Otomen

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!

Otomen, c'est...

la nouvelle bombe shojo !
3
14%
un bon moment de lecture
11
52%
dans l'ensemble assez bof
6
29%
tout pourri
1
5%
 
Nombre total de votes : 21

Avatar du membre
Einah
Messages : 1941
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Otomen

Message non lu par Einah » 09 nov. 2011, 15:14

Vol. 2 : Dans ce 2ème volume, je trouve qu'il s'éloigne du 1er. Dans le 1er volume, l'auteur jouait avec le coté viril/kawai d'Asuka. Mais ici, on est complétement dans la parodie avec des situations complétement délirantes. Tout d'abord, un jeune homme qui ressemble à une fille va prendre comme modèle Asuka. Ensuite la dernière histoire avec les fiancailles où on est complétement dans le pays de la belle au bois dormant. On tire dans la parodie au plus haut point. Le seul morceau que j'ai bien aimé c'était sur Noël où la ce n'était trop "too much".
Ca reste plaisant à lire mais sans que cela soit extraordinaire, je préfère l'ambiance du 1er tome.
Image

Avatar du membre
Einah
Messages : 1941
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Otomen

Message non lu par Einah » 04 mars 2012, 13:53

Vol. 3 : On suit notre petit Otomen dans plusieurs histoires. Ce qui est dommage c'est qu'il n'y a pas vraiment de fil conducteur. Certes il y a la pseudo histoire d'amour mais ce n'est pas mis assez en avant, ca n'avance pas vraiment et il ne se torture pas assez je trouve. L'ambiance est mieux que dans le 2ème tome mais je retrouve que ce n'est pas encore assez par rapport au 1er tome. J'aime quand l'auteur exagère sur le coté Otomen. J'ai bien aimé la partie où quand Asuka fait la nounou et à la fin. En effet, on retrouve un peu l'ambiance du 1er tome. Pour le moment, j'ai un peu de mal à voir comment l'aureur a pu faire autant de tome, une dizaine pour l'instant. Je me demande bien ce qu'elle a bien pu mettre dans les tomes suivants.
Image

Avatar du membre
titali
Diabolo Swing
Messages : 372
Enregistré le : 09 janv. 2010, 16:01

Re: Otomen

Message non lu par titali » 21 mars 2012, 19:40

Otomen tome 13 :

Alors qu’elle aide une personne faible lors d’une bagarre, sans le savoir, Ryo Miyakozuka va se retrouver à aider le club de judo d’un lycée pour… garçons. Mais notre petite héroïne va vite se prendre au jeu, et décide alors de se déguiser en garçon afin d’aider le club à se préparer au mieux pour la prochaine compétition, qui est toute proche. Cependant, sans s’en rendre compte et le vouloir, la jeune fille va délaisser son petit ami qui n’est autre que notre cher Otomen Asuka.

Jusqu’ici après treize tomes, on n’avait jamais vraiment eu l’occasion de connaître plus en profondeur le personnage de Miyakozuka. Ce qui était dommage puisqu’elle était quand même un des personnages vitaux de la série. Néanmoins maintenant, Aya Kanno se décide enfin à corriger cette erreur, en mettant en avant plan la chère jeune fille. Ce qui n’est pas des moindres, puisqu’on se retrouve à suivre seulement le point de vue et les pensées de la lycéenne. Certains diront, est ce que ce n’est pas un peu trop tard pour mettre en avant un personnage principal alors que la série est sur le point de s’achever ? Cela aurait pu être le cas en effet, toutefois, avec grand soulagement et plaisir, l’auteure nous propose une histoire mêlant habilement décalages typiques de l’œuvre, bons sentiments idéalisés et des rapports touchants et pleins de justesse. Car non seulement on découvre qui est plus précisément la personne de Miyakozuka (rendant ainsi ce protagoniste plus vrai et attachant), mais la mangaka met en scène de manière plus explicite les sentiments amoureux de notre couple principal, Asuka et Ryo. Parce que tout le long des douze tomes, bien que l’on connaisse les rapports concrets de notre otomen envers Miyakozuka, Aya Kanno a toujours fait un mystère les liens amoureux potentiels de la jeune fille à l’encontre de notre héros. Ce qui entraînait irrémédiablement à faire stagner le couple en question, et on allait même jusqu’à se demander si c’était réellement un couple. Et ceci causa à son tour une répétitivité et une lassitude grandissante au fur et à mesure que le récit avançait. Cependant, l’auteure s’est enfin décidée à mettre au devant de la scène les pensées cachées de la petite amie d’Asuka. A partir de cet instant, tout se débloque, et le récit se renouvelle et on retrouve la fraîcheur des premiers volets, qui ont fait tout le succès de la série. Rien que pour cela, la lecture se fait d’autant plus agréable et palpitante.

Mais l’auteure ne s’arrête pas en si bon chemin, et décide de mettre du piment dans la relation du couple formé par Asuka et Ryo, par l’intermédiaire de doutes et d’un nouveau rival. Et ne vous inquiétez pas, la série garde ses marques en nous offrant comme toujours légèreté, bons sentiments, les habitudes-clichées et les caractères propres à chacun des personnages. Tout cela se terminera en apothéose de par la révélation ultime des sentiments de Miyakozuka à l’encontre de notre petit Asuka (enfin !!!).

Le dernier petit chapitre conclut le tome en nous présentant la rencontre des différents protagonistes connus de l’ouvrage, et mettant en complément la question de l’avenir chez notre héros. Un complément qui fait coup double puisque dès lors la mangaka en profite pour entamer d’autres pistes potentielles pour les prochains et derniers opus à paraître.

En conclusion, ce tome est une franche réussite puisqu’il se démarque du récit redondant que l’on avait connu depuis ces précédents volumes, et permet de renouer avec le lecteur déçu. Aya Kanno est donc sur la bonne voie pour conclure son œuvre phare en apothéose.
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9602
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Otomen

Message non lu par Koiwai » 02 août 2014, 22:22

Hop, encore autre série pour laquelle je me suis enfin décidé à rattraper mon retard.


Tome 15 :

Un tome sympathique, qui laisse une belle place aux tourments de deux personnages secondaires, Tonomine et Ariake, deux protagonistes trop souvent un peu "oubliés" par la mangaka.

J'ai aimé les deux parties. Celle sur Tonomine parce qu'elle affirme l'avenir que veut se tracer le personnage et porte très bien l'une des valeurs de la série : être soi-même, ne pas effacer son véritable caractère pour satisfaire les autres. Toutefois, j'ai trouvé le revirement du père beaucoup trop rapide :/

La partie sur Ariake remet en avant une autre valeur de la série : s'accepter soi-même, ce qui a toujours été dur pour Ariake, qui se reproche de ne pas pouvoir être un vrai mec et de ne pas avoir la classe, la faute à son physique de fille. Mais avoir la classe, qu'est ce que ça veut dire réellement ? Ryô (géniale d'un bout à l'autre dans ce tome) va donner une jolie leçon à Ariake sur le sujet, et lui ouvrir les yeux. Le final est alors assez excellent dans la manière dont Ariake utilise ses qualités. J'ai trouvé ça à la fois très drôle (surtout le faux flashback façon shôjo old school XD), mais également plutôt touchant. Reste que je suis un peu circonspect face aux toutes dernières pages du volume. A trois tomes de la fin, je ne voudrais pas qu'Aya Kanno nous balance une rivalité amoureuse débile sortie de nulle part, donc j'espère qu'elle n'en fera rien.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9602
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Otomen

Message non lu par Koiwai » 03 août 2014, 13:23

Tome 16 :

Comme je le disais à la fin de mon bref avis sur le tome 15, j'avais peur qu'Aya Kanno n'offre connement une rivalité amoureuse soudaine entre Asuka et Ariake. Heureusement, elle n'en fait rien.

Il y a bien une rivalité, mais cela prend la forme d'une pièce de théâtre librement (trèèès librement) inspirée du conte du Coupeur de Bambou (la princesse Kaguya) où l'auteure, en roue libre, propose surtout de l'humour qui sombre joyeusement dans le n'importe quoi. D'ailleurs, c'est un peu trop n'importe quoi, mais l'humour barré est communicatif, notamment grâce à ce metteur en scène riche en surprises. Surtout, Aya Kanno retrouve son don pour utiliser l'humour dans le cadre de l'évolution de ses personnages. La pièce est en quelque sorte un dernier baroud d'honneur pour chacun de nos otomen qui ont désormais pleinement appris à accepter leur véritable passion féminine, et l'ultime focus sur Ariake en tant que "rival" d'Asuka est plutôt bien fichu. Même si son revirement à la fin de la pièce est rapide, j'ai aimé le fait que cette rivalité soit assez fausse (Ariake est bien le seul à y croire, ou à faire semblant d'y croire, les autres sachant très bien qu'Asuka et Ryô sont inséparables), car cela permet vraiment à Ariake de prendre conscience de certaines choses, de vaguement faire le "deuil" de son amour à sens unique, et de prendre pleinement conscience de tout ce que lui ont apporté Asuka ou Ryô.

Mais au-delà du dernier focus sur les personnages secondaires, la pièce de théâtre prépare surtout la dernière ligne droite, avec la mère d'Asuka qui, après bien des doutes, découvre enfin la vérité sur la nature d'otomen de son fils, et, à cause de son passé tragique à ce sujet, ne peut évidemment pas l'accepter. Et là, j'ai trouvé les choses plutôt bien tournées. Mine de rien, au fil de ces derniers tomes, Aya Kanno a très bien préparé le terrain pour la dernière ligne droite avec la mère d'Asuka, dont on comprend très bien le ressentiment envers les otomen, et les bouleversements qu'elle enclenche dès la fin de ce tome promettent une fin très prenante. En parallèle, j'aime beaucoup le soin que l'auteure a apporté au fait que la fin du lycée approche pour chacun de nos héros, qui vont prendre des voies différentes.

Bref, il y a tout ici pour nous offrir une très belle fin de série. Si Otomen a parfois beaucoup tourné en rond et a un peu été en dents de scie en milieu de série, j'ai de nouveau beaucoup d'intérêt pour la série, un intérêt égal au plaisir de lecture que m'avaient procuré les premiers tomes.

En fin de tome, j'ai aussi beaucoup aimé le fait qu'Aya Kanno laisse parole libre à ses assistantes. Ca faisait plutôt plaisir à lire.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9602
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Otomen

Message non lu par Koiwai » 03 août 2014, 17:22

Tome 17 :

Comme le souligne titali dans sa chronique sur le site, la dernière ligne droite de la série va reposer sur les ficelles habituelles : la mise en danger de nos otomen. Mais cette fois-ci, et comme on pouvait s'y attendre, Asuka, Ryô et les autres doivent fair eface aux agissements sournois de leur ennemi le plus coriace : la propre mère de Ryô, qui a la main longue et fait tout pour éloigne Ryô, Tachibana et les autres de son fils, afin qu'il redevienne ce que doit être pour elle un "homme normal".

Grand final oblige, Aya Kanno extrapole plus que d'habitude la menace qui pèse sur nos héros en les poussant vraiment dans leurs derniers retranchement, en les contraignant à faire des choix difficiles qui vont contre leur nature, à faire des sacrifices douloureux. C'est ultra classique, mais la mangaka offre un récit d'une limpidité exemplaire, qui nous absorbe sans mal et parvient régulièrement à émouvoir. Franchement, voir la pétillante Ryô aussi démoralisée, aussi peu elle-même dans la dernière partie du tome, a quelque chose d'assez déchirant, de même que voir Tachibana ou Asuka si tourmentés.

On devrait avoir une conclusion classique, mais si elle est aussi prenante que ce tome, ce sera du bon.

Ah, et j'ai bien aimé, vers la fin du tome, le clin d'oeil à Kiki la petite sorcière, avec la gamine qui a un gros noeud dans les cheveux comme Kiki, et son chat qui s'appelle Jiji ^^
Image

Répondre