Beelzebub

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9797
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Beelzebub

Message non lu par Koiwai » 18 avr. 2011, 23:35

Image
La fiche sur MN


Tome 1:

Lui, c'est Tatsumi Oga, surnommé "le Fou Furieux" car il fait régner sa loi avec terreur au sein d'un des lycées les plus craignos du Japon, où les loubards et caïds affluent dans tous les sens. Ayant tendance à faire parler ses poings avant son cerveau, dont on se demande d'ailleurs s'il en a un, il va pourtant voir sa vie basculer lorsqu'il va repêcher dans une rivière un étrange géant moustachu nommé Alindolon (il vous en prie), qui ne va pas tarder à se fendre en deux (?!) pour laisser apparaître un bébé à la mine renfrognée (?!?). Puis c'est au tour d'une étrange jeune fille de débarquer, une jolie blondinette gothloli ne se séparant jamais de son parapluie volant (?!?!). Qui sont donc ces hurluberlus ? Oga ne tarde pas à le savoir: le bébé en question n'est autre que Beelzebub IV, le fils du diable, et notre voyou débile a été choisi pour l'éduquer et en faire le futur destructeur de l'humanité, son démoniaque de père étant trop occupé à jouer à la console ou à aller chasser le chupacabra pour élever lui-même sa progéniture. Quant à Hildegarde, la blondinette, elle n'est rien d'autre que la servante fidèle et un brin trop protectrice du bébé. Commence alors pour Oga une collocation pour le moins bizarre avec le fils du diable et sa servante, qui passent très vite pour son enfant et sa femme (!!!)...

Ainsi se présente Beelzebub, titre-phare de Shônen Jump, fortement attendu dans nos contrées et d'ores et déjà présenté comme une nouvelle perle du manga comique. Est-ce tout à fait le cas ? On est tenté de dire oui après une introduction astucieuse, pendant laquelle l'auteur, Ryuhei Tamura, réussit à présenter de manière originale le concept de son manga et les personnalités décalées de ses principaux protagonistes. Ainsi, le récit s'ouvre sur un Oga en train de raconter de manière taciturne ce qui vient de lui arriver à Furuichi, son meilleur ami un peu crétin et loser qui n'en croit pas ses oreilles. Arrive ensuite la taciturne Hildegarde, qui, suite à un superbe quiproquo, est présentée comme la petite amie de Oga auprès de ses parents, qui, curieusement acceptent sans sourciller le fait qu'il a une "femme" et un "enfant".
Le ton est donné: Beelzebub sera un manga décalé qui se reposera beaucoup sur ses personnages. Et cela, ce premier volume le fait plutôt bien. Sans cesse, on se prend à sourire devant la profonde idiotie d'Oga, qui, par exemple, n'hésite pas à plonger dans une eau où il va manquer de se noyer juste pour fuir ses adversaires loubards, devant les incompréhensions de la trop sérieuse Hildegarde qui s'emporte régulièrement un peu pour rien, ou encore face à la tonne de loubards souvent ridicules qui constituent de véritables caricatures du genre. En somme, pour le moment, Beelzebub doit beaucoup à son cadre fait de personnages résolument décalés et crétins et de caïds en tous genres.

En ce qui concerne le fond de l'histoire, on reste pour le moment un peu plus mitigé, car ce premier tome se contente en grande partie, après nous avoir présenté les personnages et la base de l'histoire, d'enchaîner les frasques d'Oga face aux loubards qui viennent le provoquer, ce qui a tendance à vite être redondant. De plus, on regrette, pour le moment, la passivité de Beelzebub, qui n'est le moteur que de quelques gags parfois pas très aboutis, parfois bien trouvés (l'explication sur le taux d'urine du bébé est plutôt bonne). Néanmoins, quelques éléments venant enrichir le fond sont d'ores et déjà distillés, comme le fait que notre héros serve de catalyseur pour les pouvoirs du "bout de chou", ou que le bambin voue une admiration sans bornes aux gens foncièrement méchants, ce qui explique que Oga soit l'éducateur parfait pour lui.

Visuellement, le coup de crayon de Tamura est plutôt agréable mais reste encore assez classique, voire parfois trop léger et inégal. Quoi qu'il en soit, on constate déjà chez l'auteur un certain talent pour dépeindre des bouilles bien marquées et expressives, ce qui rend les divers protagonistes impossibles à confondre. Il y a clairement, ici, une marge de progression.

Personnages idiots et décalés, situations cocasses, quiproquos, jeux de mots pourris (on retiendra les superbes "Alindolon" et "Oga & Cub", référence à Ogami Itto du manga Lone Wolf & cub)... Beelzebub a tout pour devenir un manga humoristique très sympathique, mais doit encore faire totalement ses preuves, notamment en ce qui concerne les différents éléments de l'histoire de fond.

Kazé Manga nous offre une édition correcte, à la traduction assez inspirée. Impression et lettrage ne souffrent d'aucun défaut majeur.
Image

samizo kouhei
Messages : 1873
Enregistré le : 11 juin 2004, 08:50
Contact :

Re: Beelzebub

Message non lu par samizo kouhei » 25 avr. 2011, 09:52

Koiwai a écrit :Beelzebub a tout pour devenir un manga humoristique très sympathique, mais doit encore faire totalement ses preuves, notamment en ce qui concerne les différents éléments de l'histoire de fond.
Reborn aussi a commencé comme un titre humoristique, et puis le titre est devenu d'un seul coup un énième titre de baston premier degré avec des personnages poseurs. De toute manière, je ne lirais sans doute jamais Belzétruc.

Avatar du membre
feryoni
Messages : 625
Enregistré le : 10 févr. 2009, 17:52

Re: Beelzebub

Message non lu par feryoni » 26 avr. 2011, 02:05

C'est dommage Samizo , tu passerais à côté d'une bonne découverte. ayant suivi la série très longtemps avant son édition je peux t'affirmer qu'elle ira crescendo vers les sommets. bien sûre on y trouvera la plupart des défauts (inutile baston à répétition ) lié au genre mais l'oeuvre vaut le détour sans prétention aucune. :wink:

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9797
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Beelzebub

Message non lu par Koiwai » 26 avr. 2011, 17:51

Ma plus grande crainte sur cette série, c'est qu'elle connaisse le même sort que pas mal de titres comiques à succès: une longueur interminable finissant par faire s'essouffler le truc. Ma crainte est d'autant plus forte que les tomes sortent à rythme très rapide au Japon (un tome tous les 2-3 mois).
Image

Avatar du membre
Raimaru
Space Cowboy
Messages : 1689
Enregistré le : 16 janv. 2010, 16:37
Localisation : Fensch Vallée

Re: Beelzebub

Message non lu par Raimaru » 26 avr. 2011, 18:09

Koiwai a écrit :Ma plus grande crainte sur cette série, c'est qu'elle connaisse le même sort que pas mal de titres comiques à succès: une longueur interminable finissant par faire s'essouffler le truc. Ma crainte est d'autant plus forte que les tomes sortent à rythme très rapide au Japon (un tome tous les 2-3 mois).
Bon, j'aime pas me lancer dans ce débat alors que je ne connais n'y d’Ève ni d'Adam cette série, mais à mon avis, ça sera carrément ça. :roll:
C'est la particularité commune de bien des séries du Jump depuis 2003-2004. D.Gray-Man et Reborn! ont lancé la mode, avec Bleach et Naruto en précurseur (et un peu Eyeshield sur certains points, mais celui-là se révèle quand même au-dessus du panier). Ces titres ne sont pas mauvais (je carburais à ça à une époque), mais ils sont très prétentieux au vu du contenu. Tout est convenu, les auteurs n'ont globalement pas grand chose à raconter, mais ils étiiiiirent quand même leur intrigue.

Dorénavant, quand je vois "Shônen Jump" (publicité soi-disant élogieuse) estampillé sur un manga, je regarde d'abord la date pour savoir à quelle génération d'auteur j'ai affaire. Et on peut étendre ça à beaucoup d'autres shônens, même si je trouve ceux du Jump plus notables.

Cela va sans dire que je n'ai pas prêté la moindre attention à Beelzebub, donc sur ce, je sors de ce topic, sinon on va m'accuser d'être un troll :arrow:
Image

Avatar du membre
shun
Messages : 918
Enregistré le : 23 sept. 2004, 21:43

Re: Beelzebub

Message non lu par shun » 29 avr. 2011, 23:39

un premier tome sympathique, mais de là a dire qu'on est plié en 4 non ! y'a 2-3 bonne piques mais c'est tout.
c'est plus l'ambiance qui me plait bien et comme déjà dit, effectivement il y a un petit côté a yuyu hakusho mais contrairement aux autres j'aimerais bien justement que ça évolue en vrai shonen de combat / neketsu, des shonen de ce style il n'en existe plus depuis longtemps.
quelqu'un connait l'évolution de ce dernier ? car perso l'humour je m'en fou un peu ^^
Groupe facebook de vente manga en Belgique : https://www.facebook.com/groups/1024308 ... 6/?fref=ts

Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Beelzebub

Message non lu par Hitsuji » 16 juil. 2011, 10:00

Boh, mon HS sur DGM a disparu (punition Divine ?) ...

Redite pour le premier tome :

Premier tome acheté et rapidement lu.
Comme le dit l’auteur le genre « diabolique-racaille-éducation-panique manga » est un mélange totalement étrange, mais efficace. On ne s’ennuie point à la lecture de ce premier opus, bien sympathique, et incroyablement déjanté. L’histoire avance vite, sans trop de raccourcis faciles, mais avec une aisance bienvenue (on ne chipote pas trois heures sur un simple détail, c’est cool).
Seul le dessin pêche un peu (pas beaucoup, hein, c'est juste d'histoire d'avoir un point négatif, histoire de..., quoi.). Non pas qu’il soit hideux, affreux ou pire. Mais plutôt que le trait de l’auteur, quoiqu’agréable, n’a rien de transcendant. Mais bon, cela n’enlève rien au plaisir de lecture, c’est juste une remarque en passant. En tout cas, on ne peut reprocher l'expressivité des persos, tous plus dingues les uns que les autres... On a quand même, plus ou moins par ordre d'impertinence, un bébé souvent trop choupi mais parfois méga-destroyer (*w*) dont le but dans la vie est de détruire l'Humanité (rien que ça, et oui...), une nounou gothic-lolita pour les fans de moe/gothic-lolita/filles à courtes jupes/etc., un héros voyou adepte de la baston pour les fans de violence, des sportifs (pour les fans de sport, avais-je vraiment besoin de préciser ?), des démons, les pouvoirs démoniaques qui vont avec et plein de trucs bien.
Bref, j'ai vraiment apprécié ce début. J'en attendais beaucoup, et j'en suis pas déçu. Pourvu que la suite soit du même acabit (ou sinon, mieux) ! ^_^

Du nouveau (je crois) :

Le tome 2 continue le mélange farfelu du premier volume. L'humour est efficace et l'auteur a de bonnes trouvailles, rendant la lecture agréable. On ne s'ennuie pas un instant durant les divers chapitres, encore relativement indépendants. Oga cherche encore à refourguer le môme des enfers à quelqu'un d'autre, et cela occasionne bien plus d'ennuis que s'il le gardait avec lui. C'est ainsi qu'il se retrouve à défier les membres du quadriumvirat un à un...
Bref, un bon tome bien drôle qui n'oublie pas de faire avancer l'histoire, même si Oga a rapidement compris comment ne pas avoir un tatouage démoniaque sur tout son corps XD
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

Répondre