Piece

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9790
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Piece

Message non lu par Koiwai » 14 juil. 2012, 18:54

Image
La fiche sur le site


Tome 1 :

Haruka Origuchi, 19 ans, était une lycéenne discrète, qui ne cherchait pas à nouer le contact avec les autres, si bien que beaucoup la trouvaient futile, sans intérêt, et se moquaient d'elle. Mais aujourd'hui, Haruka est morte d'un cancer du sein, et ses anciens camarades sont conviés à ses funérailles. Des funérailles qui ont plus le goût de retrouvailles pour tous ces jeunes gens qui n'ont jamais pris la peine de parler à Haruka et se contrefichent à moitié de sa disparition. Mizuho Suga est dans la même position. Pourtant, quand elle se voit demander une faveur par la mère de la défunte, son petit équilibre fragile bascule. Face à une mère persuadée qu'elle était l'amie de sa fille, Mizuho accepte de rechercher l'ancien petit ami de Haruka. S'enclenche alors un parcours sinueux, à la découverte d'une fille discrète qui cachait apparemment bien des secrets. Un parcours où la jeune fille sera bientôt rejointe par Narumi et Yanai, deux autres camarades. Un parcours synonyme de remise en question pour les trois jeunes gens...

Découverte en France avec le superbe Sablier, véritable coup de coeur de la rédaction à son époque qui reste sans nul doute parmi les meilleurs shôjo parus en France, Hinako Ashihara avait démontré d'indéniables dons dans la peinture psychologique de jeunes adultes meurtris, en plein doute, ne sachant comment agir face à des douleurs aussi variées que l'amour ou la mort. Avec Piece, la mangaka semble repartir sur cette base, bien qu'elle déclare avoir choisi ici de nous faire "vibrer" plutôt que de nous faire "réfléchir". En réalité, elle parvient aisément à cumuler les deux.

Tout d'abord, de par son synopsis, Piece n'annonce rien de joyeux, et ne l'est effectivement pas. De par les thèmes abordés, on se retrouve face à un shôjo mature, qui aborde des choses complexes avec une subtilité aussi forte, voire encore plus forte que dans le Sablier. En effet, ici, l'auteure prend son temps, prend le temps de décrire la psyché de ses personnages. Alors même que l'entrée dans le vif du sujet est rapide, Hinako Ashihara parvient à dégager très vite chez chacun de ses trois personnages principaux une personnalité qui lui est propre, et qui ne cessera de se révéler un peu plus au fil de leurs pérégrinations pour percer les secrets de la défunte Haruka.
Ainsi découvre-t-on en Mizuho une jeune fille froide, distante, qui n'exprime que très peu ses sentiments et préfère rester sur la défensive, au risque de blesser ses proches, à commencer par son petit ami qui décide de la quitter. Un événement qui sera le déclencheur de sa remise en question. Séduisant et cédant à ses envies, Narumi est un personnage qui déstabilise aussi bien les acteurs de l'histoire que les lecteurs, et c'est avec impatience que l'on attend d'en découvrir plus sur lui. Quant à Yanai, tête de classe, il renferme au plus profond de lui une fierté parfois mal placée qui lui a déjà joué plus d'un tour, et l'on ne tardera pas à découvrir qu'il était un peu plus proche de Haruka qu'il ne le laissait transparaître. Et c'est avec grand intérêt qu'on les voit dévoiler sous nos yeux, petit à petit, la vie bien plus intéressante que prévue de Haruka, personnage à part entière de la série, et même personnage central, sans qui rien n'arriverait.

Un peu paumés face à leurs propres défauts, face à leurs propres doutes, les trois jeunes gens voient alors se dessiner en eux des interrogations purement humaines qui ne finiront alors plus de les nuancer de manière très réaliste. Aucun personnage n'est trop lisse ou trop manichéen, chacun profite d'ores et déjà d'un approfondissement les rendant on ne peut plus crédibles. Ici, une personne s'interroge sur sa passivité alors qu'elle aurait pu s'intéresser plus à Haruka de son vivant. Là, une autre se demande ce qu'est l'amour et si elle a déjà une seule fois déjà réellement ressenti ce sentiment. Ailleurs, on se questionne quant à sa façon d'être, et l'on cherche à évoluer, à changer, en retraçant le parcours d'une personne qui n'est plus là, comme une sorte de rédemption. A la fois un moyen d'honorer la mémoire de la défunte, et d'aller de l'avant.

Subtils, très intériorisés, les dialogues parviennent habilement à nuancer les réponses aux différents questionnements, notamment autour de l'amour et du sentiment amoureux dans ce premier volume. Comme dans le Sablier, Hinako Ashihara adopte un ton assez intimiste, très subtil, qui évite habilement les lourdeurs qu'aurait pu amener un tel sujet. La mangaka a le grand mérite de rester pudique dans le traitement de son sujet, ce qui a pour effet de renforcer l'ambiance qui s'en dégage, une ambiance tout à fait particulière, triste sans être larmoyante ou pathétique, sensible et délicate sans en faire trop, jamais malsaine ou voyeuriste.

Les choses sont donc habilement mises en place et ne demandent qu'à être approfondies après ce premier volume accrocheur. La patte fine et subtile de Hinako Ashihara n'a en rien changé depuis le Sablier, et tout laisse présager un shôjo psychologique finement ciselé et passionnant, pour peu que l'on accroche à l'ambiance particulière (qui ne conviendra clairement pas aux lectrices les plus jeunes) et au ton globalement posé.
Image

Avatar du membre
chachaaaa
Messages : 148
Enregistré le : 04 mars 2011, 19:35

Re: Piece

Message non lu par chachaaaa » 14 juil. 2012, 20:53

J'ai vraiment aimé ce premier tome, il est toujours plein de nostalgie, comme quand on lit un tome de Le Sablier. Je suis ravie de retrouver l'auteure pour Piece.
Image

Avatar du membre
feryoni
Messages : 625
Enregistré le : 10 févr. 2009, 17:52

Re: Piece

Message non lu par feryoni » 15 juil. 2012, 09:43

affirmatif. c'est très prometteur.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9790
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Piece

Message non lu par Koiwai » 05 sept. 2012, 15:11

Tome 2 : le tome 3 sortant cette semaine, il était temps ^^""

Au fil de son enquête sur le passé de la défunte Haruka, Mizuho découvre petit à petit ses propres erreurs et faiblesses, en même temps que divers secrets liant la disparue à d'autres personnes. Ainsi, au fil de discussions, elle lève le voile sur une histoire scandaleuse concernant un professeur... Mais les rumeurs évoquant une relation prof/élève sont-elles fondées ? L'histoire est-elle si scandaleuse que cela ?

L'histoire de ce professeur sera l'un des principaux enjeux du volume. Bourru, vieille école, souvent incapable de se remettre en cause mais pourtant loin d'être doté d'un mauvais fond, l'enseignant est la cible des médisances de nombreux élèves. Les rumeurs sur lui vont bon train, mais dans sa volonté d'en apprendre plus sur Haruka, Mizuho lèvera le voile sur une relation bien plus subtile qu ne le font croire les rumeurs.

Ici, il est surtout admirable de voir la subtilité de la narration de Hinako Ashihara, car en plus de la propre remise en question de Mizuho, l'enquête de notre héroïne sur une Haruka qui se dévoile de plus en plus commence également à avoir un impact sur d'autres personnes, les forçant à se remettre en question. Ainsi le professeur touche-t-il particulièrement dans ses défauts qu'il va enfin devoir assumer s'il veut pouvoir rendre son fils heureux. Les personnages de Piece sonnent incroyablement vrai, connaissent des drames, des doutes, des faiblesses parfois mal assumées. Ils sont simplement humains, avec ce que ça comporte de défauts, mais ils vont apprendre à aller de l'avant lorsque ces défauts leurs seront jetés à la figure, tandis que lecteur prend conscience du mal que peuvent faire de simples rumeurs. L'ensemble est pleinement maîtrisé, travaille les personnages finement, et si l'ambiance mélancolique ou triste est toujours là, Ashihara parvient à y distiller ce qu'il faut d'optimisme, car les évolutions de ses protagonistes sont toujours porteuses d'espoir.

Après deux volumes, Piece se classe doucement mais sûrement comme le shôjo mature de l'année, la mangaka prouvant qu'elle n'a rien perdu de sa butilité depuis le Sablier.
Image

Avatar du membre
Einah
Messages : 1948
Enregistré le : 17 nov. 2010, 21:13
Localisation : Deux-Sèvres mais mon coeur reste en Lorraine

Re: Piece

Message non lu par Einah » 05 sept. 2012, 19:02

Cette série me plait beaucoup et au vue de tes chroniques ca me donne encore plus envie. Mais j'ai pas encore lu Le sablier :p Je voulais les lire avant.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9790
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Piece

Message non lu par Koiwai » 09 sept. 2012, 14:49

Tome 3 :

Au fil de son enquête, Mizuho a levé le voile sur le mystère d'un professeur bougon lié à Haruka, perçant la réalité se cachant derrière les ragots, et confrontant l'homme à ses propres défauts pour lui permettre de repartir de l'avant. Au final, elle a mis la main sur un nouvel indice : un tableau qu'Origuchi possédait, signé "H.N."... Pourrait-il s'agir de Hikaru Narumi, jeune garçon qu'elle ne connaît que trop bien ? Pour en avoir le coeur net, Mizuho se rend chez Hikaru, pour la première depuis plusieurs années. Une maison qu'elle ne connaît que top bien, car elle y a passé beaucoup de temps à une époque. Une maison qui va réveiller en elle de nombreux souvenirs...

Dans ce troisième tome, c'est au tour de Mizuho elle-même de se voir rappeler une facette de son passé profondément enfouie. Elle et Hikaru se connaissent depuis longtemps, et l'heure est venue de découvrir la nature d'une relation passée difficile à cerner, aussi étrange que bienfaitrice pour chacun des deux adolescents. Hinako Ashihara nous propose de découvrir cette relation en nous plongeant directement dans les souvenirs de la jeune fille, qui se fait narratrice, ainsi profitons-nous de ses nombreuses remarques, de ses souvenirs de tel ou tel moment, de ses réflexions... L'immersion est donc totale, l'ensemble sonne vrai, et cela permet de cerner réellement le caractère de chacun des deux jeunes gens à cette époque, de découvrir les événements qui ont fait d'eux ce qu'ils étaient à cette époque (c'est surtout le cas pour Hikaru, qui gagne beaucoup ici, quand on découvre son quotidien plutôt solitaire), et de voir comment leur caractère adolescent à influé leur vie de jeunes adultes. On pourrait regretter un fort étirement, et pourtant, la lecture n'est jamais barbante, grâce à cette immersion réussie, à ces portraits de personnages s'enrichissant avec subtilité, permettant de bien comprendre la fonctionnement des protagonistes. Ainsi, par exemple, cerne-t-on bien le caractère de Mizuho au fil du temps, via sa relation passée avec Hikaru, puis, quelques années plus tard, à travers son histoire avec son dernier petit ami.

Certains pourraient trouver le focus de ce tome un peu trop étiré, mais il permet de bien cerner des personnages dont les évolutions ou les non-évolutions à travers le temps sont parfaitement retranscrites. Hinako Ashihara confirme une nouvelle fois un grand talent déjà observé sur le Sablier dans un troisième tome aussi plaisant que les deux premiers.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9790
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Piece

Message non lu par Koiwai » 06 déc. 2012, 15:35

Tome 4 :

En cherchant à retracer le fil du parcours de Haruka, Mizuho s'est replongée dans son passé commun avec Hikaru Narumi, jeune homme qu'elle n'a jamais pu totalement cerner. Grâce à son enquête, elle a pu comprendre un peu mieux ce garçon qui fut si important dans sa vie à une certaine époque, mais à présent, ses recherches en compagnie de Yanai piétinent à nouveau, l'énigme autour du tableau signé H.N. étant toujours là. Haruka emportera-t-elle définitivement ses secrets dans la mort ? Rien n'est moins sûr, car un nouveau bond en avant ne tarde pas à être fait, quand Mme Nanao, la gouvernante de Hikaru, choisit d'en avouer plus...

Après un troisième tome plus axé sur le passé commun de Mizuho et Hikaru et qui intriguait toujours plus sur ce dernier en dévoilant un peu plus son enfance loin d'être joyeuse, ce quatrième volume continue de lever le voile sur les secrets peu réjouissants de la famille Narumi, tout en n'oubliant pas de dresser un portrait finement ciselé des autres protagonistes. La qualité première de Piece réside sans doute dans cette capacité qu'a Hinako Ashihara pour travailler en parallèle ses différents personnages, et ici, les révélations de Mme Nanao sont l'occasion de présenter certaines facettes de la gouvernante. Ses regrets en tant que mère, mais aussi en tant que gouvernante du jeune Hikaru, réveillent avec finesse des douleurs enfouies qui ne manquent pas de se répercuter sur Mizuho, la jeune femme se remémorant alors elle aussi, entre autres, sa relation avec des parents plutôt incompétents.

Par la suite, les choses ne cessent de bouger, les informations ordonnées par Mme Nanao amenant une progression considérable dans l'enquête, tandis que se dévoilent des informations toujours plus fracassantes sur la famille Narumi. Ashihara apporte ici de nettes évolutions, et il faut bien avouer que certaines, dans ce cadre réaliste et très introspectif, pourraient presque paraître too much si la mangaka ne les utilisait pas si bien pour nous plonger dans les tourments de ses personnages, et pour faire doucement mais sûrement évoluer Mizuho. Ainsi, les regrets tout humains, la façon dont l'affection qui nous est donnée peut nous conditionner, les errances parentales et problèmes parents/enfants, et les problèmes de communication entre des personnes toutes différentes sont autant de sujets que l'auteure soulève avec brio, grâce à une parfaite exploitation de ce qu'elle raconte.

En résulte un récit toujours aussi humain, vrai, réussi en tous points dans l'introspection des personnages. Le Sablier n'était donc pas un cas isolé, et avec Piece, Hinako Ashihara confirme tome après tome qu'elle est l'une des meilleures shôjo mangakas actuelles.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9790
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Piece

Message non lu par Koiwai » 18 mars 2013, 16:35

Tome 5 :

Rendant visite à Risako Narumi, la mère de Hikaru et Hiro, Mizuho voit ses avancées subir un nouveau coup d'arrêt suite aux révélations de cette dernière sur Hiro, l'ex-petit ami de Haruka, qui ne pouvait vraisemblablement pas être le père de l'enfant que portait la défunte. Si l'excuse de Risako est grosse, elle a toutefois le mérite de redonner un nouveau coup de pied dans la fourmilière, car la suite de l'enquête de Mizuho va amener notre héroïne à se remettre constamment en question, tandis que vont se dévoiler toujours plus les secrets de son entourage.

Accompagnée de Remi, Mizuho part poursuivre son enquête à Ibaraki, où elle espère retrouver la trace de Hiro. De fil en aiguille, elle découvre quelle fut l'existence transparente du jeune garçon, oublié de tous, sauf de la mémoire d'un bibliothécaire qui en dévoilera un peu plus sur le Hiro enfant. Une enfance rattachée à quelques personnes qui n'ont pas fini d'intriguer, qu'il s'agisse de nouveaux noms ou de... Hikaru Narumi, plus énigmatique que jamais, d'autant qu'il a disparu depuis quelques jours sans laisser de nouvelles à notre héroïne, qui en ressent petit à petit le poids.

L'enfance de Hiro se dévoile donc un peu plus, amène de nouveaux noms qui seront importants dans la suite de l'enquête, et jette un nouveau voile de mystère sur Hikaru. Les véritables réponses n'arrivent toujours pas, mais ici, chaque nouvelle étape est surtout l'occasion de voir se révéler de plus en plus Mizuho et certaines personnes de son entourage. Ainsi, après un début de volume où Mizuho prend conscience de ce qu'a pu lui apporter sa mère, une femme qui cache malgré tout un vrai courage, notre héroïne subit également de plein fouet l'absence de Hikaru, et ressent de plus en plus fort toute l'importance que le jeune homme a pour elle.
Le focus le plus fort concerne toutefois une amitié qui n'a jamais réussi à s'épanouir : sous ses airs de personnage secondaire gentil et banal, Remi finit à son tour par laisser parler ses souffrances intérieures. L'amie de Mizuho possède elle aussi sa part de secrets qui semblent avoir un lien (de près ou de loin, ça reste à déterminer) avec l'enquête, et bien que l'on ait un peu peur en voyant comment tous les personnages se rejoignent peu à peu autour de cette enquête (c'est parfois un peu gros, avouons-le), Hinako Ashihara fait parfaitement ressortir les qualités et les doutes d'une amie fidèle qui n'a pourtant jamais réussi à vraiment toucher Mizuho. On se demande ce que nous réserve Remi par la suite, et en attendant de le savoir, la jeune fille se révèle touchante dans ses tourments tout humains, ni tout roses ni tout noirs, et offre à Mizuho une nouvelle prise de conscience qui devrait l'amener à évoluer encore.

Malgré quelques éléments assez gros, Hinako Ashihara parvient toujours brillamment à utiliser l'enquête sur Haruka, fil rouge permettant de creuser en profondeur, petit à petit, tous les protagonistes liés de près ou de loin à la jeune femme défunte.
Image

Avatar du membre
feryoni
Messages : 625
Enregistré le : 10 févr. 2009, 17:52

Re: Piece

Message non lu par feryoni » 18 juin 2013, 22:05

En effet koiwai, ça commence à faire beaucoup de suspects. j'espère qu'elle se perdra pas dans la toile de son enquête pour qu'au final on retombe sur notre principal suspect de départ. Pour l'instant tout semble suivre un courbe logique même si Hinako est avare en indices clés.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9790
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Piece

Message non lu par Koiwai » 15 juil. 2013, 15:11

Tome 6 :

Après avoir brièvement revu Hikaru Narumi à Nagoya, Mizuho, sur la route du retour, reçoit un appel de Yanai qui lui apprend une nouvelle choquante : Hikaru a déjà failli commettre un meurtre. Sur cette révélation percutante, Yanai fait alors à Mizuho le récit de ce qu'il a pu apprendre au sujet de Kôji Sakata et de son passé commun avec les frères Narumi. Quel était le lien exact entre ces trois enfants ?
Au fil d'un premier long flashback, l'heure est venue de découvrir le passé commun des frères Narumi et de Sakata, alors meneur d'une bande de petits voyous. On suit avec beaucoup d'intérêt ce retour en arrière qui permet, entre autres, d'appréhender l'enfance délicate du jeune Sakata, qui vient sans mal expliquer son côté voyou. De même, le lien l'unissant aux frères Narumi est plutôt bien mené, assez nuancé, mais l'on peut regretter l'aspect vraiment too much du rebondissement autour du meurtre qu'a failli commettre Hikaru, de même que la rapidité avec laquelle est présentée son rapprochement avec Sakata : en fait, rien, hormis un attachement non-justifié de Sakata, ne vient réellement expliquer cela.

Au bout du compte, le premier flashback de ce tome vient éclaircir bien des choses, mais n'évite pas certaines facilités et grosses ficelles que l'on ne connaissait pas forcément chez cette mangaka. On reste un peu sur notre faim, bien que le tout permette d'intriguer toujours plus autour des frères Narumi, que ce soit chez le lecteur ou chez Mizuho, cette dernière ayant bien du mal à faire le point sur ces sentiments pour Hikaru malgré les inquiétudes que montre Yanai.

Par la suite, c'est un autre problème qui attend Mizuho : pour tenter de comprendre le lien de Kôji Sakata avec Remi, elle se doit de se réconcilier avec cette dernière, qui lui a brusquement tourné le dos, lassée de n'avoir jamais réussi à nouer une réelle amitié avec elle. Arrive alors le deuxième long flashback du volume... Flashback qui, sur le coup, a un peu de mal à se faire intéressant, car il est amené de façon étonnamment artificielle, n'étant pas vraiment ancré dans le cours du récit, arrivant plutôt un peu comme un cheveu sur la soupe, au gré des tourments de Remi, ce qui marque une pause nette vis à vis de l'intrigue principale.
Entrevus dans le tome précédent, les tourments de Remi se dévoilent enfin pleinement, au fil d'un retour en arrière qui revient sur toute l'enfance et l'adolescence de la demoiselle, de son éducation de petite princesse à ses années de lycée aux côtés de Mizuho, en passant par sa soudaine prise de conscience qu'elle n'est pas au-dessus des autres, loin de là, et qu'elle n'est certainement pas la princesse convoitée par les garçons.
On a tout le loisir d'appréhender une jeune fille complexée depuis des années par un physique qui lui a valu bien des messes-basses, et Hinako Ashihara parvient à aborder le complexe du poids de façon marquante, même s'il manque clairement l'habituelle subtilité de l'auteure, malheureusement. La façon de raconter les choses est un peu grossière, mais ce que l'on saluera, c'est le talent de l'auteure pour toujours dépeindre ses personnages sans les rendre exagérément attachants, larmoyants ou pathétiques. A l'image des autres personnages de la série, Remi reste plutôt distante, froide, pas attachante plus que de raison. Et si certains pourraient se lasser de ce manque d'empathie commun à tous les personnages de la série, cela a le mérite de bien coller à l'ambiance amère voulue par la mangaka, et d'éviter l'habituel pathos.
Ce que l'on pourra regretter un peu aussi, c'est, à l'instar du premier flashback de ce tome, l'aspect un peu too much de certains événements, là où d'habitude Hinako Ashihara parvient à rester plus contenue et plus subtile. C'est surtout le cas des réflexions de Remi sur sa place dans une pièce de théâtre, ou de l'arrivée de Sakata dans sa vie.

Dans ce sixième volume, l'intrigue principale n'avance pas du tout, Hinako Ashihara préférant se focaliser entièrement sur deux longs flashbacks un peu maladroits mais intéressants. A force de fouiller dans le passé, les secrets les mieux gardés et les moins avouables continuent de ressurgir, faisant de Piece une sorte de manga choral où chacun se révèle à tour de rôle. Mais dans les faits, on a connu Hinako Ashihara plus subtile que dans ces deux retours en arrière.

On saluera l'idée de l'auteure d'offrir en début de tome une page récapitulant les grandes lignes de l'histoire et de ce qui a été découvert. Assurément, cela aidera les lecteurs les plus perdus à y voir plus clair.
Image

Répondre