Mon histoire

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Mon histoire

Message non lu par Koiwai » 17 avr. 2014, 20:49

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Nouveau shôjo des éditions Kana, Mon Histoire, également très connu sous son nom original Ore Monogatari!!, arrive en France précédé d'une réputation très flatteuse, entre son prix Kôdansha du shôjo de l'année 2013 et ses bonnes places régulières dans le top 20 japonais. Derrière cette série se cachent deux noms. L'un, déjà connu en France, n'est autre que celui de Kazune Kawahara, l'auteure de Koko Debut, qui signe ici le scénario. Quant aux dessins, ils ont été confiés à Aruko, une auteure jusque là inconnue en France, mais déjà riche d'une petite quinzaine d'années d'expérience pour à peu près le même nombre d'oeuvres.

Mon histoire a pour principale originalité son héros : Takeo Gôda, plutôt à l'opposé de ce que l'on peut appeler un beau gosse : le visage sévère et épais, et le corps très baraqué, il est respecté des garçons autant qu'il a été repoussé par toutes les filles dont il a été amoureux, celles-ci ayant largement préféré son ami d'enfance et toujours meilleur ami, le beau Sunakawa. Pourtant, Takeo a un coeur en or, il est de ces gens francs et droits qui n'hésitent jamais à voler au secours de la moindre personne en difficulté, si bien qu'un beau jour il sauve des griffes d'un pervers Yamato, une jeune fille aussi pure que douce, qui se rapproche alors de lui et de Sunakawa. Takeo tombe instantanément sous le charme de la jeune fille, mais il sent venir le coup habituel : si Yamato désire le revoir, lui confectionne tout un tas de pâtisseries, lui demande son adresse mail et lui fixe des rendez-vous, c'est sans aucun doute pour se rapprocher de Sunakawa, l'éternel tombeur. Et pourtant... pourtant...

Autant être clair : sur le plan de l'histoire pure, ce premier tome n'est pas ce qu'on pourra appeler un sommet d'originalité, très loin de là, puisqu'on a affaire à un stéréotype d'histoire d'amour mignonne et naïve, à base de personnages maladroits, de quiproquos, de regards languis d'amour, de mains qu'on n'ose pas prendre et de petits gâteaux. Et le récit, prévisible, aurait pu vite se noyer dans la masse de titres du genre... si, dans leur genre, les personnages n'étaient pas si bien campés !
Commençons par notre héros, Takeo. Si avoir un garçon en personnage principal de shôjo est déjà relativement rare, le fait que le garçon en question soit très éloigné des carcans de beauté l'est encore plus. Malgré son coeur en or et le respect qu'il inspire souvent, Takeo a pris pour habitude de ne pas plaire aux filles, voyant toujours celles qu'il aime se tourner vers Sunakawa, le beau gosse. Tant et si bien que, quand une fille, en l'occurrence Yamato, lui voue un amour réciproque, il n'y comprend rien, ne s'en rend même pas compte, et fait tout pour rapprocher la demoiselle de Sunakawa. C'est précisément cela qui anime toute la première partie du volume : sur la base d'un long quiproquo, les auteures offrent une succession de scènes extrêmement clichés du shôjo romantique (l'échange de mails, les rendez-vous, les dégustations de pâtisseries...), pour les détourner discrètement de façon humoristiques, Takeo étant décidément formidablement long à la comprenette.
Il faut aussi dire que Yamato ne lui facilite pas la tâche et renforce l'humour, car elle est le prototype même et poussé à l'extrême de la jeune fille en fleur : trèèèès douce et pure, mignonne tout plein avec un visage d'ange et des yeux tout ronds, adepte de la confection de pâtisseries, totalement ignorante en matière d'amour au point de ne pas savoir comment se déclarer... Un stéréotype sur pattes, que l'on aurait peut-être trouvé insupportable dans d'autres séries, mais qui possède cette petite particularité résidant dans le fait qu'elle soit tombée amoureuse du gorille Takeo, et qui sert joliment l'intrigue partagée entre humour et romance.
Enfin, il y a Sunakawa. On pensait avoir droit au cliché du beau gosse séducteur... hé bien, pas du tout. Car s'il plaît depuis toujours aux filles, Sunakawa n'en a strictement rien à faire. Loin de chercher à les séduire, il les attire naturellement à lui, pour simplement les repousser à chaque fois de façon aussi directe que cassante, en gardant constamment la même inexpressivité. Monocorde dans tout ce qu'il fait, souriant rarement sauf quand Takeo l'amuse, il est à l'opposé du statut de rival amoureux qu'il aurait sûrement eu dans d'autres séries, et sera même un allié de poids pour Takeo, comme il l'a toujours été. Car s'il a repoussé toutes les filles dont Takeo a été amoureux, c'est pour une raison précise, et s'il aide notre héros à ouvrir les yeux sur les sentiments de Yamato, c'est simplement parce qu'il a un sens de l'amitié extrêmement prononcé, qui fait du bien à voir. Tout simplement, il y a une forme poussée de bienveillance entre les personnages, une bienveillance qui vient contrebalancer l'humour et la romance en apportant une tendresse qui sonne très juste.

Un cocktail joliment dosé, qui ne change pas dans la deuxième moitié du tome, malgré l'apparition d'un nouveau personnage, la grande soeur de Sunakawa, qui surprendra elle aussi... Et si Takeo plaisait plus qu'il ne l'a toujours pensé ? Tandis que l'intrigue amoureuse de Takeo et Yamato avance heureusement très vite et s'offre encore d'autres petits tourments très naïfs, cette frangine vient animer le récit en confirmant non seulement la forme de classe qui se dégage de Takeo, mais aussi la grande bienveillance que se vouent les personnages. Après tout cela, on se demande comment va se poursuivre la série, qui, d'un point de vue romance, commence un peu là où beaucoup de shôjo romantiques se terminent.

Du côté de la forme, Aruko offre des dessins assez classiques mais clairs et agréables. La dessinatrice parvient aisément à faire ressortir les traits des personnages : le côté mignon et très naïf de Yamato, l'aspect taciturne de Sunakawa... et, bien sûr, le physique de gorille de Takeo, qui tire à plus d'une reprise des têtes hilarantes. La narration est elle aussi très limpide, agréable, se focalise principalement sur le ressenti de Takeo, mais se permet également quelques égarements sur les autres personnages. Après tout, si l'histoire est celle de Takeo, les quelques personnages gravitant autour de lui sont tout aussi importants.

Très agréable lecture que ce premier tome de Mon histoire, qui reprend bon nombre de poncifs en les accommodant à sa sauce, pour un résultat à la fois drôle, tendre et bienveillant, tout simplement rafraîchissant.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Mon histoire

Message non lu par Koiwai » 18 avr. 2014, 00:40

Tome 2 :

Takeo a désormais une petite amie ! Tout comme il a flashé sur Yamato, Yamato a flashé sur lui, et il a fallu toute la bienveillance de Sunakawa pour que notre héros se rende compte des sentiments de la jeune fille. Après un premier tome qui posait de belle manière les bases, la série trouve ses marques avec une succession de trois grandes parties dans ce volume.

Dans le premier chapitre, Takeo, sur demande d'une amie de Yamato, accepte d'organiser une soirée de rencontre entre les amies de la jeune fille et des potes de son lycée. Après une demande à ses amis qui confirme sa forte popularité chez les garçons, Takeo est donc amené à rencontre les amies de sa chère Yamato. Sa petite amie étant une fille bien, il se dit que ses amies le sont forcément aussi. Alors que tout semble bien se passer, il risque pourtant de tomber de haut en surprenant une conversation peu flatteuse à son égard. Takeo a son physique, loin d'être attirant au premier abord, mais il pourrait bien avoir très vite l'occasion de montrer aux amies de Yamato pourquoi cette dernière trouve qu'il a la classe !

Le deuxième chapitre confirme à nouveau que Takeo a beaucoup de succès auprès des autres garçons, car voici que les membres du club de judo lui demandent de leur venir en aide lors d'un futur match ! Takeo étant d'une serviabilité sans limite, il accepte, ce qui implique de s'entraîner et de ne pas voir Yamato pendant un certain temps... les deux tourtereaux le supporteront-ils ? La réponse ne tarde pas à arriver, et confirme tout l'amour que ces deux-là se portent !

Quant à la troisième et dernière partie de ce volume, elle occupe la moitié des pages, et nous offre un morceau de choix, puisque Takeo se retrouve à préparer une journée d'anniversaire inoubliable à Yamato. Extrêmement maladroit et pas très perspicace, notre héros demande évidemment de l'aide à Sunakawa, qui se fait un plaisir d'accepter. Mais Takeo le sent : depuis quelques jours, son ami n'est pas dans son assiette... Il finit par apprendre pourquoi, et la raison, dramatique, risque fort de le tirailler le jour de l'anniversaire de Yamato, car c'est précisément ce jour-là que son ami a besoin de son soutien... Ce qui résulte de ce passage, c'est un focus particulièrement touchant sur la relation qui s'est installée entre nos trois personnages principaux, chacun prenant sur lui, même dans les situations les plus délicates, pour veiller au bonheur de l'autre. Le petit tiraillement de Takeo est bien rendu sans en faire trop, Yamato comprend parfaitement la situation quand notre héros la lui avoue, et la réaction de Sunakawa quand Takeo dit vouloir être à ses côtés est pleine d'amitié.

Dans le fond, à l'instar des événements du tome 1, tout ce qui se passe dans ce deuxième volume est assez cliché, voire bourré de grosses coïncidences (l'incendie qui se déclare au moment propice, l'opération qui tombe pile lors de l'anniversaire de Yamato...), mais l'ensemble est une réussite, pour plusieurs raisons.
Tout d'abord, il y a la sincérité qui se dégage des personnages. Sous son côté taciturne, Sunakawa ne cesse de montrer toute la force de son amitié pour Takeo, ce dernier mais aussi Yamato le lui rendent bien, et cela fait plutôt chaud au coeur de voir des relations si bienveillantes. Yamato, quant à elle, a beau être un cliché de la fille exagérément adorable sur tous les points, elle fait mouche, on s'attache à elle parce qu'elle dégage constamment une pureté, une sincérité et une gentillesse qui, là aussi, font chaud au coeur, d'autant qu'elle ne manque jamais une occasion de confirmer son amour pour un Takeo qui a rebuté tant de filles par le passé. Quant à Takeo, sous ses maladresses et le petit manque de tact qu'il affiche parfois, son coeur en or ne cesse de transparaître, que ce soit dans son amitié fidèle pour Sunakawa, dans sa découverte de l'amour avec Yamato - très pure et pleine d'un bonheur candide - , ou dans sa capacité à venir instinctivement en aide aux autres. Une pépite d'or cachée sous une enveloppe de pierre. N'oublions pas les personnages secondaires qui apparaissent ou réapparaissent, en tête la mère de Takeo, dont le physique et le caractère sont aussi excellents que ceux de son fils, et qui nous offre une information qui devrait avoir son importance plus tard !
Ensuite, il y a la capacité des auteures à se jouer des clichés qu'elles reprennent, que ce soit pour offrir des scènes d'une grande bienveillance comme dans la dernière partie du tome, ou pour déballer une avalanche de petites notes d'humour tendre ou loufoque qui font mouche. Sur ce dernier point, la tendresse très communicative qui se dégage de la relation entre Takeo et Yamato évite toute lourdeur de par le côté presque parodique que les auteures y glissent régulièrement (dans le genre, les réactions béates de Takeo face à la gentillesse de Yamato sont un délice, tout comme leur conversation sur les saisons).
Enfin, il y a simplement le talent initial de Kawahara et d'Aruko. La narration reste limpide et vive, et les dessins ne manquent jamais leur but : les scènes pleines de tendresse et de bienveillance font mouche, les notes d'humour sont très bien servies, les têtes de Takeo restent un régal (encore plus lors de petites mises en scène too much hilarantes, comme lors de sa sortie du bâtiment en feu), et Aruko s'amuse également beaucoup avec le t-shirt de notre héros dans le dernier chapitre !

En distillant parfaitement ses touches d'originalité, son humour efficace et ses notes de tendresse et de bienveillance au-dessus d'une histoire finalement assez classique, Kazune Kawahara et Aruko atteignent parfaitement leur but : la lecture est un pur bonheur, qui peut plaire autant aux lectrices qu'aux lecteurs un peu ouverts.

En fin de volume, nous trouvons une interview croisée des deux auteures, ce qui est l'occasion d'en apprendre un peu plus sur certains éléments de la série, dont la création de Takeo. Un petit bonus qui fait amplement plaisir.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Mon histoire

Message non lu par Koiwai » 31 juil. 2014, 17:13

Tome 3 :

Depuis que Takeo et Yamato se sont mis à sortir ensemble, ils filent le parfait amour sous l'oeil bienveillant de Sunakawa... ou presque ! Car il leur faut faire face à différents problèmes : un pique-nique en amoureux où ils finissent par se perde en forêt, une journée à la mer où tous deux ne savent pas vraiment où poser les yeux, les retrouvailles avec une fille dont Takeo a autrefois été amoureux, et des interrogations sur l'avenir avec l'envie de nos deux tourtereaux d'aller dans la même université dans deux ans.

Ainsi le quotidien amoureux de nos deux héros se poursuit-il avec parfois des petits problèmes, certes, mais des problèmes qui ne durent pas longtemps. Ils sont perdus en forêt ? Qu'importe, Takeo protègera vaillamment Yamato du moindre danger, qu'il s'agisse de sangliers ou de moustiques. Un séjour à la mer ? Quelle belle occasion pour Yamato de tenter de faire vaciller son Takeo en achetant un joli bikini ! Le retour d'un ancien amour menace de semer la discorde ? Bien sûr que non, l'amour de nos deux héros est le plus fort. L'université visée est ultra sélective ? Pas grave, tous deux redoubleront d'efforts ensemble pour voir s'ils ont une chance de l'intégrer.

Indépendants, les quatre nouveaux chapitres de ce tome reposent une nouvelle fois sur des choses très classiques, et c'est donc à nouveau tout le talent des deux auteures qui offre son charme à cette romance pas comme les autres. Loin de lasser, les nombreux émois amoureux de nos deux tourtereaux, qui ne cessent de penser l'un à l'autre, qui sont éperdus dans leur amour candide et qui sont complètement dans leur monde, continuent de réchauffer le coeur sans être trop guimauve, car contrebalancés par les regards tantôt perplexes tantôt bienveillants de leur entourage, et par un humour toujours aussi présent. Les petites crises de "hiii!" de Yamato quand elle avoue son amour franchement et les visages gagas de Takeo amusent beaucoup et attendrissent, et l'on sourit franchement à de nombreuses reprises, en observant toute la virilité de Takeo, en le voyant dès le début de tome avec une couronne de fleurs, en le voyant faire du patinage, en observant la manière dont les copines de Yamato s'imaginent tout de suite des choses, en voyant la tendance des parents de Takeo à être un peu trop encombrants après avoir fait la connaissance de la petite amie de leur fils, et en découvrant par la même occasion le père de notre héros, assez génial dans son genre ! Seuls les "Je t'aime" à répétition de Takeo pourraient, sur la longueur, lasser.

Bref, l'ensemble est toujours aussi bien pensé, et trouve le parfait équilibre entre une tendresse et des sentiments infinis, une bienveillance qui fait chaud au coeur, et un humour ravageur car il coule de source. Une lecture qui donne le sourire pour un bon moment.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Mon histoire

Message non lu par Koiwai » 23 oct. 2014, 20:49

Tome 4 :

Alors qu'ils sont au café, Takeo, Yamato et Sunakawa sont accostés par un drôle de garçon. Il s'appelle Hayato Oda, et est venu voir à quoi ressemble Takeo. Pourquoi donc ? Parce qu'il était curieux de rencontrer le garçon qu'aime secrètement Ai, et de voir si c'est individu fiable ! En effet, Oda est amoureux de la grande soeur de Sunakawa. Celle-ci le sait déjà, mais elle l'a repoussé, tout incapable qu'elle est de faire une croix sur les sentiments qu'elle a nourrir pour Takeo depuis l'enfance... Comment évoluera la situation ? Pas tout à fait comme on le pense, ça c'est sûr ! Car Oda cache plus d'un tour dans son sac, et est bien décidé à profiter d'une sortie tous ensemble au parc d'attractions pour... pousser Ai à se déclarer à Oda ?!

En plus de marquer le retour de l'excellente Ai, la première moitié de ce tome voit apparaître un nouveau personnage, Oda, que l'on se surprend à très vite beaucoup apprécier. En apparence très désinvolte et pas très sérieux, il est surtout doté d'une franchise, d'une sincérité à toute épreuve, et se révèle très naturel. Il sympathise très vite avec Takeo, son "rival amoureux", dont il cerne bien les grandes qualités de coeur, et offre au parc d'attractions des petits rebondissements à la fois diaboliques et amusants, mais en même temps touchants car ils n'ont aucun autre but que de permettre à Ai d'enfin se déclarer... Seulement, en sera-t-elle capable ? Est-ce vraiment ce qu'elle veut ? Une nouvelle fois, les auteures mêlent l'humour à des scènes plus touchantes ou tendres, qui mettent notamment en valeur la façon dont Oda est tombé sous le charme de la caractérielle mais maladroite Ai, ou les précieux souvenirs d'enfance d'Ai vis-à-vis de Takeo.

Dans la deuxième moitié du volume, on assiste encore à l'arrivée d'un nouveau personnage, Maria Saijô, qui se retrouve contrainte de participer à une course de relais avec Takeo alors qu'elle est extrêmement lente. Elle adorerait faire des progrès, mais en est-elle capable ? Takeo pourrait être la solution en s'imposant comme un coach de choix... mais pas forcément de la façon que l'on conçoit, car c'est l'effroi de la jeune fille envers ce monstre de virilité qui va la contraindre à courir plus vite ! Une nouvelle fois, c'est très drôle, mais derrière l'amusement ou l'effroi, il y a encore autre chose : la confiance qu'accorde Takeo à sa partenaire, sans préjugés. Notre héros prouve à nouveau le grand coeur d'homme fiable qui se cache sous sa carapace effrayante, et risque fort de devenir un vrai tombeur sans s'en rendre compte... au grand dam d'une Yamato en plein doute, mais courageuse ! Toujours aussi candide et peu sûre d'elle, elle n'en reste pas moins déterminée à garder son Takeo pour elle (ce qui n'est pas très dur tant Takeo n'a d'yeux que pour elle et ne capte rien d'autre). Quant à Seijô, elle constitue un personnage pour l'instant très classique, mais plutôt attachant et plaisant à suivre.

Au-delà d'un couple-vedette qui continue de s'adorer malgré les petits tourments de Yamato, on se retrouve avec un joli retour d'Ai et avec deux nouveaux personnages vraiment plaisants qui renforcent encore l'ambiance positive, tendre et bienveillante de la série. C'est frais, toujours aussi amusant (signalons aussi les inimitables bouilles et poses de Takéo, certaines valant vraiment le détour - surtout pendant le relais) et bien loin de tout artifice pompeux.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Mon histoire

Message non lu par Koiwai » 15 avr. 2015, 10:47

Tome 5 :

A l'occasion de la fête du sport où elle a été entraînée par Takéo, Maria Saijô a succombé au charme si particulier de notre héros, mais à toutes les peines du monde à l'avouer ! Mais l'adolescente sait qu'il a déjà une petite amie et se voit mal s'interposer entre eux. Elle prétend à Takéo l'aimer "en tant que personne" uniquement... mais saura-t-elle résister à ses sentiments ? Comment réagira Yamato en découvrant cette potentielle rivale ? Et Takéo dans tout ça ?

Entamée dans le tome précédent, la partie sur Maria occupe encore la moitié de ce cinquième tome et se révèle délicieuse dans ses évolutions, très éloignées des habituelles rivalités amoureuses de shôjo. Touchante dans la découverte de ses sentiments transi, Maria a tendance à s'effacer d'elle-même, pour ne pas causer de tort à Takéo et Yamato... mais pourra-t-elle le supporter sur la longueur ? Sunakawa est là pour veiller et, une fois de plus, permettra peut-être à son entourage d'évoluer dans le bon sens pour ne pas souffrir...
Difficile également de ne pas apprécier à sa juste valeur la rencontre entre Yamato et Maria, qui ont vite fait de sympathiser, notamment pour des raisons très précises... et amusantes !
Quant à Takéo, s'il tire un peu moins de poses et de mimiques bien à lui, il reste amusant dans sa façon de ne rien capter des sentiments de Maria, et reste toujours aussi touchant dans son amour béat pour Yamato et dans sa volonté de lui faire comprendre qu'il n' a d'yeux que pour elle et qu'elle n'a pas à s'inquiéter de potentielles rivales.
On pourra quand même regretter le petit étirement de cette intrigue alors même que certains événements ne sont pas exploités (par exemple, la visite scolaire passer vite à la trappe), mais le tout est à nouveau un plaisir à lire, où amitiés et amour continuent de se consolider et où les personnages restent toujours aussi touchants.

Le chapitre suivant met en avant deux personnages secondaires, Nanako et Kurihara, qui sont décidés à profiter de Noël pour s'avouer leurs sentiments. Mais quand Takéo et Yamato s'improvisent entremetteurs, les choses risquent fort de partir un peu en vrille ! On s'amuse bien en suivant les entremetteurs de pacotille que sont nos deux héros, un peu trop insistants. Mais leur volonté de bien faire reste touchante, et l'issue de ce chapitre, allant au bout de son amusante mièvrerie avec l'escalade du sapin, fait plaisir à voir.
Quant au dernier chapitre, il signe l'arrivée du Nouvel An... et de l'anniversaire de Takéo ! Et tandis que Yamato s'active pour faire plaisir à son Takéo, une question vient également la titiller : l'heure du premier baiser ne serait-elle pas venue ? On vous laisse découvrir ça dans une nouvelle déferlante de bons sentiments et d'humour !

A tout cela, on ajoute les désormais habituelles prouesses physiques de Takéo, les séances "gaga" de nos deux tourtereaux qui s'adorent plus que tout, le bonheur de Takéo face aux pâtisseries, aux sourires et aux petites mimiques de Yamato, l'admiration sans limites de la jeune fille pour celui qu'elle aime... La recette tend à être un peu la même qu'à chaque fois, mais elle est toujours aussi efficace, d'autant que notre petit couple évolue doucement et que les personnages secondaires restent bien campés et connaissent eux aussi quelques évolutions. Il n'en faut pas plus pour que Mon histoire continue de nous faire esquisser des sourires béats à n'en plus finir !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Mon histoire

Message non lu par Koiwai » 16 avr. 2015, 12:19

Tome 6 :

Le début d'année s'annonce mouvementé pour Takéo, sa famille et son entourage ! Alors que notre gros bêta vient d'échanger son premier baiser avec Yamato à l'occasion de son anniversaire, le mois de janvier devrait signer la fin de la grossesse de sa mère... Takéo sera bientôt grand frère ! Quant au mois de février, il est forcément marqué par la Saint-Valentin... Takéo recevra-t-il ses premiers chocolats d'amour de la part de Yamato ? Et sera-t-il à la hauteur pour la remercier lors du White Day le 14 mars ?

"Le fait qu'un être humain naisse et grandisse, ce n'est pas une chose qui va de soi. Prends-en soin."

Le temps continue de s'écouler pour notre jeune couple, dans une nouvelle année qui démarre sur les chapeaux de roue avec l'arrivée à terme de la grossesse de Mme Gôda. C'est l'occasion d'enfin voir plus en avant le père de Takéo, mais surtout sa mère, qui nous avait déjà marqués lors de ses quelques précédentes apparitions et qui se révèle ici tout bonnement excellente. Alors qu'elle est sur le point d'accoucher, pas question pour cette "warrior" de se reposer ! Elle continue de se donner à fond dans tout ce qu'elle fait, que ce soit dans l'entretien de la maison ou dans les courses, et n'hésite pas à payer un peu de sa personne quand il s'agit de venir en aide aux autres, à l'image d'une autre femme enceinte qu'elle empêche de tomber dans un escalier. Une mère aussi amusante que forte, droite et admirable... Au moins, on sait de qui Takéo tient !
Mais forcément, un tel comportement ne peut qu'inquiéter toujours plus un Takéo déjà un peu dépassé par la situation. S'il veut assurer à tout prix dans la préservation de sa mère et dans son futur rôle de grand frère, notre grand gaillard à toutefois tendance à trop stresser et à partir au quart de tour au point de faire un peu n'importe quoi sous la pression, ce qui nous vaut un flot de situations rigolotes et néanmoins très belles, tant il veut bien faire. Heureusement, pour canaliser un peu son stress, il pourra compter sur la perspicacité et le calme de Sunakawa qui veille toujours, mais aussi sur le soutien tout doux de sa chère Yamato ! Et, au bout du compte, peut-être que notre héros parviendra à se préparer au mieux pour être grand frère, et que sa mère prendra enfin conscience qu'il a grandi et qu'elle peut compter sur lui plus qu'elle ne le pensait... Voila une bien belle relation parents-enfant qui nous est présentée.
Ajoutons à cela les quelques informations amusantes ou attendrissantes sur la naissance de Yamato, sur celle de Takéo ou sur la rencontre entre Mr et Mme Gôda, et on obtient une première moitié de tome d'exception, qui se conclut de la plus jolie des manières avec un bébé à la bouille forcément exquise !

Et la suite ne fait aucunement retomber les choses : alors que Takéo vit ses premières journées de grand frère avec un peu de stress et beaucoup de tendresse, l'heure de la Saint-Valentin arrive, et notre héros et tout fou à l'idée de recevoir les premiers chocolats d'amour de sa vie. Entre les filles qui se réunissent autour de notre spécialiste en pâtisserie Yamato pour apprendre à faire du chocolat, et les garçons remplis de joie à l'idée d'un rendez-vous et de recevoir les précieux présents, l'ambiance est toujours à l'humour et aux petits bonheurs, d'autant que Takéo est exquis dans son excitation qu'il peine à contenir, mais aussi dans ses petites bourdes.
L'approche du White Day sera alors l'occasion de voir les rôles s'inverser : cette fois-ci, c'est notre héros qui s'essaiera à la pâtisserie en compagnie de Sunakawa, pour un résultat toujours aussi bon, que ce soit pour la maladresse amusante de notre héros, pour sa volonté tendre et touchante de faire plaisir à Yamato, ou pour le bonheur que ces deux-là ne cessent de se renvoyer.
Mais cette deuxième moitié de volume est aussi l'occasion de remettre en avant le succès auprès des filles d'un Sunakawa qui, encore et toujours, n'en a que faire ! N'étant jamais tombé amoureux, le beau blond continue d'éviter celles qui dénigrent son meilleur ami dans son dos... Mais toutes les demoiselles n'ayant dieux que pour Sunakawa sont-elles comme ça ? Réponse, sans aucun doute, dans le prochain tome, qui s'annonce d'ores et déjà très prometteur.

En attendant de voir ça, on se régale plus que jamais avec ce sixième tome où Kazune Kawahara et Aruko se surpassent pour nous offrir un authentique moment de bonheur, toujours amusant et tendre, qui nous laisse à nouveau complètement gaga avec un large sourire béat.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Mon histoire

Message non lu par Koiwai » 17 avr. 2015, 08:25

Pour le plaisir :D :D :D

Image
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4623
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Mon histoire

Message non lu par Wang Tianjun » 17 avr. 2015, 09:01

Takeo Jackson ? :lol:
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Mon histoire

Message non lu par Koiwai » 14 oct. 2015, 10:30

Tome 7 :

Aux côtés de Takéo, il y a toujours eu son ami d'enfance, Sunakawa. Le beau Sunakawa, qui fait craquer nombre de fille,s mais qu'il repousse sans arrêt et sans émotion particulière, à tel point que Takéo se demande s'il tombera amoureux un jour... Et si ce jour arrivait enfin ? En effet, Takéo découvre enfin l'identité de celle qui, depuis dix ans, offre anonymement chaque année des chocolats de Saint-Valentin à Suna sans rien attendre en retour. Elle s'appelle Yukika Amami, et Takéo cerne bien la profondeur de son amour vieux de dix ans. Il fera tout pour encourager la jeune fille à adresser la parole à Suna...

Il aura fallu attendre 7 volume pour que Sunakawa soit placé en tant que personnage principal dans Mon Histoire. Le beau garçon, si bienveillant envers son ami d'enfance Takéo, est à son tour posé face à un amour plus sérieux... Mais saura-t-il répondre aux sentiments de Yukika ? On vous laisse découvrir cela au fil d'un tome de facture assez classique, et qui surfe sur de gros clichés du shôjo romantique (la jeune fille timide incapable de se déclarer depuis des années, etc), mais qui n'en reste pas moins très bien mené. Il faut dire que Yukika est une jeune fille que l'on prend plaisir à découvrir, tant ce qu'elle ressent depuis tant d'années paraît pur, et tant elle peut être touchante dans sa timidité. Mais ce sont bien nos cher Takéo et Yamato qui nous régalent dans leur bienveillance et dans leur façon de tenter de jouer les entremetteurs ! Reste qu'au bout du compte, l'énigme Sunakawa reste là et est plus vive que jamais quant à sa faculté à aimer ou à exprimer ses sentiments à quelqu'un d'autre que son cher ami d'enfance.

Pas forcément aussi inspiré que les précédents volumes, ce septième tome reste un très beau moment de lecture, qui aborde avec une certaine bienveillance, un soupçon d'humour et une pointe d'amertume le cas Suna et les sentiments de Yukika.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Mon histoire

Message non lu par Koiwai » 16 oct. 2015, 13:29

Tome 8 :

Rinko a déjà largement eu l'occasion de faire connaissance avec les parents de Takéo... alors que notre héros n'a toujours pas rencontré les parents de sa chère petite amie ! Mais ce cap est enfin franchi dans un début de tome particulièrement réussi, grâce à des personnages très bien campés. C'est en même temps que Takéo que nous découvrons les parents, la soeur et l'insupportable petit chien de Rinko, pour un résultat qui nous amuse beaucoup. Les parents de Rinko séduisent par leur simplicité et leur bonté, tandis que la petite soeur nous régale dans son caractère un petit peu plus précoce que sa grande soeur. Le chien, lui, offre un petit comique de répétition bienvenu. Mais c'est bien la carrure et le trac de Takéo qui nous offrent les meilleurs moments ! Notre héros a tellement envie de bien faire qu'il risque fort, dans son stress, d'enchainer les petites bourdes. Et les parents de Rinko, désireux d'offrir une bonne image d'eux pour ne pas nuire à leur fille, ne sont pas en reste. Le résultat est donc très drôle, mais en même temps empli de la bienveillance typique de la série.

Cette première rencontre passée, ce sont deux autres personnages qui sont enfin remis en lumière : Ai, la grande soeur de Sunakawa, et Oda, son prétendant un peu collant et lourdingue. Alors que la jeune femme rentre dans sa famille pour quelques jours, Oda, se fait un plaisir de la suivre en se tapant l'incruste chez les Goda ! La situation est évidemment amusante, mais au-delà de l'humour elle apporte également son lot d'émotion et d'avancées en se focalisant joliment sur les deux personnages. Ainsi cerne-t-on mieux toute la sincérité de l'amour d'Oda pour Ai, tandis que cette dernière est bien obligée de faire le point sur ses sentiments impossibles pour Takéo. Secrètement amoureuse de lui depuis si longtemps, sera-t-elle capable de l'oublier si facilement ? Il faut laisser le temps faire son oeuvre... Kazune Kawahara et Aruko trouvent le ton juste, soulignent tout en douceur ce que ressent Ai, et offrent également un joli retour sur la manière dont, comme une grande soeur, elle a toujours été là pour s'occuper de Takéo. Et les deux auteures se font également un plaisir de revisiter avec émotion et humour ce bon vieux classique romantique de la course-poursuite à l'aéroport, tout en sublimant une Ai aussi forte que touchante dans sa robe. Et n'oublions pas Takéo, dont les réactions très droites offrent à nouveaux quelques instants très forts !

Après trois quarts de tome riches et très bien menés, qui permettent au couple Takéo/Yamato de franchir une nouvelle étape et au duo Ai/Oda d'avancer à son rythme, la fin du volume amorce une nouvelle partie prometteuse, où, tandis que l'on suit avec intérêt la passion de Rinko pour la pâtisserie et que l'on s'amuse devant l'inquiétude exagérée de Takéo pour sa petite amie adorée, on voit arriver une nouvelle épreuve de taille !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre