Kimagure Orange Road

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Kimagure Orange Road

Message non lu par Wang Tianjun » 26 août 2011, 19:19

« Depuis le jour où je suis arrivé dans cette ville…Oui, depuis cet instant où j’ai compté les marches d’escalier… »
ImageImageImage


KIMAGURE ORANGE ROAD

Fiche MN de la série


Tome 1
Max et compagnie, Manu et puis Fanny, ils ont tout un tas de pouvoirs étranges...
Ces quelques paroles auront sans doute éveillé certains souvenirs parmi vous ! A l'âge d'or de la japanimation en France (fin années 80-début 90), l'adaptation animée (et francisé) de Kimagure Orange Road faisait partie des standards des séries sentimentales, avec entre autres Maison Ikkoku et Ranma 1/2 ! Hélas, si ces deux dernières ont connu une publication digne de ce nom en version papier, la série d'Izumi Matsumoto a eu un parcours plus chaotique. La raison ? J'ai Lu, bien sur, et ses parutions arrêtées se cherchant aujourd'hui sur à des prix astronomiques. Il aura fallu attendre une bonne douzaine d'années pour qu'enfin, l'éditeur Tonkam lave cet affront !

Mais avant toute chose, replantons le décor pour les jeunes générations : nous suivons les péripéties de Kyosuke, fils aîné des Kasuga comptant son père, Takashi, et ses deux soeurs, les jumelles Manami et Kurumi. Cette famille, en apparence anodine, cache un terrible secret : ses membres sont doués de pouvoirs psychiques ! Télékinésie, téléportation, télépathie, télélaquestion (?),... vivre avec toutes ces facultés n'est pas de tout repos, d'autant qu'à cause de plusieurs gaffes, la famille enchaîne les déménagements pour préserver son secret. Mais cette fois-ci, Kyosuke aimerait bien s'éterniser un peu plus longtemps que d'habitude dans sa nouvelle ville. En effet, dès son arrivée, le jeune collégien de troisième année rencontre Madoka Ayukawa, une très charmante fille de son âge mais au caractère très mystérieux et solitaire. C'est un véritable coup de foudre pour Kyosuke, qui essaiera alors d'en savoir plus sur elle. Mais pendant ce temps, Hikaru, la meilleure amie de Madoka, ne semble pas insensible au charme discret de ce nouveau venu...

Il ne faudra pas bien longtemps pour rentrer dans l'histoire et comprendre ce qui fera la grande force de cette œuvre culte. Le jeu des relations s'exprime par un classique triangle amoureux, présenté ici dans sa version la plus fondamentale. Les personnages sont immédiatement attachants, et les lecteurs auront tout le loisir de choisir leur favorite : d'un côté, Madoka, véritable incarnation de la séduction et envoutante par son caractère taciturne sans être sombre pour autant; de l'autre Hikaru, bien plus extravagante, affichant sans complexe son attirance pour le héros, très volontaire et active. Au milieu, nous avons donc Kyosuke, garçon aspirant avant tout à la normalité : ni trop entreprenant et dragueur, ni totalement coincé et porté sur "la chose" comme le seront ses descendants dans le genre. Notre héros est à l'écoute des autres, avec un certain sens de la droiture et de la justice qui le rendent très sociable. L'élève modèle nippon des années 1980, en quelque sorte. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, avec les délicieuses jumelles Kurumi et Manami, la première exubérante, la seconde faussement sage, et Komatsu, le copain de classe dragouilleur contrastant avec le calme du héros. L'absence de caricature dans ces rôles leur permet des échanges qui nous apparaissent très sincères et naturels.

Les affinités du trio évoluent à leur rythme, au gré des activités scolaires, des sorties en discothèque ou des rendez-vous improvisés. On se délecte de l'attirance progressive entre Kyosuke et Madoka, basée sur des non-dits et des indices savoureux, bien plus subtils qu'un dérapage dans une poitrine ou une révélation de culotte tels qu'on peut les redouter aujourd'hui. Le fan-service est certes présent mais de manière très délicate, se constituant essentiellement des émois naturels d'un adolescent en pleine éclosion. Ce caractère chaste et réaliste est sans doute une des qualités qui fait que la série est également très appréciée chez un public féminin ! Izumi Matsumoto a insufflé une véritable sensibilité dans cette œuvre, qui, malgré son caractère aujourd'hui très classique, prend le meilleur des séries pour filles et garçons. Chemin faisant, les choses avancent finalement bien vite, tant et si bien que l'on savoure chaque instant, en se laissant porter par ces personnages si délicieux.

La série tire également son épingle du jeu par son aspect paranormal, même si on aurait tendance à l'oublier dans ce premier volume ! Mais après tout, il est normal que Kyosuke n'abuse pas de ses pouvoirs à n'importe quelle occasion, lui qui justement aspire à une vie tranquille. Ce point de vue est justement appréciable : dans une autre série, le héros aurait tiré parti de ses capacités pour manipuler les évènements à son profit, résoudre des histoires, sauver le monde,... ici, les pouvoirs ne sont qu'un talent caché que le collégien cherche à cacher, en s'autorisant néanmoins quelques exceptions de temps à autre. Ainsi, ce côté psychique ponctue l'histoire sentimentale sans la dénaturer, et apporte ce qu'il faut de magie pour rendre ce manga irrésistible.

Graphiquement, il sera bien difficile de passer après la version animée et le splendide chara-design d'Akemi Takada. Néanmoins, le trait d'Izumi Matsumoto n'a rien perdu en lisibilité ni en expressivité, dans la lignée d'auteurs comme Rumiko Takahashi ou Mitsuru Adachi. On ressent parfois quelques inégalités d'un dessin à l'autre dans la maitrise des proportions, mais le dessin devrait rapidement se stabiliser dans les volumes à venir. La présence discrète de tramage et la simplicité des décors rendent un aspect très léger et aérien. Cette candeur générale n'a rien perdu de son efficacité, sans oublier, bien sur, le charme irrésistible de Madoka, qui ne manquera pas d'envouter plus d'un lecteur !

L'ambiance légère et délicieusement rétro est également rendue par l'édition de Tonkam, appréciable en tous points. La traduction respecte le propos de la mangaka en optant pour un vocabulaire d'époque, tandis que les onomatopées, complètement retranscrites, ont un lettrage rondouillard, à l'ancienne sans être ringard. Le charme est poussé jusqu'à la reprise du courrier des fans, avec les lettres de jeunes lycéens qui ont du bien grandir aujourd'hui ! Papier de qualité, encrage au top, le tout pour moins de 7 euros, il n'y a vraiment pas de quoi bouder son plaisir !

Attendue depuis bien longtemps par les nostalgiques, cette nouvelle édition de Kimagure Orange Road est une véritable bouffée d'air frais dans ce paysage manga qui a bien du mal à se renouveler. Les grands classiques ne meurent jamais, et l'œuvre d'Izumi Matsumoto montre que l'on peut faire très simple et irrésistible à la fois. La sincérité des personnages et ce petit brin fantastiques peuvent encore aujourd'hui conquérir tous les lecteurs, garçons comme filles, vieux baroudeurs comme néophytes. Attention, magie !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Kimagure Orange Road

Message non lu par Wang Tianjun » 26 août 2011, 19:19

Tome 2

La vie paisible des collégiens frémit lorsqu'arrive l'heure des examens ! Afin de s'y préparer, Hikaru et Madoka proposent chacune de leur côté à Kyosuke de réviser avec elles. Tenir le cachées ces sessions privées de travail n'est pas un problème pour le jeune télépathe qui vit depuis toujours dans le secret ! Mais attention, en restant avec une fille à chaque bras, il pourrait bien se retrouver étouffé par la situation !

Ce second volume fait la part belle aux sentiments qu'exprime Kyosuke pour la belle Madoka, tant et si bien qu'Hikaru n'apparait que très peu dans ce volume. Que ce soit dans des rencontres fortuites ou des rendez-vous en tout bien tout honneur, notre héros multiplie les occasions de se retrouver seul avec la fille de ses rêves. S'il se servira de temps à autre de ses facultés pour résoudre quelques problèmes mineurs, le jeune collégien se refuse néanmoins à sonder l'esprit de Madoka pour connaitre les secrets de cette jolie brune énigmatique. On appréciera particulièrement cette droiture d'esprit, d'autant que le récit tient avant tout à ses petits détails trahissant le caractère de la demoiselle tout en douceur.

Si la série est portée par la narration interne des émois de notre héros, Izumi Matsumoto offre également un regard plus attendri sur ces jeunes couples en devenir, au travers des personnages du patron de l'ABCB et du père de Kyosuke. Ces figures paternelles voient clair dans l'évolution de ces relations, mais seront également au cœur de l'action par moment. C'est aussi l'occasion de découvrir une nouvelle intrigue autour de la figure maternelle, absente pour des raisons encore inconnues...

Alors que la situation sentimentale est déjà délicieuse en soi, la fin du volume introduit également un nouveau personnage, Yusaku Hino, ami d'enfance des deux héroïnes, et jalousant la position de Kyosuke. Quelques surprises seront au rendez-vous, et l'on se languit déjà des futurs évènements ! Ce second volume confirme donc le très bon début d'une série culte, au plaisir de lecture resté intact après toutes ces années.
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Kimagure Orange Road

Message non lu par Wang Tianjun » 26 août 2011, 19:20

Tome 3

Après les examens, direction les vacances, le soleil et la mer ! A la suite de quelques quiproquos, voilà que Kyôsuke, Madoka, Hikaru et Yûsaku se retrouvent ensemble à la plage. Les occasions seront nombreuses pour que ce carré amoureux puisse évoluer… mais dans quel sens les choses iront-elles ? En avant pour de nouvelles tribulations !

Alors que les grandes vacances sont sur le point de se refermer, ce troisième volume de Kimagure Orange Road tombe à pic pour nous faire savourer quelques derniers délices estivaux. Ne nous voilons pas la face, ce séjour balnéaire sera surtout propice à admirer la beauté de Madoka en maillot de bain, sans pour autant y porter un regard lubrique comme pourront le faire les shonen sentimentaux actuels. Mais surtout, ce congé improvisé permet à nos quatre protagonistes de se rapprocher dans ce contexte de promiscuité si particulier. Les chapitres s’écoulent alors sur de savoureux classiques du genre : récits d’horreurs au clair de Lune, naufrage sur une île déserte,… malgré quelques facilités, la lecture s’écoule avec une belle légèreté et une franche insouciante.

Après cet épisode, le retour à la vie quotidienne ramènera à une réalité plus profonde. Bien que aveuglément amoureuse de Kyôsuke, au point de ne pas comprendre ses sentiments pour sa meilleure amie, Hikaru se remettra néanmoins en question en voulant affirmer sa sensualité féminine. Si son look des années 80 nous paraîtra désuet, on apprécie toutefois que ce personnage ne se cantonne pas à une éternelle capricieuse. En quelque sorte, voici la cruche la plus sympathique du genre ! Ce changement risque même de faire hésiter notre héros, toujours propice au dilemme… à moins qu’il ne puisse affirmer ses sentiments à demi-mots envers l’élue de son cœur, avant qu’il ne soit trop tard !

Ainsi, le récit continue d’osciller entre légèreté et fragilité, tout au long d’un tome exacerbant les émois de ces adolescents si sincères. Parfois, la trame est prévisible, certains artifices se décèlent, mais la bonne humeur ambiante pallie tout le reste. Kimagure Orange Road se savoure sans que l’on se lasse de ses arômes, telle une glace rafraîchissante au bord de la mer. N’ayez pas peur de succomber !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
shiroimanga
Messages : 5
Enregistré le : 03 sept. 2011, 13:23
Contact :

Re: Kimagure Orange Road

Message non lu par shiroimanga » 03 sept. 2011, 17:34

Traduction mise à part, je suis très déçu du travail de Tonkam, notamment sur les couvertures.

Enfin, avec Tonkam, je commence à m''habituer aux couvertures douteuses: les Junji Ito et leur polices moches, la réédition de M...

Avatar du membre
Machin
Messages : 346
Enregistré le : 31 déc. 2008, 14:18

Re: Kimagure Orange Road

Message non lu par Machin » 03 sept. 2011, 17:49

shiroimanga a écrit :Traduction mise à part, je suis très déçu du travail de Tonkam, notamment sur les couvertures.

Enfin, avec Tonkam, je commence à m''habituer aux couvertures douteuses: les Junji Ito et leur polices moches, la réédition de M...

C'est vrai que c'est dommage de pas avoir rééditer la version deluxe en plus 10 volumes. Mais bon j'imagine que le coût est largement supérieur donc c'est pour cela que ça c'est pas fait. En tout cas merci Tonkam d'avoir pris le risque de rééditer cette série même si j'attendais une meilleur qualité.
Image
Image

Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Kimagure Orange Road

Message non lu par Einah » 17 sept. 2011, 11:55

Vol. 1 : Je me suis procurée les 2 1er tomes. A la base, je n'étais pas spécialement fan de la série à l'époque où elle passait à la télé. Mais ca ne m'a pas empéché de jetter un oeil au manga. L'histoire est assez classique avec un triangle amoureux outre le fait que toute la famille de Kyôsuke à des pouvoirs... Les dessins sont vieux mais restent malgré tout agréable.
Je connais l'histoire de l'anime, on va dire plutot que j'en ai des souvenirs et en lisant le 1er tome j'ai été un peu déçu. Je trouvais que les personnages avaient plus de peps et d'énergie dans l'anime.
Et cet histoire de triangle amoureux me fait vraiment penser à I''s que j'ai lu il n'y a pas longtemps.
Globalement, un 1er tome correct.
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Kimagure Orange Road

Message non lu par Wang Tianjun » 17 oct. 2011, 12:50

Kimagure Orange Road 4

Kyôsuke s’est aperçu que Madoka entretenait des contacts réguliers avec un étudiant, Shûichi Sawada. Sa curiosité et sa jalousie le poussent à poursuivre sa belle, jusqu’à ce qu’il découvre que cette dernière est en réalité membre d’un groupe de musique ! Cependant, cela ne suffira pas à dissiper ses doutes quant aux intentions du jeune homme… et si tout cela n’était qu’un simple malentendu ?

Les amourettes de Kyôsuke continuent de plus belle dans ce quatrième volume de Kimagure Orange Road, qui a trouvé peu à peu son rythme de croisière. On retrouvera donc une nouvelle fois la belle Madoka prouvant à plusieurs reprises son caractère doux et généreux derrière une fausse image de rebelle. Elle n’hésitera pas à venir en aide à son prochain, par exemple en sauvant un enfant d’un accident sans s’en vanter par la suite. Izumi Matsumoto continue de glorifier sa femme parfaite sans lui déceler aucun défaut, et il est bien difficile pour les autres protagonistes féminins de tenir le haut de l’affiche. Pourtant, les nouveaux visages que croise Kyôsuke ne manquent pas de charme ni de sensualité. La jalousie s’en mêlera-t-elle ?

Une nouvelle fois, nombreuses sont les occasions qui s’offrent à nos héros pour sortir de leur cadre collégien. Voilà même que leur établissement leur propose une nouvelle fournée de congés ! L’argument est facile pour amener les personnages dans de nouveaux rapprochements, avec un cadre montagneux pour changer de la plage. Quelques coïncidences faciles et autres situations téléphonées viennent un peu gâcher le tableau et certains chapitres seront débordants de classicisme et de prévisibilité. Cependant, l’aspect retro et doux du dessin arrondit les angles et fait passer la pilule plus facilement.

Après quatre volumes, le lecteur connaît déjà bien les protagonistes et est en droit d’espérer des avancées plus constructives dans le jeu des relations. Malgré l’incursions de nouveaux caractères attachants, il est un peu regrettable que le récit rentre déjà dans la routine. Espérons que la flamme renaisse dans les épisodes à venir, avec pourquoi pas une meilleure mise en avant de l’aspect fantastique encore très discret jusqu’ici. En attendant, l’ambiance légère et chaleureuse nous permet de garder le sourire, mais pour combien de temps encore ?
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Kimagure Orange Road

Message non lu par Einah » 17 oct. 2011, 17:47

Vol. 2 : Je me suis un peu ennuyée sur la 1ère partie de ce tome, car Kyôsuke joue un peu entre les 2 filles sans vraiment s'affirmer. Il est un peu mou du genou quoi lol
C'est à partir du moment où Madoka comprend les sentiments qu'éprouve Kyôsuke pour elle, que la dynamique au niveau du tome s'est plus fait ressentir.
L'arrivée d'un nouveau protagoniste est plaisant et ca permettra de rendre les situations plus énergique.
Globalement, pour ma part, comme pour le 1er, un tome plaisant à lire même s'il manque un peu de dynamisme pour moi.
Image

Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Kimagure Orange Road

Message non lu par Einah » 19 nov. 2011, 10:14

Vol 3 : J'ai eu vraiment du mal avec ce tome. J'ai l'impression par moment de lire et voir le comportement d'enfant d'école de primaire, surtout quand Hikaru se dit qu'elle va peut être avoir son premier baiser, cela rend les choses très enfantine. Ensuite concernant Kyôsuke son comportement m'agace. Dans les tomes précédents il faisait tout pour repousser Hikaru et essayait d'enlever les malentendus (ou du moins il tentait ou semblait être très géné). Mais là, il jour sur deux tableaux. Ca pourrait être bien mené mais je trouve que l'auteur s'y perd dans ce carré amoureux. Les seuls moments agréables ce sont les passages qui accentuent sur Madoka.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9789
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Kimagure Orange Road

Message non lu par Koiwai » 19 nov. 2011, 11:52

Einah a écrit :Ensuite concernant Kyôsuke son comportement m'agace. Dans les tomes précédents il faisait tout pour repousser Hikaru et essayait d'enlever les malentendus (ou du moins il tentait ou semblait être très géné). Mais là, il jour sur deux tableaux.
Si t'es déjà irritée par ça dès le tome 3, en toute franchise, tu va déchanter par la suite XD KOR est comme ça tout du long, Kyôsuke étant un éternel indécis. N'espérez pas que l'auteur change en profondeur sa recette à un moment ou à un autre, tout au plus fera-t-il entrer en scène de temps en temps un nouveau personnage pour se renouveler, comme le jeune cousin qui va lui en faire voir de toutes les couleurs ou la délicieuse Akane, ou proposer quelques nouvelles idées comme les voyages dans le temps ou l'auto-hypnose, mais même de ce côté-là il va vite se limiter ou se répéter.
En ce qui concerne le classicisme évoqué dans je ne sais plus quel message précédent, faut se dire que KOR date des 80s. Ca a vieilli, pas mal de situations n'ont pas fini de paraître classiques, prévisibles tant ça a été revu sous tous les angles depuis, et les diverses situations peuvent même régulièrement paraître très futiles, mais c'est surtout que c'est un pionnier du genre, à prendre comme tel.
J'avoue avoir bien apprécié ma relecture des tomes J'ai lu cet été, mais avoir moi-même déchanté sur certain tomes du milieu de série alors qu'à la base je suis très très fan de KOR.
Image

Répondre