Alice in Borderland

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Alice in Borderland

Message non lu par Koiwai » 21 juin 2013, 08:14

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Après Hyde & Closer, petit shônen assez classique mais très généreux qui nous laissait découvrir un jeune mangaka plein de promesses, l'auteur Haro Asô nous revient avec Alice in Borderland, un énième jeu de la mort qui risque fort de tirer son épingle du jeu dans un sous-genre bien trop souvent limité à la pure action sans véritable travail sur les personnages.

Ryôhei Alice, lycéen parmi tant d'autres, est ce que l'on peut appeler un loser. Cancre, peu confiant envers les adultes, désabusé alors qu'il est encore si jeune, il fait partie de ceux qui fuient la réalité et les responsabilités en rejetant tout sur la société, sur les autres. Son meilleur ami, Chôta Segawa, n'est guère plus motivé : tout aussi mauvais en cours et encore plus faible qu'Alice, il fuit la dureté du quotidien en jouant les insouciants et en se faisant le petit pervers de ces dames. A côté d'eux, Daikichi Karube, le troisième larron de la petite bande, ferait presque tâche : plus mâture, plus réfléchi, plus fort aussi, il se raccroche à son travail pour ne pas se laisser bouffer par la réalité.
Trois amis qui, chacun à leur manière, fuient une société qui, de base, les a écartés. Ah, si seulement le syndrome de Peter Pan pouvait devenir réalité. Si seulement ils pouvaient se libérer de ce quotidien morne en partant loin d'ici, loin de la réalité... Quelque part dans le ciel nocturne de la ville, un étrange et puissant feu d'artifice est sur le point d'exaucer leur voeu. Et les voici tous trois projetés dans un étrange univers apocalyptique, où ils seront contraints d'accomplir les épreuves qui sont dressées face à eux pour tout simplement rester en vie...

Au fil des premières pages, Haro Asô s'attache à présenter ses héros, ce trio de "marginaux". Et chacun d'eux, en quelques pages, et très bien présenté, tant on ressent aisément le malaise qui les anime, ce malaise qui touche typiquement les adolescents et les êtres mal dans leur peau. Chacun à leur manière, Ryôhei, Chôta et Daikichi fuient une réalité qu'ils préfèrent rejeter en bloc... jusqu'à ce qu'ils se retrouvent propulsés dans le monde étrange et dangereux de Borderland, qui va marquer pour eux le début d'une sérieuse remise en question. Pour eux, le confort n'est plus, et les voici obligés de lutter pour leur propre survie dans un monde dont, pour le moment, ils ne connaissent rien.
Après la présentation, les choses démarrent vite. Nos héros sont projetés à Borderland, un univers que l'on attendait ancré dans le fantastique, et qui fait finalement largement plus dans la science-fiction, en nous posant un cadre qui reste réaliste : celui d'une grande ville, qui a pour particularité d'avoir été vidée de ses habitants, comme laissée à l'abandon, et qui recèle désormais mille dangers. C'est dans ce cadre que nos héros subiront soudainement leur première épreuve, après avoir rencontré une jeune femme du nom de Saori Shibuki, qui semble être là depuis déjà assez longtemps et pourrait bien les renseigner un peu plus sur ce monde... une fois la première épreuve passée !

Car c'est bien cette première épreuve qui occupe l'essentiel du volume. Une épreuve simple mais très vivante et bel et bien dangereuse, qui permet surtout de poser quelques bases intéressantes, au-delà de ce concept simple de jeu pour sa survie. Ainsi découvre-t-on notamment le concept des augures, petit tirage de papiers offrant à la fois une aura de chance et de petits indices pour s'en sortir, à condition que l'on soit apte à les comprendre. Une petite idée qui ajoute assurément du sel à cette première épreuve en ne basant pas uniquement les choses sur l'action pure. Quant à la symbolique des cartes, sorte de visa pour rester en vie (on n'en dira pas plus), elle renvoie doucement vers Alice au Pays des Merveille, dont l'auteur s'inspire très librement.

Tout ne repose pas sur l'action pure, mais rassurez-vous, car celle-ci est quand même bien présente et sait se faire très prenante et dense. Très sincère sur Hyde & Closer, le coup de crayon de Haro Asô conserve cette qualité qui assure un rythme effréné. Les visages des personnages sont très expressifs, les décors et les dangers sont dessinés avec richesse. C'est dense... parfois trop dense au regard de quelques cases qui en deviennent un peu bordéliques (quand les flèches tombent, surtout), mais c'est prenant et animé par de nombreux dialogues qui font bien ressortir la délicatesse de la situation et les craintes des personnages. Surtout, au fil de cette première épreuve tendue, de nombreuses questions se soulèvent : qu'est exactement cet univers de Borderland ? Sur quoi est-il basé ? Est-ce un rêve ? La réalité ? Si c'est la réalité, comment expliquer que de simples bouts de papier puissent avoir tant d'influence, ou que des millions de flèches puissent subitement être décochées en même temps ? Peut-on seulement sortir vivant d'un univers qui semble répéter ses jeux à l'infini ?
Au fil de l'épreuve puis des premières réponses qu'ils obtiennent, nos héros ont tout le loisir de sombrer petit à petit dans le désespoir. Et c'est là que la série laisse apparaître toute sa force. Car loin de s'arrêter au simple concept de jeu de la mot sadique façon Saw (pour citer une oeuvre fondatrice) ou King's Game (pour citer un manga récent), Alice in Borderland s'intéresse réellement à ses héros. Les premières pages font parfaitement ressentir leur malaise, leur arrivée à Borderland les plonge dans un inconnu total qui les oblige à se poser de nombreuses questions, les fait régulièrement flirter avec le désespoir... mais au bout du compte, le jeu pourrait bien les éveiller enfin à des qualités qu'ils ne pensaient pas avoir. Le meilleur exemple dans ce premier tome : Chôta. Plus peureux que les autres, il est le premier à subir de plein fouet les doutes, s'accusant d'être inutile et trop faible. Epaulé par ses amis, gageons qu'il saura changer et se forger.

Après tout, il suffit peut-être de sortir un peu de son confort, d'arrêter de tout rejeter en bloc, pour enfin pouvoir révéler ses qualités, son potentiel. Le message de Haro Asô semble être là, il transparaît dès le premier tome, car l'auteur s'intéresse réellement à ses personnages, apporte déjà de vraies questions humaines à son oeuvre, en prenant le soin d'emballer le tout dans un récit d'action trépidant, dont la tension dramatique est constamment palpable. Ce premier tome n'est encore qu'une introduction, mais pose d'excellentes bases et annonce une série pleine de promesses.

Côté édition, c'est très agréable. La couverture en jette, la traduction est vivante, les polices sont bien choisies.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Stanoy
Messages : 3
Enregistré le : 23 août 2013, 14:46

Re: Alice in Borderland

Message non lu par Stanoy » 25 août 2013, 11:27

Le manga à l'air intéressant ! Mais bon, on a encore droit à un manga basé sur la survie solitaire...
Néanmoins à lire ! Si comme dit dans l'article le manga se base vraiment sur de l'originalité, malgré un truc refait et archi-cramé, pourquoi pas ? Ce peut-être même très intéressant ! :D

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Alice in Borderland

Message non lu par Koiwai » 27 août 2013, 08:16

Tome 2 :

La première avait un mal fout à s'intégrer sur son lieu de travail, où elle était considérée comme une jeune incompétente. Le deuxième s'était résolu, au vu de son paternel, à mener une vie dénuée d'intérêt. Le troisième, pour protéger ce qui lui restait de famille, aiguisait constamment ses crocs, quitte à finir un jour en copeaux. Le quatrième souffrait en silence des comparaisons permanentes avec son frère meilleur que lui sur tous les points, et sa famille elle-même semblait ne plus rien attendre de lui. Paumés, laissés sur le côté de la société, ils sont désormais tous les quatre réunis à Borderland, un monde sans foi ni loi, un Tokyo dépeuplé où ils doivent participer à des jeux mortels pour survivre. Et après la panique de la première épreuve et les pleurs, Shibuki, Chôta, Karube et Alice semblent finalement entrevoir une lueur d'espoir en ce monde. Il sont ensemble, peuvent compter les uns sur les autres, doivent survivre par leurs propres moyens, et espèrent que les jeux mortels leur permettront de se prouver qu'eux aussi ont des qualités.

Sous l'impulsion de Karube qui aimerait ne pas laisser retomber la pression maintenant que le groupe est gonflé à bloc, la deuxième épreuve arrive déjà, et Chôta étant blessé, seuls Alice et Karube y participeront. Ensemble, les deux amis se rendent dans un lieu où attendent déjà 9 autres participants. Ils en rencontrent vite fait certains de près ou de loin, en apprennent plus sur la signification exacte des numéros et des symboles des cartes... Puis arrive l'épreuve : une partie de cache-cache où tous devront échapper à un tueur fou lâché dans un grand immeuble. Ils ont 30 minutes pour découvrir dans cet immeuble la seule chambre ouverte, où se trouve le système de sécurité qui leur permettra de s'en sortir vivants. Les conditions de défaite : tous les participants sont tués, ou l'immeuble explose après l'écoulement complet des 30 minutes...

Après une épreuve plus intellectuelle dans le tome 1, c'est une épreuve physique et stratégique qui attend Alice, Karube et les autres participants : un jeu de cache-cache face à un tueur improvisé chat, qui se fera un plaisir de traquer ses cibles, armé d'une mitrailleuse redoutablement efficace. L'action bat évidement son plein, et est servie par une mise en scène inspirée, que viennent encore renforcer des détails comme le look glauque du tueur, qui porte un masque de cheval.
Pourtant, si l'ensemble est si prenant, c'est pour un tas d'autres raisons que l'action pure et simple. Car constamment, Haro Asô présente une épreuve extrêmement bien pensée, dont il étudie toutes les facettes, que celles-ci soient stratégiques ou humaines.

En effet, face au danger, chacun des participants cherchera à agir différemment. Il y a ceux qui se la joueront stratégiques et distants en observant les choses. Il y a ceux qui, pris de panique, tenteront de s'échapper. Il y a ceux qui essaieront purement et simplement de se rebeller contre l'ordre établi, de changer les règles en traquant le chat. Il y a ceux qui tenteront d'éviter tant que possible de s'exposer en espérant que les autres feront le travail, et il y a ceux qui compteront sur un minimum de solidarité pour éviter le chat et trouver la chambre ouverte. Les variations de personnalités sont nombreuses... et tout le mérite de l'auteur est de n'en dénigrer aucune, car chacune de ces personnalités, y compris les plus couardes, sont on ne peut plus humaines et font la variété de l'humanité. Là où les habituels jeux de la mort, tant à la mode en ce moment, se contenteraient de faire des comportements faibles de la simple chair à pâté, Haro Asô leur confère cette part d'humanité qui fait toute la différence.

Cette humanité, le mangaka nous la fait bien ressentir à travers les nombreux focus intérieurs de son héros, Alice. Le jeune garçon est en proie au doute, s'interroge beaucoup sur lui et sur les autres participants, va jusqu'à s'interroger sur le tueur qui se retrouve alors lui aussi pourvu d'une part d'humanité... Alice se questionne, analyse, se met à la place, à tel point qu'il sera sauvé plus d'une fois d'une situation très délicate par de petits éclairs de lucidité qui lui prouveront peu à peu que lui aussi a des qualités... et que certaines de ces qualités peuvent tirer parti de ses défauts. Après tout, tout dépend de la façon dont on voit les choses et de la manière dont on se considère. Aussi charismatique que dans le premier volume, Karube n'est pas en reste, et connaît lui aussi des doutes, car derrière son aspect fonceur, il est lui aussi amené à beaucoup s'interroger en constatant certaines de ses faiblesses. Car tout ami fidèle qu'il soit, il peut lui aussi avoir des faiblesses, des instants de panique, des doutes et des regrets tout à fait humains.

Ce qui bluffe aussi, c'est l'aspect stratégique du jeu, parfaitement pensé par le mangaka. Et si celui-ci passe bien sûr par les interrogations d'Alice déjà évoquées, il faut aussi noter l'exploitation très habile du lieu où se déroule le jeu : un grand immeuble en L, dont les caractéristiques (forme, escaliers, couloirs...) sont exploitées sous toutes les coutures. Chapeau !

Au bout du compte, on se retrouve avec une épreuve haletante, rythmée, bien mise en scène, pensée sous tous les angles, et poignante de par les relents d'humanité de ses personnages. Et en prime, la conclusion de ce jeu de cache-cache laisse entrevoir toute la cruauté des épreuves de Borderland via ce qu'était le tueur, et amène deux nouvelles têtes intéressantes dont le nom de famille en dit long. L'énigmatique Shuntarô, qui amène en plus une belle interrogation en dernière page, sera-t-il aussi sournois qu'un chat du Cheshire ? Alice courra-t-il après le mignon lapin ? Seule la suite nous le dira.

Avec ce deuxième volume, l'essai du tome 1 est amplement transformé : Haro Asô nous offre une deuxième épreuve captivante sur tous les points et profonde, qui élève déjà l'oeuvre parmi les meilleurs shônen d'action du moment.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Alice in Borderland

Message non lu par Koiwai » 09 oct. 2013, 00:09

Tome 3 : Outch, ça c'est de la lecture qui en met plein la gueule.

Alice et Karube se sont sortis vivants de la deuxième épreuve et ont rejoint Chota et Shibuki. Mais à l'arrivée, c'est le doute qui s'empare de chacun d'eux. Les deux premiers ont récupéré des jours de vie, tandis que le seuil fatidique se rapproche pour les deux autres, si bien qu'un fossé se creuse peu à peu entre eux. Shibuki et Chota ont parfaitement conscience d'être plus faibles que leurs deux autres camarades, et la confiance se brise alors, lentement : Alice et Karube feront-ils réellement tout leur possible pour les aider ?

Dans un début de tome qui nous invite à voir ce que faisaient Chota et Shibuki pendant qu'Alice et Karube étaient occupés, Haro Asô glisse subtilement le doute chez ses héros, tout en présentant, via un flashback sur la toute première épreuve vécue à Borderland par Shibuki, toute la perfidie du plus énigmatique des symboles de jeu : le coeur, des épreuves psychologiques qui jouent avec l'amitié et le désir de vivre des participants pour mieux les briser. Alors quand nos quatre héros, déjà en proie au doute, se retrouvent dans une nouvelle épreuve cotée 7♥, on devine qu'ils s'apprêtent à vivre leur jeu le plus pervers et tragique...

Difficile de parler de cette nouvelle épreuve extrêmement cruelle sans en dire trop, alors soulignons simplement que le mangaka se réapproprie avec talent le classique jeu du loup en en modifiant de façon subtile les règles et l'issue, le tout afin de faire exploser les faiblesses de ses héros, avant de mieux faire ressortir l'amitié qui les unit.
Dès l'énoncé des règles surprenantes du jeu, on devine une issue dramatique, impossible à éviter. Les personnages passent alors par toutes les émotions : l'effroi, la colère, l'envie de céder au pire pour s'en sortir... puis le retour à une forme de raison, la résignation, et le rappel d'amitiés fortes qui se sont consolidées au fil des souvenirs et des rêves qu'Alice, Karube et Chôta, mais aussi Shibuki, ont partagés.

On reste donc plutôt estomaqué par la force du développement que l'auteur offre à ses personnages. Alors que la tension dramatique grandit au fil des pages, on se trouve avec un portrait de personnages puissant et juste, présentant des faiblesses et des forces qui sont terriblement humaines dans ce que cela implique de pire et de meilleur, et qui peuvent désunir et réunir à tout instant. Jamais un jeu de la mort n'est apparu si humain.

Cette épreuve brise tout ce que l'on pensait acquis, comme rarement les shônen de ce type ont osé le faire. Et au bout du chemin, c'est une profonde douleur qui apparaît, puis un nouveau départ, pour une suite qui s'annonce tout aussi prometteuse. Bien sûr, on pourra toujours chipoter sur certaines choses : quelques éléments vite passés en revue, quelques changements de comportement un peu rapides, mais on oublie vite ces broutilles face à la puissance émotionnelle, dramatique et humaine que dégage ce troisième volume.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Coco Felken
Messages : 92
Enregistré le : 31 août 2010, 13:07

Re: Alice in Borderland

Message non lu par Coco Felken » 16 oct. 2013, 08:43

J'ai lu les 2 premiers hier soir, me couchant du coup à 0h30... Tssss... Et le concept est vraiment très sympa. Encore pas mal de mystères sur le fonctionnement du jeu (le concept des cartes me rappelle un peu Gantz) mais la lecture est très plaisante. Je me réserve le 3 pour ce soir... :)

Par contre, gros fail de Delcourt/Akata lors de l'annonce de la seconde épreuve, avec un trèfle à la palce du pique. On le comprend vite (notamment via le titre des chapitres), mais fail tout de même.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Alice in Borderland

Message non lu par Koiwai » 15 janv. 2014, 21:12

Tome 4 :

"Les moutons heureux... collectent les cartes pour les cadres."

Les plus proches amis d'Alice se sont sacrifiés pour lui laisser la vie sauve. Rongé par la tristesse, Alice se pense désormais seul et se laisse à moitié mourir, mais il est bientôt trouvé et soigné par Usagi, la jeune fille de la deuxième épreuve. Incité par cette dernière à se reprendre en main, Alice débute une nouvelle vie à ses côtés. Il apprend peu à peu à mieux la connaître tandis qu'elle lui apprend quelques rudiments de survie, et tout en continuant à suivre les derniers mots de Karube : il doit trouver la Plage, un lieu où il pourrait apparemment trouver des réponses au sujet de l'étrange monde de Borderland. Pourtant, ce qu'il va y trouver est très éloigné de ce qu'il imaginait...

Après un début de volume qui consolide rapidement le lien entre Alice et Usagi, l'heure est venue pour nos deux héros de trouver la plage, un lieu à première vue idyllique, où tout le monde prend du bon temps sous la surveillance des cadres... Mais la réalité ne peut être aussi parfaite, et Alice découvre vite l'envers du décor : un lieu où chacun est numéroté selon ses capacités aux jeux, et où seuls les meilleurs numéros imposent leur loi... Un lieu où les plus faibles, moutons rendus bêtement heureux par des plaisirs factices, se laissent duper gentiment par les plus hauts placés. Un monde que Haro Asô nous présente habilement comme une forme de dictature psychologique qui rappelle par bien des aspects notre chère réalité !
Tout en découvrant la réalité de la Plage, Alice en apprend plus sur un moyen qui pourrait apparemment permettre de quitter Borderland. Mais il ne peut s'en réjouir, car certaines informations cruelles à ce sujet ébranlent les objectifs qu'il s'était fixés au sujet des instigateurs du jeu et de sa volonté de s'en sortir avec Usagi. Mais malgré la douleur provoquée par les informations récoltées, Alice fera montre d'une détermination qui confirme l'importance qu'Usagi a pris pour lui.
Pour le reste, l'auteur s'applique pendant une bonne partie du tome à faire entrer en scène bon nombre de nouveaux personnages tout en présentant ce cadre de la plage. Et qu'on se le dise, entre le numéro 1, le Chapelier, puis le clan rival du numéro 2 et tous ses sbires, on se retrouve avec une palette de sales têtes bien badass comme il faut... mais aussi extrêmement clichés et peu développées pour la plupart. En tête le numéro 2 et ses sbires, stéréotypes des gros enfoirés profitant de leur statut. On retrouve également une tête déjà connue en la personne de Chishiyo, qui nous réserve plus d'une surprise.

Avec cette mise en place de ces nouveaux personnages et la présentation du système de la Plage, ce tome pourrait paraître un peu plan-plan par moments, mais c'est mal connaître Haro Asô, qui excelle pour rendre le tout prenant, que ce soit grâce aux tourments et doutes d'Alice, à l'aspect badass des protagonistes ou aux manigances de certains... jusqu'à ce que tout finisse par s'emballer vraiment dans une fin de volume enchaînant les coups de théâtre inattendus et très pessimistes. Alors que la hiérarchie change soudainement, il y a peut-être enfin un moyen pour certains conspirateurs de renverser la dictature qui s'est installée à la Plage, et ce moyen se nomme révolution ! Mais celle-ci risque fort de ne pas du tout se passer comme prévu, certains protagonistes ayant plus d'un tour dans leur sac pour nous surprendre et nous confirmer leur sournoiserie digne d'un... Cheshire Cat.

On n'en dira pas plus pour ne pas briser le suspense, mais sachez qu'après avoir plutôt bien présenté la Plage, son système et ses occupants, Haro Asô nous offre une fin de volume haletante, riche en rebondissements plongeant plus que jamais Alice et Usagi dans une situation horrible... Pour le coup, au vu de la tension de maître qu'installe l'auteur, on est heureux de savoir que le tome 5 arrivera dans un petit mois !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Alice in Borderland

Message non lu par Koiwai » 12 févr. 2014, 09:00

Tome 5 :

Piégé par Chishiya, Alice a été capturé par le groupe d'Aguni. Pendant qu'il est enfermé, seul, mal en point, avec un visa qui expire dans une journée, Usagi doit subir les frasques de Niragi et ses comparses. Cette fois-ci, tous deux semblent n'avoir aucune chance de s'en sortir... à moins que le jeu ne s'en mêle.

Le quatrième tome nous laissait sur une conclusion intense et pleine de suspense, et l'on se demandait franchement comment Alice et Usagi allaient pouvoir s'en sortir. La réponse ne tarde pas à arriver, et Haro Asô nous prends une nouvelle fois de court en nous montrant qu ceux qui se cachent derrière les jeux ont décidément la main longue et en savent beaucoup sur ceux les personnes qu'ils retiennent à Borderland. Ainsi la Plage se voit-elle soudainement transformée en terrain de jeu, avec pour récompense la fameuse carte 10 de coeur...

Tout en nous faisant bien comprendre que ses personnages ne seront jamais à l'abri nulle part, l'auteur dépeint une nouvelle épreuve de chasse à la sorcière très prometteuse, qui va réveiller chez les occupants de la Plage une faiblesse proprement humaine : sous la panique, la volonté de se protéger en rejetant la faute sur le premier venu. On ne cachera pas que les comportements sont de grosses caricatures, entre la majorité des occupants qui pète vite un câble en accusant la première venue, Niragi qui tente de profiter de la masse populaire effrayée, Usagi qui reste lucide, puis Aguni et Last Boss qui décident ensuite de se la jouer gros bourrins en tuant tout le monde pour être sûrs de choper la sorcière, ou An qui va tenter de résoudre l'énigme de la sorcière de façon scientifique. Mais ce portrait d'une faiblesse humaine n'est pas désagréable, car il met un peu plus en avant certains personnages (comme An), et parce que l'auteur utilise toujours à merveille les comportements de ses personnages pour rendre l'ambiance intense, avec cette impression délectable que le danger peut surgir de n'importe où.

Pendant ce temps, Alice, lui, n'est toujours pas au courant de ce qui se passe. Enfermé, il se confronte aux fantômes de son récent passé. Ceux de ses trois amis qui se sont sacrifiés pour lui. Il se morfond, se sent coupable de s'en être sorti seul, et tandis que l'auteur offre quelques visions stylisées des fantômes accaparant l'esprit d'Alice, il nous offre un petit focus basique mais bien huilé sur ce qui reste à Alice de ses amis : le souvenir. Un thème qui trouve une nouvelle fois un écho dans la préface de l'auteur, constamment nourri par son voyage en Asie.

Malgré quelques caricatures trop exagérées dans les comportements et les mimiques (Niragi, pitié, arrête avec ta langue), Alice in Borderland reste passionnant à suivre, Haro Asô jaugeant parfaitement les choses. Une nouvelle fois la lecture se dévore jusqu'à une fin de tome... qui nous laisse en plein suspens après 110 pages, le dernier chapitre nous proposant de découvrir une histoire spéciale, se déroulant parallèlement au passage d'Alice et d'Usagi à la plage, et centrée sur un certain Dodo, lycéen propulsé à Borderland où il va devoir participer à sa toute première épreuve. L'épreuve est prenante, mais on se demande surtout pourquoi cette histoire spéciale arrive au milieu du jeu à la Plage. Ne s'agit-il que d'un simple aparté, ou Dodo aura-t-il son importance plus tard ? Dans tous les cas, son histoire n'est pas finie à la fin de ce volume, et on en découvrira probablement la suite dans le prochain tome, en espérant que cela ne casse pas le rythme de l'épreuve 10 de coeur.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Alice in Borderland

Message non lu par Koiwai » 21 mai 2014, 18:39

Tome 6 :

La dernière partie du tome 5 nous engageait sur un épisode spécial, où Dodo, jeune garçon tout juste arrivé à Borderland, se retrouvait dans sa première épreuve cotée 4 de coeur. Une épreuve qui, sous couvert de simple jeu de questions réponses, dévoilait rapidement tout son côté retors et cruel. Car en plus de proposer des questions de plus en plus invraisemblables, l'épreuve permet d'accentuer, petit à petit, la tension entre les joueurs...
Pour s'en sortir, les joueurs se doivent de se faire confiance pour trouver ensemble les bonnes réponses. Mais les épreuves de coeur, les plus terribles, prennent un malin plaisir à briser peu à peu la solidarité et la relation de confiance entre les joueurs : ici, Dodo et les autres découvrent que réussir à duper un autre joueur signifie remonter plus vite les étages. Et quand la confiance entre les joueurs est ébranlée par des mauvaises réponses et des morts, c'est tout le monde qui risque de perdre...

Une nouvelle fois, Haro Asô parvient de façon admirable à faire ressortir toute la tension intérieure qui anime les personnages, surtout Dodo, notre héros d'un épisode. Ne sachant jamais s'il peut se fier aux autres, il voit sa confiance s'ébranler de plus en plus, tout comme elle avait été salie par les personnes en qui il croyait le plus avant d'arriver à Borderland. C'est pourtant en puisant dans sa vie d'avant que le jeune garçon devra tenter de prendre sur lui, de faire le point, pour peut-être s'en sortir... Dans une situation de plus en plus critique, où il est au bord de craquer et où il doit accepter de refaire confiance à quelqu'un, parviendra-t-il à franchir le cap ? On ne vous dira évidemment aucun mot sur l'issue, si ce n'est que, comme on pouvait s'y attendre, elle trouve un écho dans la suite de l'histoire principale.

La suite de l'histoire principale, elle refait son apparition après 70 pages, là où nous avions laissé nos héros. A force de crier, Alice a réussi à se faire entendre d'Usagi, et notre petit groupe de héros doit désormais réfléchir logiquement à l'identité de la sorcière, tout en prenant garde de ne pas se faire abattre par ceux qui ont décidé de régler l'affaire par la violence. Alice le sait, et l'épisode spécial nous l'a confirmé, les épreuves de coeur visent avant tout à briser la confiance et l'entente entre les joueurs pour les pousser à s'entretuer, et il faut alors savoir garder raison... ce que d'autres comme Aguni, Niragi ou Last Boss n'ont aucune envie de faire.
Pendant qu'Alice tente de faire le point, le récit reste haletant en nous invitant à suivre ce qui se trame du côté d'autres personnages. Le sournois Chishiya a décidé de retourner sur le terrain, et retrouve sur sa route Niragi, qu'il est décidé à éliminer. Quant à Kuina, ses pas croisent ceux du redoutable Last Boss. La tension et bien là, mais ce que l'on retient surtout, c'est le fait que ces oppositions réveillent chez les différents personnages les traces de leur passé, de ce qu'ils étaient avant d'arriver à Borderland, et des déceptions et désillusions qui les ont poussés à perdre espoir au point de se retrouver dans ce Tokyo apocalyptique. L'auteur croque une multiplicité de cas et de manières de réagir face à la situation, le plus bel exemple étant l'opposition de comportement entre Kuina et Last Boss. Tout cela extrapole très joliment quelques paroles fortes d'Alice, sur le point commun reliant tous les joueurs de Borderland malgré leurs comportements parfois très différents.

Comme le laisse deviner le mot de Haro Asô en début de volume, ce sixième tome est placé sous le thème de la confiance, un thème que l'auteur exploite à merveille et avec nuance, tout en entretenant très bien la tension, le suspense et le mystère autour de l'identité de la sorcière.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Alice in Borderland

Message non lu par Koiwai » 10 juil. 2014, 11:14

Tome 7 :

Dans la chaotique chasse à la sorcière, Alice pense avoir enfin compris qui est réellement celui ou celle qui a tué. S'agit-il réellement d'Aguni, comme l'affirme clairement le principal concerné ? Rien n'est moins sûr, et quand les derniers masques finissent par tomber, l'épreuve 10 de coeur démontre à quel point elle peut être terrible et sournoise...

L'heure de la conclusion de ce qui est à ce jour la plus longue et la plus éprouvante épreuve d'Alice in Borderland est enfin venue, et elle va à coup sûr vous happer, tant elle étonne et témoigne d'une parfaite maîtrise de Harô Asô, l'auteur nous plongeant littéralement dans les plus profonds tourments psychologiques d'un personnage qu'on n'attendait pas aussi travaillé. Ce personnage, c'est Aguni, qui cache énormément de douleur sous ses airs de simple brute. Ce qu'il était avant d'arriver à Borderland, la nature de sa relation avec le Chapelier, le drame qui s'est joué sous ses yeux avec la lente chute psychologique de la personne en qui il tenait le plus... Sans avoir besoin d'étirer les choses, simplement avec une narration puissante et enragée, le mangaka nous fait très bien ressentir tout le mélange de désespoir, de colère et de haine envers Borderland et envers lui-même que ressent son personnage, et retourne à merveille tout ça dans le cadre d'une épreuve plus retorse et cruelle qu'aucune autre auparavant, car elle exploite les plus terribles failles psychologiques des individus.

Mais le mangaka ne s'arrête pas là : quand la vérité sur cette terrible épreuve se profile enfin, l'heure est venue d'en apprendre soudainement plus sur qui tire les ficelles des jeux à Borderland. Des informations qui arrivent au bon moment, quand la tension est à son comble, et qui se révèlent fracassantes, tant elles enrichissent de façon intéressante l'univers de Borderland, en démontrant que les joueurs sont loin d'être les seuls à plaindre ou à devoir se confronter à la cruauté de cet univers. Du côté des administrateurs aussi, des choix difficiles sont à faire. Certains s'en accommodent, se sont débarrassés de leurs sentiments humains pour exécuter leur tâche sans faiblir, d'autres y prennent un plaisir sadique, d'autres encore ne parviennent guère à se faire à la cruelle réalité, et ces informations que seul le lecteur connaît promettent de relancer de plus belle la série.

Le pire passé, l'après-jeu se révèle tout aussi intéressant, fort et poignant, car on y ressent que chacun des survivants a évolué. Certains se rapprochent encore, et tous ont à coeur de ne pas oublier tous ceux qui sont morts dans cette épreuve et dans celles d'avant. L'humanité se dégageant constamment de la psychologie des personnages se ressent à nouveau totalement, et confère toujours à Alice in Borderland une place à part dans l'univers du manga "survival".

On est habitué à se prendre une claque à quasiment chaque tome d'Alice in Borderland, et celle de ce septième volume est sûrement encore plus forte que les précédentes. Haro Asô maîtrise parfaitement son histoire et nous offre là un tome complet, sans doute une charnière, dont les dernières pages laissent déjà présager une suite tout aussi mouvementée.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1153
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Alice in Borderland

Message non lu par Luciole21 » 10 juil. 2014, 13:14

Un volume génial comme toujours ! Là où l'auteur fait fort, c'est que malgré l'identité prévisible de la sorcière, il arrive à créer un contexte autour du personnage qui surprend et fait avancer son histoire dans une direction originale, tout en brossant en peu de temps le portrait d'une victime/bourreau particulièrement humain. Et le focus sur Aguni et le Chapelier est magnifique également. Bref, c'est du tout bon, vivement la suite !
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Répondre