A town where you live

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Einah
Messages : 1929
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: A town where you live

Message non lu par Einah » 06 févr. 2013, 20:57

impressionnant lol comme quoi on peut mettre le prix qu'on veut sur Amazon en occas, pas de vérification de cohérence lol
Image

Avatar du membre
Raimaru
Space Cowboy
Messages : 1687
Enregistré le : 16 janv. 2010, 16:37
Localisation : Fensch Vallée

Re: A town where you live

Message non lu par Raimaru » 07 févr. 2013, 20:28

ça se peut que ce soit un logiciel automatique qui calcule les prix et qui a foiré. Ça s'est déjà vu sur Amazon, avec l'épisode du livre de sciences dont le prix ne cessait de grimper jusqu'à atteindre des millions de dollars.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9527
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: A town where you live

Message non lu par Koiwai » 24 févr. 2013, 19:19

Tome 10 :

Une nouvelle vie a commencé pour Haruto, qui, pour retrouver Yuzuki qu'il pense dans la panade, a déménagé à Tokyo et squatte désormais l'appartement de sa très impudique grande soeur. Mais il a beau insister encore et toujours, Yuzuki refuse catégoriquement de le rencontrer. Mais deux semaines plus tard, Mina, une camarade de classe, obtient deux billets pour la kermesse du lycée de Yuzuki. Haruto y voit l'opportunité tant attendue d'enfin revoir Yuzuki, et s'empresse alors de demander à Mina s'il peut l'accompagner. Une fois sur place, rien ne se passe vraiment comme prévu, Mina se fait des films toute seule et pendant ce temps Haruto n'a pas l'occasion de voir Yuzuki. Mais finalement, c'est la jeune fille qui vient à Haruto pour lui annoncer une cruelle nouvelle : elle a désormais un autre petit ami...

Le début du volume a de quoi décontenancer : avant de revenir aux choses sérieuses avec l'aveu de Yuzuki, Kouji Seo nous balade pendant quelques dizaines de pages aux côtés de notre héros et de Mina, nouvelle venue censée faire dans l'humour, mais qui ne fera qu'irriter la plupart des lecteurs tant elle est horripilante, à se faire des films toute seule (il faut aussi dire que la façon dont Haruto l'a abordée était assez crétine) et à passer son temps à donner ou enlever des points à notre héros. On reste donc sur l'impression d'avoir un nouveau personnage neuneu et pour l'instant inutile (hormis pour rallonger superficiellement la sauce). Côté mise en place, c'est raté.

Heureusement, la suite du volume redevient un peu plus intéressante : dès lors que la dure vérité tombe aux oreilles de Haruto, on se régale assez en voyant le soutien que lui apportent ses nouveaux amis : Asuka même qui se montre sévère, mais surtout Kyôsuke, via une petite virée à moto qui aboutit sur la consolidation d'une véritable amitié. Les dialogues entre les deux garçons coulent de source, et l'on ressent bien que le courant passe parfaitement entre eux. Le deuxième coup de théâtre important de ce tome arrive alors au bon moment pour semer à nouveau le trouble !

Concrètement, on reste d'abord circonspect face à ce nouveau rebondissement. On le sentait venir de loin, alors qu'on ne l'espérait pas tant il tombe dans le plus classique et invraisemblable des clichés. La coïncidence est énorme, l'auteur tombe en plein dedans. Sur le coup, on est donc assez déçu, on a peur de voir la série retomber dans les pires moments des précédents tomes, et pourtant, Kouji Seo parvient à conserver l'intérêt, car il a auparavant su mettre en valeur ce qu'il fallait, et continue de le faire de façon tout à fait agréable grâce à une ambiance tranche de vie sympathique, faite de conversations vivantes et de cuisine. Malgré cette stupide coïncidence et le triangle amoureux qui s'est formé, les nouveaux amis continuent de voir leur amitié se consolider au-delà de l'amour, et sont plutôt bien épaulés par des personnages secondaires comme Asuka.

Au final, Kouji Seo parvient à rebondir de façon agréable sur une base pourtant idiote faite d'une énorme coïncidence. Haruto et les nouveaux personnages restent sympathiques, et on a envie de savoir ce qui les attend. Il faut juste passer quelques passages moins inspirés (le cas de l'irritante Mina, le fan-service autour de l'impudique Aoi...).
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Titou-Maru
Messages : 23
Enregistré le : 18 févr. 2013, 00:09

Re: A town where you live

Message non lu par Titou-Maru » 25 févr. 2013, 12:36

D'après les quelques lignes que j'ai pu lire ici, le manga n'est pas fameux... J'avais pensé l'acheter au départ, le dessin étant toujours très beau. Mais la fin de Suzuka (aie aie aie...) et la ressemblance des persos m'avait complètement refroidi à dire vrai.

L'auteur fait des choix scénaristiques parfois incompréhensibles, à se taper le c*l par terre ! On dirait même de l'auto-sabotage (je ne peux citer que la fin de Suzuka comme exemple, je n'ai pas osé lire A Town Where You Live...)

Pour ceux qu'ils l'ont, est-ce que vous en conseillez la lecture et pour quelles raisons ? *dubitatif* :|
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9527
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: A town where you live

Message non lu par Koiwai » 25 févr. 2013, 17:18

Titou-Maru a écrit :L'auteur fait des choix scénaristiques parfois incompréhensibles, à se taper le c*l par terre ! On dirait même de l'auto-sabotage
Oh que oui ! :lol: Ce qui est étonnant, c'est qu'avec des choix scénaristiques parfois tout pourris, il arrive pourtant à rebondir de façon intéressante et agréable. Le tome 10 d'A town en est la preuve parfaite, Kouji Seo y balance ce qui est peut-être la plus grosse coïncidence, la plus grosse facilité scénaristique de sa carrière, et il arrive pourtant à en retirer quelque chose de vraiment pas déplaisant.

Si tu as aimé Suzuka malgré ses défauts, tu peux tenter A Town, même si cette série est encore plus inégale que Suzuka, l'auteur ayant tendance à pousser encore plus loin les défauts qui étaient déjà présents dans Suzuka :lol: Il y a de vrais bons moments, parfois perdus entre des réactions de personnages neuneus et de vrais foirages (pour rester sur le tome 10, le personnage de Mina est vraiment une catastrophe, elle est censée donner dans l'humour mais se révèle juste insupportable ^^"" c'est le personnage de trop, un peu comme Yui dans Suzuka qui ne servait à rien).

En fait, pour moi A Town est une espèce de Suzuka-like. La série a un peu les mêmes qualités et défauts que Suzuka, mais ces qualités et défauts sont plus prononcés.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Titou-Maru
Messages : 23
Enregistré le : 18 févr. 2013, 00:09

Re: A town where you live

Message non lu par Titou-Maru » 25 févr. 2013, 19:03

Koiwai a écrit :Si tu as aimé Suzuka malgré ses défauts, tu peux tenter A Town, même si...
Je n'aime pas trop faire ça mais du coup, je serai presque tenté de revendre Suzuka pour acheter cette série là...

Surtout si c'est du Suzuka-like comme tu dis, pourquoi pas ? :?
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9527
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: A town where you live

Message non lu par Koiwai » 18 mai 2013, 16:55

Tome 11 :

La vache, Kouji Seo ose enfin un gros truc dans sa série, et en plus il le fait bien O__O




Alors qu'il s'est fait un nouvel ami de confiance en la personne de Kyôsuke, Haruto découvre que ce dernier n'a plus qu'un an à vivre, et qu'il est le nouveau petit ami de Yuzuki. Face à cette double révélation, notre héros peine à cacher ses émotions, ne sait pas trop comment réagir dans un premier temps, puis décide finalement d'être franc avec lui-même et son entourage, en déclarant la guerre à Kyôsuke. Mais quoi que leur réserve l'avenir, les deux garçons sont bien décidés à ce que leur amitié survive à leur lutte pour obtenir l'amour de Yuzuki.
C'est alors que Haruto apprend qu'il reste une chance à Kyôsuke de survivre à sa maladie, s'il accepte de subir une délicate opération chirurgicale... ce qu'il refuse en bloc depuis que Yuzuki est à ses côtés. Un choix qui attise la colère de son amie d’enfance Kiyomi, qui reproche en plus à Yuzuki de ne rien faire pour le convaincre de se faire opérer...

Alors que la lutte pour l'amour de Yuzuki continue de bonne guerre entre les deux amis Haruto et Kyôsuke, la nouvelle venue qu'est Kiyomi débarque, et avec elle la nouvelle de la possible opération chirurgicale. En plus de ce nouvel élément, on découvre surtout en Kiyomi une jeune fille tout d'abord assez irritante, tant elle est hautaine et a mauvais caractère, n'hésitant pas à s'en prendre à Haruto et à accuser directement Yuzuki sans prendre de pincettes. Mais on découvre très vite la raison, très prévisible, qui la pousse à être ainsi : un amour à sens unique et inavoué pour son ami d'enfance.
Commence alors pour les deux amoureux transi que sont Haruto et Kiyomi une collaboration pour tenter de récupérer l'élu(e) de leur coeur, collaboration qui offre surtout des notes d'humour dues à la maladresse d'une Kiyomi qui parvient petit à petit à se faire attachante, et qui finit par aboutir sur une constatation simple pour les deux adolescents : il leur sera difficile de récupérer la personne qu'ils aiment... mais au bout du compte, sont-ils encore certains de le vouloir ?

Entre humour et interrogations de nos héros, Kouji Seo suit un rythme tout à fait appréciable, l'ambiance agréable laissant se profiler à l'horizon, doucement, un nouveau rebondissement suite au choix que fera finalement Kyôsuke. En me^me temps que certaines désillusions arrivent, des liens entre certains personnages se renforcent, à commencer par l'amitié entre Haruto et Kyôsuke. On pense alors deviner comment les choses vont tourner par la suite, Kouji Seo ne nous ayant jamais considérablement surpris jusque là dans sa série. C'est le moment précis que l'auteur choisit pour subitement tout renverser, amenant dans son histoire un bouleversement que l'on était loin d'attendre au vu du classicisme de sa série jusqu'à présent, et qu'il parvient à amener de manière brillante, tant on s'attend à l'exact inverse de ce qui se passe sur le coup. Le choc arrive finalement au détour d'une page, puis se confirme, sans que le mangaka ne tombe dans le pathos, celui-ci ayant ensuite à coeur de s'intéresser à l'après, aux conséquences que ce bouleversement aura sur chacun des personnages.

On se laisse alors porter par une fin de volume plus douce-amère que triste, où Kouji Seo a le bon goût de ne pas avoir exagéré les choses. Il lui a suffi de réussir à nous surprendre sur le coup pour faire passer toute la force de ce bouleversement, et si le tout retombe très vite dans des trames amoureuses assez classiques à base de d'interrogations amoureuses, on comprend bien que plus rien ne sera comme avant pour nos différents héros, et on a réellement hâte de voir ce qui les attend dans la suite de la série.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9527
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: A town where you live

Message non lu par Koiwai » 25 août 2013, 17:58

Tome 12 :

Le temps continue de s'écouler depuis la récente disparition de Kyôsuke, et chacun a encore le sourire du jeune garçon à l'esprit. Pour se changer les idées, Asuka et Kiyomi accompagnent Haruto jusqu'à son village natal pour se détendre quelques jours. C'est l'occasion de revoir Akari, Takashi et Nanami, tous trois en pleine forme. Mais Haruto et Asuka restent en plein doute. La jeune fille lui a fait sa déclaration, mais notre héros, qui peine encore à se résoudre au fait de ne plus revoir Yuzuki et reste chagriné par le décès de Kyôsuke, n'arrive pas à se résoudre à entamer une nouvelle relation...

Ainsi le retour dans le village natal de Haruto s'annonce-t-il délicat, car derrière la détente et la jovialité de Takashi ou d'Akari, les coeurs restent meurtris et incertains. Toutefois, le déclic pourrait arriver par l'intermédiaire de Nanami. Courageuse, la jeune fille est parvenue à oublier ses sentiments pour Haruto, et pousse désormais notre héros à être sincère avec lui-même... pour, finalement, accepter de sortir avec Asuka.
A vrai dire, les choses sont plutôt rapides, et Haruto ne reste finalement pas longtemps dans le doute. S'en suivent alors les premiers émois amoureux de Haruto et Asuka, pour un résultat mi-figue mi-raisin, car si ce petit couple très maladroit a de quoi être mignon et attachant, certaines de leurs réactions, exagérées, sont désespérément irritantes, entre lui qui reste plutôt benêt et ne comprend pas tout de choses pourtant évidentes, et elle qui est beaucoup trop en contrastes ("je veux être embrassée, mais dès qu'il essaie je lui mets une droite"... pitié...). Toutefois, il y a des choses réellement sympathiques, comme l'identité de la première personne à laquelle ces deux-là décident d'avouer leur relation.

Tout ceci pour nous faire arriver doucement mais sûrement vers un nouvel arc, de prime importance : l'entrée à l'université ! Ainsi, plusieurs mois se sont écoulés, nos héros arrivent à la fac... pour un résultat qui accumule les clichés et facilités.
Déjà, on reste plutôt consterné par la grosse facilité qu'est le fait que tout le monde se retrouve dans la même fac. Sur ce point, il y avait sûrement mieux à faire. Ne pas intégrer tout le monde ensemble aurait pu créer des choses intéressantes plus tard. Ou quitte à intégrer à tout prix Akari et Takashi, il aurait été sympathique d'exploiter l'arrivée de ces deux campagnards en ville autrement que par les habituels frasques d'un Takashi irritant à force de draguer toutes les jolies filles qu'il croise.
Ensuite, il y a la désagréable sensation que, malgré les mois passés, Haruto et Asuka en sont restés au même point dans leur relation, celle-ci n'ayant pas évolué d'un poil. Pour l'instant, cette relation sent quand même bon le bouche-trou en attendant autre chose...
Enfin, et pire que tout, il y a le nouveau personnage, Shiori, belle demoiselle à lunettes, une fille de plus qui se met à tourner autour de Haruto, et qui le fait de façon on ne peut plus horripilante en jouant les puputes afin de mieux manipuler notre héros par la suite, tandis qu'on reste effaré par la facilité avec laquelle ce dernier tombe une énième fois dans un panneau qu'on voyait arriver de loin. Il y a des choses qui ne changent pas, et Haruto conserve ce côté beaucoup trop bonne poire. Malgré le temps qui passe et son arrivée à la fac, on ne peut pas dire qu'il devienne plus futé ou mâture... Enfin, au sujet des agissements manipulateurs d'une Shiori déjà insupportable, il faut signaler que la demoiselle a évidemment des motivations précises pour agir ainsi, et qu'elles sont... insipides. Sincèrement, pourquoi agir ainsi pour ça ?

Accumulation de clichés, personnages toujours aussi irritants, désespérants et têtes à claques par moments, nouvelle venue insupportable, relations qui n'évoluent pas vraiment, caractères qui restent trop statiques malgré l'arrivée à la fac... Malgré une narration qui s'écoule avec fluidité, on ne peut franchement pas dire que ce nouvel arc débute de façon convaincante. Après la bonne partie qui vient de s'écouler, espérons que Kouji Seo ne retombera pas dans ses travers habituels.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9527
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: A town where you live

Message non lu par Koiwai » 19 nov. 2013, 21:01

Tome 13 :

Oh ben ça alors ! Après s'être une énième fois fait manipuler, Haruto s'est retrouvé avec Shiori au love hotel, dont il ressort, comme par hasard, pile quand Nanami passe devant. La jeune fille a évidemment vite fait de se faire des films, pour de nouvelles séances de quiproquos qui s'annoncent insupportables. Et pendant ce temps, notre héros, lui, se fait royalement piétiner par une Shiori prodigieusement égoïste, mais dont il choisit malgré tout de conserver le secret, même si c'est voué à le mettre dans la panade. Garçon beaucoup trop gentil ou juste éternelle bonne poire crétine, chacun se fera son avis sur Haruto... s'il le faut encore. Car après plus de 12 tomes, on a largement eu le temps de cerner ce héros incapable d'évoluer.

Reste qu'alors qu'on s'attend à d'interminables égarements superficiels, Kouji Seo choisit de faire tourner le problème du love hotel relativement court, grâce à une Asuka étonnante un plus d'un détour. A plusieurs reprises pas jalouse pour un sou, elle étonne franchement Haruto, mais prouve surtout par là toute la confiance qu'elle porte à son copain. A partir de là, la relation entre les deux amoureux évolue franchement dans le bon sens. Ils restent tous deux assez maladroits, conservent quelques réactions étranges, et l'auteur, pour ne pas changer, a beaucoup trop tendance à user encore et toujours des mêmes ficelles au point d'en rendre certaines hautement prévisibles et totalement insupportables (à l'image de l'éternelle incapacité de ces deux-là à passer à l'acte, toujours dérangés par on ne sait quelle idiotie...). Mais en parallèle, le couple se consolide, Haruto et Asuka passent plus de temps à deux, essaient de bien cerner leur façon d'être pour se faire toujours mieux confiance, ils envisagent de voyager ensemble au point que notre héros prend un job... Globalement, c'est mignon, ce couple gagnant un peu plus en charme, et Asuka restant un personnage décidément attachant. Tout cela alors que, parallèlement...

... oh ben ça alors ! Poussé par Asuka à dépanner un camarade de fac en participant à un gôkon (non, quand on vous dit qu'Asuka n'est pas jalouse...), Haruto y retrouve, comme par hasard, cette chère Yuzuki ! Ce rebondissement peut remporter haut la main la palme du gros hasard le moins crédible de la série (pourtant, la concurrence est rude), d'autant que l'auteur en remet une couche en refaisant se croiser ces deux-là sur le lieu de travail de notre héros (ben oui, le convini où il travaille est forcément à côté de chez Yuzuki, mouimoui). Mais là où l'on attend déjà de nouveaux rebondissements idiots à base de doutes sentimentaux et de quiproquos, l'auteur évite pendant un temps cet écueil, en se contentant de préparer le terrain pour de futurs problèmes.
Et ces problèmes, ils arrivent en fin de tome avec le retour en force d'un personnage qu'on avait préféré oublier : Rin, la petite soeur de Yuzuki. Le temps ayant passé, celle-ci est désormais en terminale et aimerait, comme par hasard (hem), intégrer l'année suivante la même université que notre héros (hemhem). La jeune fille est devenue moins hypocrite, plus posée, plus... ha ha ! Non ! En réalité l'auteur vous a bien eu, c'est toujours une grosse garce (elle a même gardé son tic bien cliché, où elle passe ses doigts sur sa langue dès qu'elle est contente de ses méfaits, youpi). Et puisque Haruto est toujours aussi incapable de réfléchir, il s'apprête à tomber à nouveau dans un bon gros piège bien visible, pour une suite qui s'annonce déjà en chute libre. Espérons qu'on se trompe.

Dans le fond, ce treizième tome n'est pas déplaisant, car il dépeint avec un certain charme la relation entre Haruto et Asuka, malgré des grosses ficelles épuisées jusqu'à la moelle par Kouji Seo (b****l, quand est-ce qu'ils vont enfin b***** ?!). Mais à côté, il y a toujours ces interrogations quant à la capacité de l'auteur à détruire en partie les bons trucs à coups de gros clichés insupportables.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9527
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: A town where you live

Message non lu par Koiwai » 08 mai 2014, 19:45

Tome 14 :

Le retour de Rin marque forcément le retour des coups fourrés pour Haruto ! Contraint par celle-ci de passer une journée avec elle dans un parc d'attractions, il se retrouve finalement à y aller avec... Yuzuki. Pas très à l'aise, les deux anciens amoureux pensent rentrer chez eux chacun de leur coté, avant de finalement décider de se rendre malgré tout au parc, l'un pour acheter un cadeau à Asuka, l'autre pour voir un défilé.
Le plan de cette chère garce de Rin fonctionne donc à merveille, et voici Haruto et Yuzuki ensemble au parc, ce qui risque forcément de menacer le couple que notre héros forme avec Asuka... Le rebondissement est gros, d'autant que les personnages brillent une nouvelle fois par leur relative idiotie (Haruto et Yuzuki mettent quand même un petit moment avant de comprendre que Rin les a piégés, alors que c'est l'évidence même). Mais finalement, ce passage reste sympathique, car Kouji Seo y évite tout gros bouleversement, poursuit ses petits clins d'oeil amusés envers son autre oeuvre phare (au détour d'une case, on aperçoit Suzuka en compagnie de sa jeune fille Fuka, situation sympathique quand on sait que la nouvelle série de l'auteur au Japon a pour héroïne cette même Fuka, et, surtout, laisse comme il se doit planer le doute sur ce que ressentent exactement les deux personnages au fond d'eux. Haruto a beau prendre au sérieux sa relation avec l'adorable Asuka et s'apprêter à partir ) Okinawa avec elle, on sent juste comme il le faut que la présence de Yuzuki à ses côtés le trouble. Lors du défilé, il retrouve la fraîcheur presque gamine de la jeune fille qui l'avait séduit par le passé, et il passe du bon temps... au point d'oublier Asuka pendant quelques heures.

Bref, l'auteur s'applique simplement à apporter quelques petits détails montrant que Yuzuki n'a pas totalement disparu du coeur de Haruto, le fait qu'il n'avoue pas à Asuka qu'il a passé la journée avec Yuzuki en étant d'ailleurs une autre preuve. Mais quoi qu'il en soit, pour l'heure il reste fidèle à sa liaison avec Asuka, au point de s'inquiéter franchement pour elle à l'approche des examens, et à redoubler d'efforts en vue du voyage à Okinawa avec elle. Entre deux petites notes d'humour (surtout amenées par Takashi, toujours aussi lourdingue) et quelques retours inutiles (on se demande toujours à quoi sert Shiori dans l'histoire), on retrouve avec plaisir ce petit couple, ses maladresses et ses doutes (notamment ceux d'Asuka, qui se demande si Haruto a vraiment envie de partir en voyage avec elle), mais on se rend surtout compte que leur relation, bien que mignonne, a du mal à avancer. Le voyage à Okinawa devrait alors marquer une étape importante pour eux... mais, signe du destin, il tombe à l'eau quand Asuka apprend qu'elle doit retourner auprès de sa mère malade. Haruto décide alors de profiter lui aussi de sa famille et rentre à Hiroshima avec ses amis d'enfance et Kiyomi, invitée par Akari. Cependant, à cette même période, Yuzuki rend aussi visite aux parents de Haruto, avec sa sœur et son frère...
On le sait déjà, le report du voyage avec Asuka et les retrouvailles plus proches avec Yuzuki à Hiroshima s'apprêtent à redonner une orientation prévisible mais assez attendue à la série. Alors que rien ne semble avancer concrètement entre Asuka et Haruto, tout remet Yuzuki sur le chemin de notre héros. Et le mangaka a beau s'appuyer sur ses éternels clichés et grosses coïncidences, la sauce prend plutôt bien, car il fait évoluer les choses sans trop les brusquer. Mieux, il en profite aussi pour revenir un peu sur ses autres personnages, notamment Takashi et Kiyomi. L'ami de Haruto est bien décidé à sortir avec la belle brune, cette fois-ci il a l'air un peu plus sérieux, en tout cas c'est ce qu'il dit... On sent qu'il l'est, mais Takashi reste Takashi, et dès que Rin s'en mêle en jouant une fois de plus la pupute, ça crée forcément quelques étincelles avec Kiyomi. Bien que répétitif au bout d'un moment, l'humour fonctionne assez bien sur la crétinerie de Takashi et sur les petits jeux de manipulation amusés de Rin qui se fout bien de Takashi et Kiyomi (et qui apparaît moins insupportable, car elle reste assez discrète), mais Kouji Seo n'oublie pas non plus quelques légers focus un brin poignants. Kiyomi a toujours dans le coeur Kyôsuke, mais n'est-il pas temps pour elle d'essayer de repartir de l'avant ?

Bref, si on n'évite pas les habituelles grosses ficelles, Kouji Seo parvient bien à préparer le terrain pour ce que l'on devine déjà, à savoir le retour de Yuzuki au coeur de l'histoire, pour une suite qui risque d'être cruelle pour Asuka... La lecture est globalement agréable, et les choses risquent fort de beaucoup bouger dans le prochain volume.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre