Magi - The Labyrinth of Magic

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10010
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 17 déc. 2012, 17:40

Tome 10 : Des barres en découvrant les créatures du labyrinthe :lol:

Aladin, Ali Baba, Morgiane et Hakuryû Ren sont envoyés par Sindbad dans un archipel où trône le labyrinthe de Zagan, le 61ème labyrinthe, à la terrible réputation puisqu'on dit que quiconque s'en approche est automatique aspiré. La mission de nos héros est on ne peut plus simple : explorer la fameux labyrinthe !

Une fois sur place, ils ne sont pas au bout de leurs surprises : après avoir croisé de très bonnes connaissances, nos héros en apprennent un peu plus sur les habitants de l'archipel, le peuple de Tran, un peuple au langage et aux origines mystérieuses. Ce qui est appréciable, c'est que comme souvent, Shinobu Ohtaka commence d'abord par poser le cadre de son nouvel arc, instaurant des personnages sympathiques, comme ce vieux chef de village à la bouille aussi improbable qu'amusante (comme l'auteure sait si bien les faire) ou une fillette qui posera quelques problèmes quand débutera l'exploration.

Puis débute la fameuse exploration du labyrinthe. Cela faisait bien longtemps qu'il n'était plus question d'explorer ces mystérieux édifices, et ici, Shinobu Ohtaka renoue avec les débuts de sa série de la plus belle des manières, nous offrant une exploration riche en péripéties, dans un monde où elle laisse exploser toute son imagination. Ainsi, découvrir les habitants du labyrinthe est un régal : on adore détester Zagan, tandis qu'on reste amusé et intrigué face au bestiaire du lieu, bien différent des labyrinthes des premiers tomes. La mangaka dévoile une impressionnante palette de petites bébêtes mignonnes de loin, beaucoup moins de près, pour le plus grand plaisir de nos yeux et de nos zygomatiques. Les looks des créatures sont bien trouvés, et s'inscrivent dans un décor faussement féérique qui a tout de la parodie de conte merveilleux. Un régal !

Mais si le récit se construit ici autour de l'aventure avec un grand A et de l'humour, il n'en oublie pas d'être intrigant, inquiétant, et ce très rapidement. Au fil de leur avancée dans le labyrinthe, Aladin et les autres doivent évidemment enchaîner des épreuves bien huilées (affrontement contre une espèce de nounours géant, séparation en deux groupes, duel contre Zagan...). Le danger est à chaque pas, Shinobu Ohtaka parvient à conserver constamment un rythme soutenu, et l'on oublie vite l'aspect un brin linéaire de l'avancée face à l'inventivité de l'auteure, à des épreuves qui sont autant d'occasions pour nos héros d'illustrer leurs nouvelles techniques et maîtrises d'objet-lige, et à un Zagan qui dévoile petit à petit la véritable image de son monde, définitivement moins joli qu'il n'y paraît... De plus, chaque épreuve est l'occasion de confronter le nouveau venu de la bande à lui-même : bien moins fort ou courageux que ses compagnons, Hakuryû Ren prend peu à peu conscience de ses lacunes, doit sans cesse être aidé par les autres... Pourra-t-il accepter sa propre impuissance ? Son orgueil de prince ne risque-t-il pas de faire dégénérer sa bonne entente avec les autres ? Si l'évolution de Hakuryû est somme toute assez caricaturale, elle n'en reste pas moins prenante, car contée avec sincérité par l'auteure, et parfaitement intégrée à l'exploration et ses rebondissements.

Le retour à l'exploration de labyrinthe est donc une franche réussite, Shinobu Ohtaka compensant l'aspect assez linéaire de l'exploration et le côté caricatural de l'évolution de Hakuryû Ren par la délicieuse inventivité du "folklore" du labyrinthe, par un rythme soutenu variant habilement entre action, humour et moments plus sombres, par de nombreuses épreuves, et encore et toujours par la grande sympathie qui se dégage de ses héros. Un excellent divertissement, où aventure, humour, effroi et évolution des personnages se mêlent avec talent, en attendant la suite de l'exploration, qui risque de s'emballer encore plus au vu des événements des dernières pages.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10010
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 14 mars 2013, 20:37

Tome 11 :

Au coeur du labyrinthe de Zagan, Aladin et ses compagnons se retrouvent face aux trois marchands qu'ils avaient croisés en ville, et qui ne sont autres qu'Isnan, Dounya et Isaak, travaillant en réalité tous trois pour le compte de l'Etoile. Morgiane est rapidement mise K.O. et Aladin et Ali Baba doivent alors faire face seuls aux trois ennemis...

Après une exploration de labyrinthe linéaire mais inventive et folklorique, ce onzième volume est placé sous le signe de l'action, où nos héros doivent en découdre avec trois adversaires redoutables et complémentaires, qui ont chacun leur technique : duels entre armes traditionnelles ou sorts magiques. Cette complémentarité permet d'animer le combat d'habile manière, car en plus d'offrir des attaques variées, elles poussent nos héros dans leurs derniers retranchements en les obligeant à dévoiler les nouvelles techniques qu'ils ont appris à maîtriser lors de leurs derniers entraînements. Et au bout du compte, ce sont aussi les trois adversaires qui intriguent, car tandis qu'Isnan se pose en coordinateur mystérieux, on comprend rapidement que Dounya et son serviteur Isaak ne sont pas foncièrement méchants, se battent pour une bonne raison que nous sommes vite amenés à découvrir. Sur ce dernier point, il n'y a rien de spécialement original, mais le tout s'avère plutôt bien mené sans se faire trop insistant.

Il est appréciable de voir que Shinobu Ohtaka n'en fait pas trop : les combats sont bien rythmés et ne s'éternisent pas plus que de raison, les informations sur le passé de Dounya et Isaak évitent le pathos, la surenchère et la longueur. Tout est fait vite et bien, d'autant que la mangaka exploite toujours aussi habilement les différentes caractéristiques de son univers : le concept des rokhs qui offre encore des surprises et introduit des révélations, le système de revêtemage, de magifense...

En résulte un ensemble très agréable, qui nous amène de façon dynamique et appréciable jusqu'à la fin de l'exploration du labyrinthe de Zagan, celle-ci aboutissant sur quelques nouveautés intéressantes et permettant à nos héros de continuer leur évolution, même si l'on pourra à la limite regretter un peu le manque de présence de Hakuryû.

Mais une fois hors du labyrinthe, la situation ne devient pas plus calme pour autant : l'ennemi est toujours là, l'action continue, constitue une bonne occasion de mettre un peu plus en avant certains compagnons de Sindbad, et cache derrière des petits duels assez classiques une variété toujours présente grâce aux différentes capacités des combattants, qui utilisent le combat traditionnel pour certains, et la magie pour d'autres.

Magi divertit donc toujours aussi efficacement, et ce nouveau tome apporte sa pierre à l'édifice, permettant à certains personnages d'évoluer un peu plus, et intriguant toujours quant aux agissements de l'Etoile.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10010
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 13 juin 2013, 12:59

Tome 12 :

Nos héros sont sortis sains et saufs du labyrinthe de Zagan, le génie s'étant mis sou la protection de Hakuryû Ren. Mais à peine sont-ils sortis du labyrinthe qu'ils doivent faire face à l'Etoile, qui menace Sindoria....

La fin du précédent tome laissait éclater un combat entre les membres de l'Etoile et les Liges, les huit guerriers protecteurs de Sindbad. Assez rapide et étant surtout un bon moyen d'entrevoir un peu plus la force des Liges, cette série de combat se boucle vite dans ce début de tome avec l'affrontement de Yamuraïha contre le dernier ennemi encore debout. Un combat rapide, pas spécialement prenant car il va à l'essentiel, mais qui laisse bien entrevoir les pouvoirs de la sorcière et donne le ton pour la suite, puisqu'une nouvelle menace ne tarde pas à arriver...

On ne pourra pas dire des combats de ce tome qu'ils soient spécialement palpitants : rapides, mis en scène de façon simple, ils sont surtout là pour amener et entretenir un flot assez important de révélations et d'énigmes qui relancent une nouvelle fois la machine de façon très intrigante.
Ainsi en apprend-on plus sur les Magi, ce qui amène des questions plus fortes que jamais au sujet d'Aladin. Qui est-il réellement ? Est-il bel et bien un Magi ? Des bribes de réponses arrivent, nous laissant comprendre qu'Aladin n'est définitivement pas comme les autres Magi...
C'est également Sindbad qui intrigue de plus en plus. On s'en doutait, le roi des 7 mers ne dit pas tout à nos héros, et pourrait bine cache une sorte de double-jeu encore totalement énigmatique. Et quand on voit la nouvelle puissance qu'il dévoile dans ce tome, on n'en finit plus de s'interroger sur cet homme charismatique.
Et entre tout ceci viennent s'ouvrir de nouvelles perspectives pour l'histoire, nos héros devant se préparer à une lutte contre l'Etoile et contre l'empire de Kô. On découvre chez ce dernier les plus puissants princes qui promettent d'en jeter par la suite, tandis que les circonstances annoncent très prochainement de difficiles séparations...

Au final, on a un tome riche, très riche, qui amorce de nombreuses révélations arrivant peu à peu, alors même que d'autres mystères s'épaississent. Les quelques petits combats ne sont pas forcément très inspirés mais permettent d'entrevoir de nombreuses choses intéressantes, le rythme reste soutenu, quelques notes d'humour sont toujours là (aaaah, le côté pervers d'Aladin...). Le terrain est prêt pour la suite des festivités, qui s'annoncent très prenantes.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10010
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 21 août 2013, 13:31

Image
(ouep, je mets la couverture juste pour le plaisir des yeux, parce que waouh ! *.*)

Tome 13 :

La disparition de Dounya passée, chacun de nos héros se prépare à quitter Sindoria, après quelques derniers dialogues et entraînements rapides, qui sont l'occasion d'assister à quelques petits approfondissements. On assiste donc à un joli petit focus sur Morgiane autour de son peuple décimé et d'une famille qu'elle n'a jamais connues, au réconfort qu'apporte Hakuryû, aux petits états d'âme de Kôgyoku, à la naissance (quand même un peu artificielle, mais sympathique) d'une amitié entre elle et Ali Baba... et à des précisions sur le Revêtemage, Sindbad et Kôgyoku dévoilant ce puissant pouvoir lors d'un petit duel. Plusieurs personnages se rapprochent, estompent quelques craintes, et c'est aussi ce qu'on aime dans cette série : les héros ne sont pas statiques.

Ces derniers petits instants passés, l'heure est venue de quitter Sindoria. On s'attendait à de douloureuses séparations, mais ce ne sera pas encore pour tout de suite, car c'est ensemble qu'Aladin, Morgiane, Hakuryû et Ali Baba débutent leur périple maritime, tandis que Kôgyoku retourne dans son pays. Un périple qui débute avec humour, de l'humour comme Shinobu Ohtaka l'affectionne, avec des héros qui se taquinent tout en en prenant un peu pour leur grade (pauvre Ali Baba...).
Et alors que l'on craint de voir les séparations arriver... elles attendent toujours ! En effet, sur leur route, une nouvelle épreuve attend nos quatre héros, qui se retrouvent pris dans une sombre affaire d'enlèvement d'enfants. On a d'abord l'impression d'assister à un aparté avant la séparation, avec des combats pas toujours très clairs mais plutôt bien rythmés, exploitant assez bien le terrain et se permettant quelques notes d'humour (sacrée Morgiane dans les tunnels !). Mais peu à peu, on sent poindre quelque chose d'intéressant, avec une ennemie qui, dans les dernières pages, se montre redoutable et pourrait bien nous permettre d'entrevoir un peu la passé familial de nos héros... et notamment de notre cher Magi !

Un début de tome qui approfondit à petites doses certaines choses, puis un nouveau voyage qui commence avec humour, et un nouvel affrontement classique mais efficace qui laisse entrevoir des choses très intéressantes pour la suite dans les dernières pages : un tome varié et plutôt équilibré, plaisant à suivre.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10010
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 13 déc. 2013, 01:20

Tome 14 :

Arrivés à Aktia, nos héros se sont retrouvés pris dans les filets d'Om Madra, une femme utilisant ses pouvoirs magiques pour renvoyer l'image d'une mère à ses proies et en faire ses serviteurs. Pris au piège, Ali Baba et Morgiane ne doivent leur salut qu'à Aladin, qui s'est extirpé sans trop de mal de l'emprise de l'ennemie. On appréciera pour ce qu'il vaut le très vague focus sur le passé d'Aladin et Ali Baba aux côtés de leur mère, mais l'essentiel ne se situe pas de leur côté, car le quatrième compagnon de la bande reste inexplicablement prisonnier du pouvoir d'Om Madra, et c'est finalement contre ses amis que Hakuryû Ren retourne son arme...

Qu'on se le dise, le combat contre Om Madra ne dure pas longtemps et ne surprend pas en lui-même, mais il reste prenant, car il amène beaucoup d'interrogations autour de Hakuryû. Via un habile mélange entre le combat et des morceaux de flashback revenant sur le passé douloureux du jeune homme, Shinobu Ohtaka accentue habilement les interrogations, en utilisant parfaitement le pouvoir si particulier d'Om Madra. Au final, pas mal de questions se posent : qu'est-ce qui torture tant Hakuryû pour qu'il reste prisonnier de l'ennemie ? D'où vient la rage qui semble soudainement avoir pris possession de lui ? Que s'est-il exactement passé lors de son enfance au Royaume de Kô ? Les réponses arrivent entièrement après le combat, et elles créent un sacré choc, en offrant une succession d'événements soudains autour de Hakuryû. Tout commence par son acte haineux envers Om Madra, qui laisse tout le monde stupéfait et est un excellent moyen d'accentuer la tension, juste avant des révélations-choc sur sa famille et surtout sur sa mère... La suite ne laisse pas retomber les choses, puisque Hakuryû laisse enfin apparaître ses ambitions, soudainement, comme un exutoire, que ces ambitions soient grandes vis-à-vis de Kô (cela promet de complexifier encore le contexte géopolitique de la série), ou plus personnelles par rapport à une certaine personne... On ne s'attendait pas forcément à voir une telle déferlante d'informations autour de Hakuryû, à le voir autant se révéler sincèrement d'un seul coup, et le jeune homme gagne alors énormément en charisme et en intérêt, et promet d'être un personnage de prime importance le jour où on le retrouvera.

Pendant ce temps, ça bouge aussi un peu du côté d'Ali Baba, qui s'impose brièvement avec un charisme inattendu pour prendre une décision au sujet des enfants qui étaient contrôlés par Om Madra... Là aussi, il y a des chances pour que l'on revoie plus tard le jeune Olba, entre autres.

Au final, l'arc d'Om Madra n'aura pas duré très longtemps, mais il apporte un flot important d'informations et d'évolutions essentielles, juste avant la séparation tant attendue. Nos héros doivent désormais se quitter pour suivre leur voie pendant un temps, et c'est sans pathos qu'ils se disent temporairement au revoir. Bien au contraire, leur dernière soirée ensemble est une avalanche de complicité et de bonne humeur (chose rare, vous y verrez même Morgiane faire l'andouille), comme sait si bien le faire la mangaka, et qui laisse également transparaître certaines jalousies évocatrices chez notre chère Morgiane.

Par la suite, place au parcours en solitaire de notre premier héros : Aladin, en route pour Magnostadt où il cherchera à intégrer l'école de magie pour renforcer ses pouvoirs. En route, il croisera la route d'une personne très intrigante, puis une fois à Magnostadt il ira de surprise en surprise, ce belliqueux pays étant très strict au niveau de ceux qui peuvent y entrer, et les cours à l'école de magie étant encore plus stricts... Ce sera l'occasion pour Aladin d'en apprendre beaucoup plus sur la magie et ses différents types, au fil d'entraînements éprouvants mais où il parviendra à trouver des motivations très particulières (une prof comme ça, il ne pouvait que l'adorer !). Tout en enrichissant à nouveau le système d'utilisation de la magie dans sa série, Shinobu Ohtaka n'oublie jamais de rester divertissante dans cette fin de tome, surtout grâce à un Aladin toujours aussi délicieux.

Des révélations fracassantes sur Hakuryû, ce dernier qui révèle un charisme grandissant et impressionnant, une complexification intéressante autour du contexte géopolitique et de la magie, des événements en pagaille... De l'action, de l'humour, des sentiments... Un volume riche et complet, bel exemple de tout ce qui fait le charme de la série depuis ses débuts.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10010
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 13 févr. 2014, 20:49

Tome 15 :

Pendant qu'Aladin poursuit son apprentissage à l'académie de Magnostadt, Ali Baba arrive enfin à Rehm, où il doit trouver les Yambaras, dans l'espoir que ceux-ci lui apprennent à mieux contrôler sa force magique. Et à peine est-il arriver qu'il croise de vieilles connaissances, avant d'être pris à parti dans un combat !
Les choses s'enchaînent vite autour d'Ali Baba et de sa recherche des Yambaras, cette dernière tournant court, puisque ce sont les Yambaras qui viennent très vite à lui, avec pour l'occasion un petit combat, puis un affrontement de taille au Colisée pour prouver sa valeur. Shinobu Ohtaka enchaîne ici les choses avec une facilité déconcertante, tout en enchaînant sur des combats qui n'ont rien de bien palpitant, car ils restent basiques et sont surtout un prétexte pour de l'action. Celle-ci reste néanmoins assez bien menée, car elle offre quelques relents de violence, et permet à Ali Baba de dévoiler la particularité de sa magie : deux flux magiques le traversent, dont un venant de quelqu'un qu'il connaît bien. Et pour progresser, il lui faudra fusionner ces deux flux. Shinobu Ohtaka tombent un peu trop dans les clichés, avec cette idée du héros qui, mal en point dans son combat, va trouver la force en repensant à ses amis du passé.
On retient également les nouvelles têtes, comme Toto, l'imposant singe, ou bien la demoiselle à la tête de Rehm, figure de proue des contes des 1001 nuits. Egalement, son vassal, ainsi que le Colisée et les combats de gladiateurs, confirment que la mangaka ne limite plus ses inspirations aux 1001 nuits, et s'étend à d'autres civilisations antiques (ici, Rome).

Tout ceci occupe une première moitié de tome mi-figue mi-raisin. Il y a toujours des choses intéressantes, mais avec ces combat menés de façon basique, il y a la sensation que le sympathique manga d'aventure laisse un peu trop la place ici à du shônen d'action moins inspiré. Heureusement, la suite redevient plus intéressante.
On y retrouve d'abord brièvement Morgiane, déterminée à se rendre sur le continent obscur dans l'espoir d'y retrouver des Fanalis. Pour cela, elle doit traverser un gigantesque gouffre dont personne n'est jamais revenu. Mais une fois au fond de ce gouffre, elle va faire une rencontre pour le moins étrange... les choses enchaînent ensuite sur ce qui se passe à Kô, et c'est là que réside le principal intérêt du volume. Un important bouleversement vient de frapper la nation conquérante, l'heure de redistribuer les cartes est venue. On découvre plus en profondeur les proches de Hakuryû, dont l'ambitieuse personne qu'il hait tant. Et alors que les objectifs de conquête pour forger un monde uni se confirment, le vaste empire est plus que jamais menacé par des divisions internes, prémisses de grands bouleversements.

En somme, on tient un tome basique dans sa première moitié, et plus intéressant par la suite. les événements se déroulant à Kô ainsi que la petite ellipse de fin de tome nous laissant très curieux vis-à-vis de la suite.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10010
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 28 févr. 2014, 18:30

Les récentes déclarations de Shinobu Ohtaka sur Magi se seront vite diffusées :) Elle a déclaré qu'elle était à peu près à la moitié de l'histoire, et que dans les prochains chapitres/tomes plusieurs personnages récurrents allaient mourir.

Pour la mort de plusieurs personnages, le contraire aurait été étonnant, vu la tournure des événements. A vrai dire, je m'attendais même à voir plus de morts plus tôt, et je pensais Sindbad mourir plus tôt que ça, sa mort me semble être une étape essentielle pour l'évolution d'Ali Baba. Mais peut-être que la mangaka nous réserve encore un gros truc avec lui (il n'est quand même pas totalement net, je ne serais pas étonné qu'il fasse acte de trahison à un moment donné).
'fin, on ne va pas parier sur qui va mourir :lol: mais je le sens quand même mal pour certains personnages. A mon avis, avec la mise en place des prémisses d'une sorte de guerre "mondiale" récemment, ça va morfler sévère dans les différents pays. Sindoria va probablement morfler pour laisser place à une "nouvelle génération", et je ne vois pas non plus Hakuryû rester ami avec Ali Baba et survivre. On verra bien.

En tout cas, ça fait plaisir de savoir qu'Ohtaka sait où elle en est. Bon, on a toujours senti qu'elle savait où elle allait, avec cet univers qui n'a pas cessé de s'agrandir au fil des tomes de façon logique. Même si le gain de popularité apporté par l'anime a sûrement amené quelques rallonges (à tout hasard, Magnostadt). On sent que quasiment tout est désormais en place, et que par la suite ça devrait beaucoup bouger côté géopolitique.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10010
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 14 août 2014, 17:33

Tome 16 :

Aladin progresse brillamment dans ses études à l'Académie de Magnostadt, et monte à la catégorie supérieur en compagnie de Sphintos. Au moment de la remise des diplômes, tout le monde voit déjà le magi en major de la promotion... mais une surprise de dernière minute arrive avec l'annonce du major : Titos, sorcier de génie à la puissance jugée encore supérieure à celle d'Aladin, et dont le physique ainsi que le comportement princier attire une petite ribambelle de personnes se mettant à son service. Le premier avis sur le personnages est clairement négatif : en apparence prétentieux, hautain, et toujours suivi de personnes à son service, Titos n'attire pas la sympathie... mais qui est-il en réalité ? Aladin va petit à petit le découvrir, d'abord au fil d'un combat organisé par l'Académie qui sera l'occasion de découvrir la puissance de Titos mais aussi les progrès d'Aladin, puis dans un après-combat où le nouveau venu se dévoile beaucoup plus... Serait-il de la même nature qu'Aladin ? Que recherche-t-il ?

Entre l'apparition de Titos et la découverte plus approfondie de ce nouveau personnage, il s'écoule donc un duel assez rapide et sans surprise, mis en scène honnêtement mais sans éclat, et qui vaut surtout le coup non seulement pour les différentes techniques dévoilées par les deux adversaires, mais aussi et surtout pour l'entretien de mystère autour de Titos, qui possède lui aussi un bijou sur le bras... Les mystères sont toutefois très vite dévoilés, de même que la réelle personnalité de Titos. Et le bât blesse un peu de ce côté-là : alors que Titos apparaissait exagérément hautain au tout début, le voici soudainement présenté de façon exagérément gentille, voire presque naïve. Ce nouveau venu apparaît alors ultra cliché et assez mal nuancé, mais il n'en attire pas moins une certaine sympathie, encore plus au vu de la suite du tome.
Cette suite, elle voit Aladin, Titos et Sphintos s'allier pour partir à la découverte des secrets de Magnostadt. Leur passage en catégorie supérieure les autorise désormais à sortir de l'Académie pour découvrir la ville et ses habitants, et ils se retrouvent devant un lieu en apparence paradisiaque, où la magie et les artefacts magiques sont utilisés pour le bonheur des habitants. Mais on le devine très vite, ce bonheur apparent cache autre chose : un système de classes que nos héros vont découvrir en passant outre les règles, et qui dévoile les profondes inégalités entre sorciers et non-sorciers régnant à Magnostadt.

On n'a pas le temps de s'ennuyer, car les choses vont très vite... parfois trop vite : après la mise en place un peu bancale du personnage de Titos, on s'étonne un peu de voir notre trio découvrir si facilement l'entrée du 5ème district, sorte de bidonville où sont relégués les non-sorciers ou les personnes les plus faibles. Shinobu Ohtaka parvient néanmoins à entretenir une tension et un parfum d'aventure palpables, grâce au parfum d'interdit des recherches de nos héros qui vont contre les lois de l'Académie, puis surtout grâce à la découverte du 5ème district et de sa terrible réalité : un lieu de débauche où règnent pauvreté, débauche et drogue, bien sûr, mais aussi un lieu où les humains deviennent les victimes de sorciers sans états d'âme. On ne va pas cacher qu'avec la mignonne et faible gamine Marga, l'infiniment bon Titus et les méchants sorciers (surtout Doron, énorme cliché), Shinobu Ohtaka en fait des tonnes, mais ça marche plutôt bien et ça parvient sans mal à entretenir une envie de révolte que nos trois héros sont prêts à mener. Il faudra néanmoins attendre de voir ce qu'il en sera après une fin de tome entretenant habilement quelques énigmes (notamment autour du doyen Mogamed, qui paraît tantôt un peu effrayant, tantôt très gentil), et préparant nos héros à d'importantes révélations sur les sorciers.

En somme, entre un nouveau personnage cliché mais sympathique et des découvertes prévisibles mais plutôt bien menées sur les secrets de Magnostadt, on a un tome pas forcément surprenant, qui en fait parfois trop et qui utilise de grosses ficelles, mais qui n'en reste pas moins prenant en intrigue beaucoup quant à la suite.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10010
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 13 nov. 2014, 01:07

Tome 17 :

Aladin, Titos et Sphintos ont découvert avec stupeur la vérité se cachant derrière le paradis artificiel de Magnostadt : un pays où les magiciens tirent leur bonheur de l'exploitation de l'énergie de kâfirs (ou non-sorciers), regroupés dans des cités souterraines ou règnent la débauche. Titos y rencontre Marga, fillette gravement malade, au bord de la mort à force de voir son énergie exploitée. Cette rencontre le choque, et il décide de tout faire pour la sauver et réaliser son rêve : voir le monde extérieur. Seulement, nos trois garçons vont devoir se frotter au doyen de Magnostadt, Matal Mogamed, qui va leur alors leur offrir un cours sur ce que sont les magiciens...

Les premiers chapitres de ce tome s'attardent sur ces explications, présentant la solitude des magiciens et le passé dramatique et injuste de beaucoup de ceux-ci, à commencer par Mogamed. La façon dont Shinobu Ohtaka expose les choses est assez intéressante, dans la mesure où elle ne fait pas de Mogamed un être totalement méprisable. Bien qu'assez extrême dans ses idées et dans sa façon de voir les choses, le vieil homme possède un passé qui a hautement conditionné sa vision des kâfirs, et même s'il paraît impossible d'être totalement en phase avec ses agissements parfois à la limite de la dictature et du bourrage de crâne, on se rend compte qu'il a construit quelque chose après la fin de Mustasim et que sa façon de voir les choses suit une logique où l'inquiétude et la bienveillance pour les magiciens se confronte à sa vision déplorable des non-magiciens. De même, il reste un fin manipulateur, sachant se mettre les gens dans la poche, comme le prouvent les réaction de certains habitants des souterrains, ou le "grâce" qu'il accorde à Marga. Pourtant, quand Titos finit par dévoiler sa véritable nature, il n'hésitera pas, par bienveillance envers le magicien, à commettre l'irréparable face à Rehm pour le protéger. En somme, le doyen, qui occupe une bonne partie du tome, s'avère être un personnage intéressant, à la fois bon par certains aspects et mauvais par d'autres, un individu ambivalent surtout rongé par une vision trop extrême des choses, derrière lequel Aladin retrouve l'ombre de ses plus terribles ennemis...

Quand arrivent les révélations surprenantes et poignantes sur la nature de Titos, on devine que le récit est sur le point de s'emballer, et ça ne manque pas : la guette pressentie contre Rehm ne peut désormais plus qu'arriver, et avec elle ce sont les prémisses d'un terrible affrontement plus grand encore qui se préparent. Dans l'ombre, on devine que Kô ne restera pas inerte, tout comme on est intéressé par la présence de guerriers Fanalis à Rehm, et qu'on attend impatiemment des retrouvailles annoncées et qui seront sans doute mouvementées entre Aladin et son plus vieil allié... Affaire à suivre !

En attendant, Shinobu Ohtaka nous sert là un tome qui va vite et qui enchaîne révélations et coups de théâtre rendant toujours plus cohérent son univers. On regrette juste deux choses : le passage du cours en laboratoire qui est une idée un peu vite expédiée (bouche-trou juste pour amener quelques informations essentielles sur les rokhs noirs), et le résumé en quatrième de couverture qui présente des événements n'arrivant pas avant les deux tiers du volume.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10010
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 13 mars 2015, 13:04

Tome 18 :

L'Empire de Rehm a décidé d'envahir Magnostadt, et la guerre éclate dans une première partie de volume rendue intense par les planches de Shinobu Ohtaka, qui nous délivre de superbes vues de la puissance de certains combattants, et sait mettre en relief les grandes forces présentes. A la magie des Sorciers de Magnostadt répond la puissance humaine de Rehm, cette dernière étant bientôt emmenée par son armée de Fanalis. L'auteure fait rentrer au bon moment les différentes forces afin de toujours relancer la tension, dans un schéma certes classique mais très bien mené. Surtout, Ohtaka en profite pour mettre en lumière les vertus de chacun des deux camps, déterminés à protéger leur pays respectif, et se battant tous deux pour de bonnes raisons. Et en toile de fond, le sort de Titos reste évidemment un élément qui laisse interrogateur.
Mais tout ceci n'est rien à côté d'une suite qui se fait toujours plus intense dès qu'Aladin et les Fanalis passent la vitesse supérieure. Face à ces derniers, notre Magi doit dévoiler une puissance plus incroyable que jamais, le tout pour des raisons que l'on devine cruciale : s'il souhaite avant tout protéger Titos et mettre fin au conflit entre Rehm et Magnostadt, il agit également pour une raison autrement plus grave, évidemment liée à la pire des menaces, Al-Samen.

On suit donc avec grand intérêt ce conflit dense et rythmé, jusqu'à un final marquant de belles et attendues retrouvailles et préparant le terrain pour une fin de tome riche de plusieurs révélations importantes : l'origine du monde où vivent nos héros, le passé lié à Salomon, les terribles objectifs d'Al-Samen : autant d'informations encore incomplètes, mais qui continuent de dévoiler à petites doses un récit bien pensé. Quant aux toutes dernières pages, portées par les douloureuses révélations de Shéhérazade et par l'arrivée d'une nouvelle menace, elles entretiennent brillamment l'ambiance dramatique et l'intensité des enjeux.

Magi séduit donc, encore et toujours (ou presque), en offrant ici un joli mélange d'action intenses, de révélations et d'enjeux importants. Le mieux étant que tout nous prépare à un prochain volume encore plus dense.
Image

Répondre