Wallman

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9491
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Wallman

Message non lu par Koiwai » 30 juin 2014, 23:47

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Fort de la popularité de Sun-Ken Rock en France, le talentueux dessinateur Boichi débarque cette fois-ci aux éditions Kazé Manga avec Wallman, un titre qui, d'emblée, promet de ne pas faire dans la dentelle en s'inscrivant totalement dans le style habituel de l'auteur.

Les début de Wallman reposent sur une succession de grosses coïncidences et d'heureux hasards. Depuis la mort de son coéquipier et la trahison du pays pour lequel il travaillait, le tueur à gages Jirô Sorashima, proche de la quarantaine, a décidé de raccrocher et de rentrer au Japon pour la première fois depuis 20 ans. Après quelques mois sur place, il est désormais confortablement installé chez Kubota, ancien collègue tueur devenu médiocre mangaka. Tous deux vivotent, sortent rarement, se laissent engraisser... Jusqu'au jour où débarque leur nouvelle colocataire : Nami, une jeune fille évidemment foutue comme une déesse, qui les fait bien vite craquer. Ce qu'ils ne savent pas, c'est que la miss est une apprentie tueuse... mais fort heureusement pour eux, ils le découvrent trois pages après son arrivée, la demoiselle ayant la bonne idée de laisser sa porte de chambre grande ouverte pendant qu'elle tient son fusil. Quoi de mieux, alors, que de déballer aux deux lards toute la vérité sur son travail. On frôle l'insouciance et la bêtise, mais bon, ce n'est pas très grave, puisque nous sommes déjà acclimatés aux rebondissements bien gros tant il y en a en seulement quelques pages, et qu'un de plus ne sera ensuite pas de refus : désireuse de venger son père, Nami cherche à devenir une wallman (tueur en combinaison plutôt acrobate) de haut niveau, et recherche activement le wallman le plus réputé de tous, sans savoir qu'il s'agit de Jirô (oh ben ça alors !). Mais elle le découvrira très vite, et aura alors tout le loisir d'insister pour devenir sa disciple, par exemple en lui proposant de faire tout ce qu'il veut comme une grosse allumeuse.

Bref, rien que dans cette mise en place de 120 pages, on sait déjà qu'il ne faudra pas attendre des sommets dans le scénario de Wallman, qui repose sur la bonne vieille recette du duo vieux briscard expérimenté/jeune minette sexy... le tout à la sauce Boichi. En somme, une recette de base classique mais qui généralement marche bien mais qui, ici, devra forcément demander d'adhérer au style si "unique" de l'auteur, reposant sur une déferlante de fan-service avec une héroïne à la combinaison bien moulante (et sans soutien-gorge, sinon c'est pas drôle), jouant régulièrement les allumeuses (et vas-y que je te suce une glace de façon lascive), prenant des poses permettant de mater à loisir ses formes et sa culotte... mais qui sait néanmoins donner de bonnes grosses mandales aux méchants. En tout cas, la miss étant réellement bien fichue, les amateurs seront aux anges.

Le fan-service à outrance bien dessiné mais mal amené passé, c'est bien l'aspect action qui reste le plus séduisant, Boichi ayant déjà largement prouvé dans Sun-Ken Rock qu'il est très bon dans ce domaine. Entre Nami qui peut enchaîner les mandales, Jirô et son redoutable couteau, et Kubota amenant surtout de l'humour pas très finaud (le gars est gros et se bastonne plutôt très bien, donc c'est drôle... enfin il paraît), on a un trio détonnant et bien bourrin quand il le faut, mais c'est surtout via le concept de wallman que le récit a les moyens de décoller par la suite : des tueurs aux techniques très acrobatiques, se promenant dans les airs ou contre les immeubles via des câbles, voila qui a de quoi laisser exploser toute la virtuosité du dessinateur, et on en a déjà quelques brefs exemples avec des vues très vertigineuses de nos héros plongeant dans le vide, entre les immeubles d'une ville plongée dans la nuit. On attend juste de voir ce concept plus mis en avant par la suite.
Pour le reste, la suite du tome se contente d'une première mission où notre trio de tueurs est chargé de régler une rixe entre gangs de yakuza, et où il n'y a pas grand chose à retenir, si ce ne sont l'évocation du même clan que dans Sun-Ken Rock (aura-t-on un crossover ?) et la découverte de certaines ficelles du métier par notre jeune demoiselle, qui se confronte pour la première fois au devoir de tuer (bah oui mais, en même temps miss, vu le travail que tu t'es choisi, tu t'attendais à quoi ?)

Jolie poupée au corps excessivement mis en valeur, messieurs pas fins qui bastonnent sec et font gicler le sang, action bourrine bien servie par les dessins ultra denses et détaillés de l'auteur : les fans purs et durs de la patte Boichi devraient être comblés, tandis que les autres qui recherchaient un scénario bien construit ne trouveront que du vent face à cette entrée en matière bourrée de facilités. Wallman a tout de la grosse série B d'action lourde et creuse, mais assez fun et divertissante, et il ne faudra sans doute pas en attendre plus.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Wallman

Message non lu par Luciole21 » 02 juil. 2014, 15:23

Je pense pas avoir déjà vu un amas de clichés aussi dense. Le fan service à outrance passe encore, mais la narration bâclée que l'auteur tente de justifier par des touches d'humour, et surtout l'absence TOTALE d'originalité, ça me gonfle déjà plus.
Beau mais chiant, en bref : Boichi.
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Avatar du membre
né un11septembre
Messages : 2939
Enregistré le : 06 août 2006, 12:38
Localisation : Quelque part en Belgique civilisée

Re: Wallman

Message non lu par né un11septembre » 02 juil. 2014, 18:13

oui, auteur très surfait et fort limité graphiquement. pas plus de 3 types de personnages différents. je persiste bêtement sur sun-ken rock mais je n'achete plus la moindre autre série de Boichi.
Image

Avatar du membre
Luciole21
Génie lambda
Messages : 1152
Enregistré le : 17 janv. 2012, 22:26
Localisation : Inconnue

Re: Wallman

Message non lu par Luciole21 » 02 juil. 2014, 19:30

J'avais vraiment bien aimé le one shot Hotel personnellement, des histoires courtes très agréables à lire. Mais c'est bien la seule série de l'auteur que je supporte...
Image

Dernier coup de cœur manga : Chiisakobe (Minetaro Mochizuki)
Dernier coup de cœur franco-belge : Septs Nains (Lupano)
Dernier coup de cœur comics : Bone (Jeff Smith)
Dernier coup de cœur roman : La horde du contrevent (Alain Damasio)
Dernier coup de cœur film : Perfect Sense
Dernier coup de cœur jeux vidéo : Portal 2

Platineur débutant : http://www.psthc.fr/profil-psn-Coeluli. ... c7dbc3d294

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9491
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Wallman

Message non lu par Koiwai » 09 oct. 2014, 16:07

Tome 2 :

Nami a rejoint Jirô et Kubota en tant qu'apprentie Wallman, mais il lui faut désormais acquérir les compétences d'une tueuse professionnelle. C'est dans ce but que Jirô lui concocte un entraînement intense... qui, sur les pages, n'a d'intense que le nom, Boichi expédiant ça en me^me pas 30 pages et se reposant plus sur le fan-service autour de son héroïne sexy que sur l'action. Voyons le bon côté des choses : au moins, la classique phase d'entraînement ne s'éternise pas inutilement.

Puis l'heure d'une première mission en trio arrive : Kuma demande aux trois combattants de mettre fin aux actes odieux d'un groupe de mafieux détournant des fonds destinés à la reconstruction de Fukushima. Il s'agir d'abord d'éliminer le sbire à la tête de l'affaire, puis le boss du clan. Pour cela, il faudra quitter le Japon et aller jusqu'au Canada, aux portes de Chutes du Niagara.
On aurait aimer pouvoir dire le plus grand bien de la lecture, car dès que Boichi se met à l'action il ne fait pas semblant : son trait est dense, sa mise en scène est percutante, et il n'hésite pas à offrir quelque chose de violent, la mort du sbire sur le bateau en étant le meilleur exemple. Mais le problème, c'est que tout va beaucoup trop vite ! L'affaire se résout très vite et étonnamment facilement, sans qu'une impression de danger ne ressorte à aucun moment (d'autant que les méchants sont ridicules, aussi bien dans leur physique que dans leur comportement). l'intensité retombe alors aussi vite qu'elle apparaît, d'autant que Boichi continue encore et toujours de balancer du fan-service dans tous les sens sur Nami, qui continue de jouer les allumeuses n'importe quand. Il y a néanmoins la question de l'objectif de Kuma, ainsi que de bons moments d'humour, pour qui aime le comique gras de Boichi bien sûr, Kubota étant particulièrement en forme.

Même topo pour la suite, qui enchaîne sur une confrontation autrement plus importante : de redoutables ennemis prétendants au titre de Master débarquent pour voler son titre à Jirô, et dans la foulée notre héros voit réapparaître devant lui des visages du passé qui viennent apporter un petit peu plus d'enjeux au scénario... mais seulement un petit peu plus, Boichi amenant ça un peu n'importe comment, comme sorti de nulle part. On reste néanmoins déçu, une fois de plus, par une intensité qui retombe beaucoup trop vite, l'auteur n'allant pas au bout de ses promesses côté action. Une nouvelle fois, c'est dense, c'est bien mis en scène, certaines paysages et plans aériens et acrobatiques sont excellents, et cette fois-ci il y a une impression de danger grâce à ce qui arrive à Nami et Kubota, mais le tout retombe tout de suite après, l'auteur continuant sur la déferlante de fan-service (et de sexe, cette fois) via une ennemie ridicule dans son côté nympho et un humour mal incrusté. Les toutes dernières pages ne redonnent pas forcément confiance : malgré l'opposition intéressante entre fusil à pompe et couteau, Boichi n'en fait pas grand chose et le combat se termine aussi vite qu'il a commencé. Il n'y a plus qu'à espérer que les affrontements suivants soient meilleurs...

Il faut vraiment espérer que Boichi se réveille par la suite, car Wallman, avec son concept simple mais efficace, a tout pour offrir un bon divertissement bourrin et visuellement impressionnant. Mais l'équilibre action/humour/fan-service/sexe s'avère très mal dosé, et le résultat ne risque pour l'instant que de convaincre les fans purs et durs de Boichi...
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre