Heartbroken Chocolatier

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Hitsuji » 17 nov. 2011, 22:48

Ce que je trouve bizarre, c'est surtout la remarque sur l'avancée de l'intrigue, qui a quand même pas mal bougée en trois tomes, et notamment dans ce dernier volume. ^^'
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

Avatar du membre
titali
Diabolo Swing
Messages : 372
Enregistré le : 09 janv. 2010, 16:01

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par titali » 18 nov. 2011, 15:37

Et bien qui aurait cru qu'il y aurait autant de controverses avec ma chronique!^^' Pourtant ce n'était vraiment pas mon intention!
Bon pour kimi, j'ai beau réfléchir, je ne vois pas en quoi "chère Madame l'auteure" est malvenue, ou encore impolie, ce n'est pas comme si je l'avais tutoyée ou insultée... Mais bon si ça te choque tellement, je ne sais vraiment pas quoi dire...
A Hitsuji: sache tout d'abord que ma chro reste une opinion, et de mon point de vue, il se passe énormément de choses, mais quand on y réfléchit, les relations en elles-mêmes n'avancent pas tellement. Par contre ce tome 3 annonce beaucoup de changements pour les tomes à venir. Cela reste bien entendu un avis! :wink:
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10142
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Koiwai » 17 avr. 2012, 08:18

Tome 4:


L'avis constructif :

Sohta était tout fou à cause de son rendez-vous avec Saeko, mais ne le laissait pas paraître auprès de sa dulcinée le moment venu, préférant rester stratégique en jouant encore et toujours le bad boy et en feignant l'indifférence. Mais Saeko, de son côté, se montrait elle aussi douée à ce jeu-là et ne faisait qu'enfoncer un peu plus notre cher chocolatier dans ses éternelles interrogations. Ainsi, les deux jeunes adultes se retrouvaient à nouveau dos à dos, sans que rien n'avance concrètement.

Dans ce volume, on retrouve donc un Sohta toujours au même point, s'interrogeant sans cesse sur son amour pour Saeko et sur sa possibilité de la conquérir, et puisant son inspiration en elle pour offrir de nouveaux mets reflétant parfaitement son amour transi. On retiendra, notamment, sa bûche de Noël, ornée d'un papillon n'étant rien d'autre qu'une représentation de Saeko. Et pour se consoler de son amour transi, il peut toujours compter sur la belle Elena... En réalité, n'est-ce pas avec cette dernière qu'il forme réellement un couple ? En somme, une nouvelle fois, rien n'évolue réellement du côté de Sohta, et il en est de même pour Elena. Par contre, on ne peut pas en dire autant des autres personnages, qui, chacun à leur rythme, évoluent sur la route de l'amour.

Pour la première fois, Setona Mizushiro insiste sur le personnage de Kaoruko, la si caractérielle et maladroite collègue de Sohta, entretenant toujours, elle aussi, un amour transi pour ce chocolatier plus jeune qu'elle. La mangaka revient volontiers sur la naissance de ses sentiments pour Sohta, on ne peut plus banale, mais le principal intérêt du focus sur la belle brune se situe plus loin que ça : Sekiya, qui lui porte de l'intérêt, pourrait-il lui offrir une porte de sortie ? Ceux qui attendaient un réel mouvement entre ces deux-là risquent d'être un peu déçus en découvrant les raisons ayant poussé Sekiya à se rapprocher de Kaoruko. Mais si, concrètement, rien ne bouge finalement, on devine que l'apprenti de Rikudo n'a pas encore fini de jouer son rôle. En attendant, la présence de Sekiya aux côtés de Kaoruko permet surtout à cette dernière de continuer à évoluer. Saeko lui montre en quelque sorte la voie à suivre, tandis que Sekiya la remue en lui faisant prendre conscience de certaines de ses faiblesses. A présent, les cartes semblent être entre les mains de Kaoruko si elle souhaite réellement changer quelque chose à sa situation... Mais le veut-elle vraiment ?

Du côté d'Olivier, les choses bougent de manière plus concrète. Le jeune français, rentré de son voyage, retrouve une Matsuri en peine d'amour, et est bien décidé à en profiter, quitte à lui forcer un peu la main... On a envie de crier "Enfin !", car enfin un couple semble se former, même si la relation entre Olivier et Matsuri est encore loin de ressembler à celle d'un vrai couple. Avec le temps, Matsuri tombera-t-elle réellement sous le charme d'Olivier ? Il faudra encore attendre pour le savoir. Et en attendant, Olivier pourrait, encore ici, apporter quelques pistes à Sohta (voire à d'autres) dans sa façon d'aborder l'être aimé.

Enfin, c'est également le personnage de Saeko elle-même qui gagne beaucoup dans ce tome. Petit à petit, l'insupportable croqueuse d'hommes calculatrice des premiers tomes laisse la place à une jeune femme bien plus tourmentée qu'il n'y paraît auprès de son entourage... Est-elle seulement capable de jouer le rôle de femme au foyer "toutou" que son mari attend d'elle ? On prend peu à peu pitié de la jeune femme, et l'on comprend mieux le salut qu'elle peut trouver dans les chocolats de Sohta... et chez Sohta lui-même ?

Concrètement, les choses n'évoluent pas sur tous les plans, mais il y a enfin quelques évolutions notables, qui enclenchent de nouvelles interrogations chez certains personnages. Et si Sohta tourne en rond et que Setona Mizushiro a tendance à rallonger la sauce autour de certains personnages, elle dépeint pourtant toujours fort bien les problèmes que tout être peut rencontrer dans l'amour : problèmes de couple via les relations entre Saeko et son mari ou entre Olivier et Matsuri, interrogations quant à la façon d'aborder l'être aimé (y aller franco comme Olivier, de manière stratégique comme Sohta, ou ne pas y aller du tout comme Kaoruko), faux problèmes de différence d'âge... Comme le dit Mizushiro elle-même, Heartbroken Chocolatier dépeint des situations on ne peut plus banales, et c'est bien ce qui fait sa force, même si les personnages ne sont pas aussi "normaux" que ce que dit la mangaka dans sa postface (on a quand même, par exemple, deux hyper beaux gosses, dont l'un est un chocolatier réputé et l'autre un richissime français otaku... Fantasmes, quand vous nous tenez).



L'avis pas constructif :
Kaorukooo avec les cheveux détachéééééés !!! Image
Image

Avatar du membre
Sanashiya
Free Bird
Messages : 416
Enregistré le : 07 janv. 2011, 23:50
Localisation : Lille
Contact :

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Sanashiya » 21 oct. 2012, 17:27

Enfin j'ai pu lire ce tome, après tant d'attente !! \o/

Du coup, je me suis refait la série entière pour pouvoir le savourer pleinement, comme un chocolat qui fondrait doucement dans ma bouche. Heartbroken Chocolatier est pour moi aussi savoureux que les produits qu'il décrit, et j'ai trouvé ce tome à la hauteur encore une fois (quoi que, venant de Setona Mizushiro, ça ne m'étonne plus).

La plus grande évolution, la plus grande réussite, à mon sens, c'est avant tout le personnage de Saeko, cette petite dinde absolument insupportable dans les premiers tomes, qui devient peu un peu une femme de plus en plus mature. Elle ne perd pas totalement cette image de la femme manipulatrice, mais en s'infiltrant dans son quotidien, on découvre ses pensées, ses tourments, et on prend réellement pitié d'elle. Au point que moi, qui ai toujours détesté ce personnage, je me suis étonnée de vouloir que les choses changent en bien pour elle. Son mari est réellement exécrable, il donne envie de hurler - franchement, pauvre Saeko, on la plaint. Et pour symboliser le changement qui s'opère en elle, sa nouvelle coupe, qui lui va (je trouve) extraordinairement bien. Pour la première fois, ça me donne presque envie de lever le poing et de crier "Saeko powaaa !". (Bon... presque.)

Ensuite, Kaoruko, qui est très attendrissante dans ce tome avec ses doutes, ses questionnements, et sa relation avec Sekiya de la boutique Ricdor. Et qui est ultra-belle avec les cheveux détachés. On espère vraiment un dénouement heureux pour tous ces personnages, mais plus les tomes s'enchaînent, et plus je me demande comment ça pourra bien se passer, parce que, pour ne rien changer à ses habitudes, Setona Mizushiro est ici encore une fois absolument imprévisible.

De leur côté, Sohta et Elena se rapprochent, et finalement, c'est encore eux qui offrent le plus l'image de ce bonheur que tous les personnages recherchent plus ou moins consciemment. Le plus ironique de l'histoire, c'est qu'ils ne remarquent même pas que ce qu'ils recherchent à l'extérieur se retrouve dans leur couple... Ah là là.

Et puis Olivier, enfin, qui parvient à faire un pas vers Matsuri, mais qui ne se trouve pas pour autant couronné de succès malgré sa déclaration acceptée. Encore quelque chose dont on attend de voir de quelle manière ça évoluera par la suite...

Bref, un florilège de sentiments absolument délectable, encore une fois, j'ai été absolument séduite par ce tome 4. Encore une fois, la même frustration en refermant le tome, avec une seule d'envie, celle d'avoir la suite. Vivement le tome 5 !
~ Adoratrice de Fye ~
Image
Fujoshi. What else ?

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10142
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Koiwai » 14 mars 2013, 21:14

Tome 5 :

L'avis constructif :

"J'ai décidé de vivre une déception amoureuse."

Alors que sa réputation de chocolatier continue de décoller, Sohta continue de s'interroger quant à la nature de sa relation avec Saeko, désormais mariée et qu'il pense heureuse. A l'approche de Noël et toujours épaulé par sa sexfriend Elena, il prend alors une décision qui risque d'avoir beaucoup de répercussions... Pendant ce temps, Elena elle-même passe un cap dans son amour inavoué, mais risque fort de tomber de haut. Quant à Kaoruko, un malentendu entre Rikudo et Sohta risque fort de la retourner, une fois de plus...

Comment vivre une déception amoureuse ? Plus que jamais, la question semble être au coeur de Heartbroken Chocolatier, Setona Mizushiro s'attachant ici à dépeindre différentes orientations chez chacun de ses protagonistes.

Amoureux transi depuis des années, Sohta possède au fond de lui une cicatrice qu'il tente de combler à travers le chocolat, Saeko restant pour lui une source infinie d'inventivité pour ses conceptions pâtissières, qui sont de nouveau un régal pour les yeux du lecteur. Mais cette fois-ci, on ressent bel et bien un changement chez le jeune homme, ce qui arrive à Elena se répercutant directement sur sa propre façon de voir les choses.

Mais gageons que le chocolatier, malgré sa décision, n'est pas encore au bout de ses peines, car les femmes qui l'entourent changent, elles aussi. Attachante de par la gentillesse, la bonne humeur et le courage qu'elle montre, Elena, bien que fragile, montre une autre manière, plus forte et plus optimiste, de faire face à la déception amoureuse. Et alors qu'elle pourrait offrir une porte de sortie à Sohta, on sent doucement mais sûrement revenir une Saeko que l'on prend de plus en plus en pitié... Sa déception sentimentale à elle est encore différente, c'est celle d'une femme qui n'a pas pu trouver le bonheur dans un mariage tout sauf épanouissant.
Quant à Kaoruko, sa façon de vivre les choses sont encore tout autres. Plus intériorisée et maladroite dans sa façon abrupte de dire ce qu'elle pense, on la sent sur le point de craquer totalement, certains de ses regards sombres et perçants laissant d'ailleurs un impact très fort.

Dans ce volume, il n'y a finalement que le couple Olivier/Matsuri qui reste en retrait. Nos amoureux déçus ou transi, eux, évoluent petit à petit, à leur manière, dans des voies différentes. Certains événements sont gros (le malentendu entre Sohta et Rikudo), mais dans la peinture de différentes déceptions amoureuses, Heartbroken Chocolatier conserve tout son intérêt, et l'on attend de voir quel avenir attend les différents personnages.



L'avis pas constructif :
Nyaaaah, Kaoruko en mode dark ! Image
Image

Avatar du membre
Sanashiya
Free Bird
Messages : 416
Enregistré le : 07 janv. 2011, 23:50
Localisation : Lille
Contact :

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Sanashiya » 17 mars 2013, 16:55

Avis pas constructif, mais je viens de le lire (que dis-je, de le dévorer), et chaque nouveau tome est une découverte géniale, un instant privilégié de bonheur. Ce que je retiens principalement dans ce tome, c'est de la frustration (dans le bon sens du terme), pour Saeko. Ah, là là. Saeko. Un personnage que je ne pouvais pas supporter au début de la série, et qui a pris tellement d'ampleur, tellement d'intensité, que maintenant, eh bien... Je l'aime bien. Plus que bien, en fait, je l'aime carrément beaucoup.
Au début de la série, je n'aimais pas son côté fille futile, un peu allumeuse, mais dans ces derniers tomes, elle prend de la consistance, en entrant dans sa vie, on se rend compte que tout n'est pas non plus rose pour elle, loin de là, et quand on voit son mari qui est abominable, à hurler, je trouve qu'elle s'en sort avec beaucoup de courage.

Et bizarrement, en ce qui concerne le couple Sohta-Saeko, que je ne pouvais pas supporter au début à tel point que j'ai été enchantée de voir arriver Elena, maintenant, j'en suis venue à me dire que j'aimerais que ça marche entre eux, et pas juste pour Sohta, mais pour Saeko aussi.

Mais bon. Le problème du couple Sohta-Saeko, c'est qu'il pousse Sohta-Elena dans le fossé, et... J'adore Elena. Je la trouve juste géniale. Elle a sa part de problèmes aussi, et pourtant, comme le dit Sohta, elle voit toujours le meilleur des gens autour d'elle, et son optimisme et son courage sont vraiment admirables, même quand elle est au fond du trou. Elle est tout sauf égoïste, et ça fait un personne terriblement attachant.

Du coup, je me sens balancée comme Sohta entre ces deux personnages, Saeko, Elena... Et la toute dernière phrase de Sohta est horrible à ce niveau parce que soit ça s'annonce mal pour Elena, soit au contraire, ça annonce de bonnes choses pour Elena mais de mauvaises pour Saeko, alors que c'est un moment où Saeko a vraiment besoin de Sohta (rien qu'à voir la façon dont elle réagit quand Sohta lui dit que ses compliments sont importants, je l'ai trouvée adorable).

Kaoruko n'est pas en reste, mais j'ai été un peu déçue de sa réaction vis-à-vis d'Elena. Je peux tout à fait comprendre ses motifs de rancœur et ce qui l'a poussée à dire ça, mais j'ai l'impression qu'elle s'englue de plus en plus dans sa colère et sa jalousie. D'un autre côté, cette sorte de désespoir la rend fragile, et on ne peut pas s'empêcher de la prendre en pitié. Du coup, j'espère qu'il se passera quelque chose avec Sekiya, pour qu'elle puisse reprendre un peu du poil de la bête.

En ce qui concerne Rikudo, malgré ses rares apparitions, je le trouve tout simplement excellent, et le malentendu avec Sohta est juste délicieux !

Bref, encore une fois, en refermant le bouquin (et encore plus cette fois), je suis dévorée d'envie de connaître la suite, gaaaah >o< Vivement la sortie du tome 6 !!
~ Adoratrice de Fye ~
Image
Fujoshi. What else ?

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10142
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Koiwai » 19 sept. 2013, 19:02

Je de waouh mon dieu !!! :shock: :shock: :shock: Le chapitre 25 du tome 6 est ce que j'ai lu de plus intense dans un shôjo. Je suis sans voix, quelle maîtrise de la part de MIzushiro !


Bref, tome 6 :

La déception amoureuse d'Elena fait prendre conscience à Sohta de la cruauté extrême que peut avoir un amour trop longtemps couvé en secret, aussi notre chocolatier décide-t-il d'enfin passe le cap : à la prochaine Saint-Valentin, il confectionnera un assortiment spécial de chocolats pour Saeko, et en profitera pour, enfin, lui déballer les sentiments qu'il a contenus pendant plusieurs années. A cette issue, il sait qu'il pourra sûrement enfin repartir de l'avant, sur de bons rails, en compagnie d'Elena. Encore faut-il que Saeko, dont le mariage est un ratage total, réagisse comme il le pense...

Véritable déclic, l'échec de la déclaration d'Elena a un impact considérable sur Sohta, qui va enfin se préparer à l'événement qu'il a si longtemps repoussé, tout incapable qu'il était de franchir l'étape. La première moitié du volume nous invite donc à suivre sa préparation mentale, sa remémoration de tout ce que Saeko lui a apporté, tandis que ses nouvelles idées de chocolats pour la Saint-Valentin font un ravage, et que les autres amoureux autour de lui continue d'évoluer. On assiste donc, entre autres, à la consolidation de la liaison entre Olivier et Matsuri, dès lors que celle-ci doit revoir son ex pour récupérer ses affaires. Une nouvelle fois, l'habituellement insouciant et joyeux Olivier se pare d'une plus grande froideur, se montrant à l'ex de Matsuri, et posant à cette dernière une sorte d'ultimatum pour mieux la faire définitivement tomber dans ses filets. Le jeune français est décidément bien éloigné de Sohta en ce qui concerne l'amour... Par contre, on peut regretter un peu le manque de présence de Kaoruko, même si ses quelques petites mises en avant reflètent toujours aussi bien les sombres tourments amoureux qui la rongent.

Ainsi suit-on la première partie du tome avec intérêt... jusqu'à l'événement fatidique, dont l'issue était plutôt attendue et prévisible... mais qui ne laissera aucun lecteur indemne. Car on tient là quelques dizaines de pages d'une force incroyable, portées par un monologue de Sohta sincère, mélancolique et d'une rare puissance, et par un magnifique jeu sur les visages et les regards, d'une profondeur extrême, et qui reflètent tout le désarroi et la puissance de ce que ressentent Sohta et Saeko à cet instant. Les deux jeunes adultes se confrontent enfin avec beauté et pureté, le temps se fige. Et quelque part, avec ces quelques dizaines de pages, Setona Mizushiro atteint le sommet de son art.

Et après cela, la suite du volume ne retombe aucunement. Car elle jette un joli voile de doute en Sohta, qui reste décidément peu perspicace (à tel point qu'il en devient un peu irritant) au point de refaire à Elena des promesses dont l'issue sera possiblement cruelle (et là, le Sohta, on a carrément envie de lui mettre des petites claques). Mais aussi parce qu'elle approfondit encore le profond malaise qui règne dans le couple de Saeko, aucunement épanouie, et qui n'a que les chocolats pour entretenir un bonheur factice. En peu de volumes, l'irritante croqueuse d'hommes et devenue une jeune femme incroyablement touchante, dont le mal-être ressort très habilement.

Au-delà de la relative bêtise habituelle de Sohta, on tient donc le tome-clé de la série, celui ébranlant un peu tout avec une subtilité et une puissance magistrales, et annonçant une suite qui risque fort d'être plus amère et cruelle que jamais pour certains personnages. Encore plus au vu de la dernière page, frustrante à souhait.
Image

Coco Felken
Messages : 92
Enregistré le : 31 août 2010, 13:07

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Coco Felken » 04 oct. 2013, 14:04

J'ai beaucoup hésité lorsque le titre est sorti, puis il a disparu totalement de mon champ de vision. Mais avec une telle critique, il va sans doute falloir que me penche un peu plus sérieusement sur la série... ça n'arrange pas mes affaires tout ça ! :wink:

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10142
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Koiwai » 16 mars 2014, 15:23

Tome 7 :

Alors qu'il pensait se faire éconduire par Saeko lors de sa déclaration à la Saint-Valentin, Sohta a eu la surprise de voir celle qu'il aime réagir totalement différemment ce à quoi il s'attendait. Depuis, tous deux ne se sont pas revus... jusqu'à ce Saeko n'arrive devant la chocolaterie, des bagages dans les mains. Elle est partie de chez elle pour fuir son mari, et Sohta lui propose alors de la loger temporairement dans l'arrière-boutique de la chocolaterie. Il ne sait toujours pas trop comment réagir avec elle, jusqu'à ce que Saeko, en sortant de la douche en possession de son téléphone, ne l'invite à le récupérer...

Après la réaction inattendue de Saeko dans le précédent tome, Sohta retrouve ici celle qu'il aime dans un rôle double : à la fois provocatrice cherchant à faire tomber dans ses filets sa cible, et épouse malheureuse qui n'a plus rien pour croire en son mariage. Saeko reste un personnage ambivalent, ambigu, difficile à cerner. Elle le prouvera encore en confiant sa vision de l'amour et certains de ses codes de séduction à une Kaoruko complètement perdu. Dans tous les cas, la Saeko que l'on détestait il y a encore quelques volumes est devenue une femme aussi attachante et faible que difficile à cerner. Et si l'on s'attendait à un volume aussi intense que le précédent parce qu'il concrétise une partie de ce que Sohta a toujours désiré, il l'est finalement de façon plus mesurée que prévu, Setona Mizushiro s'intéressant avant tout aux tourments de ses personnages plus qu'aux actes.

Au-delà de la concrétisation partielle de l'amour pour Saeko d'un Sohta qui a encore du mal à bien faire le point sur ce qui se passe, on retient surtout la poursuite du focus sur la déception amoureuse que vivent d'autres protagonistes. Pour rester avec Saeko, Sohta néglige de manière presque détestable une Elena qui s'interroge. Celle qui n'était rien de plus qu'une sexfriend mais espérait peut-être un peu plus reste discrète, s'efface d'une façon un peu triste en, se montrant compréhensive. Pour Kaoruko, c'est le contraire : son comportement face à la déception amoureuse est plus sombre, car elle a plus de mal à encaisser le choc. Et si elle peut paraître détestable, son comportement reste compréhensible, car sa façon d'aimer est plus directement liée à son propre ego... Ego qu'elle devra remettre en cause suite à une discussion intéressante et subtile avec Saeko sur ce que signifie exactement aimer. Sur ce point, Setona Mizushiro reste brillante : n'existe-t-il pas autant de façons d'aimer que de personnes sur terre ? Enfin, il y a le mari de Saeko. Il a beau être marié, il vit lui aussi, via la fuite de Saeko, une forme de déception amoureuse qui le pousse à une petite rédemption encore discrète. La mangaka évite d'en faire un personnage plus détestable que de raison (même s'il est clairement le plus antipathique de tous), et son récit sonne alors d'autant plus juste.

Après le rebondissement du tome 6, Setona Mizushiro n'en fait donc pas trop, bien que certains événements de ce septième volume soient tout aussi forts, et la mangaka continue surtout de s'appliquer à dépeindre différentes manières de réagir face à la déception amoureuse... ainsi que différentes manière d'aimer, et de séduire. Le thème du chocolat se fait un peu plus discret mais est toujours là, en entrant brillamment en résonance avec les tourments des personnages.
Image

Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Heartbroken Chocolatier

Message non lu par Hitsuji » 17 mars 2014, 20:11

Je crois que ce tome m'a complètement chamboulé. Je suis content pour Sohta qui voit son rêve se réaliser (même si ce n'est pas le conte de fée qu'il s'imaginait); super triste pour Elena, laissée en plan comme une moins que rien (et donc j'en veux à Sohta pour ça); encore un peu circonspect par l'attitude de Saeko, même si ses conseils donnés à Kaoruko nous font découvrir une nouvelle facette de sa personnalité.

Mais je crois que ce qui m'a le plus choqué, [spoiler]c'est quand Sohta nous apprend que les français n'aiment pas le chocolat blanc, trop sucré pour leur palais raffiné. LOLWHAT ? :shock:[/spoiler]

Du coup, un peu moins de chocolat dans ce tome, mais en même temps, que d'émotions, de changements imprévisibles, ça avance vite pour une fois, on est bien loin de la lenteur de Black Rose Alice. Le manga devait se terminer sous peu, mais j'ai du mal à voir comment... Quoiqu'il en soit, vivement la suite. *_*
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

Répondre