Please love me !

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9194
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Please love me !

Message non lu par Koiwai » 11 févr. 2016, 12:12

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Michiko, 29 ans, était encore une employée qui se souciait peu de l'avenir six mois auparavant. Mais depuis, la boîte où elle bossait a fait faillite, et ses aides financières ont récemment été coupées. La voici sans le sou, situation d'autant plus délicate qu'elle entretient un étudiant, Junta, sans savoir si elle a une relation vraiment sérieuse avec, mais auprès duquel elle trouve ses rares moments de bonheur.
Dans cette situation désespérée, néanmoins, elle finit par recroiser la route de Kuroksawa, son ancien chef qu'elle détestait à l'époque tant il était autoritaire, et celui-ci ne tarde pas à lui faire une proposition : il vient de démissionner de son nouveau travail qui ne lui plaisait pas pour reprendre le petit restaurant de sa grand-mère, et accepterait volontiers que Michiko soit son employée ! Est-ce le début d'une nouvelle vie ?

Après avoir conquis son public avec plusieurs shôjo plutôt adolescents comme Lovely Complex, Aya Nakahara revient en France avec une oeuvre qui se veut un peu plus mature, puisque pour la première fois elle met en scène des héros trentenaires ou proches de la trentaine ! Mais hélas pour Michiko, on ne peut pas dire qu'elle soit très mûre pour une femme quasi trentenaire : elle n'avait auparavant jamais réfléchi vraiment à son avenir, se retrouve dans une situation financière un eu délicate, et se réfugie presque naïvement dans les bras d'un étudiant qui semble surtout profiter d'elle... Elle fait partie des ces femmes qui n'ont pas encore totalement acquis une mentalité adulte et à qui la société ne fait pas forcément de cadeaux... mais c'est aussi ce qui fait son charme ! Elle a beau être plutôt banale et "manquer de charme" d'après son patron, elle possède un caractère à la fois naïf, un peu bête et très naturel, ce qui la rend régulièrement amusante et instantanément attachante. On peut facilement se sentir proche d'elle, et l'on suit alors avec intérêt ses (més)aventures, entre la façon dont elle se fait pigeonner par Junta ou par une société de prêt, ses nouveaux jobs pas toujours très sûrs, ou sa relation à la fois houleuse et proche avec Kurosawa... Ce dernier est lui aussi plutôt bien mis en place, cachant derrière son caractère autoritaire d'autres facettes que l'on ne demande qu'à découvrir, à commencer par l'importance qu'a son petit restaurant pour lui, ou par sa relation durable mais de plus en plus difficile avec la dénommée Akira. En toile de fond, les autres personnages restent beaucoup plus secondaires et, pour l'instant, ne servent guère qu'à apporter de l'humour, en tête les autres employés du restaurant, anciennes racailles aux dégaines ne collant pas avec le resto et dont le parler "djeuns" n'est guère mieux.

Tout ceci offre un récit entraînant, qui offre une cocktail plutôt pétillant que sert très bien le dessin propre, pop et très expressif de Nakahara. Pour ça, la mangaka n'a vraiment pas perdu la main ! Mais sur le fond, malgré tout l'entrain du récit, nous ne somme encore que dans une mise en place qui passe un peu vite en revue certaines évolutions, et où la façon dont Michiko se fait décidément pigeonner dans tous les sens pourrait agacer un peu.

Reste que le principal problème est plutôt à chercher du côté de l'édition française. Côté papier et impression on est dans les standards de Delcourt, et niveau traduction c'est fluide et bien vivant. Toutefois, l'aspect "djeuns" du langage paraît par instants trop exagéré et, surtout, on cherche encore le rapport du titre avec le contenu... "Please love me !" ? Que voila un titre totalement banal, ne donnant aucun indice sur l'orientation du récit, et n'ayant aucun rapport avec le titre original. Dommage...

A part ça, cette entrée en matière s'avère plutôt plaisante et doit pour l'instant l'essentiel à son côté entraînant et à son héroïne naturelle que l'on a hâte de voir évoluer. On attend également, en toile de fond, comment va être abordée la thématique du mariage dans la société nippone, dont il est question à plusieurs reprises dans ce volume.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre