Dream Team

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Dream Team

Message non lu par Koiwai » 05 juin 2013, 00:24

Tome 11 :

Le match opposant le lycée Kuzuryu à celui de Shinjo Towa s'approche de sa fin, et Sora et les siens semblent tenir la victoire, un peu plus confortée par un nouveau panier de notre héros. Mais face à eux, il y a une équipe déterminée à l'emporter, car les meneurs de Shinjo Towa savent bien qu'il s'agit là de leur dernière chance dans le basket lycéen. De plus, un nouveau problème se dresse face aux joueurs de Kuzuryu : l'endurance, qui leur fait cruellement défaut, à eux qui ne s'entraînent que depuis peu de temps...

On pensait le match proche de sa conclusion, il s'étire encore pendant tout ce tome, Takeshi Hinata s'appliquant à décortiquer avec passion le match qui se joue, match qui prend des proportions presque dramatiques tant les deux équipes ne lâchent rien et se donnent à fond jusqu'à s'effondrer sur le terrain.

Comme à chaque tome, on peut vanter les mérites d'un auteur qui offre des planches vives, très intenses dans leur genre, où l'aspect technique ressort parfaitement. D'un bout à l'autre, le mangaka nous tient à nouveau en haleine. Mais au-delà de ce simple constat désormais habituel dans la série, ce qui marque surtout, c'est le portrait des personnages qui continue de se dresser, finement, au coeur même du jeu. Brillant dans sa mise en scène, le match, au fil des exploits collectifs et individuels de chacun, laisse entrevoir des caractères déterminés, qui se dévoilent au fur et à mesure. Après Koji et le capitaine de Shinjo Towa, c'est notamment ici au tour de Kazushi d'être habilement développé de manière à laisser entrevoir tout ce que le basket lui a apporté, tandis que chez nos héros les doutes de Nabe, Chucky et Chiaki sont toujours là, et s'étirent même à un Sora cruellement rattrapé par son petit gabarit, malgré tous ses efforts. Mais au final, et si ce premier match d'envergure leur permettait de retrouver la motivation ou l'espoir de devenir un jour meilleurs ?
Tout simplement, dans les deux équipes, tous prennent conscience de l'importance que le basket a pour eux, et comprennent qu'il leur faut s'y accrocher, pour donner un sens à leur vie, se forger un avenir ou préserver certaines choses. Takeshi Hinata ne s'arrête d'ailleurs pas aux joueurs, puisqu'il continue aussi son portrait de la mère de Sora, tout en émotion contenue, elle-même prenant conscience de certaines choses tandis que de possibles perspectives d'avenir s'ouvrent à elle, lui redonnant ainsi un but.

Evitons soigneusement d'en dire plus afin de ne pas gâcher le plaisir, l'émotion et le suspense qui émane de cette fin de match, et signalons simplement que si les chapitres de ce tome se nomment tous "Ce qu'il faut protéger", ce n'est pas anodin, tant ces quelques mots prennent tout leur sens au fil du volume, faisant ressortir les qualités d'un auteur qui, au-delà du basket, s'intéresse réellement à ses personnages et prend le temps de les peaufiner, de les faire évoluer petit à petit. Et ça, ça fait vraiment plaisir. On attend donc avec une impatience et une inquiétude non dissimulées le prochain tome, après des dernières pages assez insoutenables, Takeshi Hinata jouant avec brio sur deux tableaux aussi tendus l'un que l'autre, mais dont la gravité n'est certainement pas la même...
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Dream Team

Message non lu par Koiwai » 22 août 2013, 01:24

Allez, mon premier 20/20 sur le site depuis deux ans. Désormais, quiconque ne lit pas Dream Team sera banni... Non ?... Ah bon XD


Tome 12 :

"Dans ce tome, je crois avoir réussi à concentrer tout ce qui me tenait à coeur quand j'ai commencé cette série". Il y a des signes qui ne trompent pas, et quand on voit un auteur déclarer ça dans sa préface, quand on le voit signaler en plus que le vrai point de départ arrive maintenant, quand on se souvient de la fin du précédent opus et qu'on observe une couverture où se devine une profonde mélancolie, on sait avant même de commencer à lire le tome qu'on aura là une pierre angulaire. En réalité, ce douzième volume est encore plus que ça.

Alors que le match de Kuzuryu contre Shinjo Towa approchait de sa fin et que l'affaiblie mère de Sora avait fait le déplacement pour voir enfin son fils jouer, les choses se précipitaient dans les dernières pages du tome 11, Takeshi Hinata jouant sur deux tableaux dont l'issue dramatique n'était certainement pas la même. Le douzième tome s'ouvre alors sur un mélange incroyable de suspense et d'émotion. Sora, en voiture, exténué, venant à peine de terminer le match, est conduit à l'hôpital d'urgence, sa mère ayant fait une grave rechute. Le lecteur, lui, reste en plein suspense sur les deux plans. Le match a-t-il été remporté par Kuzuryu ? Comment va la mère de Sora ? Les réponses arrivent au fil d'un premier chapitre incroyable, où la tension et les larmes se mêlent avec force, au gré de retrouvailles faites de pardon et de remerciements, de petits mensonges qui en disent long, de pleurs sincères. Takeshi Hinata a le mérite de ne toutefois pas rallonger la sauce, et le ton du volume est parfaitement donné.

Car dans la suite du tome, c'est une succession de chambardements dramatiques qui a lieu. Que ce soit dans le cadre de l'après-match, de ce qui arrive à la mère de Sora, ou du drame du club de basket, chacun des membres du club doit désormais faire face à toutes sortes de problèmes personnels et de remises en question. Et si l'on a toujours adoré la façon dont l'auteur développait ses différents protagonistes, on reste ici subjugué par ce que chacun d'eux dégage : de nombreuses erreurs, beaucoup de doutes, une envie de tout plaquer... Que des choses totalement humaines, que le mangaka décrit avec une justesse inouïe. On suit avec émotion les doutes de Chiaki qui se demande ce qu'il a foutu jusque là, sur ceux de Nanao qui se remet en question en tant que coach, sur ceux de Kaname qui se demande s'il n'est pas trop tard pour reprendre le basket. On reste intrigué par Toby qui se voit offrir une proposition alléchante, par Sora qui pourrait ne plus avoir de raison de revenir, par Madoka qui constate avec tristesse qu'elle s'est éloignée de ses autres camarades, par Momoharu qui, s'il ne le montre pas, regrette profondément ce qu'il a fait... Chacun subit de plein fouet ses erreurs, ses échecs, les drames qui viennent de frapper, les on-dit des autres élèves et des professeurs. Et tout semble destiner le club de basket masculin de Kuzuryu à la disparition.

Mais au bout du chemin, des lueurs d'espoir reviennent petit à petit. Un Kaname qui se bouge et touche Nanao, un Toby qui fait un choix crucial et prouve qu'il compte en Kuzuryu, un Chiaki qui à sa manière se montre moins je m'en foutiste, un Momoharu qui extériorise comme il peut sa détresse... Et même le professeur Satsuki offre un dialogue brillant auprès de ses collègues. Petit à petit, on accepte de pardonner, on se resserre les coudes, on tente de conserver la cohésion du groupe qui semblait voler en éclats. Mais le chemin est encore long, et promet d'être tout aussi passionnant par la suite.

Quand Takeshi Hinata déclarait ce qu'il a dit dans sa préface, il ne se trompait pas : tout est dans ce douzième volume. Ses nombreux héros n'ont jamais été aussi bien travaillés et n'ont jamais paru si humains, le basket est évidemment toujours là, la tension dramatique n'a jamais été aussi forte, mais les petites notes d'humour pointent toujours par-ci par-là... Tout est là, et d'un bout à l'autre du volume, tout est parfait.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Dream Team

Message non lu par Koiwai » 23 oct. 2013, 17:54

Tome 13 :

Pendant l'absence de Sora, un grave problème a touché le club de basket, contraint de fermer ses portes suite à un incendie provoqué par Momoharu. Quand il revient, Sora ne peut que constater les dégâts. Mais loin de se laisser abattre, le jeune garçon décide de repartir de zéro, de fonder un nouveau club avec Nanao et les autres. Mais avant de pouvoir y arriver, il leur faudra tirer les conclusions de ce qui s'est passé, afin de ne plus répéter les mêmes erreurs...

Tirer des leçons des erreurs et problèmes passés pour repartir de l'avant. Sora, qui vient de perdre sa mère, son mentor, sait sans doute plus que quiconque ce que cela signifie, et le prouve en ne se laissant pas abattre et en cherchant tout de suite à repartir de zéro, affin de pouvoir enfin voler de ses propres ailes. Ce que l'on appréciera par dessous tout ici, c'est d'entrevoir plutôt les faiblesses du jeune garçon à travers les autres personnages qui s'inquiètent pour lui. C'est excellemment tourné et ça évite tout pathos tout en n'occultant pourtant pas les événements douloureux qui se sont récemment abattus.
Mais pour fonder un nouveau club, Sora, Nao, Chiaki et Kaname devront résoudre quelques problèmes : regagner le confiance de Toby, reprendre Nabe et les autres, et convaincre Momoharu qui est le premier à souffrir d'une situation qu'il a lui-même créée. Heureusement, remettre tout le monde sur es bons rails ne prend pas longtemps, car au-delà des problèmes, une confiance a commencé à s'installer entre tous, même si le très perso Toby prétend un peu le contraire, et surtout chacun possède une soif de jouer au basket, y compris Nabe ou Chucky.

La reconstruction du club passera alors autant par la cohésion collective que par les efforts que chacun fournira de son côté, à sa manière, de Sora, Chiaki et les autres qui reprennent l'entraînement sous la houlette de Nanao, à Nabe et Chucky qui cherchent de l'aide à leur manière pour refonder un club, en passant par Toby qui par faire un tour en solitaire pour devenir plus fort et peut-être mieux comprendre la notion de collectif, sans oublier évidemment Momoharu, touchant dans sa détresse et dans sa détermination à regagner la confiance de Mr Satsuki, quitte à s'en prendre plein la face et à subir les moqueries et préjugés.

Voir chacun s'activer à sa manière, avec la passion, la détermination et l'envie profonde de repartir de zéro, a quelque chose de chaleureux qui confirme que quelque chose s'est bien mis en place pendant ce mois et quelques passé ensemble. Mais pour prendre un nouveau départ, nos héros auront fort à faire, et devront prouver au corps enseignant leur valeur. Par ailleurs, Takeshi Hinata n'oublie pas non plus cette chère Madoka, qui connaît elle aussi une période de détresse.
En attendant de voir comment va se concrétiser ce qui sonne comme le vrai départ, la fin du tome prend le temps de revenir sur la suite de la compétition de basket, histoire de remettre un peu en scène un match après une pause de quasiment deux tomes, et de montrer un peu quels redoutables adversaires attendent nos héros.

Le principal regret du volume viendra d'ailleurs de cette fin de tome, présentant un nouveau personnage assez horripilant et cliché en la personne de Fuwa (qui semble avoir un sacré problème avec sa langue...). Mais hormis ce détail, ce treizième tome fait à nouveau des merveilles en dressant des individualités qui, sous le collectif, sont déterminées à repartir de l'avant.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Dream Team

Message non lu par Koiwai » 05 janv. 2014, 02:22

Tome 14 :

Sora et ses compagnons se voient offrir une chance inespérée de recréer un club de basket à Kuzuyu, mais pour cela, ils devront convaincre le corps enseignant de leur détermination, de leur bonne volonté et de leur passion pour le basket, et faisant bonne figure dans un prochain match amical. Petit hic suite à une réponse positive de Nabe : il affronteront lors du fameux match l'équipe de Yokohama Taiei, l'une des meilleures équipes du département, qui fait même partie des favoris pour la victoire dans la prochaine coupe interlycées !

Pour les joueurs de Kuzuryu, il s'agit alors de se préparer au mieux, malgré quelques problèmes qui persistent encore : Toby continue de se la jouer solo, et Yasuhara semble éviter Momoharu depuis l'accident... Tandis qu'il faut prendre garde à ce que la cohésion de l'équipe ne flanche pas, il faut aussi s'offrir une première analyse du futur adversaire, et c'est dans cette optique que Nao et Sora partent assister à un match de Yokohama Taiei, et pas n'importe lequel : l'ultime match des qualifications départementales, où cette équipe est opposée à des visages biens connus : ceux du lycée Shinmaruko.

La plus grosse partie de ce volume se consacre à ce match, qui installe à merveille les futurs adversaires ainsi que les enjeux pour chacune des deux équipes. Car une seule des deux se qualifiera pour le coupe interlycées, et du côté de Shinmaruko c'est la dernière chance d'y participer pour le vaillant capitaine Chiba...
C'est donc à un match très engagé que l'on assiste, et l'on se régale face aux percées des différents talents sur le terrain. Chiba se pose en capitaine fort et déterminé, et revoir le talentueux Tokiwa fait plaisir. Mais en face, il y a une équipe de Yokohama Taiei qui n'a pas volé son statut de favori, grâce notamment à trois joueurs redoutables : Yakku et ses passes d'exception, Sen Shiraishi en joker complet, et le prodige Fuwa qui n'hésite pas à foncer... Voila qui nous offre un excellent aperçu de ce qui attend Sora et les autres, d'autant que Takeshi Hinata reste toujours aussi talentueux pour offrir nombre de précisions techniques sur les spécificités des joueurs et de l'équipe, sans hacher le rythme d'un match toujours aussi bien mis en scène dans ses grands moments.

Après cela, l'heure est venue pour les joueurs de Kuzuryu de faire le point autour de Nao. preuve de leur détermination, la plupart d'entre eux était venu personnellement assister au match de Taiei pour en tirer ses propres enseignements, et il faut désormais repenser l'équipe et déterminé qui mettre à tel rôle, et quels joueurs seront les clés du futur match. Mais chacun aura son rôle à y jouer.
N'oublions pas non plus les petits doutes de début de tome autour de Toby et de la relation Yasu/Momoharu : ils trouvent en fin de volume un bel écho qui confirme à nouveau le talent de l'auteur pour portraire ses personnages en profondeur.

De futurs adversaires bien présentés au fil d'un match plaisant, une équipe de Kuzuryu qui continue de se consolider sur et hors du terrain... A la fin du volume, quasiment tout est prêt pour un futur match contre Taiei qui promet d'être intense.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Dream Team

Message non lu par Koiwai » 17 avr. 2014, 17:38

Tome 15 :

L'équipe de Kuzuryu s'apprête à livrer son premier match amical depuis longtemps face à Yokohama Taiei, récent vainqueur des éliminatoires de Kanagawa, avec en guise d'enjeu la possibilité de recréer un club de basket en cas de victoire. Face à l'une des meilleures équipes du moment, nos héros vont devoir montrer que leurs entraînements acharnés et déterminés ont porté leurs fruits...

Mais le match ne commence pas encore tout de suite : avant cela, Takeshi Hinata prend encore du temps pour préparer les choses pendant une bonne moitié du tome. C'est l'occasion de découvrir plus en profondeur la manière de fonctionner de l'équipe de Taiei, bourrés de grands talents prometteurs qui, jour après jour, suivent les entraînements ultra exigeants du coach Sakamaki. Intransigeant, le fonctionnement du club, basé sur des entraînements rudes et sur un fort esprit de compétition, laisse entrevoir autant la détermination collective des joueurs que les efforts personnels de chacun. Quant à Sakamaki, il est bien décidé à profiter de ce match pour faire grandir ses jeunes pousses de seconde et de première.
De leur côté aussi, nos héros de Kuzuryu poursuivent leur préparation, et chacun a à coeur de progresser dans le domaine qu'il s'est fixé : Chucky en défense, Nabe en tir, Yasuhara dans les bases pour montrer à Momoharu de quoi il est vraiment capable... Chaque préparatif est d'autant plus important que Nao a pris le pari de bouleverser les positions des joueurs sur le terrain, afin de tenter de profiter au mieux de chaque compétence. Mais avant le match, il manque toujours à l'appel une pierre angulaire : Toby, qui poursuit son propre entraînement, de son côté.

C'est sans lui que le match débutera. D'un côté une équipe de Kuzuryu aux postes remaniés, de l'autre les jeunes talents de Taiei désireux de montrer qu'ils sont prêts à prendre la relève de leur aînés, pour une rencontre qui est vite très riche, l'auteur conservant son donc pour les découpages techniques bien fichus, et surtout pour les portraits d'individualités en plein match. Que ce soit la verve maladroite de Yasuhara et sa volonté d'épater Momoharu, les efforts de Chucky en défense, la détente de Momoharu ou le rôle de pivot de Chiaki, chacun est bien mis en avant. Mais on retient surtout un Sora devenu meneur, une lourde responsabilité qu'il est désireux de tenir du mieux qu'il le peut. Son talent au tir est toujours là, et est d'autant plus important qu'il se fixe pour objectif de montrer à un autre petit gabarit du banc adverse que même en étant petit on peut faire de belles choses en basket.
D'ailleurs, l'adversaire n'est pas en reste, ses joueurs étant tout aussi bien exposés. En tête, le très offensif Fuwa, placé à l'arrière par un Sakamaki désireux de lui montrer une vision plus globale du jeu pour le faire progresser... Cela sera-t-il concluant ?

Que ce soit pour Kuzuryu ou pour Taiei, Takeshi Hinata expose toujours aussi bien les choses, dépeint derrière l'enjeu collectif tout un tas d'enjeux plus personnels qui animent le match et le rendent passionnant. On a tout simplement hâte de lire la suite, encore plus à la vue de dernières pages annonçant un retour très attendu sur le terrain.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Dream Team

Message non lu par Koiwai » 19 sept. 2014, 08:24

Tome 16 :

Face à la redoutable équipe de Yokohama Taiei qui leur est largement supérieure, l'équipe de Kuzuryu joue le match le plus important de son existence, ce lui qui décidera de sa survie ou non. Pour ça, Sora et les autres ont redoublé d'efforts dans la préparation, Nanao a choisi de peaufiner certaines stratégies parfois étonnantes, et Toby a fini par faire son retour.
Le premier quart-temps s'avère étonnant, tant Kuzuryu parvient à faire bonne figure face à l'une des meilleures équipes lycéennes en montrant une belle cohésion. Mais dès le deuxième quart-temps, les choses se gâtent. Emmenée par un coach malin, l'équipe de Taiei prend peu à peu le dessus grâce à des stratégies limpides et au talent de ses joueurs, bien exploités...

Le match se poursuit, n'est toujours pas fini à la fin du tome, et nous propose de suivre avec passion la difficulté de la tâche des joueurs de Kuzuryu, mais aussi le talent certain des garçons de Taiei.
Que ce soit le sentiment d'inutilité de Yasuhara, l'importance de la détente de Momoharu, le rôle de Mokichi et de Sora ou un Toby qui cache derrière son côté perso une réelle confiance en ses coéquipiers, chacun de nos héros reste travaillé comme il se doit, avec ce que ça implique de volonté et de doutes.
En face, les joueurs de Taiei ne sont pas en reste. Le talent respectif de chaque joueur apparaît de plus en plus, et chacun a ses propres qualités, notamment Fuwa qui explose enfin (et l'on apprend même rapidement la raison pour laquelle il tire si souvent la langue), et Tetsuo dont le petit gabarit pourrait se révéler très utile dans la défense de Kuzuryu.
Sur les bancs aussi, le travail effectué par Takehsi Hinata est très appréciable. Il n'y a pas que les joueurs qui ont leur importance, les coachs sont tout aussi primordiaux, et tandis que celui de Taiei dévoile toutes ses qualités, Nanao, malgré toute sa volonté de bien faire et certains choix judicieux, ne peut que souffrir de son manque d'expérience et de certaines décisions prises au mauvais moment.

On continue donc de se régaler devant ce travail bien huilé, d'autant que l'auteur apporte toujours ce qu'il faut de précisions techniques et stratégiques claires (sur l'attaque de zone et la défense de zone, sur l'importance stratégique des deux premiers quart-temps, sur les qualités qui peuvent faire la différence chez un joueur de petite taille...), offre des dessins au découpage toujours aussi limpide, et laisse deviner la tournure désastreuse que va prendre le match via une narration bien huilée.

Kuzuryu a beau faire des efforts, l'équipe est logiquement dominée, et l'auteur confirme une énième fois son talent pour offrir du basket réaliste et travaillant bien ses personnages. Avec une issue qui semble inéluctable, on se demande bien quel sera l'avenir de nos héros, si les enseignants sauront reconnaître leur forte implication... et, surtout, s'ils sauront assumer l'ambition grandissante de ces joueurs. La réponse arrivera sûrement dans le prochain volume !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Dream Team

Message non lu par Koiwai » 06 mai 2015, 16:47

Tome 17-18 :

Faute de succès en France, Dream Team se poursuit désormais sous forme de volumes double, et il faut bien remercier Glénat de ne pas avoir lâché en route la série, en plus de nous offrir une édition double on ne peut plus honnête : la traduction reste inchangée et excellente, le travail sur les polices et les onomatopées est toujours là, les si intéressants mots de l'auteur sont tous conservés (celui du tome 17 et sur le premier rabat, et celui du tome 18 sur le deuxième rabat) tout comme ses textes et croquis dans le volume... et le tome a beau faire plus de 400 pages, il reste très simple et agréable à prendre en main grâce à son papier souple. Ajoutons à cela un rythme de parution qui devrait être plus soutenu, et les (malheureusement trop rares) fans de la série n'ont vraiment pas de quoi bouder leur plaisir.

On retrouve Sora et les autres joueurs de Kuzuryu dans le match contre Taiei, où ils commencent dangereusement à se faire distancer. Ce long, très long match se bouclera finalement au bout de 300 pages et aura donc duré 4 volumes. Et si l'on aurait pu trouver cet affrontement trop étiré, il n'en est finalement rien, car Takeshi Hinata y conserve toutes les qualités de sa série.
Il y a, bien sûr, le rendu dynamique, limpide et assez technique du match, qui offre encore son lot de rebondissements, d'explications, de stratégies, de mouvements collectifs et d'exploits individuels. Mais il y a surtout l'excellente exploitation des nombreux personnages qui continuent tous d'évoluer et de se dévoiler. On pourra quand même regretter le focus un peu laissé en stand-by sur les doutes et le sentiment d'inutilité de Yasuhara, mais pour les autres c'est du tout bon. Côté Kuzuryu, on appréciera notamment la hargne de Momoharu qui souhaite clairement rattraper ses erreurs, le dévoilement de Chiaki à un poste qui lui convient à merveille, ou le rôle-phare d'un Toby qui, tout en continuant de montrer toutes ses qualités individuelles, a clairement amélioré sa vision collective des choses grâce à ses entraînements. Côté Taiei, le problème autour du trop personnel Fuwa reste là, tandis que d'autres comme Shiraishi brillent par leur aisance, ou que le dénommé Mineta dévoile son sentiment de rivalité envers Mokichi. Mais on retiendra surtout une confrontation courte et intense entre les deux petits gabarits de chaque équipe, rapprochés autant par leur taille que par leur lien commun avec une disparue qui est toujours présente en eux.

Avec tout ça, difficile de s'ennuyer à la lecture, et comme on s'y attendait l'issue du match n'est finalement pas aussi importante que le déroulement de celui-ci. Au fil de ces quatre volumes, nos jeunes héros auront appris à prendre sur eux, à affronter certaines cruelles réalités en face pour continuer d'avancer, à montrer toute leur détermination ainsi que leur cohésion grandissante, et tout ceci nous confirme une fois de plus que Dream Team n'est pas un simple manga de sport mais bel et bien une grande fresque humaine. Ce qui se confirme en observant les choix de Satsuki ou du proviseur, et en voyant se dévoiler un peu plus cette chère Madoka...

Et puis, la conclusion du match et l'après-match confirment brillamment la naissance de rivalités constructives entre certains joueurs des deux équipes, ainsi que la consolidation d'un but commun : les éliminatoires qui auront lieu dans un an. Et nul doute que d'ici là, les nombreux adolescents de Dream Team continueront d'évoluer...
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Dream Team

Message non lu par Koiwai » 15 avr. 2016, 10:00

Un an plus tard, je trouve enfin le temps de me remettre à la série o/


Tome 19-20 :

Au bout d'un match où ils ont tout donné, les lycéens de Kuzuryu ont finalement perdu contre la redoutable équipe de Taiei, mais leur volonté a suffi pour que l'administration accepte de leur accorder une nouvelle chance. Mais il y a encore beaucoup de choses à reconstruire : les moyens et l'expérience font toujours défaut aux adolescents, il n'ont toujours pas trouvé de nouveau référent, il paraît difficile de trouver des équipes sérieuses à affronter en amical dans ces conditions, sans oublier pléthore de petits problèmes personnels, notamment les tourments sentimentaux de Momoharu et Madoka... Dans la chaleur de l'été, Sora, Toby et Mokichi sont pourtant amenés à faire la connaissance de Nino, jeune lycéen qui est un adepte du basket de rue, et qui va leur faire découvrir l'existence du Monster Bash, un tournoi de basket amateur réunissant toutes sortes d'équipes, de lycéens à des associations de commerçants en passant par nombre de redoutables adultes. Et participer à ce tournoi serait une occasion parfaite pour que les joueurs de Kuzuryu se testent... sans de douter qu'ils y retrouveront de vieux rivaux et y feront de nouvelles connaissances.

La première partie de ce nouveau tome double s'applique à nouveau à faire évoluer les personnages et la situation, à commencer par la recherche d'un référent. Satsuki, l'ancien référent, acceptera-t-il de prendre à nouveau sous son aile ces jeunes qui semblent tant avoir besoin de lui ? La réponse ne surprend pas mais, ayant été déjà bien préparée, apparaît très belle dans la volonté du nouveau papa d'épauler ces ados. Mais on y retient surtout l'arrivée de Nino, adolescent affichant d'emblée un certain charisme, ainsi qu'une technique complètement folle. Nous apprenons à découvrir ce garçon, ses capacités impressionnantes qui lui ont valu d'être élu meilleur jeune au collège, mais aussi les raisons qui l'ont ensuite poussé à s'écarter du basket scolaire, et l'on constate une nouvelle fois que Takeshi Hinata a décidément un don pour poser facilement de nouveaux personnages intéressants, avec leurs problèmes et enjeux propres créant d'emblée de nouvelles amitiés et rivalités constructives.

Cela se confirme à nouveau avec l'arrivée du Monster Bash, qui, en plus de revoir avec plaisir d'anciens visages comme Chiba, amène là aussi un nouveau visage que l'on reverra sans doute, un collégien prétentieux sur qui Sora risque d'avoir un fort impact. Pour le reste, le Monster Bash commence très bien, tant l'auteur sait toujours rendre ses matchs passionnants. Ici, du fait des règles spécifiques de ce tournoi amateur, les matchs sont plus courts, mais chacun d'eux risque fort d'être un très bon test pour nos héros, à commencer par celui contre les Gorillas, nourri par de vieilles rivalités délicieuses comme celle entre Chiba et Chiaki, mais aussi par le focus proposé sur certains joueurs, en tête Mokichi qui se retrouve confronté à son endurance et à son possible manque de confiance. Et la dernière partie du volume annonce elle aussi une suite prenante, que ce soit pour le basket pur, ou pour les enjeux sympathiques qui se dessinent, notamment concernant Nao.

La sympathie de la lecture provient aussi, à nouveau, de la capacité de l'auteur à développer nombre de petits à-côté. Il y a bien sûr les nombreuses notes d'humour (toutefois un peu lourdes par moments concernant les problèmes de digestion d'une partie de l'équipe), mais surtout les interactions entre les nombreux personnages (la forme de respect entre Chiba et Chiaki, par exemple), les évolutions de personnages secondaires (Chiba, encore lui, réintégrera-t-il une équipe de basket ?), les pensées de Sora pour sa mère, les tourments sentimentaux animant de plus en plus Momoharu, Madoka, ou même Nao et Sora, sans oublier le problème de Toby en fin de volume... Le talent de l'auteur étant de laisser couler tout ça avec naturel, sans trop insister, ce qui rend le réalisme et le facteur humain de sa série toujours aussi réussis.

On peut donc dire sans problème que Dream Team reste encore et toujours une lecture d'excellente facture, Hinata sachant toujours trouver le bon ton et développer ses nombreux personnages, que ce soit à travers le basket ou via tout ce qui se passe autour.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre