The world is still beautiful

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

The world is still beautiful

Message non lu par Koiwai » 06 mars 2015, 11:05

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Popularisé l'année dernière par une sympathique adaptation animée, le manga The World is still beautiful arrive en France en suscitant quelques attentes. Il faut aussi dire qu'avec son pitch de base, cette série prépubliée au Japon dans l'éclectique magazine Hana to Yume a de quoi intriguer de par son côté un peu hybride, laissant autant penser à de la romance qu'à une histoire d'aventure dans un monde imaginaire et fantastique. C'est un peu de tout ça qui nous attend... et plus encore.

Quatrième princesse du Royaume de la Pluie, Niki Lemercier vit depuis toujours dans son pauvre, mais paisible pays. Très directe et un peu sauvageonne sur les bords, elle possède néanmoins, comme les autres filles de sa famille, le pouvoir merveilleux de faire tomber la pluie en chantant. Et c'est précisément ce pouvoir qui attire Livius 1er, le Roi-Soleil, qui tient le monde entier sous son joug, mais, comme les autres habitants du Pays du Soleil, n'a jamais vu d'eau tomber du ciel. C'est donc avec plus de curiosité qu'autre chose qu'il demande au père de Niki et de ses soeurs de lui envoyer en mariage l'une de ses filles... et c'est évidemment Niki qui est désignée, après une petite partie de pierre-feuille-ciseaux.

Mais les premiers instants de Niki et Livius ensemble sont loin d'être idylliques : en plus de n'être qu'un enfant, le jeune roi se montre arrogant et capricieux, et ne voit d'abord notre héroïne que comme une curiosité, une bête de foire à laquelle il ordonne d'emblée de faire tomber la pluie ! Mais le chant de la pluie est un rituel sacré, qui demande à ce que Niki ressente les sentiments, les sensations, la beauté du monde qui l'entoure, afin d'y adapter sa mélodie. Et pour cela, il lui faudra avoir le temps d'explorer ce monde, de s'y adapter, et de comprendre son nouvel entourage... dont son futur époux, dont elle percera petit à petit la coquille pour découvrir son véritable fond.

Le premier chapitre de la série se veut assez rapide dans la mise en place, mais il n'en faut pas plus pour être plongé dans l'ambiance. Non sans une forte dose d'humour surtout portée par le caractère des deux héros et par la difficile découverte par Niki des coutumes de la noblesse, la mangaka Dai Shiina dépeint une relation d'abord tendue entre Niki et Livius, puis qui s'adoucit petit à petit, au fil du temps, alors que tous deux apprennent petit à petit à s'apprivoiser, à se connaître, et simplement à se comprendre. Ainsi Niki a-t-elle déjà maintes occasions de déceler chez le jeune roi des fragilités bien cachées : s'il se montre comme un roi autoritaire ayant mis le monde à ses pieds en seulement 3 ans, il souffre quasiment en silence de blessures passées difficiles à refermer et qui ont fait de lui le très jeune souverain qu'il est, et a souvent de mal à se sentir bien ou simplement heureux, au point qu'il en a oublié la beauté du monde qui l'entoure, qu'il s'agisse de simples fleurs ou des étoiles dans le ciel. Pour lui, le monde est un avant tout un endroit douloureux qu'il doit dominer en éliminant ses ennemis. Il se comporte tantôt comme un gosse, tantôt comme un monarque, mais n'est en réalité totalement aucun des deux. Et ce sera alors à Niki de faire l'effort d'aller vers lui pour le cerner et l'apaiser, ses gouttes d'eau éteignant les douleurs du garçon.

"Tu as le monde entre tes mains, et tu ne le vois même pas."

Plus encore que son univers fantastique ne demandant qu'à se développer (et nul doute qu'avec les menaces pesant sur Livius, le parfum d'aventure sera bien présent par la suite) ou que son sujet nous rappelant de regarder la beauté du monde qui nous entoure, ce premier tome captive donc surtout dans ce portrait qui est fait des deux futurs époux, tous deux caractériels, ayant souvent du mal à être en accord, mais émettant de plus en plus la volonté de se comprendre et de se soutenir. Si l'on ne comprend pas l'autre, il suffit de faire l'effort de chercher à le comprendre.

The world is still beautiful se présente alors déjà comme une série belle et vraie, habile mélange d'aventure, de merveilleux et de valeurs humaines. Un monde que Dai Shiina sait rendre plaisant grâce à son trait classique, mais fin, son ambiance mêlant humour, romance et bienveillance, et ses personnages attachants, touchants et hauts en couleur. On a hâte de voir tout ça se développer et s'enrichir, ce qui commence déjà dans le dernier chapitre avec l'arrivée de la dénommée Luna, princesse du Pays de la Mer.

Notons que ce premier volume est un peu raccourci, se terminant après 150 pages pour ensuite laisser place à une histoire courte plutôt agréable à suivre.

Côté édition, on est dans les standards de l'éditeur. Notons toutefois le choix éditorial concernant le nom de l'héroïne : nommée Nike dans la version originale du manga et dans l'anime, elle est renommée ici Niki, pour des raisons que l'éditeur n'a pas clairement données. Rien de dramatique, au pire cela pourra-t-il troubler un peu celles et ceux qui ont regardé la série animée.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Theranlove2_Olaya
Messages : 206
Enregistré le : 01 juin 2012, 18:13
Localisation : En Suisse :D

Re: The world is still beautiful

Message non lu par Theranlove2_Olaya » 06 mars 2015, 14:57

J'hésitais à prendre la série.. Tu m'as convaincue :D
-> Otakus aren't weird, you're just too normal.. Case Closed!
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The world is still beautiful

Message non lu par Koiwai » 07 mars 2015, 12:06

Ooooh, une réaction sur le forum !! *_*

Ravi que la chronique te fasse envie :D J'ai été passionné par ce 1er tome, j'attends beaucoup de la série par la suite !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4623
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: The world is still beautiful

Message non lu par Wang Tianjun » 07 mars 2015, 21:31

Koiwai a écrit : Notons toutefois le choix éditorial concernant le nom de l'héroïne : nommée Nike dans la version originale du manga et dans l'anime, elle est renommée ici Niki, pour des raisons que l'éditeur n'a pas clairement données.
Peut-être voulait-ils éviter que les lecteurs prononcent son prénom comme la célèbre marque de sport, ou comme le verbe français pas très poli :mrgreen: Enfin, ils auraient pu mettre « Niké » du coup, mais ça fait bien longtemps que j’ai pas vu un manga ou un anime osant mettre des accents.
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The world is still beautiful

Message non lu par Koiwai » 08 mars 2015, 12:25

Pour les raisons, je me suis dit la même chose (en fait, en bon vicieux j'ai surtout pensé au verbe, mais pas à la marque de sport :mrgreen: ) :) Mais Delcourt n'ayant donné aucune justification claire à ce sujet...

En tout cas, perso ça ne m'a pas gâché mon plaisir de lecture :)
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Theranlove2_Olaya
Messages : 206
Enregistré le : 01 juin 2012, 18:13
Localisation : En Suisse :D

Re: The world is still beautiful

Message non lu par Theranlove2_Olaya » 09 mars 2015, 09:20

Wang Tianjun a écrit :
Koiwai a écrit : Notons toutefois le choix éditorial concernant le nom de l'héroïne : nommée Nike dans la version originale du manga et dans l'anime, elle est renommée ici Niki, pour des raisons que l'éditeur n'a pas clairement données.
Peut-être voulait-ils éviter que les lecteurs prononcent son prénom comme la célèbre marque de sport, ou comme le verbe français pas très poli :mrgreen: Enfin, ils auraient pu mettre « Niké » du coup, mais ça fait bien longtemps que j’ai pas vu un manga ou un anime osant mettre des accents.
J'avoue.. J'ai rigolé à la première lecture parce que sa m'a fait pensé à ça donc c'est sûrement une des raisons premières. :lol: :arrow:
-> Otakus aren't weird, you're just too normal.. Case Closed!
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The world is still beautiful

Message non lu par Koiwai » 08 avr. 2015, 18:17

Tome 2 :

Au fil du temps passé ensemble, Niki et Livius ont appris à mieux se connaître, à s'apprécier et à s'aimer, et le jeune couple en devenir a aussi su se faire apprécier du peuple, le Roi-Soleil s'étant adouci au contact de la jeune fille, et tous deux sachant se montrer bons même auprès des plus démunis, comme le montre la scène avec les orphelins.
Mais pour être reconnue en tant que future reine légitime, une épreuve attend désormais Niki : pour que ses fiançailles soient officiellement acceptées, elles doivent être célébrées par l'autorité divine, emmenée par Lani Aristes, grand-prêtre désapprouvant les épousailles d'un roi qu'il estime inapte au trône car de "sang impur" et d'une princesse issue d'un milieu pas assez noble à ses yeux. Face à cet homme que les lecteurs auront vite fait de détester, Niki est sommée, pour que ses fiançailles soient acceptées, d'accomplir la cérémonie du retour des ténèbres, pendant laquelle elle devra aller récupérer un anneau solaire dans un temple enseveli. Accepter ce challenge signifierait reconnaître qu'elle est impie et être considérée comme hérétique par l'église, mais notre héroïne, téméraire, le relève. Seulement, quels danger l'attendent réellement sous terre ?

Avec un adversaire comme Aristes, la réponse à cette question est peu surprenante mais reste bien entretenue, et si le passage dans le temple enseveli ne dure pas longtemps, la vérité sur ce qui s'y passe en réalité ainsi que ce qui en découle ne manquent pas d'intérêt, car c'est grâce à une belle issue et à leur faculté à plaire au peuple que notre couple Niki-Livius pourra s'en sortir. Quand le pouvoir merveille de la première s'associe à la langue bien pendue du deuxième, ça fait des étincelles !
Surtout, cette épreuve, assez basique dans le fond, permet à nos deux jeunes héros de consolider encore plus leur relation : si Niki séduit dans sa témérité et dans sa volonté de préserver Livius d'un énième problème, cela n'empêche pas le jeune roi de veiller malgré tout sur sa future épouse, quitte à braver les règles de la cérémonie ! Et ajoutons à cela le caractère toujours délicieux de Niki (elle a beau tenter de paraître digne, le naturel revient vite au galop !).

D'ailleurs, après les 120 pages composant le passage des fiançailles, Dai Shiina poursuit l'approfondissement de cette relation de couple au fil de deux chapitres plus légers.
Le premier des deux voit nos héros s'éclipser du château pour se rendre à une fête populaire dépaysante et amusante de par certaines situations qu'on vous laisse découvrir, et c'est l'occasion pour tous els deux de souffler, et pour Livius de retrouver la Niki naturelle qu'il aime, loin des leçons du château.
Puis la suite voit arriver un nouveau personnage, Baldwin, ancien premier ministre, oncle de Livius, et surtout beau gosse de première catégorie et très beau parleur ! Séduisant toutes les femmes qu'il croise, ce bellâtre jette forcément son dévolu sur Niki et amène quelques scènes de jalousie amusantes de la part de notre jeune roi. Et Niki, embarrassée face à cet homme qu'elle repousse comme elle peut, est tout aussi plaisante puisqu'elle ne se laisse pas avoir par ses belles paroles.
Dans tout ça, des questions arrivent toutefois très vite : bien qu'il a déjà croisé beaucoup de personnes qu'il déteste par le passé, Livius se montre singulièrement plus enragé face à son oncle... Pour quelle raison ? Et que cache réellement le gringue que Baldwin fait à notre héroïne ? Si la réponse se dessine en fin de tome, elle n'a pas le temps de se concrétiser face à un Livius dont les plus sombres facettes ressortent soudainement, à cause de la haine et de la jalousie. Preuve que si Niki l'a attendri, tout n'est pas encore solidement établi...

Tout cela nous offre un volume à nouveau très rythmé, parfois amusant parfois plus tendu, où Dai Shiina poursuit son très appréciable travail sur notre couple-vedette et n'oublie pas d'enrichir son univers merveilleux. La toute fin du tome, elle, laisse sur un petit climax donnant forcément envie de voir de quoi la suite sera faite.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The world is still beautiful

Message non lu par Koiwai » 16 juin 2015, 16:46

Tome 3 :

Nous laissions nos héros dans une situation périlleuse, car après avoir surpris Niki et Bald ensemble, Livius a vu revenir au galop ses angoisses et sa peur d'être seul, mais, du haut de son orgueil, se montre bien incapable de l'exprimer et préfère emprisonner son oncle et enfermer sa future épouse ! Mais c'est mal connaître Niki, dont le caractère va évidemment la pousser à tenter de réconcilier l'oncle et le neveu dans un début de tome qui va malheureusement beaucoup trop vite. En effet, il ne faut qu'un tiers du tome pour conclure cette partie que l'on attendait plus dense, et où les choses sont finalement résolues un peu trop facilement. Entre les facilités de certains rebondissements (comment Niki a-t-elle coupé les barreaux du cachot ?), le manque d'approfondissement des angoisses de Livius et le final rapide, on ressort un peu déçu par ce passage qui ne sert finalement qu'à mettre en place le personnage de Bald de façon un peu trop basique.

La suite du tome, elle, enclenche de nouvelles péripéties avec une réunion au sommet avec plusieurs pays alentours, pendant laquelle Niki se doit de faire bonne figure ! Mais très vite, la jeune fille se montre largement plus préoccupée par une lettre de son pays, le Duché de la Pluie, annonciatrice de funestes événements. Si l'on appréciera la volonté de Niki de ne pas trahir la confiance de son Livius, ainsi que la bonté que le Roi montrera envers notre héroïne, on pourra tout de même regretter que la réunion entre les représentants des pays soit finalement très rapide et lisse, afin de laisser place à une immersion attendue au Duché de la Pluie, que l'on prend plaisir à découvrir, que ce soit pour son climat ou pour ses personnages bien campés. Kara, petite soeur un peu garçon manqué de Niki, est assez excellente dans son genre, mais on retient surtout les agissements du cousin Kitora et de la grand-mère de Niki régnant sur le Duché, car tous deux amènent en fin de volume un difficile épreuve où Livius devra prouver tout son attachement pour sa promise...

Un troisième volume qui alterne le très sympathique et le plutôt décevant. Les différents rebondissements sont globalement prévisibles, un peu lisses et trop rapides, mais on prend plaisir à découvrir le Duché de la Pluie.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The world is still beautiful

Message non lu par Koiwai » 17 sept. 2015, 19:10

Tome 4 :

Pendant que Niki est enfermée sans savoir l'épreuve que sa grand-mère fait subir à Livius, notre Roi Soleil se donne à fond pour retrouver la clé de la cellule, perdue au fond d'un marécage... au risque d'y rester coincé et de s'y noyer. Le jeune garçon parviendra-t-il à retrouver la clé et à prouver la force de son amour pour Niki à la grand-mère de celle-ci ?

Il ne faut pas attendre longtemps avant d'avoir la réponse, puisqu'une nouvelle fois Dai Shiina nous offre un problème qui se résout finalement très vite et sans qu'on y ressente vraiment de l'intensité ou du danger. Néanmoins, l'épreuve du marécage ne fait que joliment confirmer la force de la relation qui est née entre nos deux héros. Livius se donne réellement à fond et montre une jolie confiance face à la grand-mère de Niki, et notre fougueuse héroïne n'est certainement pas du genre à rester sagement enfermée ! Le problème, c'est que la force de cette relation, on l'avait déjà largement cernée sur les trois premiers tomes, d'où une petite impression de répétitivité.
La fin du passage dans le pays de Niki est également l'occasion d'approfondir un peu plus Kitori et son lien avec notre héroïne, de faire une brève connaissance avec la mère de celle-ci, et d'aborder un peu plus la grand-mère dans des dernières pages plutôt jolies.

La suite du tome laisse tout d'abord une impression un peu insipide, le retour au Royaume du Soleil se faisant avec un chapitre de transition soulignant une énième fois la force de la relation entre nos héros, qui se sentent seuls dès qu'ils sont trop longtemps séparés. Heureusement, la fin du tome vient de suite redonner un coup de boost avec l'arrivée du prince d'un autre pays, dont le caractère et la servante sont loin d'être faciles à amadouer !

Après 4 tomes, la plupart des épreuves qu'affrontent nos héros apparaissent assez peu développées et se résolvent facilement, et Dai Shiina a tendance à se répéter dans la relation entre Livius et Niki. Pourtant, difficile de ne pas rester charmé par la lecture, car on sent tout l'attachement que la mangaka a pour dépeindre ses héros et leur relation quitte à en faire un peu trop, et cela est bien servi par son coup de crayon aussi simple que sincère et expressif, et par l'aspect exotique qui se dégage régulièrement (à ce titre, soulignons les quelques très jolies tenues de ce tome). On reste sur une lecture agréable, mais on en attend toujours un peu plus.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The world is still beautiful

Message non lu par Koiwai » 29 oct. 2015, 16:15

Tome 5 :

Irarda, prince héritier du royaume des sables, et sa suivante la vive Faraha ont réagi sévèrement à la chanson de Niki, visiblement blessés... Pour quelles raisons ? Notre héroïne découvre la réponse très vite, et ne peut que comprendre ce qui a pu blesser ces deux jeunes gens venus d'un pays où il ne pleut jamais... Et c'est avec la volonté de mieux comprendre le royaume des sables et de peut-être lui venir en aide qu'elle décidé de s'y rendre !

Une fois l'accord de Livius obtenu, Niki a tout le loisir de découvrir le royaume des sables dans un tome qui lui est entièrement consacré. En même temps que la jeune femme, on prend connaissance des grandes lignes de la hiérarchie de ce pays, et de ses difficiles conditions de vie : peu de ressources naturelles, population vivant avec peu de moyen ce qui ne l'empêche pas d'être heureuse... mais aussi dangers naturels comme les tempêtes de sable, et rareté dramatique de l'eau...
L'immersion dans ce pays est efficace car Dai Shiina en dévoile de nombreuses facette, y compris quelques recoins où la population est plus conservatrice et où notre héroïne devra redoubler d'efforts pour parvenir à se faire accepter. Et c'est aussi le prince et et Faraha que nous cernons mieux. Cette dernière possède un caractère délicieux ainsi qu'un fidélité envers son prince qui s'explique dans la façon dont elle a été recueillie par celui-ci. Quant à Irarda, réputé assez orgueilleux, on découvre en réalité un tout autre homme, profondément préocccupé par les besoins de son peuple... au grand dam d'une famille qui a toujours cherché à préserver son haut statut et son sang noble, quitte à faire dans la consanguinité. Clairement, Irarda est un personnage intéressant... et qui finira par être confronté à de cruels dilemmes. En effet, il semble finir par nourrir quelques sentiments pour Niki (ce qui était évitable, c'est très cliché, heureusement l'auteur n'en fait pas trop là-dessus). Mais, surtout, l'impact de Niki sur son pays et ses habitants pourrait être tellement important qu'il pourrait bien hésiter à la renvoyer auprès de Livius...

C'est donc un tome globalement très réussi que nous avons là. Cette partie au pays des sables dévoile des choses assez nuancées et prometteuses, dont les conséquences s'annoncent très intéressantes dans le prochain volume.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre