Diabolic Garden

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Diabolic Garden

Message non lu par Wang Tianjun » 14 nov. 2010, 22:27

"Je voulais juste te montrer que j'étais prêt à donner ma vie pour qu'une belle fleur puisse éclore..."
Image

Diabolic Garden
Voir la fiche Manga-News

Tome 1

Jeune lycéenne arborant sans complexes un look de gothic-lolita, Kotone Makimura vient d'entamer une carrière de mangaka prometteuse, mais encore pleine d'amateurisme. Au détour d'une promenade, elle s'arrête dans un curieux salon de thé, l'Eden, attirée par un parfum de fleur. Si l'accueil de ses hôtes se veut des plus bizarres, Kotone revient une nouvelle fois dans cette étrange boutique. Peut-être la fois de trop : se rendant dans un arrière-salle cachant une serre, la voilà qui engloutit par mégarde un fruit qui à pour particularité d'être... un appât à démons ! Mais fort heureusement pour la demoiselle, Tsukasa, le gérant des lieux, s'avère être un chasseur, qui viendra la protéger... en se servant d'elle comme d'un appât !

Série en trois volumes, Diabolic Garden est la première œuvre de son auteure, Ichigo Shiraki, publié dans le mensuel G-Fantasy, connu pour le déjà célèbre Black Butler. L'éditeur Ki-oon est déjà habitué à y puiser ses nouveautés, comme Superior ou Pandora Hearts. Nous naviguons donc sur un terrain à présent bien connu, celui d'un shonen gothique dont la mise en scène, le découpage narratif et le jeu des personnage l'amène à se destiner vers un public plus féminin que masculin. Parmi toutes les dernières séries surfant sur cette mouvance, Diabolic Garden saura-t-il tirer son épingle du jeu ?

C'est bien dans son "jardin" que la série trouvera sa pointe d'originalité, et fera sourire les amateurs de phytothérapie : c'est un soin par les plantes qui attendent les démons trop naifs pour se frotter à Tsukasa. Fleurs carnivores et autres cactus mélomanes sont autant des végétaux qui pullulent dans la petite boutique des horreurs qu'est l'Eden. A la fois salon de thé et librairie, c'est également un lieu de rencontre pour des personnages très mystérieux, et sollicitant l'aide du beau blond à lunettes, soit autant de rencontres enrichissante pour notre héroïne, qui n'hésitera pas à s'en servir dans ses propres histoires.

Etonnamment, on pourrait envoyer à l'auteure les mêmes critiques qu'elle inflige à Kotone par le biais de son éditrice : il y a trop de beaux gosses, et surtout, les situations sont rapidement redondantes. Le canevas de base peut se résumer ainsi : Kotone se rend à l'Eden, repart en boudant suite à l'indifférence de Tsukasa, se fait piéger par un démon, et voilà son héros arrivant pour la sauver et pour sceller la vile créature ! Les personnages sont également peu développés, ne sortant pas pour l'instant de leurs stéréotypes. Néanmoins, si le cocktail est simple (simpliste ?), il s'avère efficace, et la mangaka ne cherche pas à s'offrir des prétentions trop grandes pour elles. Le récit se veut clair, sympathique et sans se prendre véritablement au sérieux. Kotone garde toujours sa joie de vivre malgré les situations parfois traumatisantes qu'elle peut subir. On pourra même s'étonner, dans une série qui annonce pourtant un cachet macabre, de voir les scènes d'achèvement d'ennemis aussi édulcorées (silhouette, contre-plan...).

Issue d'une mouvance gothique, le trait de l'auteur reste dans les codes habituels du genre, et l'on peut même ressentir l'influence lointaine du style de Kaori Yuki, au risque de s'attirer les foudres des puristes ! Mais Ichigo Shiraki n'a pas la prétention d'aller aussi loin, son dessin se voulant relativement fluide et accessible. Jouant sur le contraste noir et blanc, le tramage n'est là que pour sublimer les vêtements, et l'ombrage se veut discret. Le seul vrai bémol viendra plutôt de l'absence de décors. Attention à ne pas confondre dessin aéré et cases vides !

Ainsi, Diabolic Garden fait office de "série gothique pour les Nuls", avec un style accessible même pour les non-adeptes, et cumulant les clichés sans devenir agaçant. Avec un démarrage sympathique, on se doute que la série ne marquera pas l'histoire de son empreinte. Cependant, avec seulement trois tomes (et un premier auto-conclusif), le risque de déception n'est pas très grand. Si la curiosité d'entrer dans ce salon de thé vous titille, cela ne coute pas grand chose d'y entrer... mais gare à ce que vous y trouverez !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
NiDNiM
Otaku Girl
Messages : 1300
Enregistré le : 30 nov. 2008, 17:53
Localisation : Avec ma chérie

Re: Diabolic Garden

Message non lu par NiDNiM » 14 nov. 2010, 22:31

Wang Tianjun a écrit : Issue d'une mouvance gothique, le trait de l'auteur reste dans les codes habituels du genre, et l'on peut même ressentir l'influence lointaine du style de Kaori Yuki, au risque de s'attirer les foudres des puristes !
T'as fumé, sérieux. Je l'ai feuilleté et rien à voir.

Ah, je te renie, je te déteste, je te hais. OSER dire ça alors que je t'ai menacé d'une mort prochaine ... Espèce de nul ! :shock:
Tiens même pas envie de t'expliquer en long en large et en travers que rien à voir, tu pourrais pas comprendre ... Tssss.
[Définir, c'est limiter.]
[Le critique est celui qui peut transposer d'une autre manière ou traduire en éléments nouveaux, son impression de la beauté.]

Oscar Wilde, Le portrait de Dorian Gray

Mon trésor
MON coup de cœur, MA pub.

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Diabolic Garden

Message non lu par Wang Tianjun » 14 nov. 2010, 22:36

Et dire que je n'ai parlé que d' "influence lointaine"... :mrgreen:
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
jojo81
The Doctor
Messages : 1170
Enregistré le : 19 févr. 2010, 23:17
Localisation : Albi
Contact :

Re: Diabolic Garden

Message non lu par jojo81 » 14 nov. 2010, 22:57

Très lointaine alors...
J'hésitais à me le prendre et grâce à ta chronique je ne suis pas plus avancé ^^'
Nostroblog: des copains et du goût !
Image
Don't turn your back. Don't look away. And don't blink.
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Diabolic Garden

Message non lu par Wang Tianjun » 15 nov. 2010, 08:59

jojo81 a écrit :J'hésitais à me le prendre et grâce à ta chronique je ne suis pas plus avancé ^^'
Ah là là, si en plus il faut assurer le service après-chroniques... :wink:

Comme je l'ai dit, c'est du gothique très soft, qui conviendra aux puristes sans renouveler le genre, et aux curieux. C'est dans la même veine qu'un Alice au royaume de coeur ou d'un Pandora Hearts chez le même éditeur, sympathique mais sans plus.

Donc rassure-toi, l'achat ou non de cette série ne va pas chambouler ta mangathèque :mrgreen:
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
jojo81
The Doctor
Messages : 1170
Enregistré le : 19 févr. 2010, 23:17
Localisation : Albi
Contact :

Re: Diabolic Garden

Message non lu par jojo81 » 15 nov. 2010, 12:37

Ok c'est un titre qui ne sert à rien donc. Je vais peut être éviter de me l'acheter...
Nostroblog: des copains et du goût !
Image
Don't turn your back. Don't look away. And don't blink.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9842
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Diabolic Garden

Message non lu par Koiwai » 22 nov. 2010, 01:22

Vaguement intrigué lors de l'annonce, plutôt refroidi lors de la preview, j'ai testé ce tome 1, et euh... sérieusement, qu'est-ce que c'est que ce navet ?

Que le tout démarre vite pour nous plonger rapidement dans l'ambiance, pourquoi pas. Le problème étant que l'ambiance censée être gothique, je ne l'ai jamais ressentie, ou tout du moins pas dans le bon sens du terme, tant l'héroïne gothloli a tout de la pouffe débile imbue d'elle-même, en plus d'avoir des réactions idiotes (oh, tiens, un fruit inconnu, et si je le mangeais ?) et une tête à claques. Quant aux autres personnages, il ne s'agit ni plus ni moins que de beaux gosses de base, aux personnalités stéréotypées tout juste esquissées. Pour le reste, le dessin, classique, manque de profondeur et de nuances, ne fait jamais ressortir de véritable ambiance gothique (les vêtements, notamment, restent très basiques et clichés), d'autant que le tout reste assez bon enfant. Peut-être pour rendre le truc plus abordable, comme le dit Tianjun. Sur moi, ça a eu l'effet inverse. Le tout est à mon goût trop banal, si banal et cliché qu'il me rebute.
Côté scénario, ça parvient à être déjà redondant après seulement un tome. En plus d'être une pouffe, l'héroïne est une cruche finie qui va passer son temps à se mettre dans des situations périlleuses, et qui va attendre d'être sauvée. Ah. Reste cet aspect "phytothérapie", potentiellement sympathique, mais restant survolé.

Bref, je ne vais pas m'étendre, le tome 1 Diabolic Garden est l'un des trucs les plus insipides qu'il m'ait été donné de lire cette année. Mais si j'ai eu du mal à finir ce premier tome (lu en 3 fois), je prendrai quand même les 2 suivants, car je n'ai pas envie de revendre un titre Ki-oon (fanboyisme stupide, quand tu nous tiens --").

Piller le catalogue de Square-Enix n'a pas que du bon...
Image

Avatar du membre
NiDNiM
Otaku Girl
Messages : 1300
Enregistré le : 30 nov. 2008, 17:53
Localisation : Avec ma chérie

Re: Diabolic Garden

Message non lu par NiDNiM » 22 nov. 2010, 07:41

Koiwai a écrit :Vaguement intrigué lors de l'annonce, plutôt refroidi lors de la preview, j'ai testé ce tome 1, et euh... sérieusement, qu'est-ce que c'est que ce navet ?
Je savais que ça avait l'air nul :D (Ouais, constructif, je sais)
[Définir, c'est limiter.]
[Le critique est celui qui peut transposer d'une autre manière ou traduire en éléments nouveaux, son impression de la beauté.]

Oscar Wilde, Le portrait de Dorian Gray

Mon trésor
MON coup de cœur, MA pub.

Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Diabolic Garden

Message non lu par Einah » 22 nov. 2010, 08:02

Ca me rassure de ne pas avoir été l'acheter. Je n'avais pas été emballé par le trailer et au vue des commentaires, ca se confirme. Mais sait on jamais, peut être que les prochains tomes seront une vraie révélation :shock:
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9842
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Diabolic Garden

Message non lu par Koiwai » 25 févr. 2011, 14:49

Tome 2:

Un tome très épais pour encore plus de torture. Après un premier volume d'une nullité abyssale, ce deuxième tome est dans la même veine. Geshtalt, un serviteur de Kreuz, est bien décidé à venger son maître en éliminant Tsukasa. Le gus se rend donc dans le monde des humains mais est vite démasqué et va vite se joindre au groupe pour des raisons on ne peut plus mauvaises. Signalons également la débilité des personnages, à l'image de Tsukasa se rendant tranquillement dans son jardin secret sous les yeux de son ennemi sans se méfier, ou Geshtalt qui change à tout va d'orientation en début de tome. Déjà que le scénario est sous-exploité (n'espérez d'ailleurs pas un quelconque développement du côté phytothérapie), il se permet en plus des incohérences et des facilités indigestes.
On va quand même signaler une bonne nouvelle: cette insupportable cruche de Kotone est complètement absente du tome, mais laisse malheureusement place dans le rôle de personnage principal à un Geshtalt tout aussi insipide. Mais l'absence de Kotone est une bonne nouvelle de courte durée, puisque la mangaka parvient dans ce tome à faire apparaître une héroïne encore plus pouffe et horripilante en la personne de Luna (l'horreur aux cheveux bleus et aux yeux rouges sur la couverture), qui accumule encore plus merveilleusement tous les clichés de la pouffe gothique de base. Complètement crétine, enchaînant les répliques de décérébrée et ne vivant qu'à travers son amour pour un groupe de visual rock là aussi pseudo gothique... Excusez-moi, je pars vomir et je reviens.

Côté scénario, on frôle de plus en plus le néant, la nouvelle mission de nos héros étant de démasquer des vampires (histoire de flirter avec un thème en vogue) au sein d'un autre groupe de visual rock. Niveau originalité, c'est le zéro pointé, d'autant que la mangaka conserve son don pour rendre tous ses personnages insupportables, insipides. Ichigo Shiraki accumule tous les clichés possibles et imaginables du gothique, malheureusement du gothique côté pouffe. Diabolic Garden est une horreur à fuir comme la peste, et confirme sa place au sein des plus sombres bouses de 2010.
Image

Répondre