de lecture agréable, même si l'on a toujours du mal à voir où l'histoire va nous mener exactement, si ce n'est sur la poursuite d'un voyage linéaire (peut-être bientôt répétitif) sur les traces des différentes mères des héros. Certains voiles commencent à se lever lentement, l'humour d'Adachi reste présent, bien que moins marquant qu'auparavant, et le rapprochement mêlé de sentiments taquins de Shichimi et Natane, lui aussi prévisible à des années-lumière, fonctionne bien et offre un charme certain aux deux personnages. En attendant la suite.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9889
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Niji-Iro Tohgarashi

Message non lu par Koiwai » 26 janv. 2011, 20:31

Tome 5:

Le voyage de nos héros se poursuit. Séparés de leurs trois frères, Shichimi, Natane et Chinpi trouvent un endroit où se loger. Or, le clan où ils trouvent refuge a pour ennemi un autre clan, où les trois autres frères sont logés. Cette drôle de coïncidence aboutit sur un affrontement entre les deux clans, où les six héros se retrouvent les uns en face des autres. Mais bien entendu, le tout va se régler sans heurts entre eux.
On se retrouve donc ici avec une première moitié de volume qui, il faut bien l'avouer, est assez décevante. Banal et ne servant pour ainsi dire à rien, cet écart scénaristique de Mitsuru Adachi tend à casser le rythme du récit plus qu'autre chose.

Fort heureusement, la deuxième moitié du volume remonte la pente, puisque tandis que la piste menant à la tombe de la mère de Keshi laisse envisager un développement de ce dernier, une menace de plus en plus sombre pèse sur Shichimi et les autres. Natane est la première à en faire les frais, puisqu'un sombre individu fait irruption pendant qu'elle dort pour l'assassiner. Mais dans l'ombre, il semblerait que quelqu'un protège nos héros, puisqu'au petit matin, c'est l'assassin qui est retrouvé mort.

Le volume est également le théâtre des retrouvailles entre le petit groupe et Asa, des retrouvailles fortes en émotion pour Natane, et qui ont le don de provoquer une jalousie mal assumée chez Shichimi. C'est également la princesse Koto, fille du shogun, qui refait son apparition, prenant en grippe Natane.

Après une première moitié de volume plutôt inintéressante, la suite de ce cinquième tome tend à assombrir le récit en faisant planer un menace de plus en plus concrète au-dessus de la tête de nos héros. On referme finalement le volume avec un sentiment partagé entre curiosité et fébrilité quant à la suite du récit, qui pourrait se révéler intéressante tout comme elle pourrait tomber dans la répétitivité. Le fait que le lecteur, contrairement aux héros, connaisse la vérité au sujet de leur origines, tend à lasser et à rendre la lecture peu surprenante. Affaire à suivre.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9889
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Niji-Iro Tohgarashi

Message non lu par Koiwai » 23 févr. 2011, 18:11

Tome 6:

Nos héros continuent leur périple, et cette fois-ci, c'est dans le village natal du petit Sanshô qu'ils débarquent. Ils sont d'abord accueillis froidement par les habitants, avant que ceux-ci n'apprennent que le plus jeune des 7 frères et soeur n'est autre que l'enfant de celle qui fut autrefois la femme ninja la plus convoitée par les hommes du village.

L'arrivée dans le village permet donc d'aborder vaguement les origines de Sanshô, mais ce point s'avère moins intéressant que ce qui se déroule au sein de la petite communauté: Hanzo, le serviteur du shogun chargé de surveiller nos héros de loin, est lui aussi originaire de cette communauté de ninjas, et retrouve sur sa route son ennemi juré, membre du clan opposé, qui a décidé de tuer nos héros pour empocher le récompense. Et pour ce faire, il récupère des armes étrangères, des missiles qu'il est bien décidé à envoyer sur le village... Le décalage apporté par le mélange d'éléments de l'époque Edo et d'objets plus modernes continue donc, permettant toutes les folies à Adachi. Le problème étant justement qu'Adachi, fidèle à sa narration posée, à son humour léger, à son style coulant tranquillement, exploite de manière assez bancale cet aspect du titre, puisqu'ici, l'affaire des missiles tombera rapidement dans un comique prévisible empêchant la moindre tension.

Le style d'Adachi est délicieux, c'est un fait, mais on ne peut que constater qu'il s'adapte assez mal à une histoire de ce type, où le parfum d'aventure est annihilé par un ensemble léger qui confine presque à un trop gros manque d'ambition. Il en est de même pour les révélations et rebondissements les plus importants de ce tome, pourtant riche puisqu'on y découvre notamment l'identité du réel ennemi, l'ennemi juré de Hanzo et un nouveau personnage apparaissant en fin de tome, et qu'on a droit à un petit duel entre Shichimi et Furon dont on a finalement du mal à saisir l'intérêt.

Restant encore pour le moment une lecture divertissante, ce sixième tome voit pourtant s'accentuer les limites de plus en plus palpables du style d'Adachi sur une histoire de ce genre.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9889
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Niji-Iro Tohgarashi

Message non lu par Koiwai » 02 mars 2011, 17:15

Tome 7:

Nos héros se rendent à présent en bateau sur l'île abritant la tombe de la mère de Goma. Mais leur embarcation regorge de curieux individus, à commencer par des assasins bien décidés à empocher la prime posée sur leur tête...

La recette de Niji-Iro Tohgarashi ne change pas avec ce septième tome. Continuant de voir nos héros visiter tour à tour les tombes de leurs mères en évitant de tomber dans les coups bas des assassins qui les poursuivent, le récit, ne se renouvelant que très peu, tant à lasser de plus en plus. Les assassins se suivent, certains marquant plus que d'autres, et l'on attend notamment de voir sur quoi va aboutir le petit cliffhanger de fin de tome provoqué par les agissements de l'un d'entre eux, qui a hypnotisé Natane pour la pousser à tuer ses frères.

Fort heureusement, pour pallier à la répétitivité de l'ensemble, quelques éléments viennent ranimer un peu le récit, à commencer par les agissements de plus en plus suspects du frère du shôgun, bien décidé à faire tomber son frangin en montant petit à petit, de manière habile, le peuple contre lui. Mais surtout, c'est le personnage de Billy, ce jeune américain qui a achappé de peu aux assassins, qui fait souffler un petit vent de fraîcheur sur l'ensemble, de par son décalage total par rapport à nos héros de par le fait qu'il ne connaisse absolument pas le japonais, mais également de par la caricature de l'Amérique que nous offre Adachi à travers ce personnage toujours pourvu de son chapeau de cow-boy et de son revolver.

Au final, quelques éléments nouveaux assez savoureux parviennent encore à sauver un récit assez soporifique dans ses rebondissements, mais pour combien de temps encore ?
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9889
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Niji-Iro Tohgarashi

Message non lu par Koiwai » 05 mars 2011, 13:54

Tome 8:

Prise dans le piège d'un assassin hypnotiseur, Natane est sur le point de tuer Shichimi, puis s'en prend aux autre frères. Finalement mise tmeporairement hors d'état de nuire, elle reste sous l'emprise de l'hypnose, la seule solution pour l'en extraire étant d'abattre l'assassin. C'est la mission que se voit confier Hanzô, toujours prêt à protéger, dans l'ombre, nos héros. Mais dans sa mission, il n'est au bout de ses surprises !

Ainsi, la majeure partie de ce volume se voit consacrée à cette lutte contre l'hypnotiseur, une lutte riche en rebondissements fait de quiproquos et de situations cocasses comme sait si bien les faire Adachi. On sourit volontiers à plusieurs reprises, mais cela ne suffit pas pour faire un bon volume, ce huitième tome restant beaucoup trop axé sur cette lutte finalement assez anecdotique, et la longueur de ce passage finissant par lasser.

Heureusement, à côté de ça, le voyage de nos héros se poursuit, et ceux-ci arrivent près de la tombe de la mère d'Asajirô, dont nous découvrons le grand-père, par ailleurs en grand danger face aux frasques d'un certain Furon. Pour protéger les siens, Asa prendra les armes contre un Furon qui continue de se dévoiler, le problème étant que tout lecteur un minimum clairvoyant avait deviné les éléments donnés ici depuis déjà très longtemps.

Toujours porté par le style plaisant d'Adachi, ce huitième tome montre néanmoins de plus en plus les limites de la série. Evènements très prévisibles, rebondissements anecdotiques, personnages survolés... L'auteur arrivera-t-il à faire enfin réellement décoller son récit dans les derniers tomes ?
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9889
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Niji-Iro Tohgarashi

Message non lu par Koiwai » 02 avr. 2011, 15:29

Tome 9:

La vérité a éclaté au sujet de Furon, qui n'est autre que le frère aîné de Natane. Asajirô le sait, mais dans tous les cas, mais cela n'empêche pas un duel d'éclater entre les deux jeunes hommes. L'occasion de continuer à en apprendre plus sur Furon, qui gagne petit à petit en épaisseur, et sur sa façon de considérer sa petite soeur.

Par la suite, le voile est levé sur les origines des deux étrangers, et sur ce qu'ils recherchent exactement en tentant de faire de Takamitsu le shôgun. Des révélations intéressantes, qui témoignent de la maîtrise de Mitsuru Adachi dans l'art de bien exploiter ce qu'il a mis en place dans le récit. On découvre alors chez les deux véritables ennemis de l'oeuvre des caractères peu scrupuleux, égoïstes, à des années-lumière de la solidarité qui anime nos héros, et qui sont l'occasion pour le mangaka de mettre en place dans son récit un petit message à portée écologiste qui reste somme toute on ne peut plus basique.

Pour le reste, la recette ne change pas vraiment, mais quelques indices sont là pour laisser présager une fin de série qui pourrait bien s'assombrir, à l'image de l'apparition de Shôgo, le neveu rebelle et fougueux de Takamitsu, qui apparaît très vite plutôt antipathique, s'intéresse de près à Natane et, surtout, se voit chargé par son oncle d'éliminer nos héros... En attendant de voir le rôle exact qu'aura ce nouveau venu, l'histoire se poursuit tranquillement, enchaînant des situations burlesques bien amenées, comme ce qui se passe avec la "fabrique de jouets" de Takamitsu. Les anachronismes sont toujours là, discrets mais plutôt savoureux, et c'est avec un certain amusement que l'on voit quelques protagonistes confirmer leur caractère, comme le décidément très mauvais Takamitsu, qui cache bien son jeu, ou l'exagérément capricieuse princesse Koto.

Résulte de tout ceci un tome plus convaincant que les quelques précédents. Le ton reste dans la pure veine de ce que fait habituellement l'auteur, dépourvu de grosse ampleur, ce qui reste un peu dommage dans un titre de ce genre. Mais à côté de ça, l'humour revient bien, certains personnages, à commencer par Furon, sont de plus en plus intéressants, et il redevient assez difficile de prévoir la suite.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9889
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Niji-Iro Tohgarashi

Message non lu par Koiwai » 24 avr. 2011, 20:55

Tome 10:

Séparés de leurs frères, Shichimi et Natane arrivent dans une auberge où ils font une bien surprenante rencontre en la personne du shôgun. Une rencontre qui sera propice à un petit nombre de situations cocasses, puisque nos héros ne savent toujours pas qu'il s'agit là de leur père, et que ce dernier dévoile une personnalité assez légère.

Mais les choses ne tardent pas à s'assombrir pour nos héros: devant faire face au fils de Takamitsu, ils doivent leur salut à une "mystérieuse" personne dont le déguisement, référence évidente à un célèbre manga de Rumiko Takahashi, en fera sourire plus d'un. Quoi qu'il en soit, cela ne suffit pas pour occulter les révélations dramatiques qui arrivent par l'intermédiaire de la princesse Koto, puisque Natane et Shichimi apprennent enfin qui, parmi eux, n'est pas le frère ou la soeur des autres, et à partir de là, ils en arrivent à déduire l'identité de leur illustre père. De ce fait, les rebondissements sont ici de taille et ne manquent pas de semer le trouble dans les esprits. Ici, sans exagérer, Mitsuru Adachi arrive plutôt bien à faire ressortir la détresse qui frappe soudainement l'un des protagonistes.

Quant à la fin du tome, elle annonce un dernier volume mouvementé en voyant Natane assumer enfin ses sentiments, et en rapprochant héros et ennemis...
C'est un fait, au vu des avancées de ce volume et de ce qui s'y joue sur la fin, on a hâte, pour la première fois depuis le début de la série, de connaître la suite du récit, et de voir comment se termineront les différentes intrigues mises en place. Un volume plutôt bon, qui conserve certaines maladresses, mais où Adachi trouve un assez bon équilibre entre touches d'humour léger et avancées dramatiques.
Image

Répondre