Big Order

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9787
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Big Order

Message non lu par Koiwai » 28 août 2013, 01:11

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Après l'excellente surprise Mirai Nikki et Hanako et autres légendes urbaines qui s'avérait sympathique, les éditions Casterman nous amènent la dernière oeuvre en date de Sakae Esuno, toujours en cours au Japon : Big Order, série d'action dans la pure veine de ce qu'a fait l'auteur avant.

"Cette histoire commence par la fin du monde."

Eiji Hoshimiya est un lycéen qui n'a que peu de foi en ce monde, si bien que dix années auparavant, il a souhaité la fin de celui-ci. Et son souhait s'est en partie exaucé. Le monde tel qu'on le connaît a chuté, ravagé par un cataclysme, et a laissé place à de nouvelles bases où sévissent les Orders, des humains dotés de pouvoirs qui leur ont été conférés suite à un voeu qu'ils ont fait plusieurs années auparavant. Seulement quelques milliers de spécimens existent, mais leur nombre semble se multiplier constamment, si bien que leur existence-même est considérée comme une menace par beaucoup.
Dans ce nouveau monde où le Japon, ravagé, est désormais dirigé par un organisme administratif de l'ONU via différentes divisions, Eiji poursuit sa vie, soignant jour à après jour Sena sa petite soeur gravement malade, et tentant de vivre avec en tête l'idée qu'il est à l'origine de ce nouveau monde... Mais est-il réellement celui qui a engendré tant de malheurs ? Daisy, une étrange entité, une jeune fille volant dans les airs et rendant régulièrement visite au jeune garçon depuis plusieurs années, semble en savoir long sur le sujet... Mais a-t-elle seulement envie de dévoiler toutes ses informations ?
La situation d'Eiji va toutefois être définitivement bouleversée par l'arrivée dans sa classe d'une nouvelle élève, Rin Kurenai. Pour Eiji, c'est le coup de foudre quand il voit cette belle jeune fille. Mais Rin lui prouvera vite qu'elle est loin d'être aussi douce qu'il y paraît, et qu'elle est là dans un but bien précis, qui ne sera que le déclencheur d'événements inattendus...

Après les pouvoirs conférés par les téléphones portables dans Mirai Nikki, place aux pouvoirs conférés par les voeux ! Avec Big Order, Sakae Esuno reste dans un registre qu'il connaît bien, se servant de sa pointe d'originalité pour offrir un récit d'action intriguant sur plus d'un point.
Il faut d'abord signaler ce concept des pouvoirs conférés par les voeux. Chaque Order a un pouvoir bien a lui, qui découle logiquement du souhait qu'il a autrefois formulé et l'on assiste alors à la découverte des premiers pouvoirs. Celui du dénommé Fran est on ne peut plus classique, celui de Rin également mais est exploité sous un angle peu courant avec régulièrement des pointes d'humour, mais c'est bel et bien le pouvoir d'Eiji qui bluffe de par son concept assez original et porteur de grandes promesses. Les premiers combats exploitent parfaitement les pouvoirs, ceux-ci faisant tout le sel des scènes d'action, ces dernières étant représentées assez pauvrement mais se révélant, grâce à cette bonne exploitation des pouvoirs, riches en rebondissements.

Toutefois, cette simple idée de pouvoirs ne saurait suffire sans un fond intrigant, et de ce côté-là, le premier tome de Big Order fait fort en laissant déjà place à de nombreuses avancées et révélations qui pourtant ne forment encore qu'une longue introduction. A partir de l'arrivée de Rin, les choses s'enchaînent à un rythme soutenu et dévoilent au fur et à mesure des bases ambitieuses... et forcément assez haut perchées, Sakae Esuno oblige. On voit donc se préciser des informations importantes sur les premiers pouvoirs en place, sur ce qu'avait souhaité exactement Eiji dix ans auparavant, sur le rôle de notre héros auprès de sa petite soeur, sur l'objectif de Rin, sur les objectifs énigmatiques des Orders du decemvirat lancés à la poursuite du jeune garçon... Et très vite, des relations très délicates se mettent en place, à commencer par celle liant bien malgré elle Rin à Eiji. Un lien contraint, très instable, qui pourrait se briser à tout moment, et qui s'annonce bien tordu comme il faut, un peu à la manière de ce qu'offrait le couple Yuki/Yuno dans Mirai Nikki.

Globalement, on a donc un premier volume très riche, qui met énormément de choses en place et semble n'entrer dans le vif du sujet que dans les toutes dernières pages, annonciatrices d'un trip ambitieux et de grande ampleur. Et pourtant, difficile de se réjouir totalement lors de la lecture, tout aussi rythmée celle-ci soit-elle, car des défauts sont là, à commencer par ce rythme, justement, beaucoup trop rapide, qui nous balance très vite dans le vif du sujet sans passer par des présentations détaillées de l'univers et des personnages, alors peu attachants. Le mangaka se dépêche un peu trop de tout mettre en place pour ensuite pouvoir attaquer les choses sérieuses dès le tome 2, les petits raccourcis sont très nombreux, et cela se ressent malheureusement un peu trop. Egalement, il y a toujours ce style graphique loin d'être irréprochable, assez pauvre malgré des visages bien marqués et souvent emprunts de folie, et trop enclin aux bons gros clichés physiques (sérieusement, certains membres du decemvirat ont vraiment des dégaines à la ramasse et injustifiées... sans doute juste pour faire plus cool). Enfin, que penser du manque de renouvellement du physique d'Eiji et Rin, copies quasiment parfaites des deux héros de Mirai Nikki ?

Dès le premier tome, on sent Sakae Esuno parfaitement dans son trip, tout comme il l'était dans Mirai Nikki. Bien que cette longue introduction soit trop rapide et bourrée de raccourcis, l'auteur exploite déjà bien son concept de pouvoirs, met beaucoup de choses en place autour de son univers, de ses personnages, de leurs relations instables et du destin complètement fou qui attend Eiji, et intrigue sans difficulté quant aux intérêts de certains (le décemvirat et Daisy en tête). A présent, il reste à voir comment l'auteur va développer tout ce bordel organisé.
Image

Benku
Messages : 21
Enregistré le : 24 janv. 2012, 21:17

Re: Big Order

Message non lu par Benku » 29 août 2013, 08:35

Ayant bien aimé Mirai Nikki je pense que je tenterais cette nouvelle série :)
J'espère ne pas être déçu.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9787
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Big Order

Message non lu par Koiwai » 29 août 2013, 09:36

On a un peu le même schéma de départ que Mirai Nikki : un héros qui n'aime pas des masses le monde (mais plus quand même que Yukiteru de Mirai Nikki, et lui n'est pas aussi pleurnichard que Yukiteru), une héroïne psychopathe qui lui court après (mais pas par amour, cette fois :mrgreen: ), une fille zarb aux agissements étranges (Daisy, un peu un équivalent de Murmure donc), le héros qui se retrouve emporté malgré lui dans une histoire de barjes, et un trip haut perché... Du Sakae Esuno tout craché :)
Image

Avatar du membre
magishi
Messages : 25
Enregistré le : 17 juil. 2013, 16:24

Re: Big Order

Message non lu par magishi » 12 sept. 2013, 19:20

Au risque de paraitre à côté de la plaque, le coup du pouvoir permettant de contrôler les gens et de la petite soeur me font fortement penser à Code Geass. Sans compter sur l'étrange entité qui n'est autre qu'une sorcière immortelle dans code Geass.

Cette impression s'estompe t-elle à la lecture du tome ?
Image

"Parier sur une probabilité proche de zero peut s'averer judicieux."

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9787
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Big Order

Message non lu par Koiwai » 12 sept. 2013, 20:15

Ne connaissant strictement rien de Code Geass, perso je suis incapable de te répondre ^^"
Image

Ixnay
Messages : 113
Enregistré le : 14 mai 2008, 07:45

Re: Big Order

Message non lu par Ixnay » 13 sept. 2013, 05:58

Il serait temps de penser à y remédier :wink:

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9787
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Big Order

Message non lu par Koiwai » 31 oct. 2013, 20:24

Tome 2 :

Alors qu'il a juré de protéger sa petite soeur Sena, Eiji voit celle-ci prise en otage et est contraint de s'allier à l'énigmatique Decemvirat du gouvernement de Dazaifu... dont l'objectif n'est rien de moins que la conquête du monde.
Après une déclaration de guerre adressée au monde entier, Eiji, qui n'est visiblement rien d'autre qu'un pantin pour le Decemvirat, devient l'ennemi public numéro 1... Mais il est bien décidé à tourner la situation à son avantage, puisqu'il y voit l'occasion d'assurer un avenir à Sena. Après une réunion audiovisuelle avec le premier ministre japonais qui va tourner au vinaigre, l'heure est venue pour notre héros, son acolyte malgré elle Kurenai, et quelques alliés du decemvirat de débuter leur conquête. Premier territoire à mettre sous son emprise : la région de Yamaguchi ! Mais une fois sur place, Eiji et ses rares alliés ne seront pas au bout de leur surprise...

Si vous étiez déjà dubitatif face au premier tome de Big Order, ce n'est certainement pas ce deuxième volume qui vous fera changer d'avis ! Le trip de Sakae Esuno se poursuit dans une atmosphère assez bordélique et bizarre, les personnages paraissant parfois encore plus taré/à l'ouest que ceux de Mirai Nikki, la précédente série de l'auteur. A commencer par Iyo, quatrième main du Decemvirat, qui sera ici la première alliée d'Eiji, dévoilera un pouvoir très utile à quelques reprises, mais témoignera aussi d'un côté assez branque, sa bouille mignonne tout plein cachant une psychologie un peu à la ramasse en ce qui concerne son ventre...
De manière générale, il y a plein d'éléments, comme ça, qui peuvent laisser circonspects si on ne se prend pas au jeu, à commencer par certains personnages qui semblent changer d'avis comme de chemise, certains retournements de situation qui arrivent un peu n'importe comment... Pour certains, il y a une logique liée au pouvoir d'Eiji qui peut les contrôler, mais pour d'autres, les choses apparaissent plus bordéliques.

Hormis ceci, les choses avancent à leur rythme, sont jonchées de quelques gros rebondissements superbement too much (le coup de la bombe atomique) qui renforcent ce trip qui semble bel et bien nourri à la drogue. Sakae Esuno n'hésite pas à aller assez loin dans son scénario haut perché, il conserve un indéniable sens du rythme, distille ce qu'il faut de petites informations sur certains de ses personnages et sur leur pouvoir, et propose de nouvelles pistes pour l'heure totalement énigmatiques, l'identité de la gamine en tête. Pour le reste... il y a de quoi être un peu plus dubitatif, dans la représentation des scènes d'action, pauvres, mais aussi dans l'utilisation des différents pouvoirs présentés, pour le moment très basiques, ou tout simplement dans le rythme parfois trop soutenu.

En somme, une impression étrange se dégage de la lecture. Après un premier tome introductif, les choses sérieuses commencent réellement dans ce deuxième volume, mais peinent parfois à être claires et à bien faire ressortir tous les enjeux de ce début de conquête. Sans parler des personnages très branques et parfois à la limite de l'incohérence, qui rebuteront celles et ceux ne parvenant pas à adhérer au trip.

Un joyeux bordel, haut perché, foncièrement bien rythmé, mais qui manque encore de clarté.





A part ça, je trouve que certains pouvoirs, dans leur représentation, font très Jojo. D'ailleurs, le pouvoir d'Ayahito en fin de tome, ça semble un peu être une repompe de celui de Buccellati dans Golden Wind ^^""
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9787
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Big Order

Message non lu par Koiwai » 11 janv. 2014, 18:43

Tome 3 :

Pour la première fois depuis longtemps, Eiji revoit sa soeur Sena en chair et en os, mais celle-ci est retenue en otage par Hiiragi, qui est bien décidé à l'utiliser à ses fins. Pire, le colonel du decemvirat déballe toute la vérité à la jeune fille, et lui apprend qu'elle n'a plus que 6 mois à vivre, chose qu'Eiji s'était toujours retenu de dire !
Eiji est sur le point de se laisser emporter, mais Hiiragi a plus d'un tour dans son sac : il apprend à notre héros qu'il existerait dans les environs de Hiroshima un order, Kamimusubi, dont le pouvoir pourrait guérir Sena.
Pour Eiji, il va donc falloir désormais partir à la conquête de Hiroshima, paradis des yakuzas, où il sera comme toujours accompagné de Rin... qui emporte avec elle une petite surprise : Hikari. Elle servira de monnaie d'échange avec son grand-père, pou savoir où se terre Kamimusubi.

Nouvelle épreuve et nouveau lieu pour Eiji, qui, à Hiroshima, fait très vite la connaissance de nombreux nouveaux personnages pas très nets, dont deux clans de yakuza rivaux, ou le dénommé Hanzô Hatori. Si le principal problème de Big Order, jusque là, était la rapidité des choses qui confinait à un bordel ambiant, c'est de nouveau le cas ici. Tout va vite, à tel point que certains rebondissements scénaristiques apparaissent très faciles (par exemple, la manière dont Rin a embarqué Hikari, où la confiance un peu aveugle du grand-père envers Eiji quand celui-ci part affronter le clan ennemi) et que les nombreux nouveaux personnages sont très vite mis en place et ont un peu de mal à se dégager du lot, hormis Hanzô.
Il y a néanmoins dans ce tome ce même goût pour le rythme effréné et l'avalanche de rebondissements, et ici Eiji va constamment aller de mal en pis à cause d'un redoutable pouvoir ennemi que Sakae Esuno exploite jusqu'au bout, sans qu'on sache jamais où cela va s'arrêter !

Surtout, dans le feu de l'action, le mangaka parvient à balancer un nombre assez conséquent d'informations de prime importance : la nature du redoutable pouvoir de Hiiragi, par exemple... mais aussi l'objectif autour de Hikari, ce que recherchent le Décemvirat, l'ONU et Daisy, mais aussi l'identité d'un nouvel adversaire en lien direct avec Eiji...

Sakae Esuno réunit petit à petit toutes les pièces de son grand jeu de conquête, le fait plutôt efficacement car le rythme ne faiblit jamais et parce que l'auteur conserve son indéniable sens du rebondissement... au risque de parfois en faire trop, de ne pas suffisamment poser les choses, si bien que l'impression de gros bordel est toujours là si l'on n'est pas assez attentif pendant la lecture.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9787
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Big Order

Message non lu par Koiwai » 29 juin 2014, 09:55

Tome 4 :

La situation devient critique : Alors qu'Eiji vient d'apprendre par la bouche de Daisy que son pire adversaire ne serait autre que son propre père, Gennai, qu'il pensait mort depuis dix ans, notre héros doit désormais prendre en compte l'importante menace que représente le Bureau de Sûreté Publique mené par Hatori, qui parvient à récupérer Rin dans ses filets. Mais peu importe : Eiji est avant tout animé par son souhait de guérir sa petite soeur Sena, et c'est dans cette optique qu'Iyo et lui poursuivent leur recherche de Kamimusubi jusqu'à Izumo, au fin fond d'une grotte réputée pour ses apparitions divines. Eiji est enfin sur le point de rencontre Kamimusubi, qui serait à même de sauver sa soeur... mais avant cela, une autre épreuve l'attend : une déclaration d'Iyo à laquelle il ne s'attendait pas vraiment !

A l'instar de Mirai Nikki, la précédente série de l'auteur, Big Order doit une partie de son charme au côté un peu branque de certains personnages, et Iyo est dans cette veine là. Après avoir déjà réservé quelques surprises assez "what the fuck" précédemment, la jeune fille au pouvoir de divination en offre cette fois-ci une plus attendue, mais qui arrive assez soudainement et déstabilise un peu Eiji, alors que les deux jeunes gens sont seuls au fin fond de la grotte... Enfin, pas pour longtemps, Kamimusubi faisant enfin son apparition en réservant à son tour quelques surprises, dont une sorte de test au bout duquel elle aimerait beaucoup voir Eiji et Iyo se rapprocher.

Si le test de Kamimusubi possède un certain intérêt dans la mesure où il consolide le lien entre Eiji et Iyo et présente de nouvelles possibilités dans les pouvoirs avec les fusions, il est difficile d'être pleinement convaincu par le test en lui-même, qui est mis en place un peu n'importe comment et s'avère assez brouillon dans son déroulement, montrant alors toutes les limites techniques des dessins de Sakae Esuno. heureusement, les choses ne traînent pas top en longueur, et, comme souvent, le mangaka finit par apporter ces rebondissements parfois soudains et brutaux qui animent son histoire.
La suite est alors une succession de nouvelles révélations, sur les origines de Daisy, l'objectif de Gennai, le lien de Hiiragi avec celui-ci, le rôle du gouvernement de Dazaifu, et ce qu'il s'est réellement passé lors de la Grande Destruction... Rien que ça !
La fin du tome accélère à nouveau les choses, avec un nouveau rebondissements compliquant encore la tâche pour notre héros...

Il y a beaucoup de critiques à faire au sujet de Big Order : une déferlante de rebondissements pas toujours très claire, une utilisation parfois brouillonne des pouvoirs, des dessins très limités dans l'action... Mais on ne peut pas enlever à Sakae Esuno son rythme effréné et son sens des révélations imprévisibles, qui changent constamment la donne dans son histoire. Il n'en faut pas plus pour donner envie de connaître la suite.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9787
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Big Order

Message non lu par Koiwai » 18 nov. 2014, 19:21

Tome 5 :

Avec le Bureau de Sûreté public de Hanzô Hattori, Gennai Hoshimiya, le père d'Eiji et de Sena, est parvenu à enlever sa propre fille ! Eiji se met en route pour lui venir en aide, accompagné d'un allié pour le moins farfelu. mais dans le même temps, Sena n'est certainement pas décidée à attendre qu'on la sauve...

Dans un tome marqué par des retrouvailles attendues, nous suivons la quête d'un Eiji bien décidé à sauver sa petite soeur. Pour cela, il décide de foncer droit dans le tas, quitte à tomber dans un piège et à voir sa réputation encore ternie, mais il pourra compter sur le soutien d'un personnage que nous n'avions encore pas beaucoup vu en action jusqu'à présent : Ayahito, 10ème main du Decemvirat du Gouvernement de Dazaifu, qui va dévoiler un comportement pour le moins particulier auprès de notre héros... Après notamment les frasques d'Iyo dan les tomes précédents, Sakae Esuno confirme une nouvelle fois que depuis Mirai Nikki il n'a rien perdu de son goût pour les personnages un peu branques. Quoi qu'il en soit, on retient également un pouvoir assez intéressant à ce personnage, d'autant plus quand il est couplé à celui d'Eiji.

Pendant ce temps, celle qui surprend le plus reste toutefois Sena, la jeune fille montrant qu'elle n'a rien d'une princesse faible qui attend d'être sauvée. Elle agit aussi de son côté, et étonne de par les belles manigances qu'elle parvient à mettre en place quitte à se montrer elle aussi un peu tarée. C'est bien elle qui attire le plus l'attention, jusqu'à une dernière partie de tome relançant l'intrigue... sans forcément faire dans l'originalité (la poursuite continue...), mais en entretenant bien certaines énigmes (sur l'identité réelle de Gennai, entre autres).

Au final, on se retrouve avec un tome toujours bien rythmé et porté par des personnages un brin tarés. Mais à côté de ça, ce rythme fou continue, encore et toujours, d'avoir un revers, avec certains éléments mal exposés (comme la fusion des pouvoirs) et certains combats trop succincts et primaires pour convaincre (à commencer par celui contre Yagyû).

Mêmes qualités et mêmes défauts pour une série pas déplaisante, mais qui a encore du mal à vraiment convaincre.
Image

Répondre