Please hold like a bouquet

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Einah
Messages : 1922
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Please hold like a bouquet

Message non lu par Einah » 25 août 2014, 18:36

Image
La fiche sur Manga-News

Nana Kinuta revient avec un autre de ses titres en France avec « Please hold like a bouquet ». A nouveau chez Boy’s Love IDP, nous nous retrouvons avec un One-Shot regroupant ici quatre histoires.

Qu’on se le dise, ici aucun lien n’a été fait entre chaque histoire. La première est en relation avec le titre du One-Shot puisqu’elle porte le même titre. Atsushi Hanada a repris l’entreprise de son père depuis trois mois en tant que président. Jeune et manquant d’expérience, il n’est pas très sûr de lui et les autres membres de l’entreprise l’attendent au tournant. Mais, veille sur lui, Kazuya Yazawa son secrétaire. D’apparence froide et rigide, Il est toujours derrière lui à lui répéter sans cesse ce qu’il doit faire et son planning. Tous les matins, Yazawa ramène au bureau un bouquet de fleurs fanées… Comportement étrange, mais quelle est donc la signification ?
Cette première histoire est très courte et ne permet pas de développer un scénario très pertinent. Les sentiments arrivent très vite, le jeu de séduction entre les deux protagonistes n’est pas flagrant non plus. Quand la lumière sera faite sur le pourquoi du comment du bouquet de fleurs fanées, la révélation est un peu tirée par les cheveux…

La deuxième histoire s’enfonce encore plus dans un scénario bancal. Keita Hoshino, 16 ans, a une santé assez fragile. Mais, vit juste à côté de chez lui, un beau médecin, Kôichi Mishima, 26 ans. Ce dernier veille sur Keita depuis qu’il est tout jeune. Mais Keita en pleine adolescence commence à éprouver des sentiments étranges envers Kôichi.
Alors qu’on se le dise, je tolère difficilement de lire une histoire quand une relation avec un mineur et un adulte de 10 ans son ainé est mis en scène dans un yaoi ou tout autre style. Mais si les sentiments et le scénario sont bien menés, cela peut passer dans le domaine de l’acceptable. Au départ, l’auteur utilise des bases classiques : les premiers désirs, les premières attirances, les interrogations… Mais pour rapprocher nos deux chers et tendres, quoi de mieux qu’un médecin pour mettre un suppositoire à un malade… Je vous passe les détails de la suite qui arrivera… « Specific medicine for love » déçoit énormément par son scénario….

Dans « I’m yours », Hiroki Akiyama, 23 ans vis en colocation depuis un an avec Kaoru Yoshiyuki, un créateur publicitaire au sommet de sa popularité. Nous découvrons qu’en fait, une relation de couple a été issue de cette colocation. Mais la vie de couple n’est pas évidente tous les jours. L’auteur aborde ici les problèmes qui peuvent surgir quand l’un se consacre exclusivement à son travail. Cependant, nous n’avons pas le temps d’être intrigué par le scénario car la conclusion arrive très vite.

Il faudra attendre la dernière histoire intitulée « Sayonara Sensei » pour avoir un scénario qui tient la route. Yugi est professeur et Aoi est son élève. Aoi est un élève très studieux et vit seul avec son père. Un soir, les circonstances font que Yugi raccompagne Aoi et en apprenant qu’il n’aura qu’un plat préparé pour le diner, lui proposera un vrai repas chez lui. Entre eux, commencera à naitre une complicité…
Même si ce scénario ne brille pas par son originalité, l’auteur met ici pas mal de douceur entre ses deux personnages. Voir la complicité naitre à travers les moments passés ensemble nous attendrit. Tout est fait dans le respect de l’autre et des sentiments. Les réactions sont réalistes. Et, enfin nous avons des moments touchants.

Au niveau des graphismes, les traits sont soignés. Alors qu’il y a pas mal de personnages différents, l’auteur nous dessine des visages et des styles différents les uns des autres. Les fonds de trame sont également bien remplis. L’auteur soigne ses illustrations.

Par contre, côté édition, nous constatons un problème d’organisation de mots dans une bulle, rendant la lecture de celle-ci incompréhensible.

« Please hold like a bouquet » est un One-Shot assez pauvre au niveau des différents scénarios, seul « Sayonara Sensei » aura le mérite de nous faire passer un bon moment.

Note : 10/20
Image

Répondre