Bloody Monday

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Otaku62
Messages : 1256
Enregistré le : 01 mars 2009, 14:48

Bloody Monday

Message non lu par Otaku62 » 13 nov. 2010, 17:07

BLOODY MONDAY
Image
Genre: Suspense, Fantastique
Collection: Shonen - Pika
Editeur VF: Pika
Editeur VO: Kodansha
Nbr de volume(s): 2 (En cours)
Nbr de volume(s) vo: 12 (Terminé)
Résumé: Un espion Russe est retrouvé mort au Japon! Le seul indice qu'il porte sur lui est une puce qui contient des informations cryptées qu'il a réussi à dissimuler à son assassin. La seule chose que l'on soit sûr, c'est que tout a un rapport avec du terrorisme bactériologique. Le Third-i, l'agence de securité publique, a engagé le jeune Takagi Fujimaru un jeune Hacker de génie autrefois surnommé Falcon. Mais en réalité, ce n'est qu'un lycéen ordinaire et surtout le fils du capitaine Takagi qui travaille lui aussi pour le Third-i.
Très vite, le lycéen décryptera le disque qui fournira une piste dont une mystérieuse jeune femme prénommé Maya qui ressemble trait pour trait à la nouvelle infirmière de l'école. Mais tout se précipité le jour où le capitaine Takagi est accusé du meurtre d'un de ces supérieurs...
Avis:Avec ce titre, Pika se lance dans un manga au thème peu représentés en France avec celui de la lutte terroriste bactériologique. On a bien eu Manhole de Tetsuya Tsutsui paru en France chez Ki-oon, mais le traitement est différent l'un étant un shonen l'autre un seinen.
Et cette différence de genre se ressent! Pourtant Bloody Monday a tout pour plaire aussi à un public plus âgé, amateur ordinaire de Seinen. Mais la majorité des personnages principaux et secondaires sont des lycéens, shonen oblige. Mais à part ça, on sent que l'auteur est fan de ces thriller basé sur l'action! C'est presque un film qui se déroule sous nos yeux!
Le dessin des personnages est plutôt bon! Le trait peut d'ailleurs rappeler celui du dessinateur de Alive, Last Evolution lui aussi publié chez Pika. Même les scènes montrant des victimes infectés par le virus sont très bien rendu.
Côté édition, Pika a fournit un bon travail. L'adaptation ne semble pas comporter de coquille. L'impression est bonne et le papier est de bonne qualité! On soulignera aussi le fait que l'éditeur rajoute un lexique des termes informatiques utilisés dans le manga et a eu la bonne idée de les incorporer dans le manga au lieu de le mettre à la toute fin. Une bonne idée qu'on aurait bien voulu voir sur des titres comme Sayonara Mr Désespoir dont le jonglage avec le lexique de fin est assez lassant!
Divers: On soulignera aussi 2 choses:
-La première est que cette version a été considéré comme une saison 1 du manga puisqu'à la manière d'un Rosario+Vampire, une saison 2 est né au Japon qui est actuellement toujours en cours de parution.
-Le manga a été adapté en drama, c'est à dire en série télévisé jouait par des acteurs! Le rôle de Fujimaru a été confié à Miura Haruma.
Image

Avatar du membre
shun
Messages : 918
Enregistré le : 23 sept. 2004, 21:43

Re: Bloody Monday

Message non lu par shun » 13 nov. 2010, 18:43

avis posté sur un autre forum au moment de sa sortie :

je l'ai justement lu hier et j'ai été assez déçu :/
l'idée de base est bonne, c'est une des raisons du faites que je l'ai acheté, mais le problème réside dans le faites que l'auteur utilise trop les codes shonen pour un titre qui aurait mérité un traitement plus ado voir adulte.
au final le titre perd de son intérêt car l'histoire semble téléphonée tant ce qui s'y passe est infantilisé.
Groupe facebook de vente manga en Belgique : https://www.facebook.com/groups/1024308 ... 6/?fref=ts

Avatar du membre
-nay-
Messages : 132
Enregistré le : 04 nov. 2009, 02:33

Re: Bloody Monday

Message non lu par -nay- » 13 nov. 2010, 22:22

Je trouve que le terme "infantile" est peut-être peu fort, je comprends néanmoins où tu veux en venir. Nos héros sont des ados, certains personnages peuvent paraître stéréotypés et je reconnais volontiers que certaines situations sont un peu tirées par les cheveux.
Mais pour être honnête, je n'ai pas le sentiment de m'être fait avoir, le titre était annoncé comme un shonen par Pika donc je pense qu'on peut en accepter certains aspects (même si les "plans culotte" ne sont pas toujours très recherchés :roll: ). Pour l'instant je trouve que l'histoire est plutôt bien construite et le suspense bien géré, on verra après quelques tomes si elle tient ses promesses. Quant au situations et aux personnages, je les vois plus comme des hommages au genre plutôt que comme des stéréotypes: cette histoire de virus et de complots nous tient en haleine et le personnage de la femme fatale n'a rien de désagréable :mrgreen:

Globalement, j'ai bien aimé ces deux tomes qui s'avèrent divertissants, je ne leur en demandais pas davantage donc pour moi le contrat est rempli.
Image
Image

Avatar du membre
shun
Messages : 918
Enregistré le : 23 sept. 2004, 21:43

Re: Bloody Monday

Message non lu par shun » 13 nov. 2010, 22:57

le problème c'est qu'avec tout ce qui sort, les séries juste sympa j'en fait abstraction :/ j'ai 55 séries en cours et entre le boulot, l'après boulot, le temps de lecture est plus réduit. sans compter la lassitude qui peut survenir s'il y a surdose.
Groupe facebook de vente manga en Belgique : https://www.facebook.com/groups/1024308 ... 6/?fref=ts

Otaku62
Messages : 1256
Enregistré le : 01 mars 2009, 14:48

Re: Bloody Monday

Message non lu par Otaku62 » 16 janv. 2011, 15:28

Volume 3: Fujimaru est coincé dans l'appartement de Maya Orihara car il est persuadé que celle-ci est la femme qui se trouvait sur la vidéo qu'il a décrypté pour le compte du Third I. Et finalement, grâce à une astucieuse combine, il arrive à ce que cette dernière se dévoile. Heureusement, Fujimaru peut compter sur son ami Otoya et surtout à son habileté au tir à l'arc. Mais Orihara n'est peut être pas la seul infiltré dans le cercle de Fujimaru et les obstacles vont être nombreux, surtout quand ils vont croiser sur la route qui les conduire au père de Fujimaru face au redoutable tueur Jack Damon...
Encore un excellent volume à la lecture. Décidément, le scénario de ce titre est très bien maîtrisé et n'a rien à rougir des thrillers américains qui parséme le cinéma. En plus, le fait que Fujimaru est un hacker rajoute de l'originalité à cette histoire! Côté édition, Pika fournit encore un excellent travail sur le titre toujours ponctué de son lexique informatique très utile pour certains termes employés le long du tome.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9791
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bloody Monday

Message non lu par Koiwai » 22 déc. 2015, 18:13

Tome 1 :

Vladivostok, Russie. Le soir de Noël, dans un club de strip-tease, une étrange et inquiétante transaction a lieu entre le dénommé Sergeï et Maya, une ravissante jeune femme. En échange d'argent, cette dernière se voit remettre une terrible marchandise : un virus a priori dévastateur...
Quelque temps plus tard, au Japon, nous découvrons un lycéen du nom de Fujimaru Takagi. Côté famille, sa mère n'est plus là depuis 5 ans, son père travaille pour une agence secrète de la sécurité publique, et sa petite soeur Haruka souffre d'une maladie la contraignant à devoir faire des dialyses trois fois par semaine. Et côté lycée, il fait partie du club de journalisme où il fréquente des membres amicaux, mais où il évite de trop s'impliquer. Bref, en apparence, il a une vie d'adolescent on ne peut plus classique et sans gros remous, partagée entre vie paisible et difficultés quotidiennes... Mais ce n'est qu'une apparence, car secrètement il n'est autre que Falcon, un hacker de génie qui, quand il ne pirate pas le matériel informatique des personnes malhonnêtes (son professeur en fera les frais dans le premier chapitre), collabore avec le Third-I, l'agence où travaille son père ! Et en acceptant une nouvelle tâche confiée par son paternel, il ne se doute pas encore dans quel pétrin lui et sa famille vont se retrouver...

Démarrée en 2007 dans le Shônen Magazine de Kôdansha, la saga Bloody Monday s'est achevée au Japon en 2012 après trois saisons faisant respectivement 11, 8 et 4 tomes. En France, la saga est arrivée chez Pika Edition en 2010 et nous a permis de découvrir aux dessins Kôji Megumi, qui signait là son premier manga d'envergure puisqu'auparavant elle n'avait dessiné qu'une courte série en 5 tomes (inédite chez nous). Et au scénario, on trouve Ryô Ryumon, qui est simplement l'un des nombreux pseudonymes de Shin Kibayashi, un auteur que l'on connaît très bien : Psychometer Eiji, Get Backers, Kindaichi, Les Gouttes de Dieu, Psycho Busters... tout ça, c'est à lui qu'on le doit.

Saga devenue facilement populaire, Bloody Monday doit sans doute une partie de son succès à son inscription dans un registre pas forcément courant en manga, et encore moins dans le genre du shônen : suspense, action et terrorisme devraient y faire bon ménage, le tout sur fond de piratage informatique. Une recette largement déjà vue au cinéma, surtout du côté du divertissement hollywoodien, et l'oeuvre imaginée par Ryumon ne cache aucunement cette influence en en reprenant une partie des ingrédients et des poncifs ! On n'en dira pas trop pour ne pas gâcher la mise en place de l'histoire, mais une passé fois le long et banal chapitre introductif on se retrouve très vite plongé dans une affaire de grande envergure, où Fujimaru n'est qu'aux prémisses des dangers qui l'attendent, puisqu'il lui faudra user de ses talents de hacker, protéger les siens, démêler le vrai du faux, démasquer les traîtres et espions, et sans doute échapper à la mort pour empêcher ce qui semble être un complot terroriste qui risque fort de mettre le Japon en danger ! Très vite, impossible de compter sur la police, d'autant que son père se retrouve pourchassé pour un meurtre qu'il n'a pas commis... et une fois qu'elle a décollé, on peut dire que la recette, sans chercher à être originale pour l'instant, fonctionne bien car le rythme va crescendo et l'on ressent très bien le parfum de danger qui plane de plus en plus sur Fujimaru, Haruka ou son père... Mais cela suffit-il pour nous convaincre totalement ? Pas sûr...

En effet, si les auteurs jouent à fond la carte des bons vieux stéréotypes du genre avec une certaine efficacité (le génie qui mène en quelque sorte une double-vie secrète, le père en cavale, la méchante beauté vénéneuse qui n'hésite pas à user de ses charmes pour manipuler ses cibles sans scrupules... ces trois-là sont plutôt bien campés dans leur genre), cela devient plus gênant pour les rôles secondaires, tant leur caractère se montre très artificiel : la petite soeur malade à protéger à tout prix, l'amie d'enfance un peu garçon manqué, la fille discrète ultra fan de Falcon sans savoir au départ qu'il est devant elle, l'imperturbable et perspicace ami confident un peu beau gosse et président du club de journalisme... Dans le fond, pourquoi pas, mais leur rôle est pour l'instant si primaire que leur caractère stéréotypé les rend peu intéressants. Espérons qu'ils le deviennent plus par la suite.
Toutefois, le principal problème vient plutôt d'ailleurs : le récit, tout aussi rythmé et efficace soit-il, est parsemé de beaucoup de petites choses peu crédibles qui, accumulées, finissent par faire trop. Cela commence dès la fin du chapitre 1, avec les mots que Fujimaru glisse à l'oreille de son enseignant déchu, laissant clairement comprendre son identité à ce dernier... Heureusement que notre héros est censé vouloir garder son identité secrète ! Et toujours concernant l'enseignant, on peut vraiment se demander comment un type aux vices pareils n'a pas été mis au ban avant et n'est même pas arrêté. Quant à l'arrivée de la dangereuse Maya en tant que nouvelle enseignante, elle amène un sacré flot d'idioties de la part de Fujimaru. Lui qui doit décrypter une carte SD sous son identité SECRETE et pour une agence SECRETE, voila qu'il le fait dans la salle informatique en présence de cette femme qu'il connaît à peine. Et quand il se met à avoir des doutes sur elle, quoi de mieux que d'aller l'interroger directement sur ce qu'elle faisait à Noël, histoire de la mettre sur ses gardes ? Ben voyons... On peut également s'interroger sur la façon dont notre héros dévoile tout au club (à Aoi pourquoi pas, vu que c'est son amie d'enfance, mais visiblement il ne connaît pas depuis longtemps certains autres membres...), ainsi que sur certains faux suspenses, comme l'arrivée de la collègue du père de Fujimaru en fin de tome (c'est tout à fait logique de se présenter au téléphone en disant avoir Haruka en otage alors qu'on est gentille, ben oui... et ça ne fait pas tiquer Fujimaru).

Côté dessins, on sent qu'il s'agit de l'un des premiers travaux de Kôji Megumi, de par certaines inégalités. Mais le coup de crayon n'en reste pas moins très expressif et possède suffisamment d'impact pour entretenir le rythme et le suspense, et l'ensemble ne demande qu'à s'affiner au fil des tomes. A cela, il faut ajouter quelques légères notes d'humour et, pour appâter le lecteur ado, de fan-service (la culotte d'Aoi et, surtout, le corps de rêve de Maya, fatale quand elle tue, et titillant les lycéens en prof de bio au décolleté affriolant). En somme, il y a une bonne marge de progression... ainsi que quelques légers partis pris qui pourront plaire ou rebuter selon les goûts, à l'image des yeux de Falcon prenant la forme d'yeux de faucon quand il planche sur son ordinateur.

Au programme, donc, une entrée en matière ponctuée de gros clichés propres au genre et qui sont plus ou moins efficaces/dérangeants et, surtout, d'un certain manque de crédibilité dû à beaucoup trop de petites choses qui clochent. Il y a pourtant cet univers du hacking plutôt bien retranscrit, ce rythme et ce parfum de danger qui sont bien là et instaurent très bien le suspense, et si l'on n'est pas trop regardant il y a ce qu'il faut pour passer un bon moment de lecture. Espérons simplement que Bloody Monday saura gommer ses défauts par la suite, car il y a tout pour faire ici un divertissement efficace.

L'édition proposée par Pika est globalement satisfaisante. La traduction est assez vivante, et les termes propres à l'informatique sont appuyés par des explications suffisantes, même si le lexique n'est pas toujours judicieusement placé.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9791
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bloody Monday

Message non lu par Koiwai » 22 déc. 2015, 18:17

Tome 2 :

Ryûnosuke Takagi, en cavale, est parti à la rencontre de son vieil ami d'études Shikimura a qui il a demandé d'analyser le document laissé par Okita. De son côté, depuis qu'il a cru la reconnaître sur une photographie compromettante, Fujimaru commence à avoir de sérieux doutes sur la fiabilité de sa nouvelle enseignante, Maya Orihara, et part directement la voir pour vérifier ce qu'elle faisait le soir de Noël. Mais dans un cas comme dans l'autre, des événements imprévus viennent se mêler aux investigation du père et du fils. Un nouveau drame mortel contraint Ryûnosuke à reprendre la fuite, tandis que Fujimaru, après avoir vérifié l'alibi de Maya, est pris de court par de terribles événements : sa soeur Haruka ainsi que la doctoresse en charge de ses dialyses ont été kidnappées par Damon, redoutable assassin qui a laissé Hôjô pour morte. Suivant les consigne de son employeur, l'assassin exige désormais de Fujimaru qu'il pirate une centrale électrique, pour des raisons mystérieuses... mais Fujimaru, entouré de ses amis et camarades du club de journalisme, suivra-t-il les ordres si facilement ?

Après un premier volume très prenant mais plombé par un manque de crédibilité, ce deuxième tome de Bloody Monday accélère plutôt efficacement le rythme et la tension, essentiellement autour de l'affaire du kidnapping de Haruka par Damon et du piratage de la centrale.
Bien sûr, il y a toujours quelques éléments qui font tiquer. En tête, le coup de l'assassin qui, tout professionnel soit-il, n'a pas le temps de vérifier que sa cible est bien morte, ou encore la façon dont Fujimaru écarte bien vite ses soupçons sur Maya...
De même, le plan visant à libérer Haruka peut décontenancer, entre le fait que les deux meilleurs amis soient (oh ben ça tombe bien alors) des experts en karaté et en kyûdo, et le côté "le club de journal du lycée à l'attaque des dangereux terroristes" qui nous fait bien sentir que l'on reste dans un shônen, tout aussi mortel et sanglant puisse-t-il être par moments.
Sans oublier les bons vieux stéréotypes du genre. On a dès le tome 2 le coup de la petite soeur malade kidnappée alors qu'elle a besoin de sa dialyse, et pour le coup, le fait qu'elle soit malade ne sert pas à grand chose dans l'entretien de la tension, puisque l'importance de sa dialyse n'est que très sommairement évoquée. Quant à Damon, il est le stéréotype total de l'assassin redoutable et un peu taré, qui doit régulièrement prendre ses cachets pour ne pas céder à ses pulsions meurtrières. On devine d'avance ce qui va se passer quant à ses fameux cachets, et là aussi ça n'entretient que très superficiellement la tension et le suspense.

Et pourtant, malgré toutes les limites évoquées, on sent que la série décolle un peu plus avec ce tome qui est surtout intéressant dans le conflit déclaré entre nos héros et les terroristes, car chacun des deux camps va constamment tenter de prendre un coup d'avance sur l'autre, de ne pas se laisser faire. En effet, alors que Fujimaru et les siens pensent pouvoir prendre l'avantage en attaquant par surprise les terroristes de la centrale, ils ne se doutent aucunement que tout cela fait également partie du plan des ennemis, un plan savamment préparé depuis très longtemps, et dont il nous tarde désormais de découvrir tous les rouages... De ce fait, les rebondissements arrivant ensuite, alors que l'on pense le calme revenu, sont d'autant plus efficaces. Cette fois-ci, Fujimaru et ses amis parviendront-ils, grâce aux capacités de piratage informatique de notre héros, à prendre un coup d'avance ? On vous laisse le découvrir...

On appréciera également les quelques très légères mises en avant d'un autre membre du club de journalisme, Hide, via sa situation familiale. Gageons que la aura son importance par la suite. Quant à la dernière partie du tome... hé bien, elle revient finalement au point de départ du volume, ce qui pourra paraîtra un peu frustrant, mais concrètement ce second tome a au moins le mérite de divertir plutôt efficacement, de faire entrer en scène quelques nouveaux personnages forts comme Damon, et de bien faire prendre conscience au lecteur qu'il y a encore beaucoup de choses à découvrir et à résoudre autour du plan des terroristes...

Il faudra donc accepter pas mal de stéréotypes et de facilités pour découvrir un divertissement qui, ici, parvient comme prévu à décoller petit à petit. Le rythme est indéniablement là, le scénario parvient à être intrigant et de plus en plus prenant, et a priori il n'y a aucune raison que cela baisse par la suite.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9791
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bloody Monday

Message non lu par Koiwai » 02 janv. 2016, 14:36

Tome 3 :

Grâce à la perspicacité d'Otoya, Fujimaru a désormais conscience que l'alibi de Maya Orihara concernant le soir de Noël pourrait très bien être une supercherie, et c'est ensemble que les deux garçons décident d'aller directement à la rencontre de leur belle enseignante pour tenter de lever le voile sur cette affaire. Mais une fois dans l'appartement de la jeune femme, tout ne va pas se passer comme prévu, et Fujimaru devra la jouer fine s'il veut espérer démasquer Maya !
Tel est le programme d'un début de tome qui, bien qu'un peu too much sur certains points comme la compréhension parfaite entre Fujimaru et Otoya, s'avère redoutablement efficace dans l'entretien d'une tension bien palpable, où le petit aspect infiltration assez tendu laisse ensuite place à une confrontation psychologique où le plus habile l'emportera...

Mais même une fois "résolue" l'affaire Maya, les problèmes s'arrêteront-ils pour autant ? Certainement pas ! La jeune femme n'est qu'un rouage dans un complot que l'on devine de grande envergure grâce à des éléments bien disséminés (les morts et dangers de mort, le fait que tout se prépare depuis deux ans, le rôle que Fujimaru doit y jouer malgré lui, l'incursion de dangereux personnages dans aux côtés de la famille de Hide...), et de son côté Ryûnosuke Takagi est toujours en cavale, accusé de meurtres qu'il n'a pas commis ! Et si Fujimaru pense savoir où le retrouver, il n'est pas le seul à être sur sa piste : le tueur Jack Damon est lui aussi sur ses traces, et les "retrouvailles" seront loin de faire dans la dentelle, au fil d'un affrontement tendu et sanglant où les capacités de hacking de notre héros et ses relations avec ses deux amis feront à nouveau la différence...

Au final, il y a toujours cet aspect "adolescents doués vs terroristes redoutables" qui pourra rebuter un peu, mais une fois que l'on s'y fait le récit reste toujours aussi prenant. On a un troisième volume où il se passe pas mal de choses et qui, jusque dans ses dernières pages autour de ce que contient le fichier Shikimura, de ce qu'il s'est passé il y a deux ans et d'un nouvel ennemi du nom de "J", entretient efficacement plusieurs pistes. On a notamment hâte d'en savoir plus concernant l'espion au sien du Third-I, et de la menace planant autour de Hide...

Côté édition, il y a une chose à déplorer : le soudain changement de nom de l'agent Sayuri Hôjô en Hôshô...
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9791
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bloody Monday

Message non lu par Koiwai » 06 janv. 2016, 16:17

Tome 4 :

Fujimaru a retrouvé son père et ce dernier, bien que blessé, a pu être sauvé des griffes du tueur Jack Damon et est désormais en convalescence sous la protection de Third-I. Mais l'énigmatique affaire "Bloody Monday" est loin d'être finie pour autant, d'autant que Fujimaru vient de découvrir une étrange similitude entre cette affaire et une autre survenue deux ans auparavant...
La principale piste pour en découvrir plus est désormais Maya, mais quels que soient les interrogatoires qu'elle subit, elle ne décroche aucun mot, mais finit par poser ses conditions. Surveillée par Kano, Hôshô et Fujimaru, elle conduit ces derniers dans un lieu mystérieux. A priori, elle n'a aucune chance de pouvoir en profiter pour s'échapper... A priori. Car l'heure est venue pour le traître infiltré au sein du Third-I de tomber le masque.

Les enjeux autour de l'identité de l'espion font l'essentiel de ce tome, et on peut dire que Ryô Ryumon et Kôji Megumi jouent habilement leur coup en entretenant un certain suspense autour de deux suspects entre lesquels Fujimaru n'aura de cesse d'hésiter. Très vite, sa capacité d'analyse et son sens de la déduction lui permettent d'établir des hypothèses sûres, mais c'est mal connaître Maya et son acolyte, on ne peut plus habiles dans leurs propos pour semer le doute chez notre héros. En résulte un affrontement psychologique à la tension très bien rendue... malheureusement un brin ternie par un indice, en page 74, beaucoup trop gros quant à l'identité de l'espion. Difficile de dire si cela vient d'une coquille de traduction française ou si c'était déjà comme ça en japonais, mais dans tous les cas, cela brise le doute dès le départ...

En dehors de ça, on peut dire que Bloody Monday reste un divertissement redoutablement efficace dans ce quatrième tome, d'autant que l'identité du traître permet d'expliquer certains éléments qui clochaient dans les précédents tomes ! Et la dernière partie, après l'affaire de l'identité de l'espion, ne baisse aucunement la tension, tant Fujimaru ne semble plus du tout pouvoir être maître des événements...
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9791
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bloody Monday

Message non lu par Koiwai » 11 janv. 2016, 16:11

Tome 5 :

Fujimaru ne contrôle plus rien. Désormais entre les mains de Maya et de Michael, il est contraint de se plier à la requête des terroristes : hacker le système de sécurité de Third-I qu'il a lui-même mis au point, et effacer la vidéo du "massacre de Noël". Impossible pour lui de se défiler, car la traîtresse Sayuri Hôshô tient en otage Haruka et Otoya qui ne sont au courant de rien... Mais dans cette situation désespérée, il ne faut jamais sous-estimer nos héros, encore plus quand il leur faut protéger ceux en qui ils tiennent.

Il y a toujours de bonnes grosses ficelles dans Bloody Monday, à l'image de l'instinct d'Otoya pour réussir à déterminer la vérité à partir d'une simple odeur, ou de morts auxquelles il était difficile de croire et qui n'entretiennent donc qu'un suspense très factice. Et pourtant, difficile de bouder son plaisir tant le rythme est là et les rebondissements nombreux, une fois de plus. Et cela, que ce soit du côté de Sayuri qui voit sa couverture dévoilée comme on pouvait s'y attendre, ou de Fujimaru qui va mettre au point un stratagème délicat pour tenter de s'en sortir, d'autant qu'il a parfaitement conscience qu'une fois sa "mission" accomplie, il n'y a quasiment aucune chance que les terroristes le laissent en vie...

Tout aussi tendu soit-il, le focus sur Sayuri déçoit légèrement de par sa brièveté, mais l'essentiel passe malgré tout : son statut de victime, à elle aussi, puisqu'elle fut simplement endoctrinée par la secte qui a exploité ses faiblesses personnelles. En ayant conscience de cela, ce qui lui arrive ne peut qu'avoir un impact assez fort sur ses anciens compagnons du Third-I, dont un en particulier...
Mais c'est bien l'autre partie, autour de Fujimaru, qui intrigue le plus, puisqu'elle amène la véritable entrée sur le devant de la scène d'un ennemi qui était jusque là peu actif par lui-même : le stratège "J", qui s'annonce d'ores et déjà comme une adversaire redoutable dans ses capacités d'analyse, d'anticipation et de sang-froid, si bien que même notre héros ne semble pas à sa hauteur... Que ce soit via les plans de Fujimaru pour s'en sortir et sauver ses proches, ou ceux de "J", c'est à celui qui parviendra à avoir le dernier coup, celui d'avance, et les rebondissements de ce côté-là sont suffisamment bien huilés pour qu'on ne lâche jamais le tome, d'autant que l'aspect informatique reste plutôt bien exploité même s'il amène quelques retournements de situation très gros.

Quoi qu'il en soit, les auteurs livrent à nouveau un tome très prenant, où les autres pistes continuent également leur chemin. En tête, les agissements du côté du pénitencier, les doutes commençant à ronger Maya qui a failli plusieurs fois à ses missions, et surtout la fin de tome concernant le père de Fujimaru ainsi qu'un autre rebondissements... sanglant.
Image

Répondre