MIAOU!

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

MIAOU!

Message non lu par Koiwai » 23 sept. 2015, 11:23

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Dans la déferlante de titres félins qui abondent depuis quelques années, un petit nouveau arrive en ce mois de septembre aux éditions nobi nobi! : Moustic, héros de la série MIAOU! Le quotidien de Moustic. Qui est-il ? Rien d'autre qu'un chaton qui a tout à découvrir de la vie. A l'instar de Chi ou autre Plum, me direz-vous. Et bien, pas tout à fait, car l'auteure Minori Kakio choisit ici une autre voie. Et alors qu'on aurait pu se lasser de trouver tant de mangas de chats, celui-ci vient dépoussiérer le genre de la plus drôle des manières !

Car suivre Moustic, au gré de ses aventures en forme de chapitres de quelques pages, devient vite addictif. Tout commence par sa rencontre avec sa voisine, une cane qu'il adore. Elle sent si bon, elle est toute blanche, elle a l'air si moelleuse... qu'il la boufferait bien, avoue-t-il sous le regard atterré de sa mère. Le ton est donné dès la première page. Mais rassurez-vous, la jolie cane, gentiment nommée "Tata Casse-Croûte", ne finira pas dans l'estomac de Moustic, et deviendra même sa meilleure amie ! Ce n'est là que la première rencontre du chaton, qui en fera bien d'autres. De très importantes rencontres, comme celle de Roy le chat régnant sur le territoire, ou surtout l'effrayant Big-Boss, un gros matou balafré au regard mauvais, qui sème la terreur dans le quartier... mais est-il réellement si méchant que ça ? Et des rencontres plus anodines lui permettant de s'éveiller toujours plus, à l'instar de cette coccinelle qui lui fera connaître d'hilarantes mésaventures.

Des mésaventures, et des aventures, Moustic en connaîtra un paquet au fil de ces 200 pages divisées en 19 chapitres. Jouer à "chat" avec ses frères, protéger Tata Casse-Croûte dans ses promenades, tenter de mieux cerner Big-Boss et de ne plus avoir peur de lui, faire un cadeau d'anniversaire à sa mère, tenter de rejoindre la mer sur un radeau... Certaines de ces aventures comme celle de la mer s'avèrent on ne peut plus dangereuses pour un chaton, mais qu'on se le dise, la plupart des aventures et découvertes de Moustic ont avant tout d'autres vocations. Tout d'abord, une vocation à faire évoluer ce jeune chaton qui, comme un enfant, a tant à découvrir et à apprendre. Protéger Tata Casse-Croûte sera loin d'être une tâche aisée, tout comme il aura du mal parfois à se protéger lui-même en se mettant dans des situations délicates. De même, le premier cadeau d'anniversaire fait à sa mère sera loin d'être idéal (c'est le cas de le dire !), et il aura toutes les difficultés du monde à comprendre le concept humain de "Saint-Valentin"... Et quand on est petit, l'imagination a elle aussi vite fait de s'emballer : celle de Moustic s'avère particulièrement fertile, comme quand il pense que Tata Casse-Croûte va se transformer en arbre parce qu'elle a une petite branche coincée, ou quand il s'imaginer des choses horribles mais totalement à côté de la plaque en observant Big-Boss et les autres !

Vous l'aurez compris, avec son imagination fertile, sa soif de découverte, ses nombreuses bêtises mêlées à son envie de bien faire, Moustic a tout d'un enfant qui découvre la Vie, et Minori Kakio joue d'ailleurs à fond cette carte en offrant a son héros félin des bouilles toujours très expressives voire un brin caricaturales pour mieux faire passer l'humour. La mangaka humanise joliment son petit héros poilu, sans pour autant trahir son statut de chat : c'est en tant que tel qu'il découvre tout, et beaucoup de ses réactions restent typiques de ces chers félins. C'est un équilibre joliment trouvé, y compris pour les autres personnages félins, à commencer par Big-Boss et par la mère de Moustic.
Seule grande exception : Tata Casse-Croûte. N'étant pas un chat mais un cane, celle-ci n'est aucunement humanisée : elle a quasiment toujours la même, ne dit que "coin-coin"... et pourtant, on la cerne parfaitement en l'observant. Minori Kakio est parvenue à la dessiner de très belle manière, sa tête de canard pourtant classique est capable de faire naître chez le lecteur autant d'amusement que d'attachement et de tendresse... et, quelque part, sa forte amitié avec Moustic montre très joliment qu'il est possible de devenir des amis sincère malgré les différences et les problèmes de communication.

De manière générale, ce premier tome dégage également une jolie bienveillance entre les personnages. En plus de la relation entre Moustic et Tata Casse-Croûte, il y a évidemment l'inquiétude toute maternelle de la mère de notre chaton pour son fils, qu'elle n'hésitera jamais à protéger en montrant un sacré caractère ! La relation avec Big-Boss s'annonce elle aussi intéressante, celui-ci se montrant en réalité très protecteur derrière ses allures de matou bougon et bagarreur. Moustic évolue dans un univers bienveillante, entouré de personnages hauts en couleur qui font attention à lui quand il le faut, le protègent, lui donnent des leçons... mais lui font aussi parfois subir de sacrées mésaventure hilarantes !

Et on en arrive donc enfin à l'aspect le plus présent : l'humour ! Celui-ci est omniprésent. Il y a un voire plusieurs gags à quasiment chaque page, et tous ont de quoi faire sourire ou faire carrément exploser le lecteur, car la mangaka se renouvelle à merveille. On peut tout simplement sourire en suivant les aventures de Moustic, avec tout ce que ça implique de petites bêtises, d'incompréhensions... Mais l'auteure ne s'arrête pas là et n'hésite pas à malmener ses héros en les confrontant à des petites mésaventures délirantes. Qu'il s'agisse de la façon dont Moustic peut se prendre des beignes de sa mère, de la façon dont Big-Boss voit régulièrement son image de caïd cassée, du côté blasé de la mère du chaton quand il fait n'importe quoi... Parfois sur une seule case, Minori Kakio balance un excellent gag, celui-ci étant généralement bien servi par les têtes caricaturales des personnages (il faut voir les mines totalement blasées de la mère, ou les têtes irritées de Big-Boss). Bref, pour peu que l'on se laisse happer, la lecture est capable d'être quasiment toujours drôle.

Si l'on devait faire une petite comparaison, on pourrait dire que MIAOU! Le quotidien de Moustic a un petit côté Yotsuba&! en version chat. On adore suivre les aventures de cette petite boule de poils qui a tant de choses à découvrir, au gré de son quotidien hilarant et sous l'oeil parfois blasé ou agacé mais toujours bienveillant de son entourage.

Et l'édition française est de très bonne facture. Le seul élément où le bât blesse un petit peu, c'est le papier qui apparaît légèrement jauni et transparent par instants. Le reste est excellent : l'impression est de qualité, le bon travail sur le sous-titrage des onomatopées est très appréciable, et la traduction s'avère particulièrement inspirée, sachant notamment très bien faire ressortir les nombreux gags et le côté enfantin de Moustic !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: MIAOU!

Message non lu par Koiwai » 12 nov. 2015, 09:20

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Après nous avoir conquis avec l'hilarant et tendre Le quotidien de Moustic, Minori Kakio nous revient avec l'autre série de l'univers MIAOU! : Big-Boss le Magnifique, spin-off plaçant sur le devant de la scène le gros matou balafré de la première série.

Chat errant redoutable à la barre, Big-Boss a quitté la ville et arrive affamé dans un nouveau quartier où il doit se battre pour manger... Mais quoi qu'il fasse, ses premiers pas dans ce quartier le laissent affamé, et c'est quand il est au bord de la mort qu'il a la surprise de recevoir l'aide d'une cane attentive, Lucrèce, alias la Tata Casse-Croûte de Moustic ! Dès lors, par loyauté, il choisit de s'installer dans le voisinage pour la protéger, et ne tarde pas à faire la connaissance de Moustic, chaton qui se prend lui aussi d'affection pour la cane... Seulement, Moustic a tendance à avoir peur de Big-Boss, et n'est pas le dernier pour faire courir des rumeurs sur lui ! Mais Big-Boss est-il aussi dangereux que le laisse penser son physique de brute ?

La réponse est évidemment non, et c'est ce que chaque chapitre de ce tome viendra démontrer, au gré des différentes aventures qu'est amené à vivre le gros chat : se battre contre des chats errants menaçant de croquer Lucrèce, voler la nourriture des autres chats tout en veillant à toujours leur en laisser un peu... Loin d'être méchant, Big-Boss est surtout un gros chat un peu pataud et surtout très maladroit dès qu'il s'agit de faire bonne figure auprès des autres, ce qui lui créera nombre de mésaventures amusantes, notamment à cause des nombreuses rumeurs qui se mettent à courir sur lui. Pour se convaincre de sa maladresse, il suffit de voir la façon dont il s'impose malgré lui en tant que "big-boss" du quartier. Et pour voir son bon fond, on pourra notamment compter sur un chapitre révélant une partie de son passé, et notamment la façon dont il s'est fait sa balafre, tout bonnement idiote mais témoignant de toute la bonté dont il est capable.

L'humour délirant de MIAOU! bat toujours son plein ici, entre les bouilles pas possibles des félins quand ils sont irrité/étonnés/blasés, ou la façon dont Kakio s'amuser à malmener ses personnages. Big-Boss gagne beaucoup en intérêt dans cette série tant on le découvre sous un autre angle, et autour de lui gravitent des personnages toujours aussi excellents : bien sûr l'amusant chaton Moustic et la géniale Lucrèce (surnommée "ration de survie" cette fois-ci), mais aussi Roy le boss du quartier, ou des nouveaux comme Risette, une chatte qui aura toutes les peines du monde à prouver que Big-Boss est un vrai gentil !

Après la réussite qu'était MIAOU! Le quotidien de Moustic, Minori Kakio récidive avec ce spin-off tout aussi amusant et attachant et développant comme il se doit Big-Boss. L'édition, elle, est aussi satisfaisante que sur la première série, notamment grâce à une traduction une nouvelle fois très inspirée et vivante !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: MIAOU!

Message non lu par Koiwai » 25 mars 2016, 12:04

MIAOU! Le quotidien de Moustic 2 :

Quand on est un petit chaton qui a encore tout à découvrir de la vie et qui est bien entouré, chaque jour devient la source de petites aventures ! Le petit Moustic en fait l'expérience au quotidien, mais ses amusantes péripéties ne seraient rien sans la palette de personnages animaliers qui l'entourent et qui, à leur manière, l'aident à grandir.

Il y a Risette, cette chatte bien dodue qui, dans le premier chapitre, se met en tête de faire un régime car elle a peur de ne plus plaire à ses maîtres... mais n'est-ce pas précisément parce qu'elle est toute douillette que ses maîtres l'adorent ? L'acceptation de soi n'est pas toujours facile, mais Risette délivre un message positif.
Big-Boss, lui, est toujours là, et reste très drôle dans sa relation avec le petit Moustic, qui s'interroge toujours sur la gentillesse qu'il peut montrer, mais qui ne peut s'empêcher d'avoir toujours peur de lui ! Le caïd du quartier, qui a plus des allures de patapouf menaçant qu'autre chose, semble souvent protéger les habitants félins des alentours, mais aussi et surtout l'oie Tata Casse-Croûte... Alors, est-il si méchant que les impressions le laissent paraître ? Pour le savoir, il est important de dépasser ses premières impressions et préjugés... mais cela reste encore plus facile à dire qu'à faire !
Quant à cette chère Tata Casse-Croûte, la proie idéale à protéger des félins les plus affamés, elle est toujours là, et toujours aussi rigolote et attachante dans ses bouilles de cane, ses gestes avec son cou, ses soudaines crises, et son infinie bienveillance envers Moustic. Mais certaines mauvaises langues de chat disent prétendent que l'amitié hors-normes entre le chaton et l'oie ne pourra pas durer. Moustic s'interroge, mais, porté par les paroles avisées de sa mère entre autres, prendra conscience de l'importance de dépasser les a priori, tandis qu'une jolie ode à la différence s'installe.
Et il ne faudrait pas oublier, bien sûr, les autres personnages, comme les deux petites soeurs de Moustic qui font une nouvelle rencontre, Roy qui est toujours là, et la mère de notre chaton qui veille avec soin sur lui et sur laquelle nous en apprenons même beaucoup plus via un chapitre hors-série.

Porté par cette ribambelle de personnages colorés et familiers, le récit délivre encore son flot de gags très rigolos, où Minori Kakio, tout en se reposant efficacement sur les nombreux traits de caractère qu'elle a mis en place (la nullité de Big-Boss à la chasse, la peur qu'il inspire à Moustic qui ne sait pas trop s'il est gentil ou méchant, les crises de Tata Casse-Croûte, les déboires sentimentaux de Roy...), n'hésite pas de nouveau à malmener gentiment ses héros (même la si élégante mère de Moustic, minablement coincée derrière une porte).

Porté par ses matous (et sa cane !) hauts en couleurs et par un Moustic qui continue d'évoluer tout doucement comme un enfant en pleine découverte du monde, le résultat reste donc très frais, positif et drôle, tout en amenant auprès du jeune lecteur de jolies valeurs autour de l'acceptation de soi et de la différence et du besoin de dépasser les préjugés. Encore une belle réussite !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: MIAOU!

Message non lu par Koiwai » 01 avr. 2016, 19:18

Miaou ! Big-Boss le magnifique 2 :

Big-Boss, gros matou balafré, terreur à la bagarre, inspire encore et toujours la crainte de ses congénères du quartier... mais le connaissent-ils vraiment ? Car sous ses apparences austères, le caïd félin du coin démontre sans cesse un grand coeur, venant en aide à la chatte veuve ou au chaton orphelin sans jamais rien attendre en retour, hormis les habituelles rumeurs qui vont bon train sur lui et auxquelles il s'est tellement habitué qu'il n'y fait plus attention.

Dans le second volume de ses aventures, l'imposant chat reste fidèle à lui-même, et entre sa bienveillance maladroite et les rumeurs qui persistent, il nous touche et nous amuse toujours autant ! Il faut dire qu'autour de ce matou dont on adore découvrir le bon fond et qui nous rappelle de ne jamais se fier aux premières apparences, une foule de personnages secondaires viennent constamment faire animer les choses, à commencer par Moustic, le jeune chaton héros de MIAOU! Le quotidien de Moustic, qui s'avère toujours aussi drôle dans son comportement mêlant intérêt et peur panique face à Big-Boss. Mais n'oublions pas Tata Casse-Croûte, cette charmante cane que Big-Boss ne cesse de protéger dans une relation de bienveillance amicale très bien rendue, ou encore la mère de Moustic qui devient une "formatrice" de choix tandis que de folles rumeurs grandissent sur elle, le rival Roy qui rôde toujours en veillant sur le quartier... et de nouvelles figures on ne peut plus prometteuses, car tandis que l'une permet d'entrevoir certains élément du passé de notre héros félin, l'autre, une jeune femelle du nom de Calico, perce à jour la bonté du gros matou au point de s'éprendre de lui. Cette dernière est amusante dans la maladresse de ses sentiments naissants, et l'on devine qu'elle devra persévérer pour réellement attirer l'attention de Big-Boss. mais en attendant, c'est avec un plaisir non dissimulé que l'on voit l'image péjorative de ce cher Big-Boss changer petit à petit auprès de ses congénères !

Aussi drôle que tendre et amenant quelques évolutions plaisantes, ce deuxième volume ne fait que confirmer les qualités de cette série au fort capital-sympathie et faisant très bien la paire avec l'autre série féline de Minori Kakio, MIAOU! Le quotidien de Moustic.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre