Sankarea

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9587
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sankarea

Message non lu par Koiwai » 18 juin 2015, 07:09

Tome 10 :

Suivant les instructions laissées par Pépé, Chihiro, accompagné de Darin, a découvert Otoki, une femme zombie qui était prisonnière dans la glace et est désormais réveillée. C'est par son biais que les adolescents vont apprendre toute la vérité sur un passé lointain, plus lointain encore que ce qu'ils pensaient. Le passé d'un homme qu'ils ne connaissent que trop bien...

Après des événements ayant accentué à merveille l'ambiance tendue et dramatique de la série, l'heure est venue d'enfin découvrir toute la vérité sur la vie du personnage le plus énigmatique de l'oeuvre : Jogorô, alias Pépé. A travers le récit d'Otoki, Mitsuru Hattori nous fait remonter le temps à la découverte d'une succession d'événements tragiques qui ont conditionné le petit vieillard, et révèle tout ce que l'on attendait de savoir sur la façon terrible dont a été confectionné le remède de résurrection. Par la même occasion, on découvre enfin les origines finalement peu joyeuses de la passion de notre héros pour les zombies, ainsi que la vérité sur le sort de sa mère...

Une fois de plus l'ambiance n'est clairement plus à l'humour dans ce tome. l'ambiance s'avère particulièrement réussie, et pendant que l'on découvre la vérité on reste également séduit par l'absence de manichéisme : même s'il était meurtri et l'a fait pour des raisons assez fortes, Pépé ne peut être pleinement pardonné par Chihiro.

Mais pendant que notre héros apprend tout ça, les choses bougent aussi de façon plus qu'inquiétante du côté de Rea : toujours en grande partie amnésique et plongée dans un état primaire de zombie, un "appétit" soudain s'empare d'elle et menace de lui faire faire le pire sur Ranko, Mero et Doon... Y a-t-il encore la moindre chance qu'elle regagne ses esprits ? Réponses dans le onzième et dernier volume, qui promet d'être intense.

Un avant-dernier tome aussi riche en information que dramatique, nous préparant parfaitement à un final imprévisible.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9587
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sankarea

Message non lu par Koiwai » 29 oct. 2015, 16:14

Tome 11 :

Chihiro connaît désormais tout du passé de ses ancêtres, et Otoki et Jogorô peuvent s'éteindre ensemble... En rentrant chez lui, le jeune garçon affiche désormais une nouvelle volonté concernant Rea, mais quelle n'est pas sa stupeur en découvrant que la jeune fille-zombie a sombré dans une nouvelle période de confusion plus terrible que jamais ! La fin semble proche pour elle... Peut-elle encore être sauvée ? Chihiro sait ce qu'il lui reste à faire...

Depuis un bon moment, Mitsuru Hattori avait su accélérer le rythme et la tension de sa série, l'humour ayant largement laissé place à une atmosphère beaucoup plus dramatique et malsaine. Fort logiquement, le point culminant est atteint dans ce dernier volume où Chihiro doit désormais faire face à Rea, sa zombie, sa protégée. Grâce aux précédents volumes qui ont très bien préparé le terrain, on ressent bien toute la tension et l'ambiance terrible de ce final où certains personnages, en tête le père de Rea, sortent joliment de l'ombre. Et on reste pris jusqu'au bout par cet ultime face à face qui se terminera dans le sang, en sachant prendre au dépourvu le lecteur...

Malgré tout, peut-on être totalement satisfait par cette conclusion ? Sans doute pas, car certains revirements paraissent trop artificiels (en tête celui de la mère de Rea), quelques personnages voient leur rôle amoindri, et on aurait aimé en voir encor eun peu plus concernant la toute fin et l'avenir des protagonistes... Quant à la petite entourloupe finale sur le sort de Chihiro, à chacun de se faire son idée. Elle a au moins le mérite d'être bien entretenue.

Sankarea s'achève d'une façon globalement convaincante, en profitant pleinement de l'ambiance instaurée par les derniers volumes, et l'auteur, bien que trop rapide sur certains points, a le mérite d'apporter une conclusion qui n'est pas trop aseptisée, n'est ni très heureuse ni très malheureuse.
Image

Répondre