Cosplay Animal

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9883
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Cosplay Animal

Message non lu par Koiwai » 12 mars 2012, 13:26

Image Image
La fiche sur le site


Tome 1:

Il y a des séries, comme ça, qui font peur sitôt le regard posé sur la couverture. Parmi celles-ci, la série de Watari Sakô tient sans doute une place de choix, le volume 1 arborant une espèce de gamine à tête de betterave frite sur le point de se faire croquer par un gars aux oreilles de chat et aux ongles de gonzesse. En dessous, un titre, "Cosplay Animal", qui ne dit rien de bon, en plus de n'avoir que peu de rapport avec la couverture (les oreilles de chat ? Mouais...). Au dos, un synopsis qui, lui, n'a définitivement plus aucun lien avec la couverture.

Le tome 1 de Cosplay Animal nous propose donc de découvrir Rika, une jeune fille de 19 ans qui en paraît 15 (sinon c'est pas fun) et qui a, depuis toujours, une passion qui lui bouffe tout l'esprit (si tant est qu'elle en a un) pour les uniformes en tous genres, mais plus particulièrement ceux de lycéens. Aussi prend-elle plaisir, régulièrement, à remettre son ancien habit de lycéenne et à se trouver mégabonne devant le miroir (c'est pas moi qui le dit, c'est elle... si si). En secret, elle a toujours nourri un immense fantasme : se faire baiser en uniforme (là non plus, c'est pas moi qui le dit, c'est en toutes lettres dans le bouquin... Comme c'est délicat...).

C'est sur cette base digne d'un mauvais épisode de Confessions Intimes (pléonasme) que notre héroïne-cas social, sacrifiant volontiers son honneur de femme sur l'autel de la baise et des fantasmes, fait connaissance sur un site de rencontres avec Hajime, un lycéen qu'elle décide de se faire. Seulement, problème : Hajime a 17 ans, elle en a 19 ans, et la voici donc contrainte de mentir sur son âge pour... hé, mais attendez : 17 ans, 19 ans, soit deux ans de différence d'âge. Deux petites années seulement. Et c'est pour ces deux petites années que Rika décide de mentir sur son âge ? Mais... mais... mais qu'est-ce que c'est que cette absurdité ? Depuis quand deux malheureuses années posent-elles problème dans un couple ? Si l'écart d'âge avait été réellement important, on aurait pu comprendre, et il y aurait même eu la possibilité d'offrir un propos intéressant. Mais là, deux petites années de rien du tout ? A-t-on déjà vu plus ridicule ?

Quoi qu'il en soit, s'il est pourtant vendu comme un élément-clé par Kurokawa dans le synopsis de dos, cet état de fait est finalement vite expédié, puisque le secret de Rika sera percé à jour après une poignée de pages. Ne vous attendez donc pas au moindre propos pertinent là-dessus. De toute façon, Watari Sakô n'en avait aucunement l'intention : c'est tellement mieux de mettre en avant l'immense pouffitude de son héroïne !

Cette héroïne, résumons-la donc : on a une fille qui n'arrive pas à assumer son terrible secret qui est... sa passion pour les uniformes. Olala, mais vraiment, c'est trop horrible ! Là aussi, pouvions-nous tomber sur plus ridicule ? Mieux encore, la miss peine à assumer son envie de sexe et la cache donc derrière son fétichisme. Mais... mais dans le fond, on s'en fout, miss ! Ta passion te concerne, tu n'as qu'à envoyer paître ceux qui ne l'acceptent pas. Après tout, c'est pas notre problème, on s'en fout au moins autant que ton histoire dans ce manga. Et ton corps, tu en fais ce que tu veux, hein. Si t'as envie d'être une nympho, grand bien t'en fasse, mais au moins, assume-toi. Aborder le sexe de manière décomplexée peut être tout à fait positif si le tout est traité avec une certaine pertinence, mais là, c'est le néant. On a une fille qui veut se faire prendre en respectant son fantasme, mais qui refuse de le faire sans amour réciproque. Heureusement, elle et Hajime vont s'enticher l'un de l'autre en deux temps trois mouvements, comme ça c'est réglé. Le problème, c'est que quelques pages plus loin, cette chère Rika, pendant une absence de Hajime, s'en va retomber tranquillement dans les bras de son ex d'il y a deux ans avec une furieuse envie de se la faire mettre bien profond. Mais heureusement, comme dans tout bon shôjo de pouffe, le prince charmant débarquera au bon moment, comme un cheveu sur la soupe. C'est aberrant de connerie.

Visuellement, la série n'est ni bonne ni mauvaise, et parvient pour l'instant à éviter le trop-plein de mauvais goût, les scènes coquines se comptant sur les doigts d'une main et étant infiniment moins explicites et putassières que les dialogues. Par moments, les réflexions perverses et les bouilles de l'héroïne parviennent même à faire décocher quelques petits sourires par moments.

Mais ce dernier point ne sauve pas d'un centième ce premier tome. Malgré quelques situations un peu amusantes sur sa nature de vicelarde, Rika représente à elle seule toutes les horreurs de la pouffe puissance mille : on a là une jeune fille au caractère de nympho et qui a des fantasmes, mais qui n'assume rien et passe son temps à montrer l'étendue de sa connerie via un comportement incohérent, ne serait-ce qu'en se rejetant dans les bras de son ex. Complètement conne, totalement insipide, prête à faire n'importe quoi avec son corps en laissant croire que ça n'a aucune incidence physique ou psychologique. Bel exemple pour les jeunes lectrices. Car oui, au vu de la façon dont Kurokawa le vend, il semblerait que l'éditeur cherche à toucher un public assez jeune : avec un logo kitsch, un fond rose pétant et des petits autocollants brillants en cadeau chez les libraires, on ne nous fera pas croire que ce sont des adolescentes mâtures ou des jeunes femmes qui achèteront ça (déjà qu'il est aberrant que des gens achètent ça...). Et le meilleur reste à venir : même pas un petit logo "pour public averti" dans un coin ou un autre...

Et tout ceci, en seulement 80 pages, mesdames et messieurs. Oui, tant d'horreurs en 80 petits pages, le reste du tome nous proposant de découvrir trois nouvelles de l'auteure qui parviennent à être un brin meilleures que l'histoire principale, tout simplement parce que Watari Sakô y aborde encore le sexe, mais cette fois-ci de manière un peu plus pertinente, sous trois angles différents : l'amour comme exutoire à certaines souffrances, le sexe vu de manière scientifique (une nouvelle originale et intéressante, mais qui vous dégoûterait presque du sexe)... Dommage qu'on ait encore droit à des personnages insipides.
Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Cosplay Animal

Message non lu par Wang Tianjun » 12 mars 2012, 13:41

Après Désir C Max, Cosplay Animal... Tu as des problèmes en ce moment, Koiwai ? :mrgreen:
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9883
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Cosplay Animal

Message non lu par Koiwai » 12 mars 2012, 14:28

J'ai eu les deux premiers tomes gratuitement :mrgreen: et hors de question que j'achète la suite en neuf.
Mais j'avoue que je suis dans une phase où j'aime bien chroniquer des daubes :mrgreen:
Image

Avatar du membre
NiDNiM
Otaku Girl
Messages : 1300
Enregistré le : 30 nov. 2008, 17:53
Localisation : Avec ma chérie

Re: Cosplay Animal

Message non lu par NiDNiM » 12 mars 2012, 14:40

C'est tellement bon de chroniquer des daubes. Presque envie de les lire pour rigoler, tiens XD

Bravo Koiwai :)
[Définir, c'est limiter.]
[Le critique est celui qui peut transposer d'une autre manière ou traduire en éléments nouveaux, son impression de la beauté.]

Oscar Wilde, Le portrait de Dorian Gray

Mon trésor
MON coup de cœur, MA pub.

Avatar du membre
Kimi_
The Jelly
Messages : 1525
Enregistré le : 14 juil. 2011, 19:45
Localisation : Parti titiller les photons entre la Voie Lactée et Andromède.
Contact :

Re: Cosplay Animal

Message non lu par Kimi_ » 12 mars 2012, 18:39

Mon avis sera le même que pour Désir © Max. C'est toujours aussi ironique, ôsé et bien péchu. J'adhère! :)
Super Metroid

The operation was completed successfully. Clear time : 01:50.

Your rate for collecting items is 100%. See you next Mission.
[/b]
Image

Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Cosplay Animal

Message non lu par Einah » 12 mars 2012, 19:16

Je crois que tu n'as pas aimé lol
Mais je dois te remercier pour m'avoir bien fait rire avec ta chronique !!! :lol:
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9883
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Cosplay Animal

Message non lu par Koiwai » 18 avr. 2012, 23:35

Tome 2:

Après un premier volume affligeant, Watari Sakô revient en commettant le deuxième volume de Cosplay Animal... Sera-t-il meilleur que le premier ? Curieusement, on n'y croit pas trop, et ce rien qu'en voyant la couverture, arborant notre héroïne, visage niais et soumis, en train de se faire lécher le bras par un garçon tandis qu'un autre lui mordille les doigts. Ok. La première page arbore ensuite un joli "On continue sur cette lancée !". Oups.

La page suivante a la bonne idée de nous rappeler les grandes ambitions de Rika dans la vie, des fois qu'on aurait oublié : faire l'amour en uniforme. Hem. Hé bien ça tombe bien : dès la première page du premier chapitre de ce tome 2, on retrouve notre héroïne en train de se faire prendre par un Hajime dont vous aurez tout le loisir d'admirer la posture totalement improbable (à moins d'avoir un bas du dos pliable à 90 degrés). Amateurisme, quand tu nous tiens.
Ah ben c'est chouette alors, Rika accomplit donc son fantasme dès le tome 2 ? Le manga va donc pouvoir se finir ? Que nenni, chers amis, Watari Sakô a plus d'un tour dans son sac pour nous infliger encore douze volumes après celui-ci. Et pour commencer, elle nous propose donc une petite pirouette incohérente : Rika est tellement heureuse de se faire prendre en uniforme qu'elle n'arrive pas à rester consciente. Sérieux problème ! Entre temps, le lecteur aura remarqué un petit détail pas si petit que ça : Rika est tellement heureuse de faire l'amour en uniforme qu'elle tourne de l'oeil. D'accord. Le problème, c'est que sur les dessins, elle ne porte pas d'uniforme. Euh... Allô, Watari Sakô ? Vous faite un minimum attention à ce que vous dessinez ? Bref, après seulement 4 pages, on peut dire que ce deuxième tome commence bien...

Page suivante. Passons à tout autre chose. Se rendant sur le lieu de travail de Hajime, un restaurant où tous les serveurs sont des beaux gosses, Rika tombe nez à nez avec le patron de son petit ami. Ni une ni deux, la patron en question se fiche de notre héroïne et part... rouler une pelle à Hajime ?! Hajime ne se débat pas, parce que le patron, un homo qui fait ça à tous ses employés, est super doué pour embrasser. Euh, ok... Rika va-telle au moins s'emporter un peu ? Non non. Elle se demande quoi, puis se rend finalement compte que ça l'excite. Alors elle et Hajime baisent. Sur ce, nous voici arrivés à la page... 20 ?! Sérieusement, il y a encore 175 pages d'inepties pareilles à se farcir ? Allons, ne soyons pas mauvaise langue, Watari Sakô va peut-être développer de manière un peu plus pertinente ses personnages, notamment ce patron gay qui, pour l'instant, horripile de par les clichés sur l'homosexualité qu'il véhicule ?

Ah ah, vous y avez cru ? Vraiment ? Développer les choses de manière pertinente ? Et puis quoi encore ? Ce n'est pas le genre de cette auteure ! Dès la page suivante, Watari Sakô passe donc sans transition sur autre chose : notre héroïne se retrouve entraînée par une amie dans un sex shop. Et devinez qui en est le patron ? Le gay de service, bien sûr ! Quel hasard ! Face à la situation, Rika a une idée de génie : elle qui ne sait pas comment satisfaire Hajime, pourquoi ne pas demander à ce brave homo de lui apprendre sa technique de baiser ? Après tout, ce n'est pas comme s'il allait en profiter... Comment, il est bi ? Ah oui, la mangaka nous balance ça au détour d'une page, tandis que Hajime sort de nulle part au bon moment pour surprendre sa copine et son patron dans les bras l'un de l'autre... sans se poser plus de questions que ça. Voilà voilà. Quarante pages insipides, un nouveau personnage sans queue ni tête, sous-développé et véhiculant des clichés détestables sous couvert de récit décomplexé. Fin du premier chapitre. Il y en a encore trois...

Mais là, y en a marre. Un chapitre décortiqué afin d'en montrer toute la débilité, c'est largement suffisant, alors allons à l'essentiel pour les suivants.

Dans le chapitre deux, Rika et Hajime se retrouvent enrôlés dans une maison de geishas où ils vont avoir fort à faire pour rembourser un vase que notre chère abrutie d'héroïne a malencontreusement cassé en fantasmant dans la rue. L'occasion pour notre héroïne de se faire plaisir avec ce bel uniforme qu'est le kimono, mais aussi et surtout de montrer à nouveau l'étendue de sa crétinerie. Ainsi, quand elle surprendra Hajime dans les bras d'une geisha, elle ne cherchera pas à en savoir plus. Mais de toute façon, c'est pas grave, car Watari Sakô conclura le chapitre à l'arrache, en ne prenant même pas la peine de revenir sur ces possibles frivolités du jeune homme avec une autre. Intérêt du chapitre : inexistant, puisque même le sujet autour des kimonos est sous-exploité.

Après une première moitié de tome aberrante, les deux derniers chapitres paraîtraient presque excellents, alors que Watari Sakô n'y enchaîne pourtant que du déjà vu, mais a au moins le mérite d'y éviter incohérences, facilités et instants affligeants. Pour la première fois, la mangaka décide de mettre en avant les études de son héroïne, puisque la voici stagiaire dans l'école où se trouve Hajime. Maladroite, enchaînant les petites erreurs, elle se montre pourtant appliquée au point de refuser toute relation avec Hajime le temps de son stage. Ici, on pourra éventuellement apprécier la frustration que s'infligent nos deux tourtereaux, ainsi que leur côté décomplexé quand ils parlent de leurs fantasmes, mais c'est surtout le nouveau personnage qui attire le plus l'attention : Arata, meilleur ami de Hajime, qui est au courant pour la relation entre nos deux héros, et qui prend pourtant un malin plaisir à s'en prendre à Rika et à la taquiner... Pour quelle raison ? Si la mangaka étale la chose pendant cent pages, on devine pourtant très vite la réponse, pas originale pour un sou. Néanmoins, Arata reste à ce jour le personnage qui attire le plus la sympathie, ne serait-ce que par la perspicacité qu'il montre en déclarant à Rika que Hajime est devenu vraiment con depuis qu'il sort avec elle. Oh, y aurait-il un personnage un minimum intelligent dans cette série ? Affaire à suivre !

Une moitié de tome insupportable, une autre moitié classique mais qui a au moins le mérite d'éviter quasiment toute putasserie. Au final, ce deuxième tome reste globablement très mauvais, mais laisse penser que la série pourrait retrouver une meilleure orientation au vu de la deuxième moitié du tome, en s'orientant toutefois sur des choses plus classiques, que même la relation prof-élève, sous-exploitée alors qu'elle pourrait être intéressante, ne parvient pas à faire sortir du lot.
Dans les faits, même s'il pourrait y avoir une amélioration, cela est encore tellement peu sûr qu'il vaut mieux, pour les fans de shôjo coquins ou d'histoires d'amour fluettes, s'orienter directement soit vers des séries comme celles de Yuki Yoshihara, soit vers du shôjo basique, plutôt que vers ce shôjo-crétin-putassier-qui-pourrait-éventuellement-devenir-basique.
Image

Avatar du membre
Kimi_
The Jelly
Messages : 1525
Enregistré le : 14 juil. 2011, 19:45
Localisation : Parti titiller les photons entre la Voie Lactée et Andromède.
Contact :

Re: Cosplay Animal

Message non lu par Kimi_ » 21 avr. 2012, 19:57

Tu as un véritable talent pour les chroniques concernant les licences moisies Koiwai, je t'en félicite. :mrgreen:

C'est du très bon pour ma pomme, j'étais plié en deux de A a Z. ^^
Super Metroid

The operation was completed successfully. Clear time : 01:50.

Your rate for collecting items is 100%. See you next Mission.
[/b]
Image

Avatar du membre
Loli-pamplo
Bisho blond addict
Messages : 440
Enregistré le : 21 janv. 2009, 16:19
Localisation : Sur ce drôle de caillou perdu dans l'espace...
Contact :

Re: Cosplay Animal

Message non lu par Loli-pamplo » 23 avr. 2012, 16:25

Ouiiii la chronique du tome deux ! Comme je l'attendais après voir tant ri à la lecture de la première XD Surtout qu'entre temps j'ai lu le tome un de cette "série"... Et tout ce qui est écrit est tellement véridique... Comment, pourquoi, à quel moment cet éditeur a pu penser que c'était une idée de génie de sortir cette série je ne sais pas, je ne veux pas le savoir... Mais quand on pense qu'il y a 14 tomes...
Bref, moi j'ai juste hâte de lire les chroniques suivantes XD
~ Ne fait pas demain ce que tu peux faire après demain ~


Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9883
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Cosplay Animal

Message non lu par Koiwai » 23 avr. 2012, 17:27

La suite quand je trouverai les autres tomes en occaz... Je vais pas acheter cette... chose en neuf, faut pas déconner :lol:
Image

Répondre