Inspecteur Kurokôchi

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Inspecteur Kurokôchi

Message non lu par Koiwai » 18 mars 2015, 17:21

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Quand Takashi Nagasaki, co-scénariste de plusieurs oeuvres de Naoki Urasawa et scénariste de Dossier A., s'allie au dessinateur Kôji Kôno que l'on connaît en France pour Gewalt, cela donne Inspecteur Kurôkochi, où les aventures d'un lieutenant de police vraiment pas comme les autres...

Débutée au Japon en 2013 et rapidement déclinée en une série live, l'oeuvre nous croque le portrait de Keita Kurokôchi, lieutenant de la 2ème brigade, spécialisée dans le crime organisé et les affaires liées au politiciens. A force de tremper dans ce type d'affaires, le bonhomme a pris connaissance des pires secrets des politiques et des hommes de la préfecture... et s'en sert allègrement pour les faire chanter ! Députés, gouverneurs, supérieurs à la police... personne n'échappe à ses chantages et demandes de pots-de-vin ! Et forcément, cela attire la haine de beaucoup de monde.
Jeune homme tout juste nommé au poste d'administrateur de la 1ère brigade d'investigation, Shingo Seike sent d'emblée grandir en lui ce type de haine dès ses premiers pas aux côtés de Kurokôchi. Sommé de faire équipe avec lui sur une affaire de meurtre, il a tout le loisir de constater son grand art pour manipuler les gens. Mais Seike découvrira vite que derrière l'irritant flic corrompu se cache un homme ayant des objectifs bien plus ambitieux... et bien plus dangereux !

Après La Main d'Horus ou Rudolf Turkey, c'est une nouvelle grande gueule qui fait une arrivée fracassante aux éditions Komikku. Une grande gueule que l'on découvre petit à petit, en même temps que le novice Shingo Seike, et qui nous impose vite son petit jeu. Avec sa mine trapue et prétentieuse, ses épais sourcils relevés, son double-menton et son aspect mal rasé, Kurokôchi, d'emblée, ne laisse pas indifférent et confirme constamment qu'il est un flic certes corrompu, mais également extrêmement malin (il démontre un talent fou pour retourner les situations à son avantage et faire tomber les têtes les unes après les autres tel un effet domino), et doté d'un esprit cynique et d'un sens de la dérision délectables. Surtout, s'il emploie souvent des méthodes tout sauf conventionnelles (il n'hésite pas à menacer, à faire chanter ou à provoquer la mort), c'est pour atteindre toujours mieux son désir de faire tomber, les uns après les autres, les hauts placés qui sont encore plus corrompus et malhonnêtes que lui. Face à cela, Seike ne peut que changer petit à petit d'avis jusqu'à devenir une sorte d'allié naïf mais déterminé... même s'il se fait parfois malmener dans les plans du lieutenant !

L'écriture de Takashi Nagasaki s'avère particulièrement intelligente, dans la mesure où elle sait nous happer pour ne plus nous lâcher. Les dialogues et répliques mordantes de Kurokôchi sont finement ciselés, les intrigues judiciaires sont clairement narrées... et les différentes enquêtes que mène le lieutenant s'avèrent joliment emboîtées les unes aux autres, car dans le petit monde des politiciens et hommes d'affaires aux dents longues, il n'est pas rare que les plus sordides secrets soient liés de près ou de loin. A Kurokôchi de dénouer tout ça, à sa manière !
Remarqué sur Gewalt pour son sens de la mise en scène percutante et pour ses personnages aux dégaines uniques et aux expression faciales un peu exagérées et très expressives, Kôji Kôno n'a rien perdu de ces qualités et les utilise mieux que jamais, pour un rendu délicieux, où l'on apprécie notamment les mimiques de Kurokôchi et les visages colériques ou décomposés de ses "cibles" quand elles comprennent qu'elles se sont faites avoir !

Bien ciselé, cynique, porté par un anti-héros fort et ambivalent et par un style visuel bien adapté, Inspecteur Kurokôchi débute fort et nous plonge d'emblée dans des secrets judiciaires que l'on découvre avec grand plaisir !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Inspecteur Kurokôchi

Message non lu par Koiwai » 20 mars 2015, 17:25

Tome 2 :

Continuant de manipuler à sa guise politiciens et hommes d'affaire de la préfecture, le lieutenant Kurokôchi entame une guerre de plus en plus sérieuse contre une flopée d'homme corrompus. A grands coups de menaces liées aux secrets judiciaires qu'il connaît, il remonte peu à peu des pistes l'emmenant toujours plus loin... et sur des affaires toujours plus dangereuses. Car à force de remuer les sombres secrets des hauts placés, il attire à lui toujours plus de haine. Et quand il finit par remonter la piste du plus grand mystère du Japon d'après-guerre et d'une énigmatique société secrète, la mort est à deux doigts de le frapper...

Peaufinant un scénario où les différents secrets judiciaires et affaires non résolues s'imbriquent toujours plus, Takashi Nagasaki plonge peu à peu Kurokôchi et son compagnon Seike dans un engrenage qui finit par les dépasser. Et pour cause : le scénariste réinterprète ici la célèbre affaire des 300 millions de yen volés dans les années 1960, et dont aucun billet n'a jamais été retrouvé. Une affaire que vous avez peut-être déjà croisée dans le manga Montage, thriller en cours de parution chez Kana. Mais là où Montage délaie complètement son intrigue, Nagasaki offre ici une interprétation solide qui lui permet de rebondir de plus belle autour de l'Assemblée du cerisier, organisation secrète laissant peu à peu entrevoir des vérités très dangereuses, qui, en plus, vont réveiller chez le jeune Seike des douleurs passées...

Concrètement, sur ces bases scénaristiques solides, c'est un tome en deux temps qui nous attend.
D'un côté, Kurokôchi est contraint de la jouer un peu en solo dès que sa vie commence à être menacée, mais loin de se laisser faire, il étonne de par ses facultés à manipuler son entourage, et séduit toujours autant dans son côté assez cynique et loin d'être effrayé par la mort... Quand un pourri se monte contre d'autres hommes tout aussi pourris que lui, ça fait des étincelles, et celui qui saura le mieux influencer les autres risque fort de prendre l'avantage !
De l'autre, le jeune et encore un peu naïf Seike poursuit aussi son enquête de son côté, de façon moins risquée en apparence, mais il réveille lui aussi des animosités au parfum de mort. Et ce qu'il apprend l'oblige petit à petit à faire de cette enquête à haut risque une véritable affaire personnelle...

Entre réinterprétation d'affaires réelles, mise à nu de secrets judiciaires, enquête, action et dérision, Nagasaki nous offre un cocktail détonnant parfaitement porté par les dessins de Kôji Kôno, qui nous offre un travail de mise en scène percutant et fluide, ainsi que des designs de personnages uniques et forts en gueule. Après deux volumes, Inspecteur Kurokôchi commence très fort !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Inspecteur Kurokôchi

Message non lu par Koiwai » 23 juin 2015, 13:05

Tome 3 :

Kurokôchi et Seike remontent la piste jusqu'à l'Assemblée du Cerisier, une société secrète nichée au sein de la police et crée sur le célèbre casse des 300 millions de yen... Qui en est le créateur ? Quel est son but ? Petit petit, tous deux parviennent vers la vérité... mais autour d'eux, les morts s'accentuent. Jingoro Akaba, ancien chef du clan Akaba, est abattu au sabre, et Kurokôchi n'hésitera pas à utiliser son homme de main, Kenta, pour en apprendre plus sur ce qu'est devenu le clan depuis son changement de boss, tout comme il est bien décidé à profiter des pions qu'il combattait il y a peu, en tête Sawatari. Quant à Seike, il est bientôt sommé d'enquêter sur des morts aussi atroces que mystérieuses, et ayant toutes un point commun : elles touchent d'anciens officiers de la police...

L'enquête parallèle de Kurokôchi et de Seike se poursuit, principalement portée par les nouveaux coups d'éclat de l'inspecteur, qui se montre toujours aussi doué dans l'art de la manipulation, notamment avec Sawatari. Mais cela ne fait également que jeter un nouveau voile de doute quant aux motivations de notre cher anti-héros ! Quoi qu'il en soit, malgré la trêve qu'il a conclu avec l'Assemblée, Kurokôchi reste ferment décidé à découvrir ce qui se cache derrière celle-ci. L'enquête se poursuit bel et bien, le récit avance en soulevant toujours plus l'ambivalence et la dangerosité de nombreux personnages croisés par nos deux enquêteurs. Les mises en garde fusent, le parfum de mort est plus présent que jamais avec les sanglantes mises à mort d'un mystérieux assassin... on sent plus que jamais que le danger peut arriver de partout pour notre inspecteur fouineur, et ce danger prend encore plus de forme à travers certains protagonistes inquiétants, notamment le dénommé Kaga et son habile secrétaire Mlle Ide, et surtout le puissant Shiroo, nouvelle cible à atteindre...

Les nombreuses ramifications autour des pistes et des personnages se rejoignent peu à peu pour lever un coin du mystère de l'Assemblée, dont on découvre avec passion les origines. On appréciera la maîtrise scénaristique de Takashi Nagasaki qui ne nous perd jamais, sa façon de revisiter certains épisodes de l'Histoire (après l'affaire des 300 millions, voici l'armée rouge unifiée et l'affaire Lockheed), l'impact visuel des planches sombres et ultra expressives de Kôji Kôno, et, bien sûr, le charisme de cet anti-héros ambitieux, manipulateur et intelligent qu'est Kurokôchi !

Un tome qui ne fait que confirmer tout le bien que l'on pensait déjà de la série.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Inspecteur Kurokôchi

Message non lu par Koiwai » 23 sept. 2015, 11:20

Tome 4 :

Le lieutenant Kurokôchi poursuit son oeuvre. A peine sorti de clinique, il reprend ses investigations, décidé à lever le voile sur plusieurs mystères imbriqués : le vol des 300 millions, l'Assemblée du Cerisier... Il est bien aidé par ses alliés comme Seike ou Kenta, mais également par tout ce petit monde qu'il continue de manipuler à merveille pour arriver à ses fins, qu'il s'agisse d'ennemies a priori mineures comme Mlle Ide, ou de plus gros pontes comme Sawatari ou le nouveau chef du clan Akaba. Tout ça pour remonter jusqu'aux plus hauts placés de l'Assemblée du Cerisier, atteindre Shiroo tout en brisant l'harmonie déjà fissurée de la société secrète, et obtenir les réponses tant attendues.

Qui est le légendaire tueur Momotarô, qui s'en est récemment pris à d'anciens policiers ? Et qui dirige réellement l'Assemblée du Cerisier ? Après nous avoir un peu baladés autour de la piste Shiroo, Takashi Nagasaki semble cette fois-ci lever clairement le voile sur ces questions et sur les manigances qui ont lieu derrière. L'affaiblissement de Shiroo, le rôle de Kaga, l'énigme de l'enlèvement de Shinnosuke Ayakawa... tout s'emboîte peu à peu, tandis que l'on reste toujours aussi séduit par les talents de Kurokôchi dans l'art de la manipulation, que ce soit en utilisant les petits secrets qu'il connaît, ou en s'appliquant à monter un monstre contre un autre monstre... Au bout du compte, une question subsiste toujours : quelles sont les réelles ambitions de l'inspecteur, décidément impossible à cerner totalement ?

Une nouvelle fois, quand le plus ripoux des inspecteurs s'attaque aux autres corrompus, ça fait donc des étincelles dans un récit qui reste savamment construit. Pourtant, dans cet univers qui semble pourri d'un bout à l'autre, une autre figure émerge : celle du procureur Echigo, que nous découvrons plus en détails par petites doses au fil du tome, laissant alors deviner un homme à part dans ce petit monde, un homme autrement plus incorruptible. Et c'est bien cet exact opposé de Kurokôchi qui, "à cause" de son aspect incorruptible, va poser le plus grave problème à notre inspecteur... Dans cette affaire où tout le monde est pourri, les figures les plus justes semblent vouées à être des victimes de premier plan.

"C'est soit un génie, soit un démon... Il tisse sa toile et mène la danse du début à la fin !"

Pourtant, la toile de Kurokôchi semble se fissurer quelque peu en fin de tome. Un imprévu s'est dressé sur la route de l'inspecteur, celui-ci n'affiche plus son habituel air cynique et assuré, et nous le laissons alors dans une situation qu'on ne lui avait pas encore connue... Qu'il va être long d'attendre le tome 5 jusqu'en décembre !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Inspecteur Kurokôchi

Message non lu par Koiwai » 26 janv. 2016, 21:23

Tome 5 :

Dans ses plans qui semblaient jusque là infaillibles, une élément perturbateur est venu ébranler Kurokôchi : l'incorruptibilité du procureur Echigo, qui vient de succomber à ses blessures après avoir été poignardé en public. L'inspecteur aux ambitions démesurées vacille quelque peu face à ce drame dont il est en partie responsable... à moins que sa tristesse ne cache à nouveau un moyen de se faire bien voir ? Avec Kurokôchi, maître de la manipulation, difficile de dire où s'arrête la vérité et où commencer la comédie ! En cela, dans cette façon de rester bien difficile à cerner totalement, cet anti-héros reste fascinant. Et quels que soient les doutes qui peuvent être montrés à son égard, sa rencontre avec l'épouse du défunt Echigo lui permet d'obtenir une nouvelle piste : l'une de ses connaissance,s un dénommé George, aurait connu l'auteur du vol des 300 millions...

Alors que l'Assemblée du Cerisier est de plus en plus ébranlée au point de devoir prendre une décisions importante, les questions se bousculent à nouveau. Qui se cache sous l'identité de Momotarô ? Est-ce réellement Takahashi ? Ces deux-là et le dénommé Hideto Kiritani, qui serait l'auteur du vol, ne sont-ils qu'une seule et même personne ?
Pour le découvrir, Kurokôchi devra de nouveau ruser. Maintenant que l'Assemblée est ébranlée, la situation n'est pas au meilleur point pour Shiroo, pour Kaga... et l'heure est donc venue de profiter de leurs faiblesses. Cela passera, entre autres, par la manipulation de Mlle Ide.

On note quelques petites facilités dans ce volume, à commencer par la piste de George qui arrive de façon un peu trop belle, ainsi que quelques éléments légèrement répétitifs dans la première partie du volume. Et pourtant, ce la ne gêne pas, tant Takashi Nagasaki parvient à rester maître de son récit pour tout le reste. Entre la chute de l'Assemblée et les manipulations de Kurokôchi, il y a de nouvelles avancées intéressantes : hypothèses dont il faut vérifier la véracité concernant l'identité de Takahashi/Momotarô/Hideto, agissements douteux de certains membres de l'Assemblée, interrogations concernant un Seike plus décidé que jamais à en apprendre plus sur son père, questionnements sur les motivations du braqueur des 300 millions...
Le tout continue de faire écho au contexte du Japon de la fin des années 60 (le Vietnam, l'Armée Rouge...), et d'entretenir de façon permanente une parfum de danger et de mort qui trouve l'un de ses plus gros coups d'éclat dans une fin de volume sanglante, qui marque la fin d'une première lutte.

Ainsi, tout en continuant de manipuler son monde et de voir alliés et ennemis s'entrechoquer, Kurokôchi semble plus que jamais se rapprocher d'une vérité que l'on attend de découvrir de pieds fermes dans le prochain opus.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9190
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Inspecteur Kurokôchi

Message non lu par Koiwai » 07 avr. 2016, 17:01

Tome 6 :

Le lieutenant Kurokôchi, roi des pourris parmi les ripoux, poursuit ses investigations avec fracas. Les têtes de Kaga, Shiroo et Ayakawa sont tombées, l'Assemblée du cerisier est en crise, et notre cher flic véreux, accompagné de Seike, lève enfin le voile sur l'identité de l'auteur du casse des 300 millions de yen, dans une première partie de tome qui, après les événements tonitruants du précédent volume, s'applique à apporter toutes les révélations nécessaires sur le parcours du coupable, sur ses motivations, sur sa relation avec l'Assemblée, ou encore sur le rôle ambivalent de celle-ci. C'est sur un ton globalement posé, et presque un peu trop linéaire, que Nagasaki et Kôno dévoilent le tout, mais ils ont le mérite de ne rien oublier des tenants et aboutissants de cette affaire aux différentes ramifications, si bien que l'on se dit presque que l'oeuvre aurait pu s'achever là de façon satisfaisante...

"Presque", car c'est mal connaître le sens du rebondissement du scénariste, qui en profite surtout pour relancer de plus belle son intrigue. En effet, certains personnages n'ont pas encore tout dévoilé d'eux, à commencer par l'administrateur Seike, toujours à la recherche de la vérité sur la mort de son père, mais aussi, bien sûr, Kurokôchi qui poursuit de plus belle ses investigations autour de nouvelles pistes.

Concrètement, dans la suite de ce tome, Nagasaki n'évite pas quelques légères coïncidences et facilités pour lancer sa nouvelle partie, mais elles passent très facilement au second plan pour laisser place à l'introduction de nouveaux personnages aussi intrigants qu'inquiétants, à l'instar de la charmante mais vénéneuse Mlle Midorikawa, ou pour apporter quelques têtes plus décalées, en tête l'acolyte bizarre dont Kurokôchi se voit affublé. Mais ce qui intrigue le plus, c'est bien la nouvelle piste que Kurokôchi et Seike remontent chacun à leur manière, l'un en exploitant des connaissances peu fréquentables, l'autre en suivant l'enquête. Après avoir revisité l'affaire des 300 millions, c'est un autre problème bien plus dramatique de l'histoire du Japon que le scénariste semble sur le point de réinterpréter : les attentats de 1995. Et entre les pressions discrètes de la Sécurité Publique qui surveille étroitement Seike, l'incursion dans le milieu des sectes et l'apparition de nouveaux ennemis dans l'ombre, la suite s'annonce très prometteuse.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre