Lucika Lucika

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9587
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Lucika Lucika

Message non lu par Koiwai » 24 oct. 2013, 21:42

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Yoshitoshi ABe fait partie de ces génies discrets. Adulé au Japon et très apprécié en France par certains fans pour ses illustrations très détaillées, quasiment analytiques et dotées d'une colorisation numérique très nuancée et souvent sombre avec ses tons gris-vert, l'auteur est également celui qui se cache derrière le chara design des séries animées Lain, Texhnolyze, Ailes Grises/Haibane Renmei qu'il a lui-me^me adaptée de l'un de ses dôjinshi, et NieA_7 qu'il a en personne adapté en manga papier. Pourtant, ce n'est qu'en cette année 2013 qu'il débarque pour la première fois en France avec un manga, qui plus est avec sa dernière série en date, toujours en cours au Japon avec 7 tomes : Ryushika Ryushika, renommé Lucika Lucika par les éditions Ki-oon.

Lucika Lucika, c'est l'histoire de... Lucika, une fillette comme les autres, à ceci près qu'elle a tendance à s'inventer des histoires et de folles péripéties avec tout et n'importe quoi. Jouer à 1,2,3 Soleil avec un Daruma qu'elle s'imagine vivant et qu'elle va martyriser ? Ca ne lui fait pas peur. S'imaginer perdue dans un labyrinthe en mangeant son bol de nouilles ? La routine. Imaginer dans une paire de chaussures un être invisible avec lequel elle va discuter ? Rien de plus normal. Petite pile électrique bourrée d'imagination et déformant la réalité au gré de son inventivité tout enfantine, elle ne manque pas de provoquer diverses catastrophes autour d'elles, et emmène parfois dans son sillon ceux avec qui elle habite, Masaru (alias Marou) et Yukiko (renommée par ses soins Yukiki), qui ont bien du mal à la suivre !

Les folles aventures d'une gamine qui se fait une aventure ou un petite histoire à partir de tout et n'importe quoi. Avec ce simple synopsis, difficile de ne pas penser à Yotsuba&!, mais la comparaison s'arrête à peu près là, l'oeuvre de Yoshitoshi Abe étant beaucoup plus perchée... au risque de déstabiliser les lecteurs dans un premier temps. En effet, dans ce premier tome, l'auteur nous jette dans le bain dès le premier chapitre, et ne sort jamais d'un schéma spécifique : des chapitres très courts (plus ou moins dix pages) et indépendants, où Lucika commet à chaque fois une nouvelle facétie. Contrairement à Yotsuba&! ou toute la galerie de personnages autour de Yotsuba suit la fillette dans ses aventures, dans ce premier tome les deux seuls autres personnages sont très en retrait, pour l'instant on ne sait d'ailleurs pas précisément qui ils sont par rapport à Lucika (on cerne que Masaru semble être le grand frère, et c'est à peu près tout), et tout repose réellement sur les différents trips de la petite fille, trips qui vont parfois très loin, mais qui sonnent souvent juste. Sincèrement, qui, étant enfant, ne s'est jamais inventé un ami ou imaginé diverses choses en regardant son dîner ? Une chose est sûre : pour que les adultes adhèrent totalement, il faudra accepter de retomber en enfance, ce qui ne fait franchement pas de mal de temps en temps ! Quant à savoir si la série pourra plaire justement aux enfants, la question est délicate. Si certains trips sont très perchés, ils peuvent éventuellement parler aux enfants, d'autant que les délires et bêtises de la fillette sont vecteurs d'un humour simple très communicatif. Sans omettre le fait que les quelques références typiquement japonaises, comme le daruma, bénéficient de notes de traduction qui aideront les plus jeunes à s'y retrouver.

Visuellement, Yoshitoshi ABe troque ici ses habituelles nuances de couleurs sombres et ses personnages ultra précis pour un rendu plus coloré, sans être non plus tape à l'oeil. Les couleurs sont très variées, chaque chapitre bénéficiant d'ailleurs d'un coloris de fond spécifique, mais l'ensemble conserve des subtiles nuances pour garder un certain réalisme, surtout au niveau des décors et des deux personnages adolescents quand ils sont calmes. Au milieu de ce cadre, le design de Lucika ressort subtilement, sans jurer. Sa colorisation reste dans les mêmes tonalités, mais son design un peu plus relâché permet bon nombre de mimiques caricaturales très amusantes. La curiosité se lit parfaitement dans ses grands yeux ronds (il suffit de voir la couverture pour s'en convaincre), ses bouilles effrayées, souriantes ou colériques sont franchement amusantes dès qu'on s'y est habitué, et il n'en faut alors pas plus pour se laisser embarquer dans son univers farfelu.

En somme, Lucika Lucika est un trip, pas forcément facile d'accès au premier abord, et auquel tout le monde n'accrochera pas forcément, d'autant que le manque de présence des personnages secondaires et le format en très courts chapitres indépendants laissent interrogateur sur certaines choses (qui sont exactement Masaru et Yukiko par rapport à Lucika ? Et où sont ses parents ? ). Mais pour peu que l'on accepte d'entrer dans le jeu et de retomber en enfance aux côtés de Lucika, le plaisir de lecture semble assuré, d'autant qu'avoir enfin du Yoshitoshi sur papier en version française est un régal, l'artiste y renouvelant en plus joliment sont style sans le trahir.

Du côté de l'édition, la traduction de l'excellente Fédoua Lamodière fait des merveilles, les choix de polices sont très bons, le papier est de bonne qualité et la qualité d'impression est correcte, faisant notamment bien ressortir le travail de colorisation d'ABe. Au niveau du format, on a droit à quelque chose dans la veine de Chi et Roji, avec juste des rabats et une absence de jaquette.
Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6366
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Lucika Lucika

Message non lu par Erkael » 30 nov. 2013, 19:42

Lucika Lucika 1

Très attendu par chez nous, Lucika Lucika a fait parler de lui par le biais de son auteur qui bénéficie d’une belle renommée amplement méritée : Yoshitoshi Abe est connu pour être le créateur tant au niveau graphique qu’au scénario d’animés ayant marqués les esprits tels que Serial Experiment Lain, NieA 7 ou encore le superbe Ailes Grises !

Si le trait est ici plus léger et enfantin, on reconnaît immédiatement la patte de l’auteur qui n’a rien perdu de son talent au niveau du trait…pour ce qui est de ses talents de conteur…on y reviendra !

Lucika est une enfant un peu naïve, pleine de vie, véritable boule d’énergie qui se plait à s’inventer des histoires avec un rien. Avec elle tout devient prétexte pour se créer un monde imaginaire, souvent totalement farfelu, complètement barré, et parfois même inquiétant quand on est aussi jeune. Ainsi Lucika aime à se raconter des histoires qui la font rêver, la font rire, lui font peur, histoires que l’auteur partage avec le lecteur qui lui a plus de chances de rester de marbre !
Inévitablement on pense à Yotsuba en lisant ce titre. Le génial manga précité est un concentré de fraîcheur et de bonheur avec les délires de la jeune Yotsuba, un peu crétine mais tellement attachante. Ici Lucika, malgré ses délires, apparaît plus mature pour son âge mais malheureusement bien peu attachante. Ses délires, complètement barrés comme on l’a dit auparavant sont justement bien trop perchés pour que le lecteur puisse y adhérer systématiquement, et s’avère surtout bien peu crédible. Il faudra une bonne dose de « lacher prise », alors que dans Yotsuba tout se fait naturellement de la part du lecteur. Et c’est justement là que le bas blesse, ce qui fait défaut à Lucika, c’est la crédibilité de la chose. Là où Yotsuba nous fait rire avec la naïveté d’une enfant de cinq ans avec ses bêtises qui pourrait nous renvoyer aux enfants du même age qu’on connaît ou que nous étions, Lucika nous entraîne dans des univers trop psychédéliques pour qu’on y retrouve des jeux imaginaires d’enfants. La voir se créer un labyrinthe de nouilles devant son bol passe encore mais la voir transformer une simple addition en scène de crime reste un peu excessif.
Avant de retrouver la naïveté d’une jeune enfant on retrouve surtout les délires d’un auteur de génie mais qui lui se crée des mondes un peu dérangeant et fantasmatiques à la manière de Serial Experiment Lain…les délires de Lucika sont avant tout les siens !

Ainsi Lucika perd toute crédibilité d’enfant lorsqu’elle emploie des mots qui ne devraient pas appartenir au vocabulaire d’une enfant ce cet âge là (il est difficile de dire si cela vient de la traduction ou pas) : ainsi des mots comme « décompresser » ou « mélodie » qui apparaissent simpliste pour les lecteurs que nous sommes ne devraient pas sortir de la bouche d’une enfant de cet âge.
Et d’ailleurs quel âge a t-elle ? Et qui sont Mamoru et Yukiko ? Ses frères et sœurs ? Ou sont ses parents ? L’auteur nous lâche au milieu de rien, au lecteur de se créer son monde un peu à la manière de Lucika…on adhère ou pas, mais cela reste une approche très particulière.

Au final on ne sait pas trop à qui s’adresse ce titre…certainement pas aux plus jeunes qui risquent de passer totalement à coté des délires de Lucika et ne pas comprendre grand chose, mais est ce que ce titre s’adresse véritablement aux adultes tant l’ensemble demeure tout de même très enfantin ?
On ne sait pas non plus trop quoi penser de ce titre qui d’une certaine manière se montre original et possède une certaine fraîcheur mais qui s’avère beaucoup trop perché pour qu’on soit sur d’y adhérer. Clairement, ceux qui s’attendait à un Yotsuba bis risquent d’être surpris, à eux de voir s’il s’agit d’une bonne ou d’une mauvaise surprise.
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9587
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Lucika Lucika

Message non lu par Koiwai » 12 déc. 2013, 21:43

Tome 2 :

De nouvelles aventures attendent Lucika, la gamine la plus imaginative et difficile à suivre de l'univers ! Apporter du papier toilette à son frère, découvrir une pastèque non coupée ramenée par sa soeur, en apprendre plus sur les oeufs de moustiques... La fillette découvre des choses qu'elle ne connaissait pas encore... a alors vite fait de laisser son imagination parler puis de partir dans ses trips ! Que cachent les rouleaux de papier toilette ? Qu'est-ce que c'est que cette grosse boule verte rayée ? La gamine possède des réponses bien particulières, et sont un régal à suivre tant elle débordent d'inventivité et aboutissent sur une incompréhension totales de son entourage !

Mais ses délires ne viennent pas seulement d'elle, mais aussi d'un entourage qui est plus présent que dans le premier volume ! Quand Marou et Yukiki s'y mettent, ils lui font aussi découvrir des choses (comme les feux d'artifices), font gober des trucs incroyables à cette gamine crédule (vous ne verrez plus jamais les choco-menthes de la même manière), ou se retrouvent victimes de drôles de quiproquo (les bûchettes en chocolat...), pour des résultats souvent réjouissants. On est contents de voir le frère et la soeur plus présents, mais aussi d'en découvrir deux nouveaux : une voisine lycéenne blasée mais au bon fond, ainsi que le père de Lucika, qui participera à une mignonne petite leçon de vie quand sa fille culpabilisera au sujet d'une cigale. Le premier tome manquait un peu trop de personnages secondaires, et la voir s'agrandir est alors un bon point, d'autant que les protagonistes sont bien utilisés pour diversifier les situations.

Hormis cela, il reste une question, liée au temps dans le manga, qui semble se dérouler très vite, puisque dans ce tome nous voyons passer la fin de l'été, l'automne, et le début de l'hiver. Lucika sera-t-elle amenée à grandir au fil des volumes ? Au vu des couvertures de tomes suivants on peut avoir des doutes, et on se demande alors quelle gestion du temps qui passe nous proposera Yoshitoshi ABe.

Dans l'immédiat, ce tome confirme les espoirs placés dans le premier volume, en enrichissant les personnages entourant de Lucika, et en les faisant bien participer à ses nombreuses découvertes et délires. On n'a qu'une seule envie en refermant le volume : retrouver cette faculté enfantine à se montrer curieux de tout, à s'inventer des aventures, et à voyager rien qu'en fermant les yeux !
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9587
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Lucika Lucika

Message non lu par Koiwai » 12 févr. 2014, 18:45

Tome 3 :

Jouer avec les lunettes de Papa qui changent sa vue, découvrir l'étrange animal de compagnie qu'a adopté Marou, s'énerver face à l'absence de ronds là où il devrait y en avoir, entamer une guerre contre un feuillu trop envahissant... Telles sont les petites aventures qui, une nouvelle fois, attendent Lucika, gamine qui continue de se faire un jeu de tout, en ne manquant pas de partir dans ses trips. Par rapport au tout début de la série, ces fameux trips sont un plus faciles à suivre, mais Lucika, elle, ne perd rien de son imagination tout enfantine, qui la pousse bien souvent à enchaîner les bêtises !

Toujours faite de courts chapitres indépendants, l'oeuvre créée par Yoshitoshi ABe apporte néanmoins quelques éléments supplémentaires, à commencer par Hamlet, le fameux animal de compagnie ramené par Masaru, qui n'a pas fini d'intriguer Lucika, et qui vient agrandir une panel de personnages qui s'agrandit donc encore un peu. Quant aux protagonistes déjà mis en place, comme Yukiki, Marou, Papa et Sumiko, ils restent doucement exploités, au fil d'un chapitre ou d'un autre, de façon malheureusement un peu trop discrète... mais ils doivent toujours faire face aux frasques de cette petite pile électrique qu'est Lucika !

La lecture ne va jamais très loin mais reste agréable, d'autant plus qu'elle est toujours portée par les talents d'illustrateur de Yoshitoshi ABe.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9587
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Lucika Lucika

Message non lu par Koiwai » 28 avr. 2014, 21:58

Tome 4 :

Les aventures de Lucika se poursuivent, et ne se ressemblent pas. Mieux, elles prennent parfois une ampleur inattendue... à l'échelle d'une gamine !

En pleine partie d'un jeu de rythme où elle se plante totalement faute du bon timing, la fillette part dans un trip sur le présent et le passé, où son imagination débordante est presque surpassée par de hautes questions philosophiques et métaphysiques sur le temps qui passe... mais des questions qu'elle se pose à sa manière, bien sûr !
Puis c'est l'observation du caméléon Hamlet qui provoque en elle des questionnements sur ce qu'elle fait pendant qu'elle dort... Là aussi, cette grande énigme de la vie finit par prendre des proportions pleines... d'imagination.

Pour la première fois dans la série, quelques chapitres prennent également place loin de la maison de Lucika.
Dans le métro, où la fillette, histoire de tuer son ennui, engage une baston de regards avec les autres passagers... Il y a ceux qui se demandent ce qu'elle fait, ceux que ça irrite... et ceux qui rentrent dans son jeu, à l'image d'une vieille dame qui va vite la déstabiliser !
Puis au magasin, quand il faut acheter un nouveau frigo... Ce qui, avec Lucika, deviendra toute une aventure, et vous rappellera vos jeunes années où vous humanisiez n'importe quel objet en lui donnant un nom et en lui offrant un visage (peut-être le faite-vous encore ?).

Mais Lucika Lucika, c'est aussi des chapitres en famille, plus calmes... où censés l'être, à l'image de cette soirée film où la gamine ne cesse de commenter l'épisode de Columbo qu'elle regarde, au grand dam de Marou, où sous l'oeil amusé et bienveillant du paternel. La fillette enchaîne à la vitesse de la lumière ses hilarantes réflexions à voix haute, pour le plus grand bonheur des lecteurs... Gageons aussi que cela rappellera quelques souvenirs à celles et ceux qui ont déjà regardé la télé avec des enfants de cet âge !

Du haut de ses quelques années d'existence, Lucika, aussi naïve qu'espiègle et imaginative, continue de s'interroger à sa manière sur le monde qui l'entoure, et d'en faire son terrain de jeu. Ses petites aventures, assez brèves, ne vont jamais chercher très loin, mais cette gamine, dont les petites frasques sont toujours aussi joliment illustrées par Mr ABe (signalons la beauté des planches très colorées où Lucika est dans son rêve), continue de nous faire passer un très bon moment de lecture, pour un bol d'air frais tout simple et une agréable retombée en enfance !
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9587
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Lucika Lucika

Message non lu par Koiwai » 25 juin 2014, 16:13

Tome 5 :

Véritable pile qui ne s'arrête jamais, la petite Lucika se fait une aventure de tout. Cette fois-ci, une boîte de gâteaux à la forme bizarre devient un étrange ami, puis ce sont de redoutables ennemis qui apparaissent : le terrible Démonombril qui menace de tuer le gentil Lucifer dans un jeu vidéo, ou les infâmes Gings, créatures à la forme bizarre apparaissant avec le mauvais temps et pouvant aussi bien être tout blancs que rayés ou à pois...

La manière dont l'imagination débordante de la fillette par en vrille à partir de trois fois rien reste un régal, encore plus quand tout cela est ponctué des nombreuses questions un peu idiotes ou étranges propres à des enfants de cet âge... Qui donc a créé le parc où la fillette se promène avec son père ? Pourquoi la Lune change-t-elle de forme ? Quelqu'un la grignote-t-il ? Et qu'est-ce que cette étrange mélodie, ce mélange de sons aux abords du passages à niveau ?

Pour un enfant, il ne faut pas grand chose pour que l'imagination prenne le relai, et cette chère Lucika nous le montre une fois de plus à travers ses petites aventures issues de son esprit foisonnant d'idées et toujours aussi joliment illustrées par Yoshitoshi ABe (l'auteur s'offrant toujours quelques petits essais graphiques, comme pour l'impressionnant et effrayant monstre menaçant la Lune). Qu'ils se posent des questions comme la voisine Surimi, s'irritent comme Marou, restent relativement calmes comme Yukiki, ou rentrent dans le délire avec bienveillance comme le papa, personne ne reste indifférent aux petites frasques rafraichissantes de Lucika... et le lecteur non plus !
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9587
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Lucika Lucika

Message non lu par Koiwai » 24 sept. 2014, 16:09

Tome 6 :

Quand on est un enfant, l'imagination a vite fait de prendre le relai de la réalité, et encore plus quand on est Lucika, gamine qui ne s'arrête jamais et est parfois très difficile à suivre !

Cette fois-ci, la fillette se retrouve en voyage au pays des Raviolis, part dans un délire robotisé en se choisissant un chapeau en magasin, découvre un redoutable ennemi à huit pattes camouflé derrière une grappe de raisins, ou affronte les dangers d'une plante carnivore... Les délires vont parfois loin, ou, en tout cas, on dira qu'ils suivent une logique propre à l'esprit effervescent de la fillette... et ça part d'autant plus loin que le grand frère Marou, cette fois-ci, ne perd aucune occasion de suivre sa petite soeur dans ses frasques, avec au programme un bon lot de petits mensonges, de taquineries et d'énervements ! Il n'est d'ailleurs pas le seul, puisqu'une nouvelle venue en fin de tome affiche d'emblée un certain goût pour taquiner elle aussi l'imagination de notre héroïne en culottes courtes.

Si l'on a aimé les précédents volumes, il n'en faut pas plus pour passer à nouveau un bon moment, d'autant que côté dessins Yoshitoshi ABe effectue toujours un bon travail. Les personnages bénéficient d'un design à la fois maîtrisé et suffisamment relâché pour véhiculer les délires de Lucika, la colorisation assez nuancée reste au poil, et tout ceci sert bien les incursions dans l'imagination de la fillette.
On regrette juste le manque de présence des personnages secondaires hormis Marou et un schéma qui peine un peu à s'enrichir (il y a bien ce nouveau personnage en fin de tome, mais il peine un peu à se démarquer), si bien que l'on en vient à espérer que la série ne s'essouffle pas. Mais pour l'heure, Lucika Lucika, c'est toujours aussi sympa si on adhère au trip de l'auteur.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9587
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Lucika Lucika

Message non lu par Koiwai » 11 déc. 2014, 12:49

Tome 7 :

Lucika, la plus frappée et imaginative des gamines, nous plonge une nouvelle fois dans ses folles péripéties.

Cette fois-ci, faire germer une carotte devient pour elle un travail de longue haleine, où il lui faudra veiller sur sa protégée, affectueusement nommée Touffue. Son intérêt pour ce morceau de légume devient vite une obsession, comme ça le serait pour tout enfant découvrant une nouvelle chose... à ceci près que chez Lucika, c'est ausis un nouveau prétexte pour faire courir son imagination débordante.
Cela dit, cette imagination se sentira surtout dans la partie suivante, où la fillette, en se perdant dans le métro, s'imagine toute une aventure où les monstrueux transports autant que les étranges passager feront tout pour l'empêcher de retourner dans la bonne direction...
Quant à la dernière partie du volume, elle voit Lucika retrouver sur sa route Yûho, l'amie de Yukiki, pour une confrontation qui, tout en instruisant Lucika sur certaines lois terrestres, n'empêchera par l'adolescente d'entrer dans le jeu de la gamine en lui racontant des histoires d'invasion martienne. Aigrettes de pissenlit, arbres, fleurs... et si tout cela venait d'ailleurs ?

S'il n'y a que trois nouvelles histoires dans ce tome, c'est pour une raison précise : elles sont plus longues qu'aucune autre auparavant ! Après deux chapitres pour une cinquantaine de pages sur la carotte, Yoshitoshi ABe nous offre deux autres récits de 35 pages, pour un résultat assez enthousiasmant, car il permet à l'auteur d'aller plus loin dans les délires de Lucika dans le métro, dans son obsession pour Touffue, ou dans l'utilisation de personnages secondaires comme Yûho. Bien sûr, cela ne change rien à la recette faite de récits indépendants assez délirants et n'allant pas très loin, mais cette longueur revue à la hausse permet d'apporter au bon moment un peu de nouveau souffle à la série, qui menaçait de s'enliser. Quant au travail visuel de Yoshitoshi ABe, il est toujours aussi plaisant, pour peu qu'on suive totalement Lucika dans son univers !
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9587
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Lucika Lucika

Message non lu par Koiwai » 01 avr. 2015, 09:39

Tome 8 :

Après avoir résolu avec la voisine Sumiko l'énigme d'une boîte d'où sort de la fumée, Lucika découvrira les joies et les frayeurs de l'encyclopédie, avant d'aller faire des courses avec Paa. Puis de nouveaux problèmes feront leur apparition : elle devra tour à tour affronter l'"extraterrestre" Yûho lors d'une sortie pour le début d'année, puis retrouver son gant perdu... et sa main ?!

Poursuivant plus ou moins sur des récits un tout petit peu plus longs, Yoshitoshi ABe nous livre dans ce huitième tome cinq nouvelles histoires allant de la vingtaine à la quarantaine de pages, où l'imagination de la petite Lucika fait à nouveau des étincelles. Que ce soit en découvrant des choses qu'elle ne connaît pas (la glace carbonique, l'encyclopédie...) ou en partant à l'aventure (en courses avec son père, en sortie avec Yukiki et Yûho, et à la recherche de son gant), l'énergique gamine a, encore et toujours, vite fait de s'inventer des histoires toutes plus abracadabrantes les unes que les autres, où son entourage a parfois tout le mal du monde à la suivre, quand il ne doit pas réparer ses bêtises.

Ces chapitres sont particulièrement plaisants dans la mesure où ils permettent d'exploiter mieux que jamais la galerie de protagonistes secondaires autour de Lucika. La voisine Sumiko reste très drôle dans sa volonté de paraître bien élevée (mise à mal par Lucika). Paa est plus présent, se montre bienveillant en réparant une grosse bêtise de sa fille, et dévoile même son amusant "mode compliqué". Yûho est excellente dans sa manière de suivre Lucika dans ses trips en se faisant passer pour une extraterrestre. Et, bien sûr, Yukiki et Maoru sont toujours là pour veiller sur leur petite soeur ou pour tenter désespérément de comprendre ses délires (sans grand succès).

Au fil des chapitres, on constate que l'auteur se fait plaisir en offrant des récits un peu plus élaborés et plus constants, ainsi que des expressions faciales toujours plus nuancées chez l'expressive gamine et un travail de colorisation très séduisant (surtout quand Lucika part dans son imagination, comme pour la jolie double-page où elle s'imagine dans les nuages). ABe avoue que depuis qu'il est père, le rythme de parution de la série a ralenti... Peut-être que cela lui a également permis de mieux peaufiner son oeuvre !

Saluons aussi la traduction toujours aussi enlevée, agréable et inspirée (il n'était sans doute pas facile de bien tourner le jeu de mots sur Square Enix de la page 109), ainsi que l'édition honorant comme il se doit le travail de dessinateur et de coloriste d'ABe.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9587
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Lucika Lucika

Message non lu par Koiwai » 02 sept. 2015, 16:44

Tome 9 :

A la télévision, une apparition fantasque de Yûho amène des interrogations sur les ovnis... les extraterrestres seraient-ils parmi nous ? Si oui, quelle forme ont-ils ?
Une sortie sous la pluie... Mais est-ce vraiment de la pluie ? Ou de la sauce ?
Un rhume, c'est toujours embêtant... Encore plus quand on est cloué au lit et que notre imagination fonctionne.
Et une pastèque carrée, quelle drôle d'idée...

Lucika, la plus imaginative des fillettes, fait à nouveau des siennes dans cet avant-dernier tome qui profite à nouveau très bien de la longueur accrue des chapitres. S'il n'y a plus que quatre chapitres (et donc quatre histoires) à se mettre sous la dent, ceux-ci font tous 30-40 pages, ce qui permet clairement à l'auteur de mieux peaufiner ses idées, et de mieux amener les événements et découvertes nourrissant l'imaginaire farfelu de sa jeune héroïne.

On s'amuse donc beaucoup en voyant Lucika s'intriguer au sujet des ovnis, prendre la pluie pour de la sauce, ou s'imaginer avec une tête carrée... Cerise sur le gâteau, un bref passage nous faisant profiter d'un souvenir de la fillette aux côtés de ses parents.
En toile de fond, l'entourage de la petite fille est ici bien présent, que ce soit pour amener Lucika à s'interroger sur ce qui l'entoure comme le font Yûho ou Paa, ou pour subir les frasques de notre héroïne à l'instar de la toujours excellente voisine Sumiko.

Les dessins colorisés d'ABe, eux, sont toujours aussi plaisants dans leurs nuances et dans l'expressivité des personnages, et certaines doubles-pages s'avèrent très belles.

On se demande bien comment l'oeuvre pourra se conclure dans le prochain volume, mais en attendant, la lecture continuera ici de ravir celles et ceux ayant adhéré à cet univers.
Image

Répondre