Sword Art Online - Progressive

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9227
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Sword Art Online - Progressive

Message non lu par Koiwai » 24 juin 2015, 20:24

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Depuis maintenant quelques années, il paraît difficile de passer à côté du phénomène Sword Art Online. Débuté au Japon en 2009 et en France il y a quelques mois chez Ofelbe, le light novel de Reki Kawahara a connu dès 2010 dans son pays des adaptations en manga de qualité inégale (disponible chez Ototo en France), mais a surtout été grandement popularisé à l'international par son adaptation animée arrivée en 2012. Profitant de l'engouement de l'anime, Reki Kawahara a lui-même choisi d'écrire un reboot du premier arc de sa série, l'Aincrad, donnant ainsi naissance au light novel Sword Art Online Progressive à partir d'octobre 2012. Et aujourd'hui, c'est la version manga de ce reboot que les éditions Ototo nous proposent de découvrir !

Débuté au Japon en juin 2013, le manga Sword Art Online Progressive, à l'instar du light novel, propose de réexplorer l'univers de l'Aincrad de façon enrichie, et en en modifiant certains éléments. Et la première modification de taille se constate dès les premières pages, qui nus invitent à (re)découvrir Asuna Yûki. Lycéenne ultra studieuse ayant toujours veillé à ne pas décevoir ses très stricts parents, elle semble avoir commis l'irréparable le jour où elle s'est essayée au jeu en ligne Sword Art Online, car non seulement elle a déçu dès lors ses parents, mais s'est en plus retrouvée, comme des milliers d'autres joueurs, définitivement bloquée dans le jeu. Le seul moyen d'en sortir ? Finir le jeu. Mais pour une fille comme elle, complètement inexpérimentée, ça s'annonce mal...

Le récit prend donc le parti de nous replonger dans l'univers du premier arc de SAO en nous plaçant directement aux côtés d'une Asuna assez différente de la version d'origine, ne serait-ce que parce qu'on découvre dès le début certaines facettes de sa vie dans la réalité. Mais sa façon d'être et son statut dans le jeu sont également un brin différents, et pour faire ses preuves dans le jeu et espérer en sortir il lui faudra compter sur une rencontre providentielle, celle de Kirito, avec lequel elle se montre d'abord assez agressive, mais avec lequel elle finira évidemment par tisser peu à peu une relation forte. La rencontre entre nos deux héros est également différente, mais on vous laisse découvrir ça !

Pour le reste, on retrouve grosso modo le même fil conducteur que dans l'oeuvre d'origine, avec les préparatifs au Colisée du premier combat important contre le boss du niveau 1, et la brève découverte d'autres personnages que l'on connaît déjà, comme ce cher Agil ou le chevalier Diavel. L'enrichissement se poursuit ensuite plutôt grâce au personnage du Rat, avant que n'arrive enfin le premier combat en toute fin de volume...

Qu'on se le dise, ce premier tome n'est donc qu'une introduction, mais une introduction retravaillée et plutôt bien enrichie, comme on nous l'avait promis ! Cela dit, il convient de préciser que si vous pensez découvrir la saga SAO avec ce manga, ce n'est peut-être pas le meilleur moyen : en effet, même si l'on reprend tout depuis le début, certains éléments importants ne sont qu'évoqués en une ou deux cases (le fait que pour sortir du jeu il faut le finir...), voire pas du tout abordés pour l'instant (le fait que quand on meurt dans le jeu, on meurt dans la réalité...). Mieux vaut donc déjà connaître les bases de l'oeuvre pour apprécier au mieux ce nouveau manga.

Enfin, l'autre différence flagrante par rapport aux mangas précédents concerne sans nul doute le rendu graphique. Nouveau mangaka qui effectue visiblement ses débuts professionnels avec SAO Progressive, Kiseki Himura a sans nul doute connu l'influence de la version animée, tant son graphisme s'en rapproche énormément. Oubliez donc les dessins très maladroits de premier manga SAO - Aincrad pour retrouver ici une oeuvre visuellement beaucoup plus aboutie et qui a tout pour ravir les fans de l'anime (entre autres). C'est plus fin, plus riche, plus expressif... également un peu plus axé fan-service par moments (la scène d'une bain est gratuite mais plaira aux fans d'Asuna), et ponctué de décors réussis et immersif, en tête la cité de Tolbana, le Colisée où l'habitation de Kirito.

Proposé dans une édition de très bonne qualité (papier épais, premières pages en couleurs, traduction sans coquilles...), ce reboot commence donc de bonne manière et pourrait même parvenir à séduire les personnes réfractaires à SAO (et j'en fais partie).
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1417
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Re: Sword Art Online - Progressive

Message non lu par Takato » 28 juin 2015, 18:25

Tome 1 :

On ne présente plus Sword Art Online, franchise phare de ces dernières années dont le support d’origine est la série de light novel écrite par Reki Kawahara et illustrée par abec. C’est l’anime, comprenant pour l’instant deux saisons et réalisée par A-1 Pictures, qui a véritablement lancé le succès en France, s’en sont suivies différentes déclinaisons manga. La première d’entre-elles est une adaptation en deux volumes de l’arc Aincrad que l’on doit à Tamako Nakamura et ne comptant que deux volumes, une première tentative plutôt ratée puisque même les fans voient cette adaptation d’un œil très mitigé. Quelques temps après, le tir fut rattrapé avec Sword Art Online Progressive, une série toujours en cours avec trois tomes actuellement et dont les enjeux sont plus que nobles : Rattraper la première adaptation manga en proposant une réécriture enrichie de l’arc Aincrad. Et si on pouvait être dubitatif devant les deux mangas précédents qui restaient assez convenus, force est de reconnaître que ce premier volume de la version « Progressive » a plus d’un argument avec lui.

Sword Art Online est un mmorpg en réalité augmenté qui rencontre un franc succès mais dont les joueurs sont prisonniers tout en sachant que mourir « in game » revient à décéder réellement. Asuna Yûki est l’une de ces otages virtuelles, dans le monde réelle une brillante élève qui a perdu pieds depuis sa découverte du jeu, qui n’a pas une vision optimiste de son devenir dans SAO. Mais lorsqu’un groupe projette de réunir les meilleurs éléments pour gravir la tour d’Aincrad étage par étage, Asuna croise la route de Kirito, un « beta-testeur » redoutable auquel elle va s’allier. Et si la perception de la jeune fille par rapport au jeu était vouée à évoluer suite à cette rencontre ?

On comprend sans mal que Progressive, du moins sur ce premier tome, est une réécriture qui prend le point de vue d’Asuna qui devient au passage l’héroïne. L’histoire part alors de la vie de la demoiselle avant sa découverte de Sword Art Online tout en enchaînant sur sa vie dans le jeu en prenant soin de présenter ses rencontres ainsi que ses différents états d’âme. Et quelle joie de ne plus voir Kirito en vedette du titre puisque finalement, Asuna se révèle être un personnage bien plus intéressant avec des tourments qui justifient sa vision du jeu et la manière dont elle évoluera au fil du récit ! Le récit prend d’ailleurs son temps pour décortiquer le personnage d’abord très quelconque d’un point de vue de performances de jeu mais qui s’améliorera au fil du temps. Les fans de la demoiselle seront alors aux anges puisque cette série n’est finalement que justice qui lui est rendue et par sa condition de joueur ordinaire, sont traitement est des plus intéressants. C’est d’autant plus juste que Kirito, protagoniste de la franchise, a pour réputation de lui voler la vedette, et c’est sans doute pour cela que Kiseki Himura parvient à laisser au jeune homme un simple rôle d’accompagnateur sans pour autant renier sa puissance en tant que joueur. C’est Asuna l’héroïne, et elle seule.

Lorsque l’on a affaire à une adaptation en manga d’un anime, on est habitué à voir un titre qui précipite le scénario pour se concentrer uniquement sur les éléments importants. Ce n’est pas le cas pour ce premier tome qui, en prenant le temps de se focaliser sur Asuna et l’univers de Sword Art Online, ne boucle même pas le passage du premier pallier et laisse même le lecteur sur un certain suspense. Ainsi, le scénario insiste beaucoup sur les caractéristiques du jeu et la manière dont les personnages pourront remporter le challenge SAO, chose que faisait certes l’anime mais dans une moindre mesure. L’autre atout de prendre pour élément clef le personnage d’Asuna est donc de densifier notre immersion dans le jeu virtuel ce qui est quand même le concept phare de l’œuvre, concept duquel la série animée avait tendance à passer complètement à côté. Mais par le personnage utilisé, le manga ne montre pas les enjeux de toute la saga et ne fait que les évoquer brièvement. La rencontre de départ avec Akihiko Kayaba n’est pas exemple pas montrée et le climat de terreur n’est donc pas imposé sur la série. Pour ces raisons, Progressive est peut-être davantage un récit à lire en complément de la première adaptation manga ou de l’anime plus qu’une première immersion dans l’univers SAO.

Côté dessins, nous avons là ce que la fresque manga Sword Art Online a pu nous proposer de mieux à l’heure actuelle. Les style très digital mais précis et fidèle aux visuels d’abec s’avère aussi classique que plaisant. Un travail tout particulier est fait sur les expressions des personnages et les moments d’actions de l’intrigue qui bénéficient d’excellents effets graphiques pour retranscrire la dimension vidéoludique, mais aussi d’une mise en scène intéressante des affrontements. Kiseki Himura a donc fait un excellent travail, c’est avec plaisir qu’on contemplera ses progrès dans les volumes suivants.

Quant à Ototo, c’est une très bonne édition qui nous est proposée. Bien que les couvertures sur papier mat utilisent désormais un couché brillant, ce qui donne un peu moins de cachet au livre, l’édition d’excellente facture de Nicolas Pujol ainsi que la qualitative impression sur un papier épais augmentent le plaisir de lecture. L’éditeur a même pensé aux quatre pages couleurs de début du tome qui présentent la jolie Asuna en action, ce que les fans apprécieront certainement.

Les précédents mangas Sword Art Online ne représentaient pas la saga dans sa plus grande forme, ils présentaient même des limites évidentes. Pour rectifier le tir, Sword Art Online Progressive propose une réécriture intelligente du premier arc de la licence en prenant Asuna pour personnage clef, le tout sur un rythme posé et porté par une très belle patte graphique de la part de Kiseki Himura. Les fans seront aux anges et quant à ceux qui, comme votre serviteur, n’auraient pas vraiment aimé la série d’animation, pourquoi ne pas donner cette chance à ce reboot ?
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9227
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sword Art Online - Progressive

Message non lu par Koiwai » 25 nov. 2015, 15:51

Tome 2 :

Novice débarquée dans l'univers de Sword Art Online, Asuna se confronte pour la première fois à la mort lors de l'affrontement contre le boss du premier niveau. Mais alliée à Kirito, la jeune fille, bien que choquée, n'est pas du genre à se laisser aller. Et avec l'expérience de bêta-testeur, Kirito a toute les chances de parvenir à vaincre l'adversaire... Seulement, parviendra-t-il à garder secrète son statut de bêta-testeur après cet affrontement acharné ?

Le premier volume séduisait dans l'approfondissement offert au personnage d'Asuna, et globalement cette impression positive se confirme dans ce deuxième tome au fil d'un combat assez prenant. Même s'il se lit vite et reste assez basique dans le rendu des coups, l'affrontement dégage une tension et un dynamisme palpables, que le coup de crayon précis et dynamique de Kiseki Himura retranscrit bien. Mais c'est surtout les développements que ce combat apporte qui intéressent le plus : là où la série animée ne parvenait pas à dépasser convenablement le simple cadre du combat et préférait insister sur l'aspect m'as-tu-vu de Kirito, ici Himura parvient à dégager comme il se doit la relation qui se bâtit fébrilement entre Asuna et Kirito, alliés complémentaires dans cet affrontement, et à faire ressortir les faiblesses et forces de ses héros. Ainsi, Asuna séduit dans la force de caractère qu'elle dégage malgré ses doutes quant à son statut de joueur, et on prend réellement plaisir à la voir évoluer. Quant à Kirito, s'il conserve toujours un peu de cet agaçant côté poseur, il obtient lui aussi cet approfondissement qui manquait cruellement à l'anime, essentiellement à travers son statut à double-tranchant de bêta-testeur. Entre autres petits approfondissements, c'est l'occasion pour le mangaka de mieux aborder le concept des beaters, bêta-testeurs détestés ou redoutés par beaucoup car vu comme des tricheurs. Et à cela, il faut également ajouter la petite mise en avant de certains personnages comme Agil, Kibaou, et plus spécifiquement de l'informatrice Argo et de son rôle.

La suite du volume continue d'approfondir honnêtement les choses.
La relation entre Asuna et Kirito, même si elle reste encore un brin rapide, est cette fois-ci tout de même beaucoup plus crédible que dans les oeuvres précédentes de SAO Aincrad où elle passait directement de l'amitié à l'amour sans aucun travail. Ici, on a le loisir de mieux cerner les évolutions des deux jeunes gens, entre qui naît une amitié, se consolide une relation de confiance qui ne les empêche toutefois pas quelques élans de rivalité complice. Et là aussi, c'est Asuna qui séduit le plus en ne se jetant pas dans les bras d'un Kirito qui, lui, rêve déjà de l'avoir...
En filigranes, certains personnages continuent de gagner doucement en importance, le petit monde bouge de manière intéressante autour des conflits entre certaines guildes, de nouvelles précisions sur l'univers de SAO arrivent par exemple sur le système d'équipement...

Après deux volumes, le pari de SAO Progressive s'avère réussi, le récit sachant réellement approfondir et enrichir peu à peu un univers et des personnages qui, avant cela, restaient somme toute très pauvres, basique et clichés. Pourvu que ce reboot conserve ses qualités par la suite !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9227
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sword Art Online - Progressive

Message non lu par Koiwai » 10 mars 2016, 23:07

Tome 3 :

A l'instar de l'ours en peluche de son enfance dans la réalité, la rapière d'Asuna représente tout pour la jeune joueuse dans SAO. Quand celle-ci se brise inexplicablement, la belle s'effondre... Mais que cache exactement cet étrange événement ? Persuadé qu'il y a un escroquerie liée au forgeron Nezha, Kirito, aidé notamment d'Argo, décide de mener son enquête tout en tentant de permettre à Asuna de retrouver sa chère arme.

Cette affaire de rapière n'est que le point de départ d'une énigme occupant quasiment tout le tome et impliquant un étrange système de vol d'armes, sur lequel il va falloir lever le voile. Entre quelques combats et entraînements, cette affaire est concrètement cousue de fil blanc, et permet surtout d'approfondir nombre de petites choses au sein de ce reboot, à commencer par la mise en place d'un nouveau personnage, Nezha, l'unique forgeron du jeu, dont le rôle semble largement destiné à gagner en importance. Et au fil de cette affaire, ce personnage s'avère efficacement mis en place, d'autant que la fin de tome donne envie de voir ce qu'il nous réserve par la suite.
En dehors de Nezha, l'affaire de vol d'armes permet en filigranes un récit qui, dans sa première version, ne prenait pas suffisamment le temps de poser les différents éléments de son univers de MMORPG. Avec le reboot Progressive, ce manque continue d'être comblé avec l'évocation encore superficielle mais très claire de nombreux aspects du jeu : en vrac, notamment, les "player killers", le lien entre expérience, compétences et armement, le renforcement d'armes, le stock d'objets, le niveau de compétence et les choix de bonus qui en découlent... Ainsi, l'ambiance de jeu de rôle y gagne beaucoup, l'univers se fait plus immersif que dans le SAO d'origine, et Reki Kawahara insiste un peu plus efficacement sur les éléments de vie dans ce jeu.

Plus posé que les deux premiers tomes, ce troisième volume est également l'occasion de continuer de mieux travailler les principaux personnages que sont Asuna et Kirito. La première séduit toujours plus dans sa franchise et sa détermination qui lui permettent de contrebalancer ses moments de fragilité (comme en début de tome quand elle n'a plus sa rapière, ou qu'elle se remémore des instants de sa vie d'adolescente dans la réalité), et les quelques brefs instants de fan-service mettant en valeur sa jolie personne ne sont qu'un petit plus agréable et jamais trop envahissant. Quant au deuxième, il laisse entrevoir une tout autre facette de lui, un peu plus maladroit vis-à-vis d'Asuna, jouant également un peu les rigolos par instants, ce qui lui apporte un aspect clairement plus humain et sympathique, chose qu'il n'avait pas du tout avant. Et leur relation à tous deux continue d'évoluer doucement mais sûrement, entre moments de complicité, de gêne, de jalousie, ou de réelle inquiétude pour l'autre... On les sent se rapprocher maladroitement mais sûrement l'un de l'autre, de manière plus naturelle, ce qui est un vrai plaisir.

Enfin, n'oublions pas cette chère Argo, personnage toujours aussi présent et important, dont l'aide est toujours aussi précieuse, et qui dévoile en fin la vérité sur l'un des mystères qui l'entoure !

Après trois volumes, même si des éléments restent encore superficiels, ce reboot ne fait que confirmer son intérêt et ses qualités, apportant une réelle plus-value à la saga.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9227
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Sword Art Online - Progressive

Message non lu par Koiwai » 17 mars 2016, 10:32

Tome 4 :

Tandis qu'Asuna et Nezha tentent de remplir leur quête en brisant le rocher sans arme, Kirito par rejoindre les autres joueurs pour affronter le boss du 2ème étage, Général aux allures de taureau. Sur place, il retrouve les leaders Lind et Kibaou, ainsi que les énigmatiques Braves Légendaires, mais s'associe plutôt au groupe d'Agil pour combattre un ennemi qu'en tant que bêta-testeur il est le seul à avoir déjà vu... Cela devrait lui donner un avantage. Mais depuis la version bêta, des mises à jour sont eu lieu, et les joueurs se retrouvent face à un ennemi bien plus dangereux que prévu... Sans Asuna, Kirito a-t-il la moindre chance de l'emporter ? Et comment s'achèvera la quête de la jeune fille et de Nezha ?

Dans une première partie de volume qui se lit vite, l'affrontement contre le boss du 2ème étage démarre fort avec des imprévus liés à la puissance inattendue de l'ennemi. Et bien que le rendu de l'action se limite à de grands coups basiques allant à l'essentiel, Kiseki Himura compense cette petite lacune par un trait qui fait très bien le job. Dès sa première apparition, l'ennemi à tête de taureau en impose par son gigantisme et l'impression de rage et de puissance qui s'en dégage, le trait conserve toute sa précision sur les personnages, et l'encrage accentue aisément l'immersion.
Dans cette déferlante d'action, on retient un Kirito un brin amusant dans sa façon d'appeler instinctivement Asuna en renfort alors qu'elle n'est pas là. mais cela est surtout la preuve que la jeune fille est devenue une combattante indispensable à ses côtés, et qu'il se sent un peu perdu sans celle, par ailleurs pas uniquement pour les combats...
L'un des principaux enjeux de la suite de l'affrontement est d'ailleurs d'affirmer toute la complémentarité que Kirito et Asuna ont noué l'un envers l'autre. Malgré leurs petites rixes parfois presque jalouses et leur façon de se taquiner un peu, ici on ressent bien l'osmose qui les unit face à l'adversaire, et le combat contre le deuxième boss est ainsi un excellent moyen de concrétiser la relation de confiance qui est née entre eux.

Mais avant d'en arriver là, il est également intéressant de suivre le passage concernant la quête de la belle aux côté de Nezha. Concrètement, le déroulement est très classique, et on se doute très bien de la façon dont va s'achever la quête sitôt que le taureau apparaît, mais Himura sait mettre en avant Asuna, que ce soit dans sa prestance face au taureau, ou dans la ruse qu'elle affiche pour achever la quête.

Enfin, il y a la fin du combat contre le boss du 2ème étage, qui vient concrétiser efficacement l'affaire liée à Nezha et aux Braves Légendaires menés par Orlando. Tandis que l'on découvre un Nezha qui a bien évolué entre son gain de talent au combat et sa volonté de se repentir, l'heure est aussi venue de jauger la fiabilité du dénommé Orlando et des siens, et le résultat est là aussi plutôt convaincant même si rapide.

En résulte un tome qui reste sur la très bonne dynamique des trois premiers volumes. Au fil du combat contre le boss du 2ème étage et de la quête parallèle du côté d'Asuna, l'affaire Nezha trouve un point de chute globalement satisfaisant, la relation entre Kirito et Asuna continue de se consolider de façon convaincante, et, surtout, Asuna montre des facettes d'elle aussi diverses que plaisante : de la force, de la prestance, du charme, de la ruse, et même un petite zeste de manipulation malicieuse envers Kirito, en font une héroïne qui y gagne décidément beaucoup dans ce reboot pour l'instant réussi.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre