Immortal Rain

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9905
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Immortal Rain

Message non lu par Koiwai » 17 janv. 2013, 21:23

Tome 11 :

Pour sauver les enfants de l'horrible Dora Fork, Sharem s'est sacrifiée, laissant les siens dans la tristesse. Mais l'heure n'est bientôt plus aux larmes : Fork a encore survécu et, à bout de forces, il parvient à désactiver le système qui maintenait Templinion à une température de -80 degrés. Le colossal "mangeur d'anges" se réveille alors, prêt à semer le chaos sur son passage. Il ne tient qu'à Rain de partir à sa poursuite pour tenter de l'éliminer. Mais notre héros, en s'élançant, ignore toujours qu'il n'est plus immortel...

Rain pourra-t-il s'en sortir vivant ? Sur quoi aboutira son lien avec Yuca ? Quelle place tiendra Machika dans l'ultime bataille ? C'est ce que nous propose de découvrir Kaori Ozaki au fil de cet épais dernier tome de 300 pages (le tout sans augmentation de prix, merci Doki Doki !), qui a le grand mérite de se partager de manière équilibrée entre action et focus sur les personnages.

On se retrouve donc avec un récit dynamique, le dernier combat contre Templinion étant bien servi par un trait toujours aussi clair et un découpage d'une fluidité impeccable, et si Kaori Ozaki peut par moments donner l'impression de faire un peu traîner les choses (Dora Fork, survivant à tout, aura été sacrément résistant...), on ne s'ennuie jamais, encore moins quand la mangaka profite de l'intensité et du dynamisme de son récit pour offrir des petits focus très appréciables sur ses personnages secondaires, comme Eury et Ayla, ou encore Jeleena.

Au bout du compte, c'est tout le final qui absorbe le lecteur. Alors que l'issue reste longtemps incertaine, Kaori Ozaki profite de quelques moments plus paisibles au beau milieu du chaos ambiant pour enclencher une conclusion aboutie en ce qui concerne les liens puissants unissant Rain, Yuca et Machika, qui en ressortent tous trois grandis, avant une conclusion douce-amère, plutôt attendue, mais où l'auteure nous laisse le temps de dire au revoir à ses sympathiques héros.

Au final, Immortal Rain n'aura jamais vraiment déçu, et se conclut de belle manière. Un shôjo d'aventure plus que sympathique, qui aura habilement combiné action et émotion, grâce à des personnages attachants.
Image

Répondre