Chroniques de Tindharia

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Chroniques de Tindharia

Message non lu par Koiwai » 03 nov. 2015, 17:27

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Dans le petit village de Rhubarb, on continue à entretenir l'art ancestral des Mesyaria, demoiselles capables de tirer un pouvoir magique de leur chant. C'est dans ce lieu en paix que vivent au quotidien trois amis d'enfance : Layle, impétueux fils d'un héros mort à la guerre dont il a hérité les talents au combat, Elfyn, jeune garçon qui rêve d'aller parcourir le monde et de devenir chevalier, et Citra, douce jeune fille qui n'a jamais vu le monde extérieur et qui suit tant ben que mal une formation de Mesyaria depuis que sa grande soeur Rosa st mystérieusement partie.
Entre chamailleries, rêves de l'inconnu et apprentissages, leur vie se poursuit avec une certaine insouciance... jusqu'à l'arrivée dans le village de Chevalier noirs aux desseins énigmatiques. Des Nerls, créatures mystique avides de sang, finissent pas attaque Rhubarb, et Citra manque d'être kidnappée... mais c'est un drame plus terrible encore qui poussera nos jeunes héros à quitter leur village pour voyager et prendre en main leur destin.

Nouvelle série ancrée dans un univers médiéval fantastique, Chroniques de Tindharia se base sur un album de Haruka Shimotsuki, chanteuse connue notamment pour ses interprétations dans certains jeux RPG de la saga Atelier. Pour mettre le récit en images, c'est une habituée des adaptations de RPG que nous retrouvons : Ayumi Fujimura, qui avait déjà signé l'adaptation manga du jeu Tales of Legendia.

Sur de telles bases, inutile de dire que Tindharia s'ancre dans la droite lignée des oeuvres de type RPG, et tout va en ce sens : un village perdu et replié, des jeunes héros ayant une soif de découverte et voués à quitter leur village pour prendre en main leur destin et déjouer une mystérieuse machination, un petit bestiaire avec les Nerls, une mascotte avec le volatile Junior, et un schéma linéaire où les héros iront de ville en ville pour se faire de nouveaux alliés, venir en aide à des habitants et en apprendre plus sur ce qu'ils recherchent. Ici, une histoire de vengeance se dessine pour le téméraire héros, tandis que la douce héroïne se lance dans la recherche de sa soeur. Mais en filigranes, on devine que tout cela s'emboitera dans une mission de plus forte envergure.

Bref, on est dans du classique de chez classique en terme de scénario de RPG, et les auteurs assument pleinement ce classicisme en délivrant un récit qui n'a pas d'autre but que d'offrir un divertissement honnête. Pour cela, Fujimura s'appuie sur un dessin lui aussi très classique, mais clair et limpide. Le seul élément qui pourrait apporter un peu plus d'originalité, c'est l'importance du chant, de la musique, que l'on attend pour l'instant de voir mieux mis en avant.

De par son coup de crayon et son histoire très classiques mais plutôt efficaces, Tindharia vise clairement un public assez jeune, et peut sans mal offrir aux enfants une première expérience dans le médiéval fantastique typé RPG, façon Tales of ou Atelier. Cela semble d'ailleurs être l'objectif principal des auteurs, et il n'est donc pas étonnant de retrouver ce titre chez nobi nobi!. Les habitués plus âgés de ce genre de récit, eux, ne découvriront rien de bien original. En tout cas, le parfum d'aventure est bien là et possède ce qu'il faut pour plaire au public visé !

L'édition française est soignée, possède un papier souple et une traduction vivante et claire, et bénéficie d'une qualité d'impression correcte malgré quelques moirages très légers sur certaines pages.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Chroniques de Tindharia

Message non lu par Koiwai » 22 déc. 2015, 18:20

Tome 2 :

Désormais accompagnés par la cuisinière ambulante Cléa, nos deux héros Layle et Citra poursuivent leur route en direction de la mer des glaces et du continent du nord, sur les traces des chevaliers noirs ayant tué Elfyn, mais aussi de Rosa, la soeur jumelle de Citra partie il y a 5 ans.
Sans grande surprise, leur périple continue de les faire aller de contrée en contrée, et de ville en ville : Cardamon la ville abandonnée, Graria la cité minière... jusqu'à enfin atteindre Fenugrec, la capitale impériale.

Le schéma, linéaire comme dans nombre de récits typés RPG, survole malheureusement assez vite la plupart des haltes dans les villes (dont les caractéristiques ne sont pas spécialement exposées), et, de ce fait, expédie sans qu'il en ressorte grand chose certaines rencontres ainsi que certains adieux. Quant aux quelques rebondissements, ils reposent essentiellement sur des recettes très simples : Citra qui se perd et se retrouve dans une auberge, la fougue de Layle qui le pousse à se battre sans chercher à parler, si bien qu'il se retrouve emprisonné... On reste sur des choses clairement très simples et se contentant d'exploiter les grandes facettes de nos héros : le tempérament de Layle, et le caractère assez naïf et maladroit de Citra. On regrette un peu que l'immersion ne soit pas plus poussée dans certaines contrées qui auraient pu être plus immersives et propices à l'aventure, comme la mer des glaces. Et pendant ce temps, il faut bien avouer que le scénario autour des Chevaliers noirs et de Rosa peine à avancer avant les tout derniers chapitres.

La lecture est-elle donc vide ? Hé bien non ! Car bien que l'histoire principale n'avance pas vraiment, Ayumi Fujimura se focalise un peu plus que dans le tome 1 sur ce qui se passe du côté de Rosa et des personnes qui l'entourent, comme Glenn qui s'avère plutôt protecteur avec elle alors même que la situation semble assez délicate pour la demoiselle. De même, l'attention du lecteur est attirée par les questionnements autour du pendentif récupéré par Citra, et autour d'une nouvelle rencontre plus mystérieuse que les autres : Wald, un jeune violoniste allant de taverne en taverne et étant visiblement plus influent et important qu'il n'y paraît... Enfin, le très bon point vient de l'évolution de Citra dans sa relation avec le chant. Elle qui ne chantait auparavant que par obligation dans le cadre de son entraînement d'apprentie Mesyaria, la voici qui découvre que sont chant peut réellement aider les autres, même si parfois elle subira des désillusions, et qu'elle peut aussi chanter pour elle-même, par plaisir, tout simplement !

La série aurait sans doute mérité d'être un peu plus longue, afin de mieux exploiter un univers qui finalement reste assez pauvre, mais malgré tout Chroniques de Tindharia reste une lecture fluide et plaisante, ici principalement pour les quelques évolutions de son héroïne. Désormais, on attend surtout de voir l'intrigue décoller réellement dans le troisième et dernier volume, histoire de confirmer ou non les quelque qualités de cette série qui a avant tout de quoi plaire à un jeune public pas encore vraiment initié aux récits typés RPG.

Au-delà de quelques petites coquilles dans le texte, l'édition proposée par nobi nobi! reste plaisante à prendre en main, notamment pour sa traduction soignée. On saluera surtout les efforts faits sur l'importante chanson de "La Princesse et le Bouffon", portée par des rimes emballantes qui résonnent joliment !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9191
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Chroniques de Tindharia

Message non lu par Koiwai » 23 févr. 2016, 20:51

Tome 3 :

Layle et Citra sont arrivés au bout de leur voyage, et il leur reste désormais à venger Elfyn et à retrouver Rosa. Du monis, c'est ce qu'ils pensent, mais rien ne va se dérouler comme prévu. Rosa se montre plutôt distantes avec Layle, un chevalier noir tenter de tuer nous héros, et Citra reçoit la visite de Fearia, l'esprit de la lune, lui demandant de façon nébuleuse de l'aider à sauver le monde... A l'heure où la cérémonie du chant sacré du mesyaria Rosa est sur le point d'avoir lieu...Comment se finira tout ceci ?

La réponse arrive dans un volume bien épais et prenant une tournure un brin inattendue par certains aspects, puisqu'il sera finalement question de sauver carrément le monde par le chant ! Cela conclut honnêtement la thématique autour des chants magiques porteurs d'espoir, d'autant qu'il est effectué un travail suffisant sur la relation entre Citra et Rosa, les deux jumelles dont les retrouvailles ne seront pas aussi heureuses que prévu... Sauront-elles se réconcilier et faire front commun ?
Avant tout cela, toutefois, les auteures apportent également un point final à la quête vengeresse de Layle, et là aussi les choses prennent une tournure différente de ce que le jeune lecteur pouvait s'imaginer... car la vengeance pure et dure, par le sang et la mort, est-ce vraiment ce qu'Elfyn voudrait ?
Ajoutons à cela les révélations faites sur les quelques autres éléments intrigants comme l'identité de Wald et le rôle de Glenn, et l'on obtient un volume final qui répond à l'essentiel.

Et pourtant, difficile d'être pleinement satisfait, tant beaucoup de choses semblent aller trop vite ou être peu exploitées : la rivalité entre garde noire et garde blanche, un Wald qui apparaît finalement plus secondaire que prévu, l'absence de personnages rencontrés au fil de l'aventure, comme Cléa, que nous ne revoyons qu'en coup de vent, des pistes secondaires pas pleinement refermées (quid de la volonté d'un personnage de récupérer une partition à Rhubarb ?), des toutes dernières pages très rapides...

Le final de Tindharia est donc dans la lignée des deux premiers volumes : sympathique à suivre, mais laissant sur la sensation que certaines choses manquent d'approfondissement. Reste un récit attachant, porté dans son final par quelques rebondissements un peu plus surprenants.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre