Heartbroken Chocolatier

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Sanashiya
Free Bird
Messages : 416
Enregistré le : 07 janv. 2011, 23:50
Localisation : Lille
Contact :

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Sanashiya » 14 juil. 2011, 13:20

Hitsuji a écrit :Même si ça arrive ailleurs que dans des fan-fictions, Sohta ne le remarquera même pas... C'est d'ailleurs marrant de voir à quel point Sohta est complètement aveugle en ce qui concerne les sentiments des autres (que ce soit Kaoruko ou Rikudo). A ce point-là, allant jusqu'à réinterpréter des signaux évident... Il y met vraiment de la mauvaise volonté ! XD
Vu à quel point il se méprend sur les intentions de Saeko dans ce tome, je dirais que c'est normal venant de lui, c'est un boulet confirmé ! :D
~ Adoratrice de Fye ~
Image
Fujoshi. What else ?

Avatar du membre
titali
Diabolo Swing
Messages : 372
Enregistré le : 09 janv. 2010, 16:01

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par titali » 17 nov. 2011, 17:03

Heartbroken chocolatier tome 3 :

Alors qu’Elena et Sohta se rapprochent « amicalement », Saeko, déçue de sa vie actuelle, décide de reconquérir notre héros. Mais c’est sans compter sur lui, puisque trop obnubilé par ses objectifs de bad boy ultime. Pendant ce temps, Olivier avoue ses sentiments à Matsuri, la sœur de Sohta, de manière assez surprenante et inattendue, ce qui ne sera pas sans conséquence…

Il va sans dire que ce troisième tome de Heartbroken chocolatier se consacre moins au chocolat, pour plus s’intéresser aux relations entre certains personnages. Comme si l’auteure cherchait à faire monter la fièvre à la fois chez les personnages que chez les lecteurs.

Tout commence avec notre cher héros, on s’amuse toujours autant avec tous ses combats intérieurs entre sa passion et sa raison. Une raison bien souvent plus impertinente et ridicule que sa propre passion. Tellement ridicule que ça en devient totalement ironique et hilare. Une raison, en somme, à côté de la plaque, et pas qu’un peu. Pourtant la paranoïa de Sohta prend une toute autre envergure dans ce tome-ci, il est tellement fixé sur son plan de bad boy, qu’il ne se rend même plus compte des choses qui se passent à côté de lui. Cet état d’esprit finira tôt ou tard par véritablement blesser quelqu’un (il n’y qu’à voir Saeko et Kaoruko). Il ne se rend même pas compte qu’il a enfin Saeko à portée de main, quelle ironie tout de même. Le héros finit donc par être aveugle et prisonnier de ses propres pensées paranoïaques. Un personnage qui devient absolument irritant, même si on sent que Setona Mizushiro (l’auteure) le fait bien exprès.

Comme vu précédemment, Sohta, plongé dans ses délires « petit malheureux de l’amour », se rapproche autant amicalement que physiquement d’Elena. Ils se sont jurés d’être des alliés pour conquérir les élus de leur cœur respectif et de ne jamais tomber amoureux de l’un et de l’autre. Vu leur rapprochement, on dit déjà aïe pour ces belles paroles prophétiques. Mais bon, pour le moment, on se régale de leurs divagations paranos de chiens battus complètement attachantes et drôles. En fin de compte, ils sont faits l’un pour l’autre les bougres.

Du côté d’Olivier, il ose faire le pas dans les révélations de ses sentiments à l’encontre de la jeune sœur de Sohta. Ce qui va déclencher un rejet net de Matsuri. Au final ce n’est pas aussi étonnant que ça… Mais étrangement quand Olivier décide de partir pendant quelques temps pour remettre de l’ordre dans ses pensées, la jeune fille finit par s’inquiéter auprès de Sohta. Pour une fois, un personnage tel qu’Olivier ose faire face à ses sentiments sans tergiverser, ce qui fait vraiment plaisir. Tellement plaisir, qu’on reconsidère énormément ce personnage. Parce que quand on voit tous les autres personnages, qui passent leur temps à se morfondre, on se demande dans quel monde on est tombé !

Bien que le personnage de Kaoruko a toujours été mis en second plan, elle reste un personnage qui aura sans aucun doute beaucoup d’importance par la suite. C’est pourquoi, il est important de s’y arrêter quelques secondes. Jusqu’ici c’est le personnage le plus à plaindre, car elle doit faire face à l’aveuglement et aux stéréotypes véhiculés à son encontre par Sohta. Mais étrangement, Kaoruko est la personne qui se plaint le moins, même si la douleur reste tout autant présente et continue (vu le héros…). Une fatalité amoureuse qui s’acharne de plus belle. Mais Kaoruko finira tôt ou tard par voir ailleurs, surtout sur les conseils inattendus de Saeko elle-même. On n’attend donc avec beaucoup d’impatience comment Setona Mizushiro va faire évoluer ce personnage dans son intrigue.

Mais c’est sans conteste, le personnage de Saeko qui se développe le plus dans ce tome-ci. Pour la première fois, l’auteure décide de nous montrer les entrailles de cette jeune femme, qu’on avait vue jusqu’ici comme sans cœur et sournoise. On la voit sous un autre jour, et de ce fait, on la trouve plus humaine et attachante. Et bizarrement, c’est lors de cette ouverture, que les rôles entre Sohta et Saeko s’échangent. Ce n’est plus elle la personne aveugle et cruelle…

Il va sans dire que l’auteure ne laisse aucun temps mort dans tout ce concentré relationnel, mais ironiquement, les relations amoureuses à sens unique n’évoluent pas vraiment des masses. Cette stagnation finit par étouffer, ce qui poussera incontestablement au changement pour les tomes à venir.

La mangaka fait monter avec un malin plaisir nos sentiments d’irritation et de frustration, pour mieux nous montrer toute l’ironie de l’amour ; cet amour à l’extrême qui peut amener à bien des réactions, surtout quand cet amour devient étouffant et impossible à satisfaire. Un amour qui peut paraître ridicule mais hélas, c’est un courant très fort à laquelle personne ne peut réchapper.

En somme, l’auteure nous fait passer par toutes les émotions inimaginables, de l’amour à la haine, de la rigolade à la frustration, … tout cela pour mieux nous faire comprendre le cadeau empoisonné qu’est l’amour, que doivent subir tous nos pauvres personnages. Nous savourons donc comme il se doit ce chocolat tout à la fois sucré et amer qu’on appelle Heartbroken chocolatier. Même si il ne faudrait pas non plus oublier de faire avancer l’intrigue, chère Madame l’auteure !
Image
Image

Avatar du membre
Kimi_
The Jelly
Messages : 1525
Enregistré le : 14 juil. 2011, 19:45
Localisation : Parti titiller les photons entre la Voie Lactée et Andromède.
Contact :

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Kimi_ » 17 nov. 2011, 18:36

Je trouve le "chère Madame l'auteure" assez... malvenu et mal tourné. Je ne sais pas si je suis le seul à penser cela mais cela m'a surpris quand j'ai lu ta chronique titali. ^^'
Super Metroid

The operation was completed successfully. Clear time : 01:50.

Your rate for collecting items is 100%. See you next Mission.
[/b]
Image

Avatar du membre
jojo81
The Doctor
Messages : 1170
Enregistré le : 19 févr. 2010, 23:17
Localisation : Albi
Contact :

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par jojo81 » 17 nov. 2011, 18:43

Moi j'aime bien, et puis ça colle avec l'ambiance du manga. J'ai du mal à voir en quoi c'est "malvenu" ^^'

Sinon je n'ai toujours pas lu le troisième tome mais j'ai bien envie de voir cet échange de roles entre Sohta et Saeko.
Nostroblog: des copains et du goût !
Image
Don't turn your back. Don't look away. And don't blink.
Image

Avatar du membre
Einah
Messages : 1949
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Einah » 17 nov. 2011, 18:49

Kimi_ a écrit :Je trouve le "chère Madame l'auteure" assez... malvenu et mal tourné. Je ne sais pas si je suis le seul à penser cela mais cela m'a surpris quand j'ai lu ta chronique titali. ^^'
Peut être que Titali a voulu faire un jeu de mot par rapport au manga. Peu pas juger car je ne le lis pas.
Image

Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Hitsuji » 17 nov. 2011, 22:48

Ce que je trouve bizarre, c'est surtout la remarque sur l'avancée de l'intrigue, qui a quand même pas mal bougée en trois tomes, et notamment dans ce dernier volume. ^^'
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

Avatar du membre
titali
Diabolo Swing
Messages : 372
Enregistré le : 09 janv. 2010, 16:01

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par titali » 18 nov. 2011, 15:37

Et bien qui aurait cru qu'il y aurait autant de controverses avec ma chronique!^^' Pourtant ce n'était vraiment pas mon intention!
Bon pour kimi, j'ai beau réfléchir, je ne vois pas en quoi "chère Madame l'auteure" est malvenue, ou encore impolie, ce n'est pas comme si je l'avais tutoyée ou insultée... Mais bon si ça te choque tellement, je ne sais vraiment pas quoi dire...
A Hitsuji: sache tout d'abord que ma chro reste une opinion, et de mon point de vue, il se passe énormément de choses, mais quand on y réfléchit, les relations en elles-mêmes n'avancent pas tellement. Par contre ce tome 3 annonce beaucoup de changements pour les tomes à venir. Cela reste bien entendu un avis! :wink:
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10142
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Koiwai » 17 avr. 2012, 08:18

Tome 4:


L'avis constructif :

Sohta était tout fou à cause de son rendez-vous avec Saeko, mais ne le laissait pas paraître auprès de sa dulcinée le moment venu, préférant rester stratégique en jouant encore et toujours le bad boy et en feignant l'indifférence. Mais Saeko, de son côté, se montrait elle aussi douée à ce jeu-là et ne faisait qu'enfoncer un peu plus notre cher chocolatier dans ses éternelles interrogations. Ainsi, les deux jeunes adultes se retrouvaient à nouveau dos à dos, sans que rien n'avance concrètement.

Dans ce volume, on retrouve donc un Sohta toujours au même point, s'interrogeant sans cesse sur son amour pour Saeko et sur sa possibilité de la conquérir, et puisant son inspiration en elle pour offrir de nouveaux mets reflétant parfaitement son amour transi. On retiendra, notamment, sa bûche de Noël, ornée d'un papillon n'étant rien d'autre qu'une représentation de Saeko. Et pour se consoler de son amour transi, il peut toujours compter sur la belle Elena... En réalité, n'est-ce pas avec cette dernière qu'il forme réellement un couple ? En somme, une nouvelle fois, rien n'évolue réellement du côté de Sohta, et il en est de même pour Elena. Par contre, on ne peut pas en dire autant des autres personnages, qui, chacun à leur rythme, évoluent sur la route de l'amour.

Pour la première fois, Setona Mizushiro insiste sur le personnage de Kaoruko, la si caractérielle et maladroite collègue de Sohta, entretenant toujours, elle aussi, un amour transi pour ce chocolatier plus jeune qu'elle. La mangaka revient volontiers sur la naissance de ses sentiments pour Sohta, on ne peut plus banale, mais le principal intérêt du focus sur la belle brune se situe plus loin que ça : Sekiya, qui lui porte de l'intérêt, pourrait-il lui offrir une porte de sortie ? Ceux qui attendaient un réel mouvement entre ces deux-là risquent d'être un peu déçus en découvrant les raisons ayant poussé Sekiya à se rapprocher de Kaoruko. Mais si, concrètement, rien ne bouge finalement, on devine que l'apprenti de Rikudo n'a pas encore fini de jouer son rôle. En attendant, la présence de Sekiya aux côtés de Kaoruko permet surtout à cette dernière de continuer à évoluer. Saeko lui montre en quelque sorte la voie à suivre, tandis que Sekiya la remue en lui faisant prendre conscience de certaines de ses faiblesses. A présent, les cartes semblent être entre les mains de Kaoruko si elle souhaite réellement changer quelque chose à sa situation... Mais le veut-elle vraiment ?

Du côté d'Olivier, les choses bougent de manière plus concrète. Le jeune français, rentré de son voyage, retrouve une Matsuri en peine d'amour, et est bien décidé à en profiter, quitte à lui forcer un peu la main... On a envie de crier "Enfin !", car enfin un couple semble se former, même si la relation entre Olivier et Matsuri est encore loin de ressembler à celle d'un vrai couple. Avec le temps, Matsuri tombera-t-elle réellement sous le charme d'Olivier ? Il faudra encore attendre pour le savoir. Et en attendant, Olivier pourrait, encore ici, apporter quelques pistes à Sohta (voire à d'autres) dans sa façon d'aborder l'être aimé.

Enfin, c'est également le personnage de Saeko elle-même qui gagne beaucoup dans ce tome. Petit à petit, l'insupportable croqueuse d'hommes calculatrice des premiers tomes laisse la place à une jeune femme bien plus tourmentée qu'il n'y paraît auprès de son entourage... Est-elle seulement capable de jouer le rôle de femme au foyer "toutou" que son mari attend d'elle ? On prend peu à peu pitié de la jeune femme, et l'on comprend mieux le salut qu'elle peut trouver dans les chocolats de Sohta... et chez Sohta lui-même ?

Concrètement, les choses n'évoluent pas sur tous les plans, mais il y a enfin quelques évolutions notables, qui enclenchent de nouvelles interrogations chez certains personnages. Et si Sohta tourne en rond et que Setona Mizushiro a tendance à rallonger la sauce autour de certains personnages, elle dépeint pourtant toujours fort bien les problèmes que tout être peut rencontrer dans l'amour : problèmes de couple via les relations entre Saeko et son mari ou entre Olivier et Matsuri, interrogations quant à la façon d'aborder l'être aimé (y aller franco comme Olivier, de manière stratégique comme Sohta, ou ne pas y aller du tout comme Kaoruko), faux problèmes de différence d'âge... Comme le dit Mizushiro elle-même, Heartbroken Chocolatier dépeint des situations on ne peut plus banales, et c'est bien ce qui fait sa force, même si les personnages ne sont pas aussi "normaux" que ce que dit la mangaka dans sa postface (on a quand même, par exemple, deux hyper beaux gosses, dont l'un est un chocolatier réputé et l'autre un richissime français otaku... Fantasmes, quand vous nous tenez).



L'avis pas constructif :
Kaorukooo avec les cheveux détachéééééés !!! Image
Image

Avatar du membre
Sanashiya
Free Bird
Messages : 416
Enregistré le : 07 janv. 2011, 23:50
Localisation : Lille
Contact :

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Sanashiya » 21 oct. 2012, 17:27

Enfin j'ai pu lire ce tome, après tant d'attente !! \o/

Du coup, je me suis refait la série entière pour pouvoir le savourer pleinement, comme un chocolat qui fondrait doucement dans ma bouche. Heartbroken Chocolatier est pour moi aussi savoureux que les produits qu'il décrit, et j'ai trouvé ce tome à la hauteur encore une fois (quoi que, venant de Setona Mizushiro, ça ne m'étonne plus).

La plus grande évolution, la plus grande réussite, à mon sens, c'est avant tout le personnage de Saeko, cette petite dinde absolument insupportable dans les premiers tomes, qui devient peu un peu une femme de plus en plus mature. Elle ne perd pas totalement cette image de la femme manipulatrice, mais en s'infiltrant dans son quotidien, on découvre ses pensées, ses tourments, et on prend réellement pitié d'elle. Au point que moi, qui ai toujours détesté ce personnage, je me suis étonnée de vouloir que les choses changent en bien pour elle. Son mari est réellement exécrable, il donne envie de hurler - franchement, pauvre Saeko, on la plaint. Et pour symboliser le changement qui s'opère en elle, sa nouvelle coupe, qui lui va (je trouve) extraordinairement bien. Pour la première fois, ça me donne presque envie de lever le poing et de crier "Saeko powaaa !". (Bon... presque.)

Ensuite, Kaoruko, qui est très attendrissante dans ce tome avec ses doutes, ses questionnements, et sa relation avec Sekiya de la boutique Ricdor. Et qui est ultra-belle avec les cheveux détachés. On espère vraiment un dénouement heureux pour tous ces personnages, mais plus les tomes s'enchaînent, et plus je me demande comment ça pourra bien se passer, parce que, pour ne rien changer à ses habitudes, Setona Mizushiro est ici encore une fois absolument imprévisible.

De leur côté, Sohta et Elena se rapprochent, et finalement, c'est encore eux qui offrent le plus l'image de ce bonheur que tous les personnages recherchent plus ou moins consciemment. Le plus ironique de l'histoire, c'est qu'ils ne remarquent même pas que ce qu'ils recherchent à l'extérieur se retrouve dans leur couple... Ah là là.

Et puis Olivier, enfin, qui parvient à faire un pas vers Matsuri, mais qui ne se trouve pas pour autant couronné de succès malgré sa déclaration acceptée. Encore quelque chose dont on attend de voir de quelle manière ça évoluera par la suite...

Bref, un florilège de sentiments absolument délectable, encore une fois, j'ai été absolument séduite par ce tome 4. Encore une fois, la même frustration en refermant le tome, avec une seule d'envie, celle d'avoir la suite. Vivement le tome 5 !
~ Adoratrice de Fye ~
Image
Fujoshi. What else ?

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10142
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Koiwai » 14 mars 2013, 21:14

Tome 5 :

L'avis constructif :

"J'ai décidé de vivre une déception amoureuse."

Alors que sa réputation de chocolatier continue de décoller, Sohta continue de s'interroger quant à la nature de sa relation avec Saeko, désormais mariée et qu'il pense heureuse. A l'approche de Noël et toujours épaulé par sa sexfriend Elena, il prend alors une décision qui risque d'avoir beaucoup de répercussions... Pendant ce temps, Elena elle-même passe un cap dans son amour inavoué, mais risque fort de tomber de haut. Quant à Kaoruko, un malentendu entre Rikudo et Sohta risque fort de la retourner, une fois de plus...

Comment vivre une déception amoureuse ? Plus que jamais, la question semble être au coeur de Heartbroken Chocolatier, Setona Mizushiro s'attachant ici à dépeindre différentes orientations chez chacun de ses protagonistes.

Amoureux transi depuis des années, Sohta possède au fond de lui une cicatrice qu'il tente de combler à travers le chocolat, Saeko restant pour lui une source infinie d'inventivité pour ses conceptions pâtissières, qui sont de nouveau un régal pour les yeux du lecteur. Mais cette fois-ci, on ressent bel et bien un changement chez le jeune homme, ce qui arrive à Elena se répercutant directement sur sa propre façon de voir les choses.

Mais gageons que le chocolatier, malgré sa décision, n'est pas encore au bout de ses peines, car les femmes qui l'entourent changent, elles aussi. Attachante de par la gentillesse, la bonne humeur et le courage qu'elle montre, Elena, bien que fragile, montre une autre manière, plus forte et plus optimiste, de faire face à la déception amoureuse. Et alors qu'elle pourrait offrir une porte de sortie à Sohta, on sent doucement mais sûrement revenir une Saeko que l'on prend de plus en plus en pitié... Sa déception sentimentale à elle est encore différente, c'est celle d'une femme qui n'a pas pu trouver le bonheur dans un mariage tout sauf épanouissant.
Quant à Kaoruko, sa façon de vivre les choses sont encore tout autres. Plus intériorisée et maladroite dans sa façon abrupte de dire ce qu'elle pense, on la sent sur le point de craquer totalement, certains de ses regards sombres et perçants laissant d'ailleurs un impact très fort.

Dans ce volume, il n'y a finalement que le couple Olivier/Matsuri qui reste en retrait. Nos amoureux déçus ou transi, eux, évoluent petit à petit, à leur manière, dans des voies différentes. Certains événements sont gros (le malentendu entre Sohta et Rikudo), mais dans la peinture de différentes déceptions amoureuses, Heartbroken Chocolatier conserve tout son intérêt, et l'on attend de voir quel avenir attend les différents personnages.



L'avis pas constructif :
Nyaaaah, Kaoruko en mode dark ! Image
Image

Répondre