Last Notes

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Last Notes

Message non lu par Koiwai » 16 févr. 2016, 11:54

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Déjà connue en France pour son succès Black Bird, Kanoko Sakurakôji revient à nouveau chez Pika Edition avec Last Notes. Dessinée en 2013-2014, cette courte oeuvre ne compte que trois volumes et nous immisce une nouvelle fois dans un univers où le surnaturel n'est pas bien loin. Mais cette fois, place à une thématique qui pourrait se révéler un peu plus originale que celle de Black Bird, et où senteurs et esprits pourraient faire bon ménage.

Le premier tiers du tome peut décontenancer un peu : après un court prologue de quelques pages, le premier chapitre nous propose de découvrir Haru et Aki, deux très beaux et étranges jeunes hommes tenant une boutique spécialisée dans les encens, le bois de santal et autres senteurs. Mais ils ont également la réputation de proposer du "bois de santal nécromantique", un produit qui, quand il est brûlé, permet à son utilisateur de revoir l'âme d'un défunt en qui il tenait. Quand une jeune et jolie actrice débarque dans leur boutique pour en obtenir, c'est l'occasion de proposer un premier récit surnaturel tout en laissant le temps au lecteur de mieux appréhender l'étrange duo que forment Haru et Aki, deux "frères" n'ayant pas grand chose en commun. En effet, l'un est un blond à lunettes très sérieux et semblant particulièrement adorer l'argent, tandis que l'autre, brun aux cheveux longs, paraît moins terre à terre, manque un peu de délicatesse avec les clients et possède un odorat surdéveloppé qui le pousse à renifler souvent les gens.

Une entrée en matière qui donne presque l'impression d'être une histoire courte, mais qui permet au moins de bien poser ces deux garçons, avant que les choses ne commencent réellement avec l'arrivée chez eux d'Emiru, jeune fille rapidement aperçue dans le prologue, et dont nous avons déjà pu cerner quelques aspects : une vie solitaire dans une maison entourée de neige dont elle est rarement sortie, sur conseil de son grand-père. Mais à présent, ce dernier est décédée, et c'est en suivant ses dernières demandes que la jeune fille finit par atterrir chez les deux garçons, après un voyage qui lui a permis de revenir, sans qu'elle en ait conscience, avec un très précieux bois de santal... Face à cette demoiselle n'ayant plus d'attaches nulle part, Haru et Aki comprennent qu'ils se doivent de l'accueillir, pour les débuts d'une vie à trois qui va rapidement chambouler le quotidien de chacun.

Evidemment, il y a d'abord un humour bien entretenu par le caractère de chacun de ces trois énergumènes. Tandis qu'Emiru amuse et étonne ses nouveaux hôtes dans sa méconnaissance totale du monde moderne (elle ne cuisine que des trucs de "vieux", n'a pas de téléphone...), les deux garçons ne sont pas en reste, surtout Aki qui est parfois un peu décalé,est un peu trop franc avec les clients, et passe son temps à renifler les odeurs des gens, ce qui crée quelques situations un brin délicates. Mais derrière cette nouvelle "cohabitation" assez mouvementée et amusante, Kanoko Sakurakôji commence également à développer son trio. Pour l'instant, Aki et Haru se contentent surtout d'être assez mystérieux, notamment concernant leur statut de "frères", et ce sont surtout les tourments d'Emiru qui se voient exposés. Depuis que son grand-père est décédé, nombre de questions l'animent. Pourquoi lui a-t-il toujours conseillé de ne pas sortir ? Pourquoi la laissait-il si souvent seule ? Ce grand-père l'a-t-il seulement vraiment aimée ? Tandis que la réponse se dessine doucement jusqu'à trouver une réponse dans le fameux bois de santal nécromantique, l'oeuvre dévoile également un passé douloureux très bref mais suffisant sur l'héroïne, et semble se trouver un petit fil rouge à travers la possible recherche d'un lien familial disparu il y a de nombreuses années sans laisser de traces...

Il n'en faut pas plus pour rendre les trois personnages plaisants à suivre. Emiru campe une jeune héroïne fragilisée par sa vie passée qui s'avère tout à fait sympathique à suivre, tandis qu'Aki et Haru amusent autant qu'ils séduisent. Pour l'instant, tous deux ressemblent un peu à des grands frères pour Emiru, mais on devine facilement que cela pourrait évoluer vers un petit peu plus de romance.

A cela, il faut ajouter un coup de crayon qui devrait séduire sans problème les lectrices, celui-ci étant assez fin et offrant même quelques décors et vêtements très plaisants. Les personnages sont évidemment très beaux, que ce soit les deux garçons où Emiru, et l'ensemble parvient facilement à entretenir l'ambiance surnaturelle.

Des personnages plutôt bien campés, une ambiance mêlant de façon équilibrée le surnaturel, l'humour et une toute petite pointe de romance qui en est à ses balbutiements, un scénario qui prend le temps de se poser autour de ses héros et de la thématique des senteurs, un dessin très agréable à l'oeil... Après une première partie de tome qui peut décontenancer un peu dans son approche, Last Notes prend ses marques et propose de jolis atouts que l'on espère voir se confirmer par la suite. En attendant, début globalement réussi !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre