Yona - Princesse de l'Aube

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9196
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Yona - Princesse de l'Aube

Message non lu par Koiwai » 16 févr. 2016, 11:51

Tome 10 :

Fils cadet du chef de la Tribu du feu, Kang Tae-Jun dépérit à vue d'oeil depuis qu'il a provoqué, du moins le pense-t-il, la mort de Yona pour qui il avait une passion. Devenu quasiment amorphe, presque considéré comme un boulet par les siens, il est envoyé en expédition punitive dans le bourg de Katan afin de mettre fin aux agissements des brigands qui s'y trouvent. Mais une fois sur place, c'est la stupeur : il pense avoir reconnu la voix de Yona, là, quelque part... Serait-elle encore en vie ? Ce miracle est-il possible ? Il ne tarde pas à en avoir la confirmation ! Dès lors, profondément troublé, il ne sait plus que faire...

Comme le laisse deviner la couverture, ce dixième volume a pour personnage central Tae-Jun que nous avions retrouvé à la fin du tome précédent. Celui qui était si fier de son statut de "fils de" retrouve sur sa route celle qu'il regrettait d'avoir éliminée... Quelle sera sa réaction ? Quelle sera celle de Hak et des Dragons ?
Dans un premier temps, Mizuho Kusanagi joue beaucoup la carte de l'humour, tant Tae-Jun peut apparaître presque pathétique dans ses réactions du début. Et cet aspect ne quittera jamais vraiment le volume, le comique étant assez présent de façon régulière via l'obsession passionnée du jeune homme pour Yona. Cela entretient facilement un certain rythme et renouvelle quelque peu un humour qui dans les précédents tomes se reposait trop sur les mêmes choses, mais c'est loin d'être le principal intérêt du tome, car les retrouvailles de Yoan et Tae-Jun vont provoquer de profonds changements chez ce dernier.
En effet, à partir du moment où Yona va cerner la sincérité du repenti de Tae-Jun, elle va tout naturellement inviter ce dernier à découvrir une facette des terres de la Tribu du feu qu'il ne connaissait pas : pauvreté, famine, maladie... le peuple souffre. En tant que fils de chef qui n'a jamais connu de problème, Tae-Jun a d'abord du mal à montrer une réelle inquiétude pour ce peuple. Mais il va changer, dans un premier temps en observant sa chère Yona, devenue plus forte depuis la fois où il pensait l'avoir tuée, montrant un courage exemplaire, ne se plaignant jamais même dans les tâches les plus dures... En la voyant ainsi, Tae-Jun décide à son tour de faire des efforts pour mieux comprendre les choses, puis au fil des pages, ce n'est plus uniquement pour satisfaire Yona qu'il s'occupe des gens du peuple, mais bien par envie de les aider. L'apathique jeune homme, en retroussant ses manches, va également redorer son image auprès de ses plus fidèles alliés...

En un volume, on peut dire que la mangaka gère très bien l'évolution de son personnage, d'abord un peu pathétique, puis se remettant en cause, s'interrogeant sur la possible traîtrise qu'il est sur le point de montrer envers son frère et son père, et apprenant beaucoup jusqu'à devenir un homme beaucoup plus fiable et humain qu'avant. Bien sûr, l'humour sur ses côtés plus maladroits et benêts est toujours là, mais on retient surtout la sincérité qu'il montre dans son évolution, Yona finissant par bien le lui rendre. Et à travers son regard, l'occasion nous est également donnée, une nouvelle fois, d'observer à quel point la jeune princesse a évolué et a gagné en force et en charisme.

Voici donc un très bon tome, d'autant plus agréable que l'impression a été revue à la hausse par rapport aux tomes précédents : fini l'imprimeur Black Print et son encre qui bave, on retrouve quelque chose d'un peu meilleur niveau qualité avec l'imprimeur Grafica Veneta. On regrette toutefois qu'il y ait encore quelques cases au bord coupé.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9196
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Yona - Princesse de l'Aube

Message non lu par Koiwai » 07 mars 2016, 19:37

Tome 11 :

Ce onzième volume s'ouvre sur un aparté qui, durant un tiers de tome, nous plonge dans un instant de l'enfance commune de Yona, Hak et Soo-Won, bravant un interdit en se rendant en ville où ils ne tardent pas à rencontrer un problème puisque Yona se fait kidnapper. Cette petite intrigue à part ne va pas chercher ses idées très loin, mais offre de bons moments, entre les apparitions de certaines têtes connues comme l'amusant Tae-Jun, les bouilles enfantines plutôt adorables du trio, et la relation protectrice que les deux garçons ont nouée vis-à-vis de Yona. Et si, sur le coup, on se demande un peu pourquoi ce flashback arrive maintenant, subitement, au point de casser un peu le rythme de l'histoire, il trouve tout de même un intérêt dans l'abord du personnage de Soo-Won, que l'on cerne sous un jour un peu différent, à une époque où il était encore plutôt insouciant et où son père était encore en vie.

L'autre intérêt de ce flashback est de bien remettre en avant un aspect qui a plus d'importance que jamais dans la suite du volume, à savoir les sentiments que les trois personnages nourrissent. Dpeuis le début, le elcteur a eu tout le loisir de cerner les sentiments de Yona pour Soo-Won, sentiments qu'elle peine à oublier malgré ce que ce dernier lui a fait. De même, on a largement pu comprendre la nature des sentiments pour Yona d'un Hak qui se contient mais a visiblement de plus en lus de mal à se contenir, ce qui amène ici quelques situation relationnelles joliment abordées, notamment quand il s'agit de mettre en avant la tristesse que peut esquisser Hak par moments, et le début de changement qui s'opère en Yona, la jeune fille semblant enfin commencer à considérer son ami d'enfance et protecteur autrement...
Reste que me^me si les choses sont plutôt joliment contées, elles frustrent, tant Mizuhi Kusanagi peine en réalité à réellement faire avancer ses pions. Tout ce qu'elle dépeint ici concernant Hak, Yona et Soo-Won, on a déjà largement pu le cerner auparavant, et elle ne fait finalement qu'insister un peu plus dessus sans que ça bouge réellement. Et si la lecture reste plaisante, on commence à trouver tout ça franchement longuet...

Pendant ce temps, au beau milieu de tout ça, l'intrigue n'avance que très peu. Pour tenter de trouver une solution pour nourrir le peuple du feu, nos héros se rendent jusqu'au pays de Kai, où ils ne tardent pas à dénicher une céréale intéressante. Mais pour pouvoir la mériter, quelques pas de danse s'imposent... C'est bien mignon, d'autant que certaines costumes, comme la tenue de danse de Yona, sont très jolis. Mais il y a de quoi regretter que la présentation de ce pays ennemi qu'est Kai soit pour l'instant si superficielle.

Il y a donc du bon et du moins bon dans ce tome un brin frustrant. La lecture reste clairement sympathique à suivre, mais après 11 tomes on ne peut que constater que l'oeuvre peine régulièrement à proposer de réelles avancées.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre